Vous êtes sur la page 1sur 25

CHAPITRE V La transmission de la

chaleur par rayonnement


Master1

1
Objectifs
• A la fin de ce chapitre, l’étudiant doit être capable :
- D’énoncer la loi de Stefan- Boltzmann
- D’énoncer la loi de Planck
- D’énoncer la loi de déplacement de Wien
- d’évaluer la fraction de l’émittance totale dans un intervalle spectral, pour
une température donnée.
- d’évaluer la puissance nette échangée par rayonnement entre deux surfaces.

2
Introduction
• On applique le terme de rayonnement à tous les procédés qui transmettent
de l’énergie au moyen des ondes électromagnétiques. Cette transmission
d’énergie thermique ne nécessite pas la présence d’un support matériel.

• L’exemple d’un four très chaud illustre ce mode de transfert de chaleur.


En effet, dès qu’on ouvre sa porte, une sensation de chaleur est
immédiatement perçue par la peau. Ce phénomène ne peut pas s’expliquer par
la convection car les gaz chauds mettent un certain temps pour parcourir la
distance du four à l’opérateur.
3
I. Le rayonnement thermique
• 
• C’est le rayonnement émis par des corps du fait de leur température. Le
rayonnement thermique est de nature électromagnétique. Une onde
électromagnétique est composée d’un champ électrique et d’un champ
magnétique perpendiculaires qui se propage suivant une direction
perpendiculaire au plan formé par et .

• La notion de rayonnement s’applique à une très vaste gamme de radiations


qui se différencient par leurs fréquences (figure ci-dessous).

4
• Tous les corps émettent continûment des rayonnements auxquels nous sommes exposés.
Les sens ne détectent que le rayonnement dont la longueur d’onde est comprise entre 0,1
et 100 mm. Dans cette gamme, le rayonnement chauffe le corps qui le reçoit (sensation
de chaleur). Entre 0,4 m m et 0,8 m m, le rayonnement devient visible.

• Ce rayonnement est appelé thermique c'est-à-dire émis par des corps du fait de leur
température : U.V + visible + I.R.

• La quantité totale d’énergie qu’émet un corps par unité de surface et de temps est appelé
pouvoir émissif total. Elle dépend de la température et des caractéristiques de la surface
du corps. A la température T = cte, elle dépend de l(longueur d'onde).

5
II. Absorption, réflexion et transmission du rayonnement
Lorsqu’un rayonnement tombe sur un corps, il est
partiellement absorbé, partiellement réfléchi et le
reste est transmis. Pour un flux incident fi, on
définit le flux réfléchi fr, le flux absorbé fa, le flux
transmis ft. On note : r = fr / f i : facteur de

réflexion ou réflectivité ; a = fa / f i : facteur


d’absorption ou absorptivité (pouvoir absorbant) t=
ft / f i : facteur de transmission ou transmittivité.

6
• Les quantités r, a et t sont liées par la relation : r + t + a = 1.
Elles dépendent en plus de la température du corps, de la longueur
d’onde du rayonnement incident, ce que l’on rappelle par la
notation : al, rl et tl. Par exemple, le verre ordinaire transmet la
quasi-totalité du rayonnement visible ; donc a = 0 ; il absorbe une
grande partie du rayonnement infrarouge pour lequel a est voisin de
1.

7
III. Le corps noir
• 1°) Définition

• Un corps noir est un corps qui a la propriété d’absorber la totalité du


rayonnement qu’il reçoit. Il ne réfléchit rien, ne transmet rien. Il
apparaît donc noir (pour la lumière visible) Un corps noir possède un
pouvoir absorbant a = 1, quelle que soit la longueur d’onde du
rayonnement reçu. Pour cette raison, on l’appelle le récepteur intégral.

8
• On peut réaliser un corps noir de façon approchée par une
sphère creuse dont la surface intérieure est maintenue à
température uniforme (figure 3). Tout rayonnement qui
traverse la petite ouverture se trouve réfléchi et
partiellement absorbé à l’intérieur de la surface. Lorsque le
rayonnement initial atteint finalement l’ouverture de
nouveau et s’échappe, il a été tellement affaibli par les
réflexions successives que l’énergie sortant de la cavité est
négligeable.
9
• NB : Il est important de noter qu’un corps noir n’est pas forcément de couleur
noire. Il est noir dans le visible mais peut ne pas l’être pour d’autres longueurs
d’onde.

• Le corps blanc : c’est un corps qui réfléchit la totalité du rayonnement qu’il


reçoit. Autrement dit : rl = 1 quelles que soient T et l.

• Le corps gris : c’est un corps qui absorbe le rayonnement de la même façon,


quelle que soit sa longueur d’onde. Autrement dit : αl = α ∀ λ pour une
température donnée

10
2°) La loi de Stefan – Boltzmann
• Cette loi découverte expérimentalement par Stefan (Autriche) en 1879 a été
établie théoriquement par Boltzmann en 1884. L’exitance énergétique totale
(pouvoir émissif total ou émittance) du corps noir est proportionnelle à la
quatrième puissance de la température absolue : M° = s T4
• Où σ est la constante de Stefan-Boltzmann et vaut :

• Ce pouvoir émissif représente la puissance totale émise par un corps noir dans
toutes les directions où elle peut émettre, c'est-à-dire dans tout le demi-espace,
par unité de surface sur tout le spectre de longueur d’onde.
11
3°) La loi de Planck

• La loi de Stefan – Boltzmann ne révèle pas la distribution de la puissance dans


le spectre. C’est en 1900 que Max Planck (Allemagne) a établi une relation montrant la
répartition du pouvoir émissif pour les différentes longueurs d’onde.

• où les deux constantes C1 et C2 ont pour valeur : C1 = 3,742. 10-16 W.m-2; C2 =


0,0143 m.K

• La loi de Planck permet de tracer les courbes isothermes représentant les variations
de Ml en fonction de la longueur d’onde pour diverses températures (figure 4):

12
4°) La loi de Wien

• Pour les petites longueurs d’onde dans le


domaine du visible on peut négliger 1 devant
l’exponentielle ; exp (C2/λT) étant grand devant
1, on peut écrire :
• L’émittance monochromatique maximale est obtenue en
faisant :

• On obtient alors la relation: lm T = 2898 mm. K

13
• 
• Enoncé : 1ère loi : la longueur d’onde du maximum d’émission, λmax varie
en sens inverse de la température du corps noir selon la loi : lm T = 2898
mm. K (La loi de déplacement de Wien)

• Deuxième loi de WIEN : Elle exprime la valeur de l’émittance


monochromatique maximale. Pour cela, il suffit de remplacer λm par sa
valeur dans la loi de Planck.

• Les courbes isothermes donnant en fonction de l présentent un maximum


qui se déplace vers les courtes longueurs d’onde lorsque la température
s’élève.
14
• Pour une température de l’ordre de 6000 K, ce maximum se trouve dans le
domaine du visible.

• L’expérience montre qu’un corps qui a une faible température émet du


rayonnement infrarouge : à T = 300 K, lmax = 9,65mm. Puis, si sa température
augmente, il commence à rougir : il émet un rayonnement visible (il devient
rouge à 704°C et blanc à 1316°C).

15
5°) Fraction de l’émittance totale contenue dans un intervalle
spectral donné
• On a souvent besoin d’évaluer la fraction de l’émittance pour une température donnée T
dans un domaine de longueur d’onde donnée λ 1-λ2

• On exprime en général ce flux par rapport au flux total ; il s’agit alors de la fraction d’émittance
totale :

• Il faut disposer d’une table à 2 entrées l et T pour calculer l’intégrale F0-l. On peut
réduire à une seule entrée en lT. La fraction d’émittance totale dans le domaine λ1-λ2 est
alors :

• F λ1-λ2 = F 0-λ2 – F 0,λ1

16
Exercice
• Pour le soleil par exemple, à 5800K, déterminons la fraction de
l’émittance située dans le visible (0,4 mm à 0,8 mm).

17
IV. Emission des corps réels
• Les corps réels rayonnent moins d’énergie que le corps noir pour une même température.
L’émissivité e des corps réels est toujours inferieure à 1. Cette émissivité dépend aussi de la
longueur d’onde.

• L’émittance monochromatique d’un corps réel est liée à celle d’un corps noir par la relation :

M l,T = e M0l,T
• Nous admettons en général que tous les corps ont :

- Une émissivité indépendante de la longueur d’onde : el = e, quelle que soit la longueur


d’onde, les corps sont gris.
- Une émissivité indépendante de la direction (à émissions diffuse ou isotrope ou Lambertienne)

18
V. Relation entre absorption et émission : la loi de Kirchhoff
• Cette loi relie les propriétés émissives et absorbantes d’un corps.

• Pour une longueur d’onde l donnée, une température T donnée et une direction
donnée, l’émissivité eox, l est égale à l'absorptivité aox, l.

• Loi de Kirchhoff : le facteur total d’absorption d’une surface est égal à son facteur
d’émission à l’équilibre thermique pour tous les corps.

• Pour les corps gris, al et el sont constants sur le spectre d’onde entier, a = al et e

= el, indépendamment de la température de l’émetteur et du récepteur. Donc a = e.

19
Pour le corps noir, comme al =1 pour chaque longueur

d’onde, on en déduit que la constante est M l,CN émittance


monochromatique du corps noir.

20
• On peut encore résumer cette loi en disant que le corps noir est le
meilleur absorbeur mais aussi le meilleur émetteur de radiations
électromagnétiques pour une température donnée.

• Nous avons vu que les corps gris sont caractérisés par un coefficient
d’absorption qui ne dépend pas de la longueur d’onde. Ce qui se
traduit par :

L’émittance totale d’un corps gris à T est égale à l’émittance totale du


corps noir, à T multipliée par son coefficient d’absorption total.
21
VIEchanges radiatifs entre deux surfaces
•1°) Surfaces noires
•Considérons deux surfaces noires S1 et S2 maintenues à des températures uniformes T1 et
T2 et pouvant rayonner mutuellement l’une vers l’autre.

•Le flux émis par S1 est f1 dont une fraction f12 atteint S2. On écrit : f12 = F12 M°1 S1

•F12 est un nombre sans dimension appelé facteur de forme de S1 vers S2. C’est la partie
émise par S1 et interceptée par S2. De même S2 émet un flux f2 dont la fraction f21 atteint
S1 : f21 = M°2 S2 F21 .

On montre que : S1 F12 = S2 F21 En effet, en exploitant le cas particulier où les deux
températures sont égales, (pas d’échange), on obtient :
22
• On a ainsi : f12 = F12 M°1 S1= M°1 F21 S2

• f21 = M°2 F21S2 = M°2S1F12

• La puissance nette échangée entre S1 et S2 est :

• f12 - f21 = F12 M°1 S1- M°2 F21S2 = F12 S1 (M°1 - M°2) = F12 S1 s

(T14 - T24) = F21 S2 s (T14 - T24)

23
2°) Echanges entre deux corps gris

Les deux corps gris sont donc caractérisés par :


• leurs émissivités respectives, assimilables à leur absorption : α1 et α2
• leurs facteurs de forme respectifs : F12 et F21. On peut écrire :

En tenant compte du cas particulier des deux températures égales : S1 F12 =

S2 F21 , on aura :
24
3°) Enceintes constituées de surfaces grises à émissions diffuse et à
réflexion diffuse et/ ou spéculaire

Plans parallèles infinis : tout rayonnement issu de l’un par émission ou


réflexion, atteint l’autre, que la réflexion soit diffuse ou spéculaire.
Pour deux sphères concentriques ou deux cylindres coaxiaux infiniment
longs, de surface intérieure S1, on constate que tout rayonnement issu de

S1 subit des réflexions successives et alternées sur S2 et S1 jusqu’à

atténuation complète par absorption, une fraction F21 de l’émission de S2

subit des réflexions successives et alternées, une autre fraction F22 subit
25