Vous êtes sur la page 1sur 41

Aérodyne ou aérostat ?

Les appareils capables de s'élever et de circuler dans l'espace aérien sont des
aéronefs. On distingue : les aérodynes dont la sustentation résulte des forces
aérodynamiques, les aérostats dont la sustentation est principalement assurée par la
poussée d'Archimède et enfin les aérospatiaux qui relèvent surtout de la balistique.
Les aérostats volent car ils sont plus légers que l’air au sol.

On explique la sustentation des


aérostats avec le principe
d’Archimède.

Montgolfières à air chaud,


Dirigeable publicitaire à l’hélium
en vol et au gonflage.
Les aérospatiaux volent car ils sont « poussés aux fesses ».

On explique la sustentation des


aérospatiaux par le principe de
l’action réciproque.

La fusée Ariane V au décollage à Kourou


(Guyane française)

Atterrissage du rover « Curiosity »


sur Mars en 2012 (vue d’artiste)
Et les aérodynes, magique ?
Non les aérodynes, physique !
Pour expliquer le vol des avions, faisons d’abord un peu de physique.
Faisons passer un fluide incompressible dans un tube (appelé tube de Venturi). A
l’entrée du tube, la vitesse du fluide est 1 (constante) et la section du tube est A1.
Comme le fluide est incompressible, son débit D = 1.A1 est constant tout au long du
tube.
Lorsque le fluide arrive dans l’étranglement, il accélère car 1.A1 = D = 2.A2 est
constant et la section A du tube diminue. C’est l’effet Venturi.

D D
Le Mistral et la Tramontane, vents accélérés par effet Venturi

Le Mistral souffle du secteur Nord Nord-Ouest. Il accélère lorsqu’il passe en vallée


du Rhône (entre le Massif Central et les Alpes) par effet Venturi. C'est en Camargue
(débouché de la vallée du Rhône) qu’il est le plus puissant. De la même façon, la
Tramontane souffle du Nord-Ouest sur le Languedoc et accélère par effet Venturi
en passant entre le Massif Central et les Pyrénées.

Carte des vents


Et donc, pour les aérodynes ?
Pour expliquer le vol des avions, continuons notre approche physique.
Le tube de Venturi est équipé de deux tubulures verticales qui permettent d’évaluer
la pression au point 1 et au point 2. La différence de hauteur h+h permet d’affirmer
que la pression au point 1 est plus élevée que la pression au point 2.
On peut donc dire que, dans un tube de flux, lorsque le fluide accélère, sa pression
diminue et lorsque le fluide ralentit, sa pression augmente. Le théorème de
Bernouilli permet de justifier ce résultat.

D D
Application sur une aile

Établissons d’abord une nomenclature de termes techniques

Le profil est la vue en coupe, on pose L la longueur de la demi-


aile (2L est l’envergure de l’avion) et C (profondeur moyenne).
Sur le profil :
-leading edge = bord d’attaque et trailing edge = bord de fuite,
-upper surface = extrados et lower surface = intrados
-chord line = corde (ligne reliant les bords d’attaque et de fuite),
-relative wind = vent relatif (opposé à la trajectoire de l’aéronef),
-thickness = épaisseur,
-angle of attack = angle d’incidence.

L
Application sur une aile

L’aile est plongée dans un flux d’air laminaire (les filets d’air sont représentés en bleu
et restent bien « collés » au profil de l’aile).

On observe que les filets d’air passant sur l’extrados accélèrent, il apparaît donc
une dépression sur l’extrados. Les filets d’air passant sur l’intrados ralentissent,
il apparaît donc une surpression sur l’intrados (cette explication basée sur le théorème
de Bernouilli est jugée correcte mais incomplète).

angle d’incidence


vent relatif
Résultante aérodynamique sur l’aile

La dépression sur l’extrados tend


aspirer l’aile vers le haut (apparition
d’un ensemble de force sur l’extrados
en rose) et la surpression sur
l’intrados tend pousser l’aile vers le
haut (apparition d’un ensemble de
force sur l’intrados en jaune-orangé).
L’ensemble de ces forces est
équivalent à une seule force R
(appelée résultante
aérodynamique) dont le point
D = 30 % à 50 % de
la longueur de la corde
d’application est le centre de
portance.
On décompose R en RZ + RX
RZ est perpendiculaire à l’axe du vent relatif s’appelle la portance (c’est la force
qui va permettre la sustentation de l’avion),
RX est dans l’axe du vent relatif s’appelle la traînée (c’est la force qui va s’opposer
au déplacement de l’avion).
On peut maintenant dire qu’un avion vole grâce à ses ailes et sa vitesse.
Coefficient de portance et coefficient de traînée

La dépression assure la majeure


partie de la portance (environ 75 %
contre 25 % pour la surpression.)

La portance RZ et le traînée RX
s’expriment en fonction de divers
R
paramètres physiques et de valeurs
propres à l’aile.

 est la masse volumique de l’air (en kg/m3),


S est le surface de référence de l’aile ou surface alaire (en m²),
V est la vitesse de l’avion (en m/s),
CZ est le coefficient de portance,
CX est le coefficient de traînée.
Questions BIA
AERO / La corde d’un profil est le segment qui joint :
a) l’emplanture à l’extrémité de l’aile b) les deux extrémités d’une aile
c) le bord de fuite au bord d’attaque. d) aucune des propositions ci-dessus n’est exacte

 AERO / L’intrados d’une aile ou d’un profil désigne :


a) sa partie supérieure b) sa partie inférieure.
c) les extrémités d) les aérofreins
 
AERO / L'angle d’incidence de l'aile est l'angle compris entre :
a) la trajectoire et l'axe longitudinal de l'avion b) la trajectoire et l'horizontale
c) la corde de profil et l'horizontale d) la corde de profil et la trajectoire.
 
MTO / Le mistral est un vent :
a) d'est qui souffle sur la Provence b) du sud-ouest qui souffle sur le Languedoc
c) du nord-ouest qui souffle sur le Languedoc d) du nord-ouest qui souffle sur la Provence.
 
NSR / Un ballon libre (montgolfière, par exemple) a priorité sur :
a) les avions b) les hélicoptères c) les planeurs d) tous types d'aéronefs.

AERO / La portance est :


a) proportionnelle à la masse volumique de l’air. b) indépendante de la vitesse
c) proportionnelle au carré de la surface alaire d) constante quand l’avion vole
Décrochage

Pour  à 4°, le flux d’air autour de l’air est laminaire.


Angle  de 4°
Flux d’air laminaire Pour  à 10°, dépression et surpression sont plus
importantes. Cela assure une meilleure portance. Mais il
apparaît un point de décollement à partir duquel le flux
d’air devient turbulent (voir l’image en soufflerie ci-
dessous).
Angle  de 10°
Augmentation de
la portance

Quand  augmente la portance augmente pour atteindre un


Angle  supérieur à 18° maximum (ici à  = 18°). Parallèlement le point de
Situation de décrochage décollement avance rendant inefficace (du point de vue de
Chute de la portance la portance) une partie de plus en plus importante de
l’extrados. La portance chute à partir de  = 18°, pour
l’avion c’est le décrochage.
Polaire d’une aile

angle d’incidence
ici  = 12°

C’est la courbe CZ = f(CX) paramétrée avec l’angle d’incidence .


Le coefficient de portance CZ et le coefficient de traînée CX sont propres à l’aile
(le point 3 est appelé point de finesse maximale)
(point 5 décrochage = chute de la portance = chute de l’avion)
Centre de portance et foyer

Le centre de portance (point


d’application de la portance) se situe
entre 30 et 50 % de la corde depuis le
bord d’attaque. Il avance quand
l’incidence augmente jusqu’à
l’incidence de décrochage puis
recule.
Le foyer (point d’application des
variations de portance) se situe entre
20 et 30 % de la corde depuis le bord
d’attaque. Sa position varie peu.
Centre de portance et foyer
Sur l’avion
Résultante aérodynamique :

Avec :
S surface alaire (en rouge et vert à gauche),
V vitesse de l’avion,  masse volumique de l’air,
CX coefficient de portance,
CZ coefficient de traînée.
(CX et CZ sont propres à l’avion)

Polaire :
On retrouve une polaire qui 5
4
ressemble à celle d’une aile avec les
même points caractéristiques :
3
(0) Vol à l’envers
(1) Portance nulle
(2) Traînée minimale
(3) Finesse maximale
2
(4) Portance maximale
(5) Décrochage 1
0
Finesse définition
Exemple

AERO / Un planeur de finesse 40 vole en air calme, sa vitesse-air est


de 108 km/h. Sa vitesse verticale est donc :
a) 0,75 m/s. b) 1,08 m/s c) 1,33 m/s d) 40 km/h

FINESSE DE 40
108 km/h soit 108 km en 1 h

108 km en 1 h
h Comme la finesse est grande, on peut dire que les longueurs des
côtés vert et rouge sont identiques d’où D = 108 km en 1 heure et
D
comme D / h = 40 (définition de la finesse) ; h = 108 / 40 d’où
h = 2,7 km en 1 heure.

La vitesse verticale est de 2,7 km/h qu’il faut traduire en m/s :


2,7 x 1000 3
2,7 km/h = 2,7 x 1000m/3600s = 3600 = 4 = 0,75 m/s
Finesses comparées

Albatros

Vautour fauve

Hippopotame ?
Bilan des forces sur l’avion

Cas simplifié

Cas réel :
CP est le centre de poussée (point
d’application de la résultante
aérodynamique),
CG est le centre de gravité (point
d’application du poids),
le Foyer est le point d’application des
variations de portance,
la gouverne arrière permet de compenser
l’effet piqueur ou cabreur de la paire de Attention, sur ce second schéma, seules les
forces sur l’axe vertical sont représentées.
forces portance + poids.
Vol en palier (vitesse stabilisée en vol horizontal)

Lors d’un vol en palier à vitesse constante :


la portance équilibre le poids : P = Rz,
et la traction (ici développée par l’hélice) équilibre la traînée : T = Rx.
Application

AERO / Un avion de transport de masse


m = 30 tonnes a une surface alaire S de
100 m2. Il vole en palier à la vitesse
constante V de 180 km/h. Calculer son
coefficient de portance Cz (prendre
g = 10 m/s2 pour la gravitation terrestre et
une masse volumique de l’air  de
1,2 kg/m3) :
a) 0,3 b) 1,6 c) 2 d) 2,4
Lors d’un vol en palier à vitesse constante : Application numérique :
la portance équilibre le poids : P = Rz,
et la traction équilibre la traînée : T = Rx. m = 30 tonnes = 30000kg
g = 10 m/s²
On sait en outre que Rz = (1/2)..S.V².Cz S = 100 m²
et P = m.g  = 1,2 kg/m3
V = 180 km/h = 180.1000m/3600s = 50 m/s
D’où (1/2)..S.V².Cz = mg
2.30000.10
Cz = =2
1,2.100.50²
2.m.g
Cz =
.S.V²
Vol en montée (trajectoire rectiligne et vitesse constante)

T - m.g.sin(a) = Rx et m.g.cos(a) = Rz
Vol en descente (trajectoire rectiligne et vitesse constante)

T + m.g.sin(a) = Rx et m.g.cos(a) = Rz
Cas du planeur

Le bilan des forces sur le planeur ne fait


apparaître que le poids et la résultante
Ra aérodynamique (pas de moteur). Ainsi à
vitesse stabilisée :
P.sin() = traînée et P.cos() = portance.
Pour baisser la vitesse
du planeur, on dispose
d’aérofreins.
Trajectoire
du planeur Pour augmenter la
 vitesse, on peut sur
P certains planeurs
jouer sur le poids.
CONN / Un ballast d'eau (water ballast) est :
a- une poche d'eau, placée dans la cloison pare-feu des petits avions de tourisme pour limiter
la progression d'un début d'incendie.
b- un équipement de toilettes compact spécialement destiné à l'aviation légère.
c- un réservoir permettant d'emporter de l'eau sur certains planeurs afin d'augmenter leur
vitesse dans certaines phases de vol.
d- un système de délestage des flotteurs améliorant le décollage des hydravions.
Questions BIA
AERO / L’allongement d’une aile est :
a) le rapport entre l’envergure et la profondeur moyenne de l’aile.
b) le rapport entre la longueur du fuselage et l’épaisseur de l’aile
c) proportionnel à la surface de l’aile
d) égal à la longueur de l’aile

AERO / Sur la polaire d'aile dessinée ci-dessous, on appelle point de traînée minimum :
Cz
a) le point A D
  b) le point B. C
  c) le point C
B
  d) le point D
  A
Cx

CONN / On appelle surface alaire :


a) la surface d'une aile
b) la somme des surfaces de deux ailes
c) la surface totale de l’intrados d’une aile y compris celle qui traverse le fuselage.
d) la somme de la surface des ailes et de la totalité du fuselage

CONN / Pour déterminer l’envergure de cet avion, C


vous effectuez la somme des longueurs suivantes : A B
a) A + A b) B + B
c) A + C + A d) B + C + B.
Profil d’une aile vision 3D

C’est la vue en coupe :

du plus stable au moins stable

La plupart des avions de voltige ont


Le profil le plus utilisé pour les
un profil d'aile symétrique, ce qui
avions légers est le profil
leur permet de voler (presque) aussi
biconvexe dissymétrique.
bien à l'envers qu’à l'endroit
Aile haute (Cessna 206)
Position d’une aile

Aile médiane (Piper PA60)

Aile basse (Cirrus SR20)


Une aile cantilever est en porte à
faux. Retrouver parmi ces
appareils ceux qui ont une aile
cantilever.
Forme d’une aile

Airbus A300
Piper PA28 Cherokee

Spitfire Grumman X-29


Forme d’une aile (suite)
Convair XF-92A (première aile delta au USA) Concorde (aile delta gothique)

Piper PA28 Cherokee

Vought F4U Corsair (aile en mouette inversée) Planeur Habicht (aile en mouette)
Charge alaire et allongement

La charge alaire est le rapport Portance / Surface alaire (en N/m²). Elle est aussi
Piper PA28 Cherokee
égale au rapport Poids de l'avion/Surface alaire quand la portance est égale au poids
de l'avion comme dans le cas du vol horizontal stabilisé.

L'allongement λ d'une aile est le rapport du carré de l'envergure par la surface des
ailes (λ = L² / S, c’est un nombre sans dimension). Plus simplement, c'est aussi le
rapport de l’envergure par la longueur de la corde moyenne C, mais la corde
moyenne est parfois difficile à définir (λ = L² / S = L² / (L.C) = L / C).
Exemples d’allongements

On approxime l’aile delta du Mirage 2000 (avion de


chasse) ci-contre par le triangle en rouge. C’est un
triangle équilatéral dont les trois côtés mesurent 9 m.

Quel est l’allongement  de l'aile ainsi approximée ?


 
a)  = 1,5 b)  = 2,3
  c)  = 3 d)  = 5

On approxime l’aile du Pilatus PC6 (avion STOL de


transport de parachutistes) ci-contre par le rectangle
en vert. C’est un rectangle de côtés 15,8 m sur 1,9 m.

Quel est l’allongement  de l'aile ainsi approximée ?


 
a)  = 20,8 b)  = 35,9
  c)  = 3 d)  = 30
Comparatif d’allongements

Une aile à grand allongement améliore la


finesse de l’avion ; ce sera donc plutôt le
cas pour les avions de transport et les
planeurs.

Mais une aile de faible allongement est


plus rigide et améliore la
manœuvrabilité de l’appareil ; ce sera
plutôt le cas des avions de chasse.
Angle de calage d’une aile

Piper PA28 Cherokee

C’est l’angle entre l’horizontale et la corde de l’aile


Flèche d’une aile

Piper PA28 Cherokee

Perpendiculaire à l’axe
longitudinal de l’avion
Dièdre d’une aile

Piper PA28 Cherokee


horizontale

Harrier II

Awacs
Questions BIA
CONN / Un avion a les caractéristiques suivantes : envergure 10 mètres, épaisseur relative
de l'aile 0, 20 mètre, profondeur moyenne de l'aile 1 mètre. Sachant que cette aile est
rectangulaire, quel est son allongement ?
a) 50 b) 5 c) 10. d) 100

AERO / Classer les avions ci-dessous dans l’ordre du plus stable au moins stable :
a) 1, 2, 3, 4 b) 3, 1, 4, 2
c) 1, 3, 4, 2. d) 3, 4, 2, 1 3 4
1 2

AERO / En montée rectiligne uniforme, la portance :


a) est inférieure au poids. b) est supérieure au poids
c) est égale au poids d) est égale à la traîné

AERO / Un corps se déplace à la vitesse de 100 km/h ; en passant à la vitesse de 300 km/h,
sa résistance aérodynamique :
a) ne change pas b) est multipliée par 9.
c) est multipliée par 3 d) diminue légèrement

MTO / Les phénomènes météorologiques qui peuvent dégrader notablement la visibilité


horizontale sont :
a) la pluie, le vent, la neige. b) le givre, le vent, la neige.
c) la brume, le brouillard, la neige. d) la brume, le vent, la neige.
Description de l’avion (all in english !)

Green light
White beacon
(rotating or flashing)

White light

Red light
Description de l’avion (cellule et groupe motopropulseur)