Vous êtes sur la page 1sur 53

Les

Epanchements
Pleuraux

3éme Année Médecine


SAAIDIA ZAKARIA SAIB NAFAA ABD RAHMAN
OBJECTIF:
• Connaitre les différents types d’un épanchement pleural

• Les définir
• Savoir les différentes causes de cette maladie
• Comment peut on les traiter
Plan :
• Introduction
• Types
• Etiologie
• Symptômes
• Diagnostic
• Traitement
• Conclusion
Introduction
1. INTRODUCTION:
Un épanchement pleural est défini par la
présence de liquide ou d’air entre les deux
feuillets de la plèvre (le feuillet viscéral qui
recouvre le poumon et le feuillet pariétal qui
recouvre la face interne de la cage
thoracique).
Types
2. TYPES:
1. Épanchement pleural aérien
(Pneumothorax)

2. Épanchement pleural liquidien


(Pleurésie)
1. Épanchement pleural aérien:
C’est la présence d’air dans la cavité pleurale.
On distingue les pneumothorax spontanés et
les pneumothorax traumatiques
Pneumothorax spontanés : Il existe également un
pneumothorax spontané primaire (PSP) et un autre secondaire
(PSS) ; « Primaire » désigne le fait qu'il n'y ait pas de maladie
pulmonaire sous-jacente connue, « Secondaire » survient chez
les patients souffrant d’une maladie pulmonaire connue. Alors

que « Spontané » désigne qu’il n’y ait pas de raison connue.


Points clés
• Les personnes jeunes (âgées de 15 à 34 ans) sont les plus
susceptibles d'être touchées par un PSP
• La consommation de tabac et/ou de marijuana augmente
fortement le risque d'avoir un PSP, et aussi le risque
d'avoir un nouvel affaissement du poumon
• Le pneumothorax spontané secondaire (PSS) constitue
49 % des pneumothorax hospitalisés. Il s’agit de 205
hommes et de 4 femmes. La moyenne d’âge était de
47ans. Le tabagisme était retrouvé dans 82 % des cas.
Pneumothorax traumatiques :

Un pneumothorax traumatique survient lorsque


l’air s’accumule entre la paroi thoracique et le
poumon en raison d’une lésion. Il entraîne
l’effondrement partiel ou total du poumon.
Points clés
Concernant les pneumothorax traumatiques
• Les personnes présentent une douleur thoracique et se
sentent parfois essoufflées.
• Généralement, une radiographie du thorax est prise.
• Une sonde (drain thoracique) est généralement insérée
dans le thorax pour éliminer l’air et permettre au poumon
de se regonfler.
2 . Épanchement pleural liquidien :
La pleurésie est l’accumulation anormale
de liquide dans l’espace pleural (la région
entre les deux couches de la membrane
mince qui recouvre les poumons). On
distingue les transsudats, pleurésie pauvre en
protéines, et les exsudats, pleurésie riche en
protéines.
En addition, la cavité pleurale peut contenir :
• Du sang (hémothorax)
• Du pus (empyème)

• Du liquide lymphatique (laiteux)


• De l’urine (urinothorax)
Étiologie
ÉTIOLOGIE:
Parmi les causes des épanchements pleuraux, on
cite:
• Insuffisance cardiaque
• Tumeurs
• Pneumonie
• Embolie pulmonaire
• Intervention chirurgicale telle qu’un pontage aorto-coronarien récent
• Traumatisme du thorax
• Cirrhose
• Insuffisance rénale
• Lupus érythémateux systémique (lupus)
• Pancréatite
• Polyarthrite rhumatoïde
• La tuberculose
• Syndrome néphrotique
À titre d'exemple :
• Les épanchements transsudatifs sont causés par une

association d'augmentation de la pression

hydrostatique et d'une diminution de la pression

oncotique plasmatique. L'insuffisance cardiaque en

est la cause la plus fréquente, suivie de la cirrhose

avec ascite et de l'hypoalbuminémie, généralement

due à un syndrome néphrotique.


• Les épanchements exsudatifs sont provoqués par des
processus locaux qui augmentent la perméabilité
capillaire, ce qui entraîne une exsudation de liquides,
de protéines, de cellules, et d'autres constituants du
sérum. Les causes sont nombreuses; les plus fréquentes
sont la pneumonie, le cancer, l'embolie pulmonaire, une
infection virale et la tuberculose.
• Un épanchement chyleux (chylothorax) est un
épanchement blanc laiteux riche en triglycérides
causé par une lésion traumatique ou tumorale (le plus
souvent lymphomateuse) du canal thoracique.
L'épanchement chyleux peut aussi se produire en cas
de syndrome de la veine cave supérieure.
• Les épanchements chyliformes (cholestéroliques)
ressemblent aux épanchements chyleux mais sont
pauvres en triglycérides et riches en cholestérol.
Les épanchements chyliformes sont supposés dus
à la libération de cholestérol par des globules
rouges et des neutrophiles lysés dans les
épanchements anciens lorsque l'absorption est
bloquée par l'épaississement de la plèvre.
• L'hémothorax est un liquide sanguinolent présent
dans la cavité pleurale dû à un traumatisme ou,
plus rarement, à une coagulopathie ou à la
rupture d'un vaisseau sanguin majeur, comme
l'aorte ou l'artère pulmonaire.
• L'empyème correspond à la présence de pus dans
la cavité pleurale. Il peut constituer une
complication d'une pneumonie, d'une
thoracotomie, d'un abcès (pulmonaire, hépatique,
ou sous-diaphragmatique), ou d'un traumatisme
pénétrant avec infection secondaire.
• The trapped lung (poumon piégé) est un poumon
enveloppé par une gangue fibreuse due à un
empyème ou à une tumeur. Le poumon ne
pouvant plus se distendre, la pression pleurale
devient plus négative que la normale
• Les épanchements iatrogènes peuvent être
provoqués par la migration ou le mauvais
positionnement d'une sonde d'alimentation dans
la trachée ou par la perforation de la veine cave
supérieure par un cathéter veineux central
• Les épanchements sans cause évidente sont
souvent dus à des embolies pulmonaires, à une
tuberculose ou à un cancer occultes. L'étiologie
est inconnue dans environ 15% des
épanchements même après un bilan approfondi
LES SYMPTOMES
3. LES SYMPTOMES :
De nombreuses personnes ayant un
épanchement pleural sont complètement
asymptomatiques. Les symptômes les plus
fréquents, quel que soit le type d’épanchement
dans la cavité pleurale ou la cause, sont la dyspnée
(gêne respiratoire) et la douleur thoracique.
• On rajoute que les symptômes de l’épanchement
pleural peuvent varier selon la quantité de liquide et la
rapidité à laquelle il s’accumule. Ce sont entre autres
ceux-ci :
• essoufflement ou difficulté à respirer, qu’on appelle
dyspnée
• toux
• douleur ou sensation de lourdeur au thorax
• anxiété
• peur de suffoquer
• fièvre
• malaise, qui est une sensation générale d’inconfort ou de
maladie
Points Clés
• La douleur thoracique pleurétique due à un
épanchement pleural peut disparaître lorsque
le liquide s’accumule. Une grande quantité de
liquide peut entraver l’expansion du ou des
deux poumons, ce qui induit une dyspnée
La Dyspnée Douleur thoracique
Le Diagnostic
4. Le diagnostic:
Pour qu’on puisse faire le diagnostic, on est
besoin de faire :
• Radiographie du thorax et/ou échographie
• Analyses de laboratoire effectuées sur un échantillon de
liquide
• Parfois, angiographie par tomodensitométrie (TDM)
• Une radiographie du thorax, qui montre la présence
de liquide dans la cavité pleurale, représente
normalement la première étape du diagnostic.
Cependant, de petites quantités de liquide peuvent
ne pas être visibles sur une radiographie du thorax.
• Les médecins peuvent pratiquer une thoracentèse. Dans
cette procédure, un échantillon de liquide est prélevé pour
examen au moyen d’une aiguille. L’aspect du liquide est
utile pour identifier la cause. Certains examens
complémentaires en évaluent la composition chimique et
déterminent la présence de bactéries, notamment celles
responsables de la tuberculose
• Une angiographie par TDM montre plus
clairement le poumon et le liquide et peut révéler
une pneumonie, un embolie pulmonaire, une
masse médiastinale, un abcès pulmonaire ou une
tumeur qui pourrait causer une accumulation de
liquide.
Le traitement
• 5 . Le traitement:

• Traitement du trouble causant l’épanchement


pleural
• Drainage de grands épanchements pleuraux
Drainage du liquide

• On peut avoir recours à la thoracentèse pour évacuer


l’excès de liquide autour des poumons. Votre médecin
insérera une aiguille creuse entre vos côtes jusqu’à la
cavité pleurale. Cette aiguille sert à drainer le liquide.
Chirurgie

• On pratique souvent une chirurgie pour traiter


l’épanchement pleural malin.

• On peut faire une pleurodèse si du liquide


s’accumule de nouveau dans la cavité pleurale
après la thoracentèse
Points clés .
• Le traitement d'un épanchement pleural sera celui de sa cause :
antibiotique, anti-tuberculeux, anti-cancéreux, diurétiques. La
ponction pleurale et les différents examens réalisés à partir du
liquide prélevé apporteront des éléments précieux pour le
traitement .

• Si la gêne respiratoire est importante, l’évacuation de


l'épanchement sera réalisée pour pouvoir améliorer la
symptomatologie. Il s'agit d'une ponction pleurale qui permet de
vider l'épanchement de manière douce

• Dans les formes récidivantes, une intervention chirurgicale est


possible pour coller de façon définitive les deux feuillets de la
plèvre.
CONCLUSION
6 . CONCLUSION:

• Dans ce travail nous avons abordés les


points essentiels de l’épanchement pleural,
sertes perfectible et reste à développer
ultérieurement .