Vous êtes sur la page 1sur 33

ENVIRONNEMENT

Néologisme récent, datant depuis 40


ans, qui vient de l’anglais américain
‘Environment’
C’EST :
2 Des Problèmes 3 Une Symbolique 4 Une Idéologie
de Société de Vie de l’Engagement
1 OBJET

C’EST AUSSI Relativité des perceptions de l’environnement

DÉFINITION DE L’ENVIRONNEMENT :
Système dynamique constitué d’éléments naturels et sociaux en
interaction spatio-temporellement déterminés et culturellement
significatifs
13/11/20
1 Nos avons analysé le concept environnement sous
différents angles. Nous allons maintenant proposer une
grille de lecture applicable à tout environnement, considéré
dans sa globalité

2 Nous resterons fidèle à l’approche systémique que nous


avons préconisé en déterminant comme composantes
structurelles du système des éléments très concrets.

3 Le système, défini par ses composantes et les interrelations


entre celles-ci, sera illustré en fin de chapitre par un schéma
récapitulatif.
13/11/20
L’environnement est situé à
l’interface des aspects naturels
et des Aspects humains ; Il est le
lieu d’interactions entre la
Nature et l’Homme.

13/11/20
Les Éléments naturels sont
 représentés Par :

Les ressources

L’espace
Les éléments humains sont :

Les
Lespopulations
populations

La
La société
société
Rappelons qu’il convient en premier lieu pour l’analyse de
déterminer les limites spatiales du système(macro-
environnement).
environnement
Il faut, en second lieu, considérer que le système, dans sa
globalité et pour chaque sous-système constitutif, est ouvert et
interrelié de manière dynamique à des systèmes extérieurs dont
il tire énergies et informations. 
Caractérisons brièvement
chaque élément du système .
1.1 Les ressources

Elles sont constituées par quatre sous-systèmes

1. Hydrosphère (eau)

2. Atmosphère (air)

3. Lithosphère (sous-sol, partie ‘dure’ du sol, minéraux)

4. Biosphère (partie superficielle du sol, végétaux, animaux)


Entre ces quatre sous-systèmes
existent des échanges dynamiques
incessants,une circulation de
matière et d’énergie. Ce sont les
‘grands cycles’ de l’eau [ H2O], de
l’oxygène [O2], du carbone[C], du
soufre[S]..., objets d’étude de
l’écologie.
Ainsi, la chaîne complexe des processus
météorologiques qui s’accomplissent dans
l’atmosphère, livre aux plantes, aux animaux et
aux hommes les flux de lumière, de chaleur ,
d’échanges gazeux et d’eau qui assurent le
développement de la vie sur la planète et qui la
distribue selon les exigences
des espèces, acquises par évolution.
L’interdépendance entre les sous-systèmes est
manifeste. La biomasse végétale , et par voie de
conséquence la productivité animale , résulte des
réactions de synthèse au niveau des plantes entre
l’hydrogène et le carbone du milieu atmosphérique
et les ions minéraux du sol .
Le sol lui-même est le produit d’actions
climatiques et biologiques exercées sur la roche
mère ; il est sous influence continuelle de
l’atmosphère (gaz, pluie), de la vie végétale
(mousse, champignons...), de la vie animale
(microfaune).
Les ressources constituent une potentialité. Elles
sont dites renouvelables lorsqu’elles sont
reconstituées par la nature dans des périodes de
temps relativement courtes (par exemple la
végétation et son cycle annuel). Elles sont dites
non renouvelables lorsqu’elles sont détruites par
la consommation humaine et non reconstituées ou
reconstituées à des rythmes trop lents à l’échelle
humaine. Ces dernières appartiennent alors toutes
au règne minéral.
L’énergie est une ressource
transformée, qui a des effets
mécaniques, calorifiques, électriques,
climatiques. En dehors du travail
humain et de la traction animale, on
peut distinguer parmi les types de
ressources énergétiques :
les combustibles fossiles : charbon, pétrole, gaz ;

le combustible nucléaire : uranium, plutonium 

 l’énergie hydroélectrique d’origine climatique, par


exemple l’eau des pluies, en théorie renouvelable mais
limitée par le nombre restreint de sites de barrages et
leur durée de vie ;

 la biomasse (bois, déchets agricoles...) qui n’est pas


inépuisable, puisqu’il faut maintenir la productivité de
l’écosystème agro-forestier ;

 les marées, les vents, la géothermie.


L’espace
C’est le cadre spatial, géographique, topologique, dans lequel sont distribués les

ressources et agencées les constructions humaines.

Ainsi, les ressources naturelles sont localisées et ressortent à des milieux

aquatiques ou terrestres, répartis à la surface du globe. Les milieux aquatiques

sont les rivières, fleuves, mers, océans, lacs...

Les milieux terrestres se diversifient en raison d’interactions climatiques (soleil,

pluie), physico-chimique (nature du sol et du sous-sol), biologique (végétaux et

animaux).
Les répartitions peuvent se faire selon
quelques grands écosystèmes
(biomes) :
1.toundra ;
2.forêts boréales et conifères ;
3.forêts mixtes de feuillus et conifères ;
4.forêts caducifoliées tempérées ;
5.steppes graminéennes ;
6.déserts ;
7.forêts schérophylles méditerranéennes ;
8.semi déserts ;
9.savanes ;
10. forêts claires caducifoliées tropicales ;
11.écosystèmes montagnards.
Une autre répartition peut se faire sur base
de la productivité, calculée en tonnes de
matières sèches par an. Cette productivité
est d’abord naturelle, mais elle peut être
influencée par l’intervention humaine
(apport énergétique complémentaire,
techniques agraires...). On distingue dès
lors en pourcentage, par ordre décroissant
de productivité primaire :
SURFACE PRODUCTIVIE
PRIMAIRE

1. LES FORÊTS ( 28 % ) = 7%

2. LES AGRO ÉCOSYSTÈMES ( 10 % ) = 6%

3. LES STEPPES ET PÂTURAGES ( 17 % ) = 4%

4. LES DÉSERTS ET TOUNDRAS ( 36 % ) = 1 %

5. LES CALOTTES GLACIAIRES ( 09 % ) = 0 %


Entre parenthèses figure le pourcentage de la
Surface Terrestre occupé par ces divers écosystèmes.
En raison de la présence, de plus en
plus multipliée, et de l’activité de
plus en plus technicisée, de l’être
humain, l’espace naturel est le plus
souvent un espace
L’espace désigne donc l’agencement fonctionnel sur
la terre du milieu naturel : utilisations par l’homme
des potentialités
1 Les Hommes organisent les
prélèvements des ressources

1.
1. Champs
Champs 2. Moulins 3. Carrières

4. Pâtures
5. Barrages

8. Centrales,
6. Puits, 7. Mines,
etc
2

Les hommes se construisent un


habitat plus ou moins dispersé :
villages, ou plus ou moins
concentré : villes.
3

Les hommes développent des moyens de communications pour


transporter les matières premières et les produits manufacturés ;
pour se rassembler par la présence, par le verbe, par l’image... Ce
sont les routes, voies ferrées,
aérodromes, installations portuaires, lignes téléphoniques,
antennes ou câbles de télévision, etc.
4

Les hommes installent des structures de transformation


de matières premières pour en fabriquer tous les
produits nécessaires à leur vie : fabriques, usines,
manufactures, ateliers, etc.
5
Les hommes aménagent des espaces pour
satisfaire à d’autre fonctions essentielles : aire
de repos, de loisirs, de soins, de socialisation,
de spiritualité, de contemplation artistique
6

Les hommes sont obligés maintenant de réserver


des espaces pour stocker et traiter leurs déchets,
pour épurer leurs eaux usées...
L’espace ainsi défini est la projection
topologique de l'état de civilisation et de
culture auquel est parvenue la société
globale.
1.3 Les populations

Ce sous-système peut s’appréhender selon trois perspectives, ou trois


dimensions :
1 Démographique :

Elle concerne le nombre d’individus, le sexe, les


tranches d’âge, les races, la répartition
géographique.
Consommation Utilisation

on rag
ti
ta da
i tio
m Accessibilité
Li n

Intégration
Intégration Socialisation
Socialisation
Participation
Participation Contrôle
Contrôle
Légende

No :Action
nD
isp Potentialité
Rétro-action tes
on i in
ra
négative
b il n t
ité Interaction
o
C
Occupation Aménagement

Vous aimerez peut-être aussi