Vous êtes sur la page 1sur 18

Chapitre III

LES AILETTES

Master 1

1
Objectifs

A la fin de ce chapitre l’étudiant doit être capable :


- de donner la forme de l’expression de la température dans une
ailette rectangulaire ;
- de donner l’expression (particulière) de la température ;
* pour une ailette très longue
* pour une ailette isolée au bout
* pour une ailette non isolée au bout
- d’exprimer les quantités de chaleur échangées par une ailette ;
- d’exprimer le rendement d’une ailette.
- d’exprimer l’efficacité d’une ailette.

2
I Expression de la température
 Considérons le petit volume en forme de
parallélépipède de longueur dx.
Il reçoit de la chaleur par conduction, du côté du mur
sur une surface S.
Il cède de la chaleur par conduction par la face
opposée de même surface S.
Il cède aussi de la chaleur par convection sur une
surface
S   P dx avec P :
 le périmètre. p
En considérant l’équation de Poisson :
T 

3
Introduction

 L’ailette est un élément thermique qui a


pour but d’amplifier les échanges de chaleur
entre un mur plan (pièce mère) et le milieu
ambiant. Le transfert entre l’ailette et le mur
se fait par conduction, alors que les
échanges avec le fluide extérieur ont lieu par
convection.
 Dans une ailette, la conduction de chaleur
est considérée unidirectionnelle.
4
d 2T d 2T p
T  
dx 2 dx 2 
Le terme p peut être remplacé par l’échange convectif
par unité de volume avec le milieu extérieur de
température T. Le milieu extérieur représente une
source ou un puits.
L’échange convectif entre le petit volume et le milieu
extérieurest : 
c  h S (T  T )  h Px dx (T  T )

c hP
p  (T  T )
S dx S
d 2T hP hP
   T  T    T  T 
dx 2 S S

d  T  T  d 2  T  T 
 m 2  T  T 
2
hP hP
  T  T  ; si on pose m 2 
dx 2 S S dx 2
5
En posant T  T  
d 2
 on aura : dx 2
 m 2


Les solutions de cette équation différentielle sont
de la forme :
T  T    C1e  mx  C2 e mx  Ach (mx)  B Sh (mx)

6
II Equation particulière de la température
 
 1°) 1ère condition : quand x = o, T = Ts (température du mur)
 
On aura : TS  T  C1  C 2
 o  TS  T
 
 2°) 2ème condition
 a°) Ailette très longue
Si x tend vers l’infini, T= T  l’équation de la température devient 
T  T  O  C 2 e m x  O
Il faut que C2 soit égal à zéro : C2= 0
En tenant compte de la première condition :
C 1  T S  T d ' où T  T   TS  T  e  m x
T  T
 e  mx  ( x)   o e  mx  o  TS  T
7
TS  T
b°) Ailette Isolée au bout
Il n’y a pas de transmission de chaleur en bout d’ailette
dT dT
 x  L   S xL 0  xL 0
dx dx
TS  T TS  T  em x e  mx 
C1  et C 2  T  T   TS  T    

1  e 2 mL 1  e  2 mL  1  e 2 mL
1  e  2 mL 
En sachant que :

e mL  e  mL e mL
 e  mL
Ch mL   et Sh mL  
2 2
T  T Ch m L  x   
 
TS  T Ch  mL  o

Lorsque L tend vers l’infini, l’expression se ramène à celle


obtenue pour le cas de l’ailette trop longue.
8
c°) Echange convectif à l’extrémité
S’il y a échange convectif en x = L
 h  S T T 
  dT
 S xL xL 
dx
 où h’ représente le coefficient d’échange, qui n’est pas
nécessairement égal à h défini précédemment.
En calculant T et dT xL dans l’expression générale de
xL
dx
T(x) et en subsistant dans l’équation ci-dessus, on obtient :
 x  L   S  C 2 m e mx  C1 m e  m x  x  L  h S T x  L  T 

h
C1 e  mL
 C2 
m

C1 e  m L  C 2 e mL 
En tenant compte de : TS  T  C1  C 2 , on obtient
T  T Ch  m  L  x    H Sh  m  L  x   h
 où H 
9 TS  T Ch  mL   H Sh (mL) m
III Les flux de chaleur transférés par
l’ailette
dT
Par conduction, à l’abscissex  o on a     S xO
dx
Cette quantité de chaleur doit être dégagée
par convection à travers la surface de l’ailette.
dT
   S
dx  h P  T  T  dx
xo  

Cette égalité est connue sous le nom de


‘’condition de Fourier’’ ou condition de 3 ème
espèce.
 1°) Ailette trop
 mx longueT  T
 e o ;  em x
TS  T
dT d d
   m  o e  m x en x  o   m o
dx dx dx

10     S   m o    S m o  h P  S  TS  T 
2°) Ailette isolée au bout
On a : Ch  m  L  x  
  o
Ch  mL 

d  m Sh m L  x   m o
o  . Sh  m L  x  
dx Ch mL Ch mL

Si x = O ; d Sh  mL 
  m o .   m o th  mL 
dx Ch  mL 

d
   S xo   S m  o th  mL 
dx

  m  S o th (mL )  h P S .  TS  T  th  mL 

11
3°) Echange convectif au bout non isolé de l’ailette

Ch  m L  x    H Sh  m L  x   h
  o . avec H 
Ch  mL   H Sh (mL) m

d Sh  mL   H Ch  mL  Sh  mL   H Ch  mL 
x  O;  om ;   S  o m
dx Ch  mL   H Sh  mL  Ch  mL   H Sh  mL 

m S  h P S

12
IV Le rendement de l’ailette
1°) Expression
Le rendement est obtenu en faisant le rapport entre la
chaleur réellement transmise à travers l’ailette et celle
transmise par convection et rayonnement à partir de la surface
de la tige, si l’ailette était à la température uniforme T s (on
considère que le matériau est de conductivité infinie ).
réel
  max  h P.L  Ts  T 
max
2°) Ailette infinie
 
  m S  TS  T   mS hP
    or m 2 
  h Px L  TS  T  hPL S
Donc
1 S
  
mL h P L2
13
3°) Ailette isolée au bout

 réel  m  S  o th  mL   max  h P L  TS  T   h P L  o

th  mL  th  mL 
 . m  S o 
h P Lo mL
* Si l’ailette est rectangulaire
hP
 m2  P  2 2e  2 S  . e
S

h . 2 2h L2 2h L2
mL .L  mL 
 . . e e e

* Si l’ailette est circulaire (ailette ‘’aiguille’’)


 D2 h D
S  ; P  D ; mL  2
.L
4 D
 
4
4h L2
mL 
D
14
4°) Echanges convectifs au bout
1 Sh  mL   H Ch  mL 

mL Ch  mL   H Sh  mL 

15
V Ensemble d’ailettes (Mur avec ailettes)
 Lorsqu’on est en présence de plusieurs ailettes
identiques, de température de base TS, le flux total
échangé avec le milieu extérieur est :
  h  A1  A2   o   h A2  o


Avec A1 : surface totale (ailettes et intercalaires)
 A2 : surface totale des ailettes
  : rendement d’une ailette
 Le flux échangé par la surface totale (ailettes et
intercalaires), à la température uniforme TS,
s’exprime :
16
  h A1  o
Le rendement global est défini par le rapport suivant
h  A1  A2   o   h A2  o A2
g   1  1   
h A1  o A1

Remarque :
 Lorsque les ailettes sont rectangulaires, de longueur
L et de faible épaisseur, on obtient, en notant n le
nombre d’ailettes et D la distance qui les sépare.
:

2n L  th  mL  
 g  1 1 
2 n L   n  1 D  mL 

17
VI L’efficacité d’une ailette
 C’est le rapport :  total
Eff 
  base
 total

 base  : flux convectifs échangés avec ailette
  : flux convectifs échangés sans ailette
 1er cas : ailette infiniment longue2
 m S o m m S P
Eff   or h  Eff 
h so h P mS

2ème cas : ailette Pde longueur finie L et isolée à l’extrémité.


Eff  . th ( mL)
mS
3ème cas : ailette non isolée au bout.
 m S  o Sh  mL   H Ch  mL  P Sh  mL   H Ch  mL 
Eff  
h S  o Ch  mL   H Sh  mL  mS Ch  mL   H Sh  mL 
18