Vous êtes sur la page 1sur 18

Le contrôle visuel et les critères d'acceptation

d'une soudure

1 - Introduction

Le contrôle visuel selon l'EN 970 du cordon de soudure est obligatoire pour
les essais de qualification de soudeur selon l'EN 287-1 de 2004 et les essais
de qualification de mode opératoire de soudage selon l'EN 15614-1. 
2. Procédés optiques

2.1 Examen visuel


Le premier des contrôles par voie optique est bien entendu le contrôle visuel. Outre
le fait que l’observation visuelle d’un objet permet de guider le contrôleur dans le
choix et la mise en œuvre des autres techniques de contrôle (par exemple, choix de
l’angle de tir en radiographie, direction de magnétisation...) et que c’est souvent par
l’examen d’un cliché ou d’une image 2D que se fait l’interprétation finale des
résultats d’un contrôle,

l’inspection visuelle directe des pièces peut se révéler un contrôle suffisant pour la
détection des défauts débouchant en surface et surtout des hétérogénéités locales
et superficielles du type taches, rayures, pailles… constituant des défauts d’aspect
inacceptables pour des produits pour lesquels le paramètre qualité de surface est
important comme les tôles, tissus, papiers, verre...

Toutefois, l’examen visuel présente des limitations de différente nature liées aux
caractéristiques de l’oeil lui-même.
2.2 L’oeil et ses limitations:

L’oeil est un capteur optique remarquable mais possède toutefois un certain


nombre de limitations. Si le pouvoir séparateur de l’œil se situe généralement entre
0,5 et 1 minute d’angle soit une résolutionde 50 µm à une distance d’observation
de 25 cm, il peut varier d’une part selon la nature de la scène, notamment son
éclairement et les contrastes qu’elle présente, d’autre part selon l’opérateur à
travers son pouvoir d’accommodation à la distance et à laluminance. D’autres
facteurs physiologiques et psychiques sont également à prendre en compte : fatigue
oculaire, fatigue nerveuse, rémanence de l’oeil fort gênante pour l’examen d’objets
en mouvement. La figure 18 montre l’évolution de la visibilité par
l’oeil des défauts présents sur une tôle en mouvement en fonction de la vitesse de
défilement de celle-ci : elle est divisée environ par 2 quand on passe d’une vitesse
de défilement de 15 m/mn à 45 m/mn. Malgré ces limitations, le contrôle visuel
reste toujours largement employé bien que la mise en oeuvre de Systèmes
d’Inspection Automatique de Surface (SIAS) a tendance à se généraliser aussi bien
dans le domaine des produits plats (acier, aluminium, papier...), celui des produits
longs (par exemple, les rails) et plus récemment celui des pièces élémentaires.
Figure : Schéma de principe d’un appareil
d’inspection
par balayage laser
3 - Principe du contrôle visuel et dimensionnel
Le contrôle visuel et dimensionnel consiste à soumettre une
surface, une préparation de chanfrein ou une
soudure à une vérification visuelle de son aspect physique et de
ses dimensions géométriques. La norme européenne EN 970
est applicable pour les assemblages soudés.
Le contrôle visuel et dimensionnel doit être réalisé sous
une luminosité de 350 lux minimum (recommandé : 500
lux sur la surface de la pièce). L'oeil de l'observateur doit
être placé à une distance inférieure à 500 mm de la
surface à examiner sous un angle supérieur à 30°. L'acuité
visuelle du personnel de contrôle doit être vérifiée tous les
ans (visite médicale).
4 - Les différents défauts rencontrés en visuel sur bout
à bout
5 - Les différents défauts rencontrés en visuel sur assemblage d'angle
6 - Matériels de contrôle visuel à utiliser
• Règle droite ou ruban de mesure avec
graduations de 1 mm
• Loupe grossissante de 2 à 5 fois
• Jeu de jauges ou cales de 0,1 à 3 mm
• Jauge à vernier ou calibre de soudure
• Miroir ou endoscope
• Pâte pour prise d'empreinte
• La lampe stylo
• La lampe stylo permet d'éclairer l'intérieur des
tubes et d'assurer la vision du cordon de
pénétration. En lumière rasante, la lampe stylo
révèle les défauts de forme comme les
morsures et les caniveaux en bord de cordon.
• Le miroir d'inspection

Le miroir d'inspection est l'outil indispensable du contrôleur et du soudeur de


tuyauterie. Il permet de contrôler visuellement les intérieurs de tubes de Ø > 25 mm. 
• La loupe éclairante

La loupe éclairante permet de grossir les détails


et de distinguer des défauts de surface très
fins sur les cordons de soudure comme des
piqûres ou des fissures.
• Le rapporteur d'angle

Le rapporteur d'angle permet de vérifier les


inclinaisons des pièces soudées et des torches
de soudage. Il permet de contrôler les
ouvertures de chanfrein.
• Le calibre de soudeur

Le calibre de soudeur permet de vérifier les


angles d'ouverture de chanfrein, les
surépaisseurs extérieures de cordons de
soudage, les épaisseurs de gorges de soudure
d'angle. C'est l'outil indispensable du soudeur
et du contrôleur.
6 - Les matériels de mesure pour évaluer les défauts
de forme dans les cordons de soudure
Il existe différents dispositifs de mesure qui permettent de contrôler et d'évaluer les
excès de métal déposé.
• Les matériels de mesure pour évaluer les défauts de
forme dans les cordons de soudure
Il existe différents dispositifs de mesure qui permettent de contrôler et d'évaluer les
excès de métal déposé.
7 – Example Comment contrôler une surépaisseur excessive ou
un excès de pénétration?