Vous êtes sur la page 1sur 32

Science économique, question 2.

1 : Quels sont les fondements du commerce


international et de l’internationalisation de la production ?

Les grands axes et problématiques


Axe 1 : Quels sont les déterminants du commerce international et de la spécialisation ?.
Axe 2 : Quels sont les avantages et les inconvénients des échanges internationaux et du
protectionnisme ?
Axe 3 : Quels sont les choix de localisation des entreprises et leurs stratégies
d’internationalisation de la production ?

Les notions du programme


Les mécanismes à mobiliser Mondialisation Commerce intra-firme
Finance Firmes multinationales
Axe 1 Axe 2 Axe 3 internationale
Avantage comparatif Compétitivité prix / hors
prix
Les éléments factuels Dotation factorielle Délocalisation

Axe 1 Axe 2 Axe 3 Libre-échange Externalisation


Protectionnisme Spécialisation
Pistes éventuelles d’approfondissement Acquis de première
(non exigibles au baccalauréat) Ici

Des exemples de sujets du baccalauréat : EC1 EC2 EC3


Dissertation

Académie d’Orléans-Tours – Groupe de production Sciences économiques et sociales – 2015-2017


Les mécanismes à mobiliser
Axe1 : Quels sont les déterminants du commerce international et de
la spécialisation ?

Les principales évolutions du commerce mondial : progression des


échanges, poids croissant des produits manufacturés et, plus
récemment, des services, développement du commerce intra-branche
(notion non exigible) et intra-firme.
En théorie, les avantages comparatifs fondent la spécialisation et les
échanges internationaux : un pays a intérêt à se spécialiser dans les
productions pour lesquelles il est relativement le plus productif / le moins
inefficace et dans les productions qui nécessitent un facteur de
production dont il dispose relativement en abondance (dotation
factorielle).
D’autres éléments contribuent au développement des échanges
internationaux : baisse des coûts de transport et de communication,
libéralisation des échanges, stratégies de différenciation…

Accueil
Les mécanismes à mobiliser
Axe 2 : Quels sont les avantages et les inconvénients des échanges
internationaux et du protectionnisme ?

1ère partie : Avantages et inconvénients des échanges internationaux

  Avantages Inconvénients
ConsommateursProducteurs (firmes / pays)

hausse des profits attendue par :


- baisse des coûts unitaires de production (économies - intensification de la concurrence
d’échelle, ressources moins coûteuses, Ö concurrence) - une évolution défavorable de la demande et
- hausse productivité (facteurs de production utilisés là où des prix instables peuvent réduire les gains à
ils sont les plus efficaces, transferts de technologie…) l’échange issus de la spécialisation
- hausse des débouchés

- risque de chômage en raison de la


- baisse des prix, hausse du pouvoir d’achat
disparition d’activités non compétitives,
- plus grande diversité des biens et des services
- risque concernant la qualité des
disponibles (élargissement des gammes et création de
marchandises importées ne respectant pas
nouveaux produits)
les normes (hygiène, sécurité,
- hausse de la qualité.
environnement).

Suivant
Les mécanismes à mobiliser
Axe 2 : Quels sont les avantages et les inconvénients des échanges
internationaux et du protectionnisme ?

2ème partie : Le protectionnisme

Modalités Fondements Risques


Protectionnisme - protection temporaire des - hausse des coûts, renchérissement des prix, baisse
tarifaire (droits de activités naissantes non du pouvoir d’achat
douanes, compétitives et de celles jugées - frein à l’innovation et risque de perte en compétitivité
subventions) et stratégiques afin de construire un - moindre variété des produits
non tarifaire avantage comparatif - allocation de ressources à des activités non
(quotas, normes - protection des activités efficientes,
…) vieillissantes - risque de représailles
- protection de l’emploi

Suivant
Les mécanismes à mobiliser
Axe 2 : Quels sont les avantages et les inconvénients des échanges
internationaux et du protectionnisme ?

3ème partie : Effets d’une variation des taux de change sur l’économie des pays
concernés

Accueil
Les mécanismes à mobiliser
Axe 3 : Quels sont les choix de localisation des entreprises et leurs
stratégies d’internationalisation de la production ?

Les firmes choisissent de localiser leur production afin d’améliorer :


- leur compétitivité prix : les firmes vont chercher à réduire leurs coûts de
production en implantant des filiales dans les pays où les conditions de
coûts sont favorables (faible coût salarial par unité produite, faible pression
fiscale, …). Elles peuvent mettre en place une stratégie de rationalisation
de la production qui consiste à délocaliser ou à externaliser tout ou partie
de la production.
- leur compétitivité hors prix : les firmes vont localiser leur production dans
des pays qui sont attractifs du point de vue de la demande (marché
important et en forte croissance) et/ou du point de vue de l’offre (qualité de
la main d’œuvre et des infrastructures de transports et de communication,
climat social et politique favorable, souplesse de la législation du travail ou
environnementale…).

Accueil
Les éléments factuels
Axe1 : Quels sont les déterminants du commerce international et de
la spécialisation ?
Depuis 1945, le volume du commerce mondial a augmenté plus
fortement que le volume du PIB mondial.
En 2012, selon l’OMC, les produits manufacturés représentent 53 % des
exportations mondiales et les services 20 %. Le poids en volume des
produits primaires (produits agricoles, minéraux et combustibles) ne
cesse de baisser depuis 1945, atteignant 27% des exportations
mondiales.
L’Amérique du Nord, l’Asie et l’Europe représente plus de 80 % des
échanges mondiaux et réunissent 74.7% de la population (ONU). Les
échanges intra-zone sont majoritaires ; par exemple, les échanges intra-
européens représentent plus du tiers du commerce mondial.
Exemples de spécialisation :
Pays de Moyen-Orient : pétrole
L’Inde : produits manufacturés et services liés aux nouvelles
technologies.

Accueil
Les éléments factuels
Axe2 : Quels sont les avantages et les inconvénients des échanges
internationaux et du protectionnisme ?

Le GATT (Accord général sur les tarifs douaniers et sur le


commerce) créé en 1947 et devenu l’OMC (Organisation du
commerce) en 1995 a contribué à libéraliser les échanges de
biens et services en obtenant par la négociation une forte
réduction des droits de douanes et des restrictions
quantitatives. Selon l’OMC, en 1947, le tarif général moyen
évalué entre 30 et 40% atteindra 3,8% pour les produits
industriels dans les pays développés suite au cycle
d’Uruguay conclu en 1993.

Accueil
Les éléments factuels
Axe 3 : Quels sont les choix de localisation des entreprises et leurs
stratégies d’internationalisation de la production ?

Forte augmentation des flux d’IDE (Investissement direct à


l’étranger) des firmes et forte augmentation du commerce
intra firme (au moins1/3 du commerce mondial).
Il en découle que les pays développés accueillent près des ¾
des flux et sont également les principaux émetteurs même si
les flux d’IDE en provenance des pays émergents
augmentent.

Accueil
Les notions du programme

Mondialisation :

Émergence d’un vaste marché mondial des biens et


services, des capitaux et des travailleurs.

Accueil
Les notions du programme

Finance internationale :

Ensemble des flux de capitaux et de devises entre


agents économiques de pays différents.

Accueil
Les notions du programme

Avantage comparatif :

La spécialisation et l’échange procurent des gains à


l’échange si un pays se spécialise dans les
productions où il est le plus efficace par rapport aux
autres productions ou le désavantage relatif le plus
faible.
Il peut aussi s’entendre au niveau de la firme
comme le résultat d’une stratégie d’entreprise.

Accueil
Les notions du programme

Dotation factorielle :

Quantité et qualité des facteurs de production dont


dispose un pays.

Accueil
Les notions du programme

Libre-échange :

Volonté de supprimer les obstacles aux échanges


internationaux.

Accueil
Les notions du programme

Protectionnisme :

Ensemble des mesures tarifaires et non tarifaires qui


consistent pour un pays à se protéger de la
concurrence étrangère et à favoriser les entreprises
nationales.

Accueil
Les notions du programme

Commerce intra-firme :

Échanges transfrontières de produits semi-finis


entre les différentes unités de production des FMN.

Accueil
Les notions du programme

Firmes multinationales (FMN) :

Firmes possédant ou contrôlant au moins une unité


de production implantée à l’étranger.

Accueil
Les notions du programme

Compétitivité prix et hors prix :

Capacité pour une entreprise ou un pays à gagner


ou à maintenir ses parts de marché grâce, à un prix
inférieur à ceux des concurrents ou pour d’autres
raisons que le prix (qualité, service après-vente,
marque…).

Accueil
Les notions du programme

Délocalisation :

Une entreprise ferme l’une de ses unités de


production sur le sol national pour en ouvrir une
équivalente à l’étranger (sens strict), réalisation de
tout ou partie du processus de production à
l’étranger sans qu’il y ait nécessairement de
fermeture d’une unité de production sur le sol
national (sens large).

Accueil
Les notions du programme

Externalisation :

Processus de transfert d’une partie de l’activité


d’une entreprise à une autre.

Accueil
Les notions du programme

Spécialisation :

Processus par lequel les productions d’un pays se


concentrent sur certaines activités (branches /
produits) en fonction d’avantages comparatifs.

Accueil
Les notions du programme

Acquis de première

Gains à l’échange.

Accueil
Pistes éventuelles d’approfondissement
(non exigibles aux épreuves et ne faisant pas partie du
cours, elles ne constituent que des pistes ponctuelles)

Place et justification du commerce intra-branche.

Évolution de la division internationale du travail et


exemples d’avantages comparatifs construits.

DIPP / IDE.

Auteurs : Smith, Ricardo, List, HOS et Krugman.

Accueil
Des exemples de partie 1 d’épreuve composée

1. Montrez que l'avantage comparatif est un


déterminant de la spécialisation des économies.
2. Présentez deux avantages du commerce international
pour les producteurs.
3. Vous présenterez deux arguments justifiant le
protectionnisme.
4. Présentez deux déterminants du choix de localisation
des firmes.
5. Distinguez compétitivité prix et compétitivité hors-
prix.

Accueil
Un exemple de partie 2 d’épreuve composée

Vous présenterez le document, puis vous décrirez les évolutions qu'il met
en évidence.

Solde extérieur¹ de la France, tous biens et services

(1) Solde extérieur : différence entre la valeur des exportations et celle des importations.

Source : L'économie française, INSEE, 2014.

Accueil
Un exemple de partie 3 d’épreuve composée
Sujet : À l’aide de vos connaissances et du dossier documentaire, vous
montrerez que le commerce international présente des avantages pour les
producteurs et les consommateurs.

DOCUMENT 1 :Taux de croissance en volume du PIB mondial


et des exportations mondiales de biens et services, 1995-2014, en %

Source : Le ralentissement
du commerce mondial
annonce un changement de
tendance, Sébastien JEAN,
La lettre du CEPII, n° 356,
septembre 2015.

Suivant
Un exemple de partie 3 d’épreuve composée
DOCUMENT 2
Le protectionnisme coûte cher : il fait monter les prix. Le système mondial de l’OMC permet
d’abaisser les obstacles au commerce par voie de négociation […]. Il en résulte une
réduction des coûts de production (car les importations utilisées dans la production sont
moins chères) ainsi que des prix des produits finis et des services, et, en définitive, un
abaissement du coût de la vie.
De nombreuses études montrent quelles sont exactement les conséquences du
protectionnisme et de la libéralisation des échanges. Citons simplement quelques chiffres :
lorsque vous protégez votre agriculture, le coût de votre nourriture augmente – selon des
estimations, de 1 500 dollars par an pour une famille de quatre personnes dans l’Union
européenne ; d’un montant équivalant à une taxe de 51 pour cent sur les produits
alimentaires au Japon ; de 3 milliards de dollars par an aux États-Unis simplement pour
soutenir le secteur du sucre pendant une année (1988). […]
Aux États-Unis, à la fin des années 80, les restrictions à l’importation, auxquelles se sont
ajoutés des droits de douane élevés, ont entraîné une hausse de 58 pour cent du prix des
textiles et des vêtements. […]
Lorsque les États-Unis ont limité les importations de voitures japonaises au début des
années 80, le prix des voitures a augmenté de 41 pour cent entre 1981 et 1984 – presque le
double de la moyenne pour l’ensemble des produits de consommation. L’objectif était de
sauver des emplois aux États-Unis, mais la hausse des prix a fortement contribué à une
baisse – d’un million de véhicules – des ventes de voitures neuves, ce qui a entraîné de
nouvelles suppressions d’emplois.
Source : 10 avantages du système commercial de l’OMC,
Organisation mondiale du commerce, 2008. Précédent Suivant
Un exemple de partie 3 d’épreuve composée
DOCUMENT 3
Dans des industries caractérisées par des économies d'échelle*, la variété des biens qu'un pays peut
produire et l'échelle de production sont toutes deux conditionnées par la dimension du marché. […]
Chaque pays peut se spécialiser dans un registre plus restreint de biens qu'il ne le ferait en l'absence
d'échange ; et cependant, en achetant dans d'autres pays les biens qu'elle ne fabrique pas, chaque
nation peut accroître la variété des biens disponibles pour ses consommateurs. En conséquence, le
commerce international offre l'occasion de gains mutuels même si les pays ne diffèrent pas par leurs
ressources ou leur technologie.
Supposons par exemple qu'il y a deux pays, chacun avec un marché annuel de 1 million
d'automobiles. En faisant des échanges entre eux, les deux pays peuvent se créer un marché total de
2 millions de voitures. Dans ce marché global, il est possible de produire une plus grande variété de
voitures, à des coûts moyens plus faibles, que dans chaque marché individuel isolé.
[…]
Nous commençons par montrer comment un marché plus étendu conduit à la fois […] à un prix moyen
plus bas et à une plus grande variété de la production. En appliquant ce résultat au commerce
international, nous voyons que celui-ci crée un marché mondial plus vaste que chacun des marchés
nationaux qui le constituent. Intégrer les marchés par le commerce international a en conséquence les
mêmes effets que la croissance d'un marché à l'intérieur d'un même pays.
[…]
Dans un marché étendu, il y aura normalement plus d'entreprises et une plus grande valeur de ventes
par entreprise ; de même, les consommateurs jouiront à la fois de prix plus bas et d'une plus grande
variété de produits que ce n'est le cas pour les consommateurs dans des marchés restreints.
Source : Économie internationale, Paul R. KRUGMAN et Maurice OBSTFELD, 2003.

* Baisse du coût unitaire d'un produit qu'obtient une entreprise en accroissant la


quantité de sa production.
Précédent Accueil
Un exemple de dissertation
Comment peut-on expliquer le commerce international de biens et
de services ?
DOCUMENT 1 : Structure des exportations et des importations de la France
par filière, biens et services, en %
Exportations Importations
1974 1984 1994 2004 2014 1974 1984 1994 2004 2014
Énergétique ns ns ns ns ns 18 19 6 8 10
Agroalimentaire 15 13 11 9 9 11 10 9 7 7
Textile ns ns ns ns ns 5 5 7 6 6
Chimique 13 14 13 15 14 11 10 12 12 12
Mécanique 12 13 14 14 16 11 9 12 11 11
Véhicules 8 7 9 11 6 3 6 8 9 6
Électronique ns ns ns ns ns 5 6 8 8 6
Services 22 27 26 25 32 17 20 21 21 26
Reste de biens et services 30 26 28 26 23 20 14 17 18 15
TOTAL 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100

ns : non significatif
Source : d’après le CEPII, 2015. Accueil Suivant
Un exemple de dissertation
DOCUMENT 2 : Part de chaque région dans les exportations de marchandises, en
fonction de la région de destination, en %
Destination
  Amérique
Amérique Moyen-
  du Sud et Europe C.E.I* Afrique Asie Monde
du Nord Orient
Origine Centrale

Amérique du
39,2 28,8 5,6 3,4 6,8 10,1 9,2 13,5
Nord
Amérique du Sud
5,4 24,1 1,7 1,8 2,8 2,2 3,1 3,8
et Centrale
Europe 16,9 16,0 68,7 42,6 34,7 29,4 13,5 36,8
C.E.I* 0,9 0,9 5,7 25,6 2,4 2,9 2,4 4,0
Afrique 1,2 3,8 3,0 0,4 15,4 2,3 2,8 3,0
Moyen-Orient 3,1 1,5 2,2 1,3 5,6 14,5 12,7 7,0
Asie 33,3 24,9 13,2 24,7 32,4 38,7 56,4 32,0
Total 100 100 100 100 100 100 100 100
Source : d’après Statistiques du commerce international, OMC, 2015.
 
* Communauté des États Indépendants : regroupe douze pays de l’ex-URSS.
 
Lecture : en 2015, 5,6 % des exportations à destination de l’Europe étaient réalisées par l’Amérique du
Nord. En 2015, 13,5 % des exportations mondiales étaient réalisées par l’Amérique du Nord.
.
Précédent Suivant
Un exemple de dissertation
DOCUMENT 3 : Croissance des exportations mondiales de services commerciaux par
grands secteurs, 1995-2014, variation annuelle moyenne en %

Source :
Estimations
OMC, 2015.

Précédent Suivant
Un exemple de dissertation
DOCUMENT 4

Aujourd’hui, plus de 80 pour cent des exportations totales de l’Asie correspondent


à des produits manufacturés. Il est toutefois intéressant de regarder l’autre côté, à
savoir les importations. Celles de l’Asie se composent à 65 pour cent de
produits manufacturés également. Ces statistiques reposent sur les registres
douaniers des transactions internationales concernant les marchandises. Sur le
plan économique, il est intéressant de subdiviser ces courants en produits
intermédiaires - c’est-à-dire les produits qui entrent à nouveau dans le processus
de production - et produits pour consommation finale.
Lorsque les chiffres sont ajustés compte tenu des combustibles, les produits
intermédiaires représentent plus de 50 pour cent des exportations au niveau
mondial, leur part dans le cas de l’Asie s’établissant à 53 pour cent, soit un peu
plus que la moyenne mondiale. Par contre, en ce qui concerne les importations, la
part des produits intermédiaires pour l’Asie atteint 64 pour cent, soit nettement
plus que la moyenne mondiale qui est de 52 pour cent, et leur part dans les
échanges intra-asiatiques est du même ordre.

Source : « Les chaînes d’approvisionnement mondiales témoignent de l’importance de la facilitation des


échanges », Pascal LAMY, allocution à l’OMC, 2011.

Précédent Accueil