Vous êtes sur la page 1sur 71

LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES IAS 16

1. Définition
2. Comptabilisation
3. Évaluation initiale
4. Ventilation par composants
5. Dépenses ultérieures
6. Évaluation postérieure à la comptabilisation initiale
7. Amortissements
8. Décomptabilisation
9. Informations à fournir

• 1
1. DÉFINITION

Les immobilisations corporelles sont des


biens par nature durables :
Détenus, soit pour être utilisés dans la
production ou la fourniture de biens et de
services, soit pour être loués à des tiers,
soit à des fins administratives,
Détenus pour être utilisés sur plus d’un
exercice.
• 2
1. DÉFINITION (SUITE)

Il est nécessaire de rappeler que les immobilisations sont des


éléments d’actif c’est à dire qu’elles satisfont à la définition des
actifs à savoir qu’elles sont des ressources économiques obtenues
ou contrôlées par l’entreprise à la suite d’événements ou de
transactions passés et qui sont de nature à engendrer des avantages
économiques futurs au bénéfice de l’entreprise.

Cette définition des actifs amène à dire que tout élément qui
satisfait à la définition d’une immobilisation est comptabilisé en
tant que tel aussi bien :

• 3
1. DÉFINITION (SUITE)

s’ilest acquis à l’entreprise par un droit de propriété


(ressources obtenues suite à un achat, à un apport en nature
par un associé, à une acquisition à titre gratuit) ;
où s’il est contrôlé par l’entreprise par une convention qui fait
que l’entreprise bénéficie des plus importants des avantages
économiques liés à l’utilisation du bien et supporte le plus
important des risques qui lui sont associés. Tel est le cas par
exemple des immobilisations acquises par un contrat de
location financement qui sont portées à l’actif du bilan (au
poste immobilisations à statut juridique particulier) malgré
que la propriété de ces biens reste acquise au bailleur.
• 4
1. DÉFINITION (SUITE)
Distinction immobilisations/stocks
Le classement comptable des biens en stocks ou en immobilisation
est gouverné par la destination du bien.
Par conséquent, sont des stocks les éléments destinés à entrer ou
qui sont déjà entrés dans le cycle de production et/ou
commercialisation.
Sont considérés des immobilisations les biens destinés à servir de
façon durable à l’activité de l’entreprise.

• 5
1. DÉFINITION (SUITE)
Ainsi, les éléments suivants doivent être compris dans les stocks :

immeubles, terrains, fonds de commerce, parts ou actions de sociétés


immobilières, pour les entreprises ayant la qualité de marchands de ces
biens ;
immeubles et terrains pour les promoteurs immobiliers;
voitures pour les concessionnaires automobiles.

• 6
2. COMPTABILISATION
Une immobilisation corporelle est comptabilisée en tant
qu’actif lorsque :
Il est probable que les avantages
économiques futurs associés à cet actif
iront à l’entreprise. (L’entreprise en retire
des avantages et supporte les risques
inhérents à son utilisation et à sa
conservation)
et
Le coût de cet actif pour l’entreprise
peut être évalué de façon fiable
• 7
3. ÉVALUATION INITIALE

Le coût d’entrée (acquisition ou production) est constitué des


éléments suivants :
Prix d’achat
Les droits de douanes et taxes non récupérables
Tous les frais directement attribuables engagés pour mettre l’actif en
état de fonctionnement :
- Coût de personnel directement attribuables à l’acquisition et à la mise en
état d’utilisation
- Coûts de préparation du site
- Frais de livraison et de manutention initiaux

• 8
3. ÉVALUATION INITIALE (SUITE)

- Frais d’installation
- Les honoraires des professionnels (architectes, ingénieurs …)
 Sous déduction des remises, ristournes et escomptes obtenus
 Les effets de l’actualisation lorsque le paiement est différé

 Les frais d’emprunt contracté pour acquérir l’actif, sur option


(IAS 23)
 L'estimation des coûts de démantèlement de l’actif, et de
rénovation du site

• 9
3. ÉVALUATION INITIALE (SUITE)

Paiement différé
 Si le fournisseur d’une immobilisation a consenti des
conditions de paiement au-delà des conditions habituelles de
règlement, il convient de comptabiliser la valeur actuelle du
paiement futur et non la valeur nominale de la facture.
 L’évaluation du prix d’acquisition est constatée à la valeur
actualisée du prix comptant. L’écart entre la valeur actualisée
et le montant du paiement est constaté en frais financiers,
rapportés au résultat sur la durée du crédit consenti.

• 10
3. ÉVALUATION INITIALE (SUITE)

Paiement différé
Exemple : Un camion est acheté pour 60 000 € avec un différé
de paiement d’un an. Le taux d’intérêt à un an est de 6 %.
La valeur actualisée ressort à : Va = 60 000 / (1,06) =
56 604€.

Immobilisations corporelles 56 604


Charges financières 3 396
Fournisseurs d'immo. 60 000

• 11
3. ÉVALUATION INITIALE (SUITE)
Paiement différé
Exemple :
La société A fait l’acquisition d’un robot à peinture. En
règlement elle émet 5 traites (une par année) de 20 000 €
chacune. Le taux d’intérêts pour des emprunts de même
nature est de 10%.
Passez les écritures d’acquisition, à la fin du 1er et du
2éme exercice.

• 12
3. ÉVALUATION INITIALE (SUITE)

Paiement différé :
20 000 / (1,1)^1 18 181,82
100 000 représentent le 20 000 / (1,1)^2 16 528,93
règlement en principal et 20 000 / (1,1)^3 15 026,30
20 000 / (1,1)^4 13 660,27
en intérêts 20 000 / (1,1)^5 12 418,43
Total 75 815,74

Immobilisations corporelles 75 816


Charges financières différées 24 184
Effets à payer 100 000
• 13
3. ÉVALUATION INITIALE (SUITE)
Paiement différé
Charges financières (75 816 * 10%) 7 582
Effets à payer 20 000
Trésorerie 20 000
Charges financières différées 7 582

Charges financières 6 340


[75 816-(20000-7582)] * 10%

Effets à payer 20 000


Trésorerie 20 000
Charges financières différées 6 340 • 14
3. ÉVALUATION INITIALE (SUITE)
Coût de l’emprunt
Les coûts d’emprunts peuvent être incorporés au coût de
l’actif si :
La charge de l’emprunt aurait pu être évité si la société n’a pas
eu l’intention d’effectuer une dépense relative à un actif éligible
Ces coûts sont mesurés d’une manière fiable
Il est probable que les avantages économiques futures soient
supérieurs au coût total de l’actif

• 15
3. ÉVALUATION INITIALE (SUITE)

Début d’activation: l’incorporation des coûts d’emprunt dans le


coût d’un actif éligible doit commencer lorsque:
 Des dépenses relatives au bien ont été réalisées
 Des coûts d’emprunt sont encourus
 Les préparations de l’actif sont encours

Suspension d’activation: l’incorporation des coûts d’emprunt dans


le coût d’un actif doit être suspendue pendant les périodes longues
d’interruption de l’activité productive
Cessation de l’activation: l’incorporation des coûts d’emprunt doit
cesser lorsque les activités indispensables à la préparation de
l’actif préalablement à son utilisation ou à sa vente prévue sont
pratiquement toutes terminées • 16
3. ÉVALUATION INITIALE (SUITE)

Frais de démantèlements :
Une entreprise a fait construire sur son terrain, en N, un centre de
traitement de déchets industriels pour 350 000€ (règlement par
chèque). L’actif est mis en service fin septembre est amorti en
linéaire sur 20 ans. L’entreprise a l’obligation de démanteler cette
installation après utilisation et de procéder à la dépollution et
remise en état du terrain. Le coût de la restauration du site est
estimé à 120 000€.
Le centre démantelé sera revendu à la ferraille pour 10 000€.
Passez les écritures d’acquisition de cet actif et de clôture de N
(i=8%).
• 17
3. ÉVALUATION INITIALE (SUITE)
Frais de démantèlements :

Immobilisations corporelles 375 746


Trésorerie 350 000
Provision pour R & Ch 25 746
+ 120 000/(1,0820) = 25746

Dotation aux amortissements 4 572


Amortissements des immo.corporelles 4 572
+ ((375 746 - 10 000 ) /20 ) * 3/12
• 18
3. ÉVALUATION INITIALE (SUITE)

Le coût d’acquisition d’une immobilisation corporelle ne peut


comprendre les éléments suivants :
- Frais de démarrage
- Frais de pré-exploitation
- Frais administratifs et frais généraux
- Pertes opérationnelles initiales avant que l’actif n’atteigne le niveau
de performance requis

• 19
3. ÉVALUATION INITIALE (SUITE)

Pièces détachées et de rechange


PRINCIPE: comptabilisées en stock et en résultat au fur et à
mesure de la consommation
SAUF Si :
 Pièces de rechange principales et stock de sécurités
 Si utilisation sur plus d'un an

OU
 si ne peuvent être utilisées qu'avec une immobilisation corporelle
Comptabilisées en immobilisation corporelle

• 20
Exclusion des frais /formation de personnel

Machine-outil
Frais d'installation
5 500,00
250,00
Coût d'entrée :
Prix d'achat 5 500,00
Frais de livraison 300,00
Frais d'installation 250,00
Formation du personnel 525,00
Frais de livraison 300,00
Total HT 6 575,00
6 050,00
Remise 10% 657,50
Remise 10% 605,00
Net commercial 5 917,50
Net commercial 5 445,00
Escompte 3% 177,53
Escompte 3% 163,35
5 739,98
5 281,65
TVA 19,60% 1 125,04
Net à payer 6 865,01

On recalcule la remise (6050*10/100)


et l’escompte (5445*3/100) • 21
4. VENTILATION PAR COMPOSANTS
il est approprié de ventiler les immobilisations corporelles en
composants et de les comptabiliser chacun séparément lorsque
les différents composants :
 procurent des avantages à l’entreprise selon un rythme différent
 ont des durées de vie différentes
 font l’objet de remplacement à intervalles réguliers.

• 22
4. VENTILATION PAR COMPOSANTS
(SUITE)
Toutefois, seuil de signification et niveau de décomposition
de l’immobilisation à déterminer par chaque entreprise.
Il y a également une relation à prendre en compte entre la
durée d’utilisation de l’immobilisation et le nombre de
composants :

• 23
4. VENTILATION PAR COMPOSANTS
(SUITE)

Relation nb de composants et
Le nombre de composants
durée d'utilisation
augmente quand la durée
d’utilisation augmente 60
50
40

Nb composants
30
20
10
0
2 5 10 15 20

Durée d'utilisation

• 24
4. VENTILATION PAR COMPOSANTS (SUITE)
La société Terrassol SA a acquis, le 14.11.07, une pelleteuse de
terrassement (durée de vie : 15 ans), composée d’une pelle
hydraulique qui doit être démontée et changée tous les 10 ans.
Cette dernière est évaluée à 85 000 € HT.
La facture reçue comporte les éléments suivants :

Désignation Montant
Prix d'achat 233 975
Remise -2 300
Escompte -475
Droits de douane 6 000
Frais de transport et d'installation 3 000
TVA 47 040
net à payer 287 240
• 25
4. VENTILATION PAR COMPOSANTS
(SUITE)

Pelleteuse 155 200


Pelle hydraulique 85 000
TVA récupérable 47 040
Fournisseurs d'immo. 287 240

• 26
4. VENTILATION PAR COMPOSANTS
(SUITE)
Les composants sont classés en deux catégories
les composants liés aux dépenses de
remplacement (composants faisant l’objet de
remplacement à intervalles réguliers durant la
durée de vie de l’immobilisation entière)
les dépenses qui font l'objet de programmes
pluriannuels de grosses réparations ou de
grandes révisions.
• 27
4. VENTILATION PAR COMPOSANTS (SUITE)
La société SOLEIL a pour activité l'organisation de promenades
touristiques en mer à bord de bateaux comprenant une cinquantaine de
places assises.
La société SOLEIL acquiert le 1-01-N un bateau pour 75000 euros HT
(TVA à 19,6%), qui se compose des éléments suivants :
le bateau lui-même, pour 65 000 euros, (durée de vie = 10 ans),
 50 sièges passagers pour 10 000 euros, qui doivent être changés tous les 5
ans.
Le 1-01-N+5, les 50 sièges passagers sont remplacés, pour un prix égal
à 12 500 euros HT (TVA à 19,6%).
Passez les écritures d’acquisition et d’amt. en N.
Passez les écritures de remplacement en N+5

• 28
4. VENTILATION PAR COMPOSANTS
(SUITE)

MT ( bateau) 65 000
MT ( sièges) 10 000
TVA récupérable 14 700
Fournisseurs d'immo. 89 700

Dotation aux amt 8 500


Amortissement bateau 6 500
Amortissement sièges 2 000
• 29
4. VENTILATION PAR COMPOSANTS
(SUITE)

Amortissement sièges 10 000


MT ( sièges) 10 000

MT ( sièges) 12 500
TVA récupérable 2 450
Fournisseurs d'immo. 14 950

• 30
4. VENTILATION PAR COMPOSANTS
(SUITE)

Une construction (durée de vie


IMMO SUD le 1/09/N
20 ans) a été acquise par la
société MAT’INDUS pour un Facture 457 MAT INDUS
coût de 200 000 € HT. La
toiture de la construction à une Immeuble 200 000.00
durée de vie de 15 ans et son Commissions 10 000.00
coût est estimé à 50 000 €. Les Net H.T. 210 000.00
frais d’honoraires et de TVA 19,6% 41 160.00
commissions se sont élevés à Net à payer TTC 251 160.00
10 000 €.
• 31

Passez l’écriture d’acquisition


4. VENTILATION PAR COMPOSANTS
(SUITE)
(150 000 + (10 000 x 150 000 / 200 000)) = 157 500

Constructions (structure proprement dite) 157 500


Constructions (toiture) 52 500
TVA récupérable 41 160
Fournisseurs d'immo. 251 160

(50 000 + (10 000 x 50 000/200 000) = 52 50032



4. VENTILATION PAR COMPOSANTS
(SUITE)
Le 1er septembre N, la société JULLIEN a acquis un matériel de levage pour le
BTP pour un coût global de 100 000 € (durée d’utilisation = 15 ans).

On peut identifier les composants SA OUTIL’INDUSTRIE le 1/09/N


suivants au niveau de cette
immobilisation : Facture JULLIEN
 un moteur qui doit être
Grue de levage 100 000.00
remplacé tous les 5 ans, pour uneNet H.T. 100 000.00
valeur initiale de 30 000 €. TVA 19,6% 19 600.00
 une grosse révision obligatoire Net à payer TTC 119 600.00
qui doit être effectuée tous les 3
ans pour un montant de 12 000 €.
• 33

Passez l’écriture d’acquisition


4. VENTILATION PAR COMPOSANTS
(SUITE)

Matériels industriels (machine proprement dite) 58 000


Matériels industriels (moteur) 30 000
Matériels industriels (programme de révisions) 12 000
TVA récupérable 19 600
Fournisseurs d'immo. 119 600

• 34
4. VENTILATION PAR COMPOSANTS (SUITE)
La détermination de composants adéquats est affaire de jugement et
dépend des circonstances spécifiques de l’entreprise
Nécessité de faire appel aux services techniques
Quelques pistes de réflexion : factures de remplacements de certains
éléments, programme d’entretien de l’actif, facturation décomposée,
assemblage…
A minima : dépenses de remplacement, de grandes révisions, pièces pour
lesquelles on dispose de pièces de rechange

• 35
4. VENTILATION PAR COMPOSANTS
(SUITE)
La norme IAS 16 ne donne pas de précisions sur la mise en
œuvre de l’approche par composants dans le bilan
d’ouverture du premier exercice IFRS pour les
immobilisations corporelles existantes à cette date.
L’avis 2003-E du CNC (qui s’inspire de la norme IFRS 1
Première application des IFRS) propose deux solutions (Une
méthode de référence et une exemption à caractère
exceptionnel)

• 36
4. VENTILATION PAR COMPOSANTS
(SUITE)
Reconstitution du coût historique amorti
 La valeur brute d’origine des composants est reconstituée
à partir des factures d’origine de l’acquisition ou à
défaut, en fonction de données techniques récentes
 Pour les composants ayant fait l’objet d’un
remplacement, la valeur brute d’origine correspond au
coût du dernier remplacement (ou dernière révision)
comptabilisé en charge
 Les amortissements sont recalculés rétroactivement en
fonction des composants identifiés et de leur durée
d’utilité
• 37
4. VENTILATION PAR COMPOSANTS
(SUITE)
Méthode de la juste Valeur
Si le coût historique amorti ne peut être déterminé d’une
manière fiable, l’avis du CNC préconise :
 Détermination, à la date de transition, de la juste valeur de
l’immobilisation
 Ventilation de la juste valeur déterminée sur les différents
composants
 Amortissement des valeurs ainsi affectées sur la durée de
vie résiduelle des différents composants.

• 38
5. DÉPENSES ULTÉRIEURES
Les dépenses ultérieures relatives à une immobilisation corporelle déjà
comptabilisée doivent être ajoutées à la valeur comptable de l'actif lorsqu'il
est probable que des avantages économiques futurs, au delà du niveau de
performance défini à l'origine de l'actif existant, iront à l'entreprise. Toutes
les autres dépenses ultérieures doivent être comptabilisées en charges de
l'exercice au cours duquel elles sont encourues.
Exemples d'améliorations qui aboutissent à une augmentation des avantages
économiques futurs:
 (a) la modification d'une unité de production permettant d'allonger sa
durée d'utilité, y compris l'augmentation de sa capacité;
 (b) l'amélioration de pièces machines permettant d'obtenir une
amélioration substantielle de la qualité de la production; et
 (c) l'adoption de nouveaux processus de production permettant une
réduction substantielle des coûts opérationnels antérieurement établis.
• 39
5. DÉPENSES ULTÉRIEURES (SUITE)

Des dépenses de réparations ou d'entretien sont encourues afin de restaurer


ou de maintenir les avantages économiques futurs qu'une entreprise peut
attendre du niveau de performance défini à l'origine de l'actif. En tant que
telles, elles sont en général comptabilisées en charges au moment où elles
sont encourues.
Le traitement comptable approprié des dépenses encourues
postérieurement à l'acquisition d'une immobilisation corporelle dépend des
circonstances qui ont été retenues lors de l'évaluation et de la
comptabilisation de l'immobilisation corporelle correspondante et du point
de savoir si la dépense ultérieure est recouvrable. Par exemple, lorsque la
valeur comptable d'une immobilisation corporelle tient déjà compte d'une
perte au niveau des avantages économiques, la dépense ultérieure pour
reconstituer les avantages économiques futurs attendus de l'actif est
incorporée dans son coût, à condition que la valeur comptable n'excède
pas la valeur recouvrable de l'actif. • 40
5. DÉPENSES ULTÉRIEURES (SUITE)
Si les conditions de comptabilisation sont remplies, les dépenses de
remplacement et de grandes révisions sont immobilisées
En remplacement du composant identifié à l’origine dont la valeur
comptable est décomptabilisée
En remplacement d’une partie du coût de l’actif concerné si aucun
composant n’avait été identifié à l’origine
Pour les grandes révisions, le coût estimé d’une révision similaire future peut être
utilisé pour déterminer la valeur brute à l’origine à sortir du coût de l’actif

• 41
6. ÉVALUATION POSTÉRIEURE
Deux méthodes sont proposées :
- Le coût (historique) diminué du cumul des
amortissements et des pertes de valeur
constitue le traitement de référence
- La réévaluation correspondant à la juste
valeur constitue le traitement alternatif
Le choix est à opérer catégorie par catégorie d’immobilisation.
Les réévaluations doivent être réalisées périodiquement.

• 42
6. ÉVALUATION POSTÉRIEURE (SUITE)

La comptabilisation de la réévaluation peut être opérée de deux


manières :
soit par l’ajustement simultané de la valeur brute
et des amortissements cumulés du bien,
soit par ajustement de la valeur nette du bien
après élimination du cumul des amortissements
antérieurement constatés
La méthode choisie est neutre sur le montant ultérieur des dotations aux
amortissements. En tout état de cause, l’écart de réévaluation sera
imputé dans les capitaux propres.
43

6. ÉVALUATION POSTÉRIEURE (SUITE)
Ajustement de la valeur brute des immobilisations et des
amortissements cumulés :
la valeur brute de l’immobilisation et le cumul des
amortissements déjà pratiqués sont revalorisés dans les
comptes au moyen d’un coefficient de réévaluation.

• 44
6. ÉVALUATION POSTÉRIEURE (SUITE)
Exemple : Un équipement industriel a été acheté 15 000 000 € en
1992. Il est amortissable linéairement sur 15 ans. À la clôture de
l’exercice 2002, sa valeur nette comptable est de 5 000 000 €, après
des amortissements cumulés de 10 000 000 €. À cette même date, sa
valeur de marché est estimée à 6 800 000 €.

Le coefficient de réévaluation est de 6 800 000 / 5 000 000 = 1,36. Il conduit


à une valeur brute réévaluée de 20 400 000 € (15 000 000 * 1,36) et un
cumul des amortissements réévalué de 13 600 000 € (10 000 000 *1,36).
L’écriture de constatation de l’écart de première réévaluation sera la
Suivante :
• 45
6. ÉVALUATION POSTÉRIEURE (SUITE)

Immobilisations corporelles 5 400 000


Amortissement d'immo. Corporelles 3 600 000
capitaux propres 1 800 000

• 46
6. ÉVALUATION POSTÉRIEURE (SUITE)
Ajustement de la valeur nette des immobilisations
L’écart de réévaluation est imputé sur la valeur nette de
l’immobilisation après élimination du cumul des
amortissements.

• 47
6. ÉVALUATION POSTÉRIEURE (SUITE)

Un bâtiment a été acquis pour 20 000 000 € en 1992. Il est


amortissable sur une durée de 20 ans. À la clôture de l’exercice
2002, sa valeur nette comptable est de 10 000 000 €. Sa valeur
estimée par les experts immobiliers est de 11 000 000 €.
L’écriture de première réévaluation sera :

Amortissement d'immo. Corporelles 10 000 000


Immobilisations corporelles 10 000 000
Immobilisations corporelles 1 000 000
capitaux propres 1 000 000
• 48
6. ÉVALUATION POSTÉRIEURE (SUITE)

La réévaluation d’une immobilisation dégageant une moins-


value est passée en charge.
Lorsqu’une augmentation de la valeur d’un actif annule une
diminution précédemment constatée en charge, l’augmentation
est constatée en résultat jusqu’à hauteur de la diminution.
De même, lorsqu’une diminution de la valeur fait suite à la
constatation d’une augmentation inscrite en écart de
réévaluation, la diminution est imputée sur l’écart de
réévaluation jusqu’à annuler celui-ci.

• 49
6. ÉVALUATION POSTÉRIEURE (SUITE)
L’évolution de la valeur d’un actif doit être suivie isolément de
manière à comptabiliser les évolutions futures en fonction des
évaluations antérieures. Pas de suivi en net pour une catégorie
d’actif

Traitement de Traitement alternatif en


référence fonction de la situation
antérieure
Valeur réévaluée Impact en capitaux Impact en résultat à hauteur
> à la VNC propres (écart de d'une réévaluation antérieure
réévaluation) négative sur le même actif
Valeur réévaluée Impact en résultat Impact en capitaux propres à
< à la VNC hauteur de l'écart de
réévaluation constaté
antérieurement

• 50
6. ÉVALUATION POSTÉRIEURE (SUITE)
 Réévaluation le 31-12-N d’une usine ;
 VNC le 31-12-N = 1 200 ;
 Juste valeur le 31-12-N : 1 600 (durée d’utilisation résiduelle) : 10
ans
 Juste valeur le 31-12-N+1: 990 ;

Travail à effectuer :
Présenter les incidences comptables de la réévaluation en N et
N+1.

• 51
6. ÉVALUATION POSTÉRIEURE (SUITE)

au 31-12-N : Écart de réévaluation : 400 (1600 – 1200) ;


Amortissement : 1600/10 = 160

Immobilisation 400
Ecart de réévaluation 400

Dotation aux amortissements 160


Amortissements 160

• 52
6. ÉVALUATION POSTÉRIEURE (SUITE)

31-12-N+1 :
• Écart de réévaluation : <450> = 990 –(1600 – 160)
• (1600/10 = 160)

Ecart de réévaluation 400


Charges 50
Immobilisation 450

• 53
6. ÉVALUATION POSTÉRIEURE (SUITE)
Au 31 décembre N-2, une entreprise a réévalué l'ensemble de ses
immobilisations. Parmi celle-ci, un ensemble immobilier acquis
le 1er janvier N – 11, payé 950 000 € (dont 200 000 € pour le
terrain) et amortissable en 25 ans est réévalué. La valeur d'utilité
est fixée à 700 000 € dont 220 000 € pour le terrain. Le
montant des amortissements est ajusté proportionnellement à la
modification de la valeur comptable de la construction.
Le 31 décembre N-1, une nouvelle analyse estime la valeur
d'utilité de l'ensemble immobilier à 603 200 € (dont 200 000 pour
le terrain).

• 54
6. ÉVALUATION POSTÉRIEURE (SUITE)
Valeur avant Valeurs Ecart de
Désignation
réévaluation réévaluéés réévaluation
Terrain 200 000 220 000 20 000
Construction 750 000 800 000 50 000
- Amortissement des constructions -300 000 -320 000 -20 000
Valeur nette des constructions 450 000 480 000 30 000
Valeur totale 650 000 700 000 50 000

Terrains 20 000
Constructions 50 000
Amortissements 20 000
Ecart de réévaluation 50 000
• 55
6. ÉVALUATION POSTÉRIEURE (SUITE)

Valeur avant Valeurs Ecart de


Désignation
réévaluation réévaluéés réévaluation
Terrain 220 000 200 000 -20 000
Construction 800 000 720 000 -80 000
- Amortissement des constructions -352 000 -316 800 35 200
Valeur nette des constructions 448 000 403 200 -44 800
Valeur totale 668 000 603 200 -64 800

Ecart de réévaluation 50 000


Amortissements 20 000
Charge 14 800
Terrains 20 000
Constructions 50 000
Amortissements 14 800
• 56
7. AMORTISSEMENT

La base amortissable est le coût de l’immobilisation ou sa


valeur réévaluée, diminuée de sa valeur résiduelle.
La valeur résiduelle est le montant que l’entreprise espère
retirer de l’immobilisation à la fin de la durée de vie utile,
sous déduction des coûts de vente.
IAS 16 précise, qu’en pratique, la valeur résiduelle est
souvent peu importante et en conséquence insignifiante
dans le calcul de la valeur amortissable.
La valeur résiduelle est estimée à la date d’acquisition du
bien et ne peut être revue par la suite, sauf en cas de
réévaluation. • 57
7. AMORTISSEMENT (SUITE)

L’amortissement d’une immobilisation doit correspondre à la


répartition de sa base amortissable sur sa durée d’utilisation
La méthode d’amortissement doit refléter le degré d’utilisation du
bien par l’entité
La dotation aux amortissements est constatée en charge, à moins
qu’elle ne doive être incorporée au coût d’un autre actif (stock par
exemple)
Différentes méthodes d’amortissement sont possibles : linéaire et
dégressive notamment

• 58
7. AMORTISSEMENT (SUITE)
– La valeur résiduelle et la durée d’utilité sont à réexaminer
au minimum à chaque clôture d’exercice
– Le mode d’amortissement des actifs est à réexaminer en
cas de modification importante attendu d’avantages
économiques futurs
– Ces modifications constituent des changements
d’estimation à traiter en conformité avec IAS 8

• 59
7. AMORTISSEMENT (SUITE)

 Relation : la valeur résiduelle Relation entre valeur résiduelle et


durée d'utilisation
diminue quand la durée
d’utilisation augmente. 1 200
 Valeur résiduelle et nombre de 1 000

valeur résiduelle
composants évoluent de 800

600
manière inverse en fonction de
400
la durée d’utilisation.
200
 Choix important de cette durée 0

d’utilisation. 2 5 10 20

durée d'utilisation

• 60
7. AMORTISSEMENT (SUITE)

 Le 1er juillet N, la société PasMic a acquis (d’occasion) et mis


en service un bien pour un prix de 30 000 € HT.
 La durée d’utilisation prévue est de 5 années. Le prix de revente
estimé à cinq ans de ce camion est de 7 500 € HT.
 Des frais de remise en état du bien, estimés à 15% du prix de
vente, devront être supportés par l’entreprise.

• 61
7. AMORTISSEMENT (SUITE)

1) Le montant amortissable d’un actif est sa valeur brute sous


déduction de sa valeur résiduelle.
2) La valeur résiduelle est le montant, net des coûts de sortie
attendus, que l’entreprise obtiendrait de la cession de l’actif
sur le marché à la fin de son utilisation.

Valeur brute 30 000,00


Prix de cession 7 500,00
Frais de remise en état 1 125,00
Valeur résiduelle 6 375,00
Base a mortissable 23 625,00

• 62
7. AMORTISSEMENT (SUITE)
30 000 – 2 362,50
Amortissements
Exercices Base Amortissements VNC
cumulés
N 23 625,00 2 362,50 2 362,50 27 637,50
N+1 23 625,00 4 725,00 7 087,50 22 912,50
N+2 23 625,00 4 725,00 11 812,50 18 187,50
N+3 23 625,00 4 725,00 16 537,50 13 462,50
N+4 23 625,00 4 725,00 21 262,50 8 737,50
N+5 23 625,00 2 362,50 23 625,00 6 375,00

La VNC de fin de période est égale à la valeur


résiduelle. • 63
7. AMORTISSEMENT (SUITE)

Une ligne de fabrication achetée le 1er mars 62 500 € HT est mise en


service le 15 mars 2005. Son utilisation suivra la courbe de vie prévue
du produit à savoir :
 2005 : fabrication prévue de 1 500 produits
 2006 : fabrication prévue de 2 500 produits
 2007 : fabrication prévue de 3 000 produits
 2008 : fabrication prévue de 3 000 produits
 2009 : fabrication prévue de 1 000 produits

La valeur résiduelle peut être estimée à 1 500 €.


On suppose qu’en 2009 la ligne est cédée 1 500 €.

• 64
7. AMORTISSEMENT (SUITE)

Années Base Plan d'amortissement de base


amortissable

Annuité Cumul VNC

2005 61 000 8 318.00 8 318.00 54 182.00

2006 61 000 13 864.00 22 182 00 40 318.00

2007 61 000 16 636.00 38 818,00 23 682.00

2008 61 000 16 636.00 55 454.00 7 042.00

2009 61 000 5 546.00 61 000.00 1 500.00

• 65
7. AMORTISSEMENT (SUITE)

Une entreprise de transport achète le 1 er mars 2005 un camion pour 61


000 € HT. Le rythme de consommation des avantages attendus peut
être estimé à 8 200 km par mois la première année puis à 11 000 à
partir de janvier 2006 compte tenue d’une prévision de reprise
d’activité. La durée totale d’utilisation est de 4 ans soit 500 000 km au-
delà de laquelle la valeur résiduelle peut être considérée comme
négligeable.
Établir le plan d’amortissement prospectif

• 66
7. AMORTISSEMENT (SUITE)
EXERCICES BASE DOTATION AUX CUMUL DES VNC À LA
D'AMORTISSEMENT AMORTISSEMENTS AMORTISSEMENTS CLÔTURE

2005 61 000 10 004 (1) 10 004 50 996

2006 61 000 16 104 (2) 26 108 34 892

2007 61 000 16 104 (2) 42 212 18 788

2008 61 000 16 104 (2) 58 316 2 684

2009 61 000 2 684 (3) 61 000 0

(1) 61 000*10*8200/500000 (2) 61 000*12*11000/500000


• 67
(3) 61 000*12*11000/500000
7. AMORTISSEMENT (SUITE)

Fin 2006, l’entreprise cède son activité «messagerie », et estime à 8


000 km mensuels l’utilisation du camion qu’elle compte garder encore
3 années complètes.
Il faut donc procéder à un ajustement des amortissements futurs.

• 68
7. AMORTISSEMENT (SUITE)
EXERCICE BASE DOTATION AUX CUMUL DES VNC À LA
S D'AMORTISSE AMORTISSEMENTS AMORTISSEMENTS
CLÔTURE
MENT

2005 61 000 10 004 (1) 10 004 50 996

2006 61 000 16 104 (2) 26 108 34 892

2007 34 892 11 631 37 739 23 261

2008 34 892 11 631 49 370 11 630

2009 34 892 11 630 61 000 0


• 69
8. DÉCOMPTABILISATION
– Lors de sa sortie (voir aussi IFRS 5)
– Lorsque aucun avantage économique futur n'est
attendu de sa sortie ou de son utilisation
Profit ou perte comptabilisé = produit net de la sortie – valeur
comptable
Ne doivent pas être classés en produits des activités ordinaires
(définis par IAS 18)

• 70
9. INFORMATIONS À FOURNIR

- Conventions d’évaluation appliquées


- Modes d’amortissements et durées par catégorie
- Valeur brute et cumul amort. en début et fin période
- Rapprochement entre valeurs à l'ouverture et à la clôture de la
période (entrées, sorties, acquisitions lors regroupement,
réévaluation, pertes de valeur, amortissements)
- Existence et montant des restrictions sur les immobilisations
données en nantissement de dettes
- Informations spécifiques aux immob. réévaluées
- Engagements contractuels •71