Vous êtes sur la page 1sur 70

Grammaire et Discours

1- Syntaxe
Master DDLE 1ère année
Alain LECOMTE
• Les locuteurs « ont une connaissance » de phrases
qu’ils n’ont encore jamais lues ou entendues
auparavant,
• Il est plausible d’envisager qu’un locuteur
quelconque, pourvu qu’il ait assez de temps,
d’énergie, de patience puisse déterminer pour
n’importe quelle phrase, d’une complexité
arbitraire, si elle est « grammaticale »  ou si elle ne
l’est pas.
Exemple de ce qu’on « n’apprend » jamais:
• Il dit que Jean est malade : il  Jean
• Jean dit qu’il est malade : il = Jean possible
• La voisine lui dit de venir : lui  la voisine
• Le copain de la voisine lui dit de venir
• Pierre arrive et le salaud s’en prend à Marie
• Pierre pense que le salaud s’en prend à Marie :
Pierre  le salaud
• L’enfant dispose dès le départ de
connaissances linguistiques très riches, qui lui
permettent de n’avoir à observer que
quelques données pour déterminer
immédiatement à quel type de grammaire il a
affaire (problème de l’induction)
Le jeu des auxiliaires
• Karin Stromswold : phrases contenant des
auxiliaires en anglais, 24 milliards de milliards
d’arrangements possibles (!) (he have might
eat, he did be eating…) seulement une
centaine de grammaticaux (he might have
eaten, he has been eating)
• L’expérience auprès de jeunes enfants n’a
montré aucune erreur sur les 66000 exemples
où il aurait pu y en avoir!
Les « erreurs » commises par les enfants

• Ne sont pas dues en général au hasard


• Souvent dues à une sur-généralisation
• Par exemple: ajout de –ed pour former le
passé
– My teacher holded the baby rabbits
– Horton heared me
– I finded Renée
–…
Alors d’où viennent les « fôtes »?
• Y a-t-il des fautes? Phénomènes de mélanges
linguistiques (suisse : « il lui aide », calqué sur
l’allemand)
• Il n’y a pas de langue pure
• Les parlers « de banlieue » ont leurs règles
complexes cf. recherches sociolinguistiques de
William Labov
Caractère partiellement inné de la faculté de
langage
• Ces observations vont dans le sens de:
– Une base biologique de la faculté de langage
– Le caractère inné (et propre à l’homme) de la syntaxe
• Comment concilier cela avec la pluralité des langues?
– Pluralité des langues: résultats de phénomènes de
population, mais il existe de grandes familles de langues
(et peut-être à la racine une seule? Cf. Merrit Ruhlen)
– Un système mis en place dès la naissance se spécifie dans
les trois premières années grâce aux échantillons
entendus
La grammaire universelle
• Chomsky, depuis la fin des années cinquante,
appelle ce système « la grammaire universelle
» (GU)
• Mais la conception de GU a beaucoup
évolué….
États de langue
• GU fournit un état zéro de la langue, où de
nombreux paramètres ne sont pas spécifiés,
• L’acquisition (rapide) de la langue environnante fixe
les paramètres et fait évoluer le système vers
différents états
• Mais comme pour tout système biologique, l’état
acquis au bout d’un certain temps est toujours
individuel et particulier…
• L’enfant dort, les enfants dorment, les enfants
dormiront
 Les éléments de la classe de ‘dort’ ont certaines propriétés
(ils sont susceptibles d’avoir des terminaisons en ‘ent’, ‘rai’,
‘ras’, ‘ront’…)
• L’enfant dort, les enfants dorment
 Les éléments de la classe de ‘enfant’ ont d’autres propriétés
(ils sont susceptibles d’avoir une terminaison en ‘s’)
• Ce sont des propriétés morphosyntaxiques
Catégories et traits
Catégorie grammaticale
• Une catégorie grammaticale est une classe
d’expressions qui ont en commun un certain
ensemble de propriétés
• On identifie les verbes à partir de leur
morphologie inflexionnelle
• dormir  dors, dort, dormons, dormez, dorment…
• manger  mange, manges, mangeons, …
• nourrir  nourris, nourrit, nourrissons…
• aller  vais, vas, va, allons, allez, vont…
Traits morphosyntaxiques
• Un verbe possède des traits morpho-
syntaxiques pour:
• Personne (1, 2, 3)
• Nombre (sing, plur)
• Temps (présent, passé, futur…)
• Mode (indicatif, conditionnel, subjonctif…)
• Aspect (en train de, terminatif, inchoatif…)
Traits morphosyntaxiques et dérivation
morphologique
• Un nom possède des traits morpho-syntaxiques
pour:
• Genre
• Nombre
• Un nom peut aussi entrer dans un processus de
dérivation morphologique
• Maison  maisonnée, maisonnette
• Fille  fillette
 Le suffixe ‘(e)tte’ peut s’appliquer à un nom pour produire un
autre nom (avec le trait sémantique de petitesse)
Traits morphosyntaxiques et dérivation
morphologique
• Un adjectif possède aussi des traits morpho-
syntaxiques pour:
• Genre
• Nombre
• Un adjectif peut aussi entrer dans un processus de
dérivation morphologique,
• pour former de nouveaux noms: (sous certaines conditions)
• blond  blondeur
• toxique  toxicité
• petit  petitesse
• pour former de nouveaux adjectifs:(sous certaines conditions)
• blond  blondasse
• heureux  malheureux
Propriétés de distribution
• Un adjectif suit ou précède un nom
• Un petit cheval
• Un grand homme
• Un homme grand
• Un adjectif s’accorde avec le nom qu’il suit ou
précède
• Un petit cheval
• De petits chevaux
Propriétés de distribution
• Un verbe suit ou précède un syntagme
nominal
• Pierre dort
• Mon voisin aime le foot
• Une préposition est invariable et elle précède
un syntagme nominal
• Près du (= de le) radiateur
• En face de la banque
Propriétés de distribution
• Un adverbe est invariable et suit en général un
verbe ou un syntagme verbal
• Pierre dort bien
• Mon voisin aime le foot passionnément
ou bien figure en début de phrase
• Souvent, Pierre dort
• Aujourd’hui, mon voisin regarde le match
• Un déterminant possède des traits morpho
-syntaxiques pour:
• Le nombre
• Le genre
• Le caractère défini ou non défini
• Distributionnellement, il précède en général un nom
ou une suite composée d’un adjectif et d’un nom:
• Le petit chien
• Un gros orage
• Des objets volants non identifiés
catégories fermées / catégories ouvertes
• noms, verbes, adjectifs, adverbes:
– classes ouvertes
– contenu sémantique plein
• déterminants, prépositions:
– classes fermées
– contenu sémantique plus réduit, voire vide
ex: {le, la, les, un, une, des, mon, ma, mes, ton, ta, tes, son,
sa, ses, notre, nos, votre, vos, leur, leurs, ce, cet, cette,
quel, quelle, quels, quelles}
contenu vide: de, dans content de lui
- Identifiées comme catégories fonctionnelles
complémenteurs
• Je crois que tu as raison
• Il est plus grand que toi ( il est plus grand que tu n’es grand)
• Je me demande si Paul va venir
• Je te promets de venir  je te promets que je vais venir
• après un verbe d’une certaine famille (croire, savoir, penser,
dire, déclarer, affirmer, promettre…)
• avant une phrase complète, ou une « abréviation de phrase »,
ou une phrase infinitive
Syntagmes et constituants
Qu’est-ce qu’un syntagme?
• Un groupe de mots…
• Qu’on peut déplacer en bloc:
Manger des grenouilles vivantes, moi je ne pourrai jamais
C’est un livre très ancien sur la peinture du XVIIème siècle qu’il m’a donné
• Qu’on peut coordonner avec un groupe du même
genre:
• J’aime manger des spaghettis et boire du Chianti
• J’aime les spaghettis à la sauce carbonara et les champignons sautés avec
une pointe d’ail
• Il habite près du pont et en face du bistrot qui fait l’angle
• J’ai vu en elle une femme très élégante mais un peu intimidée
• Qui peut s’utiliser seul, en isolation (mais sous
certaines conditions)
Superbe!
Quel but magnifique!
Ecrire votre nom en haut de la feuille

• (en réponse à une question)


Jamais avant les repas
oui
sûrement
Types de syntagmes
• Le type est déterminé en fonction des substitutions qui
peuvent avoir lieu sans altérer la grammaticalité:
manger des grenouilles vivantes
remplaçable par manger
un livre très ancien sur la peinture du XVIIème siècle
remplaçable par un livre
remplaçable par Le Rouge et le Noir (nom
propre)
boire du Chianti  remplaçable par boire
près du pont  remplaçable par là-bas
très élégante  remplaçable par élégante
Types de syntagmes
• Le type est aussi lié au « mot principal » ou tête du syntagme:
manger des grenouilles vivantes  verbe
un livre très ancien sur la peinture du XVIIème siècle
 nom
boire du Chianti  verbe
les spaghettis à la sauce carbonara  nom
les champignons sautés avec une pointe d’ail  nom
près du pont  préposition
en face du bistrot qui fait l’angle  préposition
très élégante  adjectif
un peu intimidée  adjectif
• {très élégante, un peu intimidée} : des syntagmes
adjectivaux
• {manger des grenouilles vivantes, manger des
spaghettis, boire du Chianti}: des syntagmes verbaux
• {près du pont, en face du bistrot qui fait l’angle}: des
syntagmes prépositionnels
• {jamais avant les repas, sûrement}: des syntagmes
adverbiaux
• {un livre très ancien sur la peinture du XVIIème
siècle}: un syntagme nominal
Analyse en constituants
Syntagmes et constituants
• La notion de syntagme se définit dans
l’absolu,
• La notion de constituant est relative à une
« analyse » de la phrase ou d’un syntagme
Les constituants sont des syntagmes
emboités
J’aime les spaghettis à la sauce carbonara
– À quelle sauce tu les aimes, les spaghettis?
– Carbonara
– Qu’est-ce que tu aimes avec la sauce carbonara?
– Les spaghettis
– Comment tu les aimes les spaghettis?
– À la sauce carbonara

J’aime les spaghettis à la sauce carbonara


des non-constituants…
• Pierre achète *le journal le matin
• Mon voisin *est très amateur de cyclisme

• Pierre achète le journal le matin

• Mon voisin est très amateur de cyclisme


ambiguïtés
• Pierre regarde la fille avec un télescope
distinguer:

Pierre regarde la fille avec un télescope


dans cette lecture, ‘la fille avec un télescope’ n’est pas un
constituant
et
Pierre regarde la fille avec un télescope
arbres
• On représente les analyses en constituants par des
arbres

Pierre

avec un télescope

regarde la fille
arbres
• On représente les analyses en constituants par des
arbres

Pierre

regarde

la fille avec un télescope


Exercices
• Proposer des analyses en constituants des
phrases suivantes:
– Nous avons pensé que ce serait facile d’écrire un
livre au sujet de notre voyage
– Sur notre carte géographique était tracée une
route qui allait de Trieste à Belgrade en passant
par Zagreb
– Quelles chaînes de montagne avons-nous longées
en cours de route?
Exercices
• Voici des phrases en tibétain, en code phonétique, avec leur
traduction:
nga torce yin : je suis Dorje
nga lõsang yin : je suis Lopsang
khyērang sū yin-pa : qui êtes-vous?
Thūptän-la yin-pa : vous êtes Thuptän?
• Que déduisez-vous à propos du tibétain?
– quel auxiliaire trouve-t-on dans ces phrases?
– à quelle position?
– quels pronoms personnels?
– quel pronom interrogatif?
– qu’ont de particulier les phrases interrogatives?
pronoms personnels en tibétain
exercice: compléter les valeurs manquantes

• nga : « je » • ngatso: « nous »


• khyērang: « vous », • nganyi: « nous deux »
honoriphique
• khyērangtso: ?
• khyö: « tu »
• khyörangtso: ?
• khõng: « il », « elle », H
• khyērangnyi: ?
• mo: « elle »
• khõngtso: ?
• khõ: « il »
• khõrangtso: ?
• khõngnyi: ?
d’autres phrases en tibétain
nyūku ti nakpo re: ce stylo est noir
ti nyūku nakpo re: ceci est un stylo noir
temi ti chēnpo re: cette clé est grande
temi ti ngä: re: cette clé est à moi
ti khyērang-ki cha re: c’est ce thé qui est à vous
• En déduire:
– quelques adjectifs du tibétain avec une caractéristique
morphologique,
– un nouvel auxiliaire,
– la place du déterminant,
– la formation du datif
Théorie X-barre

Une structure commune aux


différents domaines de la syntaxe
Structure syntagmatique (2)
• Offre la possibilité de regrouper les prédicats qui se
rapportent à la même variable
• Un syntagme = une tête + des compléments +
(éventuellement) un spécifieur ou sujet
• A l’intérieur d’un même syntagme : partage
d’argument
• La notion d’arbre rend bien compte de ces notions
Ex: syntagme nominal
• Le petit chat de Marie
N’’

Det N’

N SP

petit(x) Adj N chat(x)


Syntagme nominal
• Le petit chat de Marie
N’’

Det N’

petit(x)&chat(x) N SP

petit(x) Adj N chat(x)


Syntagme nominal
• Le petit chat de Marie
N’’

Det N’

petit(x)&chat(x) N SP possède(Marie, x)

petit(x) Adj N chat(x)


Syntagme nominal
• Le petit chat de Marie
N’’

petit(x)&chat(x)&
Det N’ possède(Marie, x)

petit(x)&chat(x) N SP possède(Marie, x)

petit(x) Adj N chat(x)


Syntagme nominal
• Le petit chat de Marie
Le x tel que
N’’
petit(x)&chat(x)&
possède(Marie, x)

petit(x)&chat(x)&
Det N’ possède(Marie, x)

petit(x)&chat(x) N SP possède(Marie, x)

petit(x) Adj N chat(x)


Syntagme verbal
• Pierre écoute assidûment la radio
V’’

SN V’

V SN

V Adv
écoute(x, y) assidûment(u)
Syntagme verbal
• Pierre écoute assidûment la radio
V’’

SN V’

assidûment(écoute(x,y)) V SN

V Adv
écoute(x, y) assidûment(u)
Syntagme verbal
• Pierre écoute assidûment la radio
V’’

SN V’

assidûment(écoute(x,y)) V SN la z telle que radio(z)

V Adv
écoute(x, y) assidûment(u)
Syntagme verbal
• Pierre écoute assidûment la radio
V’’

assidûment(écoute(x,y))
& y=la z telle que radio(z)
SN V’

assidûment(écoute(x,y)) V SN la z telle que radio(z)

V Adv
écoute(x, y) assidûment(u)
Syntagme verbal
• Pierre écoute assidûment la radio
V’’ assidûment(écoute(Pierre,y))
& y=la z telle que radio(z)

assidûment(écoute(x,y))
Pierre SN V’ & y=la z telle que radio(z)

assidûment(écoute(x,y)) V SN la z telle que radio(z)

V Adv
écoute(x, y) assidûment(u)
Remarques
• Structure semblable à celle du SN
• L’adverbe est un modifieur du verbe, il est introduit
par adjonction à la tête
• Le spécifieur (ici, le sujet) clôt également la
représentation sémantique en éliminant une variable
libre (ici par instanciation par une constante, dans
d’autres cas par liage de la variable)
• Particularité : le modifieur a une variable de second
ordre (u)
Syntagme prépositionnel
• juste à un mètre de la route
P’’

spec P’
(adv?)

P SP

P SN (mesure)
Syntagme adjectival
• très rouge de honte
A’’

spec A’
?

A SP

très(u) Adv A rouge(x)


Syntagme adjectival
• très rouge de honte
A’’

spec A’
?

(très(rouge))(x) A SP

très(u) Adv A rouge(x)


Syntagme adjectival
• très rouge de honte
A’’

spec A’
?

(très(rouge))(x) A SP à_honte(x)

très(u) Adv A rouge(x)


Syntagme adjectival
• très rouge de honte
A’’

à_honte(x)  (très(rouge))(x)
spec A’
?

(très(rouge))(x) A SP à_honte(x)

très(u) Adv A rouge(x)


Théorie X barre
• Chomsky :
• Tous les syntagmes sont organisés
hiérarchiquement selon:
– X’’ domine immédiatement Spec + X’
– X’ domine immédiatement X et Comp*
• Comp (et Spec?) = Y’’
Têtes et projections
• X : tête, X préterminal : tête lexicale,
• X’ et X’’ : projections de la tête
• X’’ : projection maximale
Quel statut pour la phrase?
• S = V’’ ???
• Remarque :
– *Pierre écouter radio assidûment
• Les phrases ont des verbes conjugués (tensés)
– Peter will listen to the radio
– Pierre écoutera la radio assidûment
S = IP
• La tête de la phrase est l’élément d’inflexion
I’’

Spec I’

I V’’

(Peter) listen to the radio

I M

will must
S = IP
I’’

Spec I’

I V’’ (Peter) listen to the radio


will
remarque
• La marque d’inflexion verbale en général s’intercale
entre le sujet et le verbe, soit sous forme d’auxiliaire
simple (will, do, … en anglais) soit sous forme d’un
auxiliaire composé avec des modalités (will must, will
be able to, … en anglais, peut, doit, va, … en français)
soit sous forme de suffixe adjoint au verbe principal
(cas en général du français par exemple),
• On peut obtenir ce résultat si le SN sujet se déplace
(d’une position interne à V’’ vers la position spec de
IP)
Mouvements et traces

Comment expliquer la coréférence?


S = IP
Peter1 will must t1 listen to the radio
I’’

will t listen to the radio


Spec I’

t listen to the radio


I V’’
will

SN V’

V SN
chaînes et traces
• (Pierre, t) est une chaîne
• On dit aussi que t est la trace du mouvement du SN
Pierre de son site d’origine (premier argument du
verbe) vers son site d’arrivée (spécifieur d’IP)
• La coindexation des deux éléments de la chaîne se
traduit par un liage de la variable associée à la trace
• Coindexation : fait de numéroter deux éléments de
manière identique (pour indiquer qu’ils réfèrent au
même objet)
d’autres évidences pour la notion de
mouvement
• Paul achète un livre que Jean a acquis
• c’est grâce à ‘que’ que le deuxième argument
de acquérir peut être égalé à livre
• que est coindexé avec une trace, qui est mise
en position d’objet de a acquis.
Le SN un livre que Jean a acquis
N’’

Det N’
un ***
N
livre
I’’
que

SN I’
Jean
I V’’
a
SN V’
t
V SN
acquis t’
Catégorie *** ?
N’’

Det N’
un ***
N
livre
I’’
que

SN I’
Jean
I V’’
a
SN V’
t
V SN
acquis t’
N’’ Catégorie *** ?
Det N’
un C’’
N
livre C’
()
C I’’
que
SN I’
Jean
I V’’
a
SN V’
t
V SN
acquis t’