Vous êtes sur la page 1sur 23

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR


ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

UNIVERSITE BADJI MOUKHTAR


FACULTÉ DES SCIENCES DE L’INGENIEUR
DÉPARTEMENT DE GÉNIE DES PROCÉDÉS

Thème : Calculs d’une Chaudière

Présenté Par :
- Djerroud Seif Eddine
- Chelabi Hamza
- Djelfi Khaled
- Ibriz Tayeb
Enseignant :Dr F. Saoudi

Année Universitaire
2016*2017
Plan de travail
1- Introduction

• Qu’est ce qu’une chaudière ?

2 - chaudière à tubes de fumées 

3 - Les calculs d’une chaudière a tubes de fumées

4-Effets de la combustion sur l’environnement

5 - Conclusion
Introduction:
Au début de l’ere industrielle la chaudière désignait
un foyer et son échangeur dans les installations de
chauffage.

Au cours du temps cette dernière a subit un


développement notable.

Dans cet exposé nous allons présenter les différents


types de chaudières, et spécialement La chaudière à
tube de fumées.
 

Qu’est ce qu’une chaudière


Une chaudière est une installation industrielle
( dont la puissance 70 KW ) permettant de transférer
en continu de l'énergie thermique à un fluide
caloporteur* .
L'énergie thermique transférée peut être soit la
chaleur dégagée par la combustion , soit la chaleur
contenue dans un autre fluide, soit encore d'autres
sources de chaleur (chaudières électriques).
Le fluide caloporteur peut être soit chauffé
uniquement, soit chauffé et vaporisé, soit chauffé,
vaporisé et surchauffé dans la chaudière.
Dans une industrie ou une chaufferie on trouve
plusieurs types de chaudières tel que :

• les chaudières à condensation


• Les chaudières à gaz
• Les chaudières à tube d’eau
• Les chaudières à tube de fumée
Pour ce projet on va voir « la chaudière à tube de
fumée »
Chaudière
à
tubes de fumées
Définition :
Les chaudières à tubes de fumées sont le plus généralement
des petites chaudières (production inférieure à 25 t/h) générant
de la vapeur saturée à une pression inférieure à une vingtaine
de bars.
Une chaudière à tubes de fumées est constituée d'un grand
réservoir d'eau traversé par des tubes dans lesquels circulent
les fumées. Le premier tube du parcours de fumées est un tube
de plus gros diamètre qui constitue le foyer. Ce type de
construction est aujourd'hui utilisé presque exclusivement
pour les combustibles gazeux et liquides.
Le schéma ci-dessous présente la vue éclatée d’une
chaudière à tubes de fumées :
Les calculs
Les calcules concernant la chaudière a tube
de fumée
- Définition d’un calcul de chaudière :
Sous le vocable calcul de chaudière se cachent deux significations :
1- la détermination principale des éléments constituant la
chaudière : Cette détermination implique à la fois la nécessité de calculer
et aussi celle de choisir, parmi un grand nombre de solutions possibles,
les mieux adaptées à ce que l’on attend du matériel .
2- le calcul proprement dit, lorsqu’il s’agit de déterminer le
comportement d’un ensemble défini dans ses dimensions et ses
paramètres principaux de fonctionnement, pour différentes allures ou
données d’entrée modifiées concernant le combustible, l’excès d’air, les
débits, températures, etc
 
 

Les calcules dans le foyer :

L’objectif  :
- la température des fumées à la sortie du foyer
- la connaissance des températures locales dans
la zone de combustion
- la détermination des réactions de formation des
Le modèle de transfert de chaleur qui prédomine dans le
foyer est le rayonnement
suit la loi de Stefan-Boltzmann :
Q = εg rS (T4g – T4p) (W)

- εg : coefficient d’émissivité du gaz à la température Tg pour


le trajet moyen L = 3,4 V/S.
- V (m3) : volume de la zone rayonnante et S (m2) surface
enveloppe de cette zone,
- r : coefficient d’absorptivité de la paroi = r0 E avec r0
coefficient d’absorptivité du matériau (corps gris, inférieur ou
au plus égal à 1) et E pouvoir absorbant de la paroi,
- Tg (K ) : température thermodynamique du gaz.
- Tp (K ) :température thermodynamique de la paroi.
Bilan d’échanges 
- La méthode la plus
simple consiste à
considérer
l’ensemble du foyer
comme une zone
unique à température
uniforme, et de
rechercher l’équilibre
thermique
correspondant à cette
température
Répartition des chaleurs à l’intérieur du foyer
Transfert thermique :
- Que ce soit pour le calcul d’un foyer complet considéré comme une
seule zone, il est indispensable de définir ou de pouvoir calculer:
- la composition des produits de la combustion (teneur en CO2 , en
vapeur d’eau) ;
- les capacités thermiques massiques des produits de la combustion.
- le coefficient d’émissivité du rayonnement de la particule en cours de
combustion, ou l’émissivité du volume gazeux correspondant.
- le coefficient d’absorptivité des parois du foyer, absorptivité variable
suivant qu’elles restent propres, avec l’apparence d’un métal, ou
qu’elles sont recouvertes d’une couche plus ou moins fine de dépôts
cendreux.
- la température des parois froides, réceptrices du rayonnement.
Les rendements d’une chaudière :
- Lors du fonctionnement d’une chaudière on distingué trois types de
rendement :
Rendement nominal ou rendement utile :
Le rendement utile ηutile d'une chaudière est son
rendement instantané lorsque le brûleur fonctionne.
ηutile = Pu / Pa
Pa  = puissance contenue dans le combustible.(KW)
Pu = puissance utile de la chaudière ou puissance
fournie à l'eau de chauffage. (KW)
- La différence entre la puissance utile fournie à l'eau (Pu)
et la puissance contenue dans le combustible est constituée de
pertes :
-Vers la cheminée: Les
fumées de combustion
sont évacuées encore
chaudes. Cette chaleur est
perdue.
-Vers la chaufferie: La
chaudière est comme un
gros radiateur qui émet
de la chaleur vers
l'ambiance de la
chaufferie. Pertes d'une chaudière lorsque son brûleur est
en fonctionnement
-Le rendement utile d'une chaudière peut donc s'exprimer
sous la forme:
ηutile = (Pa - pertes fumée - perte ambiance) / Pa
En pratique, on utilise souvent la forme :
ηutile = ηcomb - %qr
Où:
- ηcomb = rendement de combustion [%]
- %qr = pourcentage de réduction due aux pertes vers
l'ambiance durant le fonctionnement du brûleur
Rendement de combustion:
- Le rendement de combustion est l'image de la qualité de
la combustion et de l'échange entre thermique entre les fumées
et le fluide caloporteur.
- En pratique, on exprime souvent le rendement de
combustion par la formule de Siegert :

ηcomb = 100 - f (Tfumées - Tamb) / %CO2

- Tfumées= la température des fumées à la sortie de la chaudière [°C]


- Tamb = température ambiante de la chaufferie [°C]
- %CO2 = la teneur en CO2 des fumées [%]
- f = facteur dépendant principalement du type de combustible
(mazout : f = .. 0,57 ..; gaz naturel : f = .. 0,47 ..)
Rendement saisonnier
Le rendement saisonnier ηsais est le rapport entre l'énergie
totale transmise à l'eau de chauffage durant toute la saison de
chauffe Qu , et l'énergie contenue dans le combustible
consommé durant cette période Qa :

ηsais = Qu / Qa

C'est ce rendement qui permet de chiffrer les performances


globales de la chaudière.
Effets de la combustion sur l’environnement
•  Au cours de la combustion se dégagent des gaz à effets de
serre (GES), qui contribuent au réchauffement planétaire,
bien que d’autre GES aient des effets plus puissants que
le , ce dernier demeure le gaz à effets de serre le plus
important en raison de son volume.
• Les émissions de et de contribuent au pluies acides, et par
conséquent posent aussi un problème, les émissions de
dioxyde de soufre sont contrôlées en limitant la
concentration du Soufre dans le combustible, la réduction
des émissions des oxydes d’azote est possible en modifiant
le processus de combustion.
Conclusion
- La chaudière est un système permettant
d'augmenter la température d'un fluide caloporteur
afin de transporter de l'énergie thermique.
- La construction des chaudières dépend de la
nature du fluide caloporteur, des conditions de service,
de la nature du combustible et des performances
attendues.