Vous êtes sur la page 1sur 30

LE GLOBE TERRESTRE

B. Domaine interne
1. Notion de sismique

 La sismologie étudie le mode de propagation des vibrations engendrées


par les séismes ou même celles crées artificiellement.
 Cette mesure se fait à l’aide de sismographes, qui permettent des
enregistrements à plusieurs milliers de kilomètres.
 Foyer ou hypocentre : Il se situe à différentes profondeurs. Il correspond
au point où l’énergie se libère.
 Epicentre : Il correspond au point le plus proche où la secousse est
maximale.
 Il représente la projection de l’hypocentre à la surface terrestre.
 Si le foyer est situé à moins de 60km on parle alors de séisme superficiel

Si le foyer est situé entre 60 et 300km on parle de séisme intermédiaire

Si le foyer est localisé au-delà jusqu’à 700km

Lignes isoséistes

Intensité : Les contraintes à l’intérieur de la terre se relâchent avec


la rupture des roches. L’énergie ainsi libérée engendre un séisme
qui peut être + ou – destructeur. L’intensité correspond aux dégâts
qui varient à la fois selon la nature du terrain, la profondeur du
foyer et la distance à l’épicentre.
XII Les villes sont rasées. Bouleversements importants de la topographie. Fissures visibles à la
surface.

I Echelle MSK : Medvedev – Sponheuer - Karnik


Seuls les sismographes très sensibles enregistrent les vibrations.

II Secousses à peine perceptibles; quelques personnes au repos ressentent le séisme.

III Vibrations comparables à celles provoquées par le passage d'un petit camion.

IV Vibrations comparables à celles provoquées par le passage d'un gros camion.

V Séisme ressenti en plein air. Les dormeurs se réveillent.

VI Les meubles sont déplacés.

VII Quelques lézardes apparaissent dans les édifices.

VIII Les cheminées des maisons tombent.

IX Les maisons s'écroulent. Les canalisations souterraines sont cassées.

X Destruction des ponts et des digues. Les rails de chemin de fer sont tordus.

XI Les constructions les plus solides sont détruites. Grands éboulements.

L'échelle MSK décrit les effets d'un tremblement de terre en termes de


destructions des installations humaines et de modifications de l'aspect du
terrain, mais également en termes d'effets psychologiques sur la population
(sentiment de peur, de panique, panique généralisée). Cette évaluation
qualitative très utile ne représente en aucun cas une mesure d’un
quelconque paramètre physique des vibrations du sol.
La magnitude d'un tremblement de terre mesure l'énergie libérée au foyer
d'un séisme. Plus le séisme a libéré d'énergie, plus la magnitude est élevée.
Il s'agit d'une échelle logarithmique, c'est-à-dire qu'un accroissement de
magnitude de 1 correspond à une multiplication par 30 de l'énergie et par 10
de l'amplitude du mouvement.

m = log(A / T) + f(Δ,h) 


A : Amplitude maximale du sismographe
magnitude
La T : périodeet l'intensité
de cette (comme
amplitudel'échelle de Mercalli ou MSK81) sont
Les médias
deux grand
mesures public l'indiquent
différentes. souvent
L'intensité surmesure
est une l'échelle
desdedommages
Richter oucausés
sur
D:
l'échelle
par Distance
un ouverte de
de Richter.
tremblement l’épicentre à larelations
CesIlterminologies
de terre. existe des station
sont impropres : l'échelle de
reliant l'intensité
Richter, stricto
maximale sensu, et
ressentie estlaune échelle dépassée
magnitude mais ellesetsont
uniquement adaptée aux
très dépendantes du
 H : profondeur
tremblements
contexte géologique duCes
de terre local. foyer
californiens. Les magnitudes
relations servent enhabituellement
général à donner citées
une de
nos jours sontaux
magnitude en tremblements
fait des magnitudes de historiques.
de terre moment (notées Mw).

EQUATION LOGARITHMIQUE
Richter Echelle MSK

1à3 I à IV

3 à 4.75 V et VI

4.75 à 5.9 VII

5.9 à 6.5 VIII et IX

6.5 à 7.75 X

7.75 à 8.25 XI et XII


Il existe plusieurs intensités pour un
même tremblement de terre selon le lieu
où l’on se trouve mais il n’existe qu’une
seule MAGNITUDE
Les différents types d’ondes sismiques
Ondes de volume et les ondes
de surface

Ondes
L'onde L: P 
Son (ondes de
déplacement
estcompression
comparable àou ondes
celui des
les ondes S ou ondes
longitudinales).
ondes S sans le mouvement
secondaires appelées
Déplacements aussi
vertical. Les ondesduLsol
ondes de cisaillement
parallèles ou de
à laébranlement
direction
provoquent un
ondes transversales.
propagation de la À leur
l'onde.
horizontal qui est causeCede
passage, les
sont les plus mouvements
rapides du
nombreux dégâts aux
sol(6 km/s près
s'effectuent de la surface)
fondations d'un édifice qui
perpendiculairement
et les au sens
n'est paspremières
une constructionà être
de enregistrées
propagation sur de l'onde. Ces
parasismique. Elles se
ondes ne se propagent
les sismogrammes. pas
propagent à environ 4 Elleskm/s
dans lesresponsables
sont milieux liquides, du
elles sont
R : en
grondement
L'onde Son particulier
sourd que
déplacement
arrêtées
estl'on parentendre
peut
complexe, le noyau
assez au
externe de àlacelui
Terre.
début d'un tremblement
semblable Leur
d'une
vitesse estportée
de terre
poussière de 4,06 km/s.
par uneElles
apparaissent
vague, constituanten secondun sur les
sismogrammes.
mouvement à la fois
horizontal et vertical. Il existe2 groupes principaux d’ondes sismiques
Les ondes S : ne pénètrent pas dans le noyau. Elles ne sont pas reçues sur
une partie de la surface du globe.

Les ondes L : Déviées dans le noyau montrent des zones d’ombres


pratiquement dépourvues de réception sismique.
Enregistrements et interprétation

Sismographe horizontal
Sismographe vertical
2. Structure interne du globe terrestre
 Les grands traits de la structure du globe, ont été mis en évidence par la
sismologie et confirmés par des arguments gravimétriques,
thermodynamiques et géologiques.
 Le globe terrestre est constitué d’enveloppes hétérogènes séparés par
des discontinuités qui montrent de brusques variations de vitesse de
propagation des ondes sismiques.
 De l’extérieur vers l’intérieur, on retrouve :
a. Croute continentale et croute océanique

Partie la plus superficielle, de nature différente sous les continents et les océans
Sédiments anciens épais de 0 à 10km
Vp = 3.5 km/s et d = 2 à 2.5

Couche granitique épaisse de 35 à 60km


CROUTE
CONTINENTALE
Vp = 5.6km d = 2.7

Discontinuité de Conrad : sépare la


MANTEAU couche granitique de la couche
SUPERIEUR basaltique

Couche basaltique
Ep = 5 à 8km. Vp = 6.5 km/s d = 3 à 3.2

Discontinuité de
MOHOROVICIC ou MOHO
Sédiments récents épais de 0 à 300m
Vp = 1.5 km/s à 2km/s et d = 1.03

Couche d’épanchements volcaniques


Env. 2km Vp = 4 à 6km

Couche océanique : basaltes, gabbros,


serpentinites
Env. 5km Vp = 6.5km d = 3 à 3.2
La discontinuité de MOHOROVICIC ou MOHO est située à

7 -12km sous les océans 30-40km sous les continents

70km sous chaînes de montagnes récentes

Al moins fréquent + Fer et Mg Composition chimique Si et Al

Sima Sial
b. Structures plus internes

Le manteau Le Noyau

Noyau externe Noyau interne


Le manteau > Couche
Le manteau
rigide
< : 60-100km graine
Couche plastique : 100-200km
Vp = 8km/s et d = 3.4 Surtout Fer
Fer et Nickel
Moho
Les deux
à -700km
noyaux -700km
sont séparés
à -2900km
par la discontinuité de Lehman

8<Vp<10km/s 2 Couches rigides : 200-400km et-2900 à -5100km


400-700km
-5100 à 6370km
Vp = 8.5-10km/s et d = 3.5-4
3.4<d<4
Vp = 8 à 10.5km/s
11<Vp<14km/s Séparé du noyau par la discontinuité ded = 9.8 à 12
Vp = 10.5-11.3
4.5 à 6 Gutenberg
d = 12 à 12.5
 Cette classification est basée sur les
discontinuités sismiques de la terre

 MOHO : Croute – manteau >


 GUTENBERG : manteau - noyau MOHO

 LEHMAN : noyau externe – noyau interne

Gutenberg

Lehman
CO : Sima. 30-65km CC : Sial. 30-65km

d = 2.7
.2
d=3
d=3
Manteau supérieur

700km
d = 3.3

Manteau inférieur
d = 5.5
2885km
Atmosphère
 Du point de vue de la tectonique des
plaques.

sp h ère
 Bio sphère
Classification basée sur les propriétés
o
hydr
mécaniques des différentes couches
sp h ère Moho du
litho
globe terrestre
sp h ère
éno
Asth 700km

o sp hère
Més
d= 9.5 Gutenberg
Noyau externe
d= 11.5
Noyau interne ou graine 5155km
Lehman
d= 12
Lithosphère : forme un ensemble de 70km sous les océans à 150km sous les
continents. Elle est rigide et résiste aux déformations. Elle se présente
sous forme de plaques mobiles sur l’asthénosphère

Asthénosphère : Une zone supérieure où on note un ralentissement des


VP de 8 à 7.8km/s, ce qui traduit son caractère mou « ductile ». Une partie
du matériel rentre en fusion 1 à10%. Ce comportement ductile permet le
déplacement de la lithosphère qui est au dessus.

De 200 à 700km , l’asthénosphère redevient plus rigide avec Vp et d qui


augmentent.

Mésosphère : Tout le manteau inférieur avec des Vp progressives de 11 à


14km/s..