Vous êtes sur la page 1sur 28

Réalisé par

-Nessaib Sihem -Nebbah Wiam

-Ben Aicha Souha -Aouissi Marwa


:Sommaire
Plan de travail

Conclusion : Ensemble
Introduction:
Le pétrole et le gaz naturel sont des resources
énergétiques fossiles qui se forment et se conservent
.dans des conditions géologiques particulières
Les hydrocarbures sont des combustibles fossiles dont la
formation date d’environ 20 à 350 millions d’années. Ils
proviennent de la décomposition d’organismes marins
(principalement le plancton) accumulés dans des
bassins sédimentaires, au fond des océans, des lacs et
des deltas.
La transformation de la matière organique en
hydrocarbures s’échelonne sur des dizaines de millions
d’années, en passant par une substance intermédiaire
appelée kérogène. Les hydrocarbures produits peuvent
ensuite se trouver piégés dans des formations
géologiques particulières, appelées «  roche-réservoir  »
constituant les gisements exploités de nos jours.
En géologie pétrolière et dans le domaine de l'
industrie minière ou pétrolière, un gisement est une
concentration d'une ressource naturelle dans le sol ou le
sous-sol que l'on peut exploiter en construisant une 
.mine à ciel ouvert, souterraine et/ou des puits de forage
Définitions du gisement:
Un gisement est défini comme une concentration
élevée de substances dont l'exploitation est
économiquement
.rentable

Un gisement d’hydrocarbures est composé d’une-


roche réservoir surmontée par une roche couverture
étanche et par une disposition favorable
.du sous-sol appelé piège

Pour constituer un réservoir exploitable, la roche


doit être poreuse et perméable pour accueillir un
volume suffisant d’hydrocarbures et donner la
possibilité pour ces fluides de se mouvoir sans perte
.de charge excessive
La déférence entre le gisement
et le champ:
Le gisement: unité de terrains dans laquelle
s’accumulent les hydrocarbures. Cette accumulation
.peut être assurée par un ou plusieurs pièges
Le champ: ensemble de gisements réunis dans une-
aire délimitée géologiquement et géographiquement
.(champ de HMD, R.NOUSS )
En quoi consistent les études de
: gisement
Leur but essentiel est de développer un gisement
(nombre de puits, emplacement) et de
faire des prévisions de production. Ceci nécessite un
minimum de connaissances, sur le (ou les)
réservoir(s), obtenues essentiellement à partir de
,plusieurs forages dit de reconnaissance
avec des données fondamentales obtenues par les
carottages, les diagraphies et les essais
.de puits, comme nous le verrons
D'autres informations peuvent être obtenues
à partir d'études géologiques et géophysiques
: Récupération en fonction de
Mécanismes naturels tels que :
expansion des hydrocarbures
invasion par l'eau d'un aquifère
-Intervention sur le gisement telles que :
injection d'eau ou de gaz
forages de reconnaissance :
carottage
diagraphies
essais de puits
Le graph ci-dessous permet de schématiser les
: différents étapes des études de gisement

Fig. Etudes de gisements


Image du gisement

L’image du gisement sera définie lorsque les formes ,


les limites, l’archétecture interne
(hétérogénéités), la répartition et les volumes des
fluides contenus dans le gisement seront connus
– ou tout au moins approchés
.dans un premier temps

les techniques utilisées sont en partie


regroupées sous le terme de géologie de réservoir
(et de production ) et ont pour bases a géologie
.pétrolière et la géophysique

la figure 3 ci-dessous indique les différents


aspects fondamentaux nécessaires à l’élaboration
.de l’image du gisement
Fig. 3

ces technique font aussi appel fondamentalement à


l’analyse directe et indirecte des informations obtenues
: dans les puits
Analyse directe: mesures sur carottes (core-
-analysis) ; analyse PVT des fluides (pression-volume
. températeure) ces mesures sont faites en laboratoire
Analyse indirecte : les diagraphies (logging) qui sont-
enregistrées pendant le forage et certaines pendant la
production. A partir de l'enregistrement de paramètres
physique obtenus a l’aide d’instuments descendus dans
le trou au bout d’un câble elles permettent d’obtenir des
renseignements essentiels sur la lithologie la porosité et
.les saturations en fluides
Différents types de gisements

Avant d'étudier la roche-réservoir, les fluides


,en place et les mécanismes de récupération
voyons quels sont les différents types de pièges
.(figure 2)
Les pièges peuvent être structuraux (dôme,
anticlinal allongé, piège sur faille, dôme de
sel) ou stratigraphiques (variation de faciès,
.lentilles, biseaux, …) ou mixtes
Le réservoir proprement dit est surmonté
,d'une couche imperméable (argile, sel massif
anhydrite, …) appelée roche couverture dont la
continuité empêche les hydrocarbures de
.migrer vers la surface
Les gisements se distinguent aussi par leur
contenu : huile, huile et gaz, ou gaz, avec ou
.sans aquifère
FIG. 2a Pièges structuraux

FIG. 2b Pièges stratigraphiques


Genèse des hydrocarbures
:Genèse
les hydrocarbures ont pour origine les matières
organiques contenues dans les sédiments
ces matières organiques sont constituées très
souvent de micro-algues et de micro-organique qui se
déposent en milieu aquatique , notamment au fond
.des mers
Lors du dépôt et au début de l’enfouisement de ces
sédiments la plupart de ces matières sont détruites
par oxydation notamment

la partie qui subsiste contient du kérogène qui par


suit de l’enfouisement progressif des sédiments
provoquant une importante comportant compression
et une forte montée en température et ceci durant
des temps très longs va se transformer en
.hydrocarbures par craquage thermique

Le kérogene à l’origine immature se tranforme en huile à


partir d’un seuil de 50-70C. Vers 120-150C l’huile est à son
tour craquée d’où du gaz d’abord humide puis sec entre ces
deux seils de temperature se situe la « fenétre à huile » qui
correspond souvent à des profondeurs d’enfouissement
.allant de 1000 à 3500 m (fig.3)
on appelle roches mère les roches qui contiennent ces
matière organiques en quantité suffisante : au moins
0.5/° de carbone et 100 ppm (parties par million ) de
. matière organique extractible aux solvants

Ces roches mères sont surtout des argiles et parfois des


. carbonates
Elles se présentent soit sous forme concentrée dans certains
.horizons soit sous forme dispersée
:La Migration
:Migration des hydrocarbures
les hydrocarbures sont une matière première facilement
exploitable lorsqu’ils se concentrent dans un réservoir
.par des phénomènes de migration
:Migration primaire
Le pétrole et le gaz sont initialement contenus dans la
roche-mère, Par un mécanisme encore mal élucidé
(certainement lié à une augmentation de pression dans
la roche-mère au cours de son enfouissement) l’eau, le
pétrole et le gaz issus du kérogène peuvent être expulsés
de leur formation d’origine, migrant alors vers la future
.roche-réservoir
Migration secondaire:
De faible densité, le pétrole expulsé (mélangé à de l’eau
et du gaz dissous) a tendance à remonter jusqu’à la
surface de la Terre. Ils ’échappe très lentement à travers
les couches sédimentaires perméables qui jouxtent la
roche-mère :
• en général, la migration secondaire du pétrole n’est pas
arrêtée par un obstacle. Le pétrole finit par atteindre les
premiers mètres du sol, où il est dégradé en bitumes
sous l'action de bactéries. Les combustibles fossiles
produits sont alors des pétroles dits « lourds » ou «
extra-lourds » et des sables bitumineux.
Ils peuvent être utilisés comme des indices de surface
pour détecter un bassin sédimentaire susceptible de
contenir du pétrole, lors de prospections réalisées par
; l’industrie pétrolière
Parfois, la migration du pétrole brut vers la surface est
,empêchée par une formation géologique imperméable
comme une couche de sel par exemple, appelée
«  roche-couverture  » (également qualifiée de «  roche
imperméable  »). Une accumulation de pétrole, associé
à de l’eau et du gaz, se forme dans la couche perméable
sous-jacente créant ainsi une roche-réservoir en
dessous de la roche-couverture. Dans ce réservoir
poreux, le gaz s’accumule au-dessus du pétrole brut,
lequel se retrouve
Migrations primaire et secondaire du pétrole
conduisant à la formation d’un gisement

: LES RESERVOIRS
DEFINITIONS:
Un réservoir est une formation du sous-sol, poreuse et
perméable, renfermant une accumulation naturelle,
individuelle et séparée, d'hydrocarbures (huile et/ou
gaz), limitée par une barrière de roche imperméable et
souvent par une barrière aquifère, et qui est caractérisée
par un système de pression naturelle unique, Cette
définition renferme donc à la fois les concepts de
1. Qualités pétro physiques : porosité-perméabilité
2. Accumulation naturelle d'hydrocarbures.
3. Couverture fermeture barrière rocheuse ou
aquifère.
4. Régime de pression naturelle,
avant exploitation Le réservoir, sous-entendu
«imprégné d'hydrocarbures), est généralement
subdivisé en couches, ou niveaux, ou unités (qui sont
individualisés de façon lithologique, par l'étude des
carottes et des diagraphies) Un gisement est constitué
d'un, ou de plusieurs réservoirs superposés ou
proches latéralement.
Certains gisements sont constitués de plusieurs
dizaines ou même de plus sieurs centaines de
réservoirs. On les appelle des «multicouches) La
caractéristique essentielle de ces réservoirs est que ce
sont des milieux poreux : les fluides sont stockés et
vont se déplacer dans des pores de dimensions très
faibles l'ordre du micromètre), d'où des forces de
capillarité non négligeables qui entrent en jeu. Un
réservoir peut contenir soit de l'huile, soit du gaz, soit
encore les deux fluides superposés
:Les Roches réservoirs

Les principales roches réservoirs sont constituées de


grés et/ou de carbonates (99/ au total) ce sont des
roches sédimentaires c’est-à-dire formées à partir de
sédiment constituées en surface par des débris
( minéraux animaux ou végétaux ) ou des précipitations
.chimique. Elles sont stratifiées en successifs
:Réservoirs gréseux
: ce sont de lion les plus répandus
ils représentent 80/ des réservoirs et 60/ des réserves
.d’huile
la roche est formée de grains de quartz (silice SiO2).
Si les grains sont libres il s’agit de sable si les grains
sont cimentés entre eux il s’agit de grés ,il existe aussi
des grés argileux des grés carbonatés ect, (fig.5a)
Les grés sont très souvent stratifiés soit de façon
simplement superposée ou bien avec des lits
entrecroisés. Ceci provenant de dépôts successifs soit
en bordure de mer soit sous forme d ’alluvions fluviales
.ou deltaïque
sur une coupe verticale. On obtient en général des
alternances de dépôts de sables , sable argileux , silts,
.argiles qui constituent argilo-gréseux
:Réservoirs carbonatés
:les roches carbonatés sont d’origine variée
détritiques: formées de débris ( grains de calcaires,-
coquilles, ect)
construites: du type récif-
chimiques: formées par précipitation de bicarbonate et-
ayant
. Pour origine des boues marines
Elles sont constituées de calcaire (CO3Ca) et/ou de
dolomie (CO3Ca, CO3Mg) et présentent souvent des
.qualités de réservoir

Ill existe aussi des carbonates argileux . Mais les


«  marnes » qui contiennent entre 35/ et 65/ d’argile
ne sont plus des réservoirs; en effet une petite
proportion d’argile liant les grains diminue
considérablement la perméabilité (fig.5b)

:le craie et le karst sont deux cas particuliers

la carie : a pour origine l’entassement de petites-


algues monocellulaires (coccolites).la porosité est
forte mais la perméabilité faible ou très faible (ordre
du Mili darcy). Les pores étant très petits (0.2 à 2𝜇m)

le karst: a pour origine un massif calcaire émergé à-


l’érosion les eaux de pluie provoquent des dissolutions
formant un réseau de « poches » très discontinu très
. poreux et perméable mais par zones très variables
Les Pièges
L'existence de réservoirs imprégnés
d'hydrocarbures indique la présence d'un piège
capable d'arrêter la migration des hydrocarbures il
s'agit donc d'une zone limitée par une barrière
située en amont du flux. L'étanchéité du réservoir
vers le haut est assurée par la présence d'une couche
de roches imperméables appelée couverture (argile,
sel, anhydrite le plus souvent).
-CLASSIFICATION DES PIEGES
Il existe des pièges structuraux, stratigraphiques et
mixtes (Fig. 6):
Pièges structuraux : dus à une déformation de la-
roche, anticlinaux simples ou failles. On parlera de
,dômes lorsqu'ils sont de forme ronde
Pièges stratigraphiques: Le piégeage est do à des -
variations de faciès, la roche devenant latéralement
.imperméable

CARACTERISTIQUES PHYSIQUES
D’UN GISEMENT
: la porosité )1°
Elle correspond au pourcentage du volume des vides
(pores) existant entre les éléments minéraux de la roche
.par rapport au volume total de la roche
Soit un échantillon de roche de volume total VT
comprenant un volume solide VS; ( VT - VS ) représente
le volume occupé par les fluides, c'est-à-dire le volume
: des pores VP. Sa porosité s'exprime par
Ø = VP/VT = 1- ( VS/VT)
:Dans la pratique, on admet l’appréciation ci-dessous
à 5 % = Porosité très faible 3
à 10 % = Porosité faible 5
10 à 15 % = Porosité moyenne
15 à 20 % = Porosité bonne Supérieure
à 20 % = Porosité très bonne
Malgré ces données, on remarque bon nombre de
roches présentant une forte porosité mais qui sont de
mauvais réservoirs (ponces volcaniques).
NOTA : Une roche offrant moins de 3 % de porosité
sera qualifiée de compacte.
Deux valeurs sont nécessaires pour évaluer la porosité
d’un réservoir
- La porosité totale: qui représente le volume total
des vides.
- La porosité effective ou pratique:
- qui a trait au volume des seuls vides reliés entre
eux.

Cette porosité peut ne pas suffire à donner à une roche


le caractère d’un bon réservoir car la taille des pores
.intervient
Les argiles, par exemple, sont des roches extrêmement
poreuses où l’indice des vides peut s’élever jusqu’à 40 à
50% pour des argiles comprimées et même jusqu’à
90% pour des vases. Mais les pores de ces roches sont
des micropores dont le diamètre est inférieur à 0,2µ de
telle sorte que les fluides qui s’y trouvent sont bloqués
et ne peuvent circuler.
Il convient donc de définir un troisième type de
porosité : la porosité utile.
La porosité utile: correspond aux pores dont le
rayon est supérieur à 20µ et permet la percolation
,(pénétration lente) d’une partie des fluides contenus
l’autre partie restant adhérente à la paroi des pores
.(eau, huile, ou gaz de rétention)

: la perméabilité )2°  
C’est la capacité d'une roche à laisser circuler les fluides.
Elle est étroitement liée à la porosité utile car elle
dépend du diamètre des pores et des fissures de la
.roche, de la viscosité du fluide et de la pression

Q= ( loi de Darcy)
La perméabilité ( k ) est le cœfficient de
proportionnalité qui relie le débit ( Q ) d'un fluide de
viscosité ( µ ) qui passe à travers un échantillon de
roche de section ( S ) et de longueur ( dl ), sous une
.pression différentielle ( dP ) nécessaire à son passage
Pour l'exploitant pétrolier, la perméabilité est la
qualité essentielle de la roche réservoir, car c'est elle
qui, compte tenu de la viscosité de l'huile et de la
pression existant dans le gisement, régit le rythme de
production des puits, le nombre de puits nécessaires à
l'exploitation d'un champ, la durée de vie des
gisements et enfin le taux de récupération, c'est-à-dire
le pourcentage d'huile ou de gaz qui pourra être
.extrait des gisements

:Conclusion
On concluent que le gisement est formé d’un ou plusieurs
 réservoir(s) rocheux souterrain(s) contenant des
hydrocarbures liquides et/ou gazeux et d’origine
sédimentaire à de très rares exceptions prés la roche
réservoir est poreuse et perméables et la structure est
limitée par des barrières imperméables qui piègent les
. hydrocarbures
Donc il y a un question se pousse sur la différence entre le
. gisement et le réservoir

Vous aimerez peut-être aussi