Vous êtes sur la page 1sur 41

Automobile Tome 1

Moteurs

On distingue :

Moteur combustion interne (transformation d'énergie à l'intérieur des organes)


Moteur combustion externe (moteur stirling, machine à vapeur)

Moteur à explosion ou à allumage commandé (nécessite un carburateur)


Moteur Diesel (alimenté en combustible par injection, chaleur nécessaire à
l'inflammation obtenue par compression)

Moteur 2 temps
Moteur 4 temps
Cycle 4 temps : moteur à allumage commandé

Temps = déplacement d'une course de piston

Admission Compression Détente Echappement

Seul le 3è temps est moteur, le volant d'inertie régularise le mouvement 3


Cycle théorique de Beau de Rochas

Compression
Admission

4
La soupape d'échappement s'ouvre

Détente Echappement

5
Cycle véritable

L'explosion par exemple ne se fait pas à volume constant (cad instantanément)


Il y a une avance à l'ouverture de la soupape d'admission, une avance à l'allumage, etc..

6
Le bloc-cylindre
Le moteur monocylindrique a deux inconvénients :

Couple irrégulier (un temps moteur sur quatre) => On doit disposer un volant
d'inertie d'un poids important pour éviter les à-coups

Dimensions excessives pour obtenir une puissance suffisante

Solution : Moteur multicylindrique


Bati du moteur en trois parties Culasse

Bloc-cylindre
Carter d'huile
Le bloc-cylindre peut ne comporter qu'une pièce
Il peut être également en plusieurs parties

Bâti plus facile à mouler

Chemise en contact intérieur avec les gaz chauds, en contact extérieur avec de l'eau
Disposition des soupapes

Moteur à soupapes en tête (commandées


par culbuteur ou arbre à cames en tête)

Moteur à soupapes latérales


(commandées directement par l'arbre à
cames)
Disposition des axes des cylindres

Moteur en ligne

Montage le plus courant. Mais le vilebrequin devient de plus en plus


compliqué quand le nombre de cylindres augmente (on a besoin de portées
intermédiaires)
Disposition des axes des cylindres (suite)

Moteur en V

Les cylindres en vis-à-vis peuvent commander le même coude de vilebrequin =>


vilebrequin simplifié.
Disposition générale pour moteur comportant plus de six cylindres.
Bloc- moteur (bloc-cylindre)

Bloc- moteur = moteur + organes qui lui sont assemblés rigidement


(embrayage , boite de vitesses, carburateur, dynamo, etc ..)
Silent-blocs

Le carter porte les pattes d'assemblage du bloc-cylindre sur le châssis ; on interpose des
blocs antivibratoires (silent-blocs) => mouvement oscillatoire amorti du bloc moteur
(système ressort-amortisseur)
Bati du moteur en trois parties Culasse La culasse

Bloc-cylindre
Carter d'huile
La culasse
obture le cylindre
reçoit parfois le dispositif d'allumage
évacue la chaleur

Le fameux joint de culasse


Piston, bielle et vilebrequin

Action de la bielle/piston non verticale => ovalisation du piston et du cylindre


Les segments

Segments d'étanchéité

Segment racleur (évite les remontées d'huile)


Axe de piston

Axe de piston libre (?) dans le piston et dans la bielle


La bielle

La bielle a la tête en bas

En hypothèse quasistatique, quelle est la direction des efforts exercés sur la bielle ?

En dynamique, les « forces d'inertie » jouent un rôle aussi important que les gaz => section
de la bielle en I (bonne résistance à la flexion et au flambage)
Tête de bielle et coussinet de bielle en 2 parties
Vilebrequin moulé ou forgé
La carburation
Combustion d'un mélange comprenant :
Un combustible (essence par exemple)
Un comburant, c'est à dire un gaz apportant l'oxygène nécessaire (air)

Carburateur élémentaire

Le flotteur oscille
S'abaisse quand l'essence s'écoule par le gicleur
Remonte quand le débit d'arrivée est supérieur de sortie
L'essence jaillit du gicleur, puisque la pression au col de buse est inférieure à la pression
atmosphérique (Théorème de ..??)
L'alimentation des carburateurs

Alimention en charge
Le réservoir est placé au dessus du carburateur, l'essence s'écoule par gravité
(pas de pompe, c'est un avantage)
Inconvénient : risque d'incendie quand le réservoir est à proximité du moteur

Alimentation non en charge


Réservoir à un niveau inférieur à celui du carburateur (en général à l'arrière du châssis)
Pompe à membrane mécanique

Commandée par un excentrique prévu sur l'arbre à came


Quand la membrane s'abaisse, le volume augmente et la pression diminue => le
clapet d'admission s'ouvre
Quand la membrane remonte, le volume diminue et la pression augmente => le clapet
de refoulement s'ouvre
Pompe à membrane électrique

La commande de la membrane se fait par déplacement du noyau d'un électro-aimant


Combustion et allumage

Quand le contact mobile s'écartait du


contact fixe, une étincelle se déclenchait
sur la bougie.

Ecartement obtenu grâce à une came

Tête de delco

Delco (allumeur)

Système remplacé par un système électronique aujourd'hui


Distribution
Les organes de distribution assurent l'admission et l'échappement des gaz dans
les cylindres

La distribution nécessite les organes suivants :

Des orifices dans la chambre de combustion

Des obturateurs (soupapes), ouvrant et fermant ces orifices

Un dispositif de commande, actionnant ces obturateurs


La soupape

Fermeture de la soupape par ressort

Culbuteur

Tête de soupape

Ouverture et fermeture des soupapes commandées par l'arbre à cames


Arbre à cames
Arbre à cames en tête
Culbuteur

Une chaîne (ou une courroie) de distribution relie le vilebrequin et l'arbre à cames
Refroidissement

Ailettes

Refroidissement par air suffisant si le moteur est découvert (mobylette ou moto)


Pour les voitures, l'eau transporte la chaleur au radiateur, qui est refroidi par l'air
ambiant (et par le ventilateur)
Moteur deux temps

Le moteur quatre temps ne possède qu'un temps moteur sur quatre, d'où :

Irrégularité du couple, qu'on atténue en mettant plusieurs cylindres

Faible puissance par unité de masse (un temps moteur sur quatre)

Dans le moteur deux temps, on réalise quasi simultanément les opérations


d'admission et d'échappement
Premier temps :
1 Explosion.
2 Le piston découvre l'orifice d'échappement => les gaz brûlés s'échappent.
3 Les gaz frais, comprimés à l'extérieur chassent les gaz d'échappement

Deuxième temps :
1 Le piston remonte et cache les orifices d'admission et d'échappement
2 Compression

Moteur quatre temps : explosion-détente, échappement, admission, compression


Moteur deux temps : explosion-détente-échappement-admission, fin admission et
échappement-compression
Avantages :

Régularité du couple meilleure => Volant de dimensions plus réduites

La distribution peut être réalisée sans soupapes, par des lumières masquées et
démasquées au passage du piston => simplicité de construction

Inconvénients :

Nécessité d'avoir un compresseur auxiliaire pour la compression préalable des


gaz frais.

La séparation des gaz frais et brûlés n'est pas parfaite => diminution de la
puissance
Lumières de transfert
Transfert

A la fin de la détente, les gaz frais sont comprimés sous le piston, ces gaz
passent du carter vers le cylindre par un orifice de la jupe du piston, c'est la phase
de transfert.
Moteur de tondeuse à gazon

Canal de transfert des gaz