Vous êtes sur la page 1sur 21

LA LITHIASE

BILIAIRE
Mlle MOUSSOUNDA BAMBA Paule M.
Objectifs
• Définir la lithiase biliaire
• Définir la cholécystite aigue lithiasique (CAL)
• Décrire la colique hépatique et le signe de Murphy
• Décrire la triade de Charcot
• Décrire la pentade de Reynolds
• Citer au moins deux les signes paracliniques de CAL
PLAN
I. GENERALITES

II. DIAGNOSTIC

CONCLUSION
I.GENERALITES
1. Définition

Présence d’un ou plusieurs calculs au niveau de la vésicule et/ou des


voies biliaires.
I. GENERALITES
2. Intérêt

• Epidémiologique : affection chirurgicale fréquente Femme+++


• Clinique : diagnostic relativement facile.
I. GENERALITES
3. Rappels anatomophysiopathologiques
I. GENERALITES
La bile est secrétée et excrétée par le foie, suit le trajet des voies
biliaires jusqu’au duodénum en passant par le pancréas.
Elle est stockée dans la vésicule biliaire.
Elle contient principalement la bilirubine, le cholestérol et les sels
biliaires.
I. GENERALITES
3 Types de lithiases :

• Lithiase cholesterolique: 80%,excès cholestérol, stase ou défaut de


motricité.
• Lithiase pigmentaire : hémolyse, déconjugaison de la bile, 20%.
• Lithiase mixte
I. GENERALITES
4. Facteurs de risque de lithiase biliaire
• Age élevé
• Sexe féminin (x2)
• Augmentation de la sécrétion biliaire de cholestérol: obésité, régimes
hypercaloriques, médicaments (œstrogènes)
• Diminution de la concentration en acides biliaires:
- par défaut de réabsorption des sels biliaires au niveau de l’iléon
terminal
- résections iléales, maladie de Crohn
I. GENERALITES
• Hypomotricité /hypotonicité vésiculaire:
- somatostatine
- nutrition parentérale exclusive
- grossesse
• Infections
II. SIGNES CLINIQUES
1. T.D.D: Cholécystite aigue lithiasique CAL
Urgence médico-chirurgicale +++
Elle est définie par l’infection de la vésicule biliaire. Elle est due à la présence de
calcul enclavé dans le canal cystique.

A- Signes fonctionnels
• Douleur à type de «colique hépatique».
Elle siège au niveau épigastrique ou de l’hypochondre droit, d’apparition
brutale, d’emblée intense, se prolongeant plus de 24h
.
II. SIGNES CLINIQUES
Elle irradie en bretelle (scapulaire droite) et hémi ceinture droite dans
le dos. Elle est déclenchée par un repas riche en graisse.
• Cette douleur peut s’accompagner de troubles digestifs à type de
nausées et/ou vomissements.

B- Signes généraux
• Altération de l’état général: asthénie ++,anorexie
• Fièvre 38-39 °C
II. SIGNES CLINIQUES
C- Signes physiques
• Technique: Examen physique réalisé chez un patient rassuré, détendu,
allongé la tête à plat, les jambes semies fléchies et les bras le long du
corps. Examinateur mains réchauffées, début zone moins
douloureuse.
• Inspection: Abdomen plat ou tumefaction locali
• Palpation: recherche le «signe de MURPHY»: la compression
manuelle douce de l’hypocondre droit déclenche ou exacerbe une
douleur qui inhibe l’inspiration profonde ;+/- défense.
II. SIGNES CLINIQUES
D- Signes paracliniques
• Biologie : NFS Hyperleucocytose à polynucléaires neutrophiles et une
augmentation de la protéine C réactive CRP. Le dosage des enzymes
hépatiques est normal.
• Echographie abdominale +++: Epaississement de la paroi vésiculaire
supérieur à 4mm. Liquide péri vésiculaire. Calcul hyperéchogène,
cône d'ombre postérieur. Le passage de la sonde déclenche une
douleur signe de Murphy échographique.
• TDM abdominal : plus précise que l'échographie
II. SIGNES CLINIQUES
E- Evolution
• Sous TTT évolution favorable disparition des calculs

• Sans TTT : péritonite biliaire / perforation vésiculaire et fistulisation


biliaire duodénum ou colon qui peut entraîner un iléus biliaire en cas
de calcul volumineux.
II. SIGNES CLINIQUES
2. Formes cliniques
A- Formes topographiques
• Lithiase vésiculaire: colique hépatique ++,intermittente, d’intensité
et de durée variable. Pas de fièvre, ni ictère, parfois asymptomatique.

• Lithiase de la voie biliaire principale ou Angiocholite : infection du


cholédoque du fait enclavement de calcul au niveau de l’ampoule de
VATER.
II. SIGNES CLINIQUES
Cliniquement, elle décrit la triade de Villard et Perrin/Charcot
associant douleur, fièvre et ictère.
Association Douleur + Fièvre + Ictère + état de choc + AEC = Pentade de
Reynolds.
Biologie : NFS hyperleucocytose à PNN , Bilirubine conjuguée
Echographie abdominale ou la TDM abdominale permet de poser le
diagnostic.
II. SIGNES CLINIQUES
• Pancréatite aigue lithiasique : elle peut ou non être associée à une
angiocholite ou une cholécystite.
Biologie Lipasémie ++
TDM +++
II. SIGNES CLINIQUES
Conclusion
Lithiase biliaire fréquente
Angiocholite + CAL Urgences +++
Diagnostic clinique et paraclinique
Traitement = guérison
MERCI