Vous êtes sur la page 1sur 18

Cours de biophysique ( résumé n°1) 1-Structure et les états de la matière , thermodynamique

• 
1-Structure de la matière:
I-Généralités II-Grandeurs et unités physiques III- Structure et caractéristiques de l’atome
I-Généralités :
Quelque soit son état, solide , liquide ou gazeux , il est reconnu que la matière est constituée de substances résultent de l’association de
molécules , identiques pour le corps purs ou différentes pour les corps composés .
Les molécules sont elles mêmes obtenues par la réunion de plusieurs atomes, identiques ou non.
L’atome représente la plus petite quantité d’un élément chimique ( entité indissociable).
La structure atomique de la matière n’a été révélé qu’au début du 20 ème siècle par notamment Dalton (1803) , AVOGADRO (1811),FARADY
(1833),RUTHERFORD (1911) ,BOHR (1913),SCHRODINGER (1925)
II-Grandeurs et unités physiques :
Le système de mesure est le système MKLSA définissent 04unités de base : mètre , Kg, le second, et l’ampère (courant électrique).
Unité de longueur est adapté aux dimensions de l’atome ; en effet le diamètre de l’atome est de l’ordre de m=1A° (Angstrom),Le diamètre de
noyau est de m=1Fermi(fm).
►La masse d’un corps désigne la quantité de matière.
• Unité de masse atomique (uma) a pour valeur le 12 ème de la masse de l’atome de carbone 12 c’est-à-dire 1uma =1,66.g
Comme une mole d’atome de carbone 12 a pour masse 12g
N=6,023. nombre d’atome ou de molécules contenues dans une mole ( nombre d’Avogadro).
La masse d’atome de carbone 12 est en conséquence exactement de 12uma. Tandis que celle d’hydrogène est de 1,007825 uma et celle
d’oxygène 16 est de 15,99491uma
•C’est
► Force :Toute cause capable de déformer un corps ou de modifier son mouvement , sa vitesse et sa direction.
  le produit de la masse d’un corps par l’accéleration qu’il subit.
F=mγ (Newton =Kg.m/ =l’accéleration )
►Vitesse et le temps :
Les particules peuvent atteindre des valeurs très élevées et approcher celle de la lumière dans le vide .
C=3.m/s
Le temps ( seconde) exemples :
-les produits radioactifs ( phénomène de la désintégration nucléaire ).
-Filtration urinaire calcul de la concentration urinaire d’une substance par unité de temps.
-Nombre de battements de cœur par unité de temps .
►Charge et champ:
La charge est la quantité d’électricité qui peut être positive ou négative .
Deux charges de signe contraire s’attirent alors qu’elles se repoussent Lorsqu' ‘elles sont de même signe .
Unité c’ est le coulomb
Le champ est une région de l’espace ou se manifeste un système de forces , ces forces s’exercent selon des lignes .
Les lignes de forces sont des droites issues de la charge.
-Champ électrostatique :
Une charge immobile crée autour d’elle un champ électrique un vecteur passant par la source et exerçant sur une autre charge électrique
qu'une force F =qE (q peut être négative ou positive )
-Champ et induction magnétique :
Lorsqu’une charge électrique q est animée d’une vitesse constante, elle crée en plus de champ électrostatique un champ
magnétostatique (H) dont les forces sont orientées perpendiculairement à son déplacement et en vecteur du champ (E).
Une charge électrique tournant sur elle-même engendre un champ magnétostatique dont les lignes de forces sont dirigées selon l’axe de
rotation .
L’induction magnétique est la manifestation du champ magnétique dans un milieu déterminé ,elle est proportionnelle à et à un
coefficient caractéristique de la matière appelé coefficient de perméabilité magnétique(µ) . B=µH =µ.
• L’induction magnétique s’exprime en Tesla et exerce sur un aiment (ou un autre champ magnétique).
Champ gravitationnel
• 
Deux masses sous la forme d’une force attractive dirigée selon la droite qui les relie , cette force s’excercant dans un espace qui définit la
gravitation . = m F= mg ( g est une constante de pesanteur , F =Force attractive gravitationnelle ).
►Energie
L’énergie est ce qui possède un système capable de fournir un travail .
Les unités utilisées : joule ou , electro-volt , calorie…
Les formes de l’énergie :
→Energie mécanique :c’est le travail defini par le produit d’une force par la longueur du déplacement de son point d’application :
W=Fdl ou selon un angle Ɵ=FdlcosƟ
→Energie cinétique :W=1/2 m
-Energie électrique : (potentiel) on appelle l’énergie potentielle électrique que possède une charge en fonction de sa position dans le champ
électrique son unité est le volt .
→L’énergie électrique est celle qui est acquise par une charge électrique q soumise à une différence de potentiel U.
W=qU ( U ou V:difference de potentiel q: quantité d’électricité)
Un electrovolt (ev) correspond à l’énergie cinétique acquise par un electron soumise à une différence de potentiel de 1volt.
1ev=1,6.joule
Le kiloelectrovolt (kev) =ev Le mega (Mev)=ev Le giga (Gev)= ev
→Une autre forme d’energie rayonnante non liée à la matière exemple : Les rayonnements électromagnétiques
Relation masse –énergie / d’Einstein
La relativité : La masse d’un corps est animée d’une vitesse v n’est pas une constante varie suivant l’expression :
m= m0:masse de repos B=V/C v : vitesse de la particule et C c’est la vitesse de la lumière .
A chaque fois il y a accélération ou décélération d’une particule c est à dire soumise à une force , il y a équivalence entre la variation d’énergie
2- Cours Les états de la matière et les transformations
I- Généralités et interprétation des liaisons moléculaires et intermoléculaires :
II- Les déterminants de l’état de la matière:
A- Les causes d’attraction :
B- Les causes de répulsion :
1- les forces de répulsion (dites de Born) 2- L’agitation thermique :
III. D’un état de la matière à un autre ( changement d’etat)
IV. Propriétés des solides, des liquides et des gaz
V. les états intermédiaires : Définition d’un gel, comportement mécanique des gels origine des gels ,Les gels en biologie , Les gels d’origine
industrielle :
VI. Changement d’état de l’eau et régulation thermique :
I- Généralités et interprétation des liaisons moléculaires et intermoléculaires :
Solides, liquides, gaz, etc. : la matière se présente sous plusieurs aspects. Il s'agit d'états aux propriétés distinctes et qui n'existent que
dans certaines conditions de pression et de température. Lorsque celles-ci sont modifiées, on observe un changement d'état de la
substance considérée.
-Les liaisons intermoléculaires sont essentiellement d’origine électrostatique et électrodynamique pour obtenir une molécule, il faut des
liaisons entre les différents atomes qui la constitue.
-Les liaisons intermoléculaires sont de nature électrostatique . Elles résultent de la présence :
*charge ionisation *de dipôles :répartition dissymétrique des nuages électroniques.
Sont des forces de « faible énergie »sont mises en jeu qui assure l’interaction avec d’autres molécules, et qui interviennent dans la
reconnaissance d’une hormone, d’un médicament par un récepteur spécifique ,d’un médiateur chimique ,et assurent l’échange des
informations d’une cellule à l’autre.
Ces forces de faible intensité jouent un rôle fondamental dans le maintien des structures macromoléculaires.
Exemple : L ’eau est le constituant le plus abondant des êtres vivants ,c’est un liquide qui implique l’existence de forces de cohésion
intermoléculaires suffisamment fortes pour empêcher que ses molécules soient indépendantes les unes des autres.
►Forces entre charges

• 
Elles s’expriment par la loi de coulomb
F=K avec K= :permittivité électrique du vide :la constante diélectrique du milieu r : la distance entre les charges q1q2
►Forces entre charges et dipôle:
Un dipôle électrique est un objet électrostatique formé par deux charges +q et –q égales et de signes contraire, unies par une distance
Le dipôle est caractérisé par un moment dipolaire électrique , grandeur vectorielle dont le module est P . P=qd (d = distance , q : charge )
l’ unité de moment dipolaire est le coulomb. Mètre (CM) avec debye=1/3 CM (Exemple :les dipôles de l’eau )
Ces forces sont plus élevées à basse température .
►Forces entre dipôles ( dipôles permanents, dipôles induits)
►Les liaisons covalentes et non covalentes:
1-Les liaisons covalentes , 2-liaison ionique
3-Les liaisons non covalentes intermoléculaires  :*l’eau est polaire, cohésive et solvate les molécules polaires (Les liaisons hydrogènes) .Ces liaisons sont
différemment affectées par la présence de l’eau dans les milieux biologiques.
*Les liaisons électrostatiques :Les interactions de Van der Waals( Les liaisons non covalentes se forment entre molécules chargées)
selon la Loi de coulomb F= Kq1q2/
*Les interactions hydrophobes
II-Les déterminants de l’état de la matière:
-Attraction ( caractère polaire des molécules, l’existence d’un système de forces et de liaison entre les molécules).
-Répulsion : forces de born ,agitation thermique désordonnée dépend de la température, qui témoigne de l’acquisition par les molécules d’une certaine
énergie cinétique dite de translation (mouvements Browniens).
-Si molécules complètement indépendantes les unes des autres : Etat gazeux
- Si liaisons intermoléculaires beaucoup plus fortes que l’énergie de translationEtat solide.
III. D’un état de la matière à un autre ( changement d’etat)
IV. Propriétés des solides, des liquides et des gaz
1. Les solides : Atomes ordonnés, position fixe des atomes et molécules les unes par rapport aux autres (agencées dans un cristal), fortes
interactions, matière dense .
2. Les liquides: Atomes désordonnés, fortes interactions, matière dense, écoulement : un liquide peut s’écouler en réponse à une contrainte
extérieure. Les liquides peuvent se mélanger complètement, et aussi dissoudre les solides et les gaz .
Un liquide est un milieu dense caractérisé par une force de cohésion, comme celle des solides. A cause de cette cohésion, il exerce une force sur sa
surface extérieure (tension superficielle) , par définition ce sont des forces de surface.
3.Les gaz Atomes désordonnés, chocs aléatoires
V.Les états intermédiaires :
L'eau liquide se solidifie à 0 °C et devient vapeur à 100 °C, mais de telles transitions ne sont pas si nettes. Des états intermédiaires brouillent ces
frontières. C’est ainsi que certains cristaux se trouvent à l’état liquide et que certains liquides ressemblent aux solides sans en avoir toutes les
propriétés. Dans ce qui suit nous décrirons un état intermédiaire dit matière molle. C’est le terme qu’on utilise pour décrire lesGELS.
Définition d’un gel: ensemble de macromolécules (substance gélifiante) liées les unes aux autres et formant un réseau tridimensionnel rigide
enfermant une phase liquide (eau, huile…)
Comportement mécanique des gels: Proche des solides (rigidité): contiennent beaucoup de liquide mais ne coulent pas.
Le cristallin : est formé d’un ensemble de sacs (membranes) contenant une solution concentrée en protéines.
L’humeur vitrée et le « liquide synovial » des articulations sont également des gels.
La muqueuse de l’arbre respiratoire secrète du mucus (gel contenant des protéines appelées mucines) pour balayer et transporter toutes sortes de
matériaux :poussière, restes de bactéries et de macrophages. En cas d’infection respiratoire, si le patient fait des crachats (expectorations), on lui
recommande de prendre un mucolytique, substance pharmaceutique (sirop en général) qui aura pour rôle de rendre plus fluide ce gel pour faciliter
son évacuation par les cils vibratiles.
VI. Changement d’état de l’eau et régulation thermique :Dans l’organisme vivant, l’évaporation de l’eau permet l’élimination de l’excès de chaleur
produit dans l’organisme par le métabolisme. Elle se produit dans les alvéoles pulmonaires et à la surface de la peau.
A. Dans les alvéoles pulmonaires: Chez l’adulte normal au repos 0,3 à 0,4 litre d’eau s’évapore par 24 h
B. Au niveau de la peau: Il faut distinguer :
3- Cours sur Les changements d’état – Aspects énergétiques (Pression de vapeur )
1-Definition : Les changements d’état mettent en jeu la création ou la destruction de liaisons intermoléculaires
extrêmement fortes.
-Un changement de phase permet notamment le stockage ou le déstockage d’importantes quantités
d’énergie.
Si l’on se trouve sur une des courbes du diagramme, le
corps est sous la forme d’un mélange de deux phases en
équilibre thermodynamique.
-Au point triple, le corps est un mélange des trois phases:
solide, liquide et gazeuse.
-Le point critique est le dernier point pour lequel on sait
faire la différence entre état liquide et état gazeux.

Diagramme (P,V,T)
 

Diagramme (P, T)

Diagramme (P,V,T)
 
• 
► Sur le plan énergétique :
Consommation d’énergie Endothermique
Liquide gaz ( vaporisation ) Solide –liquide (fusion) Solide –gaz (sublimation)
-Consommation d’énergie Exothermique :
gazliquide (liquéfaction) liquide solide ( solidification) gazsolide ( condensation solide)
►-Estimation de l’énergie consommée ou libérée :
Enthalpie de changement d'état :L’énergie qu’il faut fournir (ou extraire) par unité de masse est appelée chaleur latente de changement
d'état.
Soit un changement d’état qui s'opère à pression constante et à la température d'équilibre correspondant à cette pression
Température de changement d’état (fusion, vaporisation, sublimation) Indépendante du sens de changement d’état, elle dépend du corps
considéré, du type de changement d’état, de la pression .
Chaleur latente (ou enthalpie) de changement d'état Exprimée en J/kg , notée (L) Dépend du corps considéré ,du type de changement d’état.
 Exemple d’application biomédicale Evaporation et régulation thermique chez l’homme, l’évaporation de l’eau joue un très grand rôle dans
l’élimination de l’excès de chaleur. Evaporation par les alvéoles et par la peau .
►L’évaporation: Passage progressif d’un corps de l’état liquide à l’état gazeux (phase liquide se transforme en gaz)
Phase gaz mélange de gaz (La pression de ce mélange est la somme des pressions de tous les gaz qui le composent (Loi de Dalton)
L'évaporation consiste au passage de molécules d’eau de la phase liquide à la phase gazeuse afin que la pression partielle de vapeur dans le
gaz soit égale à la pression de vapeur saturante.
Pression de vapeur saturante (Pvsat)
La pression de vapeur saturante est la pression à laquelle la phase gazeuse d'une corps est en équilibre avec sa phase liquide.
Elle dépend exclusivement de la température.
Taux d'humidité relative (HR) Il s'agit du rapport entre la pression partielle de vapeur et la pression de vapeur saturante
HR=pv/Pvsat ,Pv( pression de vapeur) , Pvsat (pression de vapeur saturante).
À retenir :il y aura évaporation tant que la pression partielle de vapeur sera inférieure à la pression de vapeur saturante.
Quand la pression partielle de la vapeur est égale à la pression de vapeur saturante, les phases gazeuse et liquides sont dites en équilibre.
La pression de vapeur saturante est la pression partielle de la vapeur à partir de laquelle on ne peut plus former de molécules sous forme
vapeur dans l'air; l'air est saturé.
Ebullition ≠ évaporation:
Formation de bulles de vapeur au sein du liquide
Bulles de vapeur qui viendront augmenter la pression partielle de l'eau gazeuse dans l'atmosphère jusqu'à atteindre le niveau de la pression
saturante de l'eau exemple de la casserole (ou jusqu'à ce que la casserole soit vide!!)
Evaporation par les alvéoles :
Cette élimination est de l’ordre de 300à400g d’eau par jour.
La masse de vapeur d’eau éliminée par la respiration dépend de l’humidité de l’air inspiré:
-Si l’air inspiré est saturé en vapeur d’eau, l’élimination de l’eau du corps par les alvéoles pulmonaires sera nulle.
-Si l’air inspiré est sec, l’élimination sera maximale.
 Evaporation par la peau -Perspiration insensible (0,7l/j)
C’est un passage de l’eau à travers l’épiderme par simple diffusion.
Cette eau n’est passé crêtée par les glandes sudoripares: il s’agit d’un phénomène d’évaporation ,responsable de l’évaporation de 600à800g
d’eau par jour.
 Evaporation par la peau -Transpiration
La sueur est sécrétée par les glandes sudoripares; composée essentiellement d’eau, elle contient entre autre de l’urée et des sels minéraux.
La transpiration varie fortement suivant les nécessités, pouvant atteindre par exemple deux litres par heure en cas de forte sudation.
Ce n’est pas la sécrétion de sueur qui élimine de la chaleur mais l’évaporation de cette sueur à la surface de la peau!
• 
• S : surface d’échange perpendiculaire au champ
• l :l’épaisseur de la paroi

•= Puissance en watt TA –TB en kelvin


• L en m S en
σT est la conductivité thermique, en W.m-1.K-1
σT dépend du matériau et de la température
l’écoulement de chaleur s’effectue dans le sens des températures décroissantes.

Matériau σT en W.m-
1.K-(37°C)
Cuivre 400
Eau 0,6
Graisse 0,1
Air sec 0,025

A température égale, le refroidissement de l’organisme est


beaucoup plus rapide dans l’eau que dans l’air sec(20à 30
fois)
• 
Propagation de la chaleur
Les échanges thermiques du corps : 03 modes de propagation de chaleur
Conduction,convection,rayonnement 
• Transfert d'énergie thermique basé sur les deux premiers principes de la thermodynamique.
Lorsque deux points sont à des températures différentes, de la chaleur à tendance à se déplacer jusqu’à égalisation des températures.

a-Propagation par conduction thermique


L’agitation thermique se propage à l’intérieur de la matière grâce à des chocs entre les particules.
Il s'agit du transfert de la chaleur d'un endroit à l'autre d'un milieu, sous l'influence d'un gradient de température ,sans mouvements macroscopiques. La conduction caractérise
le transfert de chaleur d’un corps à un autre corps en contact physique avec le premier.
Expression du flux de chaleur en conduction:
Pour quantifier ce phénomène de propagation, en régime permanent et pour des corps de forme géométrique simple, le flux thermique peut être quantifié à partir de la loi de
Fourier.
La loi de Fourier traduit la relation existant, en chaque point d’un corps, entre le flux thermique et le gradient de température.
 b-Propagation par convection thermique
La convection caractérise la propagation de la chaleur dans un fluide, gaz ou liquide, dont les molécules sont en mouvement .
 La convection peut être naturelle ou forcée.
Convection naturelle Le mouvement résulte de la variation de la masse volumique du fluide avec la température ; cette variation crée un champ de forces gravitationnelles qui
conditionne les déplacements des particules du fluide. le mouvement de fluide est spontané.
Convection forcée Le mouvement est provoqué par un procédé mécanique indépendant des phénomènes thermiques ( pompe cardiaque)
Expression du flux de chaleur en convection :Pour quantifier les échanges de chaleur par convection se produisant entre un fluide et la paroi d’une structure ( paroi vasculaire) ,on
peut estimer le flux thermique à partir de la loi de Newton.
Quelque soit le type de convection (libre ou forcée)et quelque soit le régime d’écoulement du fluide (laminaire ou turbulent),le flux de chaleur transmis est donné par la loi de
Newton. = hsPuissance en wat
• 
Conclusion :
L’état gazeux et l’état liquide présentent des similarités ce sont des fluides atomes et molécules mobiles...
Gaz et liquides n’ont pas de forme propre et présentent la propriété de pouvoir s’écouler.
Les liquides sont quasiment incompressibles tandis que les gaz sont essentiellement compressibles.
Un fluide peut être étudié : «  Mécanique des fluides »
en situation immobileStatique des fluides (notion de la pression)
-en écoulement →Dynamique des fluides(notion de débit) vitesse et temps
Principales caractéristiques d’un fluide: Mobilité-Pression-Viscosité
 
travail) et entropie. Donc elle repose sur deux notions de base : énergie interne (U) et entropie (S).
C’est l’étude de la transformation d’énergie , soit une conversion d’énergie d’une forme à une autre forme , soit des échanges de chaleur , ou il y a
transfert de chaleur par suite d’une différence de température dans le système ou entre deux systèmes.
Elle décrit uniquement les états initiaux et finaux des systèmes en évolution et dresse le bilan énergétique du système .
Le chemin suivi par la transformation du système joue un rôle important ( réversibilité ou irréversibilité).
Elle cherche à expliquer l’origine et la signification des variables macroscopiques (P°,T°)et des notions de la chaleur et de travail et d’entropie en les
reliant directement au mécanisme de l’agitation moléculaire , ainsi explique les notions de la T°, pression , chaleur.
►Température (T°): elle est reliée au degré d’agitation moléculaire de la matière
E énergie cinétique : E=1/2m K: constante de BOLTZMAN avec k=R/N ( N : c’est le nombre d'Avogadro :nombre de molécules /mole
►Pression : la P° est due aux nombreux chocs des atomes ou molécules sur les parois dans l’enceinte , il y a N molécules en agitation permanente.
Une force (N) exercée par unité de surface (m2),
Unités :température en degré et kelvin T(k) =T°c +273 (Kelvin)
L’unité de pression du système international est le pascal (Pa) égal à 1 newton par mètre carré (Nm-2 ).
Mais d’autres unités usuelles existent pour différents domaines d’application spécifiques :le bar = Pa
le millimètre de mercure (1 mm Hg = 133,3 Pa)
le centimètre d’eau (1 cm H2O = 0,980 102 Pa)
l’atmosphère (1 atm = 760 mm Hg = 1,013 bar)
Energie en joule : 1cal =4,18 joule Puissance en watt 1W=1joule/S
• La vitesse quadratique : La pression d’un gaz parfait croit avec sa T° , et donc avec l’énergie et de la vitesse des molécules .
La pression est proportionnelle au rapport N/V de molécules par unités de volume .
• =M: masse molaire
•Un► Système et état d’équilibre
système est un milieu discontinu (généralement compartimenté) bien défini par rapport à l’extérieur. Les molécules qu’il contient sont
constamment en mouvement désordonné complexe et imprévisible.
Un ensemble de molécule caractérise un état macroscopique (comme le compartiment plasmatique par exemple).
Le système évolue vers l’état stable le plus probable (ou état stationnaire). On parle d’homéostasie ( fonctions vitales).
lorsque l’état stable est atteint : il y a alors autant d’entrée que de sortie.
Un système évolue, par mouvement brownien, du naturel au désordre de façon irréversible et spontanée.
Si l’on étudie un système à n molécules, on va remarquer des échanges, qui sont fonctions des caractéristiques du système.
Le système peut être ouvert , fermé, isolé ( selon les échanges de la matière et de l’energie).
■L’état du système est défini par ses variables macroscopiques (m,p,v,T,n) : masse , pression, volume, température, nombre de mole).
Les variables d’état: on dit qu’un système est à l’état d’équilibre thermodynamique , si ses variables d’état ont des valeurs bien définies et
constantes .
-Variables extensives: c’est-à-dire proportionnelles à la quantité de la matière(m,v,s…..)
-variables intensives indépendantes à la quantité (P,T°…..)
Etat d’équilibre est le siège d’aucune transformation par conséquent ses variables d’état ne varient pas.
►Evolution ou transformation d’un système :
Sous influence d’échange ou transfert d’énergie entre le système et le milieu extérieur , le système évolue et les variables d’état sont modifiées.
On dit que le système se transforme ou change d’état en passant d’un état d’équilibre (1) à un autre état d’équilibre (2).
Etat (1) tat(2)
Au cours d’une transformation les variables d’état du système varient, pour atteindre un autre état d’équilibre .
On distingue alors:
→Transformations réversibles ou( idéales) : ce sont des transformations infiniment lentes formées d’une succession d’état d’équilibre.
→Transformations irréversibles : ce sont des transformations rapides et brutales , hors équilibre.
• 
►Equation d’état du système et fonction d’état:
Equation d’état des gaz parfaits: PV=nRT n: nombre de moles , R : constante des gaz parfaits
R= 0,082 atm/mol/K=1,98cal/mol/K=8,314/mol/K
Il y a que 02 variables indépendantes V=f(P,T°) , P=f(V,T°) , T=f(P,V)
Les variables constantes en biologie sont : P (isobare) ,V (isochore) , T (isotherme)
►Les échanges d’énergie :travail, chaleur, énergie interne, entropie enthalpie
1er Principe : le principe de conservation de l’énergie : dU=dw+dQ
Un système peut échanger de la masse et de l’énergie avec le milieu extérieur , alors son état change soit par un gain ou perte de masse ou
d’énergie , on dit que le système subit une transformation qui entraine une variation des variables d’état. Chaque système a un certain contenu
en énergie sous forme : *énergie mécanique (cinétique ou potentielle ) *énergie chimique dégagée sous forme chaleur lors des réactions
chimiques *énergie nucléaire E=m
■Energie interne :est une fonction d’état(U): elle varie par suite d’échange d’énergie avec le milieu extérieur. L’énergie interne est la somme
de toutes les énergies cinétiques (agitation moléculaire=mouvements incessants et aléatoires des particules ) et potentielles (interaction entre
les particules) des particules constituant le système.
Les énergies sont principalement échangés sous forme chaleur (Q), travail (w) .Tout échange de chaleur (Q) et de travail (W), que ce soit par
liaisons, vibration, rotation ou translation des molécules, change l’énergie interne.
■Chaleur : C’est une énergie exprimée en (joule , Kcal ),c’est une énergie échangée sous forme désordonnée par agitation moléculaire .
Elle est liée à une variation de température ΔT par suite d’un réchauffement ou d’un refroidissement.
Elle est proportionnelle à la masse de la matière et à la différence de T° dQ=mcdt , n’est pas une fonction d’etat
C : désigne la chaleur massique en joule/Kg/K →capacité calorique quantité de chaleur nécessaire pour élever la température C=
■Travail: C’est une énergie exprimée en (joule , Kcal ),c’est une énergie échangée de façon ordonnée par déplacement .
N’est pas une fonction d’état . dW=-PdV le signe – est imposé pour la convention de signe des énergies
w= dv
■L’enthalpie H est également une fonction d’état. H =U+PV Donc dH=dQ (à pression constante)
• 
A l’intérieur du système :Pour les réactions consommant de la chaleur Q (endothermiques), on a ΔHp ≥ 0,pour les réactions dissipant de la chaleur Q
(exothermiques), on a ΔHp≤ 0.
2ème principe :L’entropie S correspond à la mesure du désordre.
Le système 1 ordonné évolue spontanément vers le système 2, qui a un plus grand état de désordre. Ce processus est IRREVERSIBLE( transformation et
évolution que dans un seul sens).L’entropie S augmente si le système tend vers l’équilibre.
C’est un système permet de prévoir l’évolution ,un phénomène spontané s’accompagne toujours d’une augmentation de désordre et se poursuit jusqu’à
l’équilibre ou le désordre est maximum.
T° et pression constante : ds )p,t dQ=dH à pression constante Tds (dH)p,t Tds-dHd(H-TS)
G=H-TS dG(p,t) de Gibbs ΔG=ΔH-TΔS
Lors d’une réaction chimique spontanée qui dégage de l’énergie, l’enthalpie H diminue et l’entropie S augmente.
G :c’est l’énergie potentielle du système et tout système évolue spontanément vers l’état ou son énergie potentiellement est minimale.
Si G1 est l’E libre initial du système et G2 son E libre après évolution spontanée alors G2
ΔG variation d’enthalpie libre correspond au travail maximum que le système a fourni à l’éxtèrieure au cours de la transformation .
La spontanéité est favorisée si simultanément on minimise l’enthalpie et on maximise l’entropie. C’est la nouvelle fonction enthalpie libre G, soit pour une
transformation isotherme : ΔG=ΔH-TΔS, les réactions sont spontanées si ΔG<0
►Potentiel chimique : c’est le travail apporté au système une mole du constituant i ( énergie molaire).

Une solution contenant n moles d’une substance possède une enthalpie libre G molaire µ= µ est appelé potentiel chimique de la substance . µ
dépend de la nature de la matière , quantité de la substance de sa phase (solide , liquide ….) , T°,P°.

La relation entre potentiel et concentration est : µi=µ°+RTLn Ci µi° :potentiel standard (atm.mol/l Ci : concentration effective.
Dans le cas d’un composé chargé , se rajoute à ce premier potentiel un potentiel électrochimique Ǔ, qui prend en compte l’énergie supplémentaire
apportée par la charge Z de la molécule soit ZF pour une mole , c’est le travail qui permet d’amener une mole ZF ( charge) de l’infini en un point x de la
solution . Ǔ=µ+ZFV V( différence de potentiel = tension de voltage) Cette relation permet d’établir la loi de Nernst

Vous aimerez peut-être aussi