Vous êtes sur la page 1sur 57

CONCEPTION GENERALE DES PONTS

Préparé par :
Ing. BABAKHOUYA Youcef

Décembre 2018
DÉMARCHE DE CONCEPTION

VARIANTE 1 : PONT VOUSSOIRS CONSTRUIT


PAR ENCORBELLEMENT SUCCESSIVE

VARIANTE 2 : PONT À POUTRES


PRÉCONTRAINTES DE TYPE VIPP

VARIANTE 3 : PONT MIXTE À


BIPOUTRES

ANALYSE MULTICRITÈRE
1.DÉMARCHE DE CONCEPTION

La conception d’un pont résulte, le plus souvent, d’une démarche itérative


dont l’objectif est l’optimisation technique et économique de l’ouvrage de
franchissement projeté vis-à-vis de l’ensemble des contraintes naturelles et
fonctionnelles imposées, tout en intégrant un certain nombre d’exigence de
qualité et architecturelle ou paysage.
1.DÉMARCHE DE CONCEPTION

1.1. La reconnaissance du site


 Implantation et caractéristiques d'ensemble de l'ouvrage :

Le projeteur routier établit son projet en optimisant globalement le tracé de la


section dont il a la charge. Si ce tracé ne comprend pas d'ouvrage exceptionnel, le
poids financier des ponts est, en principe, faible devant celui des terrassements. Par
contre, s'il s'agit de franchir une grande brèche. L‘implantation du pont ou du
viaduc doit être examinée avec soin. La situation la plus favorable se présente
lorsqu'une collaboration efficace s'instaure entre le spécialiste de la route et celui
des ouvrages d'art.
1.DÉMARCHE DE CONCEPTION

1.1. La reconnaissance du site


 Le recueil des données naturelles :

La visite des lieux par l'ingénieur chargé d’étude d’un projet est plus qu’une simple
formalité : c’est une étape essentielle de ce projet. Les principaux renseignements à
recueillir sur place sont rappelés ci-après :
• La topographie ;
• L'hydrologie ;
• La reconnaissance géotechnique.
Les autres actions naturelles susceptibles de solliciter un pont sont les suivantes :
Le vent, la neige et la glace ;
Les séismes, considérés comme des actions accidentelles.
1.DÉMARCHE DE CONCEPTION

1.1. La reconnaissance du site


 Les données fonctionnelles :

Afin de ne rien omettre, il convient de dresser à l'avance la liste des données


indispensables pour entreprendre l'étude, cette liste comprend :
• Le tracé en plan ;
• Les profils en travers et le profil en long ;
• Les charges d'exploitation, normales et exceptionnelles ;
• Les hauteurs libres et ouvertures à réserver (route, voie ferrée, voie
navigable) ;
• La qualité architecturale ;
• Les sujétions de construction, qui peuvent être de nature très variée : délais
de construction, coût relatif de la main-d’œuvre et des matériaux,
disponibilité des granulats et du ciment, etc.
1.DÉMARCHE DE CONCEPTION

1.2. Choix du type d'ouvrage


 La problématique du choix :

Pour franchir une brèche donnée, le concepteur recherche normalement la solution


la plus économique respectant les contraintes imposées dont la nature peut être très
diverse. Pour aboutir au meilleur choix, il doit d'une part bien connaître l'éventail
des solutions possibles, avec leurs sujétions, leurs limites et leur coût, et d'autre
part être en mesure de recenser et d'évaluer les contraintes avec la plus grande
précision possible, afin de limiter au maximum les aléas pendant l'exécution.

En tout état de cause, les variantes doivent toujours être possibles à réaliser. En
effet, chaque entreprise spécialisée dans la construction des ponts dispose de
matériels spécifiques.
1.DÉMARCHE DE CONCEPTION

1.2. Choix du type d'ouvrage


 Un bref panorama des principaux types d'ouvrages :

Les différents types des ponts déjà réalisés en Algérie :


• Les ponts à poutres en béton précontraintes (type VIPP : précontraintes par
post-tesnion, type PRAD précontraintes par pré-tesnion) ;
• Les ponts mixtes (bipoutres, multi-poutres, caissons) ;
• Les ponts dalle ;
• Les ponts caissons (voussoirs) ;
• Les ponts cadres.
1.DÉMARCHE DE CONCEPTION

1.2. Choix du type d'ouvrage


 Le processus de choix :

Il est assez rare que la prise en considération des différentes contraintes naturelles
et fonctionnelles conduise à une solution unique pour un franchissement donné. Il
conviendra donc, la plupart du temps, d'envisager plusieurs solutions au niveau de
l'étude préliminaire.

En fait, un ouvrage comprend trois parties principales :


Les tabliers, dont le coût augmente grossièrement comme le carré de la portée ;
Les piles, qui sont d'assez faible importance dans le budget total, même si leur
coffrage a été travaillé sur le plan architectural ;
Les fondations, dont l‘estimation est délicate, car, malgré les sondages, leur
exécution réserve souvent des surprises.
1.DÉMARCHE DE CONCEPTION

1.2. Choix du type d'ouvrage


 Le processus de choix :

Une augmentation des portées engendre donc une croissance rapide du coût du
tablier, pour une économie de fondations qui n'est importante que si la qualité du
sol impose des moyens très onéreux ; de façon générale, pour des terrains
convenables, et en l'absence de contraintes imposant de grandes ouvertures, un
ouvrage simple, aux portées modestes sera plus économique qu'un ouvrage plus
ambitieux, plus difficile à construire et plus exposé à des désordres ultérieurs.
1.DÉMARCHE DE CONCEPTION

1.2. Choix du type d'ouvrage


 Le processus de choix :

De nos jours, la recherche de la qualité est un souci majeur des maîtres d'ouvrage
et des entreprises. Cette qualité ne doit pas seulement concerner les matériaux et
les procédés de fabrication, mais aussi l‘aspect général et l'insertion des ouvrages
dans leur site. Les ponts sont des ouvrages remarquables et, s'ils enlaidissent le
paysage, leurs auteurs encourent une grave responsabilité
DÉMARCHE DE CONCEPTION

VARIANTE 1 : PONT VOUSSOIRS CONSTRUIT


PAR ENCORBELLEMENT SUCCESSIVE

VARIANTE 2 : PONT À POUTRES


PRÉCONTRAINTES DE TYPE VIPP

VARIANTE 3 : PONT MIXTE À BIPOUTRES

ANALYSE MULTICRITÈRE
2.
PONT VOUSSOIRS CONSTRUIT PAR ENCORBELLEMENT SUCCESSIVE

2.1. Domaine d'emploi

La construction par encorbellements successifs permet de réaliser des ouvrages en


béton précontraint très variés. En effet :
• la gamme des portées envisageables est très large (entre 40 et 200 m).
• la voie portée peut avoir n'importe quelle géométrie tant en plan qu'en long,
• entre 60 et 100 m, le tablier de l'ouvrage peut être de hauteur constante ou
variable,
• la méthode peut être mise en œuvre quelles que soient les caractéristiques
naturelles de la brèche (profondeur importante, versants abruptes, sols de très
mauvaise qualité, site maritime, etc.).
2.
PONT VOUSSOIRS CONSTRUIT PAR ENCORBELLEMENT SUCCESSIVE

2.2. Technique du procède

Ce mode de construction consiste à exécuter l'essentiel du tablier d'un pont sans cintre
ni échafaudages au sol, en opérant par tronçons successifs dénommés voussoirs,
chacun de ces éléments étant construit en encorbellement par rapport à celui qui le
précède. Après exécution d'un voussoir, les câbles de précontrainte qui aboutissent à
ses extrémités sont mis en tension, ce qui permet de les plaquer contre les voussoirs
précédents et de constituer ainsi une console autoporteuse pouvant servir d'appui pour
la suite des opérations
2.
PONT VOUSSOIRS CONSTRUIT PAR ENCORBELLEMENT SUCCESSIVE

2.2. Technique du procède


2.
PONT VOUSSOIRS CONSTRUIT PAR ENCORBELLEMENT SUCCESSIVE

2.3. Schéma statique longitudinal


 Répartition des travées :

Cas d'un ouvrage composé de fléaux tous identiques

Cas d'un ouvrage composé de fléaux de longueurs différentes


2.
PONT VOUSSOIRS CONSTRUIT PAR ENCORBELLEMENT SUCCESSIVE

2.3. Schéma statique longitudinal


 Elancement et forme de l'intrados :

Hauteur constante
Lorsque les portées principales d'un ouvrage sont inférieures à 65/70 m, le tablier le
plus économique est en général de hauteur constante, Dans ce cas, la hauteur du tablier
est comprise entre un 1/20 à 1/25 de la portée maximale.

Hauteur variable paraboliquement

Au-delà de 65 m/70 m, les efforts dans les fléaux deviennent très importants et
nécessitent une hauteur sur pile qui se révèle surabondante en travée. Il devient donc
économiquement intéressant de réaliser un tablier de hauteur variable.
2.
PONT VOUSSOIRS CONSTRUIT PAR ENCORBELLEMENT SUCCESSIVE

2.3. Schéma statique longitudinal


 Découpage en voussoirs :

Voussoirs courants
La longueur des voussoirs courants est constante et varie de 2,50 à 4 m, voire 5 m,
suivant les ouvrages.

Voussoirs sur piles


Pour les ouvrages coulés en place, le voussoir sur pile (VSP) mesure en général au
moins 8 m.
Pour les ouvrages préfabriqués, les dimensions du voussoir sur pile sont souvent
incompatibles avec la capacité des engins de transport et de pose des voussoirs.

Voussoirs de clavage
La longueur des voussoirs de clavage varie considérablement selon la technique
utilisée.
2.
PONT VOUSSOIRS CONSTRUIT PAR ENCORBELLEMENT SUCCESSIVE

2.4. Conditions d'appui


 Conditions d'appui :

Tablier sur appuis simples


La majorité des ponts construits par encorbellements successifs reposent sur des appuis
simples en service alors que pendant la construction, ils sont encastrés sur piles grâce
aux dispositifs de stabilité des fléaux.
Les appuis définitifs sont dans la plupart des cas des appareils d'appui à pot
d'élastomère.

Tablier encastré sur piles par liaison en béton armé

Lorsque les piles sont très hautes, il est souvent préférable d'encastrer le tablier en
tête de pile.
2.
PONT VOUSSOIRS CONSTRUIT PAR ENCORBELLEMENT SUCCESSIVE

2.5. Choix d'une section transversale :


Les importants porte-à-faux réalisés en phase de construction imposent d'utiliser une
section transversale présentant une bonne résistance à la torsion. C'est l'une des raisons
qui conduit les projeteurs à adopter des sections en forme de caisson.

Monocaissons nervures ou braconnes

Pour des largeurs de tablier inférieures à


20 m, la solution la plus économique est
presque toujours constituée par un
caisson à deux âmes, avec deux hourdis
en dalle pleine.
2.
PONT VOUSSOIRS CONSTRUIT PAR ENCORBELLEMENT SUCCESSIVE

2.5. Choix d'une section transversale :


Monocaissons nervures
Pour des largeurs de tablier comprises entre
18 et 25 m ou plus, la solution la plus
courante est constituée par un caisson à deux
âmes, avec un hourdis supérieur nervure et
un hourdis
inférieur en dalle pleine.

Bicaissons
possible de projeter un tablier comportant
deux caissons liés par leurs
encorbellements intérieurs.
2.
PONT VOUSSOIRS CONSTRUIT PAR ENCORBELLEMENT SUCCESSIVE

2.6. Pré dimensionnement d'une section transversale :


2.
PONT VOUSSOIRS CONSTRUIT PAR ENCORBELLEMENT SUCCESSIVE

2.6. Pré dimensionnement d'une section transversale :


Largeur du tablier
La largeur totale du tablier est fixée par le profil en travers de la voie portée.
B

Largeur D/C
Les distances D et C dépendent de la largeur totale du tablier, les âmes sont souvent
implantées au quart de la largeur du caisson (C = B / 4).

Epaisseur des âmes Ea


Les âmes du caisson sont inclinées avec un angle de 10%, cette disposition facilite le
décoffrage et réduit la largeur des têtes de pile.
L’épaisseur des âmes est conditionnée à la fois par le type de câblage adopté et par les
conditions de résistance à l'effort tranchant.
2.
PONT VOUSSOIRS CONSTRUIT PAR ENCORBELLEMENT SUCCESSIVE

2.6. Pré dimensionnement d'une section transversale :


L’épaisseur de l’hourdis inferieur

Au voisinage des piles, l’épaisseur est prise égale à 2,5 fois l'épaisseur minimale Ec
pour les tabliers de hauteur variable.

L'épaisseur du hourdis inférieur est minimale à la clef et maximale sur pile. La loi de
variation de l'épaisseur en fonction de l'abscisse horizontale est parabolique :
2.
PONT VOUSSOIRS CONSTRUIT PAR ENCORBELLEMENT SUCCESSIVE

2.6. Pré dimensionnement d'une section transversale :


L’épaisseur de l’hourdis supérieur
Le hourdis supérieur est essentiellement dimensionné par sa résistance à la flexion
transversale et aux charges concentrées.
e1 ≥ 20 ou 25 cm ;

D’/5 ≥ e2 ≥ D’/7 cm ; D’ = C – Ea/2 ;

e3 ≥ D/25 cm.
Goussets
Il faut noter que le contour intérieur des goussets est toujours rectiligne et présente un
angle a compris entre 30 et 45° pour faciliter le bétonnage.
Leur rôle mécanique de transition entre les âmes et le hourdis inférieur, les goussets
inférieurs doivent loger les câbles de continuité intérieure.
2.
PONT VOUSSOIRS CONSTRUIT PAR ENCORBELLEMENT SUCCESSIVE

2.7. Les avantages et les inconvénients de la variante :


 Avantages :

•Tout d'abord, la construction des tabliers s'effectue, pour l'essentiel du linéaire,


sans aucun contact avec le sol, ce qui permet de construire des ouvrages au-dessus de
rivières à fortes crues ou au-dessus de vallées très accidentées ou très profondes.
•La méthode permet d'autre part d'exécuter des ouvrages de géométries très
diverses. Ainsi, en élévation, il est possible de projeter des tabliers de hauteur constante
ou variable. Dans ce dernier cas, il est possible de faire des variations paraboliques,
cubiques ou linéaires.
•Enfin, la construction par éléments de 3 à 4 m de longueur permet un bon
amortissement des outils de coffrage du tablier, même si les travées sont peu
nombreuses et de longueurs différentes. Dans le cas de voussoirs préfabriqués, la
petitesse de ces éléments permet aussi de limiter le poids des éléments à poser et, donc,
de réduire le coût du matériel de pose.
2.
PONT VOUSSOIRS CONSTRUIT PAR ENCORBELLEMENT SUCCESSIVE

2.7. Les avantages et les inconvénients :


 Inconvénients :

• À portées identiques, les ouvrages construits par cette méthode sont beaucoup plus
lourds que des ouvrages mixtes, ce qui conduit à des appuis et des fondations plus
importantes que celles de ces ouvrages. Bien évidemment, ceci pénalise la méthode,
en particulier lorsque les terrains de fondations sont médiocres ou lorsqu'on est en
zone sismique.
• Un autre inconvénient important de cette méthode est l'importance des tâches à
effectuer in situ tant pour le coulage du tablier que pour l'aménagement des accès au
chantier. Bien évidemment, lorsque les voussoirs sont préfabriqués, l'importance de
ces tâches diminue ; elle reste cependant bien plus importante que pour un pont en
béton poussé.
2.
PONT VOUSSOIRS CONSTRUIT PAR ENCORBELLEMENT SUCCESSIVE

 Répartitions des Travées :

 Coupe Transversale :
DÉMARCHE DE CONCEPTION

VARIANTE 1 : PONT VOUSSOIRS CONSTRUIT


PAR ENCORBELLEMENT SUCCESSIVE

VARIANTE 2 : PONT À POUTRES


PRÉCONTRAINTES DE TYPE VIPP

VARIANTE 3 : PONT MIXTE À BIPOUTRES

ANALYSE MULTICRITÈRE
3. PONT À POUTRES PRÉCONTRAINTES DE TYPE VIPP

3.1. Technique du procède

Les ponts VIPP (Viaduc à travées Indépendantes à Poutres Préfabriqués précontraintes


par post-tension) sont constitués de poutres précontraintes par post-tension solidarisées
par un hourdis en béton coulé en place (sur des coffrages perdus non participants). Les
poutres sont reliées entre elles par des entretoises uniquement au niveau des appuis.
3. PONT À POUTRES PRÉCONTRAINTES DE TYPE VIPP

3.1. Technique du procède

Pour la réalisation d'une travée, comporte les étapes suivantes :


• Préfabrication des poutres sur une aire de préfabrication ;
• Mise en tension sur les poutres de quelques câbles de précontrainte longitudinale, le
plus tôt possible, pour permettre de libérer les coffrages ;
• Mise en attente des poutres sur une aire de stockage ;
• Mise en place des poutres sur appuis définitifs par des moyens de levage et de
manutention adaptés ;
• Réalisation en place d'entretoises reliant les poutres au niveau des appuis ;
• Coffrage, ferraillage et bétonnage en place du hourdis.
3. PONT À POUTRES PRÉCONTRAINTES DE TYPE VIPP

3.2. Domaine d'emploi

Indépendamment de la nature de la brèche franchie, ce type de tablier permet


d'atteindre des portées importantes, ce qui le situe au haut de gamme des ouvrages
courants. Le domaine d'emploi de la structure correspond en effet à des portées de 30 à
45 mètres.

Ce type d'ouvrage est adapté au franchissement en viaduc de brèches importantes, en


longueur ou en hauteur, et aux sites difficiles d'accès.
3. PONT À POUTRES PRÉCONTRAINTES DE TYPE VIPP

3.3. Conception du tablier


 Choix des portées :

Le domaine d'emploi optimal correspond à une gamme de portée comprise entre 30 et


40 mètres.

 Adaptation à la courbure en plan :

Lorsque le tracé en plan est courbe, les poutres sont placées suivant une ligne
polygonale dont chaque travée forme un côté. La courbure du tablier est obtenue en
faisant varier le débord du hourdis en encorbellement des poutres de rive.
3. PONT À POUTRES PRÉCONTRAINTES DE TYPE VIPP

3.3. Conception du tablier


 Choix des portées :

Le domaine d'emploi optimal correspond à une gamme de portée comprise entre 30 et


40 mètres.

 Adaptation à la courbure en plan :

Lorsque le tracé en plan est courbe, les poutres sont placées suivant une ligne
polygonale dont chaque travée forme un côté. La courbure du tablier est obtenue en
faisant varier le débord du hourdis en encorbellement des poutres de rive.
3. PONT À POUTRES PRÉCONTRAINTES DE TYPE VIPP

3.3. Conception du tablier


 Positionnement des poutres de rive :

Dans la mesure du possible, on cherchera à positionner ces poutres de rive le plus près
des bords libres du tablier, de manière à supprimer la partie de hourdis à couler en
encorbellement de ces poutres de rive, difficile à coffrer. Cette facilité ne peut être
obtenue dans le cas d'un ouvrage courbe.

 Entraxe des poutres :

En pratique l'espacement des poutres varie entre 1,30 et 2,50 mètres.


3. PONT À POUTRES PRÉCONTRAINTES DE TYPE VIPP

3.3. Conception du tablier


 Profil des poutres :

La forme des poutres est généralement en double Té, section de caractéristiques


mécaniques bien adaptées à la gamme de portées de ce type d'ouvrage. Les poutres
comportent une table de compression constituant la fibre supérieure et un large talon,
constituant la fibre inférieure. Ces deux éléments sont reliés par une âme de faible
épaisseur.

Élancement :

Pour un béton à hautes performances (fc28 = 35 MPa), l’élancement de la poutre est


donné par la formules suivante : L/20 ≤ h ≤ L/17
3. PONT À POUTRES PRÉCONTRAINTES DE TYPE VIPP

3.3. Conception du tablier


 Profil des poutres :

Epaisseur des âmes :

Pour le cas de vibration externe l’épaisseur de l’âme est donnée par la formule
suivante : Ea ≥ 14 + Φ, avec Φ = 0,08 m (diamètre de la gaine de précontrainte).
Au droit de l'appui, l'épaisseur de l'âme est supérieure à 30 cm.
L’épaisseur de l'about de poutre est souvent voisine de 0,50 m.

Tables de compression :

Toutefois, pour prévenir tout risque de


déversement pendant les opérations de
manutention, on ne descendra pas en
dessous d'une largeur voisine de 60% de la
hauteur.
3. PONT À POUTRES PRÉCONTRAINTES DE TYPE VIPP

3.3. Conception du tablier


 Profil des poutres :

Tables de compression :

L’épaisseur de la table de compression varie entre 12 et 15 cm.


La face inférieure de la membrure présente une légère pente variant de 1/10 à 1/15, de
sorte que l'épaisseur de la table à la jonction avec le gousset d'âme est majorée
d'environ 5 cm par rapport à l'épaisseur d'extrémité.
La jonction de l'âme et de la table de compression est assurée par un gousset supérieur,
avec une inclinaison sensiblement égale à 45°.

Talons :

La largeur des talons varie de 0,60 à 0,90 m.


La partie verticale du talon ou pied de talon est
généralement comprise entre 0,10 et 0,20 m.
3. PONT À POUTRES PRÉCONTRAINTES DE TYPE VIPP

3.3. Conception du tablier


 Hourdis :

L’épaisseur de l’hourdis est directement liée à la portée transversale du hourdis et donc


à l'espacement des poutres. Il varie de 16 à 25 cm.

 Les entretoises d’about :

• Les entretoises étant coulées en place, leur épaisseur résulte de conditions


de bonne mise en œuvre du béton, puisque, comme pour les âmes, on doit
ménager des cheminées de bétonnage entre le ferraillage passif. Dans la
pratique, cela amène à une épaisseur de l'ordre de 25 à 30 cm.
• Les entretoises ont une hauteur voisine de celle des poutres.
3. PONT À POUTRES PRÉCONTRAINTES DE TYPE VIPP

3.3. Les avantages et les inconvénients


 Avantages :

• Le principal avantage de ce type de structure est lié à son mode de construction qui
permet d'éviter le recours aux cintres s'appuyant sur le sol.
• Le recours à la préfabrication apporte un intérêt évident, tant sur le plan technique
que sur le plan économique.
• En particulier, il permet d'envisager des formes de poutres assez élaborées, plus
difficiles à coffrer, mais permettant de faire travailler au mieux la matière.
Toutefois, l'amortissement des coffrages correspondants ne pourra être réalisé que
sur un nombre important de poutres.
• Un autre intérêt de ce type de structure provient de son fonctionnement isostatique
qui la rend pratiquement insensible aux déformations imposées, en particulier aux
tassements différentiels des appuis et aux effets d'un gradient thermique.
3. PONT À POUTRES PRÉCONTRAINTES DE TYPE VIPP

3.3. Les avantages et les inconvénients


 Inconvénients :

• Par ailleurs, ce type de tablier, constitué de poutres rectilignes, est naturellement


bien adapté aux franchissements rectilignes. En revanche, il ne s'adapte que plus
difficilement aux franchissements biais ou courbes.
• Afin de profiter au mieux de la préfabrication, il est souhaitable de pouvoir
implanter les appuis à intervalles réguliers pour réaliser des travées de longueurs
égales. Cet aspect peut constituer un handicap pour ce type d'ouvrage.
• Une autre critique peut être soulevée à propos de la qualité architecturale de ce type
de tablier. Chaque appui reçoit deux lignes d'appuis de travées adjacentes, ce qui
nécessite une largeur de sommier d'appui importante qui peut nuire à l'aspect
esthétique, surtout dans le cas où les appuis ne sont pas suffisamment hauts.
3. PONT À POUTRES PRÉCONTRAINTES DE TYPE VIPP

 Répartitions des Travées :

 Coupe Transversale :
DÉMARCHE DE CONCEPTION

VARIANTE 1 : PONT VOUSSOIRS CONSTRUIT


PAR ENCORBELLEMENT SUCCESSIVE

VARIANTE 2 : PONT À POUTRES


PRÉCONTRAINTES DE TYPE VIPP

VARIANTE 3 : PONT MIXTE À BIPOUTRES

ANALYSE MULTICRITÈRE
4. PONT MIXTE À BIPOUTRES

4.1. Technique du procède

Un pont mixte à bipoutres résulte dans le cas le plus général de l'association d'une
couverture, d'une ossature et d'un système porteur. La couverture est la partie qui reçoit
directement les charges d'exploitation : elle les transmet au système porteur
directement ou par l’intermédiaire d’une ossature (métallique). Cette dernière est
constituée par un deux de poutres longitudinale et transversale (entretoises ore pièce de
pont).
4. PONT MIXTE À BIPOUTRES

4.2. Domaine d'emploi

Le domaine de portée des ponts mixtes va jusqu'à 110 ou 120 m pour les travées
continues, jusqu'à 80 ou 90 m pour les travées indépendantes. Au-delà de ces portées, il
est plus économique.

4.3. Condition d’appui

Généralement les ponts sont simplement posés sur les appuis intermédiaires et les
appuis de rive. Dans les zones qui présentent une forte sismicité on opte pour des
appareils d’appuis antisismiques.
4. PONT MIXTE À BIPOUTRES

4.4. Courbure en plan

Les tabliers des ouvrages mixtes courbes en plan sont obtenus en découpant les
semelles et les tôles de fond selon la courbure en plan de la voie portée et en exécutant,
sur la charpente ainsi constituée, une dalle de caractéristiques transversales constantes..
4. PONT MIXTE À BIPOUTRES

4.5. Conception du tablier


 Répartition des portées :

L'acier est un matériau offrant une grande aptitude de conception. En l'absence de


contraintes particulières sur l'implantation des appuis, il y a lieu de s'orienter vers des
portées principales inférieures à 80 m.
4. PONT MIXTE À BIPOUTRES

4.5. Conception du tablier


 Entraxe des poutres :
4. PONT MIXTE À BIPOUTRES

4.5. Conception du tablier


 Pré-dimensionnement de la poutre :

La poutre est de forme I, comporte une âme et deux semelles.


4. PONT MIXTE À BIPOUTRES

4.5. Conception du tablier


 Pré-dimensionnement de la poutre :

Elancement :

Sur pile : H = L/25 ;


Sur culée : L/60 ≤ H‘’ ≤ L/50 ;
 A la clé des travées : L/50 ≤ H’ ≤ L/40.

Les semelles :

Les semelles sont constituées d'un plat en tôle de largeur constante ou


variable et dont l’épaisseur peut aller jusqu'à 120 ou 150mm.
Pour fixer les idées, la largeur bs de la semelle supérieure varie de 400 à

1 000 mm tandis que la largeur bi, de la semelle inférieure varie de 500 à


1 200 mm.
4. PONT MIXTE À BIPOUTRES

4.5. Conception du tablier


 Pré-dimensionnement de la poutre :

L’âme :

Les conditions conduisent à une épaisseur minimale de l'âme sont :


tw ≥ 0,005 Hw ;

tw ≥ 12 mm.

Pièces de pont  :

L’espacement des pièces de pont est prise égal à 4 mètres environ,


Âme : épaisseur : 10 à 12 mm ;
Hauteur : de l'ordre de 1/10ème à 1/15ème de la largeur Lt ;
Semelles : largeur : 220 à 300 mm (déversement lors du bétonnage et
fixation des connecteurs), épaisseur : environ 20 mm.
4. PONT MIXTE À BIPOUTRES

4.5. Conception du tablier


 La couverture  :

L’épaisseur de la dalle est constante et comprise entre 20 et 24 cm.

Pour éviter l’encombrement de ferraillage dans la phase de


dimensionnement on peut opter pour une dalle en béton armé, renforcé
par des câbles de précontraintes dans le sens transversal.
4. PONT MIXTE À BIPOUTRES

4.6. Les avantages et les inconvénients


 Les avantages :

• Légèreté par rapport aux tabliers des autres types de ponts qui va
rendre le transport aisé, on raison du poids peu élevé qui permet de
transporter loin en particulier à l'exécution ;
• La précision dimensionnelle des structures ;
• Simplicité d'usinage des poutres à âmes pleines ;
• Les ponts métallique présentes une rigidité à la torsion élevées
permettent l'utilisation de poutres dans des ponts et des échangeurs
horizontalement courbe ;
• Des possibilités d'extension et de réparation.
4. PONT MIXTE À BIPOUTRES

4.6. Les avantages et les inconvénients


 Les inconvénients :

• Le problème majeur des ponts métallique et mixte c’est l‘entretient


contre la corrosion et le phénomène de fatigue dans les assemblages ;
• Le risque de flambement des pièces comprimées, et le risque du
renversement ou le voilement lors du montage ainsi qu'en service ;
• Les sollicitations climatiques la différence de température entre le
béton et l'acier surtout lorsque les poutres ne sont pas encore
protégées par le tablier en béton ;
• Une surveillance avec visite périodique ;
• La main d’œuvre doit être qualifiée surtout (les soudeurs) ;
• Le coût est très élevé.
4. PONT MIXTE À BIPOUTRES

 Répartitions des Travées :

 Coupe Transversale :
DÉMARCHE DE CONCEPTION

VARIANTE 1 : PONT VOUSSOIRS CONSTRUIT


PAR ENCORBELLEMENT SUCCESSIVE

VARIANTE 2 : PONT À POUTRES


PRÉCONTRAINTES DE TYPE VIPP

VARIANTE 3 : PONT MIXTE À BIPOUTRES

ANALYSE MULTICRITÈRE
5. PONT MIXTE À BIPOUTRES

Critères de choix
Economie Réalisation Esthétique Entretient
Variantes

Variante 1 :        
 

Variante 2 :        
 

Variante 3 :