Vous êtes sur la page 1sur 26

Activer le relais des paquets

Dans notre prochain exemple, le serveur est muni de deux cartes


réseau et joue un rôle de passerelle. Voici les détails de la
configuration réseau.

Par: Dr RIAHLA Med Amine


MCA, UMBB

Par Dr RIAHLA Mohamed Amine


Les cibles

Par Dr RIAHLA Mohamed Amine


Activer le relais des paquets

Routage
–Rappel

–Routage statique vs dynamique


Translation d’adresse

Translation de port

Par Dr RIAHLA Mohamed Amine


Rappel sur le routage

Fonctionnalité implémentée dans la couche réseau du
modèle OSI.

Routeur → Un ordinateur qui implémente la
fonctionnalité de routage.
Rappel sur le routage
Routage statique

Les route sont définit statiquement


Inconvénients :
–Le réseau peut devenir inopérant en cas de défaillance d’un
lien
–Nécessite
une reconfiguration manuelle en cas de
changement de topologie.
Routage statique dans Linux

Le routage statique est pris en charge nativment par le
noyau Linux


Désactivé par défault


Activation du routage
–echo 1 > /proc/sys/net/ipv4/ip_forward

–sysctl net.ipv4.ip_forward=1
Routage statique dans Linux

Affichage de la table de routes → route -n
Rajout d’une nouvelle route

Route pour un sous-réseau
route add -net <adresse réseau> netmask <masque> gw
<adresse de la passerelle>


Route pour un ordinateur
route add -host <adresse ordinateur> gw <adresse de la
passerelle>


Route par défaut
–route add default gw <adresse de la passerelle>
Routage dynamique

Supporte l’échange dynamique des informations de
routage entre les routeurs.

–Rajout/suppression de nouvelle route


–Défaillance d’un route
Routage dynamique

Système autonome 
–est un ensemble de réseaux informatiques IP intégrés à
Internet et dont la politique de routage interne est cohérente.
–Un système autonome est généralement sous le contrôle
d'une entité ou organisation unique
Fournisseur d'accès à Internet.

Université

Grande entreprise

… etc

Protocoles de routage

Deux type de protocoles de routage
dynamiques
–Interne → à l’intérieure d’un système autonome
–RIP: vecteur de distance
–OSPF: etat des liens
–Externe → Entre systèmes autonomes
–BGP
Bird

Implémentation open source de plusieurs protocole de
routage

Très utilisé dans le réseau Internet

Installation :
–sudo apt-get install bird
Bird (Configuration)

Configuration → /etc/bird/bird.conf

Deux directive de configuration importante

protocol kernel {
scan time 10;
import all;
export all;
}
protocol device {
scan time 10;
}
Bird (Configuration)

Directive spécifique à chaque protocole de routage

Exemple RIP : Configuration basique


protocol rip {
export all;
import all;
interface "*";

}
Bird (Configuration)

Configuration avancée


protocol rip {
export all;
import all;
port 1520;
authentication plaintext;
password “text”;
interface “eth*”{ mode broadcast; };
}
Translation d’adresses

Deux types de translation d’adresses:

–Source → utilisée pour accéder à Internet sans disposer


d’adresse publique
–Destination
Translation d’adresses
• La traduction d'adresse est gérée avec les chaînes PREROUTING,
POSTROUTING et OUTPUT.

• Dans la chaîne POSTROUTING, (après routage) on ne peut modifier


que l'adresse source. L'adresse de destination est conservée. On fait
donc du SNAT. On dit qu'on fait du "NAT source".

• Dans la chaîne PREROUTING (avant routage), on ne peut modifier que


l'adresse de destination. L'adresse source est conservée. On fait donc
du DNAT. On dit qu'on fait du "NAT destination".
Translation d’adresse source

La traduction d’adresse source est utilisée le plus
fréquemment lorsqu’on ne dispose pas d’une adresse IP
publique pour chacun

La machine disposant d’une adresse publique sera
transformée en passerelle possédant deux interfaces
réseau :
–l’une d’adresse réseau privée reliée au réseau local
–l’autre d’adresse réseau publique, reliée à Internet.


La passerelle jouera le rôle de serveur SNAT, traduisant
toutes les adresses privé vers l’adresse publique

l’IP publique sera partagée.
Translation d’adresse source
• Le SNAT consiste à substituer une adresse source dans
un paquet sortant à son adresse source d'origine.
• On substitue ici, aux requêtes provenant du réseau
192.168.0.0/24, une des 10 adresses publiques.
Translation d’adresse source

Pour changer l’adresse source en 1.2.3.4 :
–iptables -t nat -A POSTROUTING -o eth0 -j SNAT --to 1.2.3.4

Pour changer l’adresse source en 1.2.3.4, 1.2.3.5 ou
1.2.3.6
–iptables -t nat -A POSTROUTING -o eth0 -j SNAT --to 1.2.3.4-1.2.3.6

Pour changer l’adresse source en 1.2.3.4, port 1-1023 :
–iptables -t nat -A POSTROUTING -p tcp -o eth0 -j SNAT --to 1.2.3.4 :
1-1023
Translation d’adresse
destination

La traduction d’adresse de destination est utile lorsque,
on veut qu’un serveur visible de l’extérieur une adresse
publique alors qu’il est physiquement sur une machine
du réseau local qui n’est pas la passerelle.


Exemple → Exécuter un serveur web et smtp sur deux
serveurs locaux alors qu’on ne dispose que d’une seule
adresse publique.
Translation d’adresse
destination
• On substitue à l'adresse de destination des paquets
provenant du réseau public, une adresse du réseau local
privé.
• Dans l'exemple, les paquets à destination de la machine
195.x sont redirigés vers la machine 172.y. On ne tient
pas compte du port.
Translation d’adresse
destination

Exemple :

$ iptables -t nat -A PREROUTING -p tcp --dport 80 -i
eth0 -j DNAT --to 192.168.1.1


$ iptables -t nat -A PREROUTING -p tcp --dport 25 -i
eth0 -j DNAT --to 192.168.1.2
MASQUARADING
(Camouflage)

Cas particulier de translation d’adresse source

Dans ce cas, les adresses privées, utilisent toutes la
même adresse publique.


Ou bien :
–$ iptables -t nat -A POSTROUTING -o ppp0 -j MASQUERADE
Partager internet sur votre machine linux