Vous êtes sur la page 1sur 120

UNIVERSITE MENTOURI CONSTANTINE

FACULTE DES CIENCES DE LA TERRE


ECOLE NATIONALE DE L’ARCHITECTURE
ET DE L’URBANISME - ZARZARA -

Exposée sur : E.N.A.U

Les M urs-Rideaux
Enseignants:
REALISER par : 1. Mr Aissani .

1. Krim bilel . 2. Me Mazri .


2. Kriba mourssi . éme
3. Kherchiche Mohamed rida . ATELIER 4 ANNEE

Annee universitaire 2008 / 2009Groupe : 22


Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
1

Plan du travail :
- INTRODUCTION .
1. Mur-Rideau .
2. Classification et Terminologie .
3. Attaches, Fixations au gros oeuvre.
4. Joints .
5. Exemples .
6. Détails de Mur-Rideau .
7. Conclusion .
8. Exigences .
9. Bibliographie .
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
2

INTRODUCTION :
La lumière et la matière sont aujourd'hui plus important que les concepts traditionnels de volume et de forme.

( jean nouvel )
Nous étudiants en architecture et afin d’approfondir nos connaissance techniques, pour pouvoir entamer la
phase exécution, on a élaboré ce travail qui consiste a une recherche sur les murs rideaux.

1 - Qu’est-ce qu’un mur-rideau ?


2 - Quel sont les déférents types de murs rideaux ?
3 - Quel sont leurs domaines d’utilisation ?
4 - Qu’el sont les techniques de fixation ?

Dans ce travail, on va constaté que le mur-rideau constitue le modèle de mur extérieur et d’enveloppe de
bâtiment le plus étanche à l’air et le plus résistant aux intempéries.
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
3

1. Mur-Rideau
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
4

1.1 Définition :
On aurait peu définir le mur-rideau une façade industrialisée,
si cet adjectif pouvait être employé sans ambiguïté, ce qui n’est pas
le cas. Le terme de façade légère, choisi vers 1960 en France
comme caractéristique, ne désigne pas tous les murs-rideaux, et
une façade légère peut être artisanale : le soin dans l’exécution peut
remplacer les spécifications rigoureuses des produits. À l’inverse,
une façade en béton architectonique de conception industrielle et
analytique posant tous les problèmes du mur-rideau (tolérances,
joints, etc.) pourra peser 1 ou même 2 tonnes au mètre carré.
Comme les Américains la nomment curtain-wall, nous
appellerons mur-rideau toute façade en grands éléments
fabriqués en atelier, qui n’est pas porteuse.
Cela nous semble la meilleure définition, d’autant plus que
le terme même de mur-rideau ne se trouve plus dans aucune
classification officielle . On peut donc conserver le terme de
mur-rideau comme vocable général, caractéristique
d’une conception architecturale plus encore que de données
techniques faciles à délimiter.
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
5

1.2 Fonction :
Le mot mur-rideau a été, en fait, inventé en France vers 1936 par les architectes Beaudoin et Lods et par Jean
Prouvé, pour désigner les façades en métal du club Rolland Garros, à Buc, ou du marché couvert polyvalent de
Clichy. Un peu auparavant, les façades des tours de Drancy (par les mêmes architectes), faites de panneaux de
béton moulé, correspondaient au même esprit et posaient, de fait, les mêmes problèmes, alors qu’on les croyait
encore traditionnelles.
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
6

1.3 Nouveauté du mur-rideau :


La grande nouveauté vis-à-vis du mur de pierres ou de briques c’est que les diverses fonctions du mur de
façade étaient remplies non plus globalement par un seul matériau épais, mais analytiquement, en
quelque sorte, chaque élément de l’ensemble fabriqué jouant son rôle vis-à-vis de l’une ou l’autre des fonctions.
L’analyse précise des phénomènes physiques auxquels est soumise la façade n’était certes pas terminée, elle
ne l’est pas encore maintenant, mais elle s’est trouvée alors assez avancée pour que l’on puisse franchir le pas
et remplacer ce qu’on avait toujours fait par ce qu’il fallait faire logiquement.
Mais les murs traditionnels étaient souvent complexes : les séculaires façades en bois des églises scandinaves
avaient plusieurs épaisseurs, et les murs des palais parisiens comportaient des chaînages, des parties de
moellons, plusieurs enduits, des moulures et des lambris.
Les premiers murs-rideaux composés de deux parois de tôle et d’un remplissage de copeaux agglomérés
étaient plutôt plus simples. C’est donc leur non-portance qui est caractéristique.
Cette notion de nouveauté demande qu’on s’y arrête.
Commercialement, c’est une qualité : le marché est ouvert puisque les solutions nouvelles sont présumées
meilleures que les anciennes. Techniquement c’est une plus grande liberté, mais une difficulté et un risque : à
quels critères se fier pour guider la conception et le choix d’une réalisation ?
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
7

Juridiquement, surtout dans le cadre de la législation française qui, pour le clos et couvert, impose pratiquement
la garantie décennale, c’est un handicap des matériaux, produits et ensembles nouveaux car les compagnies
d’assurance sont alors réticentes à donner une garantie, faute de statistique permettant de définir leur risque. Il y
a donc tout intérêt, juridiquement, à délimiter la nouveauté là où elle est réellement, et à se référer à l’expérience
qui, par les statistiques qu’elle permet, donne seule une sécurité mesurable dans les applications d’une
technique. Cette expérimentation de longue durée a pu être faite sur chacun des éléments de mur-rideau, qui ont
existé depuis toujours en construction, alors même que l’ensemble est un prototype.
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
8

1.4 Développement contemporain :


1.4.1 Conjoncture économique.
Le développement des murs-rideaux a correspondu à celui des entreprises
industrielles, susceptibles de construire en peu de temps et avec des moyens
puissants des ensembles de grande surface : ceux-ci n’étaient, auparavant,
réalisables que par petits éléments qu’on pouvait juxtaposer à loisir, au fur et à
mesure de leur fabrication et de l’érection du gros œuvre. Il a fallu un capital de
base pour faire des murs-rideaux.

1.4.2Conjonctures technique et technologique


industrialisation.
Il a fallu aussi des matériaux et des connaissances théoriques. Non que les uns
et les autres soient forcément nouveaux, mais leur application exige une
conception rationnelle, une coordination, une planification rigoureuse de
l’exécution, et des contrôles dont l’ensemble constitue l’application des méthodes
industrielles au bâtiment. Sa naissance a coïncidé avec la définition de ces
problèmes dans les milieux intellectuels (Gropius, Le Corbusier) et avec leur
maîtrise par des praticiens tels que Mesland, Filliod ou Prouvé en France .
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
9

1.4.3 Conjoncture sociale et perspectives d’évolution.


Le développement des murs-rideaux coïncide avec celui de la qualification de la main-d’œuvre. Plus le
personnel s’éduque, plus son cadre de travail s’élabore ; les matériels de soudure et de mécanique qu’il emploie
exigent un équipement et un atelier, et les interventions sur chantier sont réduites au minimum.
Ces données orientent l’évolution probable de la technique : elles seront de plus en plus conditionnées par la
prévision et par le degré d’élaboration au moment de la mise en œuvre. Celle-ci devra être simplifiée au
maximum et affranchie de toute finition sur place.
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
10

1.5 Place du mur-rideau :


Dans ce contexte d’innovation et d’industrialisation, le mur-
rideau a sa place partout. Celui de Buc habillait une
construction équivalente à un pavillon de banlieue et,
aujourd’hui, tous les grands immeubles l’exigent.
Il est bien évident que les solutions ne sont pas plus
interchangeables que les programmes : la première partie de la
conception est donc forcément du domaine de l’architecture,
même si elle amène au choix d’un modèle de série.
Cette étude de conception situera forcément la façade
par rapport à la structure, en prix et en position, selon
les critères techniques et économiques de chaque projet.
Selon les cas, la façade pourra laisser apparente tout ou partie
(poteaux ou rives de planchers) de l’ossature portante ou
l’habiller complètement (comme la peau habille le squelette), ce
qui est plus logique mais plus cher en général.
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
11

1.6 Critères techniques de qualité :

Les divers rôles de la façade peuvent être définis analytiquement. Quels critères doit-on choisir pour
apprécier les performances d’une solution ?
Des commissions d’experts ont défini des règles conventionnelles, promulguées comme règlements avec
force de loi : Documents Techniques Unifiés (DTU) et Directives d’Agréments par exemple. Elles permettent de
définir des garanties contractuelles avec des calculs simplifiés. Mais, en l’absence de critères scientifiques, il
est impossible d’en apprécier le bien-fondé et les limites. La principale règle pour les façades est celle établie
en 1962 par l’Union Européenne pour l’Agrément Technique dans la Construction (UEAtc) notamment dans son
titre III. Nous nous y référerons sous les initiales UEA .
Soulignons la valeur conventionnelle de ces règles et l’obligation de se référer à des calculs théoriques et
à des essais pour éliminer les risques en cas d’extrapolation, de nouveautés essentielles, ou pour interpréter
techniquement des accidents.
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
12

2. Classification
Et Terminologie
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
13

3.1 Terminologie :
Le Comité d’Information pour le développement des façades légères (CIMUR) a mené
pendant 15 ans une excellente action d’information. Il a contribué à fixer un vocabulaire
auquel nous nous limiterons en principe, vocabulaire précisé grâce au lexique en 6 langues
publié par les 5 Associations européennes homologues (CEIFAL).
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
14

3.2 Classification architecturale :

3.2.1 Notion de façade légère :


Malgré le vocabulaire qui a eu cours dans les années 60, aucun organisme
officiel ne définit ce qu’est une façade légère. Les règles générales de la
qualité proposées par l’UEAtc auxquelles nous nous sommes référé
définissent à juste raison une qualité d’usage mais s’interdisent de codifier
en aucune manière des procédés de réalisation.
Ceux-ci d’ailleurs s’élargissent et s’appliquent, depuis la publication des
règles, à des éléments dont le poids avoisine parfois 1 t/m 2 de partie pleine.
Le critère général qui distingue le mur-rideau du mur traditionnel est dans
l’esprit d’industrialisation, dans la rigueur de la conception, et dans la
coordination de l’exécution.

3.2.2 Classification CIMUR :


Le CIMUR a rayé le terme de mur-rideau du vocabulaire et distingue les 5 solutions suivantes :
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
15

3.2.2.1 Façade-rideau :

Tous ses composants passent devant les planchers :


• la façade-rideau proprement dite enveloppe tout le bâtiment .
• la façade-rideau par bandes verticales est insérée entre les éléments verticaux apparents de la structure.

3.2.2.2 Façade-panneau :

Ses composants sont insérés entre deux dalles de plancher :


En général, ce sont les planchers haut et bas d’un seul étage. Les façades-panneaux continues passent
devant les éléments verticaux de la structure, qui sont donc en retrait sensible des rives de planchers. Les
façades-panneaux insérées sur les quatre côtés sont en fait de grands châssis comportant des pleins et des
parties fixes, laissant apparente la structure qui ne comporte pas d’autre remplissage, leur implantation
pouvant se faire avec des retraits importants : balcons, loggia.

3.2.2.3 Façade semi-rideau :

Elle comporte en allège un doublage en maçonnerie, Pour des raisons diverses. Les premières
réalisations américaines étaient de ce type pour respecter, entre autres, les règlements contre l’incendie.
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
16-1

Façade-Rideau
Façade-Rideau
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
16-2

Façadesemi-rideau
Façade semi-rideau
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
16-3

Façade-Panneau
Façade-Panneau
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
17

3.2.2.4 Façade-rideau industrielle :

Sa conception particulière provient de la grande dimension habituelle des éléments (qui permet de limiter le
développement linéaire de joints). Les problèmes de mise en œuvre subséquents ont souvent amené à dissocier
les éléments.

3.2.2.5 Pans de verre :

Selon leur dimension et leur conception, ils comportent ou non une ossature complète en un autre matériau.
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
18

3.2.3 Classification américaine :

Les nombreuses publications consacrées aux curtain-walls dans les années 1950 à 1960 avaient
développé une classification correspondant à l’aspect extérieur, qui reste valable :

3.2.3.1 Panneaux-allège :
Les éléments pleins de la façade sont fixés aux rives de plancher et habillent toute l’ossature. Les fenêtres
constituent des bandes horizontales entre les panneaux de deux étages superposés. Les rattrapages de
niveau se font en sous-plafond (spandrel panels).

3.2.3.2 Façades à meneaux :


La trame verticale est affirmée par les montants verticaux continus. Ils constituent généralement une ossature
secondaire apparente qui porte les autres éléments de la façade. Dans de nombreuses réalisations françaises
dont la structure comporte une trame serrée, les meneaux sont de simples couvre-joints.
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
19

3.2.3.3 Panneaux sur grilles :


L’ossature secondaire comporte des montants et des lisses horizontales également apparents. Les espaces
ainsi délimités sont remplis par des panneaux pleins ou vitrés et par des fenêtres, ouvrantes s’il y a lieu.

3.2.3.4 Placage :
Les éléments apparents sont tous analogues. Ils habillent totalement l’ossature secondaire ou peuvent être fixés
directement au gros œuvre par attaches ponctuelles. Structuralement, ils se comportent donc exactement
comme les placages en dalles de pierre (ashlars).

3.2.3.5 Bardage :
Les éléments apparents ont en général une grande surface et, pour des raisons de fabrication, une dimension
nettement dominante. Ce peut être l’horizontale, mais c’est en général la verticale pour simplifier les problèmes
de joints : les joints horizontaux où l’eau stagne sont toujours plus délicats à traiter que les verticaux ; en outre le
réglage d’un élément très long se fait mieux au fil à plomb qu’au niveau.
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
20

3.3 Classification selon le degré de préfabrication :


Selon les dimensions et les caractéristiques physiques des éléments (fragilité, poids), la limite entre les travaux
d’atelier et le montage sur chantier peut varier.

3.3.1 Panneaux monoblocs :


Ils sortent, de l’atelier, finis du parement intérieur au parement extérieur. Les seules opérations de chantier sont
donc : manutention, réglage, fixation, jointoiement. Une détérioration n’est réparable qu’en atelier.

3.3.2 Façades composites :


Les divers éléments (parements, isolants, etc.) parviennent séparément au chantier et leur assemblage sur
place est réalisé par la mise en œuvre. Ils sortent des chaînes de fabrication de demi-produits et l’économie de
l’atelier de montage reste très substantielle si bien que, malgré la complication du montage, ces procédés sont
généralement économiques.
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
21

3.3.2.1 Bardages industriels :


Ils représentent la plus grande surface réalisée en éléments composites. Les éléments sont de grande taille. Il y
a intérêt à limiter les conséquences d’un accident (de chantier, ou ultérieur) et à faciliter les modifications.
En général le bardage extérieur assure la tenue aux intempéries ;
un isolant avec pare-vapeur est choisi selon chaque programme
particulier. Le parement intérieur assure souvent seul la résistance
mécanique de l’ensemble à des chocs comme ceux provenant d’accidents de manutention dans un atelier, ainsi
que la coordination avec les équipements.
3.3.2.2 Façades de béton moulé :
Les panneaux à parement de béton ou coques, souvent sculptés, sont de surface unitaire plus faible que les
bardages industriels. Ils conviennent à des programmes d’habitation.
Ils sont parfois mis en œuvre dans des surfaces composites. Leur exécution peut se faire en atelier forain. Ils
constituent dans bien des cas des solutions intermédiaires entre les panneaux monoblocs et les façades
réellement composites.
3.3.2.3 Façades ventilées :
Dans les façades de structure légère destinées à l’habitation, le montage sur chantier est et restera sans doute
assez fréquent avec les panneaux ventilés . Il est en effet illogique de conjuguer trop tôt des matériaux très
différents comme un parement de glace trempée (parfaitement inattaquable, dure, résistante mais fragile) et un
ensemble isolant-parement intérieur (qui est au contraire sensible à l’humidité mais non aux chocs).
Cette antinomie entre les matériaux vis-à-vis des problèmes de manutention est le grand critère en la matière, et
il est à ce jour peu d’exemples où il soit économique de vitrer de grands éléments en atelier avant transport et
montage.
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
22

Figure – Classification des murs-rideaux d’après l’aspect extérieur des façades


Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
23

3.4 Classification selon le principe d’étanchéité :

Ceci est une conclusion de l’analyse faite au paragraphe 2.3 des moyens de protection contre l’eau de pluie.
UEA classe les panneaux en : ventilés, respirant, non respirant non ventilés.

3.4.1 Façades ventilées :

Le parement extérieur et l’ensemble des autres éléments de la façade sont séparés par un espace en équilibre
de pression avec l’extérieur. L’épaisseur de cet espace est de 1 cm au minimum(UEA) mais la facilité d’exécution
(tolérances) exige qu’il ait 2 à 3 cm, ce qui améliore sa ventilation. Dans ce cas, le parement extérieur ne
participe pas à l’isolation thermique .
Les ouvertures haute et basse de l’espace vide sont au moins de 50 cm 2 par mètre linéaire de parement
(UEA), quelle que soit la hauteur, puisque l’air qui entre en bas sort en haut. Les effets thermiques favorisent la
ventilation des éléments les plus hauts.
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
24

3.4.2 Façades respirantes :

Il n’y a pas de mouvement d’air sensible dans l’épaisseur de la façade, mais les parements relativement
perméables doivent assurer une migration de la vapeur d’eau qui exclut toute
condensation. Les tranches des panneaux peuvent satisfaire aux conditions d’hygrométrie grâce à une simple
peinture, mais leur mise en œuvre doit les mettre à l’abri des détériorations.

3.4.3 Panneaux clos :

Nous proposons ce vocable, plus bref que la définition négative officielle de façades non respirantes - non
ventilées. Le terme de panneau étanche est impropre, puisque toute façade doit être étanche. Le critère en est la
non-perméabilité presque absolue (inférieure à 1 mg/m 2 · h · torr) de chaque paroi du panneau y compris les
tranches.
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
25

3.5 Classification d’après la conception des joints :


3.5.1 Panneaux insérés :
Ces éléments sont en fait de grands châssis mis en oeuvre comme une menuiserie.

Figure – Éléments à profil spécial pour réaliser un panneau à joints intégrés. Il est évident que les tranches
ne
ne peuvent
peuvent pas
pas être
être identiques
identiques entre
entre elles,
elles, ni
ni identiques
identiques pour
pour les
les 4
4 côtés
côtés d’un
d’un même
même panneau
panneau
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
26

3.5.2 Panneaux à joints intégrés :

Ces éléments se raccordent par un profil spécial emboîtant une


tranche de l’un dans celle du voisin.
Indépendamment de toute étude préalable, la réalisation de tels
panneaux présente souvent des difficultés. Elles ne se résolvent
facilement que pour les solutions frustes du genre bardage
industriel : recouvrement simple (comme pour une toiture en
ardoise), jonction à clins .

Figure
Figure –– Réalisation
Réalisation de
de panneaux
panneaux àà joints
joints intégrés
intégrés
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
27

3.6 Classification selon les matériaux dominants :


Ce classement concerne l’aspect de la façade terminée mais aussi les techniques qui concourent à sa réalisation
et donc les exécutants.

3.6.1 Matériaux :
Tous les matériaux industriels sont susceptibles de jouer un rôle dans un mur-rideau pour une ou plusieurs des
fonctions analysées au paragraphe 2, dans la mesure où leur prix est favorable. ceux qui servent en surface :
► Métaux : acier doux allié ou inoxydable, aluminium et alliages, bronzes et autres métaux non ferreux ;
► Bois et dérivés .
► Glaces et verres .
► Matériaux synthétiques (plastiques) .
► Matériaux traditionnels du bâtiment (pierre, céramique,moulages).

Les ossatures secondaires sont normalement en métal :


— acier doux le plus souvent (le plus économique) .
— aluminium fréquemment.
Les calfeutrements les plus employés sont le plus souvent en matériaux synthétiques .
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
28

3. Attaches
Fixations
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
29

3. Attaches Fixations au gros œuvre :

Nous appellerons fixation l’ensemble du dispositif qui fixe la position et assure la stabilité de la façade par
rapport au gros œuvre en un point, et attache, l’ensemble mécanique bien défini qui résout ce problème.
Comme référence, notons que dans un dormant de menuiserie classique, la patte à scellement ne joue que
partiellement le rôle d’attache puisqu’une bonne part des sollicitations sont transmises par les liants des
calfeutrements en appui et en feuillure.

3.1.1 Sujétions de montage :


o
Selon les modes d’assemblage, il faut que l’espace entre gros oeuvre et panneaux permette le passage de
certains outils. Un débattement de clé (30 ) doit toujours être tracé sur un détail d’attache boulonnée. Il doit tenir
compte des situations les plus défavorables dues aux jeux et aux tolérances.
La résistance des attaches doit assurer la sécurité du montage :
la première fixation doit pouvoir supporter sans rupture la charge totale due au panneau. Elle doit faire face à
toute fausse manœuvre prévisible : sauf emploi de clé dynamométrique, une clé de 30 cm permet à un monteur
robuste de développer un couple de 300 N · m. Un boulon de diamètre inférieur à 16 mm n’y résiste pas et
l’attache peut être détruite. La rapidité exige aussi que le nombre d’attaches soit réduit au minimum.
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
30

Figure –– détail
Figure détail de
de montage
montage
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
31

3.1.2 Prévision d’entretien :

Pour une dépose partielle de la façade, il faut avoir accès aux brides et boulons pour démonter un élément
accidenté ou à modifier. Il est en outre souhaitable de pouvoir inspecter périodiquement l’état des parties non
accessibles sans démontage excessif, donc par des espaces larges de plusieurs centimètres. On peut même
alors envisager un raccord sommaire de peinture antirouille ou une pulvérisation d’huile pour stopper un début de
corrosion.

3.2 Modes de fixation :


Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
32

3.2.2 Classement :
Les schémas de la figure définissent toutes les possibilités de liaison entre un élément de façade et le gros
oeuvre.

3.2.2.1 Attache ponctuelle :


Elle lie un point du gros oeuvre à un point quelconque de la façade, panneau ou structure intermédiaire.

3.2.2.2 Bride d’encastrement :


Le point fixé constitue un encastrement particulièrement rigide autour d’un axe horizontal. L’attache comporte
donc plusieurs points de contact, suffisamment proches pour que les contraintes de dilatation soient
négligeables, mais assez distants pour que les sollicitations extérieures ne soient pas nuisibles au panneau par
un excès de contrainte locale dû au couple de fixation.

3.2.2.3 Fixation sur lisses :


L’attache comporte un élément continu horizontal solidaire du
gros oeuvre, qui matérialise un niveau de réglage à un calage près.
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
33

3.2.2.4 Fixation entre bandeaux :


La lisse restant apparente devient un bandeau à fonction architecturale. Elle comporte un joint de part et d’autre.

3.2.2.5 Fixation sur montants :


L’attache comporte un élément continu vertical solidaire du gros oeuvre, qui matérialise le réglage d’aplomb au
jeu près.

3.2.2.6 Fixation entre meneaux :


Les montants, apparents entre deux baies, constituent des meneaux. Ils comportent fréquemment une partie
interne résistante et un capotage seul apparent qui a le rôle de couvre-joint et peut avoir pour des bâtiments très
hauts, celui de rail de guidage du dispositif de nettoyage.

3.2.2.7 Fixation sur grille :


Les montants et les lisses de la grille existent, et sont plus ou moins habillés par les panneaux, et plus ou moins
saillants. L’imagination des constructeurs ayant toute liberté, il n’est pas question d’inventorier toutes les
solutions possibles et nous définirons simplement, les sujétions propres au procédé.
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
34

Figure
Figure –– Systèmes
Systèmes d’attaches
d’attaches de
de murs-rideaux
murs-rideaux
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
35

a - Attache direct des b - Attache direct à


panneaux à l’ossature Principale,
l’ossature Principale une partie des panneaux
par les angles. en porte à faux.
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
36

d - Pose dans une grille de c - Attache entre meneaux


façade auxiliaire. auxiliaires de support.
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
37

e) Et f) Mur-rideau continu posé sur grille secondaire,


à supports horizontaux (lisses) ou verticaux (meneaux) .
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA

Système de
Fixation
Haut de l'élément
(fixation)

Bas de l'élément
(emboîtement)
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA

l'élément de
Fixation

Vue latérale Vue en plan


Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA

Pose des
Fixations
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
38

3.3.1 Éléments solidaires du gros œuvre :


3.3.1.1 Appui de sabot :
L’attache porte directement sur un plancher ou une console du gros œuvre : solution courante en panneaux
moulés lourds. Les cales de réglage sont indispensables, le niveau nominal d’appui devant toujours réserver la
tolérance

3.3.1.2 Équerres et rails d’ancrage courts :

L’attache porte sur une cornière percée (ossature acier) (figure 1) ou sur un rail d’ancrage court, noyé dans le
béton armé (figure 2 ). Les percements sont toujours ovalisés pour permettre le jeu et la tolérance. Dans la
direction d’ovalisation, l’attache n’est donc que relative, sauf blocage spécial exigeant l’emploi du boulon haute
résistance (HR).
La figure 3 représente deux modes particuliers de réglage. l’épaisseur des éléments métalliques doit être
suffisante pour parer à toute corrosion incontrôlable. Sauf les cales, aucun élément d’épaisseur moindre que 5 à
6 mm n’est à conseiller. Moyennant quoi, les impératifs de protection contre la corrosion peuvent être limités ;
peinture bitumineuse, ou même simple enduction de graisse épaisse (si les boulons comportent des blocages).
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
39

Figure 1 – Fixation d’un mur-rideau sur une ossature métallique Figure 2 – Fixation d’un mur-rideau sur une ossature en béton armé
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
40

Figure 3 – Deux réglages particuliers


Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
41

3.3.1.3 Goujons soudés par résistance et douilles d’ancrages :

Avec ces éléments, le rattrapage est à faire par la pièce intermédiaire de l’attache.

3.3.2 Éléments solidaires de la façade :

Si la façade comporte des éléments linéaires, il s’agit toujours, en fait, d’une ossature secondaire . Si les
panneaux sont directement fixés au gros œuvre ils doivent comporter des renforts à proximité des attaches où se
concentrent les contraintes .En général ceci se conjugue avec l’encadrement du panneau.

La figure 4 présente deux exemples de solutions américaines


de série pour panneaux d’acier inoxydable : en pratique, quels que soient les matériaux, toute attache de
panneau peut se ramener à l’un de ces 3 schémas qui correspondent aux divers rachats possibles de jeux et
tolérances.
Il faut insister sur ce qu’une attache au moins doit toujours être positive (§ 6.2.1) même en cas d’incendie ou
de bris du parement, et pouvoir supporter le poids total du panneau, pour que celui-ci ne puisse jamais tomber
au dehors. D’autre part, la mise en œuvre des renforts d’attache ne doit créer aucun pont thermique et aucune
perte de l’étanchéité relative requise (§ 2.3 et surtout § 2.4). Les méthodes d’assemblage sont donc la soudure
(à la rigueur le rivetage), de préférence à tout vissage pour des panneaux clos.
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
42

Figure 4 – Solutions américaines de série pour panneaux d’acier inoxydable


Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
43

3.3.3 Assemblage :

Le plus communément, les deux éléments de l’attache sont boulonnés. La fixation directe d’un élément en bois
par vis à bois sur le chantier n’est pas à conseiller, la mise en place étant relativement délicate (pointage, avant-
trou) et non susceptible de réglage après coup. Le blocage dans le béton armé par scellement est simple et
fréquent, mais il faut toujours que le réglage soit assuré au préalable par calage. Donc, c’est en pratique à
proscrire pour une façade-rideau continue , surtout si elle est constituée de panneaux sans ossature secondaire.
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
44

Figure – Murs-rideaux à cadres. Pour chacun des trois cadres :en haut présentation ; en bas position en œuvre.
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
45

4. Joints
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
46

4. Joints :
La terminologie consacrée réserve le mot joint au vide entre éléments. Elle définit de façon évidente les lèvres,
la face libre, le fond, la largeur et la profondeur du joint. Nous employons le terme plus général de jonction
chaque fois qu’il s’agit non seulement du joint mais aussi des éléments qui le limitent (figure 1).
Le problème des jonctions, avec les servitudes de variations dimensionnelles et de tolérances des joints dues
à la dimension des éléments, est le problème-clé du mur-rideau, dont le développement a forcément coïncidé
avec celui des matériaux permettant de le résoudre.
La largeur du joint doit, de plus, être assez grande pour limiter son élongation relative : un joint de mur-rideau
n’est jamais inerte. Donc il se voit et doit toujours avoir une valeur architecturale.

Figure 1 – Jonction entre deux panneaux A (fixe) et B (mobile)


Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
47

4.2 Soufflets : procédés de jointoiement :

4.2.1 Obturateurs :
Nous désignons par ce mot les mastics comme tous les produits, matériaux et profités, servant à l’obturation
des joints de largeur variable. L’élongation maximale de service, différence de largeur du joint entre ses positions
extrêmes, définit les conditions d’élasticité ou de plasticité requises. Il convient ici de se référer aux
recommandations professionnelles publiées par le Syndicat National des joints et façades en 1971.
Les matériaux de jointement satisfaisants doivent avoir l’étanchéité d’un calfatage, insensible à la capillarité.

4.2.2 Mastics pâteux applicables à froid (compounds) :


Suivant le cas, ils sont extrudés au pistolet à main ou à air comprimé, ou appliqués à la spatule.
► Élastomères .
► Mastics plastiques.
► Calfeutrements durcissant .

4.2.2 Mastics pâteux applicables à chaud :


La plupart sont bitumineux. Ils sont peu sensibles au vieillissement, très adhésifs, mais ont une élongation de
service limitée. Ils sont couramment bourrés à la spatule.
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
48

4.2.4 Mastics en cordons préformés :

Des produits analogues sont livrés en bandes calibrées sur papier non adhésif. L’avantage est de savoir
comment est garni le joint. Mais son emploi n’est possible qu’avant assemblage. Leur écrasement doit être limité
par des cales.

4.2.5 Produits cellulaires en bandes :

Les bandes de mousse peuvent être à cellules ouvertes, imprégnées ou non, ou à cellules fermées, enrobées
ou non, adhésives ou non, selon le produit d’enrobage. Des produits très variés conviennent à des joints toujours
très comprimés (4/1) à faible élongation (appuis). Par contre, un contrôle rigoureux des conditions de
vieillissement du produit obturateur est indispensable en général (compression initiale supérieure à 2/1,
élongation inférieure
à 25 %). Ce sont d’excellents fonds de joints en général, mais ils résistent mal au rayonnement solaire.

4.2.6 Profilés :

Ils portaient dès l’origine le nom de soufflet. De nombreux matériaux sont disponibles.
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
49

4.2.6.1 Élastomères vulcanisés.


4.2.6.2 Soufflets en plastique.
4.2.6.3 Soufflets métalliques.

Figure – Élastomères profilés


pour étanchéité des joints
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
50

5. Exemples
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
51-1

EN
ALGERI
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
52

SONATRACK : Siège
Social Hydra
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
53

Projet en cours de réalisation: Hussein Dey Siège d’Entreprise


Internationale

Fixation sur une Ossature


Secondaire.
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

Les éléments de remplissage de la


E.N.A.U ZARZARA
54 grille

Vitrage: Elément Ouvrant de Traverses pour le pose


de remplissage fenêtre de la REYNOBOND
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
55

CENTRE D’AFFAIRES

Joints de dilatation entre


deux raidisseurs principaux
Platine de Fixation
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
56

Fixation de la Attache sous le bord


Patte boulonnée sur inférieur de la poutre
traverse par une
le bord du plancher de rive
Parclose.
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
57

Panneau à double
parois de verre.

Joints entre
raidisseur
Fixation du vitrage et les vitrages fixes
sur raidisseur
principal
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
58

REFLET DE MIRROIR

Joint de dilatation

Profilé lien entre Association REYNOBOND &


raidisseurs principaux VERRE
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA

La salle
HARCHA HASSEN
(Alger)
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
-2

A l’ Etranger
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA

Musée du
LOUVRE
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
59

INSTALATION DANS UN CHANTIER


Les Murs-Rideaux
◄Panneaux►
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
60

Chantier : Canary Wharf


Londres
Située dans le quartier des docks, la tour de Canary Wharf est le plus haut monument
d'Angleterre.
Elle a été créée par Cesar Pelli, architecte du World Financial Center à Manhattan.
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
61

Mini-gru Crochet de soulèvement en aluminium Mono rail

Plate-forme de déchargement Moteur de soulèvement Mono rail


Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
62

PLATE-FORME DE DECHARGEMENT
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
63

SYSTEME D’INSTALATION

Monorail Mini-Gru
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
64

Monorail : CHANTIER HQ3

Solution d'angle
Solution sur le trait rectiligne
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
66

Soulèvement Panneau au moyen de


minium- Grue
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
67

Structure de l'édifice

Halfen
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
68

Alignement POSITION FINAL


Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
69

Typique étrier à solaio


Séparateur plastique
Rondelles en
aluminium
Spessori
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
70

OPERATION DE DECHARGEMENT
Déchargement des panneaux

Plate-forme de déchargement
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
71

Installation crochet en aluminium

Crochet en aluminium
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
72

INSTALATION DES PANNEAUX

Installation crochet en aluminium


Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
73

Installation panneau
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
74

Installation panneau

Opération de soulèvement
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
75

Installation panneau
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
76

Installation panneau
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
77

Installation panneau
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
78

Installation panneau
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
79

Installation panneau
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
80

Installation panneau
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
81

Installation panneau
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
82

Installation panneau
Fixation à l'étrier à plancher

Positionnement
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
83

Installation panneau
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
84

Installation panneau
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
85

Installation panneau
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
86

Installation panneau
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
87

Installation panneau
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
88

Installation panneau
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
89

Exemples installation avec Monorail

City Point
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
90

la tour de Canary Wharf en Angleterre


Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
91

Canary Wharf
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
92

PERMASTEELISA GROUPE

Burdj Dubaï
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
93

6. Detail
mur-rideau
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
94

Fixation pour verre


attaché respirant.
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA

VERRE
ATTACHÉ
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA

1 - joint de structure .
2 - vitrage .
3 - Joint d'étanchéité .
4 - structure de collage .
5 - espaceur .
6 - fond de joint .
7 - plans d'adhérence .
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
95

L’ acrotère dans le mur-rideau


Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
96
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
97
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
98
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
99

DETAIL : DOUBLE VITRAGE


Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
100
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
101

Système d’aération
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
102

7. conclusion
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
103

7. Conclusion :
Le choix d'une technique de mur-rideau c'est à dire :
Une finition esthétique, la transparence, la possibilité
de jouer sur la dynamique des éléments de façade, la
rapidité de mise en œuvre.
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
104

8. exigencies
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
105

8. Exigencies :

Afin d’être efficace, un revêtement mural extérieur doit être conforme à


plusieurs exigences de rendement. On trouve parmi celles-ci le contrôle
des infiltrations d’air (la fonction de pare air), le contrôle de la diffusion de
la vapeur (la fonction de pare vapeur, différente de celle du pare air), le
contrôle de la perte ou du gain thermique (isolation et barrière
thermique), le contrôle de la pénétration de la pluie et des eaux de fonte
(le principe du pare pluie). En outre, le mur-rideau doit pouvoir supporter
divers mouvements différentiels. L’exigence de rendement la plus critique
est le contrôle des infiltrations d’air.
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
106

1- Exigence d’utilisation des joints ;soit en EPDM (caoutchouc thermoplastique ), très


résistant.
2- Un test d’étanchéité est obligatoire après l’achèvement des travaux de mur rideau.
3- Recommandation des contrats de contrôle permanent ( joint, étanchéité, fixation,..)
aussi de nettoyage de la façade de mur rideau,
4- Ne jamais utilisé un vitrage ordinaire (simple) dans une façade de mur rideau par
mesure de sécurité. donc, il est recommandé d’utiliser un vitrage feuilleté ou trempé.
5- pour les surfaces inclinées (cas des verrières) le vitrage d’intérieur doit être
impérativement un vitrage feuilleté pour évité la chute des morceaux de verre.
6- une exposition partielle au soleil de la façade du mur rideau est a éviter, apparition du
phénomène de choc thermique.
7- un travail de collaboration avec le fournisseur de mur rideau est recommandé à la
phase d’étude du projet.
Groupe : 22 LES MURS-RIDEAUX

E.N.A.U ZARZARA
107

8. Bibliographie :

- Études générales sur les murs-rideaux : par Paul-Henri GENÈS Ingénieur des Arts et
Manufactures Architecte DPLG.
- site internet Techniques de l’Ingénieur.
- D’autres exposer de 4 éme année.
- les images son de l’internet.
- la revue Façades Légères et Cloisons industrialisées.

Vous aimerez peut-être aussi