Vous êtes sur la page 1sur 29

UNIVERSITE MOULOUD MAMMERI T.

O
Faculté des sces agronomiques et des sces
biologiques

La lutte
biologique
Moussaoui Y
Atmani L
Le plan
•Introduction
I. Définition
II. Historique
III. Types de lutte biologique
IV. Types d’organismes utilisés dans la lutte biologique
V. Comment agissent les prédateurs sur les proies?
VI. Avantages et inconvénients de la lutte biologique
•Conclusion
Introduction
Pour satisfaire ses besoins en nutrition ,l’homme a
eu recours à plusieurs facteurs aidant à avoir un
meilleur rendement en utilisant plusieurs molécules
de synthèse notamment les pesticides (insecticides
,fongicides, herbicides,..etc.) sans pour autant se
rendre compte de l’impacte de ces derniers sur les
écosystèmes terrestres et sa santé cependant une
nouvelle alternative venant au secoure de la nature
a vu le jour on parle de la lutte biologique.
I. Définition:
•La lutte biologique est une méthode de lutte contre les
nuisibles tels que les ravageurs des cultures (insectes,
acariens, nématodes, etc.), les maladies (fongiques,
bactériennes, virales, etc.), ou les mauvaises herbes (plantes
adventices) au moyen d'organismes vivants Antagonistes,
appelés agents de lutte biologique. Elle se base sur
l'utilisation de prédateurs (nématodes, arthropodes,
vertébrés, mollusques), parasitoïdes, agents pathogènes
(virus, bactéries, champignons, etc.), herbivores (ou
phytophages), sans faire appel à des pesticides. Elle a pour
but de maintenir les populations d'organismes bio-agresseurs
en dessous d'un seuil de nuisibilité.
II. Historique

Charles Valentine Riley (1843-1895) entomologiste


Anglais l’inventeur de la lutte biologique.
En blanc cochenille australienne Icerya
purchasi et son prédateur la coccinelle
Novius cordinalis.
III. Types de lutte biologique
1. La lutte biologique par conservation
Elle se fait par conservation des auxiliaires
autochtones ,elle a pour but de faciliter la
multiplication spontanée par un aménagement de
leurs environnement.
2)La lutte biologique classique:
Elle se base sur l’importation d’entomophages
exotiques contre un ravageur introduit d’une autre
région .
• Exemple
L’introduction du parasitoïde Gonatocerus
ashmeadi pour lutter contre les dégâts causés par
Prostephanus truncatus.
A gauche Gonatocerus ashmeadi et sa
proie Prostephanus trunatus.
3) La lutte biologique par
inondation(inondative):

•On augmente artificiellement les populations de


parasites par des apports extérieurs ,l’organisme
antagoniste va être lâché en masse à chaque fois que
l'effectif des ravageur augmente.
•Exemple: l’utilisation des trichogrammes
parasitoïdes omophages pour lutter contre les
lépidoptères(pyrales de maïs).
A gauche Trichogramme parasitoïde et
sa proie pyrale de maïs : Ostrinia
nubilalis.
De gauche a droite :L’impacte de l’invasion
de la pyrale de maïs et de Prostophanus
trunatus sur les champs de maïs.
4) Autres formes de la lutte

•L’utilisation de males stériles (lutte autocide)qui


une fois lâchés serons de forts concurrents pour les
males sauvages cependant ils limitent la reproduction
d’un fort pourcentage.
•Utilisation des phéromones sexuels pour attirer les
males dans des pièges et ainsi éviter la reproduction
intense.
•Association des plantes et leurs interactions ,par
exemple culture de tomates a proximité de la culture
de carottes pour repousser le ravageur de la carotte.
Phéromones sexuels pour attirer les males dans
les pièges.
IV. Types d’organismes utilisés
• Prédateurs
Il existe trois genres de prédateurs naturels :
•les insectes
• les parasites
•les microorganismes (les virus et les champignons)
Les insectes
• Les coccinelles:

Exochomus quadripustulatus

Des coccinelles entourent un nématode ..


• les araignées:

Araignée Salticidae et sa proie,


la cicadelle Hortensia similis.

Le Faucheurs: Opiliones
Les parasites

Un hôte  un parasite
Un hôte  plusieurs parasites
virus et champignons 

Chenille et mouche infestées par un champignon


entomophage.
V. Comment agissent les prédateurs
sur les proies ?
Exemples
Contrôle des pucerons par Aphidius colémani .
 Contrôle des acariens par Phytocellius persimélus
(guêpes ).
VI. Avantages et inconvénients de la lutte
biologique

Avantages
Respect du vivant et de l’environnement;
Respect et protection de la biodiversité(édaphique et aquatique);
Respect des activités biologiques du sol (ne déséquilibre pas les cycles
biogéochimiques);
C’est une forme d’agriculture durable ;
Exclusion d’usage d’engrais minéraux et de pesticides sous diverses
formes ;
Une meilleur santé pour les êtres humains notamment pour les
agriculteurs qui lors de l’utilisation des engrais chimiques sont déposés à
diverses maladies tel que les cancers (peau poumon ..)et d’autres
comme la stérilité;
Inconvénients
 Le cout élevé de la production;
 La production se fait sur des surfaces très grandes;
 Difficultés du transport sur les lieux ainsi que le stockage et la
conservation des bio pesticides;
 Une prolifération plus que nécessaire peut s ’exprimer;
 Ces prédateurs peuvent s’attaquer a des hôtes ou proies inattendues;
 Nécessite des études profondes et avancées qui peuvent prendre
beaucoup de temps;
 Cherté des produits issus de l’agriculture biologique;
Remarque

• Suite à la prise de conscience de la population


humaine sur les effets néfastes et irréversibles des
pesticides et la demande de plus en plus grande aux
produits bio, beaucoup de pays du monde
commencent à introduire l’agriculture biologique
dans leurs quotidien.
conclusion
Utiliser la nature pour lutter contre ses propres
méfaits est une alternative des plus sensées ,c’est
un moyen responsable ,propre, durable et surtout
qui respecte l’environnement alors adoptons
l’agriculture biologique pour notre bien et celui de
la terre.
Merci pour votre attention. 