Vous êtes sur la page 1sur 58

Les accidents domestiques

Réalisé par: aurélie Petey, marie-léa Morinière, ariel Trougouboff, camille Perez,
marine Plathey, aude Reinhart, céline Pitault, charlotte Spindler, élodie Viaud,
vincent Sauvageot, béryl Truffert, jennifer Rolland
Sommaire
1. Définition d’un accident domestique et épidémiologie

2. Facteurs favorisants des accidents domestiques


1. liés à l’enfant
2. liés à l’environnement

3. Les différents types d’accidents domestiques:


1. Brûlure
2. Incendie gaz/ électricité
3. Asphyxie/étouffement
4. Blessure/ morsure
5. Chute/ défenestration
6. Noyades
7. Intoxications
8. Mort subite du nourrisson/ bébé secoué
9. Accidents en milieu rural
1.Définition d’un accident
domestique..

• « Tout évènement indépendant de la volonté de l’homme,


caractérisé par la libération soudaine d’une force
extérieure qui peut ou non atteindre une personne et qui
incite celle-ci à solliciter un examen médical,
indépendamment de l’atteinte porté au corps ou à
l’esprit ». C’est ce qu’on appel un accident de la vie
courante.

• Lorsque celui-ci a lieu à la maison, ses abords et ses


dépendances (jardin, cour, garage) on parle alors
d’accidents domestiques.
..et épidémiologie
• Représentent 61% des accidents de la vie courante

• première cause de mortalité chez les jeunes enfants


(20% des décès).

• 12 000 décès par an en France

• Chaque jour: 2.000 enfants âgés de 0 à 6 ans


victimes de ces accidents et dans 80 % des cas,
c'est l'intérieur de la maison qui est le lieu de ces
accidents. 

• Ce sont des accidents graves


• D'après une étude de la Caisse Nationale d'Assurance-maladie des
Travailleurs Salariés (CNAMTS), c'est dans la cuisine que les accidents
domestiques se produisent le plus.

Selon l’INPES :

• 75 % des parents craignent un accident domestique pour leurs enfants

• 97 % des parents d’enfants de moins de six ans pensent qu’un grand


nombre d’accidents domestiques pourrait être évité.

• Si 66 % des parents émettent spontanément la crainte que leurs enfants


chutent, (l’accident le plus fréquent), seuls 6 % citent les étouffements
comme étant une menace au sein de leur foyer (alors qu’ils sont la 
première cause de décès accidentel chez les enfants de moins de un an).

• Seuls 15 % citent spontanément les noyades et 53 % les brûlures comme


étant un danger au domicile, (alors qu’entre un et quatre ans, les
principales causes de décès sont les noyades, les suffocations, les chutes
et les décès par le feu).
2. Facteurs favorisants les accidents
domestiques
1. Liés à l’enfant:
Le développement psychomoteur/ l’âge:

Mention spécial pour les moins de 5 ans : être en plein développement,


période du développement psychomoteur incluant:
• Découverte de l’environnement
• Conquête de l’autonomie, explorations
• Expériences nouvelles et quotidiennes

= PRISE DE RISQUE inconsciente et permanente

Le risque accidentel est maximal entre 18 mois et 3 ans.


Le sexe:
• Prédominance masculine : exposition supérieure aux risques
• Ils représentent 60% des enfants accidentés
• Hospitalisation plus nombreuses et plus longues
• Séquelles plus fréquentes
• Mortalité double des filles

La personnalité:
• Enfant hyperactif
• Enfant rêveur
• Enfant en carence affective (prise de risque excessive)
• Présence d’un handicap sensoriel ou moteur
2. Liés à l’environnement:

L’environnement affectif:

• Parents: acteurs principaux de la surveillance et protection de l’enfant


• Éducation permanente
• Rôle du personnel de la petite enfance: approche de la sécurité
Environnement matériel:
• Multiplicité des lieux à risque
• Circonstances inhabituelles
Il faut donc repenser l’organisation de la maison et son agencement:
protège fenêtre, anti pince doigt, placards en hauteur et fermés,..

Faible niveau socio économique:


• Habitat vétuste, sur occupation, ressources insuffisantes = équipement de
protection inexistant ou inadapté
• Facteurs de risques: bas niveau éducatif de la mère, famille monoparentale, familles
nombreuses, addiction parentale, jeune âge des parents, retard scolaire des
enfants
3. Les différents types
d’accidents domestiques
1. Les brûlures
70 % des brûlures de l'enfant sont des accidents domestiques, par ébouillantement,
touchant plutôt le garçon entre un et trois ans.
La mortalité est actuellement de 1 %, essentiellement due aux infections et
complications métaboliques secondaires

C’est dans la cuisine que les risques de brûlures sont les plus importants.

Les produits responsables sont les suivants :

- Liquides chauds :
casseroles pleines d’eau basculant en dehors de la plaque de cuisson, soupe, lait, café,
thé, chocolat brûlants, eau trop chaude au robinet ou dans la baignoire, due à un
mauvais réglage de la température d’eau chaude sanitaire, huile bouillante, biberon
réchauffé au four à micro-ondes,…

- Flammes :
barbecue (feu activé par de l’alcool à brûler), incendie, appareils à gaz (camping,
réchauffe-plat),…
- Objets chauds :
plaques électriques de cuisinière, fer à repasser, portes de fours brûlantes,
Brûlures électriques :
• électrisation (bouche brûlée par contact avec une fiche électrique de
prolongateur relié au secteur 220 - 230 V).
Brûlures chimiques :
• projection de produit corrosif (basique ou acide), explosion de batteries
ou piles (contenant de l’acide).

Il faut 3 secondes pour causer à un enfant une brûlure du 3ème degré
avec de l’eau à 60°C (7 s pour un adulte), 1 minute si l’eau est à 50°C. (8
pour un adulte).
Pour les brûlures électriques, un enfant brûlé sur deux a entre 0 et 5 ans
et la lésion concerne la bouche dans 75% des cas, puis les mains.
PREVENTION :

• Il convient de supprimer, par un comportement adéquat, dicté par le bon sens, les
circonstances à risques et causes d’accident rappelées ci-dessus.
De plus, il est recommandé que tous les jeunes enfants soient habillés avec des
sous-vêtements de coton.
• Insister sur la prévention à domicile (ne pas laisser un enfant seul en bas âge
jouer avec les robinets d'eau chaude, dans une cuisine, mettre les caustiques
hors de portée, protéger les prises de courant, vérifier son installation
électrique...)
CAT :

• La conduite à tenir, en cas de brûlure par des liquides bouillants, dépend du type
de vêtement porté par l’enfant.

Pour les sous-vêtements et vêtements en tissu naturel (coton, laine, lin) :


• les retirer aussitôt, si possible en les découpant avec des ciseaux car, s’ils
protègent l’enfant initialement, ils agissent rapidement comme un cataplasme
restituant l’énergie emmagasinée,
• doucher à l’eau fraîche du robinet la zone brûlée pendant 10 minutes, ce qui
limitera la profondeur de la brûlure en diminuant le temps de contact chaleur
peau de l’enfant,
• protéger par un linge propre avant de consulter aux urgences de l’hôpital le plus
proche.

Pour les sous-vêtements et vêtements en fibres synthétiques : 


• ne pas retirer la dernière couche de vêtement au contact de la peau et doucher
comme précédemment. En effet, les tissus synthétiques collent à la peau dans les
brûlures du deuxième degré, fréquentes avec l’eau bouillante.
S’il s’agit d’une brûlure peu étendue et assez circonscrite :
• après la douche d’eau fraîche, recouvrir d’une feuille de tulle gras (couleur jaune)
sous couvert d’un pansement protecteur.

CE QU’IL NE FAUT PAS FAIRE

Il ne faut absolument pas appliquer sur les brûlures du beurre, du dentifrice, de


l’huile, du vinaigre, de l’urine...
2. Incendie
gaz/électricité
Les incendies:
Les incendies représentent la seconde cause de décès chez les enfants de moins de
15 ans, après la noyade.

Le triangle du Feu : un incendie se déclare lorsque 3 éléments sont réunis :


CAT incendie:

• IL Y A DES FLAMMES + IL N'Y A PAS DE FUMEE


=
J'ESSAIE D' ETEINDRE LE FEU

• IL Y A DE LA FUMEE + ON NE VOIT PAS LES FLAMMES


=
J'EVACUE IMMEDIATEMENT AVEC TOUTE MA FAMILLE   

Attention! Jusqu’à 6 ans, les enfants se réfugient sous les lits ou dans les placards et sont
difficiles à retrouver!
L’électricité :
• Chaque année en France, 1000 enfants son victimes d’électrisation.

• On différencie électrocution et électrisation:

- Électrocution : Le courant électrique passe par le cœur et provoque un arrêt


cardiaque
- Électrisation : Le courant électrique provoque des lésions graves sur son
passage dans le corps

CAT:

• Couper le courant, ne pas touchez à l’enfant avant cela !


• Éloigner le conducteur d’électricité de l’enfant
• Appeler les secours
Le gaz:

Fuite de gaz + étincelle = Explosion.


Le gaz naturel n’est pas toxique mais devient explosif mélangé à 5 à 15% d’air.
Toujours fermer le gaz au robinet du tuyau après usage. Attention au mimétisme de l’enfant qui ferme
et ouvre le gaz pour faire « comme les grandes personnes »

A ne jamais faire en cas de fuite :


• Craquer une allumette.
• Allumer la lumière ou une lampe de poche.
• Téléphoner de chez soi, même avec un portable.
• Appuyer sur le bouton de l'ascenseur
• Sonner chez le voisin

CAT :
• Rester dans l’obscurité si  nécessaire
• Téléphoner toujours de l'extérieur de chez soi
• Frapper à la porte
• Prendre les escaliers
« Ça sent le gaz… »:
• J’ouvre la fenêtre en grand pour aérer.
• Je ferme le robinet de gaz sur le tuyau.
• Je sors de chez moi avec ma famille pour téléphoner de l’extérieur. Pour les numéros d’urgences, je
n’ai pas besoin de carte.
• Il faut que les secours me donnent le droit de rentrer chez moi, j’appelle le professionnel du gaz
pour qu’il vienne vérifier mon installation ; le numéro de téléphone se trouve en haut de la facture
de gaz.
3. Asphyxie et étouffement
• La majorité des accidents par étouffement concerne les enfants de
moins de 6 ans.

• Petits objets et petits aliments :


• - Ne pas laisser à la portée des enfants : pièces de monnaie, billes,
bonbons, petits jouets, aliments (olive, cacahuète…), piles, capuchons
de stylo…
• - Surveillez l’enfant pendant ses repas et quand il joue.
• Les sacs plastiques et risque d’étouffement :
• - Les sacs plastiques doivent être hors de portée des enfants
• - Mettre hors de portée des enfants ceintures, cordon de vêtement
ou de rideau, collier, foulard, écharpe…
• Dans le lit :
• - Couchez l’enfant sur le dos, toujours seul dans son lit.
• - Ne pas utilisez de couette, couverture, oreiller.
• - Utilisez un lit et un matelas avec mention « conforme aux
exigences de sécurité » et respectez le mode d’emploi.
• - Habillez l’enfant d’un sur pyjama ou une gigoteuse adapté à sa
taille.
• - Ne pas encombrez le lit avec des peluches ou des poupées.
• - Ne jamais laissez d’animal entrer dans la chambre.
• Asphyxie au gaz :
• - Ne bouchez pas les aérations.
• - Vérifiez régulièrement le tuyau du gaz et le changer régulièrement.

Conduite à tenir si corps étrangers :

- Il ne faut jamais rien faire dans cette situation, ni tape dans le dos, ni
doigt dans la bouche, ni enfant suspendu par les pieds.
- L’emmener calmement sans l’allonger pour ne pas mobiliser le corps
étranger vers des urgences ORL indiquées par le 15.
- Une fibroscopie avec aspiration sous AG ou trachéo-bronchoscopie
avec pince sera nécessaire pour retirer le corps étranger.
- Avant 3 ans, 3 fois sur 4 il s’agit de graines (cacahuète, pistache,
noix…)
Conduite à tenir en cas d’asphyxie  :
- L’enfant est inerte, bras ballant, en arrêt respiratoire. Il devient bleu en 20
secondes, perd connaissance et chute au sol.
- Il sera mort en 3 minutes.
MANŒUVRE DE MOFENSON
• Asseyez-vous. Puis allongez l'enfant à plat ventre sur votre avant-bras. Il est à
califourchon sur votre coude tandis que votre main soutient sa tête et son corps
vers le bas.
Puis donnez-lui 5 claques dans le dos entre les omoplates avec le plat de votre
main.
• En cas d'échec : allongez l'enfant sur le dos, sur votre cuisse. Il regarde vers vous
et sa tête pend vers le bas. Comprimez la partie basse du sternum avec vos deux
doigts.
4. Blessures et morsures
Que ce soit une plaie due à un objet tranchant (ciseaux, scie, couteaux…) ou des
doigts écrasés dans une porte, les mains des enfants sont particulièrement
exposés

Prévention:
• ne pas laisser d’objets tranchants à sa disposition ou d’objets pouvant le
devenir (vase qui casse)
• débrancher et ranger les appareils électroménagers (mixeur, couteau
électrique) immédiatement après utilisation
• ranger les outils de bricolage hors d’atteinte des enfants; attention à la
tondeuse
• ne pas laisser un enfant seul avec un animal
• Jeter les jouets abîmés
• donner aux jeunes enfants de la vaisselle incassable
• Apprendre aux enfants à ne pas caresser un animal que l’on ne connaît pas
• Faire attention aux chiens de garde
• Apprendre à l’enfant à respecter le territoire du chien
• Si l’enfant pratique un sport : veiller à ce qu’il ait l’équipement approprié (protège
dents, casque,…)

CAT:
• Toute plaie doit être nettoyé, même minime, à l’eau et au savon ou avec un produit
désinfectant conseillé par le pharmacien
• Toute plaie souillée doit être débarrassée des particules étrangères qu’elle
contient : source d’infection ++ et nuit à la cicatrisation
• Certaines plaies peuvent rester à l’air pour éviter la macération de la blessure
• Pour stopper une hémorragie: comprimer la plaie quelques instants avec une
compresse ou un hémostatique (ou un linge propre) et la recouvrir d’une
compresse, d’un gaze stérile ou un pansement adhésif
• Si coupure grave: comprimer la plaie avec un linge propre pendant 3 à 5 min puis
laver la plaie à l’eau savonneuse (sauf à l’œil), désinfecter la avec un antiseptique
et recouvrer la d’un pansement. Et aller consulter un médecin, aller aux urgences
ou appeler des secours (15) selon la gravité

Dans tout les cas : il est indispensable de vérifier si la vaccination


antitétanique de l’enfant est toujours valable.
A ne pas faire:

• Ne pas appliquer d’antiseptiques violents (alcool à 90°) sur une plaie ouverte
• Ne pas utiliser de préférence du coton pour nettoyer une plaie car des fibres de
coton peuvent rester sur la plaie : employer des compresses stériles
• Pas mettre de talc sur une plaie
• Ne pas recouvrir une blessure d’une crème antibiotique sans l’avis d’un médecin
5. Chutes

Entre 0 et 6 ans: les chutes sont les accidents le plus


fréquents, elles peuvent provoquer des lésions importantes à
la tête et au cerveau.

Pendant ses premiers mois, votre enfant peut tomber de la


chaise haute, du canapé ou de la table à langer.

Quand il commence à se déplacer puis à marcher, votre


enfant peut tomber dans les escaliers ou d’une fenêtre.
Sur la table à langer :

• Ne laissez jamais votre enfant seul sur la table à langer.

Que faire pour éviter les chutes ?


• Ne laisser jamais votre enfant sans surveillance sur une table à langer
• Prenez toujours votre enfant avec vous, si vous devez vous éloigner,
même un court instant.

• Des conseils pratiques pour changer votre enfant


• Mettez à l'avance tout ce dont vous avez besoin (couches, vêtements...) à
portée de main.
• Installez votre enfant face à vous : vos gestes seront plus précis et vous
attirerez plus facilement son regard.
Dans sa chaise haute:

• Veillez toujours à ce que votre enfant soit bien attaché

Que faire pour éviter les chutes ?


• Utilisez toujours une chaise portant la mention « conforme aux exigences de
sécurité ».
• Utilisez systématiquement la sangle d’entrejambe et bouclez les attaches.
• Ne laissez jamais votre enfant sans surveillance.
• Vérifiez la stabilité de la chaise en vous assurant que l’assise au sol est
suffisamment large 
• Ne lui permettez pas de se tenir debout ou d’escalader la chaise haute ;
• Éloigner cette chaise des autres meubles, miroir, fenêtres, etc.
Dans les escaliers:

• Installer des barrières de sécurité en haut et en bas de vos escaliers.

• Que faire pour éviter les chutes ?


• Installez des barrières de sécurité pourtant la mention « conforme aux normes
de sécurité ».
• Apprenez à votre enfant à monter et descendre les escaliers.
• Ne laisser jamais votre enfant utiliser seul les escaliers jusqu'à ce qu’il sache
tenir la rampe.
• Prévoyez un bon éclairage ;
• Ne laissez pas de jouets ou d’autres objets   encombrer les marches ou les
paliers ;
• Recouvrez les marches de moquette ou de tapis antidérapants ;
• Veillez à ce que l’enfant ne puisse pas passer sa tête entre deux barres de
rampes ;
• Disposez au bas de l’escalier d’un tapis pour amortir une éventuelle culbute.
Les fenêtres :

• Ne laissez jamais votre enfant seul dans une pièce avec une fenêtre ouverte ou
sur un balcon

Que faire pour éviter les chutes ?

• Ne placer jamais de meubles ou d’objets sous vos fenêtres ou sur le balcon :


votre enfant peut grimper dessus.
• Bloquer si possible l’ouverture de vos fenêtre par un système de sécurité.
• Veiller à ce que votre enfant ne puisse pas escalader ou passer à travers les
barreaux de votre balcon.
• Expliquez-leur clairement les dangers qu’ils encourent. Vous pouvez même lancer
avec eux une tomate par dessus la rambarde de votre balcon et descendre leur
faire constater dans quel état elle est à l’arrivée. Mais attention à ce qu’ils n’en
profitent pour jeter à leur tour ce qui leur passe sous la main…
• Les lits superposés :
• Pratiques et ludiques pour les enfants, ces lits peuvent néanmoins occasionner
des chutes parfois sérieuses.

Que faire pour éviter les chutes ?

• Assurez-vous que le lit répond aux exigences des normes de sécurité françaises
(sigle NF) ;
• Vérifiez la stabilité du lit, de l’échelle et de la barrière de sécurité ;
• Les enfants de moins de 6 ans ne doivent pas être au-dessus ;
• Évitez de disposez des meubles aux coins trop saillants près du lit et préférez un
tapis épais ou une moquette épaisse pour atténuer une mauvaise chute.
6. Noyades
Enfants de 1 à 14 ans : deuxième cause de décès accidentel
Enfants de moins de 6 ans : 15 % des noyades accidentelles (178 noyades, dont 38
suivies de décès).
21 enfants de moins de 6 ans sont décédés par noyade en piscine privée familiale.
(Chiffre stable depuis 2000)

Définition:

«détresse respiratoire aiguë qui peut être fatale en moins de cinq


minutes si personne n'intervient. »

Le mécanisme en cause dans toute noyade est la submersion.


La submersion est une asphyxie mécanique provoquée soit par inondation
des voies respiratoires par le liquide dans lequel est plongé le sujet
vivant, soit par une inhibition cardiorespiratoire brusque due au contact
de l'eau froide sur la peau et les muqueuses.
Dans la maison:

La baignoire : 15 % des noyades chez les bébés de moins de un an.


• Un bébé peut se noyer dans 10 cm d'eau : il suffit que son visage soit totalement
sous l'eau. Incapable de relever la tête, il perd rapidement connaissance. Dans la
plupart des cas le bébé ou l'enfant plus grand a été laissé seul dans son bain, ou
dans un transat de bain, quelques instants.

Les seaux d'eau posés sur le sol sont aussi à l'origine de noyades chez l'enfant qui
commence à se déplacer seul.
Les récipients industriels utilisés à des fins domestiques sont très dangereux car ils
sont résistants et stables contrairement aux seaux : ils ne permettent pas au
tout-petit qui plonge dedans de le faire plier ou basculer lors de la chute.

CAT:
• Ne jamais quitter l’enfant des yeux pendant son bain
• Baignez de préférence le bébé dans une petite baignoire adapté à sa taille
• Si utilisation d’un transat de bain : l’eau ne doit pas dépasser le nombril
• Éviter les produits moussants qui rendent la baignoire glissante et peuvent
asphyxier l’enfant s’il « respire » la mousse.
En piscine privée :

Plus de la moitié des victimes de noyade accidentelle en piscine privée sont âgées de
moins de 6 ans (saut dans l’eau)
Si la majorité des noyades en piscine ont lieu en été, certaines ont lieu hors saison et
par mauvais temps lorsque le bassin est recouvert d'une bâche. Passant dessous
dans sa chute, il reste invisible, ce qui rend difficile la recherche pour les adultes
!
Méfiance également si vous êtes hébergé près d'une villa comportant une piscine : il
arrive que l'enfant, attiré par l'eau, déjoue la vigilance des adultes et aille chez
le voisin !

1/3 des enfants qui se noient décèdent ou restent gravement handicapés parce que
les témoins n'ont pas pratiqué de gestes d'urgence avant l'arrivée des secours !

CAT:

• Avoir un dispositif de sécurité de la piscine (alarmes,…)


• L'apprentissage des gestes de premiers secours à noyé est indispensable, dès
que l'on fait installer une piscine chez soi.
• piscine gonflable : la vider après chaque bain et la laver avant chaque utilisation,
vous éviter autant la noyade que la prolifération microbienne due à la chaleur ou
aux souillures d'animaux : celles-ci peuvent provoquer des maladies de la peau et
des infections graves si l'enfant avale l'eau salie.
Autour de la maison :

Tout point d'eau, puits, citerne, tonneau de récupération d'eau, lavoir, petit bassin
d'agrément, mare aux canards, abreuvoir, fosse septique et fosse à purin
constituent un danger potentiel permanent pour le tout-petit qui découvre ces
zones attrayantes et dangereuses pour lui.
L'enfant tombe toujours accidentellement et il est incapable de s'en échapper tout
seul, comme il est incapable d'appeler à l'aide.
Dans la plupart des cas, la noyade est aggravée parce que les adultes qui cherchent
l'enfant ne pensent pas le retrouver dans ces lieux là.

CAT :
• Recouvrez le dessus du tonneau avec un grillage solidement fixé : il empêchera la
chute tout en permettant l'écoulement de l'eau.
• Protégez l'accès des marres ou fosses par un grillage solide.
• Lorsque vous arrivez chez des amis qui habitent un pavillon ou lorsque vous en
louer un pour les vacances, faîtes toujours le tour du jardin avant d'y laisser
votre bambin.
• Apprenez à votre enfant à reconnaître le plus tôt possible chacun des points
d'eau dangereux et expliquez lui le risque qu'il court si jamais il tombe dedans.
Prévention:

• Apprendre à nager est indispensable pour pouvoir maintenir sa tête hors


de l'eau en cas de chute accidentelle.

• L'apprentissage de la nage est obligatoire au cours du premier cycle CP-


CM2. Sauf prescription médicale, ne vous laissez pas attendrir par votre
enfant qui a peur de l'eau lorsqu'il vous demande de l'en dispenser.

• Les cours de secourisme comportent l'apprentissage des premiers


secours à noyé
Quelques heures suffisent pour apprendre à sauver une vie ! Des sessions
de formation sont organisées en permanence dans toute la France :
votre pharmacien vous indiquera les lieux où vous pouvez recevoir cet
enseignement.
7. Intoxications
• La grande majorité des produits que nous utilisons
quotidiennement, y compris les cosmétiques,
contiennent des substances dangereuses pour
l’homme, si elles sont avalées, respirées, en contact
avec la peau, les yeux ou la bouche.

• Ces produits peuvent avoir un effet très rapide sur


les fonctions vitales de l’enfant : perte de
connaissance pouvant aller jusqu’au coma, arrêt
cardiaque, troubles et lésions respiratoires graves,
hémorragies internes, etc.…
• L’intoxiqué est plus souvent de sexe masculin, l’âge de
prédilection est la petite enfance : 2/3 des cas de 1 à
3 ans, 3/4 de 1 à 4 ans

Définition

Une intoxication accidentelle est une affection


provoquée par une substance toxique. Elle peut être
d’origine variée : médicamenteuse, alimentaire,
endogène, par le gaz, le plomb ou d’autres produits ou
substances dangereuses.
Dans la plupart des cas, l’enfant est accidenté en cherchant à
imiter l’adulte. Mais il arrive qu’il confonde des produits dangereux
avec des produits comestibles : médicament ou boule antimite pris
pour des bonbons.
Intoxication au monoxyde de carbone:
• 1ère cause de décès en France
• Provoquée par la combustion incomplète d’un combustible (charbon, bois,
hydrocarbure, gaz naturel ou gaz de pétrole liquéfié) avec dégagement d’une grande
quantité de CO (le monoxyde de carbone est un gaz indolore, incolore et très diffusible)

• Clinique: quelques troubles de la mémoire, maux de tête, puis vertiges, nausées,


vomissements, fatigue importante, et enfin troubles de la conscience, coma avec
raideur des membres et parfois convulsions.

• Prévention: entretenez, et veillez au bon usage de vos installations de chauffage,


installez un détecteur de monoxyde de carbone si possible, faire ramoner sa cheminée
tous les ans, respecter scrupuleusement les modes d’emploi des appareils de chauffage.
• CAT :
– Aérer immédiatement les locaux en ouvrant les portes et les fenêtres tout en
retenant sa respiration.
– Couper l’alimentation en combustible de l’appareil en cause
– Sortir des locaux et ne les réintégrer qu’après le passage d’un professionnel qualifié
qui recherchera la cause de l’intoxication et proposera les travaux à effectuer.
Intoxications médicamenteuses et aux produits ménagers

Symptomatologie extrêmement polymorphe suivant le toxique en cause, la quantité


ingérée, le délai écoulé avant le traitement.

Prévention :
– Ranger systématiquement les médicaments dans une armoire en hauteur,
fermée à clé. Ne garder pas de médicaments dans le sac à main ou à portée de
main. Respecter toujours les doses prescrites par le médecin ainsi que les délais
entre chaque prise, lire attentivement les notices d’utilisation, et enfin, ne jamais
présenter un médicament comme un bonbon !

– Produits ménagers : ranger toujours les produits ménagers et de bricolage en


hauteur, hors de la portée des enfants et si possible dans un placard fermé à clé
ou équiper les portes des placards de fermeture de sécurité afin que l’ouverture
de ceux-ci soit délicate pour les enfants. Expliquer à l’enfant – selon son âge -
les dangers que représentent ces produits et l’éloigner lors de leurs utilisations.
Ne jamais transvaser un produit ménager dans une autre bouteille, et enfin,
utiliser des produits munis de bouchons de sécurité.
• CAT :
– Cela peut surprendre mais il ne faut rien faire en premier abord. Il faut garder son
calme, appeler le 15 (SAMU) ou le centre antipoison le plus proche du domicile au
plus vite, et suivre les instructions.

– Il ne faut surtout pas faire vomir l’enfant (le produit a déjà brûlé le tube digestif au
premier passage, et le brûlera au deuxième), ne pas lui donner à boire ni à manger
(le produit ira encore plus vite brûler les intestins). Attention aux idées reçues, le
lait n’est pas un antipoison !!

– En fonction des éléments fournis à l’équipe du SAMU sur l’état de santé de l’enfant,
celui-ci restera au domicile, devra passer une consultation médicale, ou encore être
amener au plus vite aux urgences afin qu’un traitement soit mis en place, comme
le traditionnel lavement d’estomac.

– En cas de projection d’un produit dangereux dans les yeux ou sur la peau, rincer
immédiatement, abondamment et longuement plusieurs minutes à l’eau claire.
Intoxications dues aux plantes et aux végétaux

• Un grand nombre de plantes recèlent de produits actifs responsables


d’allergies, de troubles digestifs, cardio-vasculaires ou neurologiques.
Plantes d’intérieur ou plantes d’extérieur, les jeunes enfants sont les plus
touchés de part leur curiosité à découvrir le monde.

• Clinique polymorphe: troubles du sommeil, irritation cutanée,


hypersensibilité à la lumière du jour, crampes, vomissements, diarrhées
pouvant s’avérer mortelles.

• Prévention = Placer les plantes d’intérieur ou d’extérieur en hauteur, non


à la portée des enfants, et ne laisser pas les enfants y toucher.

• CAT : Il faut savoir que les enfants réagissent beaucoup plus vite aux
substances toxiques que les adultes. Il convient donc d’agir dans l’urgence
en appelant le centre antipoison le plus proche ou le SAMU (15), la solution
étant bien souvent le lavage gastrique à l’hôpital.
8. Mort subite du nourrisson,
syndrome du bébé secoué
La mort subite du nourrisson:

• 1ère cause de décès entre 1 mois et 1 an


• 2ème cause de mort entre 1 semaine et 14 ans

2 catégories:
- La mort subite du nourrisson : décès brutal et inattendu d’un bébé considéré
comme bien portant mais dont les causes sont retrouvées

- La mort subite inexpliquée du nourrisson: décès brutal et inattendu d’un bébé


où la cause n’est pas retrouvée
Causes :
- Infections+++
- Reflux gastro-oesophagien : cause probable ou facteur favorisant
- L’hyperréactivité vagale: due à une douleur, problème de régulation
- L’hyperthermie majeure: fièvre supérieure à 40° persistante
Elle est responsable d’une apnée centrale = équivalent à une crise convulsive fébrile
chez l’enfant plus âgé.
- Accidents: de literie le + souvent : étouffement par visage enfoui sous la
couette, matelas ou oreiller trop mou
Mais aussi médicamenteux

Prévention: reconnaître les signes prémonitoires:


• Les « sinister symptoms » de Valman: signes respiratoires d’apparition brutale,
perte d’appétit, somnolence
• Mauvaise tolérance de RGO: rejets multiples, douloureux, teintés de sang
• Signes ORL et pulmonaires: rhinite chronique, toux nocturne,…
• Malaises: arrêt brutal de l’activité du nourrisson, fixité du regard,…
• Signes d’une dysautonomie neurovégétative: troubles régulation thermique,
sueurs profuses, changement de coloration pendant le sommeil
CAT: recommandations des autorités sanitaires françaises

• Allonger le bébé sur le dos, visage dégagé


• Le lit doit être rigide et à barreaux, le matelas ferme bien adapté aux
dimensions du lit, sans oreiller, sans couverture ni couette
• La température de la chambre doit se situer entre 18 et 20°
• Apprendre les messages implicites du bébé : pleurs, refus du biberon,
vomissements, rejets abondants, fièvre sont des signes d’alerte
• Apprendre au bébé à jouer sur le ventre lorsqu’il est éveillé
• Garder le bébé en position verticale au moins 15 min après le biberon
• Ne pas secouer le bébé même pour jouer car sa tête et son cou sont fragiles

NB: Ces habitudes de couchage ont permis de diminuer de 75% le nombre de morts
subites du nourrisson !!
Syndrome du bébé secoué:

Traumatisme crânien non accidentel: il s’agit de bébés qui sont secoués violemment
et à répétition

Il peut provoquer:
• Des dommages au cerveau
• Des invalidités permanentes, comme la cécité ou la paralysie
• La mort

Clinique:
• Somnolence inhabituelle, extrême irritabilité
• Refus de manger, vomissements sans raison apparente
• Perte des sourires, contacts oculaires
• Rigidité du corps ou convulsions
• Difficulté à respirer
• Non fixation du regard, pupilles aux dimensions inégales, incapacité de suivre un
mouvement des yeux
CAT:

• Appelez le 15, rencontrez votre médecin ou allez aux urgences


• Si le bébé vomit : le mettre sur le côté en lui maintenant la tête afin d’éviter qu’il
s’étouffe et qu’il aspire ses vomissures
• Si le bébé ne respire pas: NE LE SECOUEZ PAS
la réanimation cardiorespiratoire est le seul moyen d’aider un bébé à respirer

Prévention:

• Se former aux gestes de 1ers secours


• Si vous vous sentez surmené, fatigué, irrité : confiez votre enfant à un personne
de confiance (ami, famille, baby sitter)
• Si vous avez des inquiétudes: parlez au médecin, au pédiatre,..
• Toujours maintenir la tête d’un bébé : les muscles du cou ne sont pas assez
toniques
• Et bien sûr ne jamais le secouer: le cerveau du bébé ne remplit pas la boîte
crânienne et donc fait un va et vient néfaste engendrant des séquelles souvent
irréversibles
9. Accidents en milieu rural

• 485 accidents survenus en milieu rural ont été


recensés en 8 ans (INPES 2008) ,
responsables de 20% des décès et 25% de
lourdes séquelles.

• -Les garçons de moins de 5 ans sont les plus


exposés.
ACCIDENTS SPECIFIQUES

LE JEUNE ENFANT
1-écrasement du jeune enfant par des engins
agricoles (tracteur, attelages)
2-étouffement (essaie de manger des cailloux
ou du sable)
3-intoxication (l’enfant goûte les plantes +++)
4-coupures et brûlures (joue avec les outils , les
produits de jardinage et le barbecue)
DE 1 à 5 ANS
1- membres broyés par les machines
2-enfant glissant dans une fosse ou dans une
cuve à vin…
3-étouffement par une botte de foin (d’environ
1 tonne)
4-piétiné ou encorné par les bêtes ou morsures
5-ingestion de produits de jardin
6-noyades (mares++)
7-chute d’un tas de bois ou d’une grange
SANS OUBLIER

• Les accidents électriques et les


incendies souvent dus à la vétusté de
certaines installations électriques et/ou
au non respect des nouvelles
réglementations
QUELQUES RECOMMANDATIONS

Ne jamais laisser un enfant sans surveillance

-Lui expliquer les risques de façon claire et adaptée à son âge

-ANIMAUX : respect de leur territoire et ne jamais laisser l’enfant


seul en présence d’un animal

-PLANTES : connaître les plantes que l’on a dans son jardin , si


possible sélectionner des espèces sans épines et non toxiques et
se débarrasser des indésirables ou les isoler avec une petite
clôture

BARBECUE : Évitez d’utiliser des produits inflammables pour


allumer le barbecue, ne pas autorisez les enfants à s’en
approcher et ne jamais laisser un barbecue sans surveillance.
Conclusion
Éviter les accidents à chaque étape du développement de l’enfant

• L’enfant doit constamment être sous la surveillance d’un adulte. Chaque étape du
développement de l’enfant comporte des risques spécifiques :

• Dès sa naissance, dans son lit, il faut veiller à le coucher en toute sécurité. Il ne faut jamais
le laisser seul que ce soit dans son bain, sur la table à langer, dans la maison ou dans la
voiture.

• A partir de 3 mois, un enfant commence à attraper les objets à sa portée. Il peut se


retourner, rouler sur le côté et tomber de la table à langer, du lit ou du canapé.

• Entre 4 et 6 mois, un enfant commence peu à peu à se tenir assis mais il n’est pas capable
de garder son équilibre, ni de se maintenir assis.

• Entre 6 et 9 mois, l’enfant apprend progressivement à se déplacer en rampant puis en


marchant à quatre pattes. Sa curiosité le pousse à toucher tous les objets qui sont à sa
portée et à les mettre dans sa bouche. Il risque de s’étouffer avec des petits objets ou des
petits aliments.
• Entre 9 et 18 mois, un enfant commence à se mettre debout puis à marcher et il
explore le monde qui l’entoure. Il comprend progressivement la signification du
« non ». Attention aux chutes dans les escaliers, aux brûlures dans la cuisine et aux
produits ménagers qu’il pourrait avaler.

• A partir de 18 mois, l’enfant devient plus autonome. Il commence à comprendre les


conseils et les explications des parents pour éviter les dangers mais il veut les
imiter. Il grimpe partout, ce qui augmente les risques de chutes. Attention aux
fenêtres ouvertes.

• A partir de 2 ans, un enfant monte et descend seul les escaliers. Il sait ouvrir les
portes et part en exploration. Sa curiosité s’éveille mais il n’est pas encore conscient
de la plupart des dangers.

• A partir de 3 ans, il prend de l’assurance et se dépense beaucoup. Il parle et


comprend de mieux en mieux. Il fait peu à peu la différence entre ce qui est permis
et ce qui est interdit mais il n’est pas capable de mesurer les risques qu’il prend et
les accidents sont souvent plus graves.

• A chaque étape de son développement, il est important de veiller à la sécurité de


l’enfant et de lui apprendre comment éviter les dangers avec des mots et des gestes
adaptés à son âge .
Numéros d’urgences:

• le 112 est le numéro pour les appels d'urgence dans tous les pays de Union
Européenne.

• 18 Pompier - Incendies, accidents et urgences médicales

• 15 SAMU - Urgences médicales en agglomération

Vous aimerez peut-être aussi