Vous êtes sur la page 1sur 75

ENTREPRISE NATIONALE DE GRANDS TRAVAUX

PETROLIERS

CENTRE DE SOUDURE ET D ’EXPERTISE - ARZEW

SEMINAIRE

INTERPRETATION
DES RADIOGRAMMES
Pièces soudées
 Pièces coulées

22-23 et 24 Juillet 2001


SOMMAIRE
Introduction.
I- Exigences nécessaires à l’acceptation des
radiogrammes.
II- Vérification des paramètres d’élaboration
et de contrôle .
III- Classification et identification des indications
IV- Application des critères d’acceptabilité
V- Rédaction du procès verbal.

2
INTRODUCTION
 L’interprétation des radiogrammes est une opération
délicate dans le processus du contrôle de la qualité .

 Elle se caractérise par l’identification des indications et


l’application des critères d’acceptabilité définis par les
documents de référence et qui aboutissent soit au rebut
soit à l’acceptation du produit.

 Elle est effectuée par un contrôleur certifié niveau II ASNT,


COFREND, BANT ou équivalent, avec des équipements
adaptés et en bon état ( négatoscope, densitomètre…) et
sur la base de procédures de contrôle approuvées .

3
I – EXIGENCES NECESSAIRES A
L’ACCEPTATION DES
RADIOGRAMMES

 A- Les défauts de films


 B- Anomalies de densité
 C- Anomalies d’I.Q.I
 D- Anomalies de repérage
 E- Autres anomalies.

4
A- Défauts de films
 Manque de contraste  Moutonnement
 Contraste excessif  Lignes ou stries
 Netteté insuffisante claires
 Voile gris  Formes claires
 Voile jaune  Taches foncées
 Voile dichroïque  Lignes ou stries
 Taches claires foncées
 Dépôt blanchâtre  Formes foncées

5
IMAGES RADIOGRAPHIQUES
 Défauts de films

6
B- Anomalies de densité
Les densités Min et Max sont fixées par les documents de
références :
Densité insuffisante: causes
 Sous-exposition

 Durée de développement insuffisante

 Révélateur épuisé, inapproprié ou mal préparé

Densité excessive
 Surexposition

 Développement trop long et ou température trop élevée

 Révélateur épuisé, inapproprié ou mal préparé

7
C- Anomalies d’ I.Q.I
 Mauvais choix ( nature et type)
 Mauvais positionnement
 Diamètre exigé non vu
 Mauvaise disposition
 Nombre insuffisant

8
D- Anomalies de repérage
Repérage pièce :
 Absence du point zéro et de la flèche indiquant le

sens de rotation.
 Absence de la flèche indiquant le sens du fluide.

 Absence du marquage indiquant le type d’exposition.

Repérage film :
 N° de la soudure ou de la pièce.

 Date du contrôle.

 Repère soudeur, repère pièce.

 N° d’affaire ou de commande.

9
E- Autres anomalies

 1/ Flou géométrique
 2/ Flou du diffusé
 3/ Distorsion de l’image
 4/ Anomalies des filtres et écrans
 5/ Flou interne

10
1/ Flou géométrique
Ug=F.t/Li.t

11
2/ Flou du diffusé

12
3/ Distorsion

13
Distorsion

14
4/ Anomalies de filtres et
écrans
 Filtres et écrans inexistants
 Écrans renforçateurs rayés ou sales.
 Mauvais choix des paramètres:
- Épaisseur
- Nature
- Format

15
5/ Flou interne

Flou interne dû au parcours des électrons dans


l’émulsion du film 16
II- VERIFICATIONS DES
PARAMETRES D’ELABORATION
ET DE CONTROLE
 Procède de soudage  Type de chanfrein
 Position de soudage  Rayonnement utilisé
 Type de pièce  Écrans et filtres
 Matériau  Type d’exposition
 épaisseur

17
III- CLASSIFICATION ET
IDENTIFICATION DES
INDICATIONS
III.a- Défauts de III.b- Défauts de
soudures fonderie

• Fissures
 Fissures
• Cavités
 Cavités
• Inclusions solides
 Inclusions
• Manque de fusion
et de pénétration  Reprises

• Défauts de forme  Ségrégations

18
III/ a- Défauts de soudure
Une soudure de qualité doit assurer au joint et à
ses abords les caractéristiques du métal de base.
Cependant il existe un niveau d’acceptation des
soudures qui tient compte des facteurs suivants:
• Conception de l’ouvrage
• Traitements ultérieurs (surfaçage…)
• Mode de sollicitation (statique, dynamique)
• Conditions de service (température, environnement)
• Conséquence d’une défaillance
• Facteurs économiques.

19
• Fissures
Causes Apparition
 Refroidissement  Dans le métal fondu

rapide  Dans la zone de

 Présence d’hydrogène liaison


 Contraintes  Dans la ZAT

résiduelles  Dans le métal de

base

20
Fissures
 1. De cratère
 2. Transversale (M.A)
 3. Transversale (Z.A.T)
 4. Longitudinale (M.A)
 5. D ’entaille
 6. Sous cordon
 7. De liaison (zone.)
 8. A la racine (M.A)
 9. A LA racine (M.B)

21
IMAGE RADIOGRAPHIQUE
Fissure longitudinale

Indication sombre fine, linéaire souvent ondulée


22
IMAGE RADIOGRAPHIQUE
Fissure transversale

Ligne sombre fine perpendiculaire au joint


23
• Cavités
 Absorption par le métal liquide des gaz de l’air(o 2 ,N2)
et l’humidité de certains enrobages ou même des
impuretés (graisse, huile, etc.…) présente sur
l’assemblage. A la solidification du métal , les gaz
restent emprisonnes sous forme de cavités appelées
inclusions gazeuse ou soufflures. La forme et la
position des soufflures sont déterminées par le mode
de solidification (procédé de soudage) et l’origine des
gaz (métal d’apport ou air).

24
Coupe du joint:
Soufflures sphériques

25
Soufflures
soufflure
 Sphérique isolée

 Sphériques
uniformément réparties.

soufflures
26
Soufflures
 Soufflures vermiculaires

 Nids de soufflures

 Soufflures allongées

27
IMAGE RADIOGRAPHIQUE
Nids de soufflures

Image sombre à contour arrondi bien net 28


IMAGE RADIOGRAPHIQUE
Soufflures allongées

Indication sombre allongée dans l’axe du cordon


29
IMAGE RADIOGRAPHIQUE
Soufflures vermiculaires

Indications sombres en forme d’œil de poisson


30
IMAGE RADIOGRAPHIQUE
Soufflure isolée

Indication sombre arrondie, bien nette


31
IMAGE RADIOGRAPHIQUE
Soufflures sphériques uniformément réparties

Indications sombres à contour arrondi , bien net


32
• Inclusions solides
 Résidus de laitier, de flux ou de corps
étrangers inclus entre les passes ou dans la
masse de métal déposé lors du soudage.
 Ces défauts peuvent être dus à diverses
origines: tenue incorrecte de l’électrode, de la
torche, du chalumeau; mauvais réglage des
paramètres de soudage ou élimination
insuffisante de laitier entre passes, etc.…

33
Inclusion de laitier
 Isolée

 Alignées ou en
chapelets

 Alternées

34
IMAGE RADIOGRAPHIQUE
Inclusion de laitier

Indication sombre à contour irrégulier

35
IMAGE RADIOGRAPHIQUE

Inclusions d’oxyde

Inclusions de flux
36
IMAGE RADIOGRAPHIQUE

Inclusion de tungstène.

Indication claire à contour bien défini


37
• Manque de fusion et de
pénétration
 Le manque de fusion ou collage est un
manque de liaison entre le métal déposé et
le métal de base ou entre deux couches
contiguës de métal déposé.
 Le manque de pénétration est une absence
partielle de fusion des bords à souder; il
constitue à la fois une diminution de section
de joint et une amorce de rupture.

38
Coupe du joint
Manque de fusion (collage)

39
Coupe du joint
Manque de pénétration

40
IMAGE RADIOGRAPHIQUE
 Manque de fusion a la racine

Indication sombre , diffuse et fine

41
IMAGE RADIOGRAPHIQUE
Manque de fusion au flanc

Indication sombre diffuse,continue ou non


42
IMAGE RADIOGRAPHIQUE

Manque de pénétration

Indication sombre continue ou non sous forme de


lignes ou de ruban au milieu du cordon.
43
IMAGE RADIOGRAPHIQUE
 Manque de pénétration

Indication sombre continue souvent dans l’axe du


cordon
44

• Défauts de forme
Manque de conformité d’ordre géométrique
de la surface externe par rapport au profil
correct.
 Manque ou excès de métal dans les passes
terminales ou à la racine.
 Affaissement ou irrégularité locale de surface.
 Formation spongieuse à la racine due à un
bouillonnement du métal fondu au moment
de sa solidification

45
Coupe du joint
 caniveau

46
Coupe du joint

Dénivellement

47
Coupe du joint
excès de pénétration

48
IMAGE RADIOGRAPHIQUE
 Perçage

 Excès de matière en racine

49
IMAGE RADIOGRAPHIQUE
 Retassure de cratère

 Cratère

50
IMAGE RADIOGRAPHIQUE

Caniveaux à la racine.

 Caniveau externe

Indication sombre plus ou moins rectiligne 51


IMAGE RADIOGRAPHIQUE
 Dénivellations.

Changement brusque de densité dans la


largeur du cordon. 52
IMAGE RADIOGRAPHIQUE
 Moutonnement

53
III/ b- Défauts de fonderie
 Les problèmes des pièces de fonderie posés à
la radiographie résultent de la technique de
moulage combinée à la métallurgie de
solidification des métaux coulés.
 Les zones critiques d’un moulage sont
fonction du type de coulée (statique ou
centrifuge) de la conception de la pièce et de
son modèle.
 Elles sont clairement définies par les codes et
les spécifications.
54
 Fissures
 Formation de défauts de type fissurant:
Le passage de l’état liquide à l’état solide, par effet de
« dilatation-retrait », il y a création de tensions
internes qui atteignent la limite de rupture du métal.
Ces ruptures sont la conséquence d’une lutte entre
l’acier qui prend son retrait et le moule qui s’y
oppose.
Les criques sont des fissurations à chaud ,inter
cristallines par arrachement, se présentant à des
points chauds et changement de section.
Les tapures sont des fissurations à froid,se présentant
aux endroits sujets à des tensions internes dans les
parties de la pièce solidifiées en dernier lieu. 55
IMAGE RADIOGRAPHIQUE
 Tapure

56
IMAGE RADIOGRAPHIQUE
 Crique (hot tear)

57
 Cavités
 Dans le groupe cavités,on distingue les
inclusions gazeuses et les retassures.
 Les inclusions gazeuses sont des cavités
formées par du gaz ou de l’air emprisonné.
 Les retassures sont des cavités dues au
retrait du métal lors de la solidification, se
formant dans les parties massives se
solidifiant plus lentement que les parties
voisines.
58
IMAGE RADIOGRAPHIQUE
 Inclusion de gaz et de sable

59
IMAGE RADIOGRAPHIQUE
 Retassure dendritique

60
IMAGE RADIOGRAPHIQUE
 Retassure filamenteuse

61
IMAGE RADIOGRAPHIQUE
 Retassure spongieuse

62
IMAGE RADIOGRAPHIQUE

Retassure caverneuse

63
 Inclusions
Les inclusions comprennent :
 Les refroidisseurs internes non fondus

(inserts)
 Les supports de noyaux non fondus.

 Les inclusions d’oxyde.

 Les inclusions de sable et de laitier.

64
IMAGE RADIOGRAPHIQUE
 insert

65
IMAGE RADIOGRAPHIQUE
Déplacement du noyau Inclusions plus dense

66
IMAGE RADIOGRAPHIQUE

Inclusion d’oxyde Inclusion de sable

67
 Ségrégations
 Les éléments constituant un alliage ont
des points de fusion et des affinités
différents. Lors de la solidification se
produit une séparation entre ces
éléments qui vont ségréguer en un
point de la pièce.

68
IMAGE RADIOGRAPHIQUE

Ségrégations

69
 Reprises
 Ce sont des solutions de continuité
résultant de la rencontre d’un métal en
voie de solidification avec un autre
métal encore liquide dans des
conditions de température ne
permettant pas la fusion entre les deux.

70
COUPE D’UNE REPRISE

71
IV- APPLICATION DES
CRITERES D’ACCEPTABILITE
Après avoir décelé les défauts inhérents au joint
soudé, le contrôleur procède à la vérification des
aspects suivants:
 nature du défaut
 dimensions
 répartition du défaut pris isolément puis en
liaison avec d’autres défauts. A
ce stade précis, intervient l’application des
critères selon codes, normes ou
spécifications

72
Tableau comparatif des
critères d’acceptabilité
 Ex: code ASME VIII  Ex: code API 1104
Les fissures  les fissures sont
inacceptables
 Les collages
 Manque de pénétration
 Les manques de et manque de fusion
pénétrations inacceptables si la
longueur du défaut
sont inacceptables quelque
dépasse 1 pouce sur
soit leurs dimensions.
une longueur de
soudure de 300 mm .

73
Critères d’acceptabilité
 Pièces coulées. Ex: ASTM E 446
Le standard E446 regroupe une collection de
radios représentant les différents types de défauts
rencontrés dans des pièces en acier moulées .
IL est constitué de 3 volumes, chacun d ’eux étant
caractérisé par une énergie de Rayonnement et
une fourchette d’épaisseur.
Chaque type de défaut est classé en 5 degrés de
sévérité hormis
fissure,crique,insert,moutonnement.

74
V- REDACTION DU PROCES
VERBAL
Il doit contenir les points suivants:
 Document de référence

 Commande client

 N° d’affaire

 Constructeur

 Type de pièce, nuance, épaisseur

 Fiche d’anomalies

 Date

 Nom et visa du contrôleur

75

Vous aimerez peut-être aussi