Vous êtes sur la page 1sur 38

GESTION DES INSTITUTIONS DE

SANTE 3Crédits - SP
Dr NDARUSANZE Jean Berchmans,
Ph.D. in International Public Health Management
MSc. Neurobiologie
MSc. Neurosciences
D.E.S.S in Public Health Research
Licence en Sciences Biologiques
Diploma in Health Studies
Whatsapp Tél. +257 79 908 659; C/O: +257 79 318 118
Email: jbndarusanze@gmail.com
 
1ère Partie: FONDEMENT ET
FONCTIONNEMENT DU MANAGEMENT
1.1. Définition du concept
Le Management ou Gestion est concept voisin de celui
direction.
C’est l’ensemble de techniques visant à optimiser l’usage des
ressources d’une organisation(entreprise, administration,
association…) en vue de la réalisation d’un objectif.
Le Management est souvent défini comme l’action, l’art ou la
manière de conduire une organisation, de la diriger, de
planifier son développement et d’assurer le contrôle.
Son champ d’application s’étend sur tous les domaines
d’activités de l’entreprise.
Diriger n’est pas chose facile parce qu’on doit résoudre beaucoup de
problèmes même si au niveau global tout va bien.
Dans une organisation, il existe des aspects apparents et des aspects non
apparents(cachés).
Aspects apparents de Aspects non apparents (cachés,
l’organisation comportementaux) de l’organisation

- Les attitudes
- Les objectifs - Les modes de communication
- Les ressources - Les mécanismes de groupe
- La technologie - Les personnalités
- La structure - Les conflits
- Les compétences - Manières de résoudre les problèmes
1.1. Caractéristiques de base du travail d’un manager

Le manager doit toujours s’informer sur l’environnement interne et externe


Comparaison entre le travail du manager et celui d’un ingénieur

Travail du manager Travail d’un ingénieur

1. Les ingénieurs peuvent contempler le pont qu’ils


Le Rôle d’un Manager est ont construit sachant que le projet est arrivé à
implique une activité son terme
continue et rapide 2. Les programmeurs informatiques peuvent
rendre un système opérationnel et se dire qu’à
cet égard la tâche est aussi achevée.
1.1.1. Les 5 Caractéristiques de base du travail d’un Manager

1. Un Labeur acharné dans l’exécution d’une grande diversité


tâche
2. Priorité donné aux activités non routières
3. Une communication verbale directe
4. Une prise en compte de tous les modes et réseaux de
communication
5. Un mélange de droits et de devoirs
1.2.Les rôles des Managers
Un rôle est un ensemble de comportements organisés

Les rôles des Managers sont:


- Rôles relatifs aux relations interpersonnelles:
1. Rôle de symbole
2. Rôle de dirigeant: diriger et coordonner les tâches des subordonnés vers les objectifs
3. Rôle de liaison: mise en forme des sources d’information(interne et externe)
- Rôles relatifs à l’information:
1. Rôle de récepteur de l’information: chercher et recevoir l’information
2. Rôle de transmetteur de l’information: partager de l’information
3. Rôle de porte parole: prendre en charge toutes les déclaration officielles
- Rôles relatifs à la prise de décision:
-Rôle de chef d’entreprise: Prise d’initiatives, recherche d’information, définition de
changements.
- Rôle de pacificateur: Résolution de conflits
- Rôle de répartisseur de ressources: Désignation allocations des ressources et leurs volumes
- Rôle de négociateur: Représente l’entreprise dans les marchandages avec les clients
1.3. Le comportement organisationnel
Beaucoup d’étude se sont basé sur le comportement des individus au sein d’une organisation:
Mc Gregor a proposé deux Théories: La Théorie X et La Théorie Y

- La Théorie X: suppose une attitude autocratique en ce qui concerne la gestion du personnel.


D’après cette théorie,
- la plupart des individus détestent le travail et essaient de s’y soustraire dans la mesure du
possible
- Ils sont naturellement paresseux et ne veulent assumer la moindre responsabilité
- Ils ne s’intéressent pas à l’organisation et sont hostiles aux changement.
- La seule façon pour les dirigeant d’obtenir un haut niveau de qualité dans le travail consiste à
exercer des contraintes, à renforcer la discipline et proférer des menaces.
- La Théorie Y: suppose une gestion humaniste et bienveillant du personnel
La Théorie Y

Selon cette théorie,


- Les individus ne sont pas paresseux
- Si la direction est prête à leur offrir un en environnement
convenable pour s’épanouir,
- Le travail leur devient tout aussi naturel que le jeu et le repos
- Ils se dirigent et se surveille eux-mêmes pour atteindre les
objectifs aux choix desquels ils se sentent associés.
2ème Partie: La Motivation
1. Définition

La motivation désigne les forces qui agissent sur une personne ou en elle-même
pour la pousser à se conduire d’une manière spécifique, orientée vers un
objectif.
Le Manager doit canaliser la motivation des employer vers les objectifs de
l’entreprise.
2. Processus/principe de base de la motivation
L’un des principes de base du management est que le Rendement d’un personne est
fonction de son niveau de compétence et de sa motivation

Efficacité/Rendement= f (Compétence x Motivation)


Définition

* Une compétence = Talents (Aptitudes intellectuelles + Aptitudes manuelles)


• La personne doit être motivée pour atteindre une forte productivité.
• La motivation naît des besoins de la personne (↔Des Manques) :
- Besoins de nature psychologique
- Besoins de nature physiologique
- Besoins de nature sociologique
• Les besoins sont des facteurs d’impulsion
• Toute motivation est orientée vers un But/vers des Résultats
II.3. Les Théories de la Motivation par la Satisfaction
Ces Théories s’attachent aux facteurs qui motivent les individus
A. Théorie de la Hiérarchisation des besoins(la plus connue) développée par Abraham Maslow
Selon lui, les besoins sont extrêmement fort et formant un ensemble de besoin classés en ordre
hiérarchique;

Il propose 5 Séries de Besoins hiérarchisés:


- 1. Besoins de sécurité: besoin de protection, de stabilité, se prévenir contre la douleur,
contre la menace, contre la maladie
- 2. Besoins d’appartenance: Besoin de camaraderie ou d’amour, Besoin d’être admis par
un groupe
- 3. Besoins physiologiques: se nourrir, s’abriter, se vêtir
- 4. Besoins d’estime: Volonté d’être estimé et respecté par les autres.
- 5. Besoins d’accomplissement: Besoin de s’être réalisé
B. La Théorie SRP développée par Clay Alderfer

• Il propose 3 Séries de Besoins Hiérarchisés:

• B1. Besoins de subsistances: matériels (nourriture, air,


eau, salaire, avantages sociaux et condition de travail)
• B2. Besoins de Relation: Relation interpersonnelles avec
collègues, chefs…
• B3. Besoins de Progression: Satisfait par contribution
productive et créatrice du travail individuel.
Alderfer
La Motivation est 1.Besoins de sécurité
enracinée dans 2.Physiologique Besoins de Subsistance
les Besoins
3. Besoins d’appartenance Besoins de Relation

4. Besoins d’estime
5. Besoins Besoins de
d’accomplissement Progression

Le Besoins de niveau
supérieur n’est pas
stimulé tant que le
précédent ne l’est
C. Théorie de la Motivation par Accomplissement
développée par David Mc Clelland
Selon lui, la Motivation est enracinée dans la culture.
Degré de Motivation dépend de l’enfance et du type d’organisation
Motivation
Il propose 3 séries de Besoins:
1. Besoins d’accomplissement
2. Besoins d’appartenance
3. Besoins de pouvoir.
Force du
désir d’accomplissement
V. DYNAMIQUE DE GROUPE
• Les 4 rôles clés à repérer absolument dans une équipe
• Que ce soit dans l’entreprise, en famille ou dans le cadre d’un sport collectif, nous faisons tous
partie, à un moment donné, d’un groupe de personnes ou d’une équipe.
• La dynamique de groupe nous apprend qu’il existe 4 types de personnalités ou rôles clés
récurrents dans toute équipe de plus de 15 personnes.
• Cet article va vous intéresser si vous êtes :
• Un manager en charge d’une équipe
• Un animateur de groupes
• Un dirigeant
• Un chef de famille nombreuse
• Un coach d’équipe sportive
• Bref, toute personne à la tête d’une équipe !
1. Groupe restreint/organisation

• a. Groupe restreint
• Le groupe n’est pas une simple collection d’individus mais un
ensemble réduit de personnes.
• Une équipe est un groupe dont les individus qui le
composent suivent un même but de manière collective. Chacun
dispose d'une tâche prédéfinie et tous interagissent ensemble pour
atteindre ce but (par exemple, une équipe sportive).
• Parmi les groupes formels, on distingue :
• les groupes permanents, identifiables à la lecture de l’organigramme ;
• Exemples : le service comptabilité, le service client.
• des groupes de travail temporaires.
• Exemple : lorsqu'une entreprise de communication constitue
un groupe au sein de sa structure pour suivre un projet très précis
pour une période bien définie comme une campagne de publicité
pour le lancement d'un nouveau produit sur le marché.
Il existe aussi des groupes formels en dehors de l'entreprise mais
pouvant avoir une influence sur les salariés, tels que les groupes
syndicalistes et les partis politiques. Il s'agit aussi de groupes organisés,
suivant des règles bien précises.
b. Groupe informel

• Le groupe informel se forme spontanément, sur la base de relations personnelles, autour


d’intérêts communs. Il ne comporte pas de règles prédéfinies ou bien celles-ci évoluent avec le
temps et les individus.
• Les raisons qui conduisent à la formation d’un groupe informel peuvent être liées :
• • au contexte professionnel ;
• Exemples : les collègues de travail partageant une même passion se retrouvent pour déjeuner
ensemble ou en dehors des heures de travail.
• • au contexte personnel.
• Exemples : les personnes agées d'un même quartier décident de se réunir pour organiser des
parties de bridge.
• Les groupes informels existent toujours au sein d’une organisation. Ils s’articulent avec les
groupes formels et ont des effets importants qui peuvent être positifs ou négatifs pour les
individus et l’organisation.
• Avantages possibles : meilleure communication, sentiment
d’implication et de solidarité entre les membres, climat agréable,
occasion d’expression.
• Inconvénients possibles : propagation de rumeurs, risques de conflits
entre les groupes, solidarités négatives contre les intérêts de
l’organisation.
b. Organisation

• Une organisation est un groupe constitué d'un ensemble de groupes. Ceux-ci


suivent tous les mêmes objectifs, des valeurs communes. Ils interagissent de
manière organisée selon des règles et des principes communs.
• Exemple : l’entreprise constituée d’un ensemble de services, fonctionnant selon
un règlement intérieur.
• 2. Groupe formel/groupe informel
• a. Groupe formel
• Le groupe formel est construit autour de règles prédéfinies.
• Une entreprise est formée de ces groupes formels qui sont tous hiérarchisés et
bien organisés à l'intérieur de chacun d'eux et entre eux.  En général, ils sont
gérés et supervisés par un groupe dominant : la direction.
3. Groupe d’appartenance/groupe de référence

a. Groupe d’appartenance
• Les groupes d'appartenance sont les groupes auxquels on appartient. Ils ont une
influence très importante sur nos attitudes, nos valeurs, nos idées.
• Exemples : notre groupe d'amis, notre famille, notre club sportif....
b. Groupe de référence
• Les groupes de référence sont les groupes que l’on prend comme « repères »
pour orienter nos comportements. Ce n'est pas un groupe auquel on
appartient mais dont on partage, ou dont on veut s'approprier, leurs valeurs.
• Exemples :  Elsa est fan d'un groupe musical à la mode, c'est son groupe de
référence. Mickaël, lui, a pour groupe de référence une équipe de basket de la
NBA .
• L’essentiel
• Le groupe restreint peut être considéré comme le noyau élémentaire
d’une organisation, dans lequel s’élaborent des projets.
• Au sein de l’organisation, le groupe formel est constitué officiellement,
de manière permanente ou temporaire. Il répond à des règles.
• Le groupe informel peut se constituer sur le lieu de travail ou en dehors
du lieu de travail. Il n’est pas officiel et répond à peu ou pas de règles.
• Maxicours.com, La réussite scolaire pour tous !Cours de - La typologie
des groupes, http://www.maxicours.com/se/fiche/7/4/198374.html,
Maxicours by Educlever, 2019
Enjeu pour le manager ou le chef d’équipe

• Enjeu pour le manager ou le chef d’équipe


• Ces 4 personnalités peuvent venir déstabiliser le manager, et briser
l’harmonie du groupe.
• L’enjeu est donc de repérer et de gérer ces 4 personnalités en priorité.
• Le reste des personnes de l’équipe représente le ‘peuple’ qui regarde
comment l’animateur gère ces 4 personnalités.
Rôle clé n°1 : le bouc émissaire

• Il dit tout haut ce que les autres pensent tout bas. Il peut chercher


à disqualifier l’animateur en lui demandant de se justifier.
• Le bouc émissaire est envoyé par le groupe, malgré lui, pour occuper
l’animateur ou le provoquer. Ainsi les autres ne sont pas dérangés.
• Il peut y avoir constitution d’une alliance dans le groupe dont le but
est d’éjecter le bouc émissaire du groupe.
• Utilisé à bon escient, ce rôle permet la remise en cause dans le groupe, et
permettra de trouver ensemble de meilleures solutions. Cependant si le
groupe s’enlise dans une discussion hors sujet ou improductive, le chef de
groupe devra intervenir.
Comment le gérer?
• Comment le gérer ?
• Montrer que le chef de groupe n’a pas peur de lui
• Eviter le consensus car cela va prendre beaucoup de temps
• Provoquer la confrontation. Ainsi vous lui coupez l’herbe sous le pied.
• Rôle clé n°2 : le séducteur
• Attention au paon qui tentera de vous séduire !
• Cette personnalité est également envoyée par le groupe pour occuper l’animateur.
• D’un ton flatteur, le séducteur peut déclarer au chef de groupe : « Ne changez rien, vous êtes
excellent ! ».Il cherche ainsi à faire alliance avec l’animateur, et exclure le reste du groupe.
• Cela fait l’effet d’un anesthésiant pour l’animateur. Celui-ci n’osera pas lui dire quoique que
ce soit.
Comment le gérer ?

Utiliser l’humour, notamment l’autodérision


Dénoncer ce qui se passe : « Vos tentatives de séduction ne m’intéresse pas »
Rôle clé n°3 : l’anti- conflictuant
Il n’aime pas les tensions et la confrontation. Il prévient tous les conflits
potentiels du groupe, en interne ou en externe.
L’anti- conflictuant prend en charge une partie du travail de l’animateur. Il aime se
placer au centre pour gérer lui-même le groupe.
Il apaise les émotions et facilite l’atteinte d’une décision acceptée par tous.
Cependant la discussion contradictoire est aussi nécessaire.
Il peut mener la fronde contre le bouc-émissaire, puisque justement ce dernier
cherche à rentrer en conflit avec l’animateur ou le groupe.
Comment le gérer ?

Comment le gérer ?

‘L’engueuler’ une bonne fois pour toute. On ne l’entendra plus ensuite.


Rôle clé n°4 : Le leader caché

C’est le leader non déclaré du groupe, il agit caché.


Le leader non déclaré se fait discret, et observe attentivement le
groupe
Il se place en arrière, avec une vision d’ensemble du groupe.
C’est celui que les autres regardent avant de parler.

Et en principe, ce n’est pas celui que l’on croit. Il dispose souvent d’une
bonne compétence relationnelle dans le groupe.
Le leader caché peut être un véritable adversaire de l’animateur.
Comment le gérer ?

Le reconnaître sans le dévoiler au groupe.


Faire une alliance avec lui en privé
Auto-coaching et actions
Repérez ces 4 rôles dans votre équipe
Quels actions pouvez-vous mettre en pratique pour gérer ces personnalités ?
Ecrivez un commentaire ci-dessous pour partager votre expérience avec les autres lecteurs
Pour aller plus loin, je vous recommande la lecture de ces ouvrages :
Manager son équipe au quotidien de Bernard Diridollou
Manager au quotidien : Les attitudes et comportements du manager efficace de Stéphanie
Brouard (http://www.equipe-gagnante.com/cohesion-equipe/les-4-roles-cles-a-reperer-
absolument-dans-une-equipe/)
(Meredith BELBIN, https://www.eyrolles.com/
Chapitres/9782708134744/chap3_Belbin.pdf, 2006)

Le groupe a précédemment été défini comme une entité propre dont


l’activité répond à un but commun à ses membres.
Une classification plus précise permet de distinguer le groupe par
l’intérieur mais également en fonction de ses rapports avec d’autres
groupes.
VI. TENUE DES REUNION -
ETAPE D’UNE REUNION
• Quelles sont les étapes d’une réunion efficace?

Étape 1 – Pour bien préparer la réunion


• Le responsable de la réunion se doit d’observer les points suivants :
• Préciser les objectifs à l’avance;
• Inclure les points importants dans l’ordre du jour;
• Choisir les participants concernés, s’assurer de leur disponibilité et distribuer la
documentation appropriée;
• Réserver un local adéquat, vérifier la présence de l’équipement nécessaire, l’éclairage,
la température, la disposition des meubles, etc.;
• Connaître son style de leadership et maîtriser les techniques d’animation appropriées. (
http://gpp.oiq.qc.ca/quelles_sont_les_etapes_d_une_réunion_efficace.htm)
Les participants à la réunion 

doivent :
• Noter la date, l’heure et le lieu de la réunion dans
leur agenda;
• Prendre connaissance de l’objectif et de l’ordre du
jour de la réunion;
• Lire la documentation préalablement remise.
Enfin, il faut que leur rôle soit précisé de même
que ce que l’on attend d’eux à la réunion.
Étape 2 – Le déroulement de la réunion

Le responsable de la réunion doit assumer les tâches suivantes :

• se présenter, préciser son rôle et les rôles de chacun, désigner un ou une secrétaire et
commencer la réunion dans les plus brefs délais;
• effectuer un premier tour de table afin que chacun se présente brièvement;
• énoncer l’objectif de la réunion, préciser sa durée et les procédures de discussion;
• respecter l’ordre du jour en commençant par les points les plus importants;
• encourager les participants à s’exprimer et à énoncer les idées;
• résoudre les différends, au besoin;
• faire des résumés de ce qui a été dit, reformuler au besoin et ne retenir que les solutions
pertinentes et les démarches à effectuer;
• planifier la prochaine réunion, préciser la date et l’heure des réunions futures, s’il y a lieu.
• Durant la réunion, les participants peuvent émettre des commentaires et des idées, écouter
aussi celles des autres et démontrer de la compréhension envers leurs coéquipiers.
Les participants
Durant la réunion,
Les participants peuvent

• Émettre des commentaires et des idées,


• Écouter aussi celles des autres et démontrer de la compréhension
envers leurs coéquipiers.
• Il est préférable de rester dans le sujet,
• D’éviter les digressions et les conversations en sourdine et, surtout,
• De noter les points importants afin de se concentrer sur les activités à
entreprendre.
Étape 3  – Lorsque la réunion est terminée

Le responsable de la réunion doit :
• Rédiger le procès-verbal dans les plus brefs délais pour ne pas oublier les points
importants, puis le transmettre aux participants, s’il y a lieu;
• Procéder à l’évaluation de l’animation et de la réunion en remettant aux
participants des feuilles d’évaluation;
• S’assurer que tout est en ordre avant de quitter la salle;
• Faire en sorte que les décisions et les activités proposées soient acheminées aux
personnes concernées;
• Assurer un suivi et aviser les personnes qui n’ont pas pu participer des décisions
prises;
• Réserver un local pour la réunion suivante, s’il y a lieu.
Les participants

Les participants rempliront la fiche d’évaluation

*Aviseront les collègues n’ayant pu assister à


la réunion des actions à entreprendre et des
démarches pour les réaliser.

Vous aimerez peut-être aussi