Vous êtes sur la page 1sur 237

COMPTABILITE DES

SOCIETES

Pr. Hassan BATRICH


PLAN

Introduction


Chapitre 1: Formes de sociétés et droits d’enregistrement


Chapitre 2: Opérations de constitution


Chapitre 3 : Constitution de la S.A


Chapitre 4: Opérations de répartition des bénéfices


Chapitre 5: Opérations de modification du capital
Définitions de la comptabilité des sociétés
• La comptabilité des sociétés est l'ensemble des traitements
comptables régissant les opérations spécifiques aux sociétés.
Elle fait partie intégrante de la comptabilité générale. En effet,
les traitements de la comptabilité des sociétés utilisent les
mêmes supports que ceux de la comptabilité générale.

• La comptabilité des sociétés est la traduction comptable des


règles juridiques et fiscales relatives à la création des sociétés,
à leur fonctionnement et à leur dissolution.
• La comptabilité des sociétés fait appel à plusieurs
disciplines tels que : droit des affaires, droit fiscal, CGNC.
• Les principales opérations que l’on peut rencontrer dans
tous types de sociétés sont les suivantes:
 Les opérations de constitution,
 Les opérations de répartition des bénéfices,
 Les opérations de modification du capital,
 Les opérations de dissolution et du liquidation.

• Il est à souligner qu’il ya d’autres aspects de la comptabilité


des sociétés tels que : l’emprunt obligataire, la fusion, la
dissolution, la liquidation, la consolidation ...
Chapitre 1
Formes de sociétés et droits d’enregistrement

• Dans ce chapitre, on va rappeler les formes juridiques des


sociétés et étudier le problème des droits d’enregistrement car
ils constituent un élément important des frais de constitution et
d’enregistrement et une formalité obligatoire pour accomplir
les démarches de création d’une société.
Les différentes formes de sociétés
1- Définitions de la société:
Du point de vue juridique:
Une société est un contrat par lequel deux ou plusieurs
personnes physiques ou morales conviennent de mettre en
commun leurs apports afin de partager le bénéfice qui pourra
en résulter. Les associés s’engagent à contribuer aux pertes.

Du point de vue économique:


Une société est un regroupement de moyens humains,
matériels et financiers sous une direction autonome ou
décentralisée, ayant pour principale fonction de produire des
biens et services afin de satisfaire les besoins des
consommateurs et par conséquent réaliser un bénéfice.
De cette définition découlent les trois éléments fondamentaux
du contrat de société:
- Mise en commun de certains biens constituant les apports.
- Recherche de bénéfices ou d’économies et participation des
associés aux bénéfices et aux pertes : le partage des bénéfices,
comme des pertes, est un élément essentiel. La règle de
partage étant laissée à l’appréciation des associés. Sont donc
interdites les clauses léonines (attribuant tous les bénéfices à
un seul associé, affranchissant un associé de sa contribution
aux pertes).

En cas de silence des statuts, les bénéfices sont partagés


proportionnellement aux apports.
- Intention de collaborer à la gestion de la société
(affectio societatis): Certains associés peuvent se voir confier
l’administration de la société, mais tous les associés doivent
pouvoir participer à la désignation des gérants ou des
administrateurs et au contrôle de leur gestion et aux décisions
importantes. Cette collaboration doit exclure toute
subordination
2- Conditions de validité:
La validité du contrat de société est soumise aux règles
suivantes:
a- Respect des règles générales de validité des contrats:
règles relatives à la capacité des parties, à leur consentement et
à l’objet des contrats,
b- Rédaction d’un acte: acte authentique ou acte sous seing
privé comportant les mentions suivantes: type de société, son
nom, sa durée, son objet, montant du capital, règles du partage
des bénéfices et des pertes, siège social.
Acte sous-seing privé: acte signé entre les parties
seulement (ex: contrat de travail).
Acte authentique: acte qui est signé obligatoirement par un
officier public. Par exemple, un notaire. (exemple: acte de
vente immobilière).
Ses avantages: date certaine, contenu garanti, force
probante (efficacité d’un moyen de preuve), force
exécutoire.
c- Publicité du contrat nécessaire pour que les tiers
soient informés de sa création (dépôt de doubles de l’acte
de société au greffe du tribunal de commerce du siège
social et d’une déclaration du conformité, insertion dans
un journal d’annonces légales d’un extrait de l’acte,
Immatriculation au registre du commerce et des sociétés
avant le commencement de l’exploitation).
3- Les obligations comptables:
Les sociétés commerciales doivent tenir les documents
suivants:
- Le livre-journal qui enregistre les opérations comptables;
- Le grand-livre qui représente l’ensemble des comptes
d’une entreprise. Les comptes sont alimentés à partir du livre-
journal ou des journaux auxiliaires;
- Le livre d’inventaire qui permet de contrôler au moins une
fois par an l’existence et la valeur des éléments actifs et
passifs qui composent le patrimoine de l’entreprise.
Elles doivent établir également, à la clôture de l’exercice, les
comptes annuels: le bilan, le compte de résultat, l’annexe et les
comptes consolidés.
4- Classification juridique des sociétés
Les deux types de sociétés existantes au Maroc sont:
 les sociétés civiles: constituées par accord entre deux
personnes sans qu’il y soit obligation de créer une personne
morale et qui ne sont pas astreintes à des formalités de dépôt
ni de publicité ni d’inscription au registre de commerce;
 les sociétés commerciales dont l’activité est l’exercice
d’acte de commerce. On y retrouve deux grandes catégories.
Les différents types de sociétés commerciales reconnues au
Maroc sont :
 Les sociétés de capitaux:
Sociétés anonymes (SA), sociétés en commandite par actions
(SCA)
 Les sociétés de personnes :
Sociétés en nom collectif (S.N.C), sociétés en commandite
simple(SCS) et sociétés en participation
 La société à responsabilité limitée (SARL), forme
hybride entre les sociétés de capitaux et les sociétés de
personnes
 Les sociétés à réglementation particulière: Sociétés
d’investissement, sociétés coopératives, sociétés
mutualistes, groupements d’intérêts économique….etc.
I- Les sociétés de capitaux
 La société de capitaux est une société dans laquelle la
personne de l’associé est indifférente
 La responsabilité  (civile ) est limitée aux capitaux investis:
c’est à dire que si la société ne paye pas ses créanciers, ces
derniers ne peuvent se retourner contre les associés.
 La responsabilité  (pénale) des dirigeants  peut être engagée
en matière de transparence et de contrôle externe,
 La loi de la majorité est applicable aux  décisions prises.
A- La société anonyme
La société anonyme est une société commerciale à raison de
sa forme et quelque soit son objet,


Le nombre des actionnaires (personnes physiques ou
morales) ne peut être inférieur à 5,

Son capital est divisé en actions négociables représentatives


d’apports en numéraire ou en nature à l’exclusion de tout
apport en industrie. Elle doit comporter un nombre suffisant
d’actionnaires lui permettant d’accomplir son objet et
d’assurer sa gestion et son contrôle,

Le capital social d’une SA ne peut être inférieur à trois


millions de dirhams si la société fait publiquement appel à
l’épargne et à trois cent mille Dhs dans le cas contraire,
La forme, la durée, qui ne peut excéder 99 ans, la
dénomination, le siège, l’objet et le montant du capital sont
déterminés par les statuts de la société,

La valeur nominale des actions ne peut être inférieure à


100Dhs,

Les actionnaires ne supportent les pertes qu’à concurrence


de leurs apports et leurs engagements ne peuvent être
augmentés si ce n’est de leur propre consentement,

Le capital est libéré au moins du quart, le reste dans un délai


maximum de 3ans à compter de l’immatriculation de la société
au registre de commerce
 
 Les actions représentatives d’apports en nature sont libérées
intégralement lors de leur émission,

 Les statuts sont signés par les actionnaires soit en personne,


soit par mandataire justifiant d’un pouvoir légal,

 La responsabilité des actionnaires est limitée à leurs apports


sauf en cas de conventions réglementées.
La SA est administrée par un conseil d’administration
composé de trois membres au moins et de douze membres au
plus. Ce dernier nombre est porté à quinze lorsque les actions
de la société sont inscrites à la cote de la bourse des valeurs,

Les administrateurs sont nommés par l’assemblée générale


ordinaire. Les premiers administrateurs sont nommés par les
statuts ou dans un acte séparé faisant corps avec les dits
statuts,

Le contrôle est exercé par un ou plusieurs commissaires aux


comptes. Ces derniers sont chargés d’une mission de contrôle
et de suivi des comptes sociaux. Les premiers commissaires
sont désignés dans les statuts. La durée ne peut pas excéder un
exercice.
.
Au cours de la vie sociale, les commissaires aux comptes sont
désignés par l’assemblée générale ordinaire des actionnaires
pour 3exercices renouvelables.

La SA est constituée par l’accomplissement de 4 actes:

1- La signature des statuts par tous les actionnaires,


2- La libération de chaque action de numéraire d’au moins le
quart de sa valeur nominale,
3- Le transfert à la société en formation des apports en nature
après leur évaluation,
4- L’accomplissement des formalités de publicité (avis inséré
dans un journal d’annonces légales)
Le capital doit être intégralement souscrit. A défaut, la société
ne peut être constituée. Les fonds provenant des souscriptions
en numéraire sont déposés (dans un délai de 8j à compter de la
réception de ces fonds) au nom de la société en formation,
dans un compte bancaire bloqué avec la liste des souscripteurs
et l’indication des sommes versées par chacun d’eux.
Le retrait de ces fonds est effectué par le mandataire du conseil
d’administration ou du directoire contre remise du certificat du
greffier de tribunal attestant l’immatriculation au registre de
commerce.
B. La société en commandite par actions
La société doit comporter au moins quatre associés : un
commandité et trois commanditaires.

Associés sont composés:

-des associés commandités responsables indéfiniment et


solidairement des dettes sociales. Ils disposent de prérogatives
accrues (droit de veto sur toute modification des statuts),

-des associés commanditaires non responsables qu’à


hauteur de leurs apports. Leur nombre ne doit pas être
inférieur à 3.

Les commandités ont la qualité de commerçant .


 Capital social: 300 000, 00 Dhs si la société ne fait pas
appel à l’épargne public et 3 000 000,00 Dhs si elle fait à
l’appel à l’épargne public.

 Le capital doit être libéré au moins du quart, le reste doit


l’être dans 3ans.

 Le ou les premiers gérants sont désignés par les statuts. Ils


accomplissent les formalités de constitution. Au cours de
l’existence de la société ( sauf clause contraire des statuts), le
ou les gérants sont désignés par l’assemblée générale ordinaire
des actionnaires avec l’accord de tous les associés
commandités.
 L’AGO des actionnaires nomme un conseil de surveillance,
composé de trois actionnaires au moins,

 Un associé commandité ne peut être membre du conseil de


surveillance et les actionnaires ayant la qualité de
commandités ne peuvent participer à la désignation des
membres de ce conseil,

 L’AGO des actionnaires désigne un ou plusieurs


commissaires au compte.
 Le gérant est investi des pouvoirs les plus étendus pour agir
en toute circonstance au nom de la société.

 Le conseil de surveillance assure le contrôle permanent de


la gestion de la société. Il dispose à cet effet, des mêmes
pouvoirs que les commissaires aux comptes.

 La transformation de la société en commandite par action en


SA ou en SARL est décidée par l’AGO des actionnaires
avec l’accord des 2/3 des associés commandités, à moins que
les statuts ne fixent un autre quorum,
 Lorsque le nombre des associés est réduit, on spécifie leurs
noms et leurs catégories au niveau des apports et du capital
dans une société en commandite.

NB: différence entre actionnaire et associé


La différence dépend de la nature des droits sociaux détenus
par la personne:

 Un actionnaire est un porteur d’actions alors qu’un associé


est un porteur de parts sociales,

 Les actionnaires sont des associés dont la responsabilité est


limitée à leurs apports.
 La notion d’action est une notion plus large que celle de
part sociale car elle désigne aussi le titre négociable qui
constate ces droits et obligations. Le titre est inscrit dans
un compte ouvert au nom de son titulaire et peut se
transmettre par simple virement.
C- La société à responsabilité limitée SARL
C’est une société commerciale qui constitue un type
intermédiaire entre les sociétés de personnes et de capitaux.
L’acquisition de la personnalité morale est subordonnée à
l’immatriculation au registre de commerce.

 Le minimum est de 2 ou 1 (associé unique) (Entreprise


unipersonnelle à responsabilité limitée EURL),

 Le maximum est de 50 associés. Si le nombre dépasse 50, la


SARL doit être transformée dans un délai de 2 ans en SA,

 Lorsque le nombre des associés est réduit, on spécifie leurs


noms au niveau des apports,
 Le capital  de la SARL doit être supérieur ou égal à 10.000
Dhs , dont le montant, de chaque part, ne peut être inférieur à
100 Dhs,

 Les parts sociales doivent être du quart à la souscription, le


reste doit l’être dans un délai ne dépassant pas 5 ans à compter
de la date d’immatriculation,

 Les apports peuvent être en nature. Ils sont évalués par un


commissaire aux comptes si leur valeur dépasse la moitie du
capital en numéraire.
Les parts sociales doivent être intégralement souscrites et
libérées dès la constitution où à l’occasion d’une
augmentation de capital. Elles ne peuvent pas être représentées
par des titres négociables.

La cession des parts à des tiers est soumise au consentement


de la majorité des associés et le consentement des associés
représentant les ¾ du capital. Entre associés, la cession est
libre sauf clause contraire des statuts.

SARL est gérée par une ou plusieurs personnes physiques.


Les gérants peuvent être choisis en dehors des associés.
Leur nomination et la durée de leur mandat sont fixés par les
associés dans les statuts ou par un acte postérieur.
En l’absence des dispositions statutaires, le gérant, associé
ou nom, est nommé pour une durée de 3ans,

Le gérant engage la société envers les tiers par tous ses actes
même hors du cadre de l’objet social. Il est responsable de ses
fautes de gestion envers la société,

Les gérants doivent présenter à l’approbation de l’assemblée


générale des associés dans les six mois suivant la clôture de
l’exercice comptable(plus tars 30 Juin) le rapport de gestion,
l’inventaire et les états de synthèse.

Le contrôle est obligatoire et confié à un ou plusieurs


commissaires aux comptes si CA dépasse 50 millions de Dhs.
 La dissolution de la SARL:

- Nombre d’associés est supérieur à 50 (délai de


régularisation 2ans),

- Diminution du capital en dessous du minimum légal: 10 000


(délai de régularisation 1an),

- Perte de 75% du capital social(délai de régularisation 6M).


II. Les sociétés de personnes

 Les sociétés de personnes sont appelées ainsi car elles se


caractérisent par l'aspect prédominant du facteur personnel des
associés.

 Une société de personne est formée de deux ou plusieurs


personnes ou groupements qui ont une responsabilité
illimitée.

 Les associés d’une société de personnes partagent les


bénéfices et supportent les dettes.

 Les associés ont la responsabilité personnelle et totale.


A. La société en nom collectif

 Elle comporte au moins deux associés (les 2 commerçants)

 Il n’y a pas de capital social minimum. Cela s’explique par


le principe de la responsabilité indéfinie et solidaire des
associés pour les dettes sociales.

 Les associés répondent Indéfiniment (au-delà de leur seul


apport) et solidairement (la totalité peut être demandée à un
seul) des dettes sociales à l’égard des tiers. Cela démontre que
cette société est commerciale par la forme et que tous les
associés ont la qualité de commerçant. Cela implique une
connaissance et une confiance entre associés.

 Les parts sociales sont nominatives et ne peuvent être


cédées qu’avec le consentement de tous les associés.
Tous les associés sont gérants, sauf stipulation contraire des
statuts qui peuvent désigner un ou plusieurs gérants associés
ou non, ou en prévoir la désignation par acte ultérieur.

Les associés peuvent nommer à la majorité un ou plusieurs


commissaires aux comptes. Cependant, les sociétés dont les
CA à la clôture de l’exercice social dépasse le montant de 50
millions de Dhs, sont tenues de désigner un commissaire au
moins.

La société prend fin par le décès de l’un des associés sauf
s’il a été stipulé que la société continuerait, soit avec les
associés, seulement, soit avec un ou plusieurs héritiers, ou
toute autre personne désignée par les statuts.

Dans les rapports entre associés, et en l’absence de la


détermination de ses pouvoirs par les statuts, le gérant peut
faire tout acte de gestion dans l’intérêt de la société.
Il est interdit au gérant d’exercer toute autre activité similaire à
celle de la société à moins qu’il ne soit autorisé par les
Associés.

Le rapport de gestion , l’inventaire et les états de synthèse de


l’exercice établis par les gérants sont soumis à l’approbation
de l’assemblée des associés, dans un délai de six mois à
compter de la clôture du dit exercice.

 Lorsque le nombre des associés est réduit, on spécifie leurs


noms au niveau des apports .

 La SNC est basée sur les relations personnelles entre les


associés. Elle convient à de petites entreprises, souvent
familiales.
B. Les sociétés en commandite Simple

 Les dispositions relatives aux SNC sont applicables pour


l’essentiel aux sociétés en commandite simple.

 Elle comporte au moins deux associés, un commandité et


un commanditaire.

 Société constituée entre les commanditaires apporteurs de


fonds (responsables à hauteur de leurs apports) et les
commandités seuls gérants et solidairement responsables de
leur gestion.
 Il n’y a pas de capital social minimum.
 Les commandités répondent indéfiniment et solidairement
des dettes  sociales (portant la qualité de commerçant
comme les associés de la SNC),

 Les commanditaires responsables des dettes sociales


seulement à concurrence du montant de leur apport.

L'innovation la plus importante est que la société en


commandite simple est une société commerciale par la
forme et ce quelque soit son objet
C. La société en participation

 C’est une société occulte, constituée entre deux personnes au


minimum qui peuvent être des personnes physiques ou morales.
Elle n’est pas immatriculée et ne possède pas la personnalité
morale. Elle n’est soumise à aucune formalité de publication,

 C’est une société inconnue par les tiers et qui n’existe qu’à
l’égard de ses associés fondateurs,

 Pour constituer une société en participation, il n’est pas


nécessaire de rédiger un acte écrit. En pratique, c’est le
comportement des différentes entreprises qui suffit à prouver
l’existence de la société. Toutefois, il est recommandé de rédiger un
écrit par mesure de précaution, pour fixer les principales règles de
fonctionnement de la société en participation: il s’agit de ses
statuts.
 Etant donné que la société en participation n’a pas de
personnalité morale, elle n’a pas de patrimoine, c’est-à-dire
que les associés restent propriétaires des biens qu’ils mettent à
disposition,

 La durée de constitution de la société en participation est


librement fixée par les associés,

 L’objet de la société pourra être civil ou commercial et


chaque associé devra réaliser un apport, qui pourra être en
nature, en numéraire ou en industrie.
D-Société de Fait:

Une société est dite de «Fait»:

- Soit qu’après avoir fonctionnée, sa constitution ait été jugée


non conforme aux dispositions légales du code de commerce
sur la formation des sociétés, elle est déclarée nulle par un
tribunal et donc elle n’a eu aucune existence légale en tant que
personne morale.

- Soit que ses fondateurs aient souhaité délibérément et dès sa


formation, ne pas la soumettre aux dispositions légales qui
définissent les conditions indispensables à l’acquisition de la
personnalité morale. On dit, dans ce cas, par opposition à la
société déclarée nulle par un jugement, qu’il s’agit d’une
société «crée de fait»
Chapitre 2 : Opérations de constitution

Les Frais de constitution


Ils sont formés par les droits d’enregistrement et de timbres, la
taxe notariale et les autres frais (honoraires, publicité légale,
frais d’assemblée, frais de conservation foncière,…)

A- Droits d’enregistrement
Avant de procéder à l’enregistrement des opérations de
constitution , il faut:

 Définir et mettre en évidence les particularités du contrat des sociétés


(communément appelé les statuts),

 Présenter les conditions juridiques de constitution de chaque forme de


sociétés,

 Savoir le fonctionnement de chaque forme de sociétés,


 Savoir le fonctionnement de chaque forme de sociétés,
Savoir déterminer les droits d’enregistrement et de timbres.

Le contrat de Sté doit être enregistré dans un délai de 30 jours


à compter de la date de sa création. Cette formalité a pour effet
de :

 Donner aux actes une date certaine,


Constituer un moyen de preuve de l’existence de l’acte.

Chaque feuille des statuts de la Sté doit porter un timbre fiscal


de 20,00Dhs. Quant aux droits d’enregistrement, ils dépendent
de la nature et de la valeur des apports. On distingue ainsi:
1-Aspect juridique

 Pour constituer une société commerciale, il est nécessaire


d’accomplir certaines démarches administratives,

 Des documents justificatifs sont exigés pour compléter le


dossier d’immatriculation au registre de commerce,

Ces documents doivent être déposés au Centre régional


d’investissement ou bien directement au Greffe du Tribunal de
Commerce,
 Les formalités juridiques et administratives pour
officialiser la constitution d’une société sont :

o Rédaction et signature statuts.

o Enregistrement des statuts auprès de l’administration des


impôts,

o Dépôt des statuts et d’autres documents et pièces à fournir


au greffe du tribunal de commerce,

o Immatriculation de la société au registre de commerce,


o Insertion de l’avis de constitution dans un journal
d’annonces légales,

o Insertion au bulletin officiel des annonces légales,


judiciaires et administratives,

o Déblocage des fonds préalablement déposés chez un notaire


ou dans un compte bancaire bloqué.
2- Aspect comptable:

La comptabilité doit constater les promesses d’apports en


capital faites par les associés, la réalisation de ces promesses
ainsi que les frais de constitution.
Les Apports et leur libération
 Pour constituer une société, les associés mettent en
commun des biens appelés apports qui sont :

 destinés à assurer le fonctionnement de la société nouvelle,

 et dont la propriété est transférée à la personne morale


constituée.
 En contrepartie de son apport, chaque associé acquiert un
droit sur la société sous forme de part dans le capital
social.

 Les Apports : définition

L'apport peut consister en numéraire, en objets mobiliers ou


immobiliers, en droits incorporels. Il peut aussi consister dans
l’industrie d'un associé ou même de tous.….l'apport peut
consister dans le crédit commercial d'une personne.
les articles 988 et 989 du Dahir des Obligations et des
Contrats
 Les types d’apports :

 Les apports en numéraire : sommes d’argent (espèces,


chèques, virement,…),

 Les apports en nature : apport de tout bien autre qu’une


somme d’argent. Il peut s’agir de biens mobiliers ou
immobiliers, corporels ou incorporels. Il peut s’agir
également de l’apport d’une entreprise individuelle ou d’une
société,

 Les apports en industrie : Mise à disposition de la société,


d’un savoir-faire, de connaissances techniques ou
professionnelles, d’expériences, de services, voire d’une
notoriété. Ce type d’apports doit figurer dans les statuts . Il
convient de fixer les modalités de l’apport dans les statuts
(définition et durée des prestations à fournir par l’apporteur).
Ce type est difficilement évaluable et ne peut pas entrer
dans la composition du capital social, car il est étroitement lié
à la personne de l’apporteur. Il est interdit dans la SA et pour
les actionnaires commanditaires de SCA et SCS et il est
permis dans toutes les sociétés.

L’exclusion de l’apport en industrie pour ces sociétés


s’explique par l’importance des capitaux qui les caractérisent.
L’associé en industrie doit affecter à la société tous les gains
nés de l’activité constituant son apport. Sa qualité d’apporteur
lui confère des droits sociaux ouvrant droit au partage du
bénéfice et à l’actif net, mais aussi de contribuer aux pertes.

 La part due à l’apporteur dans les résultats de la société est


déterminée dans les statuts, ou à défaut, elle sera égale à celle
de l’associé qui a le moins apporté ( en numéraire ou en
nature).

 Les associés qui effectuent des apports en numéraire ou en


nature reçoivent en contrepartie des droits sociaux :

 Actions dans les sociétés anonymes et les sociétés en


commandite par actions,

 Parts sociales dans les sociétés de personnes et les sociétés


à responsabilité limitée,
Remarque:

Lorsque le nombre d’associés est réduit, on spécifie :

 Leurs noms au niveau des apports dans le cas des SNC et


des SARL,

 Leurs noms et leurs catégories au niveau des apports et


du capital dans le cas des sociétés en commandite.
 Libération des apports:

Il s’agit donc de la libération des apports promis par les


associés. Elle peut être soit totale, dans ce cas, les associés
apportent immédiatement la totalité des biens promis, soit
partielle , et dans ce cas, les associés réalisent une partie de
leurs promesses, le reste étant ultérieurement apporté.

 La libération doit être immédiate et intégrale pour les


apports en nature quelque soit le type de sociétés,

 Seuls les apports en numéraire peuvent être partiellement


libérés, le reste étant apporté dans un délai de 3 ans maximum
pour les SA et sans précision de délai pour les SNC,
 Les actionnaires des SA doivent être libérer au moins du
quart (1/4) de leurs apports en numéraire lors de la
constitution.

 Comptes à utiliser:
Chaque associé est débiteur envers la société de tout ce qu’il a
promis de lui apporter. La libération du capital peut être
échelonnée dans le temps. La comptabilité doit constater les
promesses d’apport puis leurs réalisations.
 Les promesses d’apport : Constatation
 Chaque associé est débiteur envers les autres de tout ce qu'il
a promis d'apporter à la société. Cette créance est portée :

- au débit du compte 3461: « Associés - comptes d'apport


en société»
- le compte 1111: « Capital social » est crédité.

 Possibilité de créer une subdivision du compte 3461 en


deux comptes divisionnaires :

34611: « Associés - comptes d'apport en nature »


34612: « Associés - comptes d'apport en numéraire »
 Les promesses d’apport : libération différée
 Les apports en nature sont à libérer immédiatement,

 Les sociétés ont la possibilité de libérer les apports en


numéraire en plusieurs fois,

 Lorsque le capital social est composé d’apports à libérer


immédiatement et d’apports à libérer ultérieurement,
l’enregistrement comptable de la promesse se fait en deux
étapes dans la même date:

1- Constater dans les comptes de la société la souscription de


l’intégralité du capital par le débit du compte 3461:
« Associés -comptes d'apport en société » et le crédit du
compte 1111: « Capital social ».
2- Dans la deuxième étape, la fraction du capital non appelée
est portée au débit du compte 1119 « Actionnaires, capital
souscrit non appelé » par le crédit du compte 3461:
« Associés - comptes d'apport en société »
La libération des apports
 La libération des apports se traduit par :
o le versement des fonds pour les apports en numéraire
o le transfert de propriété pour les apports en nature

 Libération intégrale à la constitution


 Les réalisations d'apports sont portées au crédit pour solde
du compte 3461 « Associés - comptes d'apport en société »
par le débit des comptes d'actif qui constatent ces apports, à
savoir :
- Le compte 5141 « Banque »,
- Le compte 5161 « Caisse »,
- Le compte 3488 « Divers débiteurs – Notaire X ».
Libération échelonnée

le capital social promis est en partie appelé à la constitution et


donc à libérer immédiatement. La partie du capital social non
appelée à la constitution fera ultérieurement l’objet d’appels
successifs par la société. Elle sera par conséquent libérée au
fur et à mesure des appels lancés.

 La partie non appelée du capital souscrit est inscrite au


crédit du compte 3461 « Associés - comptes d'apport en
société » par le débit du compte 1119 « Actionnaires, capital
souscrit non appelé ».
 A l’occasion des appels successifs du capital, le compte
3462 « Actionnaires -capital souscrit et appelé non versé »
est débité par le crédit du compte 1119 « Actionnaires
capital souscrit non appelé ».

 Le compte 3462 est soldé au moment de la réalisation de


l’apport par le débit des comptes d'actif qui constatent ces
apports :
- Le compte 5141 « Banque »,
- Le compte 5161 « Caisse »,
- Le compte 3488 « Divers débiteurs – Notaire X ».
La libération des apports : en nature
 Les éléments apportés sont enregistrés :
o au débit des comptes d’actif concernés pour le montant de
l’évaluation qui en est faite dans les statuts de la société,

o ou au crédit des comptes de passif grevant les apports, et


devant être pris en charge par la société (dettes rémunérant les
apports à titre onéreux),

o En contrepartie le compte 3461: « Associés -comptes


d'apport en société » est crédité pour solde.
Apports intégralement
libérés
1- Engagement Comptes à débiter:
(Promesses) 3461- Associés, comptes d’apports
en société
3462- Actionnaires, CSANV
Comptes à créditer:
1111- Capital social
2- Réalisation des apports Comptes à débiter:
Comptes d’actif
Comptes à créditer:
3461- Associés, comptes d’apports
en société
3462- Actionnaires, CSANV
Dettes( s’il y en a)
Apports partiellement
libérés
Premier appel: Comptes à débiter:
Engagement 3461- Associés, comptes d’apports
en société
3462- Actionnaires, CSANV
1119- Actionnaires CSNA
Comptes à créditer:
1111- Capital social
2- Appels ultérieurs Compte à débiter:
Engagement 3462-Actionnaires, CSANV
Compte à créditer:
1119- Actionnaires, CSNA
 Si le délai est trop court entre l’engagement et la
réalisation, on peut utiliser directement les comptes d’actif, de
passif et le capital social sans passer par les comptes 3461
(Associés comptes d’apports en société).

3-Aspect fiscal
Toute constitution de société entraîne la perception de droits
d’enregistrement dont le taux varie en fonction de la valeur et
la nature des apports en capital.

 L’enregistrement est une formalité à laquelle sont soumis les


actes et  conventions soit obligatoirement, soit sur option.
Il  donne lieu à la perception d’un impôt dit «droit
d’enregistrement ».
 La formalité de l’enregistrement a pour effet de faire
acquérir une date certaine aux conventions sous seing privé au
moyen de leur inscription sur un registre dit «registre des
entrées» et d’assurer la conservation des actes.

Sur le plan fiscal, ces apports peuvent prendre les formes


suivantes:

a)Apports à titre purs et simples :


Ce sont des apports qui sont rémunérés par des droits sociaux
représentatifs du capital social et qui sont soumis aux risques
éventuels de l’entreprise.
Les droits sociaux sont matérialisés par l’attribution des parts
sociales ou d’actions ou tout simplement par l’inscription dans
les statuts de la société.
Les apports purs et simples peuvent être : objets mobiliers ou
immobiliers, stocks, créances, matériel, fonds de commerce,…
Le montant des droits d’enregistrement à payer sur le capital
social ne doit pas être inférieur à 1000,00Dhs. Ces apports
sont soumis à un droit fixe de 1%.

Exemples:
a) Apports purs et simples (en numéraire ou en espèces)
En date de 31/4/2011, création d’une SARL par apports en
numéraires de 40 000,00Dhs. Les droits dus sur le capital:
40 000 X 1%=400,00 Dhs à payer le minimum 1000,00Dhs.
b) Le capital social d’une entreprise est constitué par:
- Apports en numéraire: 300 000,00
- Apports en nature:
bâtiment: 200 000,00
Stocks de M/ses 30 000,00
Mobilier de bureau 10 000,00
Fonds commercial(éléments incorporels) 60 000,00

Calculez les droits d’enregistrements?


DE= ∑ APS
b)Apports à titre onéreux:
 Ce sont des apports grevés de dettes prises en charge par la
société crée ,
 Il y a apport à titre onéreux lorsqu’un associé reçoit en plus
de ses droits sociaux un équivalent soustrait à l’aléa social tel
que:
- Somme d’argent à payer par la société à l’apporteur,
- Engagement pris par la société de payer des dettes dues par
l’apporteur à un tiers ou encore la prise en charge d’un passif
grevant un apport.

A.T.O: sont imposés aux droits de mutation suivant la nature


des biens apportés et l’affectation donnée pris en charge par la
société constituée. Le droit fiscal marocain prévoit un barème
dont les taux sont variables selon la nature des biens apportés.
 Eléments incorporels du fonds de commerce: 6%,
 Immeubles et droits immobiliers: 6% ,
 Marchandises, Fonds commercial (éléments corporels),
créances clients, objets mobiliers (machines, matériel
divers, mobiliers, véhicules,…) : 1,5% ,
 Effets de commerce, dépôt et cautionnement:1%

Exemples:
M Hassan, au moment de la création d’une société, a apporté
contre remise d’action de valeur nominale 100,00 Dhs, les
apports suivants:
Terrain 800 000,00
Créances clients 200 000,00
Stocks de matières 250 000,00
Dettes 250 000,00
Liquidation des droits: Le montant des droits dus dépend de
l’imputation des dettes fournisseurs.

TAF: Imputer le montant des dettes:


 sur le terrain,
 sur les stocks
 200 000,00 sur les stocks et 50 000,00 sur le terrain.
Cas 1: Imputation des dettes sur le terrain

Apports Montants Apports purs et simples Apports à


titre onéreux

Terrain 800 000,00 (800 000,00 -250 000,00)= 250 000,00


550 000,00

Créances Cls 200 000,00 200 000,00

Stocks de mat 250 000,00 250 000,00

Total 1 250 000,00 1 000 000,00 250 000,00


Calcul des drois d’enregistrement
• Apports purs et simples: 1000 000X 1%= 10 000,00
• Apports à titre onéreux: 250 000,00 X 6 %= 15 000,00
• Total à payer= 25 000,00 Dhs.

Cas 2: Imputation des dettes sur les stocks


• Apports purs et simples: 1000 000X 1%= 10 000,00
• Apports à titre onéreux: 250 000,00 X 1,5%= 3 750,00
• Total à payer= 13 750,00Dhs.
Cas 2: Imputation des dettes : 20 000,00 sur les
Stocks et 50 000,00 sur le terrain
• Apports purs et simples: 1000 000X 1%= 10 000,00 Dhs
• Apports à titre onéreux:
50 000,00 X 6%= 3 000,00
200 000,00 X 1,5% = 3 000,00
• Total à payer= 16 000,00 Dhs

• Les autres frais:


a) Taxe notariale: Elle est dû au taux proportionnel de 0,5%
du capital sur les actes rédigés par un notaire (le minimum de
perception est de 100,00 Dhs)
Capital social = 100 000,00
Taxe notariale= 100 000,00 X 0,5%
b) Frais de publicité légale dans les journaux ( TVA
Récupérable de 20%), Frais d’immatriculation au registre
de commerce, Frais de conseiller juridique et fiscal, Frais
de conservation foncière, etc.

Frais de conservation foncière:


Les frais de conservation foncière intéressent la constitution
d’une société dans les deux cas:

 Le dépôt des pièces relatives à la constitution de la société


est soumis à un droit fixe de 700,00 Dhs,

 L ’enregistrement d’un apport constitué par un immeuble,


est soumis à : (Minimum de perception: 450,00 Dhs)
 Un droit de 1% de la valeur du bien immeuble,
 Un droit fixe de 75,00 Dhs par propriété .

Exemple: Sté X : immeuble: 150 000,00 Dhs

Dépôt de dossier: 700,00 Dhs


Enregistrement du bien immeuble:
150 000,00 X 1%=1500,00 Dhs
1 X 75,00= 75,00 Dhs.

Remarques:
 TVA relative aux opérations effectuées dans le cadre de
leur profession par toute personne physique ou morale au titre
des professions: Avocat, Notaire, Huissier de justice, Adouls,
est une TVA non récupérable, actuellement au taux de 10% .
 Les droits d’enregistrements et les autres frais de
constitution sont enregistrés au débit du compte de la rubrique
21 Frais préliminaires ( Actif immobilisé) ou en charges.

 Les frais de constitution inscrits dans un compte


d’immobilisation incorporelle donnera lieu à un
amortissement
annuel,

 Le compte «Frais de constitution» est un sous compte de


«Frais d’établissement». L’amortissement de ces derniers doit
se faire rapidement:
 Au maximum dans un délai de 5ans pour le droit fiscal,
 Avant toute distribution de bénéfices ( Sauf s’il existe des
réserves disponibles).
 En frais préliminaires, les frais engagés lors de la
constitution de la société sont enregistrés au débit du compte
2111 frais de constitution par le crédit d’un compte de
trésorerie par l’écriture suivante:

 Les apports réalisés par les associés sont enregistrés dans


les comptes respectifs à leur valeur d’apport dans les statuts.
 En charges,

6136 Rémunération d’intermédiaires et


honoraires
6144 Publicité, publication et relations
publiques
6167 Impôts et droits assimilés

Comptes de trésorerie

 Les frais de constitution, enregistrés en charges, peuvent, à


la fin de l’exercice de constitution, être transférés à l’actif
immobilisé (Les frais de constitution représentent des
immobilisations en non-valeurs, c’est un actif fictif).
2111 Frais de constitution
7141 Immob en non-valeur
produite

 Ils sont alors amortis, en linéaire, sur une durée ne


dépassant pas 5 exercices (3 à 5ans)
6191 D.E.A de l’immobilisation en
non valeurs
28111 Amortissements des
frais de constitution
Dotation de l’exercice
 Les frais de constitution complètement amortis doivent être
annulés.
28111 Amortissement des frais de
constitution
frais de constitution
Pour solde des deux comptes

Remarque : La règle du prorata temporis ne s’applique pas


aux amortissements des frais de constitution.
C-Apports mixtes:
Ce sont des apports dont une partie est à titre pur et simple et
l’autre partie est à titre onéreux
Exercice 1: Une société est constituée entre 3 associés A,B et
C.
Leurs apports sont:
A: apport en numéraire de 200 000,00 Dhs
B : apporte les éléments suivants:
 Fonds de commerce incorporel 100 000,00 Dhs
 Immobilier 20 000,00 Dhs
 Créances clients 30 000,00 Dhs
C: apporte les éléments suivants:
 Bâtiment 150 000,00 Dhs
 M/ses 150 000,00 Dhs
 Dettes F/sseurs 150 000,00 Dhs
TAF:
1) Déterminer le montant du capital
2) Calculer le montant des droits d’enregistrement sachant
que la société s’engage dans les statuts à prendre en charge les
dettes.
3) Calculer le montant des droits d’enregistrement sachant
que les statuts de la société précisent que le passif apporté est
imputé sur les marchandises puis sur l’immeuble.
1) Capital social= Total des APS = 500 000,00
Pour A: Total des APS = 200 000,00
Pour B: Total des APS = 150 000,00
Pour C: Total des APS = 150 000,00 ( 150 000+150 000)-
(150 000 dettes)

2) Calcul du montant des DE:


Pour les APS: DE= 500 000 X 1% = 5 000
Pour les apports à titre onéreux, les DE sont:

APPORTS MTS % IMPUTATION TAX MTS


DU PASSIF BAREME
DETTES

IMMEUBLES 150 000,00 50% 75 000,00 6% 4 500,00

MARCHANDISES 150 000,00 50% 75 000,00 1,5% 1 125,00

300 000,00 100% 150 000,00 5 625,00

DE = 5 000,00 + 5625
= 10 625,00 DHS
3)HYPOTHESE 1: Supposons que les statuts de la sociétés
précise que le passif apporté est imputé sur les Marchandises

DE = APS X 1% + ATO X 1,5%


= ( 500 000,00 X1%) + ( 150 000,00 X1,5%)
= 5 000,00 + 2 250,00)
= 7 250,00 DHS

HYPOTHESE 2: Supposons que les statuts de la sociétés


précise que le passif apporté est imputé sur les Marchandises

DE = APS X 1% + ATO X 6%
= ( 500 000,00 X1%) + ( 150 000,00 X 6%)
= 5 000,00 + 9 000,00)
= 14 000,00 DHS
Chapitre 3: LA CONSTITUTION DE LA SA

Rappel
Les articles 2 et 3 du dahir du 11 Aout 1922 font une
distinction entre les apports en nature et les apports en
numéraire.
 Les actions représentant les apports en nature doivent être
libérées intégralement au moment de la constitution définitive
de la société,
 Les actions représentant les apports en numéraire doivent
être libérées d’un quart au moins lors de la souscription du
capital social, le reste dans un délai de 3ans.
 Les fonds sont déposés pour le compte de la société dans un
compte bancaire indisponible jusqu’à la constitution définitive
ou consignés chez un notaire,
 La libération des apports se traduit par le versement des
fonds pour les apports en numéraire et par le transfert de
propriété pour les apports en nature,
 En cas de libération partielle, des cas particuliers peuvent
apparaître tels que: le versement anticipé, libération avec
retard et la défaillance d’un ou plusieurs actionnaires.

Enregistrement comptable
Chaque associé est débiteur envers la société de tout ce qu’il a
promis de lui apporter. La libération du capital peut être
échelonnée dans temps. La comptabilité doit constater les
promesses d’apports puis leurs réalisations.
Les écritures comptables permettent de constater la
souscription intégrale du capital social et la libération totale
ou partielle du capital
1) Souscription et libération intégrale du capital social
La constatation de la souscription du capital consiste à
enregistrer les promesses d’apport et la formation du capital.

 Lorsque le capital social est formé uniquement d’apports


en numéraire, on débite le compte collectif 3461
«Actionnaires, comptes d’apports en société » et on crédite
Le compte 1111capital social.

 En cas d’apports mixtes( en numéraire et en nature), le


compte 3461 sera subdivisé en :
34610: Actionnaires, apporteurs en numéraire pour
enregistrer les apports en numéraire,
34611: Actionnaires, apporteurs en nature pour
enregistrer les apports en nature,
Et on crédite le compte 1111capital social
LA CONSTITUTION DE LA SA
 L’enregistrement comptable commence après la
constitution définitive de la société. Les écritures relatives à la
création doivent constater :
Premièrement:
 La souscription du capital ou la promesse d’apport;
Deuxièmement:
 La réalisation des apports;
Troisièmement:
 Règlement des frais de constitution.
LA CONSTITUTION DE LA SA

Premièrement:
La souscription du capital ou la promesse d’apport
LA CONSTITUTION DE LA SA

Deuxièmement:
La réalisation des apports
LA CONSTITUTION DE LA SA

Troisièmement:

Règlement des frais de constitution


Exercice d’application

 Cas n°1: Apports intégralement libérés lors de la


constitution
La société anonyme CTM est constitué le 5 janvier N avec un
capital de 900 000 divisé en 9 000 actions de 100 Dhs l’action.
 Les apports en nature se composent de:
Terrain : X Bâtiments: 350 000 MO: 70 000 MB: 30 000
 Les autres apporteurs versent la somme de 300 000 le
06 janvier N au compte bancaire de la société.
 Les frais de constitution s’élèvent à 19 350
Travail à faire:
Procéder à l’enregistrement comptable des opérations
de constitution.
2) Apports en numéraire libérés par fractions
 Il est courant, lors de la constitution de la société, que
les actionnaires ne libèrent que le quart des apports en
numéraire. Le reste sera libéré ultérieurement par appel des
organes compétents selon les besoins de trésorerie.

 Une distinction doit être faite entre le montant du capital


qui doit être libéré lors de la constitution et le montant qui
doit être libéré ultérieurement.

 La partie qui doit être libérée immédiatement est


inscrite au débit du compte
3461: Actionnaires, comptes d’apports en société
Ou 3462 : Actionnaires, CSANV
 La partie du capital qui sera appelé ultérieurement
est inscrite au débit du compte 1119: Actionnaires, capital
non appelé

 De son coté, le compte 1111 capital social peut être


subdivisé en deux sous-comptes:

11110: Capital appelé versé qui correspond au montant des


apports à verser au moment de la constitution,

11111: Capita non appelé qui correspond à la fraction


du capital non appelée et non versée et qui le sera
ultérieurement.
 Lorsque les dirigeants de la société demandent aux
actionnaires de verser une fraction du capital restant à libérer,
on débite :
3462: Actionnaires, capital appelé non versé
Et on crédite
1119: Actionnaires, capital non appelé

 Lors du versement du montant appelé:


On débite: 5141 Banque
Crédite : 3462 Actionnaires, capital appelé non versé

 Enfin, on débite le compte 11111 capital non appelé


on crédite le compte 11110 capital appelé et versé
Apports en numéraire libérés par fractions

1- La partie non libérée se traduit par l’écriture suivante


:
Apports en numéraire libérés par fractions

2- L’appel à libération se traduit par l’écriture suivante :


Exercice d’application

La société anonyme SALAM est constituée le 15 mars N au


capital de 8 000 actions de numéraires de 100. la moitié de la
valeur nominale de chaque action est appelée et versée à la
banque le 17 mars N.
Le 15 juin N, la société appelle la moitié du solde. Les
versements sont effectués le 20 juin N.
Le 15 novembre N, la société appelle le solde. Tous les
associés se libèrent le 22 novembre N par des versements à la
banque.
Le capital social de 800 000 divisé en 8 000 actions de 100
est composé uniquement
 Apports en numéraire : 800 000
 A la constitution( 15 mars N) les actionnaires ont versé la
moitié du capital soit :
800 000 / 2 = 400 000 ou bien
8000 actions x( 100/2)= 400 000
Solde du capital à appeler = 800 000 – 400 000 = 400 000
 Le 15 juin N, la société appelle la moitié du solde soit :
400 000 / 2 = 200 000 ou bien
8000 actions x ( 100/4) = 200 000
Solde du capital à appeler = 400 000 – 200 000 = 200 000
Le 15 novembre, la société appelle le solde soit 200 000
Cas particulier:
Lors des appels, il arrive que les actionnaires ne libèrent pas la
fraction appelée dans les délais fixés( libération avec retard,
actionnaires retardataires). De même, des actionnaires peuvent
verser des fractions non appelées (libération par anticipation,
actionnaires diligents). Parfois, les actionnaires ne versent pas
la fraction appelée (Actionnaires défaillants).

a) Cas de la libération avec retard(versement après la date fixée

Principe: Les statuts prévoient que pour tout versement


effectué en retard, l’actionnaire supportera des intérêts de
retard à un taux fixé, pour le nombre de jours séparant la date
d’exigibilité de la date du libération effective. Ces intérêts sont
enregistrés au crédit du compte 7381«Intérêts et produits
assimilés», par contre la part non versée reste enregistrer au
débit du compte 3462 « Actionnaires, capital souscrit
appelé non versé».
Traitement Financier Traitement Comptable
L’actionnaire doit régler les On débite:
intérêts de retard et les frais de  le compte AKSANV de la
rappel fraction non réglée dans les
délais
Intérêts courus et Frais de
rappel
On crédite:
 Intérêts et produits
assimilés
 AKSANV est soldé lors du
versement
b) Cas d’un actionnaire diligent ou versements anticipés:
versement des fractions non appelées

Les statuts peuvent permettre une libération anticipée du


capital: des fonds sont mis à la disposition de la société par
des actionnaires, avant les appels prévus initialement. Cette
possibilité permet de faire face à des besoins de trésorerie .

Le versement anticipé est considéré comme une dette de la


société envers l’actionnaire. Il est enregistré au débit du
compte 4468«Autres comptes d’associés créditeurs» ou
44681«Actionnaires, versement anticipés».

Ce compte doit être débité au fur et à mesure des appels


ultérieurs. Il sera soldé au moment de la réalisation du
solde du capital social.
c) Cas d’un actionnaire défaillant
A défaut de paiement par l’actionnaire des sommes restant à
verser sur le montant des actions souscrites par lui et appelées
aux époques déterminées par le conseil, la société lui adresse
une mise en demeure par lettre recommandée avec accusé de
réception.

30 jours au moins après cette mise en demeure restée sans


effet, la société peut, sans aucune autorisation de justice,
poursuivre la vente des actions non libérées. L’actionnaire est
déchu de ses droits.

 Les actions non inscrites à la côte de la bourse des valeurs


sont vendues aux enchères publiques. A cet effet, 30 jours au
moins après la mise en demeure, la société fait paraître dans
un journal d’annonces légales un avis de mise en vente
mentionnant les numéros des actions à vendre.
Les actions inscrites à la côte de la bourse des valeurs sont
vendues en bourse.

Le produit net de la vente est ,à due concurrence, attribué à


la société. Il s’impute sur ce qui est dû en principal et intérêts
par l’actionnaire défaillant et ensuite sur le remboursement des
frais exposés pour parvenir à la vente.

Constat de la défaillance
1-Comptabilité de la défaillance
Débit: 3468 «Autres comptes d’associés débiteurs» ou
«Actionnaires défaillants»
Crédit: AKSANV pour la fraction appelée non réglée
AKSNA pour la fraction non encore appelée

2- Mise à la charge du défaillant les frais et intérêts: débiter


le compte «Actionnaires défaillants»
3- Constatation de la vente par le crédit du compte
«Actionnaires défaillants»

4- Virement de la fraction non appelée du compte


«Actionnaires défaillants» au compte AKSNA
(changement d’actionnaire).

5- Calcul du solde du compte «Actionnaires défaillants»

6- Mise à jour des comptes capital souscrit appelé non


versé et capital souscrit appelé et versé .

Remarque:
1- Si la vente ne peut avoir lieu pour défaut d’acheteurs, le
conseil d’administration ou le directoire peut prononcer la
déchéance des droits de l’actionnaire attachés aux actions
et conserve les sommes qui ont été versées sans préjudice de
dommages et intérêts.

2- Si les actions ne peuvent être vendues ultérieurement


pendant l’exercice au cours duquel a été prononcée la
déchéance des droits de l’actionnaire défaillant, elles doivent
être annulées avec réduction corrélative du capital.
Exercice d’application
La SA Amal a été fondée, le 2/1/96, au capital de 400 000,00
par émission d’actions de numéraire de 400,00 Dhs, libérées
de ¼ à la constitution.
Les frais de constitution, réglées par chèque bancaire,
s’élèvent à 8 500,00Dhs.
Le 1/5/96, La société décide l’appel du deuxième quart qui
devrait être versé , au compte bancaire de la société, au plus
tard le 31/5/96.
L’actionnaire Mounir souscripteur de 200 actions n’a pas
répondu à l’appel du 2ième quart.
Après mise en demeure, le 1/6/96, la société a exécuté, le
1/9/96, les actions de Mounir et les a vendues, comme libérées
de moitie, pour 180,00 Dhs par action à Saïd.
Les frais de vente des titres : 360,00 Dhs(HT), TVA 7%.
La société prélève un intérêt de retard au taux de 12% l’an et
récupère les frais engagés pour la vente. Le solde est payé à
Mounir, par chèque bancaire, le 25/9/96.
2/1/96
Associés, comptes d’apport en sociétés 100 000
Actionnaires, capital souscrit non appelé 300 000
capital social 400 000
Souscription du capital appelé 1000act x 400x1/4

Banque d° 100 000


Associés, comptes d’apport en sté 100 000
Libération du minimum légal

Frais de constitution d° 8 500


Banque 8 500

Actionnaires, CSANV 100 000


1/5/96
Actionnaires, CSANA 100 000
Appel du 2ième quart
( 1000 actions x 400x1/4)
31/5/96
Banque 80 000
AKSANV 80 000

Libération d du 2ième quart appelé (1000-200) x 400x1/4

1/9/96
Banque 35 614,80
Services bancaires 360,00
Etat, TVA récupérable 25,20

ACSANV 20 000
Autres comptes d’associés créditeurs 16 000

Avis du crédit n°……..


Autres comptes d’associés créditeurs 985,20
Services bancaires 360
Etat, TVA récupérable 25,20
Intérêts et produits assimilés 600
Récupération des frais et imputation des intérêts de retard/Mounir
Intérêt de retard: 20000 X 12%X3/12 ( 1/6/96 au 1/9/96
25/9/96

Autres comptes d’associés créditeurs 15 014,80

Banque 15 014,80
Paiement du solde à Mounir chèque n°

NB: Saïd est substitué à Mounir comme actionnaire et c’est à


lui que reviendra de répondre aux appels du 3ième et 4ième
quarts.
Avis de crédit n° …..
Montant du transaction= 200 X180 36 000,00
Commissions - 360,00
TVA/Commission 7% - 25,50
Net= 35 614,80

Compte AKSANV: Solde débiteur de 20 000,00


Débité au départ par 100 000 (1/5/96)
Crédité ensuite par 80 000 (31/5/96)

Autres comptes d’associés créditeurs: Solde créditeur de

15 014,80
Crédité au départ par 16 000,00 (1/9/96)
Débité ensuite par 985,20 (1/9/96)
Résultat pour l’actionnaire défaillant:
Mounir a versé à la constitution, le 1er quart
200 actions x 400 x1/4= 20 000,00
Et a perçu , le 25/9/96, pour solde 15 014,80
Résultat net = 20 000 – 15 014,8= 4 985,20
Analyse du résultat pour l’actionnaire défaillant:
 Prix de vente des actions de Mounir, libérées des deux premiers
quarts 200 x 180 36 000,00

 Valeur nominale des deux premiers quarts


200 x 400 x 2/4 40 000,00

Résultat ( Perte) = 36 000 – 40 000 = 4000,00


Frais de vente (HT) 360,00
TVA/ frais de vente 25,20
Intérêts de retard 600,00
Résultat net (Perte nette) = 4985,00
Exercice : Actionnaires procédant à des versements anticipés

Une société anonyme au capital de 2 000 000 ( 20 000 actions de 100)


reçoit, le 20 octobre N, un versement anticipé de 57 500 correspondant
au dernier quart, non encore appelé, sur 2 300 actions.
Le dernier quart est appelé le 15 janvier N+1 et libéré le 15 février N+1
par versement au compte bancaire de la société.

Travail à Faire:
Enregistrer les opérations ci-dessus
Chapitre 4
Opérations de répartition des
Résultats
I. Rappel
 La société est un contrat entre deux ou plusieurs personnes
en vue de partager le bénéfice qui pourra en résulter. La
liquidation du bénéfice et des pertes doit être faite d’après le
bilan à la fin de chaque exercice comptable ou année civile.

 Quand le capital social a subit une diminution suite à la


réalisation de perte ou à défaut de réduction réglementaire du
capital social, toute distribution de bénéfice est interdite
jusqu’à la reconstitution totale du capital social. La répartition
de bénéfice obéit à des règles juridiques et aux statuts de la
société.

 Une fois le résultat comptable de l’exercice (résultat avant


impôts) est déterminé, la société devra calculer par voie extra-
Comptable le résultat net fiscal et l’impôt sur les résultats(IS).
Résultat net = bénéfice comptable - IS
 Le résultat net fiscal est le résultat déterminé
conformément à la réglementation fiscale à partir du résultat
net comptable. La base ainsi obtenue sert de support au calcul
de l’impôt sur les résultats.

 En règle générale, le bénéfice distribuable est constitué par


le bénéfice de l’exercice diminué du montant affecté à la
réserve légale et autres prélèvements statutaires et
augmenté des reports à nouveau créditeurs.

D’après l’article 330 de la loi 17/95, le bénéfice distribuable


est constitué par le Bénéfice net de l’exercice diminué des
pertes antérieures, ainsi que des sommes à porter en
réserves en application de la loi ou des statuts et augmenté
du report bénéficiaire.
D’après l’article 330 de la loi 17/95, le bénéfice distribuable
est constitué de :
Bénéfice net de l’exercice + Bénéfice reporté des exercices
antérieurs( report à nouveau solde créditeur) – Report à
nouveau (solde débiteur) – Réserve légale – Autres
Réserves

 L’affectation du résultat d’un exercice est réalisée au cours


de l’exercice suivant.

 En général, la perte càd «résultat net de l’exercice débiteur»


est reportée à nouveau, en attente des résultats futurs.

 Résultat net en instance d’affectation: Le résultat d’un


exercice peut dès le début de l’exercice suivant être inscrit à
un compte prévu par le plan comptable marocain : compte
118 : «Résultats nets en instance d’affectation».
Si le résultat de l’exercice N est par exemple de 100000 DH,
on peut passer l’écriture suivante dès le début de l’exercice
N+1.
II.Tableau des affectations des bénéfices

ORIGINES
-Report à nouveau antérieur x
x

-Résultat net de l’exercice x


-Prélèvements sur les réserves
Affectations
-Affectations aux réserves
x
x
. Réserve légale
x
x
. Réserves réglementées
. Réserves statutaires x

x
. Autres réserves x
 Le bénéfice peut : 
• Soit être inscrit à des comptes de réserves,
• Soit être distribué,
• Soit être « reporté à nouveau ».

 Report à nouveau:
Il s’agit de sommes provenant du résultat dont l’affectation
définitive n’a pas été décidée par l’assemblée et a été reportée
jusqu’à la prochaine assemblée.

 Report à nouveau bénéficiaire: sommes non distribuées


Bénéfice dont l’affectation est renvoyée par l’assemblée
générale ordinaire statuant sur les comptes de l’exercice, à la
décision de l’AGO appelée à statuer sur les résultats de
l’exercice suivant (toutes les sociétés sont concernées).
 Report à nouveau déficitaire: Pertes constatées à la clôture
d’exercices antérieures qui n’ont pas été imputées sur des
réserves et qui devront être déduites des bénéfices des
exercices suivants (toutes les sociétés sont concernées).

 Les réserves
La constitution des réserves permet de renforcer la situation
financière de la société et d’augmenter la garantie de ses
créanciers.
Le plan comptable marocain distingue plusieurs types de
réserves : 

• La réserve légale : (5% du bénéfice net) c’est la partie des


bénéfices nets qui doit, en vertu de la loi, être affectée à la
formation d’un fonds de réserve. Elle est faite
sur le bénéfice diminué le cas échéant des pertes antérieures.
Elle est destinée à donner plus de garantie aux créanciers de la
société. Elle cesse d’être obligatoire lorsqu’elle atteint 10% du
capital social libéré ou non (SA et SARL) et 20% ( SNC et
SAS).

 Réserves statutaires ou contractuelles : ce sont des


réserves dont la dotation est rendue obligatoire par les statuts
de la société. Les statuts précisent le montant de la dotation
obligatoire ou la formule déterminant ce montant. Ce sont
donc des réserves constituées en dispositions:
- Soit statutaires: fixées dans les statuts de la société,
- Soit contractuelles, par exemple: contrat de concession
• Réserves réglementées: ce sont des réserves diverses
rendues obligatoires par des textes légaux souvent de nature
fiscale.
Exemple: réserves liées à l’octroi de certaines subventions.

• Réserves facultatives: ce sont des réserves dont la dotation


est librement décidée par l’AGO sur proposition
d’administration ou du directoire.

Remarque: Ces réserves sont destinées à constituer et à


développer les fonds de roulement de la société, à accroitre ses
immobilisations et à faire face à des pertes éventuelles.
 Les dividendes:
C’est la rémunération des actionnaires ou associés. C’est la
part de bénéfice attribué à chaque action ou part sociale. Son
Paiement doit s’effectuer en principe, en une seule fois et dans
un délai maximum de 9 mois après la clôture de l’exercice.
Ils peuvent être payés en numéraire ou en nature .Ils peuvent
être aussi payés en actions (SA). Ils se composent de deux
éléments:

 Le premier dividende ou intérêt statutaire:


Il est calculé au taux fixé par les statuts:
- Sur le montant des actions libérées et non remboursées( non
amortis),
- Au prorata du temps, c’est-à-dire, en fonction du temps: de
la date de libération effective à la date de clôture de l’exercice.
 Le superdividende ou seconde dividende:
Lorsque le montant du bénéfice le permet, l’AGO peut décider
d’octroyer à tous les actionnaires une autre fraction appelée:
superdividende ou seconde dividende.
Le superdividende est identique pour toutes les actions ou
parts, totalement libérées ou non. Il n’est pas calculé au
prorata temporis.
Dividende global= superdividende + intérêt statutaire

Remarques:

 Les associés peuvent décider de procéder à la distribution


de certaines réserves constituées antérieurement, ce qui a pour
effet d’augmenter la somme distribuable.

 Le dividende est fréquemment arrondi au DH inférieur.


Enregistrement comptable de l’affectation des bénéfices
Débit Crédit
Report à nouveau (SC)/ N-1 Réserve légale
Résultat net de l’exercice Autres réserves
(Bénéfice) Report à nouveau (SC)/N
Associés dividendes à payer
Etat, impôts et taxes à payer

Comptabilisation de la mise en paiement de dividende

Associés-Dividendes à payer X
Compte de trésorerie X
Tableau de répartition des bénéfices

Bénéfice de l’exercice
- Report à nouveau (SD)
- Dotation à la réserve légale
- Dotations aux réserves réglementées
- Dotations aux réserves statutaires ou contractuelles
- Intérêts statutaires ( premiers dividendes)
- Dotations aux réserves facultatives
= 1er reliquat
+ Report à nouveau (SC)
- Superdividende
- Autres affectations
= Report à nouveau (SC)
Application 1 :  
Supposons que l’assemblée des associés, réunie en juin de
l’année N+1, décide de répartir le bénéfice de 100 000 DH
réalisé au cours de l’exercice N :
• 40 000 en réserves,
• 40 000 aux associés à titre de dividendes,
• 20 000 en report à nouveau.
 L’écriture de répartition sera la suivante :  
Juin N+1
Résultat net de l’exercice 100 000
  Autres réserves 40 000
Associés-dividendes à payer 40 000
  Report à nouveau 20 000
 
Cas des pertes:
Les pertes éventuellement constatées à la clôture d’un exercice
peuvent recevoir les affectations suivantes:
 S’inscrire dans un compte de report à nouveau (déficitaire)
qui viendra en déduction du montant des bénéfices
distribuables des exercices suivants,
 S’imputer sur les réserves de l’entreprise,
 S’apurer par déduction du capital social. Cette opération est
réglementée par la loi et nécessite une décision de l’assemblée
générale extraordinaire.

Report à nouveau X
ou
Autres réserves X
Résultat de l’exercice X
Application : 
Une S.A. est constituée au capital de 5 000 000,00 DH divisé en 10 000 actions
d’apport et 40 000 actions de numéraire. Ces dernières ont été libérées comme
suit : ½ le 2/1/N-1, ¼ le 1/3/N, ¼ le 1/8/N.
L’article des statuts relatif à la répartition des bénéfices stipule :
• Dotation à la réserve légale au minimum légal.
• Octroi aux actionnaires d’un premier dividende au taux de 6% par an sur le capital
libéré et non amorti.
• Dotation à un fonds de réserve d’une somme jugée utile par l’A.G.O.
• Après reprise du report à nouveau créditeur éventuel, le reste est distribué aux
actionnaires à titre de superdividende ou reporté à nouveau.
• Le report à nouveau créditeur au bilan avant répartition, au 31/12/N, s’élève à 25 000
DH.
• Le bénéfice net de l’exercice N est de 540 000,00 DH.
• L’A.G.O. a décidé , le 25/6/N+1, de doter la réserve facultative de 55 000,00 DH et a
fixé le superdividende à 4 DH par action.
T.A.F :
• 1-Présenter le tableau de répartition
• 2-Comptabiliser cette répartition
Dividende global= 255 000,00 + 200 000,00= 455 000,00
Retenue à la source (TPA)= 455 000,00 X 15% = 68 250,00
Résultat de l’exercice 540 000
R à N (SC) 25 000

Réserve Légale 27 000


Réserves Facultatives 55 000
Report à nouveau 28 000
Associés, dividendes à payer 386 750
Etat, impôt, taxes et assimilés 68 250

Suivant décision de l’assemblée générale ordinaire


Détermination du bénéfice imposable: Résultat fiscal
Le résultat brut de chaque exercice comptable est déterminé
d’après l’excèdent des produits d’exploitation, profits et gains
provenant d’opérations de toute nature effectuées par la
société, sur les charges engagées ou supportées pour les
besoins de l’activité imposable.
Résultat net fiscal
= Résultat brut fiscal – reports déficitaires imputés

Résultat brut fiscal


= Résultat net comptable avant impôts
+ Réintégrations fiscales (Charges non déductibles)
- Déductions fiscales (Produits non imposables)
 Les réintégrations fiscales
Elles sont constituées par les charges non déductibles en
totalité ou en partie. Pour être fiscalement déductibles, les
charges doivent remplir les conditions suivantes:
 Se rattacher à la gestion de la société, ou être exposées dans
l’intérêt de l’exploitation. Cette condition exclut notamment
les dépenses supportées dans le seul intérêt personnel de
certains associés,
 Correspondre à une dépense effective et être appuyée de
justifications,
 Etre constatée en comptabilité,
 Se traduire par une diminution de l’actif net de la société.
Parmi les réintégrations, on distingue:
 Les rémunérations ne correspondant pas à un service
effectif,
 Les amendes, pénalités et majorations de toute nature mises
à la charge de la société pour infraction aux dispositions
légales ou réglementaires (majorations de retard pour
paiement tardif de la TVA, pénalité fiscale pour défaut de
déclaration de la TVA,…)

 Les frais généraux engagés ou supportés pour des besoins


autres que ceux de l’exploitation ( Par exemple, les frais
relatifs aux cadeaux publicitaires d’une valeur unitaire TTC
supérieure à 100Dhs ou ne portant pas la raison sociale, le
nom ou le sigle de la société ou la marque des produits qu’elle
fabrique ou dont elle fait le commerce).

 Les cadeaux non publicitaires,

 Dons octroyés par la société aux œuvres sociales dont la


valeur est supérieure à 2%° (2 pour milles) du CA HT ,
Exemples:
1- Dons à une association de lutte contre le cancer : 20 000,00
2- Dons aux œuvres sociales du club sportif de la Sté: 15000,00
CA HT= 1 000 000,00 Dhs

1- Pas de plafond pour les premiers dons

2- Pour les dons octroyés aux œuvres sociales du club sportif


de la Sté
1 000 000,00 X 2%° = 2 000,00 Plafond de la société
15 000,00 – 2 000,00 = 13 000,00 à réintégrer

 Primes d’assurances vie contractées au profit de l’entreprise


à la tête de son dirigeant ou de certains collaborateurs: ce sont
des primes versées par le dirigeant en faveur de la société qui
sera bénéficiaire en cas de décès du dirigeant: charges non
déductibles
 Acquisition des immobilisations enregistrées parmi les
charges

 Achats :
• Les achats non encore reçues,
• Avance versée sur commande non reçue,
• Achat de fournitures de bureau non encore consommée:
• Charges constatées d’avance,
• Les dépenses réglées en espèces, qui dépassent 5 000,00
DHS par jour et par fournisseur dans la limite de 50 000,00
par mois et par fournisseur,

• L’IS, la CM et les acomptes provisionnels,


Ils sont devenus interdit depuis 2001 par la nouvelle loi sur la
société, donc fiscalement ne sont pas déductibles.

 Les salaires:
• Rémunération d’un salarié n’exerçant aucune fonction dans
la société
• Cotisations du salarié sans fonction
• Tantièmes ordinaires prévus par les statuts et alloués aux
administrateurs: une partie des bénéfices nets distribuables
versés aux membres de conseil d’administration pour des
missions accomplies spécialement dans l’intérêt de la société.

 Intérêts:
• Intérêts créditeurs de banque: imposables sur le montant
brut,
• Intérêts des comptes courants associés, si
- le capital social est non totalement libéré,
- le montant des avances est supérieur au capital social,
- le taux appliqué est supérieur au taux autorisé,

 Dotations aux provisions:


• DAP pour constitution d’un fonds de retraite,
• DAP pour dépréciation des créances douteuses (non
individualisées)
• DAP pour congés à payer
 Provisions pour risques d’incendies (il s’agit d’un risque
assurable),

 Provisions pour risques divers ( le risque doit être nettement


précisé),

 Provisions pour amendes et pénalités,

 Provisions pour des immobilisations amortissables,

 Provisions pour hausses des prix,

 Provisions pour pertes de changes

 Provisions pour licenciement pour motif économique,


 Divers:
• Erreurs comptables,
• Loyers donnés sous forme de garantie,
• Amortissement du terrain,
• Rénovation et remplacement du moteur d’une
immobilisation.
 Les déductions fiscales (Produits non imposables): Elles sont
représentées par les produits non imposables en totalité ou en
partie. On distingue

 Pertes,

 Ventes
• Ventes de marchandises non encore livrées: produits
constatés d’avance,
• Avances et acomptes reçues sur commandes en cours (non
livrées),
• Arrhes perçues: garanties à consolider comme des dépôts et
cautionnement reçus,
• Tous les produits constatés d’avance,

 Produits des titres de participation


 Amortissements: DEA d’une immobilisation comptabilisée
par erreur parmi les charges

 Produits des actions notamment les dividendes reçus:


exonération de 100% car ils subissent une retenue à la source
de 15% libératoire de tout impôt,

 Parts sociales: Bénéfice de chaque associé,

 Primes d’assurance vie déjà versées en cas de réalisation de


sinistre (décès),

 Déduction TVA si la charge est déductible en TTC mais elle


est comptabilisée en HT,
 Les produits de cession résultant des opérations suivantes:
• Les opérations de pension,
• Les opérations de prêt de titres portant sur les valeurs
mobilières inscrites à la côte de la bourse des valeurs et les
titres émis par le trésor.

 Boni de liquidation: produit perçu d’une autre société déjà

 Sont déductibles en totalité les dons en argent ou en nature


octroyés aux habous publics et à l’entraide nationale, aux
associations reconnues d’utilité publique qui œuvrent dans un
but charitable, scientifique, éducatif, sportif, d’enseignement
ou de santé, aux associations publics ayant pour mission essentielle
de disposer des soins de santé ou d’assurer des actions dans les
domaines culturel ou d’enseignement ou de recherche,…
Déficit reportable
Le déficit d’un exercice comptable peut être déduit du
bénéfice de l’exercice comptable suivant. A défaut du bénéfice
ou en cas de bénéfice insuffisant pour que la déduction puisse
être opérée en totalité ou en partie, le déficit ou le reliquat de
déficit peut être déduit des bénéfices des exercices comptables
suivants jusqu’au quatrième exercice qui suit l’exercice
déficitaire.
Toutefois, la limitation du délai de déduction n’est pas
applicable au déficit ou à la fraction du déficit correspondant à
des amortissements régulièrement comptabilisées et compris
dans les charges déductibles de l’exercice.

Exemple: Le bénéfice fiscal de l’exercice permet l’imputation


globale des déficits fiscaux des exercices antérieurs.
Exercices Résultat fiscal avant imputation des déficits
1996 Déficit fiscal 30 000 dont amortiss 10 000
1997 Déficit fiscal 50 000 10 000
1998 Bénéfice fiscal 110 000

 Bénéfice brut fiscal de 1998 avant imputation des déficits :


110 000,00
 Report déficitaire ( 30 000 + 50 000)= 80 000,00
 Bénéfice net fiscal de 1998après imputation des déficits est :
110 000,00 – 80 000,00= 30 000,00
Exercice :
Le résultat de l’exercice 1995 d’une entreprise a été déficitaire
pour un montant de 300 000,00 dont 100 000,00 correspond
aux amortissements du même exercice. Les résultats dégagés
au cours des exercices suivants sont:
Exercices Résultat fiscal avant imputation des déficits
1995 Déficit fiscal 300 000 dont amortiss 100 000
1996 Bénéfice fiscal 20 000
1997 Bénéfice fiscal 40 000
1998 Bénéfice fiscal 30 000
1999 Bénéfice fiscal 70 000
2000 Bénéfice fiscal 180 000

Comment doit être réglée la situation fiscale de cet entreprise?


 Exercice 1996
Bénéfice de l’exercice avant report déficitaire + 20 000
Déficit fiscal reportable de l’exercice 1995 (Hors amort) – 200 000
Reliquat du DF reportable (H Amort exercice 1995) – 180 000
Déficit sur amortiss reportables de l’exercice 1995 – 100 000

 Exercice 1997
Bénéfice de l’exercice avant report déficitaire + 40 000
Déficit fiscal reportable de l’exercice 1995 (Hors amort) – 180 000
Reliquat du DF reportable (H Amort exercice 1995) – 140 000
Déficit sur amortiss reportables de l’exercice 1995 – 100 000
 Exercice 1998
Bénéfice de l’exercice avant report déficitaire + 30 000
Déficit fiscal reportable de l’exercice 1995 (Hors amort) – 140 000
Reliquat du DF reportable (H Amort exercice 1995) – 110 000
Déficit sur amortiss reportables de l’exercice 1995 – 100 000

 Exercice 1999
Bénéfice de l’exercice avant report déficitaire + 70 000
Déficit fiscal reportable de l’exercice 1995 (Hors amort) – 110 000
Reliquat du DF non reportable (H Amort exer 1995) – 40 000
Déficit sur amortiss reportables de l’exercice 1995 – 100 000
Le reliquat de la perte ( Hors amortissement) de l’exercice
1995 soit – 40 000 se trouve définitivement perdu, puisque
non imputé en totalité sur les résultats des quatre exercices
suivants: 1996,1997,1998 et1999.
L ’entreprise garde toutefois le droit de reporter la part du
déficit de l’exercice 1995 correspondant aux amortissements
soit 100 000 sur les bénéfices qui pourraient résulter des
exercices ultérieurs.

 Exercice 2000
Bénéfice de l’exercice avant report déficitaire + 180 000
Déficit sur amortissement reportable de 1995 – 100 000
Bénéfice fiscal 2000 après imputation des déficits + 80 000
Passage du résultat net comptable au résultat net fiscal

INTITULE Montant Montant


Résultat net comptable
Bénéfice net
Perte nette
Réintégrations fiscales

1- Courantes

2- Non courantes

Déductions fiscales

1- Courantes

2- Non courantes

TOTAL
INTITULE Montant Montant
Résultat brut fiscal
Bénéfice brut (A)
Déficit brut fiscal (B)
Reports déficitaires imputés (C) (**)
Exercice N-4
Exercice N-3
Exercice N-2
Exercice N-1
Résultat net fiscal
Bénéfice net fiscal (A-C)
Déficit net fiscal (B)
Cumul des amortissements fiscalement différés
Cumul des déficits fiscaux restant à reporter
Exercice N-4
Exercice N-3
Exercice N-2
Exercice N-1

(**)Dans la limite du montant du bénéfice brut fiscal (A)


Exercice:
a) Extrait du bilant au 31/12/N:
Capital social : 400 000
Réserve légale : 12 000
Report à nouveau créditeur: 6 000
Résultat de l’exercice : 80 000

b) Extrait des statuts: 5% de la réserve légale, le reste est


réparti entre les associés.

TAF:
1-Etablir le tableau de répartition du bénéfice
2- Déterminer le montant du dividende par titre
1 Bénéfice de l’exercice 80 000,00
2 Réserve légale 5% 4 000,00
3 Solde (1-2) 76 000,00
4 Report à nouveau (SC) 6 000,00
5 Bénéfice distribuable (3+4) 82 000,00
6 TPA (5 X 15%) 12 300,00
7 Dividende net ( 5-6) 69 700,00

TPA: Taxe sur les produits des actions, parts sociales et


revenus assimilés est fixé à 15% . Elle dispense l’associé de
l’Impôt Général sur les revenus.
Résultat de l’exercice 80 000
Report à nouveau SC 6 000
Réserve légale 4 000
Associés dividendes à payer 69 700
Etat retenue à la source 12 300

Répartition du bénéfice

Dividende par titre = 69 700/4000


= 17,425 Dhs
Exercice
Les capitaux propres d’une SA au 31/12/N sont:
- Capital social : 400 000,00
- Réserve légale : 38 000,00
- Autres réserves : 64 000,00
- Report à nouveau : - 1 000,00
- Résultat de l’exercice : 59 000,00
Le capital est libéré de ¾.
L’AGO a décidé le 24/5/N+1, la répartition des bénéfices
compte tenu des obligations suivantes:
- Constitution d’une réserve légale,
- Fixer à 6% pour rémunérer les capitaux,
- Une dotation de 5 000,00 Dhs à la réserve facultative.
L’AGO propose de distribuer un dividende global de 12,00
DH par action. Le surplus, et après dotation éventuelle à un
fonds de réserve jugé utile par l’AGO , est à attribuer aux
actions un titre de superdividende et éventuellement un report
à nouveau.
TAF: Répartir le bénéfice et passer les écritures au journal.
Bénéfice distribuable= 59 000 – 1 000 (R à N débiteur)= 58 000,00

1ère étape:

 Réserve Légale = 58 000 x 5% = 2 900,00

Le solde du compte devient 38 000 + 2 900 = 40 900,00

40 900,00 Dhs dépasse 10% du capital social


( 400 000 x 10% = 40 000,00)

Donc la réserve légale à retenir est de 2 000,00 Dhs.

 Intérêts statutaires = 40 000 x ¾ x 6% = 18 000,00


 Réserves facultatives = 5 000,00
 Report à nouveau = à déterminer
2 ième étape:

 Dividende global = 12 x 4 000,00 = 48 000,00

 Dividende net = 48 000,00 x 0,85% = 40 800,00

 Etat retenue à la source = 7 200,00

 superdividende global = superdividende + Intérêts statutaires

Superdividende = 48 000,00 – 18 000,00 = 30 000,00


Calcul du report à nouveau:
Superdividende = Bénéfice – 1ère étape
30 000,00 = 58 000 – ( 2000 + 18 000 + 5000 + R à N)
Donc Report à nouveau = 3 000,00 Dhs.

Résultat net de l’exercice 58 000,00

Réserve légale 2 000,00


Réserves facultatives 5 000,00
RàN 3 000,00
Actionnaires, dividendes à payer 40 800,00
Etat, retenue à la source 7 200,00

Suivant de la décision de l’AGO


Impôt sur les Sociétés
L’impôt sur les sociétés est régi par le dispositions du titre
premier de la première partie du livre premier du code général
des impôts, institué par l’article 5 de la loi de finances n° 43-
06 pour l’année budgétaire 2007.
 L’IS frappe l’ensemble des produits, bénéfices et revenus
prévus aux articles 4 et 8 du CGI, acquis par les sociétés et
autres personnes morales visées à l’article 2 du dit code.
On distingue les personnes morales:
 obligatoirement imposées,
 Imposées par option,
 Exclues du champ d’application ou exonérées.

 L’Is est calculé à partir du résultat fiscal qui peut être


différent du résultat comptable.
Résultat comptable = Produits – Charges
Résultat fiscal = Résultat comptable (avant impôt)
+ Réintégrations
- Déductions
- Déficit reportable éventuel

Période et lieu d’imposition


L’IS est calculé d’après le bénéfice réalisé au cours de chaque
exercice comptable qui ne peut être supérieur à 12 mois.
Il frappe toutes les sociétés au lieu de leur siège social ou de
leur principal établissement au Maroc.
Taux de l’impôt
Le calcul de l’IS se fait en appliquant au résultat fiscal le taux
de l’IS en vigueur.

Impôt progressif
C’est un impôt dont le taux s’accroit en fonction de l’élément
taxé, appelé base d’imposition ou assiette. En d’autres termes,
plus la valeur de l’élément sur lequel est assujetti l’impôt est
importante, plus le taux appliqué à cette valeur pour calculer
l’impôt va être important.

Impôt proportionnel ou impôt à taux unique


La proportionnalité de l’impôt est l’application d’un taux
constant à une assiette . Le taux n’est pas évolutif en fonction
des tranches, comme avec l’impôt progressif.
L’impôt proportionnel consiste en l’application d’un taux fixe
à une base imposable. Peu importe le montant de l’opération,
le taux appliqué reste identique.
Illustration comparative entre l’ancien barème et le
nouveau barème
Ancien barème Nouveau barème
Montant du bénéfice net Taux Montant du bénéfice net Taux
imposable en DH % imposable en DH %

Inférieur ou égal à 300 000,00 10% Inférieur ou égal à 300 000,00 10%
De 300 001 à 1 000 000,00 17,5% De 300 001 à 1 000 000,00 20% 30 000
Supérieur à 1 000 000,00 31% Supérieur à 1 000 000,00 31% 140 000

Ainsi, le taux de 20% remplace le taux de 17,5%.


Le nouveau barème est applicable au titre des exercices
ouverts à compter du 01/01/2020
Cas d’illustration:
Prenant l’exemple d’une société qui a réalisé un bénéfice net
de 2 000 000,00Dhs. Quel sera le montant de l’IS à payer ?

Méthode de calcul par tranche


(300 000 x 10%) + ( 700 000 x 20%) +( 1 000 000 x 31%) =
480 000,00 Dhs

 Méthode de calcul rapide


2 000 000,00 x 31% = 620 000,00 Dhs
Par ailleurs, le taux de 20% sera appliqué également à la
tranche du bénéfice net fiscal supérieure à 1.000.000 DH pour
les contribuables suivants:

Les entreprises exportatrices (pour la partie du bénéfice


afférent au CA à l’export), et ce après les 5 premiers
exercices d’exonération;

Les entreprises hôtelières et les établissements d’animation


touristique (pour la partie du bénéfice afférent au CA
réalisé en devises), et ce après les 5 premiers exercices
d’exonération;
Les entreprises minières exportatrices, et ce à compter de
l’exercice au cours duquel la première opération d’exportation
est réalisée;

Les entreprises artisanales dont la production est le résultat


d'un travail essentiellement manuel, et ce pendant les 5
premiers exercices consécutifs suivant la date du début de leur
exploitation;

Les établissements privés d’enseignement ou de formation


professionnelle, et ce pendant les 5 premiers exercices
consécutifs suivant la date du début de leur exploitation;
Les sociétés sportives, et ce après les 5 premiers exercices
d’exonération;

Les promoteurs immobiliers (au titre des revenus provenant


de la location de cités, résidences et campus universitaires), et
ce pendant les 5 premiers exercices à compter de la date
d’obtention du permis d’habiter;

Les exploitations agricoles imposables, et ce de façon


permanente;

Les sociétés exerçant les activités d’externalisation de


services à l’intérieur ou en dehors des plateformes
industrielles intégrées dédiées à ces activités, et ce après les 5
premiers exercices d’exonération.
Le taux marginal de 31% est réduit à 28% pour les
sociétés exerçant une activité industrielle ayant un bénéfice
net inférieur à 100 MDH.

L’activité industrielle s’entend de toute activité qui


consiste à fabriquer ou à transformer directement des biens
meubles corporels moyennant des installations techniques,
matériels et outillages dont le rôle est prépondérant.
 Maintien du taux de 37% pour les établissements de crédit
et organismes assimilés, Bank Al Maghrib, la Caisse de dépôt
et de gestion, les sociétés d'assurance et de réassurances.

Extension du taux de 37% aux entreprises d'assurance et de


réassurance Takaful, aux fonds d'assurances Takaful et aux
fonds de réassurances-Takaful.

Le taux de 37% pour ces entreprises est applicable au titre


des exercices ouverts à compter du 1/1/2020.
La cotisation minimale
IS ( calculé ou théorique) = Résultat fiscal x taux de l’IS.
L’impôt ainsi obtenu doit être comparé à une cotisation
minimale et l’impôt dû sera le plus élevé.

 Toutes les sociétés marocaines sont redevables d’un impôt


qui ne peut être inférieur, pour chaque exercice, quelque soit le
résultat fiscal à une cotisation minimale.

 La CM est un minimum d’imposition que les contribuables


soumis à l’impôt sur les sociétés où à l’impôt sur le revenu
sont tenus de verser, même en l’absence de bénéfice. Le
montant de l’impôt dû par les sociétés, autres que les sociétés
non résidentes imposées forfaitairement conformément aux
dispositions de l’article 16, ne peut être inférieur, pour chaque
exercice, quelque soit le résultat fiscal de la société concernée,
à une cotisation minimale. Ce minimum ne peut être inférieur
à 3 000,00 Dhs pour les contribuables soumis à l’impôt sur les
sociétés et à 1 500,00 Dhs pour ceux soumis à l’impôt sur le
revenu.

C’est un minimum d’impôt à payer par la société (Smig fiscal)


dans deux cas:
 Résultat déficitaire,
 IS calculé < CM

 Les sociétés sont exonérées de la CM pendant les 36


premiers mois d’activité sans que cette exonération puisse
dépasser 60 mois à compter de la date de constitution.
Base de calcul

Base = [ CA HT ( net des RRR Accordés)


+ Produits accessoires HT
+ Produits financiers HT (sauf dividendes)
+ Subventions, dons et primes reçues]
CM = Base de CM X Taux de CM
Taux de CM: C’est la grande surprise de la loi de finances
2020. Ce taux a baissé de 0,75% à 0,5%, soit une baisse de
25%.

Le taux normal de la cotisation minimale devient 0,5%.

Ce taux est porté à 0,6% si après les 36 premiers mois


d’exonération, le résultat courant hors amortissement est
déclaré négatif au titre de deux exercices consécutifs.
Si le résultat courant hors amortissement est négatif en 2017 et
2018, la CM de 2019 sera calculée au taux de 0,6%
Le barème actualisé de la CM est présenté comme suit:

Catégories de contribuables Taux

Ventes de produits pétroliers, gaz, beure, 0,25%


huile, sucre, farine, eau, électricité,
médicaments

Droit commun 0,75%

Professions libérales ( avocats, notaires, 6%


architectes, médecins, sages-femmes,..
 IS dû: peut être égal à l’IS calculé ou à la CM
 Si l’IS calculé > CM IS dû = IS calculé
 Si l’IS calculé < CM IS dû = CM

Paiement ou liquidation de l’impôt


L’IS doit être versé spontanément selon un système d’acomptes
trimestriels avec régularisation, une fois que le résultat de
l’exercice est définitivement connu.
Chaque entreprise doit acquitter chaque année 4 acomptes,
correspondant chacun à 25% du montant de l’impôt dû au titre
du dernier exercice appelé «exercice de référence».
4 acomptes sont versés au cours de l’exercice:
1er acompte: 31/3 2 ième acompte: 30/6
3 ième acompte: 30/9 4 ième acompte: 31/12
Une fois le résultat de l’exercice N connu, on procède à des
régularisations:

 Si l’impôt dû est > au total des acomptes versés au cours


de l’année, l’entreprise doit verser le reliquat ® :
R= IS dû – Somme des acomptes,

 Si au contraire, l’impôt dû est < au total des acomptes


versés au cours de l’année, la société impute d’office cet
excédent sur le 1er acompte, et le cas échéant sur les autres
acomptes. L’excédent éventuel restant est récupéré par la
société avant le 31/1.
Chapitre 5
Opérations de modification du
capital
 Le capital social d’une SA peut faire l’objet de trois types
de modification, soit
 Une augmentation,
 Une réduction
 Un remboursement (amortissement du capital).

L’augmentation du capital est une technique qui permet aux


entreprises d’acquérir du capital avec une rémunération
immédiate. Augmenter le capital est une décision qui incombe
à l’assemblée générale extraordinaire. Elle peut s’effectuer une
ou plusieurs fois, soit par émission d’actions nouvelles, soit
par majoration de la valeur nominale des actions existantes.
 L’augmentation du capital est justifiée par le développement
de l’activité de l’entreprise, l’amélioration du fonds de
roulement et la réassurance des créanciers. Cet opération
entraîne la modification d’un article des statuts.
 Formes de l’augmentation du capital
1- Augmentation du capital par apports nouveaux en
numéraire ou en nature,
2- Augmentation du capital par incorporation des réserves,
3- Double augmentation simultanée,
4- Augmentation du capital par la compensation de dettes.

 Formes de la réduction du capital


1- Réduction motivée par des pertes
2- Réduction non motivée par des pertes
1- Augmentation du capital par apports nouveaux (en
numéraire ou en nature)
Lorsque la société projette d’accroître son activité, elle
augmente ses moyens financiers par des apports en espèces, ou
ses moyens d’exploitation par des apports en nature.

L’augmentation du capital par apports nouveaux ne peut être


opérée que si le capital ancien est entièrement libéré. Cet
augmentation se fait généralement lorsque la situation de la
société est florissante: Elle a des réserves et ses actions ont
une valeur intrinsèque supérieure à leur valeur nominale.

L’augmentation du capital par apports est soumise à des


règles semblables à celles appliquées lors de la constitution.
Cependant, en cas d’augmentation par apport, le problème de
la fixation du prix d’émission des actions et des droits de
souscription se pose.
1-1 Prix d’émission des actions nouvelles
Les actions nouvelles sont émises soit à leur valeur nominale,
soit à leur valeur nominale majorée d’un montant appelé prime
d’émission.

Prix d’émission = Valeur nominale + Prime d’émission

 En théorie, le prix d’émission des nouvelles actions devrait


être égal à la valeur réelle des anciennes actions appelées
valeurs mathématiques (VM1) avant l’augmentation du
capital.
 Le PE des actions nouvelles ou les conditions de fixation
de ce prix sont déterminées par l’AG sur rapport de conseil
d’administration ou du directoire et sur rapport spécial du ou
des commissaires aux comptes.
Valeur mathématique
Elle est obtenue à partir du bilan. On distingue: la valeur
mathématique comptable ou théorique et la valeur
mathématique réelle ou intrinsèque.

a- la valeur mathématique comptable ou théorique (VMC)


La VMC d’une entreprise est égale au montant de sa situation
nette comptable (SNC) ou de son actif net comptable. Tenant
compte des remarques suivantes:
- Les frais préliminaires, les charges à répartir sur plusieurs
exercices et les primes de remboursement des emprunts sont
des non-valeurs (actif fictif),
- Les provisions pour risques et charges considérées comme
des dettes du passif circulant lorsqu’elles sont justifiées,
s’elles ne le sont pas, elles seront considérées reprises avec les
capitaux propres.
VMC= Actif net comptable
Nombre d’actions
Actif net comptable
= Actif réel – Dettes
= fonds propres – actif fictif
Avec :
 Par le bas du bilan : Actif réel = Actif total – actif fictif
 Par le haut du bilan : Actif réel = cap propres et assimilés –
actif fictif + Plus values – Moins values
b-la valeur mathématique réelle ou intrinsèque (VMR)
VMR= Actif net réel
Nombre d’actions

NB: Ces deux valeurs (VMC et VMR) peuvent être calculées


soit avant la répartition des bénéfices, dans ce cas, on parle de
valeur mathématique coupon attaché, soit après la
répartition des bénéfices, , dans ce cas, on parle valeur
mathématique coupon détaché ou ex-coupon.

VM coupon détaché = VM coupon attaché


- Dividende par action
Exercice d’application:
Le capital social d’une SA est de 15 000 actions de 100,00
Dhs (entièrement libérés).
Extrait du bilan au 31/12 est comme suite:
- Réserves légales : 100 000,00
- Réserves statutaires : 325 000,00
- Réserves facultatives : 340 000,00
- Bénéfice net : 835 000,00
- Frais préliminaires : 100 000,00
Répartition des bénéfices est comme suit:
- Réserves légales : 5%
- Intérêt statutaire : 5%
- Réserves statutaires : 7%
- Reporter les sommes non distribuées,
- Le dividende global par action : 48 Dhs
TAF: Calculer la VMC après répartition des bénéfices
Solution
1- Répartition des bénéfices
1ere Etape
- Réserves Légales = 835 000 X 5% = 41 750,00
- Intérêt statutaire = 1 500 000 X 4/4 X 5% = 75 000,00
- Réserves statutaires = 835 000 X 7% = 58 450,00
- Report à nouveau: à déterminer

2ième Etape
- Dividende global = 48 X 15 000 = 720 000,00
- Dividende net = 720 000 – ( 720 000 X 15%) = 612 000,00
- Retenue à la source = 720 000 X 15% = 108 000,00
-Détermination du Report à nouveau
Dividende global = superdividende + Intérêt statutaire
720 000 = superdividende + 75 000
Superdividende 645 000,00
Or, Superdividende = bénéfice net – 1ère Etape
645 000,00 = 835 000 – ( 41 750 + 75 000 + 58450 + R à N )
R à N = 14 800,00 Dhs

Après la répartition, on aura le bilan suivant:


Capitaux propres
- Capital social : 1 500 000,00
- Réserves légales : 141 750,00
- Réserves statutaires : 383 450,00
- Réserves facultatives : 340 000,00
- Report à nouveau : 14 800 ,00
 Passif circulant
-Actionnaires, dividendes à payer : 612 000,00
- Etat, impôt et taxes : 108 000,00
Actif
- Frais préliminaires : 100 000,00
2- Calcul de la VMC
VMC = Actif net comptable
Nombre d’actions

= capitaux propres – actif fictif


Nombre d’actions

= 2 380 000 – 100 000


15 000

VMC = 152 Dhs/ Action


1-2 Prime d’émission

Prime d’émission = Prix d’émission - VN

La prime d’émission n’est pas un bénéfice, mais un


supplément d’apports qui a pour but d’équilibrer la valeur des
droits que les anciens actionnaires ont dans l’actif net avec
celle des droits qu’obtiennent les souscripteurs dans cet actif
net en cas de réserves.

La prime d’émission constitue un droit que les souscripteurs


acquièrent sur les réserves accumulées et doit être
intégralement libérée dès la souscription des actions de
numéraire.

Quant aux conditions de libération des actions, elles sont les


mêmes que lors de la constitution de la société.
 L’augmentation du capital est réalisée dès que la libération
es apports en numéraire est constatée, et que l’évaluation des
Apports en nature est approuvée ( modification des statuts,
ublicité légale, etc.).

 En pratique, les nouvelles actions sont émises à un prix


d’émission compris entre la VN et la VR des anciennes actions
(VM) afin d’obtenir plus facilement la souscription des actions
nouvelles, lorsque la VM est élevée dans les sociétés ayant des
réserves importantes: VN < Prix d’émission < VM
C’est ainsi qu’on a crée un droit préférentiel de souscription
(DPS) pour les anciennes actionnaires
Exercice d’application
La situation nette de la SA ZIBRA, au 31/12/2006 se compose
des éléments suivants:
o Capital ( 5 000 x 100) : 500 000.00 Dhs
o Réserves légales : 36 000.00 Dhs
o Autres réserves : 264 000.00 Dhs

Le 2/1/2007, la société a décidé de procéder à une


augmentation du capital en numéraire, par émission de 2500
actions nouvelles de 100 Dhs à un prix d’émission de 135 Dhs
l’une totalement libérées à la souscriptions.

TAF: Passer les écritures relatives à cette augmentation


Correction
L’augmentation du capital est enregistrée de la manière
Suivante:

 Le jour de la libération
5141 Banque 337 500
4462 Associés-versement reçus sur 337 500
augmentation du capital
Libération totale des apports

Valeur de l’augmentation = Prix d’émission x Nombre d’actions émises


= 135 X 2500
= 337 500.00
 Constatation de l’augmentation du capital par
émission de 2500 actions à 135 Dhs

4462 Associés-versement reçus sur 337 500


augmentation du capital
1111 Capital social 250 000
1121 Prime d’émission 87 500

Constatation de l’augmentation du
capital

Prix d’émission = 135 X 2500 = 337 500


Valeur nominale = 100 X 2500 = 250 000
Prime d’émission = (Prime d’émission – Valeur nominale) x Nombre
d’actions
= ( 135 – 100) x 2500 = 87 500
1-3 Droits préférentiels de la souscription (DPS)
L’ actionnaire ancien a la priorité pour la souscription des
actions nouvelles émises. Il bénéficie donc d’un droit
préférentiel de souscription attaché à chacune des actions.Ce
droit est négociable dans les mêmes conditions que l’action
elle-même.
La valeur théorique du DPS est égale, en principe à la perte
subie par l’action ancienne lors de l’émission des actions
nouvelles.

Valeur théorique du DPS = Valeur de l’action avant


augmentation - Valeur de l’action après augmentation
Formule générale du droit de souscription
Soient:
• n’ : nombre d’actions nouvelles,
• n : nombre d’actions anciennes,
• V : valeur de l’action avant augmentation du capital,
• e : prix d’émission de l’action nouvelle,
Du point de vue de l’actionnaire ancien qui négocie son droit
de souscription, on peut écrire:

DS = Valeur de l’action avant augmentation du capital


- Valeur de l’action après augmentation du capital

Ou bien DS= (V- e) x n’


n + n’
1-4 Rapport de souscription (RS)
RS = Nombre d’actions nouvelles
Nombre d’actions anciennes

Exemple: Nombre d’actions nouvelles 10 000


Nombre d’actions anciennes 25 000

RS = 10 000/25 000
= 2/5

Interprétation: Pour souscrire 2 actions nouvelles, il faut


disposer de 5 actions anciennes càd de 5 droits de
souscription.
2- Augmentation du capital par incorporation des réserves
Sont susceptibles d’être capitalisés:
 Les primes liées au capital social: primes d’émission, de fusion et
d’apports;
 Les écarts de réévaluation;
 Toutes les réserves comptabilisées: légale, statutaires ou
contractuelles, facultatives, réglementées.
 Les bénéfices: report à nouveau (S.C), résultat net en instance
d’affectation (S.C), résultat net de l’exercice (S.C).

 L’augmentation de capital peut se traduire


 Soit par l’augmentation de la valeur nominale des actions existantes;
 Soit par l’augmentation du nombre d’actions (émission d’actions
nouvelles gratuites dont la valeur nominale est égale à celle des
actions anciennes).
2-1 Augmentation de la valeur nominale des actions
anciennes

L’augmentation de valeur nominale des actions anciennes est sans


incidence sur la valeur mathématique de l’action.

Exemple: La S.A Alpha au capital de 400 000 DH( valeur


nominale de l’action 400Dh)décide , le 1/9/96 d’augmenter son
capital par incorporation de réserves:
(réserves statutaires 100 000 Dh, réserves facultatives 100 000 Dh)
et augmentation de la valeur nominale des actions anciennes.
Les capitaux propres , avant augmentation, se présentaient ainsi:
- Capital social : 400 000
- Réserve légale : 30 000
- Autres réserves : 200 000 (dont Réserves Statutaires 100 000
Réserves facultatives 100 000
Actif fictif = 0
VM avant augmentation = 630 000/1000 actions
= 630 DH
Nouveau capital = 400 000 + ( 100 000 + 100 000)
= 600 000
Nouvelle valeur nominale = 600 000/1000 actions
= 600 DH
Capital social 600 000
Réserve légale 30 000
Capitaux propres après augmentation = 630 000 DH

VM après augmentation = 630 000/ 1000 actions


= 630 DH
1/9/96
1152 Réserves statutaires ou 100 000
1152 100 000
contractuelles
Réserves facultatives
1111 Capital social 200 000

Augmentation du capital par


augmentation de la valeur
nominale de 400 DH à 600 DH
2-1 Emission d’actions nouvelles gratuites
Exemple:
La S.A Wouroud au capital de 300 000 DH, composé de 3000
actions de nominal 100 DH, augmente , le 1/4/96, son capital
de 20 000 DH par incorporation de réserves facultatives et
émission d’actions gratuites.
Les réserves facultatives constituées par la société s’élèvent à
23 200 DH
 Nombres d’actions nouvelles gratuites émises = 20 000/100
= 200 actions
 Nombre d’actions après augmentation du capital=
3000 actions anciennes + 200 actions nouvelles = 3200 actions
3- Double augmentation du capital
Parfois, les S.A combinent deux augmentations de capital:
- Par apports nouveaux;
- Par incorporation de réserves, bénéfices ou primes.
Cette double augmentation est réalisée soit successivement
soit simultanément.

3-1 Double augmentation successive de capital:


La double augmentation successive de capital peut être
réalisée de deux manières différentes:
- par apports nouveaux puis par incorporation de réserves, bénéfices
ou primes;
- par incorporation de réserves, bénéfices ou primes puis par apports
nouveaux .
3-1-1 Apports nouveaux puis incorporation de réserves,
Exemple:
La S.A Alpha au capital de 600 000 DH (6000 actions de
valeur nominale 100DH et de valeur réelle 300 DH) décide , le
1/7/96, une double augmentation de capital:
- Émission, le 1/7/96, de 3000 actions de numéraire à 140 DH
l’une, totalement libérées par versement bancaire;
- incorporation, le 1/10/96, de 200 000 DH de réserves
facultatives et distribution de 2000 actions gratuites.
1ère augmentation de capital: Apports nouveaux
Rapport de souscription = 3000/6000 = ½
Valeur de l’action après augmentation
= (6000 x 3 00) + ( 3000 x 140) = 2 220 000/9000
6000 + 3000
= 246,67

2 DS + 1 x 140 = 1 x 246,67
DS= 53,33
Ou DS = 300 – 246,67 = 53,33 DH
Nombre d’actions après augmentation du capital est de:
6000 + 3000 = 9000
2ème augmentation de capital: Incorporation de
Réserves:
Rapport d’attribution = 2000/9000 = 2/9
Valeur de l’action après augmentation est de:
2 220 000 / 9000 +2000 = 201,82 DH

9 DA = 2 x 201,82
DA= 44,85
ou DA = 246,67 – 201,82 = 44,85 DH
Droit global = Valeur de l’action avant double augmentation
- Valeur de l’action après double augmentation
DG = DS + DA = 53,33 + 44,85
= 300 – 201,85 = 98,18 DH
1/7/96
5141 Banque 420 000

4462 Associés, versement 420 000


reçus sur aug de capital
Libération des apports:
3000 x 100= 300 000
3000 x (140 – 100)=120 000
1/7/96
4462 Associés, versement reçus sur 420 000
augmentation de capital
1111 Capital social 300 000
1121 120 000
Primes d’émission
Constatation de l’augmentation
du capital
1/10/96
1152 Réserves facultatives 200 000

1111 Capital social 200 000

Constatation de l’augmentation
du capital
2000 actions x 100DH
3-1-2 Incorporation de réserves puis apports
nouveaux:
Exemple: Reprenons l’exemple de la S.A Alpha et supposons
que l’incorporation de réserves a eu lieu le 1/7/96, et
l’émission d’actions de numéraire a eu lieu le 1/10/96.
1ère augmentation: Incorporation des réserves
Rapport d’attribution = 2000/6 000 = 1/3
Valeur de l’action après augmentation est de:
6000 x 300 / 6000+2000 = 1 800 000/8000 = 225 DH
3 DA = 1 x 225
DA = 75 DH ou bien DA = 300 – 225 = 75 DH
Nombre d’actions après augmentation = 6000 + 2000 = 8000
2ème augmentation de capital: Apports nouveaux :
Rapport de souscription = 3000/8000 = 3/8
Valeur de l’action après augmentation est de:
(8000 x 225) + (3000 x 140) / 8000+3000 = 201,82

8 DS + (3 x 140) = 3 x 201, 82
DS= 23,18 DH
ou DS = 225 – 201,82 = 23,18 DH
Droit global = Valeur de l’action avant double augmentation
- Valeur de l’action après double augmentation
DG = 300 – 201,82 = 75 + 23,18 = 98,18 DH
1/7/96
1152 Réserves facultatives 200 000

1111 Capital social 200 000

Augmentation du capital par


émission de 2000 actions
gratuites
1/10/96
5141 Banque 420 000

4462 Associés, versement 420 000


reçus sur aug de capital
Libération des apports:
1/10/96
4462 Associés, versement reçus sur 420 000
augmentation de capital
1111 Capital social 300 000
1121 120 000
Primes d’émission
Augmentation du capital par
émission de 3000 actions à 140
DH l’une
3-2 Double augmentation simultanée de capital par
apports nouveaux et par incorporation de réserves,
bénéfices ou primes:

Les DA et les DPS appartiennent exclusivement aux anciens


actionnaires.

Exemple:
La S.A Béta au capital de 500 000, divisé en 5000 actions
de nominal 100 DH et cotées en bourse à 140 DH, décide
le 1/8/96, une double augmentation simultanée de son
capital:
- par émission à 110 DH de 2000 actions libérées en totalité
à la souscription par versement en banque;
- et par incorporation d’une fraction de réserves facultatives
et distribution de 1000 actions gratuites.

V= 140 DH
V’ = (5000 x 140) + ( 2000 x 110)/ 5000 + (2000 +1000)
= (700 000 + 220 000) / 5000 + 3000
= 920 000/ 8000 actions
= 115 DH
Droit global = V –V’
= 140 – 115
= 25 DH
DG = DS + DA

1ère méthode:
Rapport de souscription=
2000 actions nouvelles/ 5000 actions anciennes = 2/5
5DS + 2 x 110 = 2 x 115
5 DS + 220 = 230
DS= 2 DH
DA = 25 DH – 2DH = 23 DH
2ème méthode:
Rapport d’attribution =
1000 actions nouvelles/ 5000 actions anciennes = 1/5
5 DA = 1 x 115
DA= 23 DH DS= 25 DH – 23 DH = 2 DH
1/8/96
5141 Banque 220 000

4462 Associés, versement 220 000


reçus sur aug de capital
Libération des apports:
2000 x 110 DH
1/8/96
4462 Associés, versement reçus sur 220 000
augmentation de capital
1152 Réserves facultatives 100 000
1111 capital social 300 000
1124 Primes d’émission 20 000

Emission de 2000 actions à 110


DH et distribution de 1000
actions gratuites
4- Augmentation du capital par conversion des dettes
sociales

a) Conversion des dettes ordinaires en actions


Exemple:
La S.A Gama au capital de 200 000 DH, divisé en 2000
actions, décide, le 1/6/99, de convertir sa dette de 12000 DH
vis-à-vis du fournisseur de matières premières Tarik, en 100
actions de nominal 100 DH.
1/6/99
4411 Fournisseur Tarik 12 000

4462 Associés, versements 12 000


reçus sur augmentation de capital

Libération des apports


1/6/99
4462 Associés, versement reçus sur 12 000
augmentation de capital

1111 capital social 10 000

1124 Primes d’émission 2 000

Augmentation de capital par


conversion d’une dette de 12 000
DH en 100 actions de nominal
100 DH

Le compte capital (SC) est de 310 000


Le compte Fournisseur Tarik est soldé
b) Incorporation au capital de tout ou partie des comptes
courants créditeurs des associés
Exemple:
La S.A Alpha au capital de 300 000 DH (3000 actions) a des
difficultés de trésorerie.
L’actionnaire Hassan accepte de convertir sa créance de
50 000 DH, en compte courant créditeur, en actions.
Les actions nouvelles sont émises à 125DH
L’opération est réalisée, le 1/9/96, après approbation par
l’assemblée générale extraordinaire.
Nombre d’actions nouvelles émises = 50 000 DH/125 DH
= 400 actions
1/9/96
4463 Comptes courants des associés 50 000
créditeurs

4462 Associés, versements 50 000


reçus sur augmentation de capital

Libération des apports


1/9/96
4462 Associés, versement reçus sur 50 000
augmentation de capital

1111 capital social 40 000

1124 Primes d’émission 10 000

Constatation de l’augmentation
de capital
400 actions x 100 = 40 000
400 actions x (125 – 100)
= 10 000
c) Conversion d’obligations en actions
Exemple:
La S.A Wouroud au capital de 2 000 00 DH, divisé en 10 000
Actions, a émis, le 1/7/95, au prix de 500 DH, 10 000
obligations de nominal 500 DH et dont le prix de
remboursement est de 500 DH. Ces obligations sont
convertibles à tout moment en actions à raison d’une
obligation contre deux actions de nominal 200 DH;
Le 30/9/96, 400 obligations sont converties en action.
30/9/96
1410 Emprunts obligataires 200 000

4462 Associés, versements 200 000


reçus sur augmentation de capital

Libération des apports


400 x 500 DH
30/9/96
4462 Associés, versement reçus sur 20 000
augmentation de capital

1111 capital social 160 000


1124 Primes d’émission 40 000

Emission de 800 actions de


nominal 200 DH en conversion
de 400 obligations

Nombre d’actions émises = 400 obligations x 2 = 800 actions


Augmentation du capital = 800 x 200 DH = 160 000 DH
Réduction du capital
La réduction du capital peut se traduire par:
- Une réduction du nominal des actions (en respectant la règle
du minimum de valeur nominale);
- Une diminution du nombre d’actions (annulation d’actions).

La réduction du capital peut avoir pour motif:


- d’apurer les pertes accumulées en report à nouveau débiteur
(compensation ou absorption des pertes);
- d’ajuster le montant du capital au volume d’activité de la
société, dans ce cas, il y a remboursement aux actionnaires d’une
partie de leur apport, sauf par la partie du capital souscrit non
appelé qui est annulé.
Exemple:
Le capital social d’une S.A est composé de 3000 actions de
nominal 200 DH. Les actionnaires décident de réduire le capital
social de moitié.
1ère possibilité: Réduction du nominal de chaque action à
100 Dh par action
Capital social avant réduction : 3000 x 200 DH = 600 000 DH
Capital social après réduction : 3000 x 100 DH = 300 000 DH
2ème possibilité: Réduction de moitie du nombre d’actions et
Maintien du nominal de chaque action
Capital social avant réduction : 3000 x 200 DH = 600 000 DH
Capital social après réduction : 1500 x 200 DH = 300 000 DH