Vous êtes sur la page 1sur 24

ACADEMIE REGIONALE DE L’EDUCATION ET DE LA FORMATION

DU CASABLANCA SETTAT
DEPARTEMENT DE FRANCAIS DU CRMEF-CASA/SETTAT

Quelles compétences pédagogiques et éthiques


pour un enseignant de français
dans la cadre de la vision stratégique
de la réforme 2015-2030 ?

Exposé réalisé par :


Moulay El Houssine EL FAJRANI
Plan de l’Exposé

Introduction.

I. Contexte général-Textes de référence.

II. Finalité – principes et fondements méthodologiques de la V.S 2015-2030.

III. Quelles compétences pédagogiques et éthiques pour enseigner ?

IV. Organisation du travail de classe : quelques paramètres pédagogiques.

V. « Agir autrement » pour un meilleur enseignement-apprentissage du français.

Conclusion.

Eléments bibliographiques.
Introduction
*Vision stratégique de la réforme 2015-2030 « Pour une école de l’équité, de la qualité
et de la promotion »

*Portefeuille des projets de ladite vision (au nombre de 16)

- Rénovation des métiers de l’enseignement et de la formation ;


*Projet 8 - Promotion de la gestion des profils professionnels ;
- Perfectionnement de la formation initiale et de la formation continue.

- Coordonner les programmes de formation des cadres éducatifs entre les écoles
*Mesures à normales supérieures, les universités, la faculté des sciences de l’éducation et
les CRMEF.
entreprendre Répondre aux besoins spécifiques des bénéficiaires dans les spécialités
linguistiques, cognitives et pédagogiques.
.
- Rencontre / Thème : « Le profil du professeur de français, du pédagogique à l’éthique ».
formation au Objectifs : 1) Rehausser le niveau de la qualité de l’enseignement dans la région ;
profit des 2) Contribuer à l’amélioration de l’apprentissage de la langue française ;
professeurs 3) Favoriser la bonne maîtrise de sa classe, nécessaire à la réussite de
contractuels et la tâche du professeur de français;
ce, le samedi 1 4) Tirer parti de quelques expériences réussies de certains professeurs et
juillet 2017 au praticiens de la langue française;
CRMEF 5) Accompagner et encadrer les contractuels.
I. CONTEXTE GENERAL – TEXTES DE REFERENCE

- La constitution 2011 notamment au niveau de son préambule et de ses articles


1 5,18,19,25,26,31,32,33,34,35,71,159,163,168,169 concernant les dispositions relatives à
l’éducation, la formation et la recherche scientifique;
2 - Les discours royaux notamment ceux de 2012,2013,2014,2015 relatifs aux
dysfonctionnements du système d’E. et de F.
3 -La charte nationale d’E et de F. (1999) qui demeure le cadre de référence de la réforme;
- Le plan d’urgence (2009-2012) visant l’accélération de la mise en œuvre et de
4
l’achèvement de la réforme du SEF;
-Le rapport établi par l’Instance Nationale d’Evaluation à propos de « la mise en œuvre
5
de la CNEF 2000-2013 : les acquis, les déficits et les défis » (CSEFRS)
-Les Mesures prioritaires mises en place par le Ministère de l’Education nationale et de
6
la formation professionnelle ;
-La vision stratégique de la réforme 2015-2030 « Pour une école de l’Equité, de la
7
Qualité et de la Promotion »
8 -Le portefeuille des projets intégrés de ladite vision (Nombre : 16) ;
-La mise en œuvre du chantier de la régionalisation avancée « Pour un développement
9
économique et social local et intégré »;
10 -Le programme gouvernemental (2016-2021).
II. Vision stratégique 2015-2030 : finalité- principes et fondements méthodologiques

-La mise en place d’une Ecole nouvelle dont les principaux fondements sont :
1) *- L’équité et l’égalité des chances ;
Finalité *- La qualité pour tous ;
*- La promotion de l’individu et de la société.

1) Constantes constitutionnelles la religion musulmane, l’unité nationale,


la monarchie constitutionnelle et le choix de la démocratie ;
2) L’identité marocaine unifiée, à dimension plurielle la modération, la
tolérance, le dialogue entre cultures et civilisations, l’enracinement des
2) valeurs, l’appartenance;
Principes 3) Les principes et valeurs des droits humains ;
4) Le système d’éducation, de formation et la recherche scientifique levier du
développement humain durable ;
5) l’engagement dans la société du savoir, de la science, de la création, de
l’innovation et des technologies nouvelles.
1) Adoption de l’approche globale incluant les différentes composantes de l’Ecole
marocaine ;
2) Consolidation des acquis, sans hésiter si nécessaire, à opérer des ruptures ; à
3) Fondements méthodologiques

adopter de nouvelles approches de changement résolution des


problématiques transversales restées en suspens ;
3) Considération de la classe comme élément nodal de la réforme, centrant celle-ci sur
l’apprenant, l’enseignant, les apprentissages et les conditions de scolarisation;
4) Ancrage de l’approche participative et contractuelle moyen d’appropriation et
de mise en œuvre de la réforme ;
5) Engagement de tous dans l’appui à la réforme et à sa réussite ;
6) Mise en place d’une gouvernance efficace au niveau de la conception, la gestion de
la réforme…
7) Développement d’un suivi vigilant et d’une évaluation interne et externe du
processus de mise en œuvre…
8) Considération de cette vision comme étant progressive, flexible, ouverte aux
adaptations et aux enrichissements possibles.
III. Quelles compétences pédagogiques et éthiques pour enseigner ?

1)- Philippe Perrenoud, chercheur en pédagogie, s’inspire dans ses


investigations de l’érgonomie et de l’anthropologie cognitive, de la
psychologie et de la sociologie du travail et de l’analyse des
pratiques.
Il nous propose à propos un référentiel de compétences intitulé « Dix
nouvelles compétences pour enseigner ».
Ces « dix grandes familles de compétences » sont les suivantes :
1) Organiser et animer des situations d’apprentissage ;
2) Gérer la progression des apprentissages ;
3) Concevoir et faire évoluer les dispositifs de différenciation ;
4) Impliquer les élèves dans leur apprentissage et leur travail ;
5) Travailler en équipe ;
6) Participer à la gestion de l’école ;
7) Informer et impliquer les parents ;
8) Se servir des technologies nouvelles ;
9) Affronter les devoirs et les dilemmes éthiques de la
profession ;
10)Gérer sa propre formation continue.
2)- Les qualités d’un bon enseignant :

S’adapter au public (manière de raisonner, s’intéresser à tous…) ;


Impliquer- parler- communiquer de manière claire ; un langage

1) Compétences simple;
pédagogiques Etre compétent dans la matière qu’on enseigne ;
 Rigoureux, précis, bien organisé ;
Interactivité avec les apprenants…

2) Compétences
Dynamique ;
en matière de
« mise en scène Avoir de l’amour ;
des savoirs »
Etre motivé, être vivant ;
Etre inventif dans les outils ou méthodes utilisées (Exp : bonne
gestion du tableau…)

3) Compétences
 Se faire respecter, charismatique (avoir de l’autorité, être écouté,
en matière de
« gestion de donner la parole aux élèves, l’occasion de se poser des questions…)
groupe »
Susciter l’échange, favoriser la communication…
 Ne pas croire que tout est évident ;
4) Compétences en
Etre impartial dans ses décisions ;
matière de
« jugement » Etre juste et ne pas provoquer de la jalousie ;
Ne pas juger les élèves quand ils ratent (pédagogie de l’erreur)…

 Ouvert, compréhensif, à l’écoute de tous et de tout un chacun ;

5) Compétences en Patient ; savoir répéter sans s’énerver ;


matière de Avoir un certain contact avec les élèves ;
« Empathie »
Se sentir responsable de ses élèves, de leur apprentissage/leurs
difficultés…

6) Compétences en Gentil, sympathique, souriant, joyeux, de bonne humeur ;


matière de « La Bien s’habiller (look simple) ;
personnalité »
 Confiant , ponctuel, intelligent…
3)- Autres modèles :

-* Compétences professionnelles des professeurs (B.O n° 1 du 4 janvier

2007 / France) ;

- * Modèle de Guy le Boterf ;

- * Modèle de Guir et Bessière ;

- * Modèle Canadien (Québec).

etc…
IV. Organisation du travail de classe : quelques paramètres pédagogiques

1) Triangle didactique (pédagogique) présente la situation d’apprentissage


savoir

St
ra
e
qu


gie
cti
ida

d’a
nd

pp
o

re
ati

nti
or

sa s
b
Ela

ge
Enseignant Apprenant
Relation pédagogique
. La situation d’apprentissage Ensemble d’interactions entre l’enseignant, les
savoirs à communiquer et l’apprenant.
2) Qu’est-ce qu’une classe ?
« Un grand animal à trente têtes et soixante pieds. Un monstre qui bouge, rigole,gigote,
chuchote, gratte, s’endort, rêve. Et avec cela sournois, imprévisible, sensible à la saison,
à l’orage, à la canicule, au gel. L’enseignant se sent enveloppé par le monstre, tantôt englué
dans une gelée molle, tantôt attaqué de toute part comme un bain d’acide, ou encore c’est
le regard insoutenable dardé du fond de la masse qui l’hypnotise ».
Michel Tournier, le Médianoche amoureux p.172, collection « Folio » Gallimard.
3) Gérer l’hétérogéneité en classe

« Une classe hétérogène est une mine, car elle constitue à la fois une richesse à
exploiter et un danger d’explosion »
Deux formes d’attitude d’aide possibles l’enjeu, c’est l’autonomie

*1) Le guidage de l’action d’un élève/ baliser son parcours,


en lui indiquant les opérations à effectuer et l’ordre de leur
exécution.

*2) La guidance part d’une volonté de créer et mettre en


place les conditions d’un fonctionnement autonome de l’élève,
dont le résultat sera une base d’orientation rationnelle.
4) Démarche d’accompagnement

a. Attributions du professeur « accompagnateur » (cf.note ministérielle


n° 095x16 du 03 décembre 2016)
• Suivi sur le terrain de l’action pédagogique des enseignants débutants
- Appui pédagogique/ didactique
- facilitation de leur intégration dans la V.S
• Appui des enseignants à repérer (diagnostiquer) leurs lacunes (insuffisances)
et à élaborer des stratégies de remédiation ;
• Appui des enseignants à encadrer (assister) les élèves en difficulté et à
adopter des approches/ remèdes pour pallier les difficultés diagnostiquées ;
• Proposition d’axes de formation continue ;
• Partage et échange des bonnes pratiques dans le cadre des CPP entre les
accompagnateurs et accompagnés.
b. Types d’accompagnement :
• Accompagnement pédagogique (dimensions pédagogique/ didactique/
• éthiques- déontologiques…)
• Accompagnement psychologique (Encouragement, motivation, soutien…)
• Accompagnement social (Intégration dans la communauté, travail en
équipe…)
• Accompagnement matériel (Présentation de modèles de documents/
supports – matériel didactique de travail…)
c. Rôles du professeur – accompagnateur :
Aide à prendre propose écoute
des décisions
- P. A –
explique « Rôles » oriente

motive encourage

. N.B plusieurs modèles d’accompagnement -professeur conseiller- professeur


ressources- professeur tuteur.
V. « Agir autrement » pour un meilleur E/A du français

•Le projet « Agir autrement pour améliorer l’E/A du français » s’inscrit


dans une réforme en profondeur du système éducatif dans le cadre de la V.S
2015-2030.
• Un projet souple qui n’a pas les ambitions de la réforme profonde mais qui
pourrait apporter immédiatement des améliorations à la réalité actuelle de
l’E/A du français.
•Le projet se veut :
*1) Un ensemble de dispositions pédagogiques simples et faciles à
1) contexte
introduire dans les cycles et niveaux ciblés.
*2) Des propositions d’actions concrètes élaborées par 3 équipes multi
catégorielles regroupant des enseignants, des formateurs et des
inspecteurs, et travaillant en coordination sur les 3 cycles scolaires ;
*3) un chemin vers une modification des postures face aux difficultés de
planification, de gestion et d’évaluation.
•Les indications et les activités présentées s’inscrivent dans le
cadre du livre Blanc et des Orientations Pédagogiques en
vigueur. Elles proposent des principes didactiques,
2) Choix méthodologiques et des actions pédagogiques opératoires
didactiques, permettant d’agir autrement en classe de français. Ainsi trois
méthodologiques
et pédagogiques principes directeurs ont été retenus :
*1) Assurer une meilleure articulation entre les 3 cycles scolaires ;
*2) Proposer des pratiques de classe innovantes et cohérentes
s’inscrivant dans le cadre des curricula et des O.P en vigueur ;
*3) Simplifier le discours pédagogique.
1) Une planification par les compétences :
• La planification par les compétences se base sur la finalisation des compétences, la
3) Stratégie d’implémentation du projet :

rationalisation des contenus et la prise en compte du processus de la planification.


Elle prend appui à la fois sur une démarche de l’ingénierie pédagogique, une
démarche- projet et sur une logique d’apprentissage.
1.1- Une démarche de l’ingénierie pédagogique (démarche évolue sur huit étapes)
1.2- Une démarche – projet
« Agir-autrement » stipule, somme toutes, des démarches innovantes qui mettent
l’apprenant au cœur de l’action pédagogique. A ce titre la PGE doit obéir à une
logique constructiviste dont le projet constitue la cadre opératoire idéal pour
développer les compétences escomptées (cf.OP/2007).
1.3- Une logique d’enseignement- apprentissage
• Document d’accompagnement au profit de l’enseignant (fiches pédagogiques,
séquences, séances, supports, écrits, audio, vidéo, les modalités d’animation et
d’évaluation…)
• Livret pour l’apprenant (situations d’apprentissage supports, consignes de travail,
exercices d’application et de transfert)
3) Stratégie d’implémentation du projet :
2) Une planification pédagogique cohérente, simplifiée et harmonisée :
2.1- Organisation de la compétence en séquences et en séances au lieu de
« semaines », et ce, par souci de décloisonnement.
2.2- Harmonisation d’un canevas de fiche pédagogique
• Mise en cohérence de l’objectif de la séance avec ceux de la séquence, du projet
et de la compétence de la période ;
• Prise en compte des compétences transversales (stratégiques- communicatives-
méthodologiques- culturelles- technologiques)
• Unification des appellations relatives aux demandes d’E/A (lecture/ langue-
Communication/oral /Ecrit) ;
• Prise en compte des 4 étapes de tout processus d’apprentissage (Mise en
situation, découverte/ compréhension, conceptualisation, application –
Remédiation et transfert).
3) Des stratégies d’animation innovantes axées sur la processus et non
3) Stratégie d’implémentation du projet : (suite) seulement sur le produit final :
Pour la lecture Il convient de ne pas la considérer comme une compétence
isolée, ou une fin en soi, mais de mettre en évidence les interactions entre
langage oral, lecture, écriture et étude de la langue en vue de permettre à
l’apprenant(e) de construire, dans une logique décloisonnante et
convergente, ses compétences de lecture, sa propre réflexion sur le monde.
L’atelier « Défi-lecture » proposé dans la période 1 est à ce titre une des
stratégies les plus édifiantes.
Pour la langue et l’oral outre la nécessité de les intégrer autant que
possible dans les autres activités, en l’occurrence la lecture et l’écrit, il
convient, de privilégier la grammaire implicite, en évitant autant que possible
la terminologie grammaticale savante, et d’inscrire la démarche dans une
perspective pragmatique.
Pour l’écrit Il convient de privilégier le processus d’écriture, à travers le
développement des cinq capacités d’écriture :
1)Savoir être attentif aux enjeux de la production (But? Destinataire?
A quel titre j’écris?) ;
2)Savoir concevoir des idées (Recherche des idées) ;
3)Savoir organiser des idées (Planification) ;
4)Savoir rédiger ses idées (Rédaction) ;
5)Savoir réviser et réécrire ( Affinement).
3) Stratégie d’implémentation du projet : (suite)
4) Des modalités d’évaluation formatrices (diagnostiques, formatives, sommatives…)
innovantes pour tenir compte à la fois des profils réels des apprenant(e)s et de
l’hétérogéneité de la classe :
 Un intérêt et un volume horaire plus conséquent alloué à l’évaluation
diagnostique et à la remédiation.
 Des activités de remédiation équitables orientées plutôt vers des groupes de
besoins (Mise à niveau / renforcement /perfectionnement).
 Une répartition équilibrée des moments dédiés à l’évaluation du projet.
 Une évaluation formative qui porte sur le processus d’apprentissage à l’aide de
grilles d’autoévaluation (qui sont, du reste, incorporées dans les fiches
pédagogiques).
 Une évaluation sommative qui porte à la fois sur l’acquisition des ressources, leur
application et leur transfert en termes de produit ou de livrable (ex : production
d’un conte, correspondance scolaire, journal de classe, cyber journal).
 Des activités ”extra scolaires ” se focalisant sur l’auto et la co-évaluation.
CONCLUSION

« Vivre est le métier que je veux lui apprendre. En sortant de mes mains, il ne

sera j’en conviens, ni magistrat, ni soldat, ni prêtre, il sera particulièrement


homme : tout ce qu’un homme doit être… »
(J.J Rousseau / L’Emile, 1762)

« Le capital humain est l’un des constituants du capital immatériel de chaque pays.
Il comprend l’ensemble des compétences et capacités humaines dans les domaines
académiques, scientifiques, technologiques et culturelles dont dispose la population
d’un pays. C’est un grand facteur de développement des richesses économiques du
pays et de la prospérité de chaque citoyen. Il est de ce fait, la véritable richesse d’un
pays. C’est, en outre, une richesse durable, qui se renouvelle et évolue par le biais de
l’éducation, de la formation, de la qualification et des nouveautés de la richesse ».
(Vision stratégique de la réforme 2015-2030)
Eléments bibliographiques

1 – Charte nationale d’éducation et de formation , (CNEF) 1999.


2 – Rapport résumé du programme d’urgence , (2009-2012).
3 – Rapport à propos de la mise en œuvre de la CNEF 2000-2013 : les acquis, 
les déficits et les défis (2014).
4- Vision stratégique de la réforme «  Pour une école de l’Equité , de la qualité et
de la promotion"(2015/2030).
5- Programme gouvernemental 2016/2021.
-----------------------------------------------------
6- Astolfi J.P ; L’erreur ,  un outil pour enseigner.ESF (1997).
7- Croisier Monique ; Motivation ,projet personnel ,apprentissages . ESF (1995).
8- De Pretti. André ; Organiser des formations .Hachette (1991).
9- Develay,Michel ;de l’apprentissage à l’enseignement. ESF (1992).
10- De Ketele… ;Guide du formateur. De beeck université (1990).
11- Ferry.G ; Le trajet de la formation .Ed.Dunod (1986).
12- Giordan.André ; Apprendre .Ed Belin (1998).
13- Grangeat, M(dir) ; La mètacognition : une aide au travail des élèves .ESF (1997).
14- Granguillot M.Claude ; Enseigner en classe hètèrogène . Hachette (1993).
15- Huber.Michel ; Apprendre en projets . Ed . Chronique sociale (1999).
16- Lahlou Abderrahmane ; L’école et l’université à l’épreuve de la transformation sociale .
SEDAL Madaris (2014).
17- Le Boterf Guy ,construire les compétences individuelles et collectives .Ed. d’organisation (2010).
18- Louis Legrand,Michel Develay… ;Quelle école voulons-nous ? .ESF (2001).
19- Meirieu Philippe ; La pédagogie entre le dire et le faire .Ed. (1995).
20- Meirieu Philippe ;Apprendre …oui ,mais comment. ESF (1991).
21- Meirieu Philippe  et M.Develay ;Emile ,reviens vite …ils sont devenus fous. ESF(1992).
22- Monica Gather Thurler ; Innover au cœur de l’établissement. ESF (2000).
23- Perrenoud Philippe ;Construire des compétences dès l’école .ESF (1997).
24- Perrenoud Philippe ; « Dix nouvelles compétences pour enseigner .ESF (1999).
25- Perrenoud Philippe ; Métier d’élève et sens du travail scolaire . ESF (1995).
26- Pierre Grillet ; Construire la formation .ESF (1994).
27- Pelpel Patrice ;Se former pour enseigner .Dunod(2005).
28- Postic Marcel ;La relation éducative .PUF (1980).
29- Postic Marcel ; Observation et formation des enseignants. PUF (1981).
30- Rogiers Xaviers ; Une pédagogie de l’intégration . De boeck (2004).
31- Rogiers Xaviers ; L’école et l’évaluation .De boeck (2010).
MERCI
POUR
VOTRE ATTENTION