Vous êtes sur la page 1sur 32

R S

O U
N C
T E
E
C K P R É S E N T É PA R :

TO BELAROUI SALIHA
S BRAHMI RYMMEL
BADRA
AOUS ROUMAISSA
SOMMAIRE:
Introduction
1. Définition
2. Distinction entre stock et immobilisation
3. Classification des stocks
4. Catégorie des stocks
5. Évaluation des stocks
a. Évaluation des stocks à la date d’entrée
b. Évaluation postérieure à la comptabilisation initiale (date d’inventaire)
c. Évaluation à la sortie (des bien interchangeables)
INTRODUCTION:
Les stocks constituent un élément significatif du bilan
des entreprises industrielles et commerciales. Le
contrôle de leur existence et de leur valorisation est
ainsi un élément sensible de la mission du
commissaire aux comptes.
Après avoir défini la notion de stocks et détaillé leurs
composantes, nous aborderons les problèmes
d’évaluation à l’entrée dans le patrimoine, puis à
l’inventaire et lors de l’arrêté des comptes annuels.
1. DÉFINITION:
Selon l’article 123-1 du SCF : « les stocks correspondent à des actifs :
- détenus par l’entité et destinés à être vendus dans le cadre de
l’exploitation courante
- encours de production en vue d’une telle vente
- correspondant à des matières premières ou fournitures devant être
consommés au cours du processus de production ou de prestation
de services
- dans le cadre d’une opération de prestation de services, les stocks
correspondent au cout des services pour lequel l’entité n’a pas
encore comptabilisé les produits correspondants ».
2. DISTINCTION ENTRE STOCK ET IMMOBILISATION:
Le dernier alinéa du point 123-1 su SCF stipule : « le
classement d’un actif en stocks (actifs courants) ou en
immobilisations (actifs non courants) s’effectue non
pas sur la base de la nature de l’actif, mais en fonction
de sa destination ou de son usage dans le cadre de
l’activité de l’entreprise. »
Exemple : une société fabrique des camions et des bus
qui sont destinés à la vente sont des stocks (actif
courant) et ceux utilisés pour ses propres besoins sont
des immobilisations (actif non courant).
 
3. CLASSIFICATION DES STOCKS:
Ils sont classés selon l’ordre chronologique du cycle d’exploitation

Classe 3 : comptes de stocks et encours


30 Stock de marchandises
31 Matières premières et fournitures
32 Autres approvisionnements
33 Encours de production de biens
34 Encours de production de services
35 Stocks de produits
36 Stocks provenant d’immobilisations
37 Stocks à l’extérieur
38 Achats stockés
39 Perte de valeur sur stocks et encours
4. CATÉGORIE DES STOCKS:
Activité
commerciale(d Stocks de marchandises
istribution)

Activité de En-cours de production: produits


l’entreprise et travaux en cours

Stocks de produits finis


Activité
industrielle ou
Stocks de produits intermédiaires
de srvices
Stocks d’approvisionnements et
composants

Stocks de matières premières


5 . EVALUATION DES STOCKS:
Selon l’article 123-2 du SCF : «  le cout des stocks comprend tous les couts encourus
pour amener les stocks à l’endroit et dans l’état ou ils se trouvent :
- Couts d’acquisition (achats, matières consommables, frais liés aux achats …)
- Couts de transformation (frais de personnel et autres charges variables ou fixes à
l’exception des charges qui pourraient être imputables à une utilisation non
optimale de la capacité de production de l’entité)
- Frais généraux, frais financiers (conformément aux dispositions du point 126-3 du
SCF) et frais administratifs directement imputables aux stocks.
A. Évaluation à la date d’entrée:
Le cout des stocks doit comprendre tous les couts d’acquisition, de transformation et autres couts
encourus pour amener les stocks à l’endroit et dans l’état ou ils se trouvent:
Cout d’acquisition = Prix d’achat + Couts directement attribuables

Prix d’achat Couts directement attribuables


Il comprend les droits de douane Ce sont les frais de transport, de
et autres taxes non récupérables, manutention et autres couts
après déduction des rabais directement attribuables à
commerciaux, remises, escomptes l’acquisition des produits finis,
de règlements et autres éléments des matières premières et des
similaires. services.
EXEMPLE:
Le 17/01/N, la société « X » acquiert 1 000 tonnes de concentré de jus pour un
montant de 64 500 DA. On vous informe par ailleurs que les frais constatés en
sus du prix d’acquisition, pour l’acheminement du produit dans l’état ou il se
trouve au magasin, sont les suivants :

Éléments Montant
Frais de transport maritime 1 800
Frais de transport terrestre en Algérie 1 000
Frais généraux du mois non directement 500
imputables aux achats  
Droits de douane 19 890
TVA déductible 14 650
Honoraires du déclarant en douane 250

Travail à faire : évaluer le cout d’achat des 1 000 tonnes de


concentré de jus.
SOLUTION:
Evaluation du cout d’achat des 1000 tonnes de concentré de jus En dehors de la TVA déductible, qui
représente une créance sur l’administration fiscale, et des frais généraux qui font partie des
charges par nature, le cout d’achat est évalué comme suit :

Éléments Montants

Prix d’achat 64 500


Frais de transport maritime 1 800
Frais de transport terrestre en Algérie 1 000
Droits de douane 19 890
Honoraires du déclarant en douane 250

Cout d’achat 87 440


Cout de production = couts directement liés aux unités produites + frais
généraux de production fixes et variables

Couts directs Frais généraux


Matières consommées, main- - Frais généraux de production fixes: couts indirects
d’œuvre directe … etc de production qui demeurent relativement
constants, indépendamment du volume de
production. La quote-part de frais fixes de
production correspondant à la sous-activité n’est
pas incorporable au cout de production. Elle est
comptabilisée en charges de période.
- Frais généraux de production variables: couts
indirects de production qui varient directement, ou
presque indirectement, en fonction du volume de
production.
EXEMPLE:
La société « Y » à produit au cours de l’exercice N 1 800 000 tonnes de ciment alors
que sa capacité annuelle normale de production est de 2 000 000 tonnes.
On vous informe par ailleurs que :
- la société utilise des couts complets et tient une comptabilité auxiliaire des stocks ;
- le service de la comptabilité analytique a arrêté le cout variable d’une tonne à 200
DA et les frais fixes annuels à 200 000 KDA ;
- le stock au 21/12/N est de 150 000 tonnes.
 
Travail à faire : évaluer les stocks au 31/12/N 
SOLUTION:
- Détermination des frais fixes à imputer rationnellement

Éléments Montant

Frais fixes à imputer rationnellement à la production de 180 000 KDA


l’exercice soit 200.000 KDA/2.000.000 x 1.800.000 tonnes

Quantité produite 1 800 000

Frais fixes à imputer pour chaque tonne 100 DA


180 000 / 1 800 000
- Evaluation des stocks au 31/12/N :
 
Eléments Montant

Cout variable unitaire 200 DA


Frais fixes unitaires + 100 DA
Cout complet unitaire = 300 DA
Quantité en stock x 150 000 T
stocks au 31/12/N = 45 000 KDA
B. ÉVALUATION POSTÉRIEUR À LA
COMPTABILISATION INITIALE: (INVENTAIRE)
Article 123-5 du SCF : «  Conformément au principe de prudence, les stocks sont évalués
au plus faible de leur cout et de leur valeur nette de réalisation. La valeur nette de
réalisation correspondant au prix de vente estimé après déduction des couts
d’achèvement et de commercialisation.
Une perte de valeur sur stocks est comptabilisée en charge dans le compte de résultats
lorsque le cout d’un stock est supérieur à la valeur nette de réalisation de ce stock.
Les pertes de valeur sur stocks sont déterminées par article par article ou, dans le cas
d’actifs fongibles, catégorie par catégorie. »
EXEMPLE:
Les stocks détenus au 31/12/N par la SARL « S » se présentent comme suit :
- 1 000 robes pour filles acquises pour 2 000 KDA,
- 500 robes pour dames acquises pour 3 000 KDA
Les frais estimés de vente sont respectivement de 400 KDA et 450 KDA.
 
Travail à faire : évaluer et comptabiliser, au 31/12/N, la perte de la valeur éventuelle
en considérant les deux hypothèses suivantes :
- Les valeurs respectives du marché seraient de 2 100 KDA et 3 100 KDA
- La société aurait conclu un contrat de vente ferme pour des prix respectifs de 2 300
KDA et 3 300 KDA.
 
SOLUTION:
- Hypothèse 1 : évaluation et comptabilisation de la perte de valeur sur la base des prix du
marché
Evaluation au 31/12/N : Comptabilisation au 31/12/N :
robes 31/12/N
Dotation aux amort,
Éléments Filles dames 685 provisions et pertes
650
390 perte de valeur sur stock 650
de marchandises
Valeur comptable (1) 2000 3000 Constatation de la perte
Valeur du marché 2100 3100
A déduire: frais estimés 400 450
de vente
Valeur de réalisation 1700 2650
(2)
Perte de valeur (2)-(1) - 300 -350
SOLUTION:
- Hypothèse 2 : évaluation et comptabilisation de la perte de valeur sur la base des prix du
marché
Evaluation au 31/12/N : Comptabilisation au 31/12/N :
robes 31/12/N
Dotation aux amort,
Éléments Filles dames 685 provisions et pertes
250
390 perte de valeur sur stock 250
de marchandises
Valeur comptable (1) 2000 3000 Constatation de la perte
Valeur du marché 2300 3300
A déduire: frais estimés 400 450
de vente
Valeur de réalisation 1900 2850
(2)
Perte de valeur (2)-(1) - 100 -150
C. ÉVALUATION À LA SORTIE (ÉVALUATION DES
BIENS INTERCHANGEABLES):
Article 123-6 du SCF : « A leur sortie du magasin ou à l’inventaire, les biens interchangeables
(fongibles) sont évalués, soit en considérant que le premier bien entré est le premier bien sorti
(PEPS ou FIFO), soit à leur cout moyen pondéré d’acquisition ou de production. La méthode
utilisée pour l’évaluation et le suivi des stocks est indiquée dans l’annexe. »
1. La méthode des coûts réels :
Elle consiste à déterminer la valeur des stocks en retenant les coûts de production ou
d’acquisition réellement engagés. Les coût des stocks des biens interchangeables ( fongibles )
évalué ; soit en considération que le premier bien être est le premier bien sorti ( PEPS ou
FIFO ) soit à son coût moyen pondéré d’acquisition ou de production ( CMP )
2. La méthode des couts standards :
Ces coûts utilisent des normes de volume d’activité, des normes de consommation propre à des
tâches précises et exprimant par conséquent des rendements normaux ou des productivité
normales.
EXEMPLE:
Renseignements concernant le stock d’une matière première a :
1er mars : stock de 600 KG à 71,70 DA le KG
7 mars : bon d’entrée de 2157 : 3000 KG , coût d’acquisition : 72 ,60 DA
12 mars : bon de sortis 2951 : 2400 KG
17 mars : bon d’entrée 2182 : 1800 KG , coût d’acquisition 73,80 DA
24 mars : bon de sortis 3022 : 2000 KG
Méthode du coût unitaire moyen pondéré ou CUMP
CUMP sur le total des entrées (y compris le stock initial)

Avantage : calcule simple


Inconvénient : impossible de valoriser les sorties en cours de période
Avantage : méthode logique et rigoureuse, possibilité de valoriser les sorties en
cours de période ;
Inconvénient : calculs assez complexes.
PEPS fait apparaître :
Une minoration du coût d’achat des matières consommées et des coûts de produit finis.
Une majoration : du montant des stocks des matières et du résultat sur produits
TRAITEMENT COMPTABLE DES STOCKS:

Stock permanent

Traitement
comptable des
stock à l’inventaire

Stock intermittent
TRAITEMENT COMPTABLE DE L’INVENTAIRE
PERMANENT:
 
les entrées et les sorties de stocks sont comptabilisés dans les comptes des stocks au
jour le jour.
Les achats sont enregistrés en augmentation d’un compte de stock (compte actif) et
les sorties et les consommations figurent en diminution du même compte.
EXEMPLE:
Au 02/02/N l’entreprise « X » nous remet les informations et données comptables suivants :
Les achats : marchandises 1 200, matière ^première et fournitures 2 000, autres
approvisionnements 150.
Mode de paiement à terme
Au 05/06/N l’entreprise « X » a vendu : marchandises 1 200, produits finis 3 900.
Au 18/03/N l’entreprise nous fournit les informations suivantes : situation du cout de
production des produits finis et des stocks d’encours du mois arrêtées en KDA, produit fini
10 700, encours de production 900
 
Travail à faire : en ignorant la TVA déductible te collectée, comptabiliser les opérations que
vous jugeriez nécessaires. (Unité KDA)
SOLUTION:
TRAITEMENT COMPTABLE DE L’INVENTAIRE
INTERMITTENT :
Cette méthode consiste à n'enregistre aucun mouvement de stocks au cours de
l'exercice dans les comptes concernés, les stocks sont évalués et comptabilisés à la
clôture de l'exercice, elle s’appuie sur un inventaire physique pour déterminer le
stock final.

Donc à la clôture :
-Les stocks initiaux sont annulés ;
- Les stocks finals sont évalués après avoir réalisé un inventaire physique, ils sont
enregistrés dans les comptes correspondant.
EXEMPLE:
Une entreprise a les stocks suivants au 31/12/N-1 : 100 000 DA de matières premières, 50 000
DA de marchandises et 80 000 DA de produits finis.
   Au 31/12/N, la même entreprise a les stocks suivants : 80 000 DA de matières premières, 60
000 DA de marchandises et 100 000 DA de produits finis.

SOLUTION:
FIN