Vous êtes sur la page 1sur 29

2013/2014

Cours de Biologie Moléculaire

CHAPITRE 1
Structure et propriétés
des Acides nucléiques
Introduction
• L'acide désoxyribonucléique (ADN) est une molécule,
présente dans toutes les cellules vivantes, qui renferme
l'ensemble des informations nécessaires au développement et au
fonctionnement d'un organisme. C'est aussi le support de
l'hérédité car il est transmis lors de la reproduction, de manière
intégrale ou non. Il porte donc l'information génétique (génotype)
et constitue le génome des êtres vivants.
• La majorité des cellules vivantes porte l’information génétique
sous forme d’ADN sauf pour quelques virus à ARN.
• ADN et ARN sont des acides nucléiques.
• Les acides nucléiques sont composés de molécules simples
comme l’acide phosphorique (PO4H3), des oses à 5 carbones
(pentoses) et des bases azotées (purines ou pyrimidines).
Composantes des acides nucléiques
Les bases puriques
Les bases pyrimidiques
Les sucres
Les phosphates
• Le phosphate PO4H3, s’écrit souvent Pi.
• Des esters de phosphate peuvent se former entre un phosphate
et un groupement hydroxyle libre (alcool, énol, phénol...).
• La condensation d’un phosphate et d’un autre acide, par exemple
un autre phosphate, donne un anhydride.
• Le pyrophosphate est un ion dérivé de l’acide pyrophosphorique
(P2O7H4), qui est lui-même un anhydride d’acide phosphorique.
Nucléosides et nucléotides
Unités nucléotidiques
1
1

9
9
5’

1 1
1
1

1 1’

1
Structure de l’ADN

ADN simple brin


Enchainement de liaisons
esters impliquant
fonctions alcools en 5’ et
3’ de l’ose définit
l’orientation 5’  3’ du brin

Liaisons
phospho-di-esters
Structure de l’ADN en hélice
Structure de l’ADN en hélice
Structure de l’ADN en hélice
Les liaisons hydrogènes
Structure de l’ADN en hélice
Structure de l’ADN en hélice
Le modèle en « hélice Watson/Crick » ou modèle en hélice B,
possède plusieurs caractéristiques:
• Les deux brins sont antiparallèles et associés en paire de bases:
Deux molécules simples s’associent entre elles par
complémentarité des bases. Cette structure est aussi appelée
ADN bicaténaire.
• La double hélice droite: l’hélice B est dite droite car le sens du
pas de l’hélice est à droite. L’angle de rotation entre deux bases
consécutives est de 36°. Le pas de l’hélice est de 3.4 nm et son
diamètre est de 2.37 nm. Il y a 10.4 paires de bases par tour.
• Il y a deux sillons différents: les deux brins ne sont pas
symétriques par rapport à l’axe. Sur un plan de coupe, le brin
d’ADN est plus proche d’un coté que de l’autre.
• L’ADN est chargé négativement à pH 7: les groupements
phosphates portent des atomes d’oxygène qui confèrent à l’ADN
sa charge (-)
2.37 nm

Pas de
l’hélice Petit
3.4 nm sillion
10 pb

Grand
sillion
Comparaison ADN - ARN
Dénaturation de l’ADN
* Chauffage de l‘ADN a 100°C produit la séparation des deux brins,
appelée fusion ou dénaturation de l‘ADN

* Processus réversible: si la température est abaissée, les


séquences d‘ADN se réassocient progressivement suivant les
règles d‘appariement des bases

* Effet hyperchrome: l‘absorbance (λ260) de l‘ADN dénaturé


augmente

* La Tm (temperature de melting), est la


température pour laquelle 50% de la molécule
est sous forme simple brin. Elle dépond du
pourcentage GC et de la taille de l’ADN.
Le chauffage des solutions d'ADN produit une augmentation
d'absorbance à 260 nm. Ce phénomène correspond à la dénaturation
de l’ADN bicaténaire en 2 brins d’ADN monocaténaires, d’ou le
doublement de densité optique.

On peut caractériser la température de fusion de l’ADN notée Tm


qui correspond à la température à la moitié du phénomène.
ADN sb

ADN sb

ADN db
Historique de la biologie moléculaire
1865 : Travaux de Mendel  Théorie de l ’hérédité particulaire
1880-1920 : Travaux de Morgan sur la drosophile  hérédité
chromosomique
Concept de Gène = élément sur chromosome, responsable d ’un caractère

Évolution du concept de gène : hérédité moléculaire


1944 et 1952 : Travaux de Avery, Hershey et Chase  ADN = support
physique et chimique des gènes
1953 : Watson et Crick : double hélice de l ’ADN Naissance de
1957 : gène et structure primaire d ’une protéine la Biologie
moléculaire
1961 : Concept de l ’ARN messager “ un gène -une enzyme ” (Jacob et
Monod)
1963 : découverte du code génétique (Niremberg, Ochoa et Khoranea)

Gène = segment d ’ADN codant une protéine


Règles de Chargaff
Elles ont été découvertes par le chimiste autrichien Erwin
Chargaff. Les règles de Chargaff indiquent que l'ADN de
n'importe quelle cellule ou de tout organisme doit avoir un
rapport de 1 pour 1 entre les bases puriques et les bases
pyrimidiques et, plus précisément, que la quantité
de guanine est égale à la quantité de cytosine, et que la
quantité d'adénine est égale à la quantité de thymine. Cette
tendance se retrouve dans les deux brins de l'ADN
Expérience de Griffith
En 1928, Frederick Griffith a constaté qu'en injectant à une souris
des pneumocoques de souche R ("rough" et non virulents) ainsi qu'une
petite quantité de pneumocoques S ("smooth", encapsulés et virulents)
tués, la souris meurt et on récupère des pneumocoques des deux souches
dans son sang. Griffith en a déduit l'existence d'un "principe transformant"
appelé transformation
Expérience d’Oswald Avery
C'est en 1944 qu'Oswald Avery reprendra les travaux de Fred
Griffith et mettra en évidence le stockage de l'information
génétique sur l'ADN grâce à plusieurs expériences où il utilisera
des souches de pneumocoques S (smouth) virulents et R (rougth)
non virulents. À la différence des travaux de Griffith il injectera des
mélanges des 2 souches (par exemple souche R + acides
nucléiques de S). Il en déduira grâce à cette suite d'expériences
que l'ADN est le support de l'information génétique car il
constatera que les souris meurent lorsqu'on leur injecte les acides
nucléiques (qui composent l'ADN) de S, la souche virulente.
Expérience de Meselson et Stahl
Expérience de Meselson et Stahl

L’expérience de MESELSON et STAHL est fondée sur


l’utilisation d’un précurseur marqué de l’ADN : 15N plus
‘‘lourd’’ que 14N. Les molécules d’ADN ayant incorporé le 15N
sont plus ‘‘lourdes’’ que celles ayant incorporé le 14N et elles
peuvent donc être séparées par centrifugation en gradient
de densité.