Vous êtes sur la page 1sur 51

MODULE : METHODOLOGIE D’AUDIT

Thème 2:
Prise de connaissance et conception de la mission
Acceptation de la mission

APPRECIATION DE LA POSSIBILITE
D’EFFECTUER LA MISSION

SITUATION DE
L’ENTREPRISE

CONTRAINTES
DU CABINET RESPECT
DES REGLES
DEONTOLOGIQUES
DISPONIBILITE COMPETENCES
DU PERSONNEL TECHNIQUES
? ?

DELAIS
?
RISQUES
ACCEPTABLES
2
?
Termes et conditions de la mission


Le cabinet doit définir, en accord avec son client, le cadre de sa mission, précisant les droits
et obligations de chacune des parties. Ce cadre d'intervention donne lieu à une lettre de
mission faisant référence, le cas échéant, aux normes professionnelles et servira de preuve
en cas de litige pour rechercher les responsabilités respectives.

La décision de poursuivre des relations avec un client suppose un réexamen périodique des
situations susceptibles de remettre en cause l'indépendance du cabinet ou d'accroître les
risques professionnels au cours de l'exécution de la mission.

Ce réexamen est généralement effectué à la fin de chaque période annuelle ou lors de la
survenance d'événements particuliers. Pour les clients d'audit, la décision de maintien doit
être examinée avant la date de réunion de l'organe en charge de la nomination et confirmée
lors de la planification de la mission.

Une lettre de mission est requise aussi bien pour les missions de type contractuel que pour
celles définies par un texte légal ou réglementaire.

3
Termes et conditions de la mission (suite)


Toute lettre de mission comporte généralement les éléments suivants :

les objectifs de la mission ainsi que l'étendue des travaux,

la référence, le cas échéant, aux normes professionnelles,

les obligations de chaque partie,

les délais d'exécution,

la forme que prendra la communication des résultats de la mission,

les conditions financières,

la responsabilité de la direction concernant la préparation et la présentation des comptes
et la mise en place d'un système de contrôle interne ;

le risque de non détection d'une anomalie significative ou fraude du fait même du recours
aux sondages et des autres limites inhérentes à l'audit, ainsi qu'aux limites inhérentes à
tout système comptable et de contrôle interne ;

4
Termes et conditions de la mission (suite)


la nécessité de l'accès sans restriction à tout document, pièce justificative ou autre
information demandée dans le cadre de la mission ;


le rappel des informations et documents que l'entité doit obligatoirement communiquer
ou mettre à la disposition de l'auditeur (par exemple : le rapport de gestion, la
communication préalable des informations adressées aux actionnaires, les rapports
des autorités de contrôle, etc.) ;


dans les entités qui y sont soumises, la communication des conventions réglementées,
ou relations avec les parties liées dans les délais prévus ;


le souhait de recevoir une lettre d'affirmation de la direction sur les déclarations qui lui
seront soumises en rapport avec la mission.

5
Planification de la mission de la mission : Objectifs

La planification permet que l’audit soit


réalisé de manière efficiente

Élaboration et documentation d’un plan


d’audit décrivant :

l’approche Sa conduite

L’étendue

6
Prise de connaissance : avant acceptation de la mission
Acceptation de la mission - Démarche

 Recueil des informations préliminaires sur :



le secteur d'activité

la direction

les opérations de l'entité

En déduire s'il est possible d'acquérir un niveau de


connaissance suffisant des activités de l'entité pour
réaliser l'audit

7
Prise de connaissance : après acceptation de la mission
 Recueil des informations complémentaires et plus détaillées sur :

le secteur d'activité : nature de l’activité, nature du marché, activités
faisant l’objet d’une réglementation spécifique, contraintes liées à
l’environnement

les caractéristiques de l’entreprise : taille de l’entreprise, moyens
de production, situation financière de l’entreprise, nature de
l’actionnariat, recours à l’épargne publique, situation sociale et
engagements sociaux

l’organisation de l’entreprise : organisation générale, niveau de
contrôle interne, degré d’informatisation, principes comptables, délais
de production des états financiers, politique de couverture de risques

la direction

les opérations de l'entité

Ces informations seront reconsidérées et


réactualisées tout au long de l'audit
8
Prise de connaissance : moyens

Expérience antérieure de l'entité et de son secteur d'activité

Entretiens avec des employés de l'entité


Entretiens avec le personnel d'audit interne et examen des rapports d'audit interne


Entretiens avec d'autres auditeurs et avec des conseils


Entretiens avec des personnes bien informées à l'extérieur de l'entité


Publications relatives au secteur d'activité


Textes législatifs et réglementaires ayant une incidence significative sur l'entité


Visites des locaux et des installations de l'entité


Documents établis par l'entité


Examen analytique des comptes

9
Prise de connaissance : utilisation (1)

CADRE DE REFERENCE PERMETTANT L’EXERCICE


DU JUGEMENT DE PROFESSIONNEL

Évaluation des Évaluation et


risques et validation des
identification éléments
des problèmes probants

Planification et
Fourniture d'un
conduite
meilleur service
efficace de
au client
l'audit

10
Prise de connaissance : utilisation

Durant l'audit, l'auditeur est amené à exercer des jugements sur de nombreux aspects
pour lesquels la connaissance des activités de l'entité est importante, notamment :

évaluer le risque inhérent et le risque lié au contrôle ;

analyser les risques liés au secteur d'activité et aux réponses apportées par la
direction ;

élaborer le plan d'audit et le programme de travail ;

déterminer un seuil de signification et évaluer s'il reste toujours adapté ;

évaluer des éléments probants afin d'établir le caractère approprié et la validité des
critères retenus par la direction sous-tendant l'établissement des états financiers ;

évaluer les estimations comptables et des déclarations de la direction ;

identifier les secteurs dans lesquels des considérations et des compétences
particulières peuvent être nécessaires ;

11
Prise de connaissance : utilisation

identifier les parties liées et les opérations entre parties liées ;

mettre en évidence des informations contradictoires (par exemple, des déclarations
contradictoires) ;

révéler des circonstances inhabituelles (par exemple, fraude et non-respect des lois
et réglementations, statistiques d'exploitation ne concordant pas avec les résultats
financiers publiés) ;

formuler des demandes d'informations précises et évaluer la crédibilité des
réponses ;

examiner le bien fondé des méthodes comptables et leur description donnée en
notes annexes aux états financiers.

12
Prise de connaissance : utilisation (2)

ÉTAPES

Étape 1 Évaluation du risque inhérent et du risque lié au contrôle

Étape 2 Analyse des risques liés au secteur d'activité

Étape 3 Élaboration du plan d'audit et du programme de travail

Étape 4 Détermination d'un seuil de signification et évaluation


s'il reste toujours adapté

13
Liens entre évaluation des risques, contrôle interne et programme de travail :

Compréhension des aspects


pertinents des systèmes
comptables et de CI

Évaluation
Évaluation des
des risques
risques Évaluation
Évaluation des
des risques
risques liés
liés
inhérents
inhérents aux
aux contrôles
contrôles

Identification
Identificationdes
destypes
typesd'anomalies
d'anomalies
significatives
significativespotentielles
potentielles

Prendre
Prendreen
enconsidération
considérationles
lesfacteurs
facteurs
aggravants
aggravants

Élaborer
Élaborer une
uneprocédure
procédured'audit
d'audit
appropriée
appropriée
14
Gestion du risque d’audit : définition

 L’IFAC définit le risque d’audit comme le risque que l’auditeur exprime une opinion
incorrecte sur les états financiers soumis à son contrôle du fait d’erreurs significatives
contenues dans ces états.

 Le risque d’audit comporte deux composantes :


Le risque que les comptes à certifier comportent des erreurs significatives. Ce
risque résulte du risque inhérent, du risque lié aux contrôles, et du caractère
significatif des risques possibles qui en résultent


Le risque de non-détection par l’auditeur des erreurs affectant les états financiers,
situation pouvant le conduire à émettre une opinion erronée sur les états financiers.

15
Évaluation du risque : différentes natures de risques

RISQUES D'AUDIT

Risque
Risque Risque
Risquelié
liéau
au
inhérent
inhérent contrôle
contrôle

Risque
Risquededenon
non
détection
détection

PROGRAMME
PROGRAMMEDE
DETRAVAIL
TRAVAILETENDUE
ETENDUEDES
DES
TRAVAUX
TRAVAUX

16
Évaluation du risque : différentes natures de risques

Définition

possibilité
possibilité que
que lele solde
solde d'un
d'un
compte
compte ou ou qu'une
qu'une catégorie
catégorie dede
Risque transactions
Risque transactions comporte
comporte des
des erreurs
erreurs
inhérent significatives…(1),
inhérent significatives…(1), nonobstant
nonobstant les
les
contrôles
contrôlesinternes
internesexistants.
existants.

(1)
(1)Isolée
Isoléeou
oucumulée
cumuléeààdes
deserreurs
erreursdans
dansd’autres
d’autres
soldes
soldesou
oucatégories
catégoriesde
detransactions
transactions

17
Évaluation du risque inhérent : jugement de l'auditeur selon les facteurs

Facteurs
Facteursdu
durisque
risqueinhérent
inhérentau
auniveau
niveau
Facteurs
Facteursdu
durisque
risqueinhérent
inhérentau
auniveau
niveau des soldes des comptes et des
des soldes des comptes et des
des états financiers
des états financiers catégories
catégoriesde
detransactions
transactions

Intégrité
Intégritéde
delaladirection
direction Ajustements
AjustementsN-1
N-1basés
baséssur
surles
les
estimations
estimations
Inexpérience
Inexpériencedes
desdirigeants
dirigeants Complexité
Complexitédes
desopérations
opérations

Pressions
Pressionsinhabituelles
inhabituelles Degré
Degrédedejugement
jugementintervenant
intervenant
exercées
exercées surles
sur lesdirigeants
dirigeants dans
dans la déterminationdes
la détermination dessoldes
soldes

Vulnérabilité
Vulnérabilitédes
desactifs
actifsfaciles
facilesàà
Nature
Naturede
del'activité
l'activitéde
del'entité
l'entité détourner
détourner

Facteurs
Facteursinfluençant
influençantlelesecteur
secteur L'enregistrement
L'enregistrementd'opérations
d'opérations
dans lequel opère l'entité
dans lequel opère l'entité inhabituelles et complexes
inhabituelles et complexes

18
Évaluation du risque : différentes natures de risques

Définition

C’est
C’estlelerisque
risquequ'une
qu'uneerreur
erreur
significative
significativedans
dansun unsolde
soldede
decompte
compte
ou
oudans
dansune unecatégorie
catégoriedede
Risque
Risquelié
liéau transactions,
au transactions,......(1)
(1), ,ne
nesoit
soitni
niprévenue
prévenue
contrôle ou
contrôle oudétectée,
détectée,etetcorrigée
corrigéeen entemps
tempsvoulu
voulu
par
parles
lessystèmes
systèmescomptables
comptableset etde
de
contrôle
contrôleinterne
interne

(1)
(1)Isolée
Isoléeou
oucumulée
cumuléeààdes
deserreurs
erreursdans
dansd’autres
d’autres
soldes
soldesou
oucatégories
catégoriesde
detransactions
transactions

19
Contrôle interne et risque d'audit : définition (1)
OBJET DE LA NORME

Procédures, principes fondamentaux et modalités d'application :

PRISE DE
CONNAISSANCE DES
SYSTEMES EVALUATION DU RISQUE
COMPTABLES ET DE D'AUDIT
CONTRÔLE INTERNE

20
Contrôle interne et risque d'audit : définition (1)
LA NORME

L'auditeur doit

Acquérir une connaissance Évaluer les risques d'audit et


suffisante des systèmes définir les procédures d'audit
comptables et de CI

Planification et approche Réduire le risque à un niveau


efficace acceptable

21
Systèmes comptables et de contrôle interne : définition

Système comptable

"ensemble des procédures et des documents permettant le


traitement des transactions aux fins de leur enregistrement dans les
comptes"


identifie, 
classe,

rassemble, 
enregistre,

analyse, 
récapitule

calcule, 
fait la synthèse des
transactions et autres
événements.

22
Systèmes comptables et de contrôle interne: définition
Système de contrôle interne

"l'ensemble des politiques et procédures (contrôles internes) mises en


oeuvre par la direction d'une entité en vue d'assurer, dans la mesure
du possible, la gestion rigoureuse et efficace de ses activités."

Prévention et Établissement en
Respect des détection des temps voulu de
politiques de fraudes et l'information
gestion erreurs financière fiable

Sauvegarde Exactitude et
des actifs exhaustivité des
enregistrements

23
Systèmes comptables et de contrôle interne : les "procédures de contrôle"

Système de contrôle interne

"l'ensemble des politiques et procédures définies par la direction afin


d'atteindre les objectifs spécifiques de l'entité et qui complètent le
système d'organisation du contrôle interne."

Vérification de Contrôle des


Établissement,
l'exactitude applications et de
revue et
arithmétique des l'environnement
approbation des
documents informatique
rapprochements

Accès au Modification
fichiers de des logiciels
données

24
Objectifs à remplir par les contrôles internes des systèmes comptables

Qualités auxquelles doivent


répondre les contrôles internes

Les opérations ont Toutes les opérations


l'accord général ou sont rapidement et
spécifique de la précisément enregistrées
direction

L'accès aux actifs


et aux documents
Dans les Dans le
n'est possible que
comptes de la respect du
sur autorisation
période référentiel
comptable
Inventaire régulier des
actifs existants
comparés aux actifs
comptabilisés

25
Compréhension des systèmes comptables et de contrôle interne

Lors
Lors de
de l’élaboration
l’élaboration du
du plan
plan d'audit
d'audit
Prise de connaissance des systèmes comptables
et de contrôle interne

Sondage
Sondagede
deprocédure
procédure Test
Testde
deprocédure
procéduresisiéchantillon
échantillonreprésentatif
représentatif

Connaissance
Connaissancesuffisante
suffisantede
delala
conception
conceptionetetdu
dufonctionnement
fonctionnementdes des
systèmes
systèmes

Oui
Évaluation finale du contrôle interne

26
Évaluation du risque : différentes natures de risques

Définition

risque
risqueque
queles
lescontrôles
contrôlessubstantifs
substantifs
mis
mis en oeuvre par l'auditeurne
en oeuvre par l'auditeur ne
Risque
Risquede parviennent
de parviennentpaspasààdétecter
détecterune
uneerreur
erreur
non dans
non dansun
unsolde
soldededecompte
compteou oudans
dansune
une
détection catégorie
détection catégoriededetransactions
transactionsqui,qui,…(1),
…(1),
serait
seraitsignificative
significative

(1)
(1)Isolée
Isoléeou
oucumulée
cumuléeààdes
deserreurs
erreursdans
dansd’autres
d’autres
soldes
soldesou
oucatégories
catégoriesde
detransactions
transactions

27
Place de l’appréciation du contrôle interne dans l'audit

Lettre de mission

Planification
Planificationdes
destravaux
travaux

Contrôle interne
Évaluation
Évaluationdes
desrisques inhérents Évaluation
risquesinhérents Évaluationdes
desrisques
risquesliés
liésaux
auxcontrôles
contrôles

Obtention
Obtentiondes
deséléments
élémentsprobants
probants
Approfondissement
Revue
Revueet
etévaluation
évaluationdes
desconclusions
conclusions

Mise à jour du plan d’audit


Opinion et du programme de travail
Opinion
sur
surles
lesétats
étatsfinanciers
financiers

Rédaction
Rédactiondu
durapport
rapport

28
Liens entre évaluation des risques et contrôle interne et le programme de travail

Lors
Lors de
de l’élaboration
l’élaboration du
du plan
plan d'audit
d'audit
Compréhension des aspects Évaluation des risques
pertinents des systèmes inhérents et des risques liés
comptables et de contrôle interne au contrôle
Appréciation

Prise
Priseen
enconsidération
considérationdes
desfacteurs
facteurs
Identification
Identificationdes
destypes
typesd'anomalies
d'anomalies qui
quiaggravent
aggraventlelerisque
risqued'anomalies
d'anomalies
significatives potentielles
significatives potentielles significatives
significatives

Élaboration
Élaborationdes
desprocédures
procédures
d'audit appropriées
d'audit appropriées

Détermination du risque de non détection acceptable

Établissement du calendrier et de l'étendue des contrôles substantifs correspondants

29
Évaluation du risque et contrôle interne

Lors
Lors de
de l’élaboration
l’élaboration du
du plan
plan d'audit
d'audit
Compréhension des aspects Évaluation du risque
pertinents des systèmes comptable et inhérent au niveau de l'état
de contrôle interne financier
Appréciation si significatif

Prise
Priseen
encompte
comptedes
desassertions
assertions Partir
Partirde
del'hypothèse
l'hypothèseque
queces
ces
OU
retenues
retenues(transactions
(transactionsetetsoldes
soldesde
de assertions
assertionsprésentent
présententun
unrisque
risque
comptes
comptessignificatifs)
significatifs) inhérent
inhérentélevé
élevé

Établissement calendrier et l'étendue des contrôles substantifs correspondants

30
Illustration de la relation entre les composantes du risque d'audit

Le risque de non détection est inversement proportionnel au


cumul des risques inhérents et des risques liés au contrôle.

L’objectif de l’auditeur est de ramener le risque d’audit à un


niveau suffisamment faible pour être acceptable. Il applique
pour ce faire un modèle de gestion du risque d’audit.

31
Modèle de gestion du risque d’audit

Risque d’audit = Risque inhérent x Risque lié au contrôle x Risque de non détection

 Risque d’audit = Risque d’erreurs significatives x Risque de non détection

32
Illustration de la relation entre les composantes du risque d'audit

Les zones bleues dans ce tableau correspondent au risque


de non détection.

33
Illustration de la relation entre les composantes du risque d'audit

Par exemple, lorsque les risques inhérents et ceux liés au


contrôle sont élevés, il convient de fixer un niveau de risque de
non détection faible, afin de réduire le risque d'audit à un
niveau acceptable faible.

Inversement, lorsque les risques inhérents et ceux liés au


contrôle sont faibles, l'auditeur peut accepter un niveau de
risque de non détection plus élevé tout en réduisant le risque
d'audit à un niveau acceptable faible.

34
Caractère significatif : définition

 Une information est significative si son omission ou son inexactitude est


susceptible d’influencer les décisions économiques prises par les utilisateurs se
fondant sur les comptes.

 Le caractère significatif d’une information s’apprécie par rapport à un seuil plutôt


qu’à un critère qualitatif que cette information doit posséder pour être utile.

 Définition identique à celle retenue dans le cadre conceptuel du SYSCOA relatif à


l’établissement et la présentation des comptes.

35
Caractère significatif : utilisation de la notion dans la démarche d’audit

 L’appréciation du caractère significatif d’une information, d’un élément ou d’une


erreur revêt un caractère fondamental à différents stades de la démarche
d’audit :


Dans l’orientation et la planification de la mission, la notion de caractère
significatif permet à l’auditeur de déterminer les domaines et les cycles significatifs


Lors de la finalisation de ses travaux par cycle, l’auditeur apprécie, en fonction
de leur caractère significatif, l’opportunité de la remontée en synthèse des points
d’audit identifiés par la mise en œuvre de ses diligences


Lors de l’émission de son opinion, l’auditeur détermine, par rapport au caractère
significatif de l’ensemble des anomalies décelées dans les comptes et dans
l’information financière, la teneur de son opinion.

36
Caractère significatif en matière d'audit : prise en compte

Prise en compte du caractère significatif au niveau :

des états financiers pris dans leur ensemble

des soldes

des catégories de transactions

des informations données

37
Seuil de signification : Types

 Selon l’objectif poursuivi pour l’auditeur, on distingue en pratique différents


seuils de signification :

Le seuil d’investigation, associé à la détermination du contenu des travaux : l’auditeur peut
décider de ne pas contrôler tel compte, ou groupe de comptes, dont le solde est inférieur à un
certain seuil.

Un seuil de remontée en synthèse, utilisé pour éviter de surcharger la synthèse de l’audit
dans les sociétés ou des groupes particulièrement importants. Ainsi l’auditeur peut-il décider
que les ajustements inférieurs à un montant donné ne seront pas repris dans la synthèse
globale de l’audit.

Le seuil de certification, utilisé par l’auditeur pour déterminer au vu des anomalies relevées
dans les comptes, la teneur de son opinion.

38
Seuil de signification : unicité du seuil de signification

 La notion de seuil de signification ou seuil de certification s’applique aux états


financiers pris dans leur ensemble, si bien qu’il n’existe normalement qu’un
seuil de signification pour un jeu de comptes donné. Toutefois, des seuils
distincts sont généralement déterminés pour les ajustements et les
reclassements.

Un ajustement est une constatation chiffrée qui a une incidence sur le montant du
résultat de l’exercice. L’ajustement doit être positif ou négatif. Il peut résulter
d’erreurs, inexactitudes ou omissions.

Un reclassement est une constatation chiffrée qui n’a pas d’incidence sur le
montant du résultat de l’exercice. Elle affecte soit des postes du bilan soit des
postes du compte de résultat. Elle a une incidence sur la présentation des comptes.

39
Détermination du seuil de signification

 La détermination du seuil de signification et l’appréciation de ce qui est significatif


relèvent du jugement professionnel de l’auditeur et de sa responsabilité.
 La détermination du seuil est opérée à partir :

des grandeurs significatives incluses dans les comptes telles que :

L’EBE ou le résultat AO

Le résultat net comptable

Le montant des capitaux propres

Le montant du chiffre d’affaires

Le montant de la marge brute.

auxquelles sont appliquées des pourcentages.

 A titre indicatif, les fourchettes usuellement appliquées sont :



5% à 10% du résultat

0,5% à 1% des ventes

1% à 2% de la marge brute

0,5% à 2% du total bilan

1% à 5% des capitaux propres.

40
Notion d’importance relative : lien avec l’approche d’audit

 L’auditeur planifie et exécute sa mission de façon à obtenir l’assurance qu’il


détectera les inexactitudes qui, prises isolément ou dans leur ensemble, sont
significatives par rapport à l’information financière sur laquelle il émet une opinion.

Les travaux qui ne répondent pas de la façon la plus efficace à cette


logique doivent être bannis.

41
Eléments clefs de l’approche des missions

R e n fo r c e r le lie n e n t r e le s d iffé r e n t e s p h a s e s d e la m is s io n :

A p p ro c h e

S y n t h è s e d e s r is q u e s e t in c id e n c e s s u r l'a p p r o c h e

P la n d 'a u d it p lu r i a n n u e l

T â c h e s e s s e n t ie lle s R é p a r t it io n d e s t â c h e s
p a r p h a s e e t in t e r v e n a n t s d a n s le t e m p s

P la n n in g a n n u e l

Note d’orientation

42
Note d’orientation : facteurs à prendre en considération

Connaissance des activités de l'entité

La compréhension du système comptable et de contrôle interne 

Le risque et le seuil de signification

La nature, le calendrier et l'étendue des procédures d'audit

La coordination, la direction, la supervision et la revue

Autres questions

43
Déroulement de l'approche d'audit et documents associés

Réflexion sur les risques et les Schéma d ’ensemble des cycles et


moyens pour aboutir à une systèmes
approche d'audit
Synthèse des risques et incidences sur
l ’approche
Approche détaillée par cycle

Pour les missions récurrentes : Plan d'audit pluriannuel


possibilité de répartir les travaux
sur une durée supérieure à un an

Quantification et répartition dans Ventilation du budget par


le temps et par intervenant des phase/cycle/niveau
travaux de l'année

44
Importance de la conception de l'approche et de la programmation

Renforcement de la cohérence
entre l'analyse des risques et
les travaux effectués, donc :

Mieux
Mieuxrépartir
répartirdans
dansle
le temps
temps

Optimiser
Optimiser les
les travaux
travaux

Lien
Lien entre
entreapproche
approcheet
etplanification
planification

45
Répartition du budget par phase, par cycle,par niveau

 Quantification
Quantificationet
etrépartition
répartitiondans
dansle
letemps
tempsdes
destravaux
travaux
 Justification
Justificationformalisée
formaliséedu
dulien
lienentre
entrel ’approche
l ’approcheet
et les
les
travaux
travauxannuels
annuels
 Base
Basede
desuivi
suivi des
destemps
tempset
et de
dejustification
justificationdes
des
dépassements
dépassements
 Besoins
Besoins du
du dossier
dossier en
en terme
termedede collaborateur,
collaborateur, niveau
niveau
d ’expérience,
d ’expérience,période
période d ’intervention
d ’interventionetet de
detemps
tempsàà
consacrer
consacrer

46
Programme de travail : mise en œuvre du plan d'audit

Formalisation d'un document sur les procédures d'audit

Étendue des
procédures
Instructions aux d’audit
collaborateurs
(pour contrôle de
la bonne Précision des
exécution du objectifs d’audit
travail) pour chaque
rubrique
Budget
d’heures
47
Programme de travail : mise en œuvre de la note d’orientation

L'auditeur apprécie :
 l'évaluation spécifique des risques inhérents et des risques liés au
contrôle,
 le niveau d'assurance devant être fourni par des contrôles
substantifs.

L'auditeur prend en considération:


 le calendrier des tests de procédures et des contrôles substantifs,
 la coordination de toute aide que l'entité a prévu d'apporter,
 la disponibilité des collaborateurs et la participation d'autres
auditeurs ou experts.

48
La note d’orientation : principes essentiels

 Synthétique

 Focalisation sur les risques

 Formalisation

 Implication forte des associés

49
La note d’orientation : quatre objectifs

 Après la prise de connaissance de la société et identification des risques :


élément de synthèse des axes fondamentaux de l'approche d’audit,


document de référence technique pour la suite des travaux,


évaluation des moyens nécessaires à la mise en œuvre des tâches prévues,


démonstration du caractère probant des procédures d ’audit mises en œuvre.

50
Eléments clés de la note d’orientation

Plan de mission ou note d’orientation


 Schéma d ’ensemble des cycles et
1. Synthèse de l’approche
systèmes : risques identifiés
1.1. Axes fondamentaux de l’approche d'audit pour l’exercice

 Synthèse des risques et des incidences La prise de connaissance et les analyses de la phase de cadrage ont été
essentiellement réalisées par entretiens avec les principaux responsables et

sur l ’approche examen de la documentation existante. Cette prise de connaissance centrée


sur l’activité, les faits marquants de la période, l’environnement juridique
et réglementaire de la GOUDEL, les manuels de procédures et notes de
services, l’organisation, les procédures et les flux d’information,
 Plan d’audit pluriannuel l’environnement informatique, l’environnement de contrôle interne et les
orientations stratégiques du management et les mécanismes globaux de
contrôle mis en place a été complétée par une revue analytique
approfondie des chiffres contenus dans les états financiers de la GOUDEL
 Programmation en vue d'obtenir une bonne compréhension des rubriques des états
financiers.

Sur la base de ces informations, les facteurs clés de succès de la société ont

Date clé, documents à établir été déterminés, à partir desquels nous avons identifié les business process
critiques significatifs. Ces process significatifs ont été audités en procédant
à des tests sur les contrôles effectués sur ces process.

Ventilation du budget par phase et cycle Les comptes significatifs non impactés par les process significatifs seront
audités au final selon les procédures de validité en tenant compte des
conclusions des revues limitées au 30 juin et au 30 septembre 2005.

Nous nous appuierons sur le contrôle interne afin de limiter l’étendue de


nos tests de validité sur les comptes clients/ventes et achats-stocks-
fournisseurs notamment. Nous avons testé ces process lors de la phase
intérim selon l’approche classique. Nos conclusions sont globalement
satisfaisantes.

1.1.1. Caractéristiques de l’environnement de contrôle

L'environnement du contrôle interne est caractérisé par les facteurs


favorables suivants :
51

Vous aimerez peut-être aussi