Vous êtes sur la page 1sur 44

Support nutritionnel

Nutrition Entérale
Nutrition Parentérale

Nicole Sayegh RD,MPH,PHD

1
Support nutritionnel

 L’Objectif principal est d’améliorer ou de


maintenir le statut nutritionnel
 Une variété de techniques disponibles en cas
de problèmes nutritionnels
 Peut varier d’une simple formule liquide ou un
snack à une nutrition entérale ou parentérale.

2
Choix du support nutritionnel
 Possibles complications dans la nutrition entérale ou
parentale
 La décision finale serait de comparer risque/bénéfice
entre les deux techniques.
 En cas de transit normal ,une alimentation entérale ou
le choix de formules riches en suppléments serait le
plus approprié.

3
Choix du support nutritionnel
Dépend de plusieurs facteurs:
 Présence ou absence d’un transit.
 Accès possible au colon et à l’intestin grêle.
 Durée anticipée de la thérapie nutritionnelle.
 Combinaisons des deux traitements (période de
transition d’une méthode à une autre).

4
Choix du support nutritionnel
Systèm
SystèmeSDSystème
digestif digestif fonctionnel?
fonctionnel?
fonctionnel?

Entérale? le Parentérale ?

SD fonctionnel?? Consommation orale

Liquide Polymères? Problème d’ingurgitation?

Formule hydrolysé Formule spécialisé


Formule générale
Hépatique Diabètes
Problèmes rénaux Peu de protéines CHON 15%5
Peu d’électrolytes, peu de protéines Peu de lipides CHO 55%
Support Nutritionnel

6
La Nutrition entérale

7
Nutrition Enterale
 La Nutrition entérale dépend de la présence ou non
d’un transit normal
 Nutrition Nasogastrique
 Nutrition Esophagogastrique
 Nutrition Nasoduodénal ou nasojejunal

8
Enterostomie
 Gastrostomie chirurgicale
 Jejunostomie chirurgicale

9
gastrostomy

10
Jejunostomy

11
Voies d’apport
La voie gastrique fait appel
 A une sonde nasogastrique en polyvinil ou en silicone

La voie jéjunale fait appel


 A une sonde en silicone descendue dans la première
anse jéjunale pendant l’acte chirurgical ou en
postopératoire sous contrôle radioscopique.

12
Surveillance méticuleuse
 Test de la tolérance du SD par un débit lent et régulier de
500ml sérum glucosé durant quelques heures.
 Fixation efficace et bien tolérée par le patient.
 Rinçages fréquents toutes les 6 heures à l’eau.
 Administration d’anesthésiques locaux.

L’alimentation entérale doit être à faible débit continu

13
Composition des formules entérales
 Variété de formule commerciale
Critères de sélection
 Intégrité du système gastro-intestinal du malade
 Type de protéine,lipides, CHO, et fibres utilisés dans la
formule
 Contenus en Sodium, potassium et phosphore(maladies
rénales, hépatiques, cardiaques)
 Viscosité, densité en protéine et quantité de calories de la
formule kcal/ml, protéine g/ml et kcal/ taux d’azote.
 Quantité suffisante pour les besoins nutritionnels du patient

14
Contenu en protéine
 4-32% en nombre total en calories
 Ex: Caséinate, lactalbumine et protéine de soja.
 Hydrolyse du petit lait, viande et soja
 Le degré d’hydrolyse des protéines augmente
l’osmolalité des formules entérales.

15
Carbohydrates
 50% du nombre total d’énergie
 Fruits et légumes en purée.
 Hydrolysates d’amidon et de dextrines
 Saccharose, glucose et fructose
 Le Lactose n’est pas utilisé comme source de CHO
dans les formules entérales.

16
Les lipides
 30-40% du nombre total d’énergie
 Acide linoléique qu’on trouve dans le maïs, soja et
tournesol 2-4%.
 Problème d’immunité
 Tendance vers les acides gras à chaîne courte «
medium chain fatty acids », l’acide oléique et l’acide
alpha linolénique (omega-3)

17
Vitamines et minéraux
 Surplus de vitamines et minéraux
 Présent suivant la quantité/jour mise par la FDA.
 En cas de diarrhée, une plus grande administration
d’électrolytes tels que le sodium, potassium et
phosphore.

18
Liquides
 1 ml/kcal/adulte ou 35ml/kg
 Les formules standards contiennent 80- 85% d’eau.
 Les formules plus denses contiennent seulement
jusqu’ à 60% d’eau.

19
Osmolalité

 300-500 mOsmol/kg
 Diarrhée et pertes d’électrolytes en cas
d’hyperosmolarité.
 Déshydrations en cas d’hyperosmolarité parmi les
vieux (high protein formulas).

20
Autres caractéristiques
 Viscosité<12 centipoises
 1 Kcal/ml jusqu’à1.6 cals/ml
 PH alcalin
 Germes <200000germes/ml en l’absence de germes
pathogènes.

21
Gavage(préparé par la
diététicienne)
Gavage à 1000-1200 calories
 200 g de viande cuite non grasse+130g de légumes
cuites+150cc de jus de fruits+1 verre de yaourt
écrémé+2 cuillerées d’huile végétale.

22
Administration
Lors de l’administration d’une alimentation
entérale, l’habitude est d’instiller avant à débit
régulier 500ml du serum glucosé pour quelques
heures
 4-6 administrations/jour pour 20-60mn
 Pas plus que 4-6 heures d’administration.
 Ne jamais ajouter les formules anciennes aux
nouvelles.

23
Administration
Etat Normal
 1er jour: 1000calories
 2er jour : 2000 calories
 3er jour :3000 calories
 4er jour : 4000 calories
Résection, rectocolite, maladie de Crohn
 1er jour: 500 calories
 2er jour : 1000 calories
 3er jour :1500 calories
 4er jour: 2000 calories
24
Nutrition enterale : Les formules
commerciales
Nutrition Entérale : Peut aussi se référer aux formules
commerciales liquides (Insure, Fresubine, Scandyshake…).
Les formules commerciales liquides sont importantes :
 Support des besoins nutritionnels
 En cas de présence d’une Dysphagie
 En cas d’ intolérance au lactose, gluten
 Tolérance gastrique à la charge osmotique
 Assure une hygiène alimentaire
 Difficulté de préparer le gavage et accès aux matières
premières
 Prendre en considération le Coût

25
Les formules commerciales (ct)
 Assurent en moyenne 250cals/250ml
 10-14% de glucides
 2 à 3 g /kg/jour de protéines
 Source de lipides :Chaînes longues ou courtes
(MCT,1 à1.5g/kg/jour.
 Variété de formules, d’arômes et de consistances
 Peuvent assurer une diète nutritionnelle complète si
ils sont pris en quantité suffisante.

26
Complications dues à l’alimentation
entérale
problèmes Signes Cause Solutions
Diarrhée >3 fois/jour Intolérance au Lactose free
lactose, formule formula
hyperosmolaire, Hygiène
contamination alimentaire
bactérienne, Diminution de
hypersécrétion l’osmolalité
gastrique,

Vidange gastrique Taux d’infusion rapide Diminution du


Large volume
insuffisante Riche en matières taux d’infusion
de résidus grasses Position du tube
médicaments
27
Complications dues à l’alimentation
enterale
Problèmes Signes Causes Solutions

Position du tube
Nausées Nausées SD non
médicaments
vomissements vomissements fonctionnel Diminution du taux
d’infusion
Hémorragie Sang dans les Nutrition
résidus parentérale
Position du tube Changement de
Pneumonie Présence de formule
Position durant le
résidus dans la gavage Changement de
trachée Gros Cathéter position
Formule riche en Contrôle de résidus
matières grasses Changement de tubes
28
Complications dues à l’alimentation
enterale
Causes Solutions
problèmes Signes
Secondaire à une Formule pauvre en
Hyperkaliémie >5.5meq/l acidose k
Insuffisance
rénale, □Rétention
de k, formule riche
en k

Azotémie Formule riche en Diminution de


protéine protéine dans les
formules,
□Augmentation des
fluides

Hyponatrémie Rétention d’eau Formule plus


dense
29
Complications dues à l’alimentation
entérale
problèmes Signes Causes Solutions

Déficience en Bilan Besoins accrus Suppléments


macro Consommation
sanguin Formules
Et micronutriment inadéquate
anormal appropriées

Hyperglycémie Taux de Diabète Moins de sucre


glucose Taux d’infusion
Infusion rapide
élevé ralenti

30
Intérêt de la nutrition entérale
 Elle limite le catabolisme azoté
postopératoire.
 Elle favorise la cicatrisation
 Elle augmente les défenses immunitaires
 Elle prévient les ulcères de stress

31
La Nutrition Parentérale

32
Nutrition Parenterale
L’objectif de toute nutrition Parentérale est de:
 Maintenir ou de restaurer une activité viscérale et
musculaire normale.
 Mise au repos du tractus digestif et Suppression totale
des fonctions digestives

33
Constituants de la NPT
La NPT fournit des acides aminés
des substrats énergétiques , des électrolytes,
des oligo-éléments et des vitamines.

34
La masse protéique
 Masse protéique évaluée à 15-20% du poids corporel
 Repartie entre muscle 50% + viscères +foie
 Certains acides aminés ont un métabolisme purement hépatique (Phe, Tyr,
Trp, Thr,, Met, Lys) D’autres ont un métabolisme essentiellement
musculaire (Leu, Ile, Val, Ala)
 1g-0.8/kg de protéine/jour pour assurer l’homéostasie
 Apport calculé en fonction des pertes azotées
 Perte d’azote= urée urinaire + 2
2.2
 1 g d’azote équivaut à 6g d’acides aminés ou 6.25 de protéine.

35
Hydrate de Carbone
 Les réserves glucidiques sont sous forme de glycogène
hépatique ou de glycogène musculaire.
 Epuisement de la glycogénolyse hépatique en quelques heures
en période de jeûne
 Le glucose injecté est stocké dans le foie ou utilisé dans les
cellules nerveuses et le muscle
 15%-10% de concentration en CHO par voie périphérique.
 60 % de l'énergie non protidique doivent être donnés sous
forme de glucose (3-3,5g/kg ou 2,1-2,4 mg/kg).
 Maintenir la glycémie entre 80-110 mg/dL

36
Les Lipides
 Lipolyse des triglycérides en cas de jeûne prolongé.
 Emulsions lipidiques à chaîne longues (huile de soja,
huile de carthame)
 Solutions lipidiques isotoniques
 Supplément de carnitine
 Triglycérides à chaîne courte entraîne une
amélioration de l’oxydation des acides gras mais
augmente la production des corps cétoniques.

37
Technique d’alimentation
 Veines Périphériques
 Veines centrales profondes
 NPC(Nutrition parentérale cyclique)
 NP(nutrition parentérale continue)

38
39
Veines centrales profondes
 Moyenne ou longue Durée
 Asepsie rigoureuse
 Cathéter placé au niveau de la veine cave supérieur
(veine jugulaire, veines sous- clavières, veines
céphaliques….)

40
Veines Périphériques
 Veines céphaliques et basiliques du pli des coude
 Durée de la NPT de 3 semaines à 1 mois

41
 NPC(Nutrition parentérale cyclique)
NP(nutrition parentérale continue)

NPC
 Les nutriments sont administrés de manière discontinue(10-12
heures)
NP
 Les nutriments sont administrés de manière continue, malades
hypermétaboliques, gain de masse maigre.

42
Risques de la NPT
 Thromboses veineuses 25%-35%
 Complications infectieuses 20-30%
 Pollution des solutions, infection du cathéter
 Complications métaboliques

43
Complications métaboliques
 Déshydratation
 Coma hyperglycémique
 Hypoglycémie
 Déséquilibre des électrolytes
 Hyperlipidémie
 Urémie
 Déficiences en acide gras essentiels

44