Vous êtes sur la page 1sur 72

LE TRAVAIL AU CABLE

« WIRE LINE »
PLAN DE TRAVAIL
• Définition du travail au cable ou Wire
line
• Avantages et inconvénients du Wire line
• Equipements de surface de Wire line
• Le train de Wire line
• Les opérations Wire line
• Cas pratique de Wire line
I. INTRODUCTION
Le travail au câble est l’ensemble des opérations qui
consiste à intervenir dans le puits sous pression. Ces
opérations emploient différents types d’outils qui doivent
être descendus et remontés en toute sécurité.
Ces outils sont manœuvrés depuis la surface par
l’intermédiaire d’un câble (lisse ou toronné) relié à un treuil.
Généralement, on utilise le câble d’acier appelé Slick line mais
certains outils descendus dans le puits font appel à un câble électrique
conducteur nommé E-line
On peut classer les opérations d’intervention par travail
au câble en:

• Contrôle et nettoyage du tubing.

• Opération de mesure (enregistrement de


pression et température de fond,
échantillonnage, diagraphie de fond)
• Pose et repêchage d’outils (pose et repêchage
de la strom choke)
II. AVANTAGES
ET INCONVENIENTS
DE WIRE LINE
1. AVANTAGES
Possibilité d’intervenir dans le puits sans avoir à le tuer et arrêter la
production.

Rapidité d’exécution grâce à un matériel léger, très mobile.

Economie d’argent grâce à:

- Production non ou très peu stopée.

- Couche productrice non endommagée par la neutralisation (puits


non tué)

- Moyens matériels et humain simples et mise en œuvre rapide.


2. INCONVENIENTS
• Le travail est impossible en présence de
dépôts très durs.
• Le travail au câble n’est pas applicable
pour les puits horizontaux.
III. LES EQUIPEMENTS
DE
SURFACE DU WIRE LINE
Les équipements « wire line » de surface
sont définis comme étant les équipements
nécessaires pour effectuer des opérations
« wire line » lorsque le puits est sous
pression, en tenant compte des équipements
de sécurité et des équipements de levage.
1. UNE CABINE DE CONTROLE
Elle est placée derrière le treuil afin que l’opérateur puisse avoir
un bon champs de vision pour surveiller la manutention du
câble. Par cette cabine, l’opérateur peut avoir:

• L’affichage de la profondeur du train

• L’affichage de la tension exercée sur le câble

• Le contrôle du frein

• La variation de la vitesse du train

• Le guidage du train via le volant.


2. LE TREUIL
C’est un dispositif utilisé pour enrouler, stocker et
dérouler le câble, il se compose de:

- Un tambour

- Un dispositif de changement de sens de rotation.

- Un dispositif de la variation de la vitesse.

- Un frein d’arrêt

- Un indicateur de la profondeur
Le tambour est en acier de dimensions suffisantes pour
stocker une longueur importante de câble (allant de
1000 à 10000 m).
Le treuil est actionné par un groupe de puissance,
autrement dit par des moteurs généralement Diesel.
L’utilisation éventuelle de treuil à deux tambour, dans
l’unité de slick line est possible, l’un est équipé de
câble lisse et l’autre de câble toronné.
3. LE CABLE
Les câbles sont caractérisés par:

Leur diamètre.
Leur poids (kg/m ou lbs/ft).

Leur limite élastique.


Leur charge de rupture.
Leur qualité (aptitude à travailler dans divers
milieux, voire corrosifs).
Câble

Câble lisse (monocâble)


Câble toronné
ou slick line

Câble Câble
slick line wire line
toronné toronné
3.1. Cable lisse ou slick line
C’est un fil d’acier lisse constitué d’une seule
pièce sans soudure, il est appelé aussi cable
monobrin « slick line ». Il est caractérisé par
une résistance très haute afin de pouvoir
manœuvrer les outils d’intervention.
a. Caractéristiques:
Ces câbles existent sous différents diamètres:

Φ ‘’ 0,066 0,072 0,082 0,092 0,105 0,108 0,125


Φ mm 1,67 1,83 2,08 2,23 2,67 2,74 3,16

Ils sont livrés en touret de 10000’, 12000’, 15000’, 18000’,20000’ et 25000’


Les principales causes de rupture de câble sont:
• Les fatigues dues aux passages répétitifs à travers les différentes poulies
(treuil, stuffing box…)
• Les déplacements excessifs de la limite élastique
Pour éviter les ruptures de câble, il faut:
Tenir compte des diamètres des poulies
recommandées par les fabricants.
En traction, ne jamais dépasser la limite élastique.
Assurer un enroulement correcte lors des opérations.
Transférer le câble sur le tambour selon la
recommandation API
Se servir d’inhibiteur de corrosion
b. Types d’opérations effectuées:
Contrôle et entretien du tubing.
Détermination de la profondeur.
Calibrage.
Nettoyage (scale cutting).
Mesure de pression, température et débit de fond
Ouverture et fermeture des vannes de fond.
Pose et retrait de bouchons ( plug).
Cuiellerage des sédiments.
…Etc
A titre indicatif le câble devrait être changé:
 Après un certain nombre d’heures de travail normal:

• 0,082 – 0,092 entre 250 et 350 heures

• 0,105 – 0,108 entre 300 et 350 heures


 Après un travail sous des contraintes excessives

 Si lâché sur le sol reste à plat et ne forme pas de


spires ayant le diamètre du tambour du treuil.
 Si lors de la confection de l’attache la cassure est
« effilochée » et non franche
3.2. Câble toronné
a. Câble slick line toronné (brainded line)
C’est un fil d’acier multiple. Il est constitué de deux câblage en fil
d’acier (un câblage à droite et un câblage à gauche autour
d’une âme). Le câble toronné est caractérisé par une résistance
à la rupture beaucoup plus importante que celle du câble lisse
et le diamètre le plus utilisé est 3/16’’.

Les câbles toronnés sont généralement utiliser pour effectuer des


opérations de fortes tractions comme le pistonnage (swabing)
et les instrumentations lourdes.
b. Câble wire line toronné (stranded line – Electric
line)
C’est un câble toronné (multiple) électrique. Le choix du câble
électrique devra tenir compte en plus des critères généraux de la
température, du puits et des caractéristiques électriques.

Il est utilisé pour réaliser les opérations électriques suivantes:

Descente et ancrage électrique du packer

Diagraphie de production (logging)

vérification de la qualité de la cimentation

Perforation

…Etc
4. PRESSE ETOUPE
« STUFFING BOX »
Pour les opération de slick line, le stuffing box
est considéré comme la barrière primaire, placé
à l’extrémité supérieur du SAS, il permet
l’entrée du câble tout en assurant l’étancheité.
Un presse étoupe standard vient supporter
jusqu’à 5000 psi voire même plus de 10000 psi.
Le presse étoupe se compose de 3
ensembles:

• Un raccord rapide inférieur


(Quick union)

• Un corps muni de:

- Garnitures d’étancheité
(packing)

- Obturateur mobile (Bop


plugger) ou plongeur

• une poulie et son support.


NOTE
De par leur configuration externe, l’emploi des câbles toronnés va
poser, au niveau du presse étoupe du SAS, de délicats problèmes
d’étanchéité qui vont obliger les constructeurs à mettre à point des
presses étoupes spéciaux permettant:

La descente du câble avec un minimum de fuite (utilisation d’une


tête de contrôle à tubes d’écoulement ou « control head »)

La descente du câble avec une étanchéité totale (utilisation d’une


tête de contrôle à injection de graisse ou  «  Grease head »)
Le presse étoupe peut être équipé d’un dispositif
d’injection des produits chimiques appelé
« chemical injection sub », il s’agit d’une
vanne placée sous le presse étoupe qui permet
l’injection des inhibiteurs de corrosion et des
produits antigel directement sur le câble.
5.LES TUBES SAS 
«  LUBRICATOR RISER »
Il permet l’introduction et le retrait des outils dans le puits
sous pression. Le SAS est composé de plusieurs sections de
tubes d’environ 8ft de long chacune. La section inférieure
du SAS doit etre équipée au moins d’un manomètre et
d’une purge ½ ‘’ qui permet de décomprimer le SAS après
fermeture de la vanne de curage ou de l’obturateur (BOP)
Le choix du SAS dépend des facteurs suivants:
o la pression maximale en tête de puits.
o le type de fluide dans le puits (aspect toxique ou
corrosif).
o Le diamètre des outils à descendre dans le puits.

o La longueur du train d’outil (l’objectif de


l’opération).
6. LE BOP
(BLOW OUT PREVENTER)
Un BOP est un équipement de sécurité de surface
qui permet de fermer le puits en cas d’urgence sur
le câble « wire line » dans l’éventualité d’une
fuite ou d’un problème avec un équipement de
surface. Il peut être manœuvrer manuellement
avec un volant ou hydrauliquement
IV. LE TRAIN WIRE LINE
(WIRE LINE STRING)
Le train wire line est défini comme étant l’ensemble des
équipements connectés avec le câble lisse de l’unité
« wire line » qui seront descendus à l’intérieur de la
colonne de production pour descendre, opérer ou
remonter des équipements de fond avec des outils
appropriés qui fourniront le poids ainsi qu’une force
d’impact nécessaire pour exécuter le travail souhaité qui
peut se faire alors que le puits est sous pression d’huile
ou de gaz.
Un raccord
d’accrochage

Des barres
de charge

Les coulisses

Une rotule
1. ATTACHE DU CABLE
« ROPE SOCKET »
C’est un raccord fileté à son extrémité inférieur,
retient le câble à l’aide d’un nœud spécial
confectionné (enroulement du câble sur lui-
même). Cet équipement est le moyen qui
permet d’attacher le câble au train wire line
2. LES BARRES DE CHARGES
« STEM »
Ce sont des barres lourdes qui permettent au train de
descendre dans le puits malgré la pression en tête et les
frottements.
Utilisées dans toutes opérations de wire line où le battage est
nécessaire, elles servent de masse de percussion. Leurs
poids (par l’intermédiaire de la coulisse) agit sur les outils
à la manière d’un marteau.
3. LES COULISSES « JAR  »
Positionnée en dessous de l’attache de cable et
des barres de charges du train wire line, elle
permet le battage vers les deux sens, vers le
haut et vers le bas. On distingue:
 Les coulisses hydrauliques
 Les coulisses
3.1. Les coulisses
mécaniques
La coulisse mécanique est
un élément placée sous
les barres de charge,
transmet les chocs vers
le haut ou le bas aux
outils de fond.
3.2.Coulisse hydraulique
La coulisse hydraulique est
principalement employée pour des
travaux nécessitant un fort battage
vers le haut uniquement. Elle est
toujours utilisée en conjonction
avec une coulisse mécanique
(généralement placée au dessus)
pour permettre aussi un battage
vers le bas.
4.Joint articulé ou Rotule
« Knuckle joint »
Placée généralement sous la coulisse mécanique,
la rotule grâce à son articulation permet des
déplacements latéraux en tous les sens.
V. LES OUTILS
DE WIRE LINE
Ils sont très nombreux, on peut citer:

Les outils de contrôle et d’entretien

Les outils d’instrumentation

Les outils de pose et de repechage

Les outils particuliers


1. LES OUTILS DE CONTRÔLE
ET D’ENTRETIEN
Calibre Les
du tubing calibreurs

Les poires

Outil de Les
curage gratteurs
1.1. Calibre du tubing
Il est conçu pour vérifier le diamètre
intérieur d’un équipement. Cet
opération peut être effectuée sur une
garniture de forage ou sur une
colonne de production. En wire line,
il est conseillé de descendre un
calibreur avant toute opération.
Il permet aussi de localiser les raccords
ou des équipements de fond et
d’enlever les dépôts sur les parois du
tubing.
1.2. Les poires (swaging tool)

Conçues pour redresser les parois d’un tubing qui


a subit localement des déformations légères. Cet
outil plein trou est percé intérieurement pour
permettre le passage du fluide. A utiliser avec
précaution pour éviter tout risque de
coincement.
1.3. les gratteurs
Conçues pour nettoyer les parois intérieurs du
tubing. Il faut éliminer les débris en faisant
débiter le puits pour limiter le risque de
coincement.
1.4. Outils de curage ou
les cuilleres à sédiments
Il est utilisé pour:
 Enlever le sable, la boue, le
sel ou tout autre débris dans
le tubing.
 nettoyer la partie supérieur
d’un équipement à remonter.
 prélever des échantillons.
1.5. Les calibreurs (caliper)

Ce sont des outils qui permettent d’enregistrer


les variations de diamètre intérieur et détecter
ainsi les dépôts.
2. LES OUTILS
D’INSTRUMENTATION

Over shots

Bloc
d’empreinte

Les aimants
2.1. Over shots
(cloche de repechage)

Permettant de repêcher certains matériels cassés dans le


tubing. Ce sont des chemises munies d’un système
d’accrochage pour coiffer la tête du poisson par
l’extérieur.
2.3. Les aimants (magnet)

Ils permettent de récupérer des morceaux d’acier


qui auraient pu être perdus dans le puits.
2.2. Bloc d’empreinte
(impression bloc)
Il est utilisé pour établir
une empreinte de façon à
définir la forme, la
position et la taille d’un
équipement à remonter
en surface
3.LES OUTILS DE POSE
ET DE REPECHAGE
3.1. Les outils de pose
(running tool)
Permettant la descente et la pose des outils de fond
dans le puits. Ils retiennent ces outils par des
goupilles de cisaillement ou des chiens d’ancrage.
Une fois l’outil de fond est posé ou ancré, on libère
le porte outil par battage (vers le haut ou vers le bas)
pour cisailler la ou les goupilles.
3.2. Les outils de
repêchage (pulling tool)
Permettant de récupérer les équipements de fond après
avoir actionné la coulisse de battage vers le bas ou
vers le haut. Leur sélection se fera en fonction de
leur hauteur, la forme, la taille de l’équipement à
remonter et du type de travail à effectuer.
4. LES OUTILS
PARTICULIERS
Les outils de
test en pression
Les portes
outils

Les outils de
fond
Les bouchons

Les outils de
Les vannes de manœuvre
sécurité de
subsurface
VI. LES OPERATIONS
WIRE LINE
Evaluer la
cimentation
Travail au câble pendant le forage
Enregistrement des limites
des intervalles à perforer

Ancrage éléctrique du
packer
Travail au câble pendant la complétion

Perforation du
tubing

Enregistrement de la
pression et de la T°
Travail au câble pendant la production

Mesure du diamètre
du puits
VII. CAS PRATIQUE
Chronologie de l’opération
1er test de la strom chock (test avant retrait): ouverture du puits sur
torche (avec l’allumage de torche), pour controler le déclenchement.

montage de l’unité wire line

l’égalisation des pressions au dessous et au dessus de la vanne de


sécurité de fond par la descente d’un prong (doigt d’égalisation) et le
poser sur le raccord d’égalisation, par le pulling tool.

Attendre un certain temps pour l’égalisation

Remonter le prong et la fermeture de la vanne de curage


purger le SAS

descendre un outil de repêchage pour repêcher la strom


chock,

remonter l’ensemble (porte outil,+ raccord d’égalisation +


strom chock) à la surface

2ème descente de l’ensemble par le running tool, quand on le


pose sur le siège, battage vers le bas pour cisailler les
goupilles pour l’ancrage du mandrel et on fait un battage vers
le haut pour cisailler les goupilles en bas pour la libération de
l’outil de pose.
Remonter l’outil de pose

fermer la vanne de curage

Purger le Sas
2ème test de la strom chock (test après pose)

Descente d’un prong par le pulling tool pour


l’égalisation des pressions et l’ouverture de la vanne

Démontage de l’installation