Vous êtes sur la page 1sur 32

Principes de base

Incendies et explosions représentent les plus grands


dangers encourus dans l’industrie

Ils sont souvent spectaculaires et parfois mortelles.


SECURITE INDUSTRIELLE

Feu et combustion

Le feu est une réaction de combustion qui est due à la


réaction de deux corps : un combustible et un oxydant

Cette réaction ne peut avoir lieu qu’à partir d'une


température qui varie d'un corps à un autre. Cette
réaction est exothermique.

La combustion, et donc le feu, ne peut se produire et se


déclencher que lors de la réunion des trois éléments:

• Le Combustible
• Le Comburant
• Une Source d‘Énergie (chaleur, surpression, ...)
SECURITE INDUSTRIELLE

Plus exactement

Avant
qu’un feu ne démarre, trois composants (comburant,
combustible, chaleur) doivent être présents en
quantités suffisantes.

Après
l’initiation du feu, l’énergie dégagée est suffisante pour que la chaîne de réaction chimique
s’enclenche : c’est le quatrième élément.

On parle ainsi du tétraèdre de feu


SECURITE INDUSTRIELLE

TETRAEDRE DE FEU
SECURITE INDUSTRIELLE

Les différents types de Combustion

 Lentes
Très lente
Lente

 Vives

 Instantanée
SECURITE INDUSTRIELLE

Combustible

Tous les corps susceptibles de s'unir avec l'oxygène


sont dits « combustibles »

De nombreux corps ont cette propriété mais tous ne


brûlent pas si facilement et aussi vite les uns que les
autres

Cela tient à
•Leur nature
•Leur état de division

Généralement, les solides et les liquides ne brûlent pas


en l'état ; ce sont les gaz et vapeurs qu'ils émettent qui
brûlent.
SECURITE INDUSTRIELLE

Comburant

En pratique, il n'existe qu'un seul comburant : c'est


l'oxygène

Certains corps peuvent dégager de l'oxygène, ce sont


des oxydants . Les plus fréquemment rencontrés sont :
les nitrates, les chlorates, les peroxydes.
SECURITE INDUSTRIELLE

Source d'énergie - Énergie d'activation

Un apport d'énergie, dite « énergie d'activation », est


nécessaire pour « démarrer » le phénomène d’incendie,
qui s'entretiendra de lui-même par la suite, en raison de
la quantité de chaleur (très supérieure à l'énergie
d'activation nécessaire) que dégage cette réaction
exothermique.
SECURITE INDUSTRIELLE

13 sources d’inflammation sont répertoriées selon la


norme EN 1127-1

Thermique:
1-Surfaces chaudes:
Pertes d’énergie par le système (une mal fonction peut
générer la chaleur par perte de lubrifiant par exemple)

2-Flammes et gaz chauds:

Les travaux par points chauds (soudage au chalumeau,


oxycoupage…), de maintenance et d’entretien sont une
source majeure de sinistres (environ un incendie sur
cinq)
SECURITE INDUSTRIELLE

Mécanique:
3-Etincelles produites mécaniquement:

échauffements et étincelles d’origine mécanique,


résultant des process de friction, de choc et d’abrasion,
ou de défaillances (roulements, paliers…)

Electrostatique:
4-Electricité statique:

L’énergie emmagasinée est transmise sous forme


d’étincelles
SECURITE INDUSTRIELLE

Électrique

5-Installations électriques:
La vétusté, le caractère improvisé de certaines
installations (non réalisées dans les règles de l’art) ou les
surcharges électriques peuvent entraîner des
échauffements

6-Courants protection cathodique contre la corrosion:

À la déconnection création d’étincelles d’où ddp entre les


différents points de mise à la terre.
SECURITE INDUSTRIELLE

7-Foudre:

8-Ondes électromagnétiques :

(équipements d’émission/transmission, scanners,


barrières photoélectriques, téléphones portables….)

9-Ondes électromagnétiques de hautes fréquences:

Faisceau lasers utilisés pour les mesures à distance,


rayons de soleil au travers d’une lentille….
SECURITE INDUSTRIELLE

Chimique

10-Réactions chimiques:

Réactions exothermiques, auto échauffement,


emballement de réaction……

11-Rayonnement ionisant:

À partir de tube à RX, ou substances radioactives


SECURITE INDUSTRIELLE

12-Ultrasons:

Les ondes peuvent être dans certains cas absorbées par


des substances qui les échaufferont

13-Compression adiabatique, ondes de choc,


écoulement de gaz

Peut survenir quand un gaz sous haute pression est


rejeté dans une conduite aprés une ouverture rapide
d’une vanne: le gaz s’échauffe et la haute température se
propage à l’extérieur de la conduite causant le
dépassement de la TAI
SECURITE INDUSTRIELLE

Électricité Statique

1 sur 10 ignitions dans l’industrie chimique sont dues à l’électricité statique.

(Graham ACKROYD )
SECURITE INDUSTRIELLE

inflammation
Gaz
il faut que le mélange gaz combustible/gaz comburant
soit dans des proportions adéquates.

Dans le cas du mélange gaz combustible/air, il faut que


la concentration soit comprise entre:

la limite inférieure d'inflammabilité (LII)


la limite supérieure d'inflammabilité (LSI)

Lorsque la combustion présente les caractères de


l'explosion, on parlera de limites inférieures et
supérieures d'explosivité (LIE et LSE).
SECURITE INDUSTRIELLE

Limites d’inflammabilités de quelques gaz courants

Limites d’inflammabilité
gaz
inférieure supérieure

Essence (vapeur) 1,4 7,6

Vapeur kérosène 1 6

Vapeur Gasoil 6 14

Ces valeurs limites sont exprimées en pourcentages volumiques


SECURITE INDUSTRIELLE

source d'énergie d'activation devra être en mesure de


porter le mélange à une température minimale appelée
température d'auto-inflammation.

Températures d’auto-inflammation de quelques gaz courants

gaz Température d’auto inflammation

Essence 450

Gazole 270

kérosène 255
SECURITE INDUSTRIELLE

Liquides
Un liquide inflammable est, en fait, un liquide dont les vapeurs,
dans certaines conditions, sont inflammables.

Pour chaque liquide, cette condition correspond à une certaine


température que l'on appelle point d'éclair.
d'éclair

Point d’éclair de quelques liquides inflammables courants

produits Point d’éclair °C

Pétrole Brut < 55

Goudron 80 et 120

Essence - 40

Kérosène + 40

Gazole + 70
SECURITE INDUSTRIELLE

Solides
La combustion des solides ne répond pas à des lois aussi précises
que celles des gaz ou des liquides

Les matériaux tels que le bois et autres matériaux cellulosiques


émettent des gaz inflammables

Certains matériaux brûlent en formant des braises : il s'agit d'un


mode de combustion particulier qui se produit lentement et
directement depuis l'état solide : les braises peuvent se consumer
très lentement, sans gros apport d'oxygène ; cela donne lieu à des
feux couvants qui posent souvent de gros problèmes d'extinction.
SECURITE INDUSTRIELLE

Températures d’inflammation de quelques solides courants

solides Température d’inflammation °C

Bois De 280 à 340

Charbon 250

Charbon de bois De 250 à 350

Coton 450

Papier journal 185

Papier à lettre 360

Polyéthylène 350
SECURITE INDUSTRIELLE

Modes de propagation
plafond
L’extension du feu s’effectue
Gaz chauds
par transport d’énergie dû:
convection

Au rayonnement apport de
chaleur aux matériaux
voisins du foyer
rayonnement
À la convection transfert de
chaleur par mouvement
ascendant d’air réchauffé

À la conduction transfert de
chaleur au sein d’un même
matériau

Au déplacement de
substances déjà en
combustion conduction
SECURITE INDUSTRIELLE

LUTTE CONTRE L’INCENDIE


L’équipement d’un dépôt comprend du matériel de lutte contre
l’incendie, tel que:

- Le matériel de première intervention

- Le matériel de deuxième intervention

L’importance de ceux-ci est généralement déterminés en accord avec


les services de la protection civile.
SECURITE INDUSTRIELLE

Pour ce la il faut…..
Pour organiser la prévention du risque « incendie », il convient
de :
définir et recenser les compétences en interne

désigner le responsable « incendie » qui va s’entourer


des compétences internes (responsable de maintenance,
médecin du travail…) et externes (service départemental
d’incendie et de secours)

associer les instances représentatives du personnel


(CHSCT, délégués du personnel…)

planifier les différentes étapes de la démarche retenue

communiquer et informer sur les actions entreprises.


SECURITE INDUSTRIELLE

Un bac de
stockage qui a
pris feu
SECURITE INDUSTRIELLE

Mécanismes d’extinction
La lutte contre le feu est avant tout une question de temps. En
effet, le feu couve souvent longtemps avant de se déclarer puis il
se de développe très rapidement et devient vite incontrôlable
1 ère minute 1 verre d’eau suffit à l’éteindre

2 ème minute 1 seau d’eau

3 ème minute Une tonne d’eau


SECURITE INDUSTRIELLE

Les moyens d’extinction

Examinés sous l’angle de la protection contre


l’incendie dans les installations pétrolière ou dans les
ERP et IGH, nous scinderons ces moyens en deux
groupes:

Moyens de 1ère intervention

réseau anti-incendie et moyens de 2ème intervention


SECURITE INDUSTRIELLE

Les moyens de 1er intervention

Extincteur à poudre
portatif de 9-12 kg
sur roue chargées de 50, 100, 250 kg

Extincteur d’anhydride carbonique (CO2)


portatif de 6 kg
10, 20,30 kg jumelées (ou non sur roues)
SECURITE INDUSTRIELLE

Extincteur à mousse
en raison de leur faible capacité en mousse, ces
extincteurs sont d’un moindre intérêt pour notre
profession.

Extincteur à eau
avec agent mouillant (produit sulfoné ex: A3F).

Pour extinction feu de personne


Couverture anti-feu

sable
permet également de canaliser, neutraliser ou de
limiter un écoulement.
SECURITE INDUSTRIELLE

Les moyens de 2ème intervention


Plus lourd et plus puissant :

Les équipements hydrauliques

Les moyens de détection

Les moyens statiques de lutte contre l’incendie

Les moyens mobiles de lutte contre l’incendie

Les équipements de protection

Les différents moyens de communication et d’alerte


Sommaire

1 Introduction à la sécurité industrielle


Rôle, importance et acteurs de la sécurité dans l’entreprise

Gestion du risque dans le dépôt

2 La prévention des risques dans un centre CBR

Principes bases de la prévention

3 L’intervention contre l’incendie

4 Feux d’hydrocarbures (phénomènes redoutés)

5 Matériel de 1ère intervention


(extincteurs portatifs)

32