Vous êtes sur la page 1sur 72

Société interbancaire de formation

Direction des formations diplomantes

Module : Analyse financière.

Brahim OUARES universitaire, enseignant


associé et professionnel de la Banque.

Alger 2009/2010.
Introduction (aspects théoriques ;aspects
méthodologiques; objectifs ;
problématiques..).

Sommaire.

Bibliographies.

Bonne route.
L’analyse financière n’est pas

- Une approche abstraite


- Une science exacte
- Un outil infaillible
- Un modèle achevé

Mais plus

Un art conjuguant :
- Intelligence des affaires
- Maîtrise d’une méthode
- Objectivité et sang-froid
OBJECTIFS DE L’ANALYSE

1 Dirigeants 2 Actionnaires 3 Prêteurs - Banquiers

Connaissance des affaires Rentabilité - Analyse du risque


Gestion prévisionnelle Sécurité - Sécurité des fonds
Maintien des équilibres Liquidité - Rentabilité de
l ’opération
Communication facilitée
4 Experts comptables 5 Acquéreurs 6 Personnel
cabinets conseil
- Dysfonctionnements - Valeur des patrimoines - Croissance
- Croissance - Rentabilité - Rentabilité
- Rentabilité - Sécurité de l ’emploi

Avec un souci commun Quelles perspectives d’avenir ?


Principales Méthodes de L’analyse financières
Méthodes Technique objectif

Statiques S’appuie sur l’étude du bilan Permet d’analyser la situation


Ou globale financière, la solvabilité et de
manière incomplète la rentabilité
de l’entreprise

Comparative Analyse par les ratios  Mesure la rentabilité globale


Ou de l’entreprise
relative  Mesure l’intensité
captalistique, l’indépendance
financière, la rotation des
stocks, etc.…
 Permet de pratiquer des
études comparatives sot dans
le tps, sort par rapport aux
entreprises de même secteur.

Différentielle Analyse par les flux (tableaux trace le parcours financier de


Ou des flux, tableaux de ntreprise en s’attendant a l’équilibre
Dynamique financement) tre les emplois et ressources a long,
moyen et court terme.
mène a une compréhension historique
s problèmes de trésorerie.
PRESENTATION DU BILAN

Le Bilan C’est une situation des comptes de


l’entreprise arrêtée à un moment
donné, et divisée en deux parties
équilibrées : l’Actif et le Passif

ACTIF PASSIF
Utilisation des fonds Origine des fonds
ce que l’entreprise ce que l’entreprise
possède doit

Emplois Ressources
LES GRANDES MASSES DU PASSIF

Résultat non distribué Capitaux


Fonds social
Fonds propres permanent
Subventions exigibles
Prov à caract.de à plus d’1
Provisions réserve ans
Dettes à moyen Dettes LetMT
et long terme Prov/pour dépréciation Capitaux
à court
Dettes à court avec décaissement à terme
terme moins d’un ans ou
dettes à court terme exigibles
Résultat à
exercice résultat distribué moins
d’1
ans
LES GRANDES MASSES DE L‘ACTIF

Frais préliminaires Actif sans valeurs Actif


immobile
valeurs d’immobilisation investissement ou
ou
ou d’investissement immobilisation investi
Autre val.invest.
Valeurs d’exploitation Actif
stocks
valeurs réalisables et circulait
réalisables ou
disponibles liquidité
résultat exercice disponibles à court
terme
Classement du bilan Classement rationnel
Les retraitements du bilan comptable

Le bilan récapitule les ressources et leurs emplois dans


l’entreprise, évalués à leur valeur d’origine et classes selon
le cycle d’investissement de financement ou d’exploitation.
Il est qualifié de : Fonctionnel. Pour mieux apprécier le
risque de faillite à court terme ou d évaluer le patrimoine
de l’entreprise, le banquier sera amené à effectuer un
certain nombre de retraitement pour avoir un bilan de
liquidité ou financier .
LE BILAN FINANCIER
Dans le bilan financier, les postes du bilan sont évalués
à leur valeur vénale (voire dans certains cas à leur valeur
d’usage).

1 - LA liquidité de l’actif :
Un élément d’actif est liquide lorsqu’on peut le vendre
ou l’encaisser rapidement. L’actif va être reclassé selon
le critère de liquidité croissante : en haut du bilan
figurent les actifs les moins liquides,C à D les actifs
immobilisés pour leur valeur nette et les créances dont
l’échéance est à plus d’un an . En bas du bilan figurent
les stocks et les encours, les créances dont l’échéance
est à moins d’un an et les disponibilités .
LE BILAN FINANCIER

2 - L’exigibilité du passif :

Une dette est exigible lorsque son échéance est


atteinte.
Le passif va être reclassé par ordre d’exigibilité
croissante; en haut du bilan figurent les capitaux
permanents dont l’échéance est à plus d’un an . En
bas du bilan figurent les dettes à moins d’un an
quelle que soit leur origine.
Le Bilan Financier

Reclassement des grandes


masses du bilan

Ressources

Liquidité à Investissements Exigible à


plus d’1 an Capitaux plus d’1 an
ou permanents
Immobilisations - Les exigibles
dans l’année
FDR FDR

Actif circulant dettes à C.T.


- Les réalisables - Les exigibles
Liquidité à Exigible à
à plus d’1 an à plus d’1 an
moins d’1 an moins d’1 an

Classement du bilan Classement rationnel


Le Bilan Financier

3 - Les reclassement du Bilan Financier

Pour établir un Bilan Financier, il est nécessaire


d’avoir recours à des informations
supplémentaires, celles-ci apparaissent d’une part
dans les notes au pied du bilan et d’autre part
dans les annexes du bilan avec l’état des
échéances, des créances et des dettes à la
clôtures de l’exercice
Bilan Financier

4 - Les retraitements du Bilan Financier


Actif sans valeur ou Actif fictif
Elimination des non-valeurs qui correspondent à des
« charges activées » (c.à.d. inscrites à l’actif) ou à des
« pertes virtuelles »
Les non-valeurs correspondent à des encours inscrits à l’actif
du Bilan mais qui ne présentent aucune potentialité de
liquidité, leur Activation  » est issue de la réglementation
comptable et/ou fiscale afin :
-de repartir des ’échéances sur plusieurs exercices des
charge importantes (frais d’établissement)
- De reporter des charges sur des exercices ultérieurs
(prime de remboursement des obligations)
- De prendre en compte le caractère latent d’une perte
(écart de conversion Actif)
Exemple :
Bilan Comptable

Actif : 20 000 000 Situation nette : 8 000 000

dont Actif fictif : 1 000 000 Dettes : 12 000 000

Bilan Financier

Actif : 19 000 000 Situation nette : 7 000 000

dettes : 12 000 000

Le retraitement se traduit par :


- Le retrait des non-valeurs à l’actif
- Une diminution de la situation nette d’un montant équivalent
Effets Escomptés Non Echus (E.E.N.E.)

Il s’agit des effets de commerce (lettres de change - billet à


ordre) ayant fait l’objet d’un escompte auprès d’une banque dont
l’échéance n’est pas arrivée à terme.
D’un point de vue juridique, ces E.E.N.E. ne font plus partie du
patrimoine de l’entreprise, ils sont donc « HORS BILAN »
Du point de vue de l’analyse Financière, les E.E.N.E. constituent :
- Un risque pour l’entreprise en cas de défaillance du débiteur
- Un concours bancaire « déguisé »

IL convient donc de les réintégrer au Bilan Financier


Exemple :

Bilan Comptable Bilan Financier

Immobilisation Situation nette Immobilisation Situation nette

Dettes :
Actif circulant Dettes : Actif circulant
concours
dont clients concours bancaires clients : 10 000
bancaires
10 000 100 EENE : 2 000
2 100

Total : 50 000 Total : 50 000 Total : 50 000 Total : 50 000

Engagements hors Bilan : EENE 2 000


Les immobilisations en crédit bail

Les immobilisations acquises en crédit bail n’appartiennent pas au


Bilan Comptable car elles ne sont juridiquement pas la propriété
de l’entreprise.
Si l’analyse privilégie une optique liquidative, il ne sera pas
nécessaire de faire un retraitement, les éléments acquis en crédit
bail n’étant pas susceptible d’être transformés en liquidités.

Les dividendes à payer

Il sera établi après répartition du bénéfice le paiement des


dividendes qui seront inscrit en dettes à moins d’un an.
Provision pour Risques et Charges

Constituées pour couvrir des dettes probables, elles doivent


être réparties entre les dettes à plus d’un an et les dettes à
moins d’un an selon la date vraisemblable de réalisation du
risque ou de la charge.

S’agissant de provisions destinées à couvrir des risques


éventuels, il convient alors de les intégrer aux capitaux propres,
leur nature étant proche de celles des réserves.
Comptes courants d’associés
Ils ne seront intégrés aux capitaux propres que s’ils sont
assortis d’une convention de blocage ou laissés à la disposition
de l’entreprise de façon stable.

Ecart de Conversion Passif


Il représente un gain de change latent qu’a subi l’impôt sur les
sociétés. Il vient donc renforcer les capitaux propres.

Ecart de Conversion Actif


Il correspond à des diminutions de créances ou à des
augmentations de dettes induites par des fluctuations
défavorables des taux de change relatifs aux devises dans
lesquelles ces encours sont libellés.
Les principaux reclassements
des postes du bilan à effectuer
Emplois Ressources
Actif immobilisé
(investissement) Capitaux fixes
ou permanents
+ actif s/valeurs
+ actif val d ’inves + Capital social
+ créances immob + réserves
+ réal, à + d ’1 an + Quasi.fonds propres
- dépôts et + Prov. À caractère
consignations à CT de réserves
- Prov.P/dépréciation
Actif Circulant - Annuité emprunt
à M et LT
- stock/créances
Réalisables à + 1 an Dettes à C T
- créances douteuses
non provisionnées - Cptes courant
- cptes/régularisés associes bloqués
immobilisés + Dettes à C T exploitation
- titres de placement + Dettes à C T non cles
à + 1 an

PERTE Bénéfice à distribuer


CLASSEMENT RATIONNEL DU BILAN

ACTIF PASSIF
Actif sans valeur Capitaux
Actif Fonds Propres permanents
immobilisé
à + d’ 1 an Valeurs
Immobilisées exigibles à
Dettes à + d’ 1 an
Valeurs Moyen et
D’exploitation Long Terme
Actif « Stocks »
Passif à
circulant
à - d’ 1 an Valeurs CT
Réalisables Dettes à
Court Terme
Disponibles exigibles
à - d’ 1 an
CONCLUSION

Un bilan sera dit liquide lorsque les Actifs à moins d’un an


seront supérieurs aux dettes à moins d’un an. On peut
supposer que la vente progressive des stocks et
l’encaissement des créances permettra de payer les dettes
proches, et donc le Risque de faillite à court terme est
faible.
L’entreprise sera considérée comme solvable si, dans la
perspective d’une liquidation de l’entreprise, l’Actif réel
permet de couvrir toutes les dettes.
L’Ajustement Liquidité / Exigibilité

Une certaine orthodoxie financière conduit à imposer le


principe de l’ajustement entre la liquidité des Actifs et
l’exigibilité des éléments du Passif.

Dans ce cadre :

Financés
Les Immobilisations Ressources stables

Les Actifs circulants Financés Ressources à C.T.


L’application d’une telle orthodoxie financière doit
cependant être Nuancée du fait de L’Asymétrie
existant dans la transformation des Actifs en
Moyens de paiement et des dettes en échéances
immédiatement Exigibles.

La transformation des Actifs circulants en Monnaies


peut être perturbée par différents incidents :
sinistres, mévente, conjoncture défavorable etc….
Sa réalisation est donc incertaine. Par contre,
l’exigibilité des dettes est certaine quant à son
échéance et son montant.
Cette Asymétrie suggère donc qu’il convient de se
constituer une « marge de sécurité » en gonflant les
Actifs circulants par rapport aux dettes à court
terme.

Dettes à
Actifs circulants court terme

Marge de sécurité
L’Ajustement des cycles Financiers

- Le cycle long d’Accumulation


1
Avance
Capitaux
Immobilisations 2
permanents
Amortissements
+ Bénéfice
- Perte

La mise en valeur des Immobilisations permet d’assurer la Reconstruction des


Capitaux initialement engagés.
Trois cas peuvent se produire :
- Reconstruction des capitaux engagés + gain : il y a donc enrichissement de
l’Entreprise et Renforcement de l’Equilibre Financier.
- Reconstruction de la mise de fonds initiale
- Non Reconstruction des capitaux engagés : il y a donc Approvisionnement de
l’Entreprise et détérioration de l’Equilibre Financier.
LE CYCLE COURT D’ACCUMULATION
Vente Stocks de Financement
de marchandises
Marchandises Crédit
Créances Fournisseur
Cles

Recouvrement
Disponibilités Règlement
Le Rythme des Actifs circulants les moins liquides (Stocks) en
disponibilités doit permettre à l’Entreprise de générer des flux de
liquidités pour faire face aux échéances Immédiates de ses
Engagements.

En cas de Non Ajustement (délais crédits fournisseurs inférieurs au


temps de transformation des stocks en liquidités), il y a déséquilibre
et donc risque d ’insolvabilité.

Une « Marge de Sécurité » doit là aussi être prévue


L’articulation entre le cycle long d’Accumulation et le
cycle court d’exploitation dégage soit un besoin de
financement soit plus rarement, un excès de ressources
sur les emplois.

- Dans le 1er cas, l’entreprise recherche des


crédits afin de faire face à ses échéances.
- Dans le 2eme cas, l’entreprise dispose de
liquidités lui permettant de constituer un
« Matelas de sécurité » ou un « Trésor de
guerre » selon que la stratégie adoptée
présente un caractère plus ou moins agressif.
Les soldes Intermédiaires
de gestion (S.I.G.)
Le résultat de l’exercice est obtenu par différence entre tous les produits et
toutes les charges de l’exercice.
Pour mieux comprendre comment il s’est formé et pouvoir l’analyser, il est
nécessaire de calculer des résultats partiels ou intermédiaires.
La présentation du compte de résultat est décomposée en soldes successifs
(SIG). Ces soldes permettent le calcul de :
- La marge commerciale
- La production de l’exercice
- La valeur ajoutée
- L’excédent brut d’exploitation (ou l’insuffisance)
- Le résultat d’exploitation (bénéfice ou perte)
- Le résultat courant avant impôts
- Le résultat exceptionnel
- Le résultat net comptable
Le tableau des SIG représente une cascade de marge, paliers dans la
formation du résultat.
Les différents soldes intermédiaires de gestion (SIG)

1- La marge commerciale
Son calcul
C’est un élément de calcul indispensable pour les entreprises
commerciales, pour les entreprises industrielles, elle est
calculée que s’il existe une branche de négoce.
La marge commerciale représente la différence entre les
ventes de marchandises et le coût d’achat des marchandises
vendues.

+ Ventes de marchandises
- Achats de marchandises
+ ou - Variation des stocks
Remarque
La marge commerciale mesure l’excèdent dégagé par les ventes,
sur les achats consommés de marchandises (y compris les frais
accessoires sur achat).
Les différents soldes intermédiaires de gestion (SIG)

2- La production de l’exercice
Son calcul
La notion de production concerne les entreprises ayant une
activité de fabrication ou de transformation de biens ou de
services.
+ Production vendue de biens ou de services
+ ou - Production stockée
+ Production immobilisée

La « production » n’est pas homogène dans la mesure où la


production vendue y figure au prix de vente alors que la
production immobilisée et la production stockée sont
comptabilisée au coût de production.

La production a parfois une plus grande signification que le


chiffre d’affaires pour mesurer l’activité économique d’un
exercice.
Chiffre d’affaires et Production

Le chiffre d’affaires
=
Ventes de marchandises
+
Production vendue

La production
=
Ventes de produits finis  Production vendue
+
Variation des stocks  Production stockée

Production interne
+
 Production immobilisée
La marge commerciale

Production
vendue
Chiffre
D’affaires Coût d’achat des
Vente de marchandises
marchandises vendues
Marge commerciale
Soldes Intermédiaires de Gestion
(SIG)
La valeur Ajoutée
Son calcul
La valeur ajoutée permet de mesurer la création de valeur apportée
par l’entreprise elle correspond à la marge commerciale

+ Production de l’exercice
+ La consommation en provenance des tiers

Ou + Marge commerciale
+ Production de l’exercice
+ Achats de matières premières et autres approvisionnements
+ ou - variation des stocks
- Autres Achats et charges externes (Loyer , crédit bail, coût personnels
intermédiaire, coût sous-traitance etc...)
La valeur Ajoutée traduit la dimension de l'activité propre de l’entreprise et fait
apparaître les contraintes des marchés sur lesquels se situe l’entreprise.
Soldes Intermédiaires de Gestion
(SIG)
L'excèdent (ou l’insuffisance) brut(e) d’exploitation
Son calcul
Il représente la création de valeur apportée par le capital économique

+ Valeur ajoutée
+ Subvention d’exploitation
- Impôts et taxes
- Salaires et traitements
- Charges sociales

L’EBE est un bon indicateur des performances industrielles et commerciales de


l’entreprise. Son approche est indépendante de la politique d’amortissement, de
la politique financière et des opérations à caractère exceptionnel.
Il permet donc les comparaisons inter-entreprises.
L’EBE mesure également le cash-flow de l’entreprise avant charges financières,
exceptionnelles et impôts sur le résultat. Il indique donc les ressources
disponibles et pour rémunérer les capitaux engagés qu’ils soient propres ou
empruntés.
Soldes Intermédiaires de Gestion
(SIG)
Le résultat d’exploitation (avant charges et produits
financiers
Son calcul
Par rapport au solde précèdent, celui-ci intègre la politique d’amortissement
et de provisions.

+ EBE ou insuffisance EBE


+ Reprise sur provisions et transfert
+ Autres produits
- Dotations aux Amortissements et provisions
- Autres charges

Ce solde permet des comparaisons entre entreprises en


neutralisant la politique financière.
Soldes Intermédiaires de Gestion
(SIG)

Le résultat courant avant impôts


Par rapport au solde précédent, celui-ci prend en compte le résultat
financier. Il représente ce qui provient de l’activité normale et habituelle
de l’entreprise.

+ Résultat d’exploitation (avant charges et produits financiers)


+ Produit financiers
- Charges financières

Il est d’une grande importance puisqu’il fournit des


renseignements sur le résultat de l’entreprise non
perturbé par les événements exceptionnels ou l’incidence
fiscale.
Soldes Intermédiaires de Gestion
(SIG)

Ce résultat regroupe les éléments ne correspondant pas


à l’activité courante de l’entreprise ou ceux ne
contribuant pas à la formation d ’un résultat réel.

Son calcul

+ Produits exceptionnels
- Charges exceptionnelles

Il met en évidence le solde avant impôts des opérations


exceptionnelles, parmi lesquelles les cessions d’éléments
d’actif sont les plus importants
Méthodologie générale de
l’analyse
Les questions que se pose l’analyste

- Solvabilité ?
- Financements adaptés ?
- Efficacité ?
- Rentabilité ?
Ses préoccupations

Les risques
Ses buts
- Evaluer
- Interpréter
- Apprécier
Méthodologie
Phase analytique

Etude dynamique de chaque aspect

- Quelle est la situation ?


- Comment en est-on arrivé à cette situation ?
- Quelle est l’évolution prévisible ?

Phase synthétique

Interaction des divers aspect examinés

- Vision globale de l’entreprise


- Apprécier son devenir
Analyse dynamique

Hausse
Constatation Stagnation
Baisse
Explication Causes
Positive
Appréciation
Négative

Analyse statique
Comparer Norme
Positive
Apprécier
Négative
Expliquer Causes
Etude de la structure financière

Objectifs
* Analyse des équilibres financiers
- à moyen et long terme
- à court terme
* Appréciation du risque de non remboursement

Méthodologie
- Analyse de l’Actif net
- Analyse du fonds de roulement
- Analyse de la structure des capitaux permanents
- Analyse de la structure des Actifs immobilisés
Recherche des équilibres financiers
A quels financements l ’entreprise a t-elle recours ?
- Fonds propres
ou
- Dettes à long et moyen terme
Activité

Son financement est-il adapté


Besoins

Appréciations des risques structurels

Risques de Risque de dépendance


Risque déstructuration financière (absence de
liquidatif financière moyens financiers
(absence de propres)
moyens
financiers
propres)
L’ACTIF NET
Fonds propres nets ou situation nette.
Définition : On peut définir les fonds propres nets comme la
somme qui reviendrait aux actionnaires en cas de liquidation de
l’entreprise.
Formule
ACTIF NET = Fonds Propres - Actifs Sans Valeur
= Actif Total - Dettes Total - ASV
Appréciation
S’assurer que l’Actif Net constitue une marge suffisante pour
couvrir les différences existantes entre la valeur comptable des
Actif et leur valeur probable de casse.
L’ACTIF NET
Technique d’analyse
Valeur Absolue
- Evolution et causes
- Comparaison
Ratio : Actif Net / Total Actif
- Evolution et causes
- Couverture des postes à haut niveau de risque
- 20% convenable
Projection sur l’avenir
Actif Net : Perspective d’accroissement ou non
Actif : Evolution en fonction des besoins liés au
développement de l'activité.
L’ACTIF NET

Exemple :
Entreprise A Entreprise B

Investissements AN 10 MDA Investissement

Dettes AN 6 MDA
Stocks
+ Dettes +
Créances Créances

Total Bilan 200 MDA Total Bilan 20 MDA

5% Taux de couverture
de l’entreprise B est
30%
meilleur que celui de
A
Analyse du Fonds de Roulement

Définition
Part des capitaux permanents finançant l’actif
circulant
Formule
FR = Capitaux permanents - Actif immobilisé
P = Actif circulant - Passif circulant
Appréciation
S’assurer que le FR constitue une marge suffisante pour
faire face aux échéances à court terme et couvrir les
risques d’exploitation (pertes et dépréciation).
Analyse du Fonds de Roulement
Technique d’analyse
Valeur absolue

- Evolution et causes
- Composition (analyse structurelle du F.R.)
Ratio
- FR/Actif circulant courant des risques d’exploitation (stocks - Réalisable)
- Evolution et cause
- Couverture des postes à haut niveau de risque
- 20% convenable - (voir moyenne secteur)
Ratio
- FR x 360 / Chiffre d'affaires H.T.(risque d’activité)
- Nombre de jours d’activité financés par F.R.
- Evolution et causes
- 30 jours convenable(voir moyenne secteur)
Projection sur l’avenir
- Tableau de financement prévisionnel
Analyse de la structure des capitaux permanents

Appréciation

Couverture des besoins de financement des Actifs immobilisés


par des ressources propres.

Technique d’analyse

Ratio : Actif net / capitaux permanents


- Composition des moyens de financement des Actifs immobilisés
- Mode de financement (externe - interne)
- Niveau de dépendance vis à vis des tiers
- Evolution et causes
- Supérieur à 50% convenable (voir moyenne secteur)
Structure des capitaux permanents
Exemples
Cas n° 1 Cas n° 2

AN Capitaux
Capitaux
50% AN
50%
Marge
Emprunts
Permanents à Permanents Emprunts d’endette
ment
50% M et LT 50% à
M et LT

Aucune marge d’endettement Marge d’endettement existante

Dépendance totale vis à vis des tiers Indépendance vis à vis des tiers

Cas n°1: Les dettes à plus d’un an sont très élevées, l’entreprise est sur-endettée,
les bailleurs de fonds sont prédominants sur les propriétaires. Il y a une totale
dépendance de l’entreprise envers les bailleurs de fonds.
Cas n°2: Les dettes à plus d’un an sont plus faibles, le risque de l’entreprise est
supporté par les propriétaires. L’entreprise ne dépend pas de ses bailleurs de fonds.
Analyse de la structure des actifs immobilisés
Degré d’immobilisation de l’actif

Actif immobilisé
Ratio :
Actif
- Evolution
- Causes
- Moyenne du secteur

Degré d’amortissement des Immobilisations


Amortissement
Ratio :
Immobilisations brutes
- Evolution
- Causes
- 70% (Degré de vétusté)
- Moyenne du secteur
Analyse de la structure des Actifs Immobilisés

Structure de l’actif circulant :

Ratio : Stocks
Actif circulant

- Aperçu sur la gestion (sur-stockage - Mévente)


- Influence sur la trésorerie et la rentabilité
- Evolution
- Causes
- Etude particulière pour les entreprises à caractère
saisonnier
TABLEAU DE TRESORERIE
Fonds de Roulement
1- Besoins d’exploitation
- Stocks
- Clients
- Effets à Recevoir
- Autres débiteurs du cycle
- Encours escompte
2- Ressources d’exploitation
- Fournisseurs
- Effets à Payer
- Autres créditeurs du cycle
Besoins Fonds de Roulement Exploitation 1 - 2
3- Besoins Hors Exploitation
4- Ressources Hors Exploitation
Besoins Fonds de Roulement Hors Exploitation 3 - 4
Besoins Fonds de Roulementglobal (BFR exp. + BFR H.exp.)
Trésorerie Solde Net ( FR - BFRglobal)
Analyse du tableau de trésorerie
Les besoins d’exploitation
* Origine
- Evolution
Besoin exploitation X 360
- Ratio :
CAHT
Les ressources d’exploitation
* Origine
- Evolution
Ressources Exploitation X 360
- Ratio :
CAHT
BFR d’exploitation
- Le FR doit financer le BFR sans faire appel au crédit bancaire
Formule : A.C. exp. (Hors trésorerie) - P.C. exp. (Hors trésorerie)
* Origine
- Evolution
BFR exp. X 360
- Ratio : CAHT
Analyse du tableau de trésorerie
BFR globale
Montant nécessaire du F R pour financer les actifs circulants
sans faire appel au crédit bancaire .
Formule
A.C.(Hors trésorerie) - PC (Hors trésorerie)
- Origine
- Evolution
BFR globale x 360
- Ratio :
CAHT
- Absence de BFR : les ressources d’exploitation financent
l’actif circulant .
Solde net de trésorerie
Formule : trésorerie solde net = FR - BFR
trésorerie positive si FR > BFR
trésorerie négative si FR < BFR
Financement de la trésorerie
crédit de trésorerie
encours d’escompte
crédit de mobilisation de créances
autres formes de crédit

1 - trésorerie passive

caisse
c.c.p.
banque
centres disponibles

2 - trésorerie active

solde net de trésorerie 2 - 1


ANALYSE DU TABLEAU DE
FINANCEMENT DE LA TRESORERIE

Origine de la trésorerie solde net


- Ratios de couverture du BFR
Trésorerie Solde Net FR
et
BFR
BFR
Evolution :
Ratio : Trésorerie Solde Net x 360

CAHT
Notion de liquidité
Distinction entre trésorerie et liquidités
ETUDE DE L’ACTIVITE
Objectif : Analyse du fonctionnement de l’entreprise
Méthodologie : Analyse du TCR - gestion des stocks - conditions commerciales
Analyse du TCR :
Chiffre d’affaires :
- Evolution
- Causes
- Prévisions
Entreprise Commerciale :
* Marge Commerciale
* Evolution et Causes
Marge commerciale
* Ratio :
CAHT
- Evolution
- Causes
ETUDE DE L’ACTIVITE

Entreprise Industrielle
• Production (Harmonie avec le chiffre d’affaires)
• valeur Ajoutée
- Niveau
- Evolution et Causes
VA Evolution et Causes
• Ratio :
Production

Répartition :
Charges Personnel
* Rémunération facteur Travail :
VA

Charges Financières
* Rémunération capitaux empruntés :
VA
MBA
* Rémunération de l’entreprise :
VA
ETUDE DE L’ACTIVITE

Etude de la gestion des stocks

• Délai stock matières premières Jours approvisionnements


possédés
MP X 360

Achats MP HT

• Délai stock produits encours Durée du cycle production


Produits encours X 360

Production HT

• Délai stock produits finis Jours de vente possédés


PF X 360

CA HT
ETUDE DE L’ACTIVITE

Etude des Conditions Commerciales

• Délai de paiement accordé aux clients

(Clients + effets à recevoir + facture à établir + encours exceptionnels) X 360

Chiffre d’affaires TTC

• Délai de paiement obtenu des fournisseurs

(Fournisseurs + effets à payer + facture à recevoir) X 360

Chiffre des achats TTC


ETUDE DE LA RENTABLITE

Objectifs : Analyse des résultats de l’entreprise


Méthodologie
* Etude de la rentabilité d’exploitation
* Etude de la rentabilité globale

Analyse de la rentabilité d’exploitation

+ Rentabilité brute d’exploitation avant les frais financiers


+ Rentabilité brute d’exploitation après les frais financiers
- Evolution
- Causes
- Incidence des frais financiers
ETUDE DE LA RENTABLITE
Analyse de la rentabilité global
- Rentabilité Nette Résultat Net
MBA X 100
- Rentabilité Commerciale
CAHT

MBA
- Rentabilité Economique
Total bilan + escompte

MBA
- Rentabilité des Fonds Propres
A.net + résultat conservé
Bilan Net
- Rentabilité Financière
A.net + résultat conservé

Dettes à MLT
- Capacité de remboursement
des dettes à MLT MBA
• Étude des ratios :
Un ratio est le rapport de deux grandeurs.
Celles-ci peuvent recouvrir des données
brutes telles que les stocks , ainsi que des
données plus élaborées telles que le fonds
de roulement.
Intérêt de l’analyse par ratios :
Elle permet de suivre l’évolution et le progrés
de l’entreprise et de situer l’image qu’elle
offre aux tiers .
Il s’agit d’une vision à posteriori.

Cette méthode doit être utilisée avec


prudence.
Le fait d’avoir de « bons » rations à la clôture
de l’exercice , n’implique pas un avenir
immédiat favorable.

Les rations peuvent être utilisés dans le but de


mieux suivre l’évolution économique de
l’entreprise
Il convient de sélectionner les grandeurs que
l’on souhaite étudier mais aussi de les
connaître et de les rendre significatifs.
De manière globale et significative , les
grandes familles de rations les plus
significatifs sont :

- De liquidité.
- De solvabilité.
- De rentabilité
Interprétation :

Les ratios varient selon dans le temps et selon


les entreprises et les secteurs d’activité dans
lesquelles elles évoluent.
Au-delà des ratios:

Il ne représentent qu’une façon de déterminer


le rendement financier d’une entreprise.
Ils peuvent largement varier.

Ils deviennent importants en les intégrant avec


d’autres méthodes et outils d’analyse.

Vous aimerez peut-être aussi