Vous êtes sur la page 1sur 26

les adaptations

des plantes à la
sécheresse
Réalisé par:
Ben Rhouma Safinez
Zaidi Salha
Saii Monia
MR1: BOPE
2018/2019
Plan :
Introduction
Adaptation des végétaux au milieu arides:
Les éphémérophytes
Les géophytes
Les xérophytes
Adaptation morphologiques
Adaptation anatomiques
Adaptation physiologiques
conclusion
Introduction :
 L’adaptation est l’ensembles de modifications
de forme, d’organisation , de fonctionnement
interne , de comportement, d’habitudes que
subissent les êtres vivants , pour survivre dans
un milieu défavorable à la vie
 On s’intéresse dans cet exposé a l’adaptation
des végétaux au milieu aride
 I-Adaptation des végétaux au milieux aride:
les plantes qui vivent dans un milieu sec sont obligées d’économiser l’eau
disponible et de lutter contre la transpiration. Certaines espèces suivent
une stratégie d’échappement comme c’est le cas des
éphémérophytes.d’autres espèces font régresser leurs partie aériennes
comme les géophytes ; d’autres espèces adoptent une stratégie de
résistance , ce sont les xérophytes

A -les éphémérophytes:
Ce sont les plantes annuelles . Elles ont la capacité de boucler leur cycle
de développement , de la graine à la graine, en quelque semaines avant le
desséchement complet du sol.
Leur enracinement et superficiel et le degré de ramification de leur partie
aérienne varie avec le milieu ,ils sont d’autant plus réduits que l’année est
plus sèche .
 Exemple: Erica vésicaria
 peut avoir 1 cm ou 150 cm de haut
selon la quantité d’eau disponible.
 Elles ont des graines qui se
caractérisent par une longévité très
longue .
 c’est pourquoi l’apparition des
plantes annuelles après plusieurs
années de sécheresse est un
phénomène courant dans la région
aride .

Erica vésicaria
B -les Géophytes:

Ce sont des plantes qui résistent à la


sécheresse par des organes
souterraines (bulbe : chez l’oignon ,
rhizome, tubercule: chez la pomme
de terre) et passent la période sèche
à l’état de vie ralentie.
les organes souterrains proches de
la surface du sol peuvent supporter
des températures élevées car ils sont
protégés par leurs tissus externes
mort ou subérifiés .
C- Les xérophytes:

Xérophytes

xeros : sec phuton: plante

 Qui sont capables de se développés sur


des sols déficients en eau : elles
présentent un ensemble de caractères
qui assurent l’augmentation de
l’absorption d’eau ,la réduction des
pertes d’eau ou la mise en réserve
d’eau
1-Adaptations morphologiques:
l’ensemble de transformation qui touchent la
forme extérieure des végétaux
a) Adaptations racinaires:
Les systèmes racinaires
profonds et étendus, permettant
d'aller rechercher l'eau dans la
profondeur du sol. Parfois, un
système racinaire de surface
développé permet de récupérer
immédiatement l'eau des pluies
rares et peu abondantes. A titre
d'exemple, les buis et chênes
kermès possèdent de tels
systèmes racinaires très
profonds.
Système racinaire très développé
 b)Adaptations des tiges:
 Les tiges de nombreuses plantes sont fortement sclérifiés,
permettant de limiter au maximum des pertes d'eau au
niveau de cet organe. C'est le cas de la Salsepareille, dont
les tiges sont particulièrement coriaces (dur)

La Selsepareille , (Smllax aspera)


Chez de très nombreux cactus on
remarque l ’existence de côtes
longitudinales sur les tiges qui
permettent de créer des ombres ,et
d’éviter régulièrement une
exposition trop directe au soleil.

Tiges à côtes longitudinales chez un cactus


 c- Adaptations des feuilles:
 Certaines espèces réduisent leurs
tailles des feuilles pour limiter les
pertes d'eau pondant la sécheresse .
 C'est le cas par exemple du Genêt
d’Espagne:
(Spartium junceum),
du romarin
et du
L’ armoise (Artémisia herba alba)

Feuille de Spartium junceum


D'autres plantes présentent
une autre manière
d’adaptation par
enroulement des feuilles en
période sèche ..exemples :
Le micocoulier, Alfa , Oyat
Le micocoulier

Ainsi La transformation des feuille


en épines :
Exemples: l’asparagus ,le cactus

le cactus
 2-Adaptation anatomique:
-Qui désigne l’ensemble des transformations
affectant le développement de certains organes
a - la protection des stomates :
Certaines plantes ont leurs stomates localisés
dans des cryptes (replis épidermiques),ne
communiquant avec l’extérieur que par une
petite ouverture . Les stomates se localisent sur
la face inférieur de la feuille .et donc une
réduction de la transpiration , comme :
l'Oyat (Psamma arenaria) ou
Laurier rose (Nerium oleander).

Feuille enroulée
le Laurier rose
(Nerium oleander)
La feuille d’oyat en forme de tube fermé en atmosphère sèche
s'ouvre et prend la forme d'une lame aplatie en atmosphère
humide . toute la surface interne est couvert de poils.

Feuille d’oyat en
Feuille d’oyat en présence d’air
présence d’air sec humide
b- la présence des cuticule imperméable:
L’épiderme supérieur est recouverte d'une cuticule épaisse (colorée en orange sur la
photo). Les tissus colorés en vert, situés sous cette surface sont lignifiés et
hydrophobes . Les tissus de la face interne colorés en rose sont cellulosiques
et hydrophiles. Les faisceaux conducteurs se trouvent au centre de chaque
côte. Entre chaque côte, on distingue quelques grosses cellules à paroi
cellulosiques, les cellules bulliformes.(sont de grandes cellules épidermiques en
forme de bulles qui sont présentes à la face supérieure des feuilles )

coupe anatomique transversale d’une feuille d’oyat


Cellules bulliformes situées
entre deux côtes.
C -présences des poiles tecteures
à l’épiderme:
 La présence de poils chez les
plantes est aussi interprétée
comme une adaptation à la
sécheresse: ils reflètent la
lumière, et permettent de capter
les gouttes de rosée le matin.
On trouve ces poils chez de
multiples plantes par exemples
le chêne vert et l'olivier qui
présentent des poils sur leurs
face inférieure, en protégeant
les stomates, permettant un
degré supplémentaire de
régulation de la transpiration.
3. Adaptations physiologique à la
sécheresse:
 C’est l’ensemble des transformations
touchant le fonctionnement des appareils
de l’organisme végétale:
a-transpiration :
 Sous l’effet de la chaleur, les
plantes transpirent l’eau pour
assurer la circulation des sèves,
et/ou perdent de l'eau par
évaporation.
 A la saison chaude, les plantes ont
développé au cours de l’évolution
des stratégies pour minimiser ou
éviter l’évapotranspiration par la
fermeture des stomates.
b- photosynthèse :
 acquisition d'une photosynthèse
particulière (CAM=Métabolisme
acide crassulacéen ) permettant de
n'ouvrir les stomates que
pendant la nuit plus fraîche.
 L'avantage de ce type de
métabolisme est de limiter les
pertes d'eau par la fermeture des
stomates durant les heures
chaudes de la journée.
 Les plantes CAM évitent
également de réaliser la photo –
respiration
 Exemples: cactaceae ,
oxalidaceae ,liliaceae oxalidaceae
C-mise en réserve d’eau des tissus
aquifères:

 Le stockage de l'eau dans les


cellules des plantes. C'est une
stratégie adoptée par les plantes
aux feuilles charnues ou bien par
les plantes dites "grasses", comme
les sedum ou les cactus
 Les tiges de cactacées sont des
raquettes gorgées en eau

les sedum
d– Adaptation des plantes à
feuille caduques:
 d’autres espèces perdent
leurs feuilles pour éviter la
transpiration, et bloquent
ainsi leur photosynthèse
comme par exemple le
rétame (Retama retame)

Retama retame
 CONCLUSIONS
 La sécheresse constitue une période de faible
production du fait de la sensibilité générale de
l’ensemble des processus biologiques fondamentaux
qui déterminent la productivité végétale. La
morphogenèse des feuilles et des tiges, l’absorption
ainsi que la fixation symbiotique de l’azote sont les
processus les plus sensibles identifiés chez les
végétaux.
RÉFÉRANCES
 https://www.google.tn/imgres?
imgurl=https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/5/
5f/Retama_raetam_1_cropped.jpg/220px-
Retama_raetam_1_cropped.jpg&imgrefurl=https://en.wikipedia.org/
wiki/Retama_raetam&h=189&w=220&tbnid=8ukmS6H4q3HfKM:
&q=plante+retama+raetam&tbnh=172&tbnw=200&usg=AI4_
Merci
pour votre
attention

Vous aimerez peut-être aussi