Vous êtes sur la page 1sur 6

QU’ENTENDONS-NOUS PAR

TRANSPARENCE DE
L’AIDE ?
ATELIER SUR LA BONNE
GOUVERNANCE FINANCIÈRE ET LA
TRANSPARENCE DE L’AIDE

21 février 2011
Pourquoi la transparence de l’aide est importante?

Gouvernemen Flux Gouvernement Parlements,


t du Pays transparent du pays OSC, ISC,
s de l’aide citoyens
(forme, Aid on PFM
flux, accès) systems

Efficacité de Efficacité des


l’aide dépenses intérieures
Partenaires
Alignement
au Responsabilité mutuelle Responsabilité nationale
développement

Transparence de l’aide pour et par les budgets des pays


partenaires.
Signification de la transparence de l’aide?

Dans les délais


Information disponible dans les délais prévus pour que les processus

budgétaires du pays partenaire puissent l’enregistrer et la prendre en


considération.

Fiable

Exacte, actualisée
Indique les flux monétaires réels qui se produisent, c-à-d., prévisibles.

Exhaustive

La totalité de l’aide devrait être inscrite au plan, au budget et dans les

rapports.
Information est nécessaire sur les engagements, les décaissements et

l’utilisation réelle (tout au long du cycle).


Signification de la transparence de l’aide? (suite…)

Utile

Classée pour s'aligner sur les catégories et les classifications

budgétaires nationales et comparable au fil du temps.


Renseignements sur les objectifs visés, les résultats prévus et les

conditions attachées à chaque flux d’aide.


Précision sur le rôle des institutions bénéficiaires du pays : qui est

responsable de la prestation /l’exécution par rapport au flux d’aide ?

Accessible

Information régulièrement mise à la disposition des parties prenantes,

par suite de la mise en place de mécanismes institutionnalisés qui


garantissent le flux.
À qui ?
À qui appartient cette information?

Systèmes des
partenaires au Systèmes nationaux
développement
Extraire, traiter, collationner, distribuer et authentifier
l’information sur l’aide
Gestion de GFP
l’aide
Processus et
informations
(Cycles de projets (Cycles budgétaires
pluriannuels) annuels)
Administration
centrale

Ministères dépensiers
Que démontre les faits?
 Les flux d’information fournis par les donateurs aux gouvernements (Administrations) des pays
partenaires laissent à désirer, sont incomplets et peu fiables (PEFA 2010)
 15 sur 19 pays donateurs ont fourni des informations sur moins de 70% des projets/programmes
 Pour 10 pays les informations sont fournies sur moins de 50% des projets et des programmes

 Établissement de rapports nationaux sur le budget est limité (PEFA 2010)


 Seulement 33% des dépenses de projets financés par des donateurs (ne comprenant pas l’aide en
nature) figurent dans les rapports budgétaires pour 18 pays

 Systèmes sous-développés (CABRI/OCDE 2008)


 54% des pays ne disposaient pas d’une politique prévoyant des exigences d’information sur l’aide
applicables aux donateurs
 18 sur 26 pays disposaient d’une base de données pour la gestion de l’aide, mais seuls :
 3 pays, saisissaient les informations selon le système de classification de l’État
 6 pays saisissaient les engagements de dépenses, les décaissements effectifs pour l’exercice en
cours
 3 saisissaient les informations sur la performance, par ex., les objectifs, les cibles et les indicateurs