Vous êtes sur la page 1sur 15

MODULE I

ETUDE D’UNE AUTOBIOGRAPHIE

LA BOÎTE A MERVEILLES
AHMED SEFRIOUI
I- L’AUTOBIOGRAPHIE

Selon Philippe Lejeune L’autobiographie est un «


récit rétrospectif en prose qu’une personne réelle fait
de sa propre existence, lorsqu’elle met l’accent sur sa
vie individuelle, en particulier sur l’histoire de sa
personnalité. »
Les principales motivations qui poussent un auteur à
révéler son « moi » sont:
 La sensibilité qu’il cherche à exprimer dans l’espoir

de gagner la sympathie et le réconfort du lecteur.


 La quête du « moi » qui l’incite à reconstituer sa vie

passée pour la revivre par l’écriture.


 La justification qui lui donne l’occasion de dévoiler

les raisons qui l’ont incité à commettre un acte négatif


pour s’attirer le soutien des autres.
 Le désir narcissique de parler de « soi » pour mieux se

faire connaître.
Ahmed Sefrioui a toujours répété que la Boîte à
merveille ne relate pas son histoire personnelle,
mais son récit présente toutes les caractéristiques
du roman autobiographique.
II- LITTERATURE MAGHREBINE
D’EXPRESSION FRANÇAISE
La littérature maghrébine d’expression française
voit le jour en Algérie aux alentours de 1830, puis
s’étend aux deux pays voisins le Maroc et la Tunisie.
Elle se présente d’abord comme l’expression du
malaise et de la contestation contre le colonialisme
français, mais les auteurs, tout en continuant à
revendiquer leur identité et leur liberté, s’attèlent au
renouvellement de leurs thèmes qui se diversifient au
fil des années.
PRINCIPAUX AUTEURS MAROCAINS D’EXPRESSION FRANÇAISE

AUTEURS OEUVRES
Le Passé simple (1954) ; Les Boucs (1955) ; L’Âne
Driss Chraïbi (1957) ; De Tous les horizons (1958) ; Succession
ouverte ( 1962) ; La Civilisation ma mère ( 1972)…
Tahar Ben Harrouda (1973) ; La Réclusion solitaire (1976) ;
Jelloun Moha le fou, Moha le sage (1978)
L’OEil et la nuit (1969) ; Le Chemin des ordalies
Abdellatif Laâbi
(1982) ; L’Arbre de fer fleurit (1974)
M. Khair- Agadir (1967) ; Historia d’un bon Dieu ( 1968) ;
Eddine Moi, l’aigre (1970) ; Le Déterreur (1973)
La Mémoire tatouée ( 1971) ; Le Livre du sang
A.Khatibi
( 1979) ; Amour bilingue (1982).
III- VIE ET OEUVRE DE L’AUTEUR
Ahmed Sefrioui est né à Fès en 1915, dans une
famille berbère arabisée. Il fréquenta l’école
coranique, puis entra au collège Moulay-Driss,
toujours dans sa ville natale. Il exerça plusieurs
métiers ( interprète, garçon de bureau,…) avant de
devenir un haut fonctionnaire au service des
Monuments historiques à Rabat.
Dans ses écrits, l’auteur, décédé en 2004, décrit
généralement les milieux traditionnels marocains
en insistant sur la réalité vécue et en laissant
volontairement de côté les considérations
politiques.
Parmi ses œuvres les plus connues, on
peut citer :
 Le Chapelet d’ambre ( nouvelles, 1943).
 La Boîte à merveilles (1954).
 La Maison de servitude (1973).
 Le Voleur et le serpent ( conte inédit).
 Le Teigneux ( conte inédit).
 Le Parfum des légendes ( 2003).
IV- PRESENTATION DE L’OEUVRE
1- RESUME:
Dans ce roman autobiographique ancré dans le Maroc
traditionnel des années cinquante, dans la ville de Fès plus
précisé-ment, Sefrioui raconte l’enfance de Sidi Mohammed,
un petit garçon âgé de six ans. Dans ses souvenirs, le
narrateur évoque la maison où il habitait (Dar chouafa), les
relations entre les co-locataires, l’école coranique, les
disputes entre voisins, mais également la solidarité des
habitants dans le malheur, les fêtes, les croyances
religieuses, les rapports sociaux, le milieu familial etc.
L’oeuvre est composée d’une suite d’épisodes qu’on peut
diviser en récits vécus par le principal personnage et en
récits racontés par d’autres intervenants (Rahma, Abdellah
le conteur,…). L’ensemble de ces séquences forment le
projet du héros qui consiste à découvrir la vérité dans tous
les sens du terme. Cette quête le confronte naturellement
aux adultes qu’il admire, critique ou dénonce selon les
situations qui le mettent face à face avec eux. Lorsque
l’enfant se sent rejeté, il trouve consolation et réconfort
dans sa Boîte à Merveilles pleine d’objets hétéroclites
auxquels il accordent une valeur magique.
La Boite à Merveilles peut être considéré comme un
roman d’initiation dans la mesure où il raconte l’histoire
d’un enfant qui se lance à la recherche de la vérité depuis
son plus jeune âge pour découvrir la société au sein de
laquelle il sera appelé à vivre plus tard.
2- PERSONNAGES:


SIDI MOHAMMED : enfant âgé de six ans. Il est à la fois le
narrateur et le héros du roman.

MAALEM ABDESLAM : père de Sidi Mohammed. C’est un
homme qui a pratiqué différents métiers. Il est connu pour
sa piété, sa droiture et son caractère taciturne.

LALLA ZOUBIDA : mère de Sidi Mohammed. Elle est âgée de
vingt-deux ans. Jeune femme alerte et bavarde dotée d’un
caractère flamboyant. Mais elle est aussi une mère tendre,
une épouse fidèle et une amie sincère.

RAHMA: voisine de la famille du narrateur. Jeune femme belle
qui a une fille, Zineb, et dont le tempérament oscille entre la
violence et la fragilité. Elle s’avère une excellente conteuse.

LALLA KANZA : c’est la voyante qui habite au rez-de-chaussée
de Dar chouafa. Le narrateur lui prête des pouvoirs
surnaturels.
FATMA BZIOUYA : locataire de Dar Chouafa. Elle habite le

même étage que la famille du narrateur.



LALLA AÎCHA : amie de Lalla Zoubida . Les deux femmes
échangent les visites et les secrets en présence
 de Sidi Mohammed.
Merci pour votre attention