Vous êtes sur la page 1sur 42

MEDICAMENTS ET

GROSSESSE
cours 6 année médecine

DR BELLOUZE
CHU BEJAIA
Si bien que la notice du VIDAL nous
laisse trop souvent dans l’incertitude

« bien que les études tératologiques effectuées sur


les animaux n'aient pas mis en évidence d'effet
tératogène comme pour les autres médicaments,
on ne doit cependant administrer cette substance
au cours de la grossesse ou pendant l'allaitement
que dans le cas de réelle nécessité et sous
contrôle direct du médecin »
Selon la période
d’exposition
• Avant l’implantation (J0 à J12):
– Échanges pauvres avec la mère
– On peut penser que le rôle des
médicaments est faible

Tenir compte de la ½ vie du


médicament pouvant conduire
à une exposition supérieure à
la durée de prise
Selon la période
d’exposition
• Période embryonnnaire (J13-J56)
– Organogenèse
– Risques d’atteinte morphologique
Selon la période
d’exposition
• Période fœtale (fin 2e mois – accouchement)
– Période de croissance, de maturation
histologique et enzymatique
– Agression pendant cette période peut entraîner
• RCIU
• Anomalies fonctionnelles temporaires ou définitives
• Cancérogenèse à distance
– Ces troubles de la maturation sont souvent
difficiles à déceler à la naissance mais peuvent
apparaitre à distance avec le développement
psycho-moteur de l’enfant.
Selon la période
d’exposition
• Période néonatale
– Pendant la vie intra-utérine l’organisme
maternel est « l’organe épurateur » du
fœtus
– A la naissance l’enfant est seul avec ses
fonctions d’épuration partiellement
matures
– ½ vie d’élimination est 2 à 4 fois plus
longue chez le NN que chez l’adulte
– … encore plus long chez préma
– Le prévoir à l’accouchement
Historique
Thalidomide
hypnotique-sédatif
Utilisé de 1957 à 1962
12000 cas de malformations recensés
Historique
Thalidomide
hypnotique-sédatif
Utilisé de 1957 à 1962
12000 cas de malformations recensés
malformations des membres,
anomalies cardiaques et rénales.
engendrant par la suite la crainte que
n'importe quel médicament pris au
cours de la grossesse puisse
représenter un danger
PHYSIOPATHOLOGIE

Modification de certains paramètres


chez la femme enceinte
- augmentation du métabolisme hépatique
- Diminution de la motilité intestinale
- Absorption intestinale imprévisible
- Augmentation de la filtration glomérulaire
- Modification de 1/2 vie et concentration
sanguine
antalgiques
• Antalgiques non opiace
• Antalgique opiace
• AINS
Paracetamol

• Pas de contre indication


• Non teratogene
• Allaitement possible
aspirine
• Non tératogène
• A faible dose prévention de
préeclampsie
• A forte dose :plus de 500 mg CI
surtout a partir de 24 SA :AINS
• Fermeture précoce de canal artériel
• IR fœtale
Aspirine allaitement

• A faible dose pas de CI


• A forte dose utilisation ponctuelle
possible
AINS
• Non tératogènes
• Augmentation de risque de FCS
• A l’exception des collyre, les AINS
sont CI après 24 SA
• Allaitement possible
dextropropoxifene
• Pas de CI grossesse et allaitement
tramadol
Non CI
Syndrome de sevrage si prise
prolongeée
Allaitement pas de CI
Morphine et temgesic
• Pas de CI
• Syndrome de sevrage
• Allaitement possible periode courte
corticoides
• Pas de CI
• Risque de RCIU ?
Antibiotiques
ATB 1 T 2 T 3 T
e e e
Rmq
Pénicillines/Céph oui oui oui
Macrolides oui oui oui
Tétracyclines non non non Dyschromie dentaire
Aminoside non non non Ototoxicité (sauf genta)
Imidazolés non oui oui térato
Quinolones non non non Tr croissance osseuse
Rifampicine non oui oui térato

Hémodilution maternelle: NE
PAS DIMINUER LES POSO
Perméabilité placentaire

100 % 25 a 75 % <25 %

Spiramycine Bêtalactamines Erythromycine


doxycycline Aminosides Azithromycine
tétracyclines bacitracine

La posologie doit être au moins égale (voir supérieur) a celle


d’une femme normale en l’absence de contre indication,
sauf pour la tobramycine.
ANTIBIOTIQUES ET GROSSESSE
ATB peu toxique Péni G, A, M
Toxicité fœtale Céphalosporines
non démontrée Macrolides préférer érythromycine
Si suspicion toxo : spiramycine
Nitrofuranes CI si déficit G6PD,
Synergistine

ATB à toxicité Aminosides Otonéphrotoxicité


démontrée : Préférer genta>amiklin>autres

utilisation selon Vancomycine Otonéphrotoxicité (réversible pour l’oreille)


balance Fluoroquinolones CI absolue 1er trimestre/déconseillé
bénéfices/risques T3
Anomalie développement osseux
Sulfamides Agranulocytose, ictère, AH
Métronidazole CI 1 er trimestre ; utilisable ttt court
(ex : vaginose)

ATB avec contre- Tétracyclines


indication Phénicolés
absolue
ANTIBIOTIQUES ET ALLAITEMENT
• Aminosides : risque faible d’otonéphrotoxicité car passage
dans le lait minime et absorption per os faible.
• Antituberculeux : contre-indiqués en cas d’ictère
• Bétalactamines : autorisés.
• Fluoroquinolones : risque de toxicité ostéo-articulaire (arrêt
de l’allaitement jusqu’à 48h après dernière prise)
• Macrolides : passage dans le lait variable.
Clindamycine, Spiramycine :risques de colite
pseudomembraneuses
Les autres : autorisés
• Nitrofuranes : autorisés
• Sulfamides : déconseillé si enfant prématuré , déficit G6PD,
ictère
antidépresseurs
• Tricyclique anafranil laroxyl
• Inhibeteur seclectif prozac zoloft
deroxate
• Pas de CI
• Deroxate risque de malformation
cardiaque
Les antipsychotiques
• Pas de risque tératogène
• Préferer haldol largactil
Neuroleptiques
• HALDOL et LARGACTIL ne sont pas
tératogènes
• possibilité chez le nouveau-né de syndrôme
extra pyramidal, ou de signes atropiniques.
• CAT
– utiliser préférentiellement le LARGACTIL ou
l'HALDOL pendant la grossesses à doses faibles
– Prise en charge pédiatrique
– surveiller la TA maternelle (risque
d'hypotensions)
benzodiazépines
• Pas de risque tératogène
• Syndrome de sevrage
• Allaitement déconseille
Anti-épileptiques
• Tous les anti-épileptiques traversent
la barrière placentaire
• Risque malformatif de 2 à 3 fois celui
de la population générale
Anti-épileptiques
• Dépakine (Ac valproïque):
– Anomalies de fermeture du tube neural
(1à2%)
– Malformations cardiaques
– Dysmorphie faciale (oreilles bas-
implantées, petit nez, hyperthélorisme,
fente LP)
– Risque de syndrome hémorragique
néonatal
Anti-épileptiques
• Di-Hydan (phénytoïne)
– RCIU
– Anomalies cranio-faciales (microcéphalie,
hypertélorisme, implantation basse des
cheveux, oreilles mal ourlées)
– Retard psychomoteur
– Hémorragies néonatales par
hypovitaminose K
antiépileptiques
• Malformation RCIU fente labiopalatine
• RCIU face spinabifida
• Hypospadias
• Surtout acide valporique ++++
• Dépakine le plus tératogène
• Gardénal moins d’effets tératogène
CI
lamotrigine
• Lamictal
• Anti epileptique de la femme
enceinte pas de majoration de risque
malformatif
• Rivotril pas de CI
• Associe acide folique en
periconceptionelle
Anti-épileptiques
• Conduite à tenir
– Programmer la grossesse
– Monothérapie avec la + petite dose efficace
– Répartition la plus étalée possible de la
dose journalière
– Pour Dépakine et Tégrétol:
• Ac folique 4 mg/j 2 mois avant la conception et
pdt le 1er mois de G
• Echographie T2 détaillée (Tube neural+++)
• Dosage AFP maternelle (HT21+++)
Antihypertenseurs
• Diuretique
• IEC ARA2
• CI
Anti-hypertenseurs
• Médicaments de choix: Aldomet
(méthyldopa), catapressan (clonidine)
• Béta-bloquants:
– Pas tératogènes
– Mais retentissement néonatal:
hypoglycémie, bradycardie, rarement
insuffisance cardiaque aigue
– CAT: surveillance NN 3 à 5 j: gly, FC, TA
Anti-hypertenseurs
• IEC:
– CI surtout au 2° - 3° T
– Mécanisme d’action pouvant entraîner
oligoanurie, oligoamnios voire
insuffisance rénale
– CAT: les remplacer le plus tôt possible
par autre anti-HTA
Anti-hypertenseurs
• Diurétiques:
– Risque d’ischémie foetoplacentaire et
d’hypotrophie fœtale
– Indiqués uniquement en cas
d’insuffisance cardiaque congestive
Bêta bloquants
• Bradycardie
• Hypoglycémie
• IC
• Hypotension
autorisés
• Inhibeteurs calciques
• Antihypertenseurs centraux
:aldomet
Anticoagulants
• Anticoagulants oraux
– Tératogènes au 1er T:
• FCS
• S. malformatif (fqce=5 à 10%): hypoplasie
des OPN, des phalanges distales, épiphyses
ponctuées
Antidiabétiques
• CAT
– PROGRAMMER LA G
– les risques sont liés au mauvais équilibre du
diabète maternel (cardiopathies congénitales,
macrosomie).
– Il est indispensable que le diabète soit
correctement équilibré dans la période
périconceptionnelle, et pendant toute la grossesse.
– Il faut exiger une Hb A1 C inférieure à 6 %.
– En cas de grossesse débutée sous ADO  pas de
raison d'interrompre la grossesse.
– Prendre le relais par l'insuline.
pneumo
• Ctc
• Bronchodilatateures
• Mucolytique et fluidifiant
• Crat
• Centre de référence des agents
tératogène