Vous êtes sur la page 1sur 46

CS1 CHAPITRE 1

INTRODUCTION A
L’ECONOMIE
I- QU’EST-CE QUE LA SCIENCE
ECONOMIQUE ?
1) Qu’étudie la science économique ?
a) L’économie peut se définir par son
objet…
b) … ou par son approche
Etienne Wasmer : « L’économie est
avant tout une méthodologie d’analyse
des faits sociaux et humains. Elle permet
de traiter un très grand nombre de sujets
à partir d’un nombre limité de principes »
Lionel Robbins, professeur à la London
School of Economics dans les années
30’s, a proposé ce qui est sans doute la
définition la plus connue de la science
économique : « la science économique
étudie l’allocation optimale des ressources
rares à des fins alternatives ».
Gary Becker et l’impérialisme économique
dans les sciences sociales
2) Quelles sont les méthodes
utilisées par les économistes ?
a) L’utilisation de modèles
 Qu’est-ce qu’un modèle ?
Un modèle est une représentation simplifiée
de la réalité utilisée pour mieux
comprendre les situations réelles.
Un modèle simple nous montre alors que C (t) = 0.85 Y (t-1).
2007 : C (t) = 0.66 Y (t-1)
2008 : C (t) = 0.70 Y (t-1)
2009 : C (t) = 0.68 Y (t-1)

Ici, clairement, sur les trois années dont nous disposons, nous pouvons
construire le modèle suivant :
C (t) = 0.68 Y (t-1)
 Les fonctions d’un modèle
Un modèle pour l’économiste a
principalement trois fonctions :
- il lui permet de comprendre le passé
- il lui permet d’anticiper l’avenir
- il lui permet de tester les conséquences
possibles de mesures de politiques
économiques
 Les limites d’un modèle
- L’hypothèse ceteris paribus
- L’irréalisme des hypothèses
- La critique de Lucas
 L’application au monde du cinéma
b) Corrélation et causalité

 Définitions
- Il y a corrélation lorsque la variation d’une
variable est statistiquement liée à celle d’une
autre variable
- Il y a causalité lorsque l’on a pu isoler
théoriquement un mécanisme particulier qui
relie une variable à une autre de telle sorte
qu’au moins le niveau de l’une de ces deux
variables influe sur le niveau de l’autre.
Comment mesurer une causalité ?
- Les expériences naturelles
- Le test de Granger
- La technique du contrefactuel
 L’application au monde du cinéma
b) Une hypothèse comportementale
fondamentale : la rationalité des agents
économiques
 De la rationalité optimisatrice à la
rationalité limitée
 L’application au monde du cinéma
3) Les grands acquis de la
science économique

a) L’échange est source de gains mutuels


Prix de réserve, surplus

b) Les agents économiques réagissent aux


incitations
Mesure poussant un individu à agir autrement
que de la manière dont il aurait spontanément
agit, afin que son comportement corresponde
mieux aux attentes de celui qui a mis en place
la mesure.
c) Les agents économiques réalisent des calculs à
la marge

d) L’importance des coûts d’opportunité


Gain maximal que l’on aurait pu obtenir en
réalisant un choix autre que celui effectué.
Par exemple, si j’avais le choix entre A et B, en
choisissant A, je subis un coût d’opportunité
équivalent à ce que m’aurait fait gagner B. Le
choix se porte donc sur ce qui entraîne le coût
d’opportunité le plus faible.
II- UNE SCIENCE ECONOMIQUE
FAITE DE DEBATS
1) De l’école classique à l’école
néoclassique : une approche
« libérale »
a) Les grands principes de cette approche
b) Smith
c) Ricardo
d) Say
e) L’école néo-classique
f) Approche libérale et exception culturelle :
la cas du cinéma
2) Le courant keynésien

a) Keynes et les classiques


b) Déséquilibres, chômage et demande
c) Les recommandations keynésiennes
3) Le courant marxiste
a) La lutte des classes
b) Des crises récurrentes
c) Le capitalisme… et après ?
d) Marxisme et cinéma
4) L’analyse de Schumpeter
a) Capitalisme et innovations
 La nature du capitalisme
 Comment expliquer les cycles
économiques ?
 Qu’est-ce qu’une innovation ?
 Innovation et destruction créatrice
b) Qu’est-ce qu’un entrepreneur ?
c) L’application au cinéma
III- LE FONCTIONNEMENT D’UNE
ECONOMIE DE MARCHE(S)
1) Qu’est-ce qu’un marché ?
2) Le comportement du consommateur
a) A l’origine : les préférences individuelles
b) La prise en compte de la contrainte
budgétaire
2) Le comportement du producteur
a) Comment produire ?
Les facteurs de production correspondent aux
ressources utilisées par une unité productive
pour produire des biens et des services.
Généralement, on retient deux grands types
de facteur de production : le facteur travail, et
le facteur capital, que celui-ci ne prenne en
compte que le capital fixe ou les capitaux fixes
et variables.
La Combinaison productive est la
quantité de facteurs de production travail
associé à une certaine quantité de facteur
de production capital qu’une unité
productive doit utiliser pour atteindre un
certain volume de production.
b) Combien produire ?
Profit, coûts, calcul à la marge, loi des
rendements décroissants
4) La construction du modèle de CPP
a) Les hypothèses du modèle
b) La construction des courbes de
demande et d’offre
5) L’équilibre du marché
a) Le tâtonnement walrasien
b) L’autorégulation du marché
6) Les vertus de l’économie de marché(s)
a) Un marché spontanément à l’équilibre
b) Un marché qui génère la plus grande
quantité échangée possible
c) Un équilibre optimal
7) Les défaillances du marché
a) Les biens collectifs
La science économique définit un bien collectif
comme un bien non rival et non excluable : la
consommation du bien par un consommateur
n’empêche pas la consommation de ce bien
par un autre consommateur et il est
impossible d’exclure par les prix un
consommateur de l’usage du bien (exemple
de la lumière fournie par un réverbère dans
une rue)
b) Les externalités
On parle d'externalités lorsque les actions
d'un agent économique ont un impact
positif ou négatif sur le bien-être et le
comportement d'autres agents et que cet
impact n'est pas pris en compte dans les
calculs de l'agent qui le génèrent. Les
externalités peuvent se révéler positives
ou négatives.
c) Les asymétries informationnelles
IV- LA MACROECONOMIE : UNE
AUTRE VISION DE
L’ECONOMIE
1) L’approche macroéconomique
2) Les grands équilibres macro-
économiques

a) L’équilibre emplois-ressources

a) Le circuit économique
c) Consommation, épargne et
investissement dans une économie
ouverte
V- L’INTERVENTION DE L’ETAT DANS
UNE ECONOMIE DE MARCHE
1) De l’Etat-gendarme à l’Etat-providence
a) Les fonctions de l’Etat-gendarme
b) Les fonctions de l’Etat-providence
2) Comment justifier l’intervention de
l’Etat dans une économie de
marché(s) ?
a) Une fonction d’allocation des ressources
b) Une fonction redistributive
c) Une fonction de régulation de l’activité
3) Les critiques portées à cette
intervention
a) Les 3 crises de l’Etat-providence selon
Rosanvallon
b) Des politiques désincitatives
c) Le problème de la contrainte extérieure
4) Intervention étatique et justice
sociale : l’Etat doit-il réduire les
inégalités ?
a) Des inégalités justes et efficaces…
b) … ou injustes et inefficaces ?
c) Quelles inégalités ?
d) Comment réduire les inégalités ?
e) L’analyse de quelques auteurs essentiels
V- UNE ECONOMIE MONETAIRE
1) Formes et fonctions de la monnaie
a) Les différentes formes de la monnaie
b) Les différentes fonctions de la monnaie
2) Le processus de création monétaire
a) Les crédits font les dépôts
b) Création et destruction monétaire
c) Comment la banque centrale régule-t-
elle la quantité de monnaie en
circulation ?
3) Le rôle des banques centrales
a) Politiques monétaires expansives et
restrictives
b) Comment les banques centrales ont-
elles réagi à la crise actuelle ?