Vous êtes sur la page 1sur 17

Le nouveau

roman
PLAN:
Introduction
Les caractéristiques du “Nouveau roman “
L’intrigue
Les principes du Nouveau Roman
Quelques « nouveaux romanciers »
Représentants les plus célèbres
Bibliographie
INTRODUCTION
Le nouveau roman est une appellation donnée par la critique
à un ensemble d’écrivains qui, dans les années 1950-1960, ont
remis en cause le roman traditionnel. Les nouveaux
romanciers ont en effet tenté de renouveler les techniques
romanesques en rompant avec la tradition balzacienne de
l’intrigue et des personnages héritée du XIXe siècle
(réalisme). Ainsi, ils rejettent la notion de héros,
l’omniscience de l’écrivain, la cohérence psychologique des
personnages et la vraisemblance. Dans leurs œuvres, les
nouveaux romanciers renoncent également au déroulement
linéaire du temps, remettent en question l’intrigue
traditionnelle et s’intéressent surtout à la vie intérieure de
l’individu qui devient le centre du récit.
Les caractéristiques du « Nouveau roman “
Le nouveau roman est un mouvement littéraire du XXe siècle,
regroupant quelques écrivains appartenant principalement aux
Éditions de Minuit. Le terme fut employé la première fois par
Bernard Dort en avril 19553, puis repris deux ans plus tard, avec
un sens négatif, par l'Académicien Émile Henriot dans un article
du journal Le Monde le 22 mai 1957, pour critiquer le roman la
Jalousie, d'Alain Robbe-Grillet.

Le terme sera exploité à la fois par des revues littéraires désireuses


de créer de l'événement ainsi que par Alain Robbe-Grillet qui
souhaitait promouvoir les auteurs qu'il réunissait autour de lui, aux
Éditions de Minuit, où il était conseiller éditorial. Il précède de
peu le mouvement de la Nouvelle Vague qui apparaît dans le
cinéma français en octobre de la même année.
L’intrigue
Dans Pour un Nouveau Roman, édité en 1963, Alain Robbe-Grillet réunit
les essais sur la nature et le futur du roman. Il y rejette l'idée, dépassée pour
lui, d'intrigue, de portrait psychologique et même de la nécessité des
personnages.Repoussant les conventions du roman traditionnel, tel qu'il
s'était imposé depuis le XIXe siècle et épanoui avec des auteurs comme
Honoré de Balzac ou Émile Zola, le nouveau roman se veut un art
conscient de lui-même. La position du narrateur y est notamment
interrogée : quelle est sa place dans l'intrigue, pourquoi raconte-t-il ou
écrit-il ? L'intrigue et le personnage, qui étaient vus auparavant comme la
base de toute fiction, s'estompent au second plan, avec des orientations
différentes pour chaque auteur, voire pour chaque livre.Bien avant
l’ouvrage théorique de Robbe-Grillet, dès 1939, Nathalie Sarraute avait
commencé à révolutionner le récit dans Tropismes. Dans son roman
Martereau, publié en 1953, les personnages apparaissent, à la lecture,
comme disloqués, et bien qu’il y ait une intrigue, ce n’est pas elle qui
conduit la lecture, mais les flux de pensée qui animent les différentes
consciences à l’intérieur desquelles il est donné au lecteur de rentrer.
Le nouveau roman veut renouveler le genre romanesque qui
date de l'Antiquité. Le sentiment premier qui guide les
nouveaux romanciers est donc le renouveau. Ils font passer
l'intrigue au second plan, rendent les personnages subsidiaires,
et s'ils sont présents ils sont nommés par des initiales (c'est en
cela que l'on voit l'influence de Franz Kafka, notamment avec
Le Procès).Tous ces changements supposent donc une lecture
active, une réflexion approfondie et même la maîtrise d'une
certaine culture utilisée par les auteurs et qui permet au livre
d'exister en tant que tel.
Pour l'historien des idées, Emmanuel Legeard, « S’il y a un
point commun aux écrivains issus du nouveau roman, c’est
qu’ils ne visent tous qu’à la subjectivité totale.
Les principes du Nouveau Roman
Le Nouveau Roman se définit par une série de rejets
Une révolution romanesque (car cela est sans
appel) permet donc de traduire cette sensation de
malaise et d'insécurité, mais aussi de casser la triste
régularité d'une continuité littéraire jusque-là jamais
remise en cause.
Les critiques, quant à eux, jouent un rôle
fondamental dans la constitution et
l'institutionnalisation du mouvement, tentant de
figer l'image du Nouveau roman en lui collant des
étiquettes comme « l'école du regard »,
« l'école du refus », « anti-roman »
Michel Butor : écrivain et lecteur
Rejet du personnage
La notion de « personnage » est l'une de celles qui entrent en premier
dans « l'ère du soupçon », pour reprendre le titre d'un essai de Nathalie
Sarraute. Que le roman puisse prétendre créer et faire connaître un
« personnage » cohérent, dans toutes ses dimensions, de sa naissance à
sa mort, paraît aberrant aux Nouveaux Romanciers.
Influencés par l'Ulysse de Joyce ou les œuvres de Faulkner, ils préfèrent
la notion de « flux de conscience » de narrateurs multiples et parfois
indiscernables.
Rejet du point de vue omniscient
Le point de vue « surplombant » d'un narrateur tout-puissant et
omniscient est énergiquement rejeté ; le narrateur, souvent multiple,
parfois indécidable, ne peut donner qu'un point de vue partiel, et partial.
Comme aux Surréalistes, la phrase « La Marquise sortit à cinq heures »
est pour eux une imposture.
Rejet de la notion d'intrigue
S'il y a encore récit, celui-ci est diffracté entre plusieurs narrateurs,
plusieurs points de vue, sans que le lecteur puisse atteindre une certitude
Rejet de toute forme de réalisme, et de la notion de référent
Le Nouveau Roman ne donne pas à connaître un monde, un état de la
société ; il ne saurait « faire concurrence à l'État-civil ». Il n'a
aucunement la prétention de reproduire le réel, ni même de l'évoquer.
Il remet en question la nécessité du vraisemblable, d’où le rejet de la
description et le refus de ce que Barthes appelle l’« effet de réel ».
Pour les plus dogmatiques d'entre eux (Robbe-Grillet et Ricardou
notamment), toute référence au réel, tout aspect auto-biographique a
quelque chose d'obscène ; ce qui éloignera progressivement des auteurs
comme Claude Simon, pour qui la mémoire est un matériau essentiel, ou
encore Beckett et Nathalie Sarraute.
L'aventure d'une écriture
La conséquence de cette série de rejet, c'est l'attention quasi exclusive
accordée non à ce qui est écrit, mais à l'écriture elle-même en train de se
faire ; l'œuvre acquiert une sorte d'autonomie par rapport à son auteur ;
elle se construit par sa propre logique, indépendamment d'un projet pré-
établi.
Quelques « nouveaux romanciers »
Bien qu'il soit difficile d'apparenter l'un ou l'autre auteur avec un
mouvement hétérogène et déstructuré à l'image de son contenu même,
voici une liste d'auteurs qui s'apparentent clairement au nouveau roman
dans une partie de leur œuvre.
Dans son ouvrage La littérature française du XXe siècle, l'universitaire
Henri Mitterand liste un certain nombre de roman que l'on pourrait
rassembler sous l'étiquette du « Nouveau Roman 
Alain Robbe-Grillet-1955 : Le Voyeur
Nathalie Sarraute-1959 : Le Planétarium/1963 : Les Fruits d'or
Claude Simon-1969 : La Bataille des Pharsale
Michel Butor-1956 : L'Emploi du temps
Robert Pinget-1962 : L'Inquisitoire
Jean Ricardou-1961 : L'Observatoire de Cannes
Claude Ollier-1958 : La Mise en scène
Samuel Beckett -1951 : Malone meurt /1953 : L'Innommable
Marguerite Duras-1953 : Les Petits Chevaux de Tarquinia
Philippe Sollers
Nathalie
Sarraute

Nathalie Sarraute,
Natalia (Natacha)
Tcherniak née à
Ivanovo-Voznessensk
en Russie, le 18 juillet
1900, morte à Paris
(France) le 19 octobre
1999, est une femme
de lettres française
d'origine russe. Elle est
l'une des figures du
Nouveau Roman à
partir de la publication
de L'Ère du soupçon
en 1956.
Claude Simon
est un écrivain français, né le
10 octobre 1913 à
Tananarive(Madagascar) et
mort le 6 juillet 2005 à Paris.
Le prix Nobel de littérature en
1985 est venu récompenser
celui « qui, dans ses romans,
combine la créativité du poète
et du peintre avec une
conscience profonde du temps
dans la représentation de la
condition humaine ».
Il s'est également intéressé à
la peinture et à la
photographie.
Alain Robbe-
Grillet
Alain Robbe-Grillet, né
le 18 août 1922 à Brest et
mort le 18 février 2008 à
Caen, est un romancier et
cinéaste français.
Considéré, avec Nathalie
Sarraute, comme le chef
de file du nouveau
roman, il a été élu à
l'Académie française le
25 mars 2004, sans y être
reçu. Son épouse est la
romancière Catherine
Robbe-Grillet, dont le
nom de plume est Jeanne
Merci pour votre
attention!
Bibliographie:
Les sites d’internet
https://fr.wikipedia.org/wiki/Nouveau_roman
https://www.site-magister.com/nouvrom.htm#axzz667zlNNzl

Vous aimerez peut-être aussi