Vous êtes sur la page 1sur 18

LA TEMPERATURE DE L'AIR

ECHELLES THERMOMETRIQUES

Les échelles de température sont basées sur des points correspondant à


des températures courantes qui peuvent être facilement reproduites.

Deux points fixes reconnus internationalement sont :

- le point de fusion de la glace;

- le point d'ébullition de l'eau.


Échelle Celsius : Le point 0° correspond à la température de la glace fondante
alors que le point 100° correspond à la température d'ébullition de l'eau.

Échelle Fahrenheit : La température de la glace fondante correspond à 32° et


le point d'ébullition de l'eau à 212°.

°C = 5/9 (°F - 32) et °F = 9/5(°C)+32

Échelle Kelvin :

°K = °C + 273,15
PROCESSUS PHYSIQUES EMPLOYES EN THERMOMETRIE

il existe différents types de thermomètres basés sur les effets suivants de la chaleur :

- Dilatation d'un liquide sous verre ;

- Changement de courbure d'une bande de métal constituée par deux


lames métalliques ayant des coefficients de dilatation différents ;

- Variation de résistance d'un fil de platine ;

- Développement d'une force électromotrice entre les soudures d'un circuit


formé de deux métaux différents.
INSTRUMENTS UTILISES

Thermomètres à liquide sous verre

Les liquides les plus généralement employés sont.

- le mercure;

- et l'alcool éthylique.

caractéristiques du mercure sont

- il peut être obtenu à l'état très pur,

- il est bon conducteur de la chaleur,

- sa chaleur spécifique est faible,

- Sa température d'ébullition est de + 356,9°C; sa température de fusion


- 38,8°C).
Thermomètre ordinaire

II est constitué d'un réservoir cylindrique en verre surmonté d'un tube


capillaire dans lequel peut s'élever le liquide dont on mesure la dilatation.

Thermomètre à maximum

II indique la température la plus élevée se produisant pendant un


laps de temps déterminé.

Les lectures se font chaque jour à 18 H TU et 06 H TU

Thermomètre à minimum

II indique la température la plus basse se produisant pendant un laps de temps


déterminé. C'est un thermomètre à alcool, un index noyé dans l'alcool est mobile
dans le tube.
Les lectures se font à 06 H TU et 18 H TU
Thermomètres bimétalliques

Deux lames métalliques à coefficients de dilatation aussi différents que


possibles, sont soudées à plat. Lorsque la température varie, la bilame se
déforme et s'incurve.

Thermomètres à résistance de platine

Le principe de fonctionnement de ces thermomètres est basé sur les


variations de résistance électrique d'un fil de platine en fonction de la
température.

La résistance R à la température T s'écrit :


R = R0 (1 + a.T)

Le thermomètre à résistance de platine est un instrument très précis qui


permet de mesurer une gamme de température très étendue.
EVALUATION DE LA TEMPERATURE DE L'AIR DANS
L'ATMOSPHERE LIBRE

Le plus souvent on évalue la température dans l'atmosphère libre à l'aide


des sondages par radiosonde.

EVALUATION DE LA TEMPERATURE DE L'AIR EN AERONEF

Dans l'évaluation de la température de l'air en aéronef, il faut tenir compte de


la grande vitesse de déplacement de l'air par rapport au réservoir thermométrique.
On distingue deux modèles d'installation d'un thermomètre d'aéronef :
a) le thermomètre à frottement qui est placé directement dans le courant
d'air ; le réservoir de l'instrument est plat. en coupe, la forme d'une ellipse dont
le grand axe coïncide avec la vitesse du vent. L'air est éventuellement
canalisé avant et après son passage sur le réservoir par un dispositif à nids
d'abeilles.

Réservoir thermométrique
Vent relatif

nids d'abeille

Ther
mo
mètr

frotte
ment
b) le thermomètre à arrêt adiabatique qui est placé à l'intérieur d'un tube de
Pitot comportant une légère ventilation
Thermomètre

Tube
vent relatif de
Pitot

ventilation

thermomètre à arrêt adiabatique


Ces deux types de thermomètres indiquent une température supérieure à la
température de l'air ambiant; le premier par suite du frottement de l'air sur ses
surfaces placées parallèlement au courant d'air, le deuxième par suite de la
compression adiabatique de l'air qui est brusquement arrêté à l'intérieur du tube
de Pitot.

Dans ces deux cas, la correction C en degrés Celsius qu'il faut


retrancher de la lecture, s'exprime par une relation de la forme :

C = K . Vp2

pour le thermomètre à frottement :

K = 4,2.10-4 si Vp est exprimé en m/s


K = 1,1.10-4 si Vp est exprimé en kt
VARIATION DE LA TEMPERATURE DANS LE TEMPS EN UN LIEU DONNE

Une variation diurne


Température

M Temp
s
L m L

Allure de la variation diurne de la température de l'air par ciel clair et vent calme

L : instant du lever du soleil


m : instant du minimum de température (Lm vaut de 15 à 30mn environ)
M : instant d maximum de température (vers 13 ou 14h en solaire local)
Une variation annuelle ou saisonnière,

d'allure sinusoïdale, dont l'amplitude est également très variable et qui, comme
les saisons, s'inverse d'un hémisphère à l'autre. Dans l'hémisphère Nord, le
minimum se produit en Janvier ou Février et le maximum en Juillet ou en Août.

Des variations accidentelles

* l'atténuation de la variation diurne par vent fort ou nébulosité importante.

* une baisse brusque due à l'arrivée d'une masse d'air froid.

* une hausse nocturne provoquée par l'arrivée d'une masse d'air chaud.
VARIATION DE LA TEMPERATURE AVEC L'ALTITUDE

Grad zT  (dT / dZ )  k
Lorsque la température croît avec l'altitude, on dit qu'il y a une inversion de
température.

Lorsque la température est constante avec l'altitude, il y a une isothermie.


Dans la troposphère, la température décroît assez régulièrement avec les
altitudes croissantes, le gradient thermique vertical est, en moyenne de 0,65°C par
100 mètres, mais il est sujet à des variations notables de part et d'autre de cette
valeur, notamment au voisinage immédiat du sol; les valeurs comprises entre 0,4°C
et 0,90°C par 100 mètres sont fréquentes.

Cependant, des inversions de température (température croissante avec


l'altitude) sont souvent observées à différentes altitudes. Au voisinage du sol elles
peuvent être dues au rayonnement nocturne; la nuit polaire provoque une inversion
importante vers 70-80° N entre 0 et 2 km d'altitude.

L'épaisseur de la troposphère est fonction de nombreux facteurs (saison,


latitude, masse d'air....).
. Aux latitudes tempérées, l'épaisseur de cette
couche est de l'ordre de 12 km, ce qui situe la limite supérieure appelée
tropopause aux environs de -55°C.
Pour l'étude de la troposphère, on distinguera deux couches :

- La couche turbulente : elle s'étend du sol jusque vers 2000 m.

La surface terrestre perturbe en permanence l'écoulement de l'air donnant


naissance à une convection mécanique (mouvements anarchiques des
particules atmosphériques). A une telle convection peut se superposer une
convection thermique. Convection mécanique et thermique forment la
turbulence.

Dans la couche turbulente, la température décroît avec l'altitude,


cependant, les gradients thermiques verticaux sont assez irréguliers et
il existe assez souvent des zones d'inversion qui se produisent très
souvent la nuit.
Altitude(km)

2.0

Variation de jour

1.5

variation de nuit
0.5

T(°C
)
+8 +12 +16 +20

-4 0
- L’atmosphère libre : Elle est non perturbée par l'effet de frottement. C'est une
zone où les mouvements horizontaux sont prépondérants. Les gradients
thermiques verticaux y sont beaucoup plus réguliers.

ISOTHERMES ET SURFACES ISOTHERMES

Une ligne isotherme est une ligne joignant des points où la température est
la même. On considère habituellement les isothermes sur la surface terrestre ou, en
altitude, sur une surface isobare donnée.

Une surface isotherme est une surface idéale constituée dans l'espace
par l'ensemble des points où la température est la même à un instant donné.

Vous aimerez peut-être aussi