Vous êtes sur la page 1sur 10

Cryptococcus et

CRYPTOCOCCOSE

Cryptococcus neoformans
(2 variétés)

Les autres espèces non pathogénes

YLF
Morphologie
• En culture
– Milieu de Sabouraud: colonies muqueuses beiges,
levures rondes.
– Milieu R.A.T. ou P.C.B.: levures seulement
• Dans les lésions
– Levures ENCAPSULEES
• Identification:
– Sensible à l'actidione
– Assimile l'inositol
– Uréase +
– Phénoloxydase +

YLF
Morphologie 2

Colonies de C. neoformans Levure de C. neoformans:


sur milieu de Sabouraud Capsule (encre de Chine)YLF
Habitat naturel
• Saprophytes dans le milieu extérieur

Variété neoformans Variété gattii


YLF
Conditions de pathogénicité
OPPORTUNISME
Inhalation de poussières contaminées

Primo-infection pulmonaire
infraclinique

Immunodépression:
Hémopathies Dissémination hématogène
Corticoïdes
SIDA +++
Localisation
Neuroméningée
YLF
+++
Aspects cliniques de la
cryptococcose
• Les manifestations pulmonaires primitives passent
inaperçues
• La méningite est l'expression la plus fréquente
– Tableau subaigu ou chronique dégradé trompeur
– PL = clé du diagnostic
• Liquide clair, 20 à 1OO éléments (lymphocytes),
albuminorachie , glycorachie , levures encapsulées
• Autres localisations plus inhabituelles (sauf dans le
cadre du SIDA où la mycose est souvent
généralisée):
– Peau, encéphale, poumon, os, prostate, septicémie…
YLF
Cryptococcose cutanée
YLF
Diagnostic biologique des
cryptococcoses
• Prélèvements
– LCR, LBA, hémocultures, urines, biopsies
• Examen direct: Encre de Chine
– Levures encapsulées
• Culture
– Colonies en 48-72h sur Sabouraud (sans
actidione)
• Identification, Antifongigramme
• Sérologie: antigène capsulaire soluble
– Test au latex sur sérum ou LCR
YLF
Traitement des cryptococcoses
• Antifongiques systémiques
– Cf. cours "Antifongiques"

YLF
Autres levuroses rares
• En cas d'immunodépression sévère d'autres genres
peuvent être impliqués: Trichosporon et
Geotrichum, Saccharomyces, Rhodotorula…
• Malassezia est un commensal, potentiellement
pathogène au niveau de la peau (cf. cours suivant),
il est exceptionnellement responsable de
septicémie dans le cadre d'hyperalimentation
lipidique parentérale

YLF