Vous êtes sur la page 1sur 104

DIFFERENTS TYPES DE CENTRALE

THERMIQUE

Par: M. MESSOU Kouamé


Cel: 54 53 43 97 / 07 76 32 30
OBJECTIF GENERAL  

Connaître les différents types de centrale thermique dans le


monde
OBJECTIFS PEDAGOGIQUES  

 Connaître la définition d’une centrale thermique

 Connaître la définition d’une machine thermique

 Connaître le fonctionnement d’une centrale thermique

 Connaître les différents types de centrales thermiques


DEFINITION D’UNE CENTRALE
THERMIQUE
 
Une centrale thermique est un site industriel destiné à
la production d'électricité  à partir d'une source de chaleur selon le
principe des machines thermiques

La production d’électricité est un secteur industriel destiné à


mettre à la disposition de l’ensemble des consommateurs la
possibilité d’un approvisionnement adapté à leurs besoins.

Une machine thermique est un mécanisme qui fait subir à un


fluide des transformations cycliques. Au cours de ces
transformations, le fluide échange avec l'extérieur de l'énergie
sous forme de travail avec des sources froides et de l'énergie sous
forme de chaleur avec des sources chaudes.
DEFINITION D’UNE MACHINE
THERMIQUE
 
Certaines installations utilisent une partie de cette chaleur
pour d'autres applications : on parle alors de cogénération.

La cogénération (ou « co-génération ») est la production


simultanée de deux formes d’énergie différentes dans la
même centrale. Le cas le plus fréquent est la production d'
électricité et de chaleur utile, la chaleur étant issue de la
production électrique. Plus généralement, un cogénérateur
valorise une forme d’énergie habituellement considérée
comme un déchet et inexploitée.
DEFINITION DE LA COGENERATION
 

La chaleur est utilisée pour le chauffage et la production d’eau


chaude à l’aide d’un échangeur.
L’énergie mécanique est transformée en énergie électrique grâce à
un alternateur.
Les installations fonctionnent au gaz, au fioul, avec toute forme
d'énergie locale (géothermie, biomasse…) ou liée à la valorisation
des déchets (incinération des ordures ménagères…).
Elles ont un excellent rendement énergétique, mais elles doivent
produire au plus près des lieux de consommation en raison des
pertes pendant le transport de chaleur.
DEFINITION DE LA COGENERATION
 
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES
 
Les centrales thermiques à flamme transforment en électricité une
énergie mécanique obtenue à partir d’une énergie thermique.
L’énergie thermique provient de la combustion d’une énergie
fossile.
En fonction du combustible utilisé, il y a quatre types de centrales
thermiques à flamme :
• Les centrales au charbon
• Les centrales au fioul
• Les centrales au gaz
• Les centrales à la biomasse
Les centrales au charbon sont les plus répandues dans le monde
dans les pays disposant de réserves importantes (Etats-Unis, Russie,
Chine, Allemagne…), bien que cela soit le mode de production
électrique le plus émetteur de gaz à effet de serre.
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES
 
Définition du gaz à effet de serre
Un gaz à effet de serre est une substance gazeuse qui a la
caractéristique d'absorber le rayonnement infrarouge produit par la
Terre. Les gaz à effet de serre sont considérés comme l'une des
causes du réchauffement climatique. Exemple : L'ozone et la vapeur
d'eau sont des gaz à effet de serre.
Définition du rayonnement infrarouge
Le rayonnement infrarouge est un rayonnement invisible à l'œil
humain qui permet le transport de chaleur vers les surfaces
exposées. Les photons composant cette
lumière infrarouge transmettent leur énergie aux objets exposés au
rayonnement en provoquant l'agitation de leurs atomes (chaleur).
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES
 
1.1 Centrale thermique à flammes utilisant une turbine à vapeur
Fonctionnement d’une turbine à vapeur
Les centrales thermiques à flamme fonctionnent avec l’énergie
thermique produite en brûlant un combustible (gaz, charbon, fioul
ou biomasse) dans une chaudière, qui transfère la chaleur dégagée
par la combustion à l’eau, produisant de la vapeur.
La pression exercée par la vapeur fait tourner une turbine, qui
entraîne un alternateur.
L’alternateur convertit l’énergie mécanique fournie par la rotation
de la turbine en énergie électrique.
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES
 
Fonctionnement d’une turbine à vapeur
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES
 
1.1.1 Centrale thermique à flammes au charbon
Après avoir été extrait, le charbon peut-être transformé en combustible
pour alimenter une centrale thermique selon 02 Techniques:
Technique 1 : La combustion de poussière de charbon
Le charbon est broyé, mis sous forme de petits morceaux afin de le
réduire en poussière fine qui va servir de combustible. Une fois
mélangée à l’air, cette poussière est injectée puis brûlée dans une
chaudière à plus de 1 400°C. Cette combustion produit la chaleur
nécessaire pour chauffer l’eau qui circule dans des tuyaux. Sous l’effet
de la chaleur, l’eau se transforme en vapeur à haute pression et permet
d’entraîner une turbine. Les rotations de la turbine (énergie cinétique)
sont transformées en énergie électrique grâce à un alternateur qui
convertit l’énergie transmise par la turbine. Ce mécanisme basé sur
l’entraînement d’une turbine par la vapeur est identique à celui des
autres centrales thermiques (gaz, fioul, nucléaire).
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES

 
1.1.1 Centrale thermique à flammes au charbon
Technique n°2: « Lit fluidisé »
La technique du « lit fluidisé » peut également être utilisée : le
charbon est simplement concassé et conduit à former un « lit »
maintenu en sustentation par injection verticale d’air. Les particules
de charbon brûlent en suspension et les poussières partiellement
brûlées sont récupérées pour être ensuite réinjectées dans la
chaudière. Cette technique permet donc d’obtenir une combustion
totale à une température allant de 850 à 900°C (au lieu de 1400°C
dans une chaudière classique).
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES

 
1.1.1 Centrale thermique à flammes au charbon
Technique n°2: « Lit fluidisé »
Ce procédé a de nombreux avantages, tels qu’un haut rendement et
la possibilité de brûler des charbons de mauvaise qualité. De plus,
cette technique est peu polluante : la température inférieure à 900°C
garantit une faible teneur des fumées en oxydes d’azotes ainsi qu’en
métaux lourds. Elle permet également la désulfuration des fumées et
retient dans ses cendres la quasi-totalité du chlore et du fluor.
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES
 
1.1.1 Centrale thermique à flammes au charbon
Enjeux par rapport à l'énergie
Les besoins en électricité ainsi que les préoccupations géopolitiques
et environnementales replacent au centre du débat les centrales à
charbon.
Le prix du charbon est compétitif et relativement stable. Par
conséquent, les coûts de production des centrales à charbon ne
varient que peu et demeurent compétitifs (plus encore avec 
l'exploitation des gaz de schiste aux États-Unis qui rend disponible de
grandes quantités de charbon sur le marché).
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES
 
1.1.1 Centrale thermique à flammes au charbon
Enjeux par rapport à l'énergie
Les centrales à charbon jouent un rôle majeur dans la production
mondiale d’électricité. Le charbon est la première énergie utilisée
pour produire de l’électricité, sa part dans le mix électrique mondial
avoisinant 41%.
Cependant, les centrales à charbon ont un impact négatif et lourd sur
l’environnement. Elles rejettent dans l’atmosphère du
méthane (CH4), des oxydes d’azote (les NOx) et du gaz carbonique (CO
2). Lors de sa combustion, le charbon émet plus de gaz carbonique
que le pétrole et a fortiori que le gaz naturel.
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES
 
1.1.1 Centrale thermique à flammes au charbon
Zone de présence ou d'application
Le charbon se trouve partout en grande quantité et certains États
en ont fait leur source d’énergie principale pour produire de
l’électricité.
Les plus grandes réserves de charbon se trouvent aux États-Unis,
en Russie, en Chine (ces pays disposant à eux trois de 57% des
réserves prouvées dans le monde à fin 2015)
L'Australie, l'Inde, l'Allemagne, l'Ukraine, le Kazakhstan et
l'Afrique du Sud possèdent également d'importantes réserves
(avec plus de 30 milliards de tonnes de réserves prouvées à fin
2015 dans chacun de ces pays).
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES
 
1.1.1 Centrale thermique à flammes au charbon

Zone de présence ou d'application


Les principaux acteurs qui produisent de l’électricité grâce aux
centrales à charbon sont les États détenant d’importantes réserves.
La part de la production d’électricité issue du charbon en 2012 est
de 94% en Afrique du Sud, 86% en Pologne, 81% en Chine, 69% en
Australie, 68% en Inde et 43% aux États-Unis et en Allemagne.
Les centrales à charbon jouent un rôle clé dans la production
d’électricité de ces pays.
D’importants projets de modernisation et de développement des
centrales à charbon sont notamment en cours en Chine.
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES
 
1.1.1 Centrale thermique à flammes au charbon

Zone de présence ou d'application


Les pays en développement ont d’énormes besoins en électricité
et le charbon est un moyen simple et économique pour satisfaire
leurs besoins en toute sécurité.
Près des deux tiers des centrales électriques fonctionnant au
charbon sont construites dans les pays en développement.
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES
 
1.1.2 Centrale thermique à flammes au fioul
Disponible en quantité limitée, issu du raffinage du pétrole, le
fioul est utilisé pour produire de l’électricité, comme d’autres 
types d’électricité fabriquées à base d’énergies fossiles. Le fioul est
constitué les matières organiques décomposées qui permettent
au mazout (l’autre nom du fioul) de délivrer sa puissance. Il suffit
de brûler un seul et unique litre de ce carburant pour libérer une
puissance de 10 kilowattheures. Autant dire de quoi fournir un
foyer de 4 personnes en eau chaude. Le fioul lourd se retrouve
dans les industries et les usines de production d’électricité.
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES
 
1.1.2 Centrale thermique à flammes au fioul
Fonctionnement des centrales thermiques à flamme au fioul
La centrale thermique a besoin de fioul lourd pour fonctionner. Utilisé
comme combustible, il fait tourner une chaudière à vapeur qui
entraîne une turbine. Celle-ci enclenche l’alternateur qui produit de
l’électricité. C’est grâce à l’énergie mécanique émise par ce cycle
chaleur-vapeur-turbine-alternateur que l’électricité au fioul est
produite. Si le litre de fioul permet de délivrer une certaine puissance
et de répondre aux besoins importants en énergie, il faut savoir qu’il
brûle aussi extrêmement rapidement. Facile à stocker, il sert
essentiellement en cas de demande trop importante pour les autres
moyens de production.
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES
 
1.1.2 Centrale thermique à flammes au fioul
Contraintes géographiques
Lorsqu'elles utilisent des turbines à vapeur, les centrales au fioul ont
besoin d’importantes quantités d’eau pour leur refroidissement, c’est
pourquoi on les installe généralement aux abords d’un cours d’eau.
Les turbines à combustion, qui présentent l'avantage d'être plus
réactives, ne nécessitent pas de source froide de type rivière.
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES

 
1.1.2 Centrale thermique à flammes au fioul
Environnement
Le fioul est un hydrocarbure dérivé du pétrole. Il fait partie
des ressources fossiles non renouvelables.
Les réserves prouvées de pétrole représentent, à consommation
inchangée, environ 40 ans de consommation. Mais cela fait débat
parmi les experts.
La majorité des experts considèrent que l'amélioration des taux de
récupération du pétrole des puits, de nouvelles découvertes et
l'utilisation de pétroles non conventionnels permettront une
consommation croissante pendant 40 à 80 ans encore.
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES

 
1.1.2 Centrale thermique à flammes au fioul
Environnement
Cependant, d'autres experts, plus pessimistes, considèrent que les
données de réserves issues des agences officielles sont erronées.
Ils estiment que la production de pétrole (conventionnel et non
conventionnel) atteindra un maximum physique de production
dans 20 ans avec l'accroissement prévu de la consommation.
Quoiqu’il en soit, l’épuisement du stock avant la fin du siècle,
l’augmentation des coûts liés à sa raréfaction, et les émissions de
CO₂ produites par sa combustion conduisent à trouver des
alternatives à son utilisation.
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES

1.1.2 Centrale thermique à flammes au fioul


Pollution
L’impact environnemental le plus inquiétant de la combustion du
fioul est l’émission de quantités importantes de CO₂, 
gaz à effet de serre responsable du dérèglement climatique. Utilisé
pour la production électrique, le fioul est plus polluant que le gaz
naturel, et moins que le charbon.
La combustion du fioul émet également des dioxydes de soufre
(SO2), responsables de pluies acides, et des oxydes d’azote (NOx).
Le raffinage est nécessaire pour transformer le pétrole brut en
fonction de son utilisation finale. Ce procédé entraîne le rejet de
plusieurs polluants atmosphériques : oxydes de soufre, oxydes
d'azote, composés organiques volatils, particules, monoxyde de
carbone, benzène, et de nombreux gaz à effet de serre.
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES
 
1.1.2 Centrale thermique à flammes au fioul
Impacts sur la santé et la biodiversité
L’extraction du pétrole a des impacts sur les écosystèmes et la
biodiversité, la santé des travailleurs ou des populations locales.
L’extraction des sables bitumeux est la plus polluante (émission de
CO₂, pollution d’énormes quantités d’eau créant des lacs toxiques,
contaminant les sols, les rivières, les plantes).

Le transport maritime et l’extraction du pétrole offshore exposent aux


risques de marées noires, dont les effets sont désastreux sur les fonds
marins et les zones côtières.
Les dégazages illégaux déversent dans la mer d’importantes quantités
d’hydrocarbures.
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES
 
1.1.2 Centrale thermique à flammes au fioul

Solutions pour limiter les impacts


Technologies dépolluantes pour réduire les émissions de CO2 et de
NOx (centrales de production électrique, raffineries)

Conventions internationales pour réduire les pollutions (Protocole de


Kyoto, pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre /
Convention MARPOL contre la pollution marine)
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES
 
1.1.2 Centrale thermique à flammes au fioul
Enjeux socio-économiques
Compte tenu :
• de l’augmentation des coûts du pétrole,
• des difficultés géopolitiques que peut poser son approvisionnement
(dépendance vis-à-vis du Moyen Orient),
• de sa raréfaction future,
• de ses effets négatifs sur l’environnement et le dérèglement
climatique
Le recours aux centrales thermiques au fioul est actuellement en
perte de vitesse.
En tant que source d’énergie primaire pour la production électrique, il
existe de nombreuses énergies de substitution, renouvelables ou non.
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES
 
1.1.2 Centrale thermique à flammes au fioul

Perspectives d'avenir
Si le remplacement du pétrole ne pose pas de problème pour la
production électrique, il n’en va pas de même pour les autres
utilisations, notamment les transports ou la fabrication de produits
dérivés (plastiques, textiles synthétiques, engrais…).
Les énergies fossiles abondantes et peu coûteuses par le passé ont
structuré notre économie, notre développement, nos modes de vie.
La nécessité de se passer à terme des énergies fossiles nous obligera à
repenser la ville, l'habitat, la mobilité, l'agriculture... bref, à changer
quelque peu le monde !
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES
 
1.1.2 Centrale thermique à flammes au GAZ naturel

Les centrales thermiques au gaz utilisent le gaz comme combustible


dans une chaudière pour produire la vapeur qui alimente la turbine
à vapeur.
Le fonctionnement de ce type de centrale est identique à celui des
centrales thermiques au fioul, à la différence que la taille de la
chaudière est dimensionnée pour accueillir le combustible gazeux.

Depuis vingt ans, les centrales à gaz ont été progressivement


délaissées au profit des centrales avec turbines à combustion.
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES
 
1.1.2 Centrale thermique à flammes avec de la biomasse
Pour produire de l'électricité, les centrales thermiques
renouvelables utilisent l'énergie thermique provenant de
la combustion d’une énergie primaire renouvelable, issue de
la biomasse.
La biomasse, c’est l’ensemble des matières
organiques (= végétales et animales) existant sur Terre. Dans le
domaine de l'énergie, on désigne plus précisément par biomasse
les matières organiques pouvant être transformées en énergie. Elle se
présente sous trois formes : solide (bois, copeaux...), liquide (huiles
végétales, alcool...), ou gazeuse (biogaz, gaz de synthèse).
On transforme la biomasse solide en énergie par la filière
thermochimique, qui regroupe trois technologies :
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES
 
1.1.2 Centrale thermique à flammes avec de la biomasse
la combustion : production de chaleur, d'électricité ou des deux à la
fois par cogénération.
la gazéification : en chauffant de la biomasse solide, à haute
température et sans oxygène, on obtient un gaz de synthèse,
utilisable comme combustible. La gazéification permet également la
cogénération.
la pyrolyse : production de charbon de bois ou charbon végétal et de
combustible gazeux de bonne qualité, par chauffage à haute
température.
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES
 
1.1.2 Centrale thermique à flammes avec de la biomasse
La filière biochimique transforme la biomasse provenant des boues
et déchets (tels que boues d’épuration, déchets agricoles ou
industriels, déchets ménagers fermentescibles) par un autre procédé
la méthanisation : en laissant fermenter les matières organiques dans
un digesteur, on obtient un biogaz, utilisable comme combustible.
Les digestats, résidus de la méthanisation, sont valorisables sous
forme de compost ou d'engrais liquide.
Ainsi, la biomasse permet de produire une énergie renouvelable,
utilisable sous forme de chaleur, d’électricité, mais aussi
de carburant.
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES
 
1.1.2 Centrale thermique à flammes avec de la biomasse

Principe de fonctionnement
Comme les centrales thermiques à flamme, les centrales
thermiques renouvelables transforment en électricité une énergie
mécanique obtenue à partir d’une énergie thermique.
La combustion de biomasse solide, de biogaz, ou de
déchets chauffe l’eau d’une chaudière. La vapeur d’eau sous
pression fait tourner une turbine, qui, couplée à un alternateur,
produit de l’électricité.
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES
 
1.1.2 Centrale thermique à flammes avec de la biomasse
Production
Si la biomasse est de loin la première source d’énergie
renouvelable en France, elle n’est utilisée que pour une faible part
dans la production électrique, généralement avec des installations
de petite taille.
En 2012, la production électrique des centrales à combustible
renouvelable (biomasse et incinérateurs) ne représente
que 1,1% de la production électrique totale, selon le dernier bilan
électrique de RTE.
En valorisant plus systématiquement les déchets organiques,
notamment grâce à la méthanisation, la biomasse pourrait
atteindre 15% de la consommation finale d’électricité.
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES
 
1.1.2 Centrale thermique à flammes avec de la biomasse
Ressources
En côte d’ivoire les ressources suivantes peuvent être utilisées
comme biomasse:
• Le bois (Toutes les scieries)
• Les cabosses de cacao (à venir à Gagnoa)
• Les rafles de palmier (Palmivoire et Palmafrique)
• Les coques de coton (Trituraf, Oléor))
• Les rafles de coco
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES
 
1.1.2 Centrale thermique à flammes avec de la biomasse
Impacts sur la santé et la biodiversité
La combustion de la biomasse peut engendrer des émissions
polluantes, plus particulièrement lorsque celle-ci est mal maîtrisée.
Ces émissions dégradent la qualité de l'air, et peuvent porter
préjudice à la santé humaine.
L’exploitation et la combustion de la biomasse émettent du CH4
(méthane), des COV (composés organiques volatils), du monoxyde
(CO) et du dioxyde de carbone (CO₂), du dihydrogène (H2), des HAP
(hydrocarbures aromatiques polycycliques), des suies, des
goudrons, des dioxines et furannes, et autres polluants, à des
teneurs variables selon la ressource utilisée (bois, biogaz, déchets
ménagers…).
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES
 
1.1.2 Centrale thermique à flammes avec de la biomasse
Impacts sur la santé et la biodiversité
Dans le secteur résidentiel, la combustion du bois dans des foyers
mal conçus est source de pollutions atmosphériques importantes,
à noter principalement l’émission de particules fines dangereuses
pour la santé. En effet, certains cancérogènes reconnus, comme les
HAP, sont véhiculés par les particules fines au plus profond du
système respiratoire.
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES
 
1.1.2 Centrale thermique à flammes avec de la biomasse
Enjeux socio-économique
A condition de veiller à son renouvellement en replantant la biomasse
prélevée dans le milieu naturel, la biomasse permet d’augmenter la
part des énergies renouvelables dans le mix énergétique, et
de réduire notre dépendance aux énergies fossiles, dont les prix
augmentent. Sous réserve de favoriser la ressource de proximité, elle
se prête à un développement local, sans alourdir son bilan carbone
par le transport des matières premières. Au niveau géopolitique, la
biomasse est un facteur d’indépendance énergétique, car elle est
présente et utilisable sous de nombreuses formes, et donc accessible
à de nombreux pays dont la Côte d’Ivoire.
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES
 
1.1.2 Centrale thermique à flammes avec de la biomasse
Enjeux socio-économique
De plus, la biomasse permet de réduire les émissions de gaz à effet de
serre :
Réduction des émissions de CO₂ ( bilan carbone quasi nul)
Réduction des émissions de méthane (captage du méthane des
décharges et valorisation en biogaz)
La biomasse a un rôle essentiel à jouer dans la valorisation des
déchets : la méthanisation permet non seulement la valorisation
énergétique (biogaz), mais aussi la valorisation matière des
déchets (compost, contribuant à l’enrichissement des sols).
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES
 
1.2 Centrale thermique avec turbine à combustion (TAC)
1.2.1 Turbine à combustion en cycle simple
Principe de fonctionnement
Dans sa forme la plus simple et la plus répandue, une turbine à gaz
(aussi appelée turbine à combustion) est composée de trois éléments :
• un compresseur, centrifuge ou plus généralement axial, qui a pour
rôle de comprimer de l'air ambiant à une pression comprise
aujourd'hui entre 10 et 30 bars environ ;
• une chambre de combustion, dans laquelle un combustible gazeux
ou liquide est injecté sous pression, puis brûlé avec l'air comprimé,
avec un fort excès d'air afin de limiter la température des gaz
d'échappement
• une turbine, généralement axiale, dans laquelle sont détendus les
gaz qui sortent de la chambre de combustion.
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES
 
1.2 Centrale thermique avec turbine à combustion (TAC)
1.2.1 Turbine à combustion en cycle simple
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES
 
1.2 Centrale thermique avec turbine à combustion (TAC)
1.2.1 Turbine à combustion en cycle ouvert ou simple
Principe de fonctionnement
Sous cette forme, la turbine à gaz constitue un moteur à combustion
interne à flux continu.
On notera que le terme de turbine à gaz provient de l'état du fluide
de travail, qui reste toujours gazeux, et non du combustible utilisé,
qui peut être aussi bien gazeux que liquide (les turbines à gaz
utilisent généralement du gaz naturel ou des distillats légers comme
le fioul domestique)
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES
 
1.2 Centrale thermique avec turbine à combustion (TAC)
1.2.2 Turbine à combustion en cycle fermé ou combiné
Principe de fonctionnement
Une centrale thermique à Cycle Combiné Gaz associe une turbine à
combustion et une turbine à vapeur.
Une centrale thermique à Cycle Combiné Gaz (CCG) produit de
l'électricité grâce à la chaleur dégagée par la combustion de gaz
naturel ou du fioul léger. Ce type de centrale combine deux types de
turbine : une turbine à combustion et une turbine à vapeur reliées à
un alternateur. Avec le même volume de combustible, ces deux
turbines permettent de produire une quantité plus importante
d’électricité.
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES
 
1.2 Centrale thermique avec turbine à combustion (TAC)
1.2.2 Turbine à combustion en cycle fermé ou combiné
Schéma de fonctionnement
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES
 
1.2 Centrale thermique avec turbine à combustion (TAC)
1.2.2 Turbine à combustion en cycle fermé ou combiné
Schéma de fonctionnement
1. CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES

 
1.2 Centrale thermique avec turbine à combustion (TAC)
1.2.2 Turbine à combustion en cycle fermé ou combiné
Avantages du cycle combiné
Grâce à l'utilisation du gaz naturel comme combustible, les
émissions de CO2 sont divisées par 2 par rapport à une centrale au
charbon.
Flexible et réactive, une centrale à cycle combiné a un rendement
supérieur à celui des centrales thermiques classiques.
Capable de monter à pleine puissance en moins d’une heure, elle
répond aux fortes variations de consommation.
2. CENTRALE NUCLEAIRE
 
2 Centrale nucléaire
Principe de fonctionnement
Dans toutes les centrales nucléaires, la production d’électricité
provient de la fission de noyaux d’uranium ou de plutonium.
Lorsqu’un noyau d’uranium ou de plutonium fissile est bombardé par
un neutron, il se fragmente. Cette fission nucléaire produit des
neutrons (deux ou trois par fission) et crée de nouveaux atomes (les
produits de fission tels que le xénon, le krypton, l’iode, le césium, … ).
Cette réaction en chaîne dégage de grandes quantités de chaleur qui
permet de chauffer de l’eau pour la transformer en vapeur. Celle-ci fait
ensuite tourner une turbine à laquelle est couplé l’alternateur qui
produit l’électricité.
La production d'électricité dans les centrales nucléaires s'effectue
grâce à trois circuits d'eau totalement indépendants les uns par
rapport aux autres.
2. CENTRALE NUCLEAIRE
 
2 Centrale nucléaire
Définition de la fission
La fission nucléaire est
l'éclatement d'un noyau
instable en deux noyaux
plus légers et quelques 
particules élémentaires.
Cet éclatement
s'accompagne d'un
dégagement de chaleur,
c'est à dire d'énergie.
2. CENTRALE NUCLEAIRE
 
2 Centrale nucléaire

https://www.edf.fr/groupe-edf/espaces-dedies/l-energie-
de-a-a-z/tout-sur-l-energie/produire-de-l-electricite/le-
fonctionnement-d-une-centrale-nucleaire
2. CENTRALE NUCLEAIRE
 
2 Centrale nucléaire
2.1 Circuit primaire
Dans le réacteur, la fission des atomes d'uranium produit une grande
quantité de chaleur.
Cette chaleur fait augmenter la température de l'eau qui circule
autour du réacteur, à 320 °C. L'eau est maintenue sous pression pour
l'empêcher de bouillir. Ce circuit fermé est appelé circuit primaire.
Dans un générateur de vapeur, l'eau du circuit primaire transmet sa
chaleur à l’eau circulant dans un autre circuit fermé : le circuit
secondaire.
2. CENTRALE NUCLEAIRE
 
2 Centrale nucléaire
2.2 Circuit secondaire
Le circuit primaire communique avec un deuxième circuit fermé,
appelé circuit secondaire par l'intermédiaire d'un générateur de
vapeur. Dans ce générateur de vapeur, l'eau chaude du circuit primaire
chauffe l'eau du circuit secondaire qui se transforme en vapeur. La
pression de cette vapeur fait tourner une turbine qui entraîne à son
tour un alternateur. Grâce à l'énergie fournie par la
turbine, l'alternateur produit un courant électrique alternatif.
2. CENTRALE NUCLEAIRE
 
2 Centrale nucléaire
2.3 Circuit de refroidissement
Ce circuit de refroidissement est indispensable pour condenser la
vapeur et évacuer la chaleur résiduelle. La vapeur de la turbine est à
nouveau transformée en eau dans un condenseur, un énorme
échangeur qui enferme des milliers de tubes dans lesquels circule de
l’eau froide prélevée à une source extérieure (fleuve ou mer). Après
son passage dans le condenseur, l'eau de refroidissement peut être
évacuée de deux façons. Soit elle est rejetée, légèrement échauffée, à
la source extérieure d’où elle provient. Soit elle cède sa chaleur à
l’atmosphère dans une tour de refroidissement. Les tours de
refroidissement permettent de respecter les prescriptions
environnementales en matière de réchauffement des cours d’eau.
Les 3 circuits d'eau sont étanches les uns par rapport aux autres.
2. CENTRALE NUCLEAIRE
 
2 Centrale nucléaire
2. CENTRALE NUCLEAIRE
 
2 Centrale nucléaire
La sûreté d'une centrale nucléaire : cinq barrières de confinement
Une série de cinq barrières de confinement successives isolent
complètement l'uranium et les produits de fission hautement
radioactifs.
Trois barrières physiques résistantes et étanches assurent le
confinement des matières radioactives. Cette triple couche protège des
radiations et isole la radioactivité à l’intérieur des installations en toutes
circonstances.
2. CENTRALE NUCLEAIRE
 
2 Centrale nucléaire
La sûreté d'une centrale nucléaire : cinq barrières de confinement
Une série de cinq barrières de confinement successives isolent
complètement l'uranium et les produits de fission hautement
radioactifs.
La barrière 1 et 2 : les pastilles et les barres de combustibles
L’uranium est transformé en pastilles de céramique
combustibles (1) qui sont introduites dans une gaine métallique
protectrice en zircaloy pour former des crayons combustibles
parfaitement étanches. L’assemblage de ces crayons constituera le cœur
du réacteur. Les pastilles sont à leur tour empilées dans des barres de
combustible hermétiques (2).
2. CENTRALE NUCLEAIRE
 
2 Centrale nucléaire
La sûreté d'une centrale nucléaire : cinq barrières de confinement
La barrière 3 : la cuve
Ces barres sont ensuite assemblées en éléments combustibles et
placées dans la cuve du réacteur (3), dont la paroi en acier fait 25 cm
d'épaisseur.
La barrière 4 et 5 : le bâtiment du réacteur
Une première enceinte empêche tout rejet de radioactivité hors
du bâtiment du réacteur (4) ; elle résiste à une forte pression de
l'intérieur.
2. CENTRALE NUCLEAIRE
 
2 Centrale nucléaire
La sûreté d'une centrale nucléaire : cinq barrières de confinement
Une seconde enceinte en béton armé (5) protège les installations des
accidents externes. Elle est conçue pour faire face à différents
scénarios d'incidents ou d'accidents, un incendie, une inondation, un
tremblement de terre, l'impact d'un avion. Une dépression entre les
deux enceintes permet d'éviter tout rejet non contrôlé de radioactivité
vers l'extérieur.
2. CENTRALE NUCLEAIRE
 
2 Centrale nucléaire
La sûreté d'une centrale nucléaire : cinq barrières de confinement
2. CENTRALE NUCLEAIRE
 
2 Centrale nucléaire
Accidents dans les centrales nucléaires
Voici les principaux accidents survenus dans des installations nucléaires
depuis 1979 :
28 mars 1979 - ETATS-UNIS - A Three Mile Island (Pennsylvanie, Etats-
Unis), une série d'erreurs humaines et de défaillances matérielles
empêchent le refroidissement normal d'un réacteur, dont le coeur
commence à fondre. Les rejets radioactifs provoquent une
contamination importante à l'intérieur de l'enceinte de confinement,
mais sans affecter les populations ni l'environnemement. 140.000
personnes sont temporairement déplacées. L'accident est classé au
niveau 5 de l'échelle internationale des évènements nucléaires (INES)
qui en compte sept.
2. CENTRALE NUCLEAIRE
 
2 Centrale nucléaire
Accidents dans les centrales nucléaires
Voici les principaux accidents survenus dans des installations
nucléaires depuis 1979 :
août 1979 - ETATS-UNIS - Une fuite d'uranium dans un site nucléaire
secret près d'Erwin (Tennessee) contamine un millier de personnes.

janv-mars 1981 - JAPON - Quatre fuites radioactives se produisent à


la centrale nucléaire de Tsuruga (centre). 278 personnes sont
irradiées.
2. CENTRALE NUCLEAIRE
 
2 Centrale nucléaire
Accidents dans les centrales nucléaires
Voici les principaux accidents survenus dans des installations
nucléaires depuis 1979 :
26 avril 1986 - URSS - Le réacteur numéro 4 de la centrale soviétique
de Tchernobyl (Ukraine) explose au cours d'un test de sûreté, causant
la plus grande catastrophe du nucléaire civil et faisant plus de 25 000
morts (estimations officieuses). Pendant dix jours, le combustible
nucléaire brûle, rejetant dans l'atmosphère des radioéléments d'une
intensité équivalente à plus de 200 bombes d'Hiroshima et
contaminant les trois quarts de l'Europe.
2. CENTRALE NUCLEAIRE
 
2 Centrale nucléaire
Accidents dans les centrales nucléaires
Moscou tentera de cacher, puis de minimiser l'accident, classé au
niveau 7. La majorité des victimes seront les «liquidateurs»,
essentiellement russes, ukrainiens et bélarusses, ayant participé au
nettoyage et à la construction d'un sarcophage autour du réacteur
accidenté.
2. CENTRALE NUCLEAIRE
 
2 Centrale nucléaire
Accidents dans les centrales nucléaires
Voici les principaux accidents survenus dans des installations
nucléaires depuis 1979 :

avril 1993 - RUSSIE - Une explosion dans une usine de retraitement


de combustible irradié à Tomsk-7, ville secrète de Sibérie occidentale,
provoque la formation d'un nuage et la projection de matières
radioactives. Le nombre des victimes n'est pas connu.
2. CENTRALE NUCLEAIRE
 
2 Centrale nucléaire
Accidents dans les centrales nucléaires
Voici les principaux accidents survenus dans des installations nucléaires
depuis 1979 :
11 mars 1997 - JAPON - L'usine expérimentale de retraitement de
Tokaimura (nord-est de Tokyo) est partiellement stoppée à la suite d'un
incendie et d'une explosion qui entraînent l'irradiation de 37
personnes.
2. CENTRALE NUCLEAIRE
 
2 Centrale nucléaire
Accidents dans les centrales nucléaires
30 sept 1999 - JAPON - Un nouvel accident dans le centre de Tokaimura,
dû à une erreur humaine, entraîne la mort de deux techniciens. Plus de
600 personnes, employés et riverains, sont exposées à des radiations et
quelque 320 000 personnes évacuées. Cet accident, classé au niveau 4,
est qualifié de plus grave depuis celui de Tchernobyl.
Les deux techniciens avaient provoqué involontairement un accident de
criticité (réaction nucléaire incontrôlée) en utilisant une quantité
d'uranium beaucoup plus importante que prévu au cours du processus
de fabrication.
2. CENTRALE NUCLEAIRE
 
2 Centrale nucléaire
Accidents dans les centrales nucléaires
Voici les principaux accidents survenus dans des installations
nucléaires depuis 1979 :
9 août 2004 - JAPON - Dans la centrale nucléaire de Mihama
(centre), de la vapeur non radioactive s'échappe d'une canalisation
qui s'est rompue à la suite, vraisemblablement, d'une importante
corrosion, provoquant la mort par brûlures de cinq employés.
2. CENTRALE NUCLEAIRE
 
2 Centrale nucléaire
Accidents dans les centrales nucléaires
Voici les principaux accidents survenus dans des installations
nucléaires depuis 1979 :
23 juillet 2008 - FRANCE - Pendant une opération de maintenance
réalisée sur un des réacteurs du site nucléaire du Tricastin (Sud), des
substances radioactives s'échappent, contaminant très légèrement
une centaine de salariés.
12 mars 2011 - JAPON - Au lendemain d'un très fort séisme suivi
d'un tsunami, 
une explosion a lieu dans l'enceinte de la centrale nucléaire de Fuku
shima N°1
 (250 kilomètres au nord de Tokyo).
3. CENTRALE THERMIQUE RECUPERANT
L’ENERGIE PRE EXISTANTE
 
3.1 Centrale Solaire thermique
Une centrale solaire thermique permet de produire de l’électricité
grâce aux rayons du soleil. Utilisant des miroirs, elle concentre la
chaleur du soleil afin de générer une énergie propre et renouvelable.
Surtout utilisé aux États-Unis, ce type de centrale thermique connaît
un développement important dans en France et maintenant dans les
pays africains, notamment grâce à la baisse des prix des panneaux
solaires.
3. CENTRALE THERMIQUE RECUPERANT
L’ENERGIE PRE EXISTANTE
 
3.1 Centrale Solaire thermique
Fonctionnement d’une centrale solaire thermique
Une centrale solaire thermique est aussi appelée centrale solaire
thermodynamique à concentration. Elle se compose de quatre
éléments principaux : les miroirs, la chaudière, la turbine et
l’alternateur. 

Les miroirs tout d’abord sont la partie la plus visible d’une centrale


solaire thermique. Ces derniers concentrent le rayonnement solaire
afin de générer de très hautes températures. Elles peuvent s’élever de
400°C à 1000°C, selon le type de centrale. 
3. CENTRALE THERMIQUE RECUPERANT
L’ENERGIE PRE EXISTANTE
 
3.1 Centrale Solaire thermique
Fonctionnement d’une centrale solaire thermique
Le générateur de vapeur, ou chaudière thermique, va ensuite
transformer l’eau en vapeur d’eau, grâce à la chaleur obtenue à partir
des miroirs.
Ce processus thermodynamique va ainsi utiliser le fluide caloporteur,
ici l’eau, pour convertir la chaleur des miroirs en électricité.
Afin de générer un courant électrique, la vapeur d’eau produite par la
chaudière va entraîner la turbine, 3e partie essentielle de
l’installation.
3. CENTRALE THERMIQUE RECUPERANT
L’ENERGIE PRE EXISTANTE
 
3.1 Centrale Solaire thermique
Fonctionnement d’une centrale solaire thermique
Cette turbine fonctionne grâce à la vapeur sous pression et va, de ce
fait, alimenter l’alternateur en sortie de la centrale solaire.
L’alternateur va quant à lui produire le courant alternatif. Ce courant
électrique va ensuite être envoyé vers le transformateur qui va ajuster
la tension. C’est ensuite que l’énergie solaire thermique va être
transportée grâce aux lignes à très haute et haute tension.
 
3. CENTRALE THERMIQUE RECUPERANT
L’ENERGIE PRE EXISTANTE
 
3.1 Centrale Solaire thermique
Fonctionnement d’une centrale solaire thermique
La 7ème plus grande centrale solaire au monde après les Etats Unis et
l’Espagne est installée à Noor au Maroc et a été inaugurée le 13
Février 2016 avec une puissance de 160 MW qui sera portée à 580
MW en 2020  
Le jeudi 29  juin 2017, une nouvelle centrale solaire photovoltaïque
installée au Sénégal située à Sinthiou Mékhé dans la région de Thiès
 à  80 km  de  Dakar avec une puissance installée de 20 MW a été
inaugurée.
3. CENTRALE THERMIQUE RECUPERANT
L’ENERGIE PRE EXISTANTE
 
3.1 Centrale Solaire thermique
Les systèmes de concentration
L'énergie solaire étant peu dense, il est nécessaire de la
concentrer, via des miroirs réflecteurs, pour obtenir des
températures exploitables pour la production d'électricité. Le
rayonnement peut être concentré sur un récepteur linéaire ou
ponctuel. Le récepteur absorbe l'énergie réfléchie par le miroir
et la transfère au fluide thermodynamique. Les systèmes à
concentration en ligne ont généralement un facteur de
concentration inférieur à celui des concentrateurs ponctuels.
3. CENTRALE THERMIQUE RECUPERANT
L’ENERGIE PRE EXISTANTE
 
3.1 Centrale Solaire thermique
Les systèmes de concentration

Une caractéristique du système est son facteur de concentration.


ce coefficient permet d’évaluer l’intensité de la concentration
solaire : plus le facteur de concentration est élevé, plus la
température atteinte sera importante.
Facteur de concentration = Surface du miroir / Surface du
récepteur
3. CENTRALE THERMIQUE RECUPERANT
L’ENERGIE PRE EXISTANTE
 
3.1 Centrale Solaire thermique
Une production d’énergie en continu par le stockage

Un atout majeur de certaines technologies solaires thermodynamiques


est leur capacité de stockage qui permet aux centrales de fonctionner
en continu.
En effet, lorsque l'ensoleillement est supérieur aux capacités de la
turbine, la chaleur en surplus est dirigée vers un stockage thermique,
qui se remplit au cours de la journée.
La chaleur emmagasinée permet de continuer à produire en cas de
passage nuageux ainsi qu'à la tombée de la nuit.
3. CENTRALE THERMIQUE RECUPERANT
L’ENERGIE PRE EXISTANTE
 
3.1 Centrale Solaire thermique
Comment se fait le stockage d’énergie d’une centrale solaire?
Du sel liquide est envoyé dans le récepteur chauffé. Le sel fondu coule
ensuite dans un réservoir thermique de stockage. Pour avoir de
l’électricité, le sel fondu est déplacé à travers un générateur de vapeur
haute pression. La vapeur actionne une turbine qui produit de
l’électricité. Et tout cela fonctionne que le soleil brille ou non.

Le système de production à la vapeur est le même que celui employé


dans les centrales électriques alimentées grâce au gaz, au charbon ou
au nucléaire. Mais l’énergie utilisée est 100 % renouvelable et ne
génère aucune émission de gaz à effet de serre.
3. CENTRALE THERMIQUE RECUPERANT
L’ENERGIE PRE EXISTANTE
3.1 Centrale Solaire  thermique
Comment se fait le stockage d’énergie d’une centrale solaire?
3. CENTRALE THERMIQUE RECUPERANT
L’ENERGIE PRE EXISTANTE
 
3.1 Centrale Solaire thermique
Il existe 03 types de centrale thermique solaire en fonction de la méthode de
focalisation des rayons solaires
3.1.1 Les centrales à collecteurs cylindro-paraboliques

Les centrales solaires à miroirs cylindro-


paraboliques sont les plus utilisées à travers le
monde. Le tube absorbeur emmagasine un
maximum d’énergie solaire et fait chauffer le
fluide jusqu’à 500°C. Ici, les miroirs cylindro-
paraboliques suivent le mouvement du soleil,
pour un maximum d’efficacité.
3. CENTRALE THERMIQUE RECUPERANT
L’ENERGIE PRE EXISTANTE
 
3.1 Centrale Solaire thermique
Il existe 03 types de centrale thermique solaire en fonction de la méthode de
focalisation des rayons solaires
3.1.2 Les centrales à concentration à miroirs de Fresnel
3. CENTRALE THERMIQUE RECUPERANT
L’ENERGIE PRE EXISTANTE
 
3.1 Centrale Solaire thermique
Il existe 03 types de centrale thermique solaire en fonction de
la méthode de focalisation des rayons solaires
3.1.2 Les centrales à concentration à miroirs de Fresnel
Un facteur de coût important dans la technologie des collecteurs
cylindro-paraboliques repose sur la mise en forme du verre pour
obtenir sa forme parabolique.
3. CENTRALE THERMIQUE RECUPERANT
L’ENERGIE PRE EXISTANTE
 
3.1 Centrale Solaire thermique
Il existe 03 types de centrale thermique solaire en fonction de
la méthode de focalisation des rayons solaires
3.1.2 Les centrales à concentration à miroirs de Fresnel
Une alternative possible consiste à approximer la forme parabolique du collecteur
par une succession de miroirs plans. c’est le principe du concentrateur de Fresnel.
chacun des miroirs peut pivoter en suivant la course du soleil pour rediriger et
concentrer en permanence les rayons solaires vers un tube ou un ensemble de
tubes récepteurs linéaires fixes. En circulant dans ce récepteur horizontal, le fluide
thermodynamique peut être vaporisé puis surchauffé jusqu’à 500 °c. La vapeur
alors produite actionne une turbine qui produit de l’électricité. Le cycle
thermodynamique est généralement direct, ce qui permet d'éviter les échangeurs
de chaleur.
3. CENTRALE THERMIQUE RECUPERANT
L’ENERGIE PRE EXISTANTE
 
3.1 Centrale Solaire thermique
Il existe 03 types de centrale thermique solaire en fonction de la méthode de
focalisation des rayons solaires
3.1.3 Les centrales à concentration à tour
3. CENTRALE THERMIQUE RECUPERANT
L’ENERGIE PRE EXISTANTE
 
3.1 Centrale Solaire thermique
Il existe 03 types de centrale thermique solaire en fonction de la méthode de focalisation
des rayons solaires
3.1.3 Les centrales à concentration à tour
Les centrales solaires à tour sont constituées de nombreux miroirs concentrant les
rayons solaires vers une chaudière située au sommet d'une tour. Les miroirs
uniformément répartis sont appelés héliostats. chaque héliostat est orientable, et
suit le soleil individuellement et le réfléchit précisément en direction du receveur
au sommet de la tour solaire. Le facteur de concentration peut dépasser 1000, ce
qui permet d'atteindre des températures importantes, de 600 °c à 1000 °c.
L’énergie concentrée sur le receveur est ensuite soit directement transférée au
fluide thermodynamique (génération directe de vapeur entraînant une turbine ou
chauffage d’air alimentant une turbine à gaz), soit utilisée pour chauffer un fluide
caloporteur intermédiaire. ce liquide caloporteur est ensuite envoyé dans une
chaudière et la vapeur générée actionne des turbines. Dans tous les cas, les
turbines entraînent des alternateurs produisant de l'électricité.
3. CENTRALE THERMIQUE RECUPERANT
L’ENERGIE PRE EXISTANTE
 
3.1 Centrale Solaire thermique
Les avantages d’une centrale solaire
Utilisant une ressource inépuisable, le soleil, les centrales
solaires offrent plus d’un avantage. Le type de ressource énergétique
utilisé est de loin le plus gros avantage de ces installations.
En plus d’être renouvelable, cette source d’énergie n’émet aucun
effet de serre, responsable du réchauffement climatique. Elle est
donc propre, autrement dit c’est une énergie verte. Non polluantes,
les centrales solaires ont donc un avenir prometteur devant elles,
dans les pays africains et partout dans le monde.
Un autre avantage des centrales solaires est leur rendement
énergétique. Le rendement élevé d’un panneau solaire permet de
produire de grandes quantités d’énergie et donc d’électricité. 
3. CENTRALE THERMIQUE RECUPERANT
L’ENERGIE PRE EXISTANTE
 
3.1 Centrale Solaire thermique
Les inconvénients d’une centrale solaire
Toutefois, les centrales solaires peuvent aussi avoir des
désavantages. Le premier est bien entendu son emplacement. La
corrélation entre le soleil et le rendement est forte. Ainsi, les
centrales ne peuvent être véritablement rentables que dans des
zones géographiques où l’ensoleillement est généreux. C’est pour
cela que leur utilisation est importante aux États-Unis ou encore au
Mexique.
La durée de vie d’un panneau solaire est relativement basse, environ
30 ans. Cela fait résulter un inconvénient supplémentaire : plus le
miroir est vieillissant, moins il est productif.
 
3. CENTRALE THERMIQUE RECUPERANT
L’ENERGIE PRE EXISTANTE
 
3.1 Centrale Solaire thermique
Les inconvénients d’une centrale solaire 
Autre inconvénient, le recyclage des miroirs pose un réel problème.
En effet, les matériaux dits toxiques utilisés pour la fabrication des
panneaux solaires ne sont, à ce jour, pas recyclables. On peut
espérer que les géants des filiales solaires trouvent une solution
dans l’avenir afin de profiter au maximum des avantages de cette
énergie renouvelable.
 
Bien que les prix des panneaux solaires soient en baisse, le coût des
installations est également un frein dans le développement des
centrales solaires.
 
3. CENTRALE THERMIQUE RECUPERANT
L’ENERGIE PRE EXISTANTE
 
3.1 Centrale Solaire thermique
Les inconvénients d’une centrale solaire 
 
Enfin, le procédé intermittent et le stockage réduisent les capacités
d’exploitation de l’énergie solaire. Intermittente, l’énergie solaire
peut être générée uniquement le jour, lorsque le soleil est présent.
La nuit, elle doit être stockée afin de continuer à approvisionner le
réseau électrique. 
3. CENTRALE THERMIQUE RECUPERANT
L’ENERGIE PRE EXISTANTE
 
3.2 Centrale Géothermique
Définition d’une centrale géothermique
Une centrale géothermique produit de l'électricité grâce à la chaleur
de la Terre qui transforme l'eau contenue dans les nappes
souterraines en vapeur et permet de faire tourner une turbine et un
alternateur.
D’où vient cette chaleur?
Dans certains lieux, le flux de chaleur est plus élevé qu’ailleurs. Ce
phénomène s’explique : le magma est parvenu à remonter vers la
surface, en réchauffant au passage les roches qui l’entourent.
3. CENTRALE THERMIQUE RECUPERANT
L’ENERGIE PRE EXISTANTE
 
3.2 Centrale Géothermique
D’où vient cette chaleur?
Dans certains lieux, le flux de chaleur est plus élevé qu’ailleurs. Ce
phénomène s’explique : le magma est parvenu à remonter vers la
surface, en réchauffant au passage les roches qui l’entourent.
La lithosphère (l’écorce et la couche supérieure du manteau) est
fragile et n’est pas une surface homogène.
Elle est constituée de douze plaques principales et plusieurs autres
petites. C’est à la frontière de ces plaques (et plus généralement
dans les zones fragiles de l’écorce) que le magma peut se glisser et
remonter. C’est ce qui se passe avec les geysers, les volcans et les
sources chaudes.
Et avec de telles températures (plus de 200 °C), il est possible
de produire de l’électricité !
3. CENTRALE THERMIQUE RECUPERANT
L’ENERGIE PRE EXISTANTE
 
3.2 Centrale Géothermique

Comment récupérer cette chaleur pour produire de l’électricité ?


Il y a deux méthodes pour produire de l’électricité grâce à la
chaleur du sous-sol : par la géothermie naturelle à haute
énergie (exploitation de l’eau chaude présente dans le sous-sol à
haute température) et par le système géothermique
stimulé (injection d’eau dans des roches chaudes fracturées).
3. CENTRALE THERMIQUE RECUPERANT
L’ENERGIE PRE EXISTANTE
 
3.2 Centrale Géothermique
3.2.1 La Géothermie naturelle à haute énergie
La chaleur terrestre n’est pas exploitable partout de la même façon.
Dans les zones volcaniques, à la frontière des plaques
lithosphériques, la chaleur du centre de la Terre remonte et
réchauffe de gigantesques poches d’eau.
L’eau est alors présente dans le sous-sol sous forme liquide ou sous
forme de vapeur. Cette vapeur va permettre de faire tourner une
turbine, qui, accouplée d’un alternateur, produira de l’électricité.
3. CENTRALE THERMIQUE RECUPERANT
L’ENERGIE PRE EXISTANTE
 
3.2 Centrale Géothermique
3.2.1 La Géothermie naturelle à haute énergie
3. CENTRALE THERMIQUE RECUPERANT
L’ENERGIE PRE EXISTANTE
 
3.2 Centrale Géothermique

3.2.2 Le système géothermique stimulé


L’enjeu de cette technologie est de produire de l’électricité par
la géothermie profonde à haute température à partir de
roches sèches (la première méthode consiste à produire de
l’électricité en utilisant l’eau stockée dans le sous-sol). Elle est
appelée « système géothermique stimulé », car l’eau chaude
n’est pas directement prélevée du sous-sol, mais injectée dans
le sous-sol pour y être réchauffée.
3. CENTRALE THERMIQUE RECUPERANT
L’ENERGIE PRE EXISTANTE
 
3.2 Centrale Géothermique
3.2.2 Le système géothermique stimulé
L’enjeu de cette technologie est de produire de l’électricité par la
géothermie profonde à haute température à partir de roches
sèches (la première méthode consiste à produire de l’électricité en
utilisant l’eau stockée dans le sous-sol). Elle est appelée « système
géothermique stimulé », car l’eau chaude n’est pas directement
prélevée du sous-sol, mais injectée dans le sous-sol pour y être
réchauffée.
3. CENTRALE THERMIQUE RECUPERANT
L’ENERGIE PRE EXISTANTE
 
3.2 Centrale Géothermique
3.2.2 Le système géothermique stimulé
Voici le principe : on creuse un puits dans lequel on injecte de
grandes quantités d’eau. Elle s’infiltre en profondeur et se réchauffe
au contact de la roche. Puis elle est captée grâce à des pompes par
deux autres puits. Une fois en surface, cette eau chaude cède sa
chaleur (via un échangeur) à un fluide qui se transforme en vapeur.
Il monte en pression, ce qui lui permet d’entraîner la turbine qui
produit de l’électricité. Pendant ce temps, l’eau du puits qui a cédé
une bonne partie de sa chaleur redescend… et c’est reparti pour un
tour.
3. CENTRALE THERMIQUE RECUPERANT
L’ENERGIE PRE EXISTANTE
 
3.2 Centrale Géothermique
3.2.2 Le système géothermique stimulé
Etapes de cette technologie
1. injection d’eau froide à 5000 mètres de profondeur par le puits
central ;
2. Circulation d’eau dans les fractures et réchauffement au contact
de la roche chaude (200 °C) ;
3. Extraction de l’eau réchauffée du sous-sol par deux puits de
production ;
4. En surface, transformation par l’intermédiaire d’un échangeur
thermique de l’eau chaude du circuit primaire en vapeur, dans le
circuit secondaire, pour entraîner une turbine qui produit de
l’électricité.
3. CENTRALE THERMIQUE RECUPERANT
L’ENERGIE PRE EXISTANTE
 
3.2 Centrale Géothermique
3.2.2 Le système géothermique stimulé
3. CENTRALE THERMIQUE RECUPERANT
L’ENERGIE PRE EXISTANTE
3.2 Centrale Géothermique  
3.2.2 Le système géothermique stimulé
Ça existe déjà ?
C’est en Italie, à Larderello, que la géothermie produit de l’électricité
pour la première fois au monde, en 1904. Le prince Ginori Conti
allume symboliquement cinq ampoules, annonçant pour l’année
suivante la construction de la première centrale expérimentale de
20 kW.

Depuis, la géothermie à haute température s’est bien


développée ! Un peu plus de 350 centrales (géothermie
naturelle) ont déjà été construites dans le monde et permettent
d’alimenter en électricité 60 millions de personnes environ…
3. CENTRALE THERMIQUE RECUPERANT
L’ENERGIE PRE EXISTANTE
3.2 Centrale Géothermique  
Géothermie : le Kenya, premier producteur en Afrique
Le Kenya confirme sa place de leader en Afrique dans le domaine de
la géothermie. Le pays occupe même la neuvième place au niveau
mondial, avec une capacité de 700 MW. L'exploitation de cette
énergie augmentera encore dans les années à venir, notamment
dans les immenses gisements de la vallée du Grand Rift.
En 2018, le Kenya est encore et toujours le premier producteur
d'énergie géothermique d'Afrique. Sa capacité de production est
passée de 620 MW en 2017 à 700 MW, soit 30% du mix énergétique
kenyan. Si la concurrence sur le continent n'est pas franchement
rude -le seul autre pays à exploiter, pour l'instant, cette ressource
est l'Éthiopie (avec seulement 7 MW)-, ce résultat est toutefois loin
d'être anecdotique.
3. CENTRALE THERMIQUE RECUPERANT
L’ENERGIE PRE EXISTANTE
3.2 Centrale Géothermique  
Géothermie : le Kenya, premier producteur en Afrique
Premier de sa classe en Afrique, le Kenya donne également des
idées à ses voisins. Plusieurs -dont l'Éthiopie déjà citée, mais
également l'Érythrée, Djibouti, ou encore la Tanzanie- ont lancé
des programmes d'exploitation de l'énergie géothermique.
 
3. CENTRALE THERMIQUE RECUPERANT
L’ENERGIE PRE EXISTANTE
 
3.2 Centrale Géothermique

L’avenir de la géothermie
Une énergie propre et inépuisable
Face à la raréfaction des ressources fossiles et au réchauffement
planétaire, nous devons développer de nouvelles sources
d’énergie qui n’émettent pas de gaz à effet de serre et qui
peuvent se renouveler rapidement.
Les énergies renouvelables (solaire, éolien, hydraulique,
géothermie, biomasse) sont une partie de la solution.
Conclusion

Nous avons défini une centrale thermique qui est un procédé


industriel qui utilise la chaleur pour produire l’électricité.
Tous les combustibles utilisés pour produire la chaleur qui sera mise
en œuvre dans une chaudière pour produire la vapeur ont été
étudié. La vapeur à son tour fera tourner une turbine à vapeur
accouplée à un alternateur qui va produire l’électricité.
Les turbines à combustion en cycle simple ou combiné qui utilisent
ces même combustibles ont aussi été étudié.
Les centrales nucléaires ne sont pas restées en reste, leur principe a
été abordé dans ce cours de même que les centrales solaires.
Nous avons terminé par la géothermie pour produire de l’électricité
et noté que le Kenya était le 1er pays africain avec une capacité
installée de 700 MW en 2018.
MERCI DE VOTRE
AIMABLE ATTENTION