Vous êtes sur la page 1sur 85

CONFORMITE DES INSTALLATIONS

gaz
INTRODUCTION

La réglementation des installations de Gaz combustibles distribués par réseaux


de canalisations, distingue :
-les parties d’installations situées généralement dans le domaine public et placées de
ce fait sous la responsabilité et le contrôle SONELGAZ ; Ce sont les installations avant
compteur (réseau , branchements et conduites montantes).

- et les parties d’installations situées généralement dans le domaine privé et qui sont
exécutées sous la responsabilité de l’abonné et placées sous sa garde; Ce sont les
installations après compteur.(Installations intérieures).
TERMINOLOGIE

1 – Introduction :
La présente terminologie fixe les termes utilisés dans le guide technique de la distribution du
gaz.

2 – Amenée d’air directe :


L’air prélevé à l’extérieur pénètre directement dans le local où se trouve le ou les appareils
d’utilisation à alimenter, par un conduit ou par des passages ménagés dans les parois
extérieures du local.

3 – Amenée d’air indirecte :


L’air prélevé à l’extérieur pénètre tout d’abord dans un ou des locaux ne contenant pas les
appareils d’utilisation à alimenter et transite ensuite dans le local qui contient ceux-ci.
4 – Bloc de détente :
Ensemble groupé d’appareils tels que filtre, clapet de sécurité, détendeur-régulateur,robinets,
etc... ayant pour fonction essentielle de détendre un gaz d’une pression amont variable à une
pression aval réglée à une valeur déterminée.

5 – Branchement :
Les schémas en DIAPO N°5 illustrent les définitions ci-après.

5.1 – branchement d'immeuble collectif ou individuel :


Tuyauterie raccordant l'installation d'un immeuble collectif ou individuel à une conduite de
distribution.
Ce branchement est dit branchement collectif lorsqu'il dessert un immeuble collectif.
Ce branchement est dit branchement individuel lorsqu'il dessert une habitation individuelle.
5.2 – Branchement particulier :
Tuyauterie raccordant le compteur d'abonné aux parties de l'installation communes à la
desserte de plusieurs logements.( conduite montante, conduite de coursive, )
Dans le cas d'un immeuble à un seul logement le branchement particulier se trouve
confondu avec le branchement d'immeuble.
6 - Brasage :
Opération consistant à assembler deux parties métalliques d'un assemblage à l'aide d'un
métal d'apport à l'état liquide, ayant une température de fusion inférieure à celle des pièces
à réunir et mouillant le métal de base qui ne participe pas, par fusion, à la constitution du
joint.
Le brasage est dit " capillaire " lorsque le métal d'apport pénètre par capillarité entre les
deux surfaces à assembler qui se présentent en recouvrement.
Deux types de brasage capillaire peuvent être réalisés :
- le brasage fort, si la température de fusion du métal d'apport est supérieure à 450°C,
- le brasage tendre, si elle est inférieure à 450°C.
La qualification " fort " ou " tendre " ne concerne pas la qualité mécanique ou l'étanchéité
des assemblages obtenus.
7 - Calibre :
Numéro correspondant approximativement au diamètre
intérieur d'une canalisation ou d'un de ses organes
accessoires. Il constitue un numéro de correspondance entre
éléments
divers d'une canalisation.

8 - Chaufferie :
Local abritant un ou plusieurs appareils de production de
chaleur par combustion, dont la
puissance utile totale est supérieure à 70 kW ( 60 thermies).

9 - Compteur :
Les compteurs domestiques sont généralement des
compteurs secs de type à membrane. Leur désignation est
normalisée :
G 2,5 : débit maximum 4 m3/h; calibre 20 (utilisé en GPL)
G 4 : débit maximum 6 m3/h; calibre 20
G 6 : débit maximum 10 m3/h; calibre 32.
10 - Conduites :
Les schémas reproduits en DIAPO N° 5 illustrent les
définitions ci-après pour les gaz distribués par réseau de
distribution publique.

10.1 - de distribution :
Conduite faisant partie de réseau de distribution publique.

10.2 - d'immeuble :
Conduite d'allure horizontale faisant suite au branchement
d'immeuble collectif et alimentant une ou plusieurs colonnes
montantes, ou des nourrices de locaux techniques gaz ou des
branchements particuliers.

10.3 – colonne montante :


Conduite d'allure verticale raccordée à la conduite d'immeuble
et alimentant les différents niveaux de l'immeuble.
10.4 - de coursive :
conduite d'allure horizontale, raccordée à une conduite
montante et alimentant plusieurs branchements particuliers
situés à un même niveau dans un immeuble.
11 – Détendeur- régulateur :
Appareil permettant de couper et de détendre un gaz d’une
pression amont, comprise entre des limites déterminées, à
une pression aval définie.
- détendeur- régulateur type B, conçu pour être alimenté à
une pression comprise entre 0,1 bar et 4 bar.

En fonction de la destination :
- détendeur- régulateur individuel, destiné à alimenter une
installation individuelle. Il se place le plus souvent sur
l’entrée du compteur.
- Détendeur- régulateur collectif d’immeuble, destiné à
alimenter une installation collective. Il se trouve le plus
souvent à l’entrée de la conduite d’immeuble.
12-Dispositif de coupure ou d'obturation
Dispositif permettant d'interrompre le flux gazeux dans une
tuyauterie.
On utilise actuellement suivant les cas :
- les robinets MP et BP,
- les siphons isolateurs BP.

13-Electrosoudage
Technique d’assemblage des tubes en polyéthylène faisant
appel à des raccords PE électrosoudables, dont l’élément de
base est le manchon électrosoudable. Ce dernier est équipé
d’un enroulement électrique intégré à sa face interne. Deux
bornes, situées à l’extérieur, permettent de relier cette
résistance au poste de soudage.

14 - Emboîture :
Forme de l’extrémité d’un tube ou d’un accessoire, de diamètre
intérieur supérieur au diamètre courant du tube, permettant de
recevoir l’extrémité d’un autre tube ou accessoire.
15 - Gaine :
Volume généralement accessible et renfermant un ou
plusieurs conduits ; il peut également contenir des
accessoires tels que robinets, compteurs etc...
Exemple : gaine compteur, gaine pour conduite montante.

16 - Gaz naturel :
Gaz extrait du sol et contenant une très forte proportion de
méthane. Son pouvoir calorifique et sa densité sont variables.
Pour les gaz à haut pouvoir calorifique (type H) :
- Pouvoir calorifique supérieur : 10,7 à 12,8 Kwh/m3 (n)
(9,2 à 11 th/m3 (n) (à pression constante et H2O
Condensée).
- Densité : environ de 0,55 à 0,69.
Pour les gaz à bas pouvoir calorifique (type L ou B) :
- Pouvoir calorifique supérieur : 9,5 à 10,5 kWh/m3 (n)
(8,2 à 9 th/m3 (n)).
- Densité : environ de 0,61 à 0,68.
18 - Installation intérieur d’abonné :
Partie de l’installation en aval du compteur.

19 - Nourrice pour compteur :


Elément de canalisation sur lequel sont raccordés
plusieurs compteurs groupés dans un
local technique gaz.

20 - Poste de détente :
On appelle "poste de détente", l'enceinte ou le
local spécialement affecté, occupé par un
bloc de détente.
21 - Pouvoir calorifique :
21 1 Pouvoir calorifique supérieur (PCS):
Quantité de chaleur dégagée par la combustion complète, à
pression constante :
- soit d'un mètre cube de gaz mesuré sous 1013 mbar
(pouvoir calorifique en volume),exprimée en KWh/m3(n)
ou en MJ/m3(n),
- soit d'un kilogramme de gaz (pouvoir calorifique en
masse), exprimée en KWh/kg ou MJ/kg.
Dans les deux cas, les constituants du mélange combustible
sont pris secs et a 0°C; les produits de la combustion sont
ramenés à la température de 0°C; l'eau résultant de la
combustion est supposée ramenée à l'état liquide.

21.2 - Pouvoir calorifique inférieur (PCI) :


Le pouvoir calorifique est dit "inférieur" quand l'eau de
combustion est supposée à l'état de vapeur à 0°C.
22 - Pression de distribution :
La pression effective de distribution de gaz est
fixée par le distributeur à une valeur
comprise entre 0,021 et 4 bars.
Dans ces limites, les distributeurs distinguent
plusieurs gammes de pression :

22.1 - basse pression ( BP ) :


Pression permettant l’alimentation directe des
appareils domestiques, sans interposition
de détendeur-régulateur.

22.2 - Moyenne pression B ( MPB ) :


Pression comprise entre 0,4 et 4 bars effectifs
nécessite l’emploi de détendeurs
régulateurs de 0,1 à 4 bars.
23 - Propane commercial (désignation P) :
Il est constitué principalement du propane et du propène, le
reste étant de l'éthane, de l'éthène du butane et du butène.
Sa pression de vapeur relative à 37,8 °C doit être au moins
égale à 8,3 bars et au plus égale à 14,4 bars garantissant un
maximum de 19,3 bars à 50 °C.Sa masse volumique à l’état
liquide à 15 °C est au moins de 0,502 kg/dm3 ce qui
correspond à 0,443 kg/dm3 à 50 °C.

Le pouvoir calorifique supérieur du propane de référence


( EN 437 / NF D 30-504 ) est de :
- 14,4 kWh/kg (12,4 th/kg)
- 28,14 kWh/m3 (n) ( 24,2 th/m3 (n)) (soit 26,67 kWh/m3
à 15 °C sous 1013 mbar).
- Densité à l’état gazeux : 1,56
25 - Raccord isolant ( de même nature ou de nature
différente ) :
Dispositif destiné à isoler électriquement l’un de l’autre deux
tronçons de tuyauterie
consécutifs, tout en assurant le passage normal du gaz de
l’un à l’autre.

26 - Raccord mécanique :
Un raccord est dit mécanique quand l’assemblage et
l’étanchéité sont obtenus séparément, l’assemblage par
écrou à filetage cylindrique sans étanchéité dans le filet ou
par un boulon de serrage, l’étanchéité par compression d’une
garniture, sertissage d’une bague etc ....
NOTA : Cette définition est spécifique aux installations de
gaz.

27 - Raccord mixte :
Raccord destiné à réunir deux éléments de tuyauterie en
matériaux différents.
28 - Soudage :
Opération consistant à réunir deux ou plusieurs parties
constitutives d’un assemblage, de manière à assurer la
continuité entre les parties à assembler (continuité de la
nature des matériaux à assembler : matériaux métalliques,
matière plastique, etc…).
La réunion est assurée par une interpénétration du matériau
de base et du produit d’apport, provoquée par la fusion
localisée des parties à assembler avec celle du produit
d’apport.
On distingue :
- Le soudage oxyacéthylénique : procédé de soudage aux
gaz dans lequel on utilise de
l’acétylène comme gaz combustible (flamme très chaude
à 3 100 °C ).
- Le soudage électrique à l’arc : procédé de soudage
dans lequel la fusion est obtenue par l’effet d’un arc
électrique.
29 – Soudo-brasage :
Opération consistant à réunir deux parties
métalliques à l’aide d’un métal d’apport à l’état
liquide ayant une température de fusion inférieure à
celle des pièces à réunir. Ces dernières
peuvent ne pas se présenter en recouvrement
comme pour un brasage capillaire mais peuvent
être disposées bout à bout ou en angle par exemple.

Le métal d’apport a une température de fusion


supérieure à 450 °C (880 °C par exemple pour du
laiton deuxième titre).

Le joint brasé est obtenu de proche en proche par


une technique opératoire analogue à celle du
soudage par fusion.
1 – REGLES D'ÉTABLISSEMENT
DES TRACES DE CANALISATIONS
L'établissement des réseaux de distribution
publique de gaz est soumis aux règles et
règlements
suivants :
- Arrêté technique et de sécurité des ouvrages
de distribution publique de gaz combustible par
canalisation ( J O N° 60 du 01/09/1999 ).
- Cahier des charges ,
- Règles édictées par les administrations
publiques concernées,
-Spécifications internes de Sonelgaz.
TRACÉ
Le tracé doit être aussi rectiligne que
possible, les changements de direction en
plan et en élévation pourront être
obtenues :

- par l'utilisation de coudes,


- par cintrage des tubes.

Pour l'acier, les changements de direction


à grand rayon sont obtenus par déformation
élastique (R > 3000D) soit :
Pour l'acier, les changements de direction à grand rayon sont
obtenus par déformation élastique (R > 3000D) soit :
Calibre Rayon de cintrage(m)
50 150

100 300

150 450

200 600

Pour le PE, le rayon de courbure est supérieur ou égal à 30 fois


son diamètre extérieur.
Diamètre Extérieur en (mm) Rayon de courbure (en m)

20 0.6

40 1.20

63 1.90

90 2.70

125 3.75
Toutefois, dans le cas d'une remontée
en coffret il peut être de 12 fois son
diamètre extérieur.
PROFONDEUR DE POSE :

La profondeur minimale d'enfouissement des


canalisations, quelle que soit leur nature, sera au
moins égale à :

• 0,80 mètres sous chaussée


• 0,70 mètres sous trottoir;

cette distance est mesurée entre la génératrice


supérieure du tube et la surface définitive du sol.
POSE EN FOUILLE

l’emploi du sable de mer est interdit


LARGEUR DE LA TRANCHÉE :

Les largeurs de fouille pour les canalisations ,


quelque soit leur nature ,sont précisées dans le
tableau suivant:
Calibre Largeur de la fouille (L)
en (cm)
< 50 30

80-100 40

150 45

200 50

250 60

300 65
- CAS PARTICULIER (viabilité non achevée) :

Lorsque des canalisations sont à installer


avant l'achèvement complet de la viabilité, des
précautions spéciales doivent être prises pour
qu'en fin de travaux elles se trouvent à un
emplacement et à une profondeur admissibles.
Lorsque les niveaux et les emplacements des
autres ouvrages ne sont pas définis ni garantis, la
pose doit être différée.
TRAVAUX DE TERRASSEMENTS
AVANT POSE
Ouverture des tranchées :
Le revêtement des chaussées et des
trottoirs est démoli avec précaution et suivant
une coupe nette à la tranche s'il s'agit
d'asphalte, bitume, ciment etc.…

L'emploi de la masse pour ces travaux


est rigoureusement interdit.

Les déblais seront disposés de façon à


éviter tout dommage aux riverains. Une bande
d'une largeur minimale de 0,20 mètre restera
dégagée entre la paroi de la tranchée et le pied
de déblais.
Les matériaux destinés à être remployés
doivent être laissés dans un état tel qu'ils
puissent être récupérés lors de la réfection du
revêtement.

Les matériaux destinés à être remployés


doivent être laissés dans un état tel qu'ils
puissent être récupérés lors de la réfection du
revêtement.
Les matériaux déplacés doivent être
rangés de manière à ne pas entraver la circulation
et en suivant le cas échéant, les indications des
services concernés de la voirie
- Circulation des véhicules et des piétons

Pendant l'exécution des travaux le long des


voies publiques ou privées, il est laissé un
passage suffisant pour les voitures et les piétons.
L'accès aux immeubles, magasins, garages,
etc...doit être assuré ; sauf en cas de nécessité et
sur autorisation spéciale, les traversées de rues
sont effectuées de manière à ne pas interrompre
la circulation des véhicules.
Ouvrages existants dans les fouilles :

Les ouvrages existants dans le sol et


rencontrés dans les fouilles sont laissés dans leur
état primitif et aucune modification ne peut leur
être apportée sans l'accord écrit du propriétaire
de l'administration ou du concessionnaire
concerné. En particulier, il est interdit de faire
passer une canalisation au travers d'un ouvrage
rencontré et formant obstacle, à moins d'en avoir
obtenu l'autorisation écrite.
Si, au cours des travaux, des dommages
sont causés à certains ouvrages rencontrés et
désignés ci-dessous, toutes les mesures
conservatoires qui s'avèrent nécessaires doivent
être immédiatement prises.
Les canalisations parallèles à la tranchée
ou coupant celle-ci suivant un angle faible sont
étayées ou soutenues si nécessaire.

Lorsque des câbles électriques ou leurs


accessoires (boites de jonction ou de dérivation)
sont rencontrés au cours de la fouille, les
mesures à prendre sont décidées par les services
électriques de la Sonelgaz.

Lorsque le déplacement des ouvrages doit


être effectué, c'est Sonelgaz qui décide, dans
le respect des règles de sécurité, s'il doit se faire
sous ou hors tension.
Le déplacement et la suspension des
câbles sont exécutés de telle façon qu'aucune
traction tendant à arracher le câble de ses pièces
de connexion ne puisse s'exercer sur les boîtes de
jonction, de dérivation ou de coupure.

Avant le remblaiement, les câbles et leurs


accessoires sont rétablis dans leur position
primitive et les dispositifs de protection ainsi que
le dispositif avertisseur sont soigneusement
replacés.
Fond de fouille :
Le fond de fouille est parfaitement arasé à la
côte indiquée par les plans d'étude. Il est
débarrassé des pierres rencontrées, il ne doit
présenter ni saillie ni creux risquant de placer la
canalisation en porte à faux.

Les parties dures enlevées sont remplacées


par de la terre meuble criblée et bien tassée
en couches successives.

Pour ne pas compromettre la bonne


conservation des canalisations, la tranchée est
approfondie et garnie d'une couche de 0,10 m de
matériaux meubles non agressifs ( terre tamisée
ou sable ) qui sont tassés.
L'emploi de sable de mer est interdit.
Croisements à proximité d'ouvrages souterrains
Les règles à observer sont détaillées dans les
annexes des différents cas de voisinage
d'ouvrages souterrains suivants :
- En cas de croisement avec un câble ou une
conduite. Les distances minimales à respecter
entre les génératrices d’ouvrages sont précisées
dans les annexes n° 7 et 8.
- En cas de parcours parallèle avec un câble ou une
conduite .Dans ce cas les distances minimales à
respecter sont précisées dans les annexes 9 et 10.
CROISEMENT AVEC UN ÉGOUT

Les canalisations de gaz doivent être


posées au dessus des égouts. Encas
d'impossibilité, la pose en dessous sera autorisée
mais il y a lieu de prévoir une gaine de
drainage non métallique (annexe 11).
FOURREAUX

Lorsque l'encombrement du sous-sol ne


permet pas d'éviter un ouvrage de maçonnerie
(égout, etc.), le franchissement est effectué en
fourreau après accord du service chargé de
l'ouvrage.
Il en est de même lorsque les éloignements
réglementaires des ouvrages de tiers ne peuvent
être respectés.

Le fourreau est constitué par un tube de


préférence non métallique résistant, et en une
seule pièce. Il devra déborder de part et d'autre
de l'obstacle.
Lorsque la profondeur minimale de pose ne
pourra pas être atteinte (encombrement du sous-
sol ), il sera procédé à la pose de canalisation à
une profondeur qui ne doit pas être inférieure à
40 cm par rapport à la génératrice supérieure du
tube avec une protection mécanique par dalle en
béton.
CROISEMENT D'UNE CONDUITE GAZ AVEC UNE CANALISATION SOUTERRAINE
(ANNEXE 8)
VOISINAGE D'OUVRAGE SOUTERRAIN EN PARCOURS PARALLELE
ANNEXE 9

0,60
metres
CROISEMENT D'UNE CONDUITE GAZ AVEC UN EGOUT
(ANNEXE 11)

Passage au dessus : Egout

Passage en dessous : Egout

La gaine doit être constituée d'un tube non métallique.


LES BRANCHEMENTS
LIMITES DU BRANCHEMENT D’ABONNÉS
Le branchement d’abonnés est limité :
- à l’amont par le point de piquage sur la canalisation de
distribution,
- à l’aval par le raccord de sortie du compteur.En cas de
regroupement de compteurs ,la limite se situe au robinet
d’arrêt de l’installation du client .Pour les clients moyenne
pression , la limite est à la vanne d’entrée du poste de
livraison.
Les branchements dérivent d'une conduite principale
de distribution de gaz qui peut être de l’acier, du cuivre, de
la fonte ou du polyéthylène.

Cette dérivation est effectuée au moyen d’un accessoire


appelé prise de branchement.

Un branchement est par principe perpendiculaire à la


conduite de desserte et à la façade du local desservi.

La longueur d'un branchement ne peut en aucun cas


excéder les 20 mètres.
3. Calibres usuels :
Dans la conception des branchements les calibres couramment
utilisés sont :
- pour le polyéthylène : 20 et 40,
- pour l’acier : 50, 100 et 150 dans le cas des postes clients.
- pour le cuivre 15, 25, 40 ( extrême sud )
4 - Prise de branchement :
La prise de branchement est choisie en fonction de la nature de la
conduite de distribution et de la nature du branchement à réaliser
4.1 - Réseau acier :
4.1.1 - Branchement cuivre :
La prise de branchement est du type à souder avec ou sans obturateur,
suivant que le branchement est à réaliser en charge ou hors charge. La
jonction entre les deux parties est assuré par un assemblage
permettant l’isolement électrique du branchement de la conduite
La réalisation des branchements neufs en cuivre est réglementé par
instruction technique .
4.1.2 - Branchement PE :
La prise de branchement est du type à souder sur acier avec un
assemblage métalplastique à jonction sphéro-conique côté coffret
Le branchement PE ne peut en aucun cas émerger en façade au
delà de un mètre et demi.
4.1.3 - Branchement acier :
Dans ce type de branchement la dérivation est assurée par une prise
du type à souder ou par un piquage direct
4.2 - Réseau polyéthylène :
4.2.1 - Branchement PE :
La prise de branchement est une selle de branchement PE, ou selle té
de branchement soudée en technique électro-soudable.
La première est utilisée sur réseau hors gaz et la seconde sur réseau
en charge
4.3 - Réseau Cuivre :
Dans le cas d’un réseau en cuivre, le branchement doit être réalisé en
PE ou en cuivre, la prise de branchement est du type à souder par
brasage capillaire fort.
4.4 - Réseau fonte :
Les branchements sur réseau fonte sont réalisables en polyéthylène.
4.4.1 - Branchement PE :
Un branchement en polyéthylène sur réseau fonte est réalisable
avec une prise à 03 pièces avec un serrage mécanique; la liaison
branchement coffret est assuré par un raccord métal plastique.

5 - Organe de coupure :
5.1 - Choix :
On appelle organe de coupure, tout robinet monté sur les réseaux et
branchements et
permettant d’interrompre le gaz en cas de nécessité.
Ces robinets sont caractérisés par :
- leur système de commande : qui peut être direct, rapide ou non et à
distance,
- leur système d'obturation : à vanne, à soupape, à tournant, à piston
ou à papillon
- leur mode de raccordement :
 . démontable : à brides, à union à joint plat, à union sphéro-conique,
à manchons
taraudés avec étanchéité dans le filet, à bague auto-sertissable ou
à raccord métal plastique,
 . non démontable : à embout pour soudo-brasage, à manchon alésé
pour soudage par capillarité ou à extrémité chanfreinée pour
soudage bout à bout, le tout polyéthylène par soudage bout à bout
ou par raccords électro-soudable et raccordement identique pour le
robinet pour polyéthylène .

5.2. - Robinet d’isolement de poste de détente : Q > 100 m3/h


Il doit être placé le près possible du piquage de dérivation du poste.
5.3 - Robinet de branchement :
Toute arrivée de gaz dans un immeuble doit être commandée par un
dispositif de coupure placé dans un coffret en façade pour les
robinets de branchement de diamètre ≤ 50 mm.
Le coffret doit être encastré, il doit rester étanche dans le mur,
aéré vers l’extérieur et protégé contre les infiltrations d'eau.
La hauteur de pose du coffret S100 ,S300 ou du portillon S400 est
comprise entre 80 cm et 120 cm.
Dans certains cas d’habitations individuelles, ce robinet est confondu avec le robinet de
compteur quand celui-ci est placé en coffret ou en niche.
Acier Pe 1 Prise de branchement à souder 15

Polyéthylène Pe 1 BRANCHEMENT INDIVIDUEL MPB


Prise de branchement 15 PE 20

Cuivre Pe 1 Prise de branchement 15


La détente et le comptage dans un coffret S300 ou
14 niche
Tube S400
Pe en limite de propriété15
avec émergence en PE et ouverture vers l’extérieur

16 grillage avertisseur
17 Fourreau de protection
en PVC 26
Coffret en limite de propriété
13 S300-S400 S300-400

2 Raccord métal plastique


à jonction sphéro-conique 15

3 Robinet à jonction
sphéro-conique 15

4 Raccord à jonction
sphéro conique 15

5 Détendeur en ligne B6-B10

6 Mamelon entrée régulateur 15

7 Joint compteur 20-32

8 Compteur G 2,5/4/6

9 Raccord sortie compteur 20-32

10 Amorce cuivre de
un mètre 20-25

15 Tube cuivre 15

Coffret en limite de propriété


13 S300-400 S300-400
3 Robinet à jonction
sphéro-conique 15

11 Raccord coudé
entrée régulateur 15

5bis Détendeur en équerre B6-B10

7 Joint plat 20-32


BRANCHEMENT INDIVIDUEL MPB PE 20

2ème cas* : le comptage à l'intérieur de la propriété du client


Réseau Liaison réseau-coffret Réf. Désignation Calibre
Acier Pe / Cu 1 Prise à souder 15
Polyéthylène Pe / Cu 1 Prise de branchement 15
14 Tube Pe 15
12 Raccord métal-plastique 15
15 Tube cuivre 15
16 Grillage avertisseur
17 Fourreau de protection

Robinet en façade 13 S100 S100


2 Raccord à jonction 15
sphéroconique
3 Robinet à jonction 15
sphéro-conique
4 Raccord 2P à jonction 15
sphéro conique
15 Tube cuivre 15

Régulateur en façade 4 Mamelon entrée régulateur 15


5 Détendeur B6-B10
6 Mamelon sortie régulateur 25-32
7 Joint plat 20-32
19 Tube cuivre 20-25

Compteur dans la propriété 8 Compteur G2,5/4/6


20 Raccord robinet compteur 20-25
11 Robinet compteur 20-25
7 Joint plat 20-32
9 Raccord sortie compteur 20-32
10 amorce cuivre de un mètre 20-25
21 Console
BRANCHEMENT INDIVIDUEL BP PE 40

Le comptage dans une niche en limite de propriété

Réseau Liaison réseau-coffret Réf. Désignation Calibre


Fonte Pe 1 Prise à visser 32
Acier Pe 1 Prise à souder 32
14 Tube Pe 32
16 Grillage avertisseur ---
17 Fourreau de protection
en PVC 63

Robinet en façade 13 S100 S100


2 Raccord métal plastique 32
3 Robinet BP à deux bouts
à braser 25/40
14 Tube Pe 32
15 Tube cuivre 25/40

Niche en limite de propriété 22 Niche ---


11 Robinet compteur 20/32/40
20 Raccord compteur 20/32/40
7 Joint plat 20/32/40
8 compteur G4/6/16
9 Raccord sortie compteur 20/32/40
10 amorce cuivre de un mètre 20/25/40
BRANCHEMENT INDIVIDUEL BP PEHD 40

Le comptage à l' intérieur de la propriété du client

Réseau Liaisonréseau-coffret Réf . Désignation Calibre


Fonte Pe 1 Prise à visser 32
Acier Pe 1 Prise à souder 32
14 Tube Pe 32
16 Grillage avertisseur ---
17 Fourreau de protection
en PVC 63

Robinet en façade 13 S100 S100


2 Raccord métal plastique 32
3 Robinet BP à deux
bouts à braser 25/40
14 Tube Pe 32
15 Tube cuivre 25/40

Compteur dans la propriété 8 Compteur G4/6/16


20 Raccord robinet compteur 20/32/40
11 Robinet compteur 20/32/40
7 Joint plat 20/32/40
9 Raccord sortie compteur 20/32/40

10 amorce cuivre de un mètre 20/25/40


21 Console en bois ---
BRANCHEMENT COLLECTIF MPB PE 20

Emergence en PE

Réseau Liaison réseau-coffret Réf. Désignation du matériel Calibre


.
Acier Pe 1 Prise à souder 15
Polyéthylène Pe 1 Prise de branchement 15
Cuivre Pe 1 Prise de branchement 15
14 Tube Pe 15
16 Grillage avertisseur --
17 Fourreau de protection
en PVC 26-32

Robinet en façade 13 S100 S100


2 Raccord métal plastique
à jonction sphéro-conique 15
3 Robinet à jonction
sphéro-conique 15
4 Raccord à jonction
sphéro conique 15
14 Tube Pe 15
15 Tube cuivre 15

Régulateur en façade 4 Mamelon entrée régulateur 15


5 Détendeur B6/10/25
6 Mamelon sortie régulateur 20-32 
7 Joint plat 20-32

19 Tube cuivre 26-40-50


TRAVAUX DE TERRASSEMENT APRES POSE

1 - Remblai de la fouille :
Le remblai de la tranchée jusqu'à 0,30 m au dessus de la génératrice
supérieure de la conduite est effectué avec du sable lavé de rivière ou
les éléments les plus meubles des déblais, à l'exception des mâchefers
et argiles ou autres éléments corrosifs, débarrassés au préalable par
criblage de tous matériaux susceptibles d'endommager la conduite.

Le remblaiement est poursuivi conformément aux règlements de voirie


ou, sauf règles particulières, par couches de 0,15 m d'épaisseur au
maximum et soigneusement compactées ,de façon à donner au sous-
sol une consistance équivalente à celle qu'il présentait antérieurement
à la création de tranchée ; s'il est nécessaire, les remblais sont
mouillés ;toutefois, l'arrosage est strictement interdit dans les terrains
argileux.

Les engins mécaniques pour le compactage des fouilles doivent faire


l'objet d'un accord particulier.
Il est procédé, avant remblaiement, au tri des matériaux et à
l'évacuation de ceux impropres au remblai. Les matériaux pierreux
qui ont été mis à part sont répandus à la surface du remblai et
remplacés à leur emplacement initial par du sable ou matériau
meuble.
Un grillage avertisseur jaune en matière plastique doit être posé
à 30 cm en dessous de la surface du sol .

2 - Déblais :
Les déblais en excès et ceux dont la nature ne permet pas le
réemploi sont transportés aux décharges publiques le plus
rapidement possible et remplacés, le cas échéant, par du remblai de
bonne qualité. La voie publique doit être nettoyée immédiatement
après.

3 - Réfection des surfaces :


Les réfections sont faites en accord avec les services de voiries et
selon leurs prescriptions.
4 - Remise en état définitive des trottoirs et chaussées :
Les revêtements seront rétablis en parfait état avec des matériaux de
même nature et de
même qualité que ceux dont ils sont constitués.
Toutefois les parties avoisinantes qui auraient été détériorées ou
affaissées par le fait de l'exécution des travaux seront remises en état.
INSTALLATIONS INTERIEURES D’ABONNES
- Installations situées en aval du poste
Elles sont la propriété de l’abonné, qui assure à sa charge leur
entretien et leur renouvellement.
- Sécurité des installations d’abonné moyenne pression
L’abonné prend toutes les dispositions réglementaires de sécurité et
toute mesure nécessaire relative au réseau de desserte intérieure et
aux équipements en ce qui concerne, en particulier, le cas d’arrêt
momentané de la fourniture ou de variations accidentelles de pression;
- Installations d’abonné BP
Elles commencent exclusivement au raccord de sortie du compteur….
et sont la propriété de l’abonné. Elles sont exécutées et entretenues
aux frais du propriétaire ou de l’abonné, chacun en ce qui le concerne,
et par leurs soins.
1- Installations après compteur
C’est l’ensemble des tuyauteries et accessoires permettant d’amener
le gaz naturel ou le propane jusqu’aux robinets muraux desservant les
différents appareils d’utilisation.
Elles commencent exclusivement à partir du raccord de sortie
compteur.

2 - Nature des tuyauteries des installations intérieures :


Les tuyaux utilisés doivent être en acier ou cuivre.

3- Robinet de barrage:
Lorsque le compteur d’abonné est placé à l’extérieur du logement, il y
a lieu de prévoir un robinet de barrage distinct du robinet de compteur,
sur la conduite principale à l’intérieur du logement, non loin du point de
pénétration, et facilement accessible.

4- Robinet de commande d’appareils :


Le robinet de commande doit rester accessible lorsque l’appareil à
desservir est en place , et ne doit pas être situé sur le plan horizontal à
plus de 0,8O m de cet appareil.
Il doit être placé à une hauteur comprise entre 0,30 et 1,20 m au
dessus du sol.
5- Assemblages de tuyauteries :
Les tuyauteries en acier doivent être soudées.
Les tuyauteries en cuivre doivent être assemblées par brasage
capillaire par l’intermédiaire
d'une emboîture calibrée, ou de raccords à braser.
6- Dérivations :
Les dérivations doivent être réalisées par l’intermédiaire de tés à
braser.
7- Conditions de pose des tuyauteries :
Les tuyauteries d’installations intérieures doivent être posées en
élévation le long des parois. Elles ne doivent pas emprunter ou
traverser :
- les conduits et gaines de gaz brûlés,
- les gaines de ventilation et toutes les gaines non exclusivement
destinées à contenir les installations de gaz,
- les descentes d’ordures ménagères et les gaines non
visitables susceptibles de les enfermer,
- les machineries d’ascenseurs ou monte-charge, et les locaux
de transformateurs,
- les cages et gaines d’ascenseurs ou monte-charge,
-les vides entre parois (murs ou cloisons),
- les vides sanitaires inaccessibles ou non ventilés (ceux dont
la hauteur est inférieure à
0,60 m, ou ne comportant ni porte d’accès ni aération
permanente).
Il est interdit d’utiliser les tuyauteries gaz comme prise de terre
pour les installations électriques et radioélectriques, et de leur
faire supporter des efforts mécaniques pour lesquels elle ne
sont pas conçues.
a/ La traversée des locaux suivants :
- locaux destinés au dépôt de combustibles solides ou des cuves ou
récipients de combustibles liquides ou à l’installation des postes de
récipients d’hydrocarbures liquéfiés ou tout local présentant des
risques d’incendie,
- chaufferies où le gaz n’est pas utilisé,
- machinerie autres que celles des ascenseurs ou monte charge,
- locaux de réception des ordures ménagères.
Est admise sous réserve que les tuyauteries de gaz soient :
- placées sous fourreau continu étanche avec extrémités débouchant
librement dans des espaces ventilés ou aérés.
-ou bien, exécutés en tubes d’acier. Le nombre des raccords
mécaniques ou des soudures doit être réduit au minimum inévitable
compatible avec les longueurs commerciales des tubes ou avec les
changements de directions.
b/ La traversée des gaines ci-après :
 - gaines de services spécialisés (électricité, téléphone etc....),
-gaines visitables.
Est admise dans une de leur dimensions transversales seulement et
avec les mêmes réserves énumérées dans la traversée des locaux.
c/ La traversée des vides sanitaires :
- la traversée des vides sanitaires accessibles (de hauteur supérieure à
0,60m, avec trappe d’accès et ventilés) ou des vides sanitaires
comportant un passage accessible est admise pourvu que les
tuyauteries soient exécutées en acier ou en cuivre écroui.

Le nombre des raccords mécaniques ou des soudures doit être réduit


à son minimum inévitable, compatible avec les longueurs
commerciales des tubes ou avec les changements de directions.
- Incidents de tracés
Les tuyauteries ne doivent être au contact ni de canalisations de
vapeur ou d’eau chaude,ni de canalisations électriques. La distance
minimale entre une canalisation de gaz et une autre canalisation ou
tout conduit électrique doit être de :
- 3 cm en parcours parallèle,
- 1 cm en croisement. Les tuyauteries de gaz ne doivent pas être au
contact de conduits métalliques ou en amiante ciment servant à
l’évacuation de fumées. La distance doit être de 5 cm au minimum.
- Fixation des tuyauteries :
Un support doit être prévu le plus près possible de chaque dispositif
d’obturation, sauf dans le cas où celui-ci possède lui-même une
fixation.
Le support des canalisations doit être assuré par des dispositifs de
fixation adaptés à la
nature des tuyaux.
- Encastrements :
La pose des tuyauteries en encastrement est interdite
La tuyauterie de gaz ne doit être en contact avec aucune autre
tuyauterie.
A l’émergence de la face supérieure d’un plancher, les tuyauteries
doivent être protégées par un tronçon de tube dépassant ce plancher
d’au moins de 5 cm. L’espace de protection entre ce tube et la
tuyauterie doit être obstrué à la partie supérieure à l’aide d’un joint
étanche.
Interdictions :
- les tuyauteries ne doivent pas être en contact direct avec le métal de
l’ossature ou des armatures de murs, ou planchers,
- elles ne doivent pas passer dans les vides d’éléments creux (poteries
alvéolées, briques creuses, hourdis....), à mois que ces vides ne soient
comblés après mise en place des tuyauteries.
Restrictions :
- Les tuyauteries placées sous fourreau continu, et débouchant
librement dans des volumes
ventilés ou aérés peuvent emprunter les trous des hourdis.
- Fourreaux
- Les fourreaux doivent être ouverts à leurs deux extrémités, sauf
exception spécifiée dans
l’arrêté technique.
- Le diamètre intérieur du fourreau doit être supérieur d’au moins 1 cm
au diamètre extérieur du tuyau qu’il protège (compte-tenu du
revêtement éventuel).
- Les extrémités des fourreaux métalliques doivent être ébarbées pour
ne pas détériorer la tuyauterie.
- Il est interdit de poser une ou des canalisations de gaz dans un
fourreau qui ne lui est pas ou ne leur est pas exclusivement réservé.
- Les fourreaux sont constitués de tubes métalliques, de tubes
plastique (P.V.C) ou de tuyaux en béton.
- Le fourreau doit être placé de façon à ne pas gêner l’usage de
l’ouvrage traversé.
- Conformité des installations intérieures
L’énergie gazière n’est fournie aux abonnés que si leur
propres installations sont établies en conformité aux
règlements et normes techniques et de sécurité en vigueur,
en vue notamment :

- d’éviter tous troubles dans l’exploitation des réseaux,


- d’assurer la sécurité des personnes et des biens,
- d’empêcher l’usage illicite ou frauduleux du gaz.
- Vérification de l’installation intérieure d’abonné

SONELGAZ est autorisé avant la mise en service et


ultérieurement à tout moment, à vérifier l’installation
intérieure d’abonné. Si l’installation est reconnue
défectueuse ou si l’abonné s’oppose à sa vérification,
SONELGAZ peut refuser d’effectuer ou de continuer à
effectuer la fourniture du gaz.
- Conduite d'immeuble :
- elle fait suite à partir du dispositif de coupure extérieur, au
branchement d’immeuble collectif,
- elle emprunte un parcours horizontal et alimente une ou plusieurs
conduites montantes auquel cas, il est nécessaire de placer un organe
de coupure au pied de chaque conduite montante,
- elle sera, si possible, placée hors sol,
- elle est réalisée soit en acier nu, lorsqu'elle est hors sol et auquel cas
elle est protégée par une peinture anti-corrosive, soit en acier revêtu
lorsqu'elle est enterrée ou en cuivre,
- elle ne doit pas emprunter un vide sanitaire,
- elle doit suivre un parcours simple accessible et située dans des
parties communes ventilées ou aérées. Rappelons qu’un local ventilé
est muni de dispositifs assurant une alimentation en air frais et une
évacuation en air vicié et qu’un local aéré à défaut de ses dispositifs,
est muni d’une baie (porte-fenêtre, châssis) dont la section ouvrante
est d’au moins 0,4 m², ouvrant directement sur l’extérieur ou sur une
cour intérieure, dont la plus petite dimension est au moins égale à 2
mètres,
- elle ne peut traverser un local de réception d’ordures
ménagères compte tenu des risques de corrosion provoqués
par les produits de désinfection,

- au point de pénétration dans l’immeuble, l’espace annulaire


entre la conduite et le fourreau doit être rendu soigneusement
étanche pour ne pas drainer une fuite extérieure,

- en basse pression, la tuyauterie doit être posée avec une


pente de 0,5 % vers la conduite du réseau,

- lorsque la conduite d’immeuble est en acier et la conduite


montante en cuivre, l’assemblage est réalisé avec une
manchette acier cuivre en évitant de recourir à un joint
isolant.
CONDUITE MONTANTE
Chaque conduite montante est munie systématiquement d’un
organe de coupure.
Elle est constituée :
- pour un calibre ≤ 50, par des éléments préfabriqués en cuivre,
assemblés sur chantier à la brasure d’argent,
- pour un calibre > 50, de tube acier.
L’installation intérieure à partir du compteur jusqu’à l’entrée de
l’appartement est réalisée en tube cuivre.
La conduite montante est placé soit :
- dans une gaine réservée exclusivement aux installations de
gaz,
- dans un local technique ventilé, accessible aux agents de la
Sonelgaz.
Les conduites ne doivent pas être au contact avec tout autre
canalisation y compris les câbles électriques.
La distance minimale entre une tuyauterie de gaz et tout autre
canalisation doit être de :
- 03 cm en parcours parallèle,
- 01 cm en croisement.
Les colliers des canalisations doivent être assurés par des
dispositifs conformes
On doit également prévoir un support le plus près possible de
chaque dispositif d’obturation, sauf si celui-ci possède sa
propre fixation.
8 - Branchement particulier :
La prise de branchement particulier, sur une conduite
d’immeuble, une conduite montante
ou coursive, doit être placée le plus près possible du logement
à desservir.
Tout branchement particulier est muni d’un organe de coupure
situé avant le point d’entrée de la tuyauterie dans le local
desservi.
Cet organe de coupure doit être accessible en permanence et
facilement manoeuvrable. Il doit être placé sur le même palier
que le logement desservi ou un demi palier inférieur ou
supérieur.
BRANCHEMENT PARTICULIER
Colonne montante dans gaine technique
Conduite montante dans
gainetechnique Ref. Désignation du matériel Calibre
3 Colonne montante (CM) 25-40-50
4 Bouchon de CM à braser 25-40-50
18 Collier de fixation 25-40-50
1er cas de figure 1 CM 25/40/50
2 Té réduit
3 Raccord coudé 90° 20
4 Robinet compteur 20
5 Joint 25
5bis Joint compteur 20
6 Raccord sortie compteur 20
7 Amorce de 1 m. 20

8 Compteur G2,5/4

2eme cas de figure 1 CM 25/40/50


2 Té réduit 28x22x28
42x22x42 - 50x22x50 25

3 Raccord droit CM 25

4 Robinet CM 25

10 Raccord coudé 3P
entrée compteur 20

8 Compteur G2,5/4

5 Joint plat 20

6 Raccord sortie compteur 20

7 Amorce de 1 m 20
Il est interdit de faire des piquages sur une conduite montante pour
alimenter un client artisanal ou tertiaire; celui-ci sera alimenté par un
branchement individuel.
9 - Gaine d'immeuble :
Les dimensions de la gaine sont fonction du nombre et de la
disposition des branchements particuliers à chaque étage (voir côtes
minimales sur schéma ci-après) :
La gaine doit être, autant que possible rectiligne et uniforme sur toute
la hauteur de l'immeuble. L’épaisseur de la paroi de fixation des
compteurs et de la conduite montante (généralement la paroi de fond
de gaine) doit être au minimum de 11 cm pour les matériaux
creux et de 5 cm pour les matériaux pleins.

Dans le cas de matériaux creux, les parois de la gaine doivent être


enduites. La gaine doit être ventilée (voir schéma ) :
- à sa partie inférieure, une entrée d’air doit être assurée :
. soit par un jeu de 5 mm sous la partie inférieure de la porte située au
niveau le plus bas ; dans ce cas, la porte doit donner sur une partie
commune ventilée ou aérée,
. soit par un orifice ou une gaine de ventilation d’une section minimale
de 100 cm² prenant l’air dans un local ou une partie commune ventilée
ou aérée ou à l’extérieur de l’immeuble,
- à chaque traversée de plancher, on doit ménager un passage d’air
libre d’au moins 100 cm² lorsque ce passage a une section supérieure
à 400 cm², il doit être protégé par une grille
amovible capable de supporter un homme,
- à la partie supérieure de la gaine, on doit aménager une évacuation à
l’air libre d’au moins 150 cm² et la protéger contre l’introduction de la
pluie.
Les matériaux doivent être incombustibles et avoir un degré
pare flammes d’un quart d’heure.
Les portes doivent être coupe-feu d'une demi-heure et munies
d’un carré de manœuvre pour clé.
En outre, la gaine ne doit pas être en communication avec le
sous- sol ni avec les locaux présentant un danger d’incendie ni
avec les vides sanitaires.
Dans la traversée des locaux à danger d’incendie, la gaine doit
être coupe-feu deux heures.
La traversée d’une gaine gaz par une autre canalisation est à
éviter.
La présence de câbles ( téléphone, parabole, etc...) n'est pas
autorisée.

Rez- de- chaussée Vide sanitaire


Premier étage

Dernier étage
- Local technique :
Ses dimensions sont fonctions du nombre de compteurs qu’il doit
abriter.
1 - Les parois du local doivent être construites en matériaux
résistants, jointoyés et dans le cas d’éléments creux, enduits sur leur
face dans le local.
2 - Le local doit être fermé par une porte pleine à huisserie avec
ouvrant développant à l’extérieur et débouchant sur un local commun
ou en plein air. La porte doit être maintenue fermée par un dispositif
manœuvrable de l’intérieur par une poignée permanente et de
l’extérieur par une clé amovible identique à celle convenant à la
manœuvre des robinets des branchements particuliers.
3 - L’éclairage électrique du local, obligatoire, doit être anti-déflagrant.
4 - Le local est exclusivement réservé aux installations de gaz
distribué par réseau.
5 - Aucun appareillage ni aucune canalisation étrangère ne doit y être
installé.
Local technique

Le local doit être ventilé.


6 - L’entrée de l’air en partie basse est assurée :
. soit par une ouverture d’au moins 200 cm² de section libre sur
l’extérieur de l’immeuble,
. soit par l’intermédiaire d’une gaine d’amenée d’air d’au moins 200
cm² prélevant l’air à
l’extérieur et débouchant en partie basse du local.
7 - La sortie d’air vicié en partie haute est assurée :
. soit par une ouverture d’au moins 200 cm² de section libre sur
l’extérieur de l’immeuble,
. soit par un conduit de ventilation haute d’au moins 15O cm.
8 – Pour le propane : Prévoir une ventilation forcée

12 - Détendeurs/Régulateurs :
La détente et la régulation sont assurées par l’emploi de détendeurs
régulateurs.
12.2 - Emplacement :
Dans tous les cas, ils doivent être accessibles et placés dans des
locaux ou des abris ventilés ou aérés à l’abri des causes de
détériorations ou de mauvais fonctionnement tels que chocs,
atmosphère corrosive, température trop basse ou trop élevée.
Ils doivent être montés dans la position nécessaire à leur bon
fonctionnement.
Ils doivent être précédés d’un organe de coupure permettant leur
montage et démontage.
12.2.1 - Détendeur-régulateur individuel :
Il est placé dans le même endroit que le compteur si celui-ci est
installé en limite de propriété ou en façade dans un coffret de
préférence si l’espace est restreint.
3 - Les détendeurs régulateurs collectifs :
Ils sont placés à l’extérieur des bâtiments :
- soit dans un abri extérieur au bâtiment,
- soit dans un coffret ou une niche spécifique à l’usage du
gaz, en façade du bâtiment et communiquant avec
l’extérieur.
4- Compteurs :
Les compteurs doivent être placés dans des locaux ou
emplacements ventilés ou aérés, éclairés, à l’abri des causes
de détérioration ou de mauvais fonctionnement tels que
chocs, atmosphère corrosive, humidité, température trop
basse ou trop élevée.
Il doit être placé aussi près que possible du point de
pénétration du branchement particulier lorsqu’il est à
l’extérieur du logement. Il peut être installé dans un coffret
ou abri (voir dimensions recommandées) étanche aux
intempéries et qui offre toutes les possibilités de manoeuvre,
de pose, de dépose et de contrôle d’entretien . Le coffret
( type S300 ) peut être logé dans la façade, dans un mur de
clôture posé sur socle ou fixé en applique.
Le compteur ne doit pas être en contact direct avec le sol.
Les compteurs secs des types G2,5, G4 et G6 doivent être
suspendus :
- soit par leur patte de fixation ou support compteur,
- soit par les tuyauteries auxquelles ils sont raccordés avec
rapprochement des colliers de fixation.

Le compteur est fixé tout en respectant le sens de circulation


du gaz et de telle façon que le milieu du cadran soit situé entre
1,80 m et 2,20 m du sol.
L’entrée du compteur est toujours précédée d’un organe de
coupure; s’il est à l’intérieur du logement, un robinet
supplémentaire doit être installé.
ESSAIS ET CONTROLES
1 - Objet :
Quelle que soit la canalisation ou tuyauterie posée, son étanchéité doit
être vérifiée après sa pose et avant sa mise en service .Les essais se
différencient en fonction de la nature de la conduite et de la pression
de service à laquelle elle peut être utilisée.

Lorsque un tronçon d'installation intérieure est enterré, il sera essayé


séparément; on lui appliquera l'essai prévu pour canalisation enterrées
correspondant à la nature de la canalisation.

Les installations intérieures et la vérification du fonctionnement des


appareils d'utilisation doivent faire l'objet d'un contrôle, par les soins
de l'installateur, conformément au Règlement Technique des
Installations Intérieures Gaz dans les Habitations. Les résultats du
contrôle ( longueur des tracés et diamètres ) doivent être consignés
dans un certificat de conformité établi par l'installateur.
2 - Essais des branchements :
2.1 - Branchements en MPB :
Les branchements construits sur réseau neuf, hors gaz,
peuvent éventuellement être essayés en même temps que le
réseau; dans ce cas, les prises de branchements sont percées
avant l'essai.
Dans les autres cas et particulièrement sur réseau en gaz
les branchements sont essayés de la façon suivante :
Ils sont soumis à un essai de résistance mécanique, prise non
percée. Pendant l'essai, on procède à leur inspection et au
contrôle de l'étanchéité des assemblages à l'aide d'un produit
moussant.
Ensuite, ils sont soumis à un essai d'étanchéité. Au
minimum, cet essai consiste, après percement de la prise et
mise en gaz, au contrôle du bouchon de prise et des
raccordements à l'aide du produit moussant.
2.2 - Branchements en BP :
Après mise en gaz, ils sont soumis à un essai d'étanchéité avec
contrôle des raccordements et assemblage au produit
moussant.
3 – Colonnes montantes
Elles sont soumises à un essai d’étanchéité de 50 mbar pendant 15 mn.
Les raccordements sont contrôlés à l’aide d’un produit moussant .
- Essais sur installations intérieures :
Les installations de gaz mises en place doivent être soumises aux
essais et vérifications suivantes :

Pression d'alimentation P = 1000 mbar ou 300 mbar mbar P = 21 mbar

Essai résistance mécanique étanchéité


étanchéité

- la vérification ne pouvant porter que sur des conduites apparentes,


les éléments de tuyauteries encastrés ou placés sous fourreau doivent
être éprouvés avant leur montage.
- les jonctions entre les tronçons essayés séparément avant mise en
place restent seules apparentes pendant l'épreuve.
- la pression est maintenue pendant le temps nécessaire à l'inspection
de l'installation et à la détection des fuites éventuelle
Conseils aux Abonnés 
•Toute réparation sur l’installation intérieure doit être
exécutée par un réalisateur agrée.
•Toute recherche de fuite sur installation intérieure doit être
effectuée par l’eau savonneuse ou mousse uniquement
En cas de fuite de gaz
•Aérer en ouvrant portes et fenêtres
•Fermer le robinet principal de gaz
•Ne pas allumer ni éteindre la lumière
•Ne pas brancher ou débrancher une prise de courant
• Faire intervenir un spécialiste pour la recherche de la fuite et
la réparation éventuelle avant de rétablir le gaz .
En cas de panne de gaz
•Ne jamais tenter de se dépanner tout seul, mais contacter les
services techniques SONELGAZ ,
•Ne jamais rétablir le gaz en cas de coupure suite à panne ou
coupure par les services de SONELGAZ surtout aux voisins
absents (alimentation collective par CM) mais il faut attendre
les services techniques
Les gaz brulés

•Les gaz brulés sont toxiques et peuvent tuer .les


appareils de chauffage et de production d’eau
chaude (radiateur, chauffe bain ,et chaudière)
doivent avoir les conduits d’évacuation de leurs gaz
brulés raccordés au conduit principal de fumée .

•Les appareils de production d’eau chaude ne doivent


en aucun cas être installés dans : Salle de bain, Salle
de séjour et toilettes.
MERCI DE VOTRE AIMABLE ATTENTION
MERCI DE VOTRE AIMABLE ATTENTION

Vous aimerez peut-être aussi