Vous êtes sur la page 1sur 52

Réseau de distribution

d’eau potable

1 2018/2019
Plan du cours

I. Introduction
II. Production de l’eau potable.
1. Les sources d’eau
2. Processus de production
III. La distribution de l’eau potable

2 2018/2019
I- Introduction

on désigne par alimentation en eau potable


l’ensemble des systèmes formés par le
captage, l’adduction, le traitement, le
stockage et la distribution de l’eau dans le
but de fournir d’eau chez le consommateur.

3 2018/2019
II- Production de l’eau potable:
1- Les sources d’eau:
la définition simple d’une source d’eau est la
suivante:
endroit ou une nappe d’eau sort du sol toute seule, elle est
souvent bonne à boire, cependant cette eau peut être
polluer à sa
sortie du sol ce qui nécessite son traitement. Pour prélever
l’eau
brute dans le milieu naturel (nappe souterraine ou
ressource
superficielle tel que barrage…) on utilise différents
systèmes de
4 captage d’eau, on peut citer: 2018/2019
Pour les eaux souterraines:
On exploite les nappes d’eau en utilisant les puits lorsque ces
derniers sont à une profondeur de 5 à 15m, si elle dépasse les
15m on utilise le forage.

puit forage

5 2018/2019
Pour les eaux superficielle:
On utilise le captage en réservoir tel que les barrages.

6 2018/2019
2- Le processus de production de E.P

La production de l’eau potable consiste à


prélever l’eau dans le milieu naturel par le
système de captage, à traiter si nécessaire
l’eau prélevée pour la rendre potable puits à
la transporter sur les lieux ou elle sera
stockée.

7 2018/2019
Schéma D’A.E.P

8 2018/2019
Depuis son captage dans le milieu naturel jusqu’au
robinet du consommateur l’eau nécessite de
nombreuses infrastructures pour son transport:
 Les ouvrages de captage

 Les ouvrages de traitement


 Les station de pompage
 Les réservoirs
 Les canalisations

9 2018/2019
Ressources:
Nappes souterraines(forage , sources, captage) ou eau de
surface(rivières , lacs , retenues…)

Traitement
La qualité de l'eau brute est variable suivant son origine et
suivant les saisons.
Pour la rendre potable, elle subit un traitement avant
distribution.

10 2018/2019
11 2018/2019
Il peut s'agir d'une usine complexe pour les eaux de
surface
(dégrillage, oxydation , coagulation ,floculation,
décantation, filtration…) ou de traitement plus
simple
(élimination de composés indésirables comme le fer
ou le
manganèse) pour les eaux souterraines.
Dans tous les cas, une désinfection permet de se
prémunir
contre le risque bactériologique.
12 2018/2019
Pompage

Dans un système de distribution d'eau potable, l'eau


peut
être pompée à plusieurs occasions :
entre la ressource et le traitement, pour l'acheminer
vers
un réservoir ou pour desservir directement certains
usagers.

13 2018/2019
14 2018/2019
Stockage

L'eau est stockée dans des réservoirs


situés après l'usine de traitement et
Généralement après un pompage.
Ils peuvent être sur tour enterrés ou semi enterrés
( les bâches enterrées ou semi enterrées) et les
châteaux
d’eau.

15 2018/2019
Le château d’eau a deux fonctions :
 stocker: l’eau potable arrivant de l’usine de
traitement 24 h sur 24.

 alimenter les abonnés : construit sur un point haut


dominant les habitations, l’eau coule du réservoir
grâce à la gravité.

16 2018/2019
Fonctions techniques
Régulation: tampon entre la production(stockage de l’excédent de
production) et la consommation(apport du complément de la demande).
Sécurité d’approvisionnement, dans l’éventualité d’un incident mettant
hors fonctionnement les équipements du réseau.
Mise en pression et régulation de pression : la charge au réservoir
conditionne et stabilise le niveau piézométrique en distribution
Simplification de l’exploitation : la présence d’un réservoir permet
l’arrêt momentané des équipements de production, de pompage et même
du réseau pour réparations et maintenance
Réacteur de traitement : permet d’assurer un temps de contact avec un
agent désinfectant

17 2018/2019
Fonctions économiques
Réduction des investissements sur les ouvrages de
production

Réduction des investissements sur les ouvrages de


distribution: la présence de réservoir d’équilibres en bout
de réseau permet de réduire les diamètres des
canalisations maitresses.

Réduction des dépenses d’énergie, du fait de l’économie


réalisée sur le temps de pompage.

18 2018/2019
Classification

19 2018/2019
Détermination de la capacité utile
Soit 𝑄𝑎 le débit d’adduction et 𝑄𝑐 le débit de consommation. Il
s’agit de trouver une capacité utile 𝐶𝑢 qui puisse :
Stocker les excédents de pompage pendant les heures de faible
consommation (𝑄𝑎>𝑄𝑐)
Compenser le déficit entre le pompage et la consommation (𝑄𝑐>𝑄𝑎)
Il s’agira de reporter sur les tranches horaires sur 24h les valeurs de
débits 𝑄𝑎 et 𝑄𝑐 y afférant et évaluer les volumes en excédent et en
déficit qui seraient produits en l’absence d’un réservoir. La capacité
utile est alors donnée par :
𝑪𝒖=|𝑫é𝒇𝒊𝒄𝒊𝒕𝑴𝒂𝒙|+𝑬𝒙𝒄é𝒅𝒆𝒏𝒕𝑴𝒂𝒙

20 2018/2019
Détermination de la réserve incendie
La réserve incendie doit permettre aux agents du
feu de circonscrire un incendie.
On utilise en général deux approches pour son
évaluation :
La première approche définit qu’il faut disposer
de 𝟔𝟎𝒎𝟑/𝒉 pendant 𝟐𝒉, soit 𝟏𝟐𝟎𝒎𝟑
La seconde suppose que 𝑸𝒂 est suffisamment important
pour réalimenter le réservoir en une heure et réduit donc
la réserve sur la base de 𝑄𝑎
𝟔𝟎𝒎𝟑+(𝟔𝟎−𝑸𝒂) 𝒔𝒊 𝑸𝒂<𝟔𝟎𝒎𝟑/𝒉
𝟔𝟎𝒎𝟑 𝒔𝒊 𝑸𝒂>𝟔𝟎𝒎𝟑/𝒉

21 2018/2019
Capacité totale
La capacité totale d’un réservoir est 𝑪𝒕=𝑪𝒖+𝑹incendie
Elle doit vérifier les conditions de temps de contact et de
séjour. Sinon, elle sera adaptée en conséquence.

22 2018/2019
Critères d’implantation
Trouver un compromis entre deux facteurs
- Être le plus près possible des consommateurs
Minimisations des longueurs des
conduites principales de distribution
Avantage technique et économique
- Se situer à un point dominant
Réduction de la hauteur d’élévation

23 2018/2019
II. La de distribution
de l’eau potable

24 2018/2019
1.Qu’est ce qu’un réseau de distribution
d’eau potable

Les réseaux de distribution d'eau ont pour objectif de


ramener
l'eau, à partir du ou des réservoirs, jusqu'aux
consommateurs
(ou abonnés) : fournir le débit maximal avec une
pression au sol
(ou charge) minimale compatible avec la hauteur des
immeubles.

25 2018/2019
1.Qu’est ce qu’un réseau de distribution
d’eau potable

Ensemble de
canalisations
Les
consommateurs

Robinetterie

26 2018/2019
2- Les différents types de réseaux

Les systèmes fondamentaux

1. réseau ramifie ou arborescent

2. réseau maille

27 2018/2019
2.1- réseau ramifie ou arborescent
La caractéristique d'un réseau ramifié est que l'eau circule, dans
toute la canalisation, dans un seul sens (des conduites
principales
vers les conduites secondaires, vers les conduites tertiaires,..). de
ce fait, chaque point du réseau n'est alimenté en eau que d'un seul
côté.

Ce type de réseaux présente l'avantage d'être économique, mais il


manque de sécurité (en cas de rupture d'une conduite principale,
tous les abonnés situés à l'aval seront privés d'eau).

28 2018/2019
29 2018/2019
2.2- réseau maille
Le réseau maillé dérive du réseau ramifié par connexion des
extrémités
des conduites (généralement jusqu'au niveau des conduites
tertiaires),
permettant une alimentation de retour. Ainsi, chaque point du
réseau
peut être alimenté en eau de deux ou plusieurs côtés. Les petites
rues
sont toujours alimentées par des ramifications.
Ce type de réseaux présente les avantages suivants: plus de
sécurité dans
l'alimentation (en cas de rupture d'une conduite, il suffit de
30 l'isoler et 2018/2019
tous les abonnés situés à l'aval seront alimentés par les autres
31 2018/2019
Eventuellement, on peut utiliser d'autres types de réseaux:
 réseau mixte, qui est un réseau maillé comportant, en cas de
besoin, quelques ramifications permettant d'alimenter quelques
zones isolées de la ville (zones industrielles ou zones rurales).
 réseaux étagés, dans le cas où la topographie est très
tourmentée (exemple: le réseau de distribution du Grand
Tunis).
 réseaux à alimentations distinctes : réseau d'eau potable et
réseau d'eau non potable (exemple: la ville de Paris).

En général, on utilise un réseau maillé pour alimenter une zone


urbaine et un réseau ramifié pour alimenter une zone rurale.
En irrigation, on n'utilise que les réseaux ramifiés.

32 2018/2019
3- Les branchements
L'alimentation en eau des consommateurs se fait par des petites
ramifications, sur le réseau de distribution, appelées
branchements. Le diamètre de ces branchements est déterminé
en fonction du débit nécessaire à l'alimentation de l'abonné.
Actuellement, on utilise principalement des tuyaux en plastique
pour ces branchements.
Tout branchement peut être raccordé soit sur une conduite
vide, soit sur une conduite en service ou en charge (voir les
figures de la page suivante).

33 2018/2019
34 2018/2019
35 2018/2019
4- Robinetterie, fontainerie
Sur le réseau on trouve divers organes de coupure et
d’alimentation.
coupure
 Vannes (d’arrêt ou de réglage de débit), robinets-vannes à
papillons ou à guillotine, dont la manœuvre s’effectue avec
un volant ou une clé.
 Bouches à clé, etc..
Alimentation
 Robinets-vannes, robinets
 Poteaux d’incendie
 Fontaines

36 2018/2019
Vanne à papillon Ventouse

Robinets d’arrét

37 2018/2019
Robinet-vanne Robinet

38 2018/2019
5- Conditions d'exploitation des ouvrages
De même que la voirie, le réseau d'eau peut être public (appartenant à la
collectivité locale) ou privé (appartenant à l'association des copropriétaires par
exemple).
Le choix du statut juridique du réseau doit être fait, au moment de son étude, en
accord avec la collectivité locale et, éventuellement, avec le service
gestionnaire qui détermineront les conditions techniques auxquelles il doit
satisfaire afin d ' être rétrocédé.
En général, le statut du réseau est le même que celui de l'espace sous lequel il
est posé ; des choix différents peuvent cependant être effectués pour des raisons
techniques, économiques ou d'exploitation ; des précautions doivent être alors
prises :
 servitude de passage de réseau public sous emprise privée ou inversement ,
 permission de voirie pour réseau privé sous voie publique,
La limite de propriété du réseau est définie par le compteur (inclus) qui
constitue aussi la limite d'exploitation du réseau public.

39 2018/2019
6- Conception d’un réseau
de distribution d’eau potable

Elle comprend les phases suivantes :


1. évaluation des besoins ;
2. analyses des possibilités de raccordement aux
réseaux existants, impact sur son fonctionnement et
définition des aménagements à réaliser ;
3. choix du système et tracé de principe
4. dimensionnement.

40 2018/2019
7- Dispositions constructives
choix des matériaux: PVC ou polyéthylène (PEHD)
les points singuliers :
 les vannes ou robinets-vannes de sectionnement
permettant d'isoler un tronçon de réseau ;
 les purges placées aux points bas du réseau ;
 les ventouses aux points hauts pour évacuer les éventuelles
poches d'air lors du remplissage des canalisations.
 les anti-béliers généralement situés au point de production
ou de surpression.
Tous ces éléments sont placés sous bouches à clé ou dans
des regards de visite.

41 2018/2019
7- Dispositions constructives
pose des canalisations :
 la couverture du terrain varie de 0,80 m à 1,20 m mais
peut atteindre 2 m dans certaines régions
particulièrement froides (haute montagne).
 les conduites ne sont pas auto-butées donc nécessitent la
mise en place de massif de butée aux changements de
direction, de diamètre et extrémités pour reprendre les
efforts dues à la poussée de l'eau sous pression ;
 les épreuves d'étanchéité sont faites à une pression
supérieure de 50% à Ps ;
 le plan de récolement doit être établi en tranchée ouverte.

42 2018/2019
8- Dimensionnement
Système A : Réseau maillé
1- Besoins domestique

Ni : Nombre de consommateur dans chaque catégorie


I : Référence de la catégorie (équipement –
habitants).
Mi : Dotation moyenne journalière (1/j/usager)
1000 : Conversion du litre (l) au mètre cube (m3)

43 2018/2019
Réseau maillé
2- Autres besoins

Besoin
Equipement en eau
(m3/j)
Siège APC 3
Garde communale 3
CFPA 3
Hôpital 35
Maison de jeunes 2
Ecole primaire 10
Sous total 56

44 2018/2019
Réseau maillé
3- Etude de la variation du débit
Qjmax = Kj x Qjmoy 
Où :
Kj : coefficient de variation journalière
Kj = 1.2
Qp = Kp x Qjmoy 
Où : Kp=Kj*Kh

Kp : coefficient de pointe.


Kj : coefficient de variation journalière (=1.2 pour besoins domestiques et =1 pour
les autres besoins).
Kh : coefficient de variation horaire = α*β =2.11.

45 2018/2019
Réseau maillé
4.1 Détermination des débits aux nœuds
a) Détermination des débits concentrés
qj k
qcon 
t  3.6

qj : consommation journalière de l’établissement


k: coefficient caractérisant la variation horaire
t: temps de travail de l’établissement en heure.

46 2018/2019
Réseau maillé
b) Détermination des débits en route

li
qr  Q p 
l i

c) Détermination du débit nœudal

qn = 0.5qr + qcon

47 2018/2019
Réseau maillé
4.2 Calcul des diamètres et vitesses par la
méthode Hardy-Cross

Hypotèse de calcul
Rugosité absolue (e) : 0.1 mm
Coefficient de perte de charge : 10 %
Température de l’eau : 10 °C
Vitesse moyenne réelle : 1 m/s

48 2018/2019
Réseau maillé
1ère loi : principe d’équilibre des débits :en un nœud quelconque des
conduites ,la
somme des débits qui arrivent à ce nœud est égale à la somme des débits qui
en
sortent
2ème loi : principe d’équilibre des pertes de charge en chaque maille : le
long d’un
parcours orienté et fermé, la somme algébrique des pertes de charge est nulle,
 calcule les pertes de charge dans toutes les branches et chaque maille par
pour
la
une maille :
formule
ΣΔH = 0de→HAZEN-WILIAMS, qui est donnée par :
ΔH1+ΔH2+ΔH3+ΔH4+ΔH5+ΔH6=0

J=6.84(CHW/V)1.85.D-1.17

V : vitesse moyenne dans la section.


49 D : diamètre du tronçon. 2018/2019
J : pertes de charge linéaires
Réseau ramifié
Système B: Réseau
ramifié
Le mode de calcul est le même. La démarche consiste en :
1. recenser la population qui devra être desservie par le sous système ;
2. déterminer les besoins en eau potable ; la dotation brute étant de
150l/j/hab. ;
3. détermination du débit de pointe
Q
4. calcul du débit spécifique ; Q 
Np
s
p

Qr  Qs  Li
5. calcul du débit en route  ;
6. détermination du débit transité Qt  Qaval  0.55Qr
 cas économique
Qt  Qaval  Qr
 cas non économique
avec Q aval  débit en aval de la conduite
50 2018/2019
Normes de pose
On admet une profondeur moyenne 𝒉=𝟏𝒎 et qui oscille dans
l’intervalle 0,8𝑚 ≤ ℎ ≤ 5[𝑚]. Les relations suivantes sont souvent
utilisées:

𝒍≥𝑫𝒎 + 𝟎,4 à 0,6


𝒉≥𝑫𝒎 + 𝟎,𝟓 à 𝟎,𝟖

 Dans certains cas, la conduite peut être posée au sol.


 A éviter si elle est faite de matériau plastique(PVC,PEHD,…)

51 2018/2019
Merci pour votre
attention

52 2018/2019