Vous êtes sur la page 1sur 84

COURS DE THEORIE

FINANCIERE
Masters Economie & Gestion
Facultés Universitaires Privées d’Abidjan
Par :
Pr Balibié Serge Auguste BAYALA
Agrégé en Sciences de Gestion (UO 2) Ouaga II
sbayala@gmail.com
Janvier 2018
DU COURS
“L’imagination est plus importante que le
savoir. Car le savoir se limite à ce que
nous savons et comprenons actuellement
alors que l’imagination embrasse le
monde entier et tout ce qui n’était pas
connu ni compris ”  Albert Einstein
DU COURS
Objectifs
Méthodes pédagogiques
 Evaluation
 Contenu du cours
 Bibliographie sélective
DU COURS
Objectifs
Définir la finance
 Expliquer l’intérêt d’étudier la finance
 Présenter deux principaux acteurs de la finance et le type de décisions financières
qu’ils prennent

Expliquer la politique financière à la


lumière des résultats de la recherche en
finance
 Présenter les évolutions de la pensée en finance
 Ressortir les pistes possibles de recherche en finance
DU COURS
Méthodes pédagogiques
Présentations
Activités de recherche
Lectures
DU COURS
Evaluation
 QUIZ
Commentaire d’article
Travail de recherche
DU COURS
• Contenu du cours
1. La finance
2. L’évolution de la pensée en finance
3. Les pistes de recherche en finance
DU COURS
• Bibliographie sélective
• Balibié Serge Auguste Bayala (2013); Small Enterprises and the Pecking Order Theory: Do social and culture matter
in the case of Burkina Faso?; International Journal of Business Management Tomorrow

• Balibié Serge Auguste Bayala (2012); Going public and characteristics of newly listedcompanies: evidence from the
Bourse Regionale des Valeurs Mobilières (BRVM); African J. Accounting, Auditing and Finance, Vol. 1, No. 4;

• Black and Scholes (1973); The pricing of Options and Corporates Liabilities; Journal of Political Economy, Vol 81

• Brealey R, Myers S. et Allen F. (2006), principles of Corporate Finance, 8 Edition, McGraw-Hill

• Charreaux Gérard (1993), Théorie financière et stratégie, Revue Française de Gestion

• Harris M. and Raviv A (1990); Capital Structure and the Informational Role of Debt, Journal of Finance Vol. XLV,
N°2

• Jensen Michael C (1986); Agency Costs of Free Cash Flow, Corporate Finance and Takeovers, AEA Papers and
Proceedings
DU SEMINAIRE
• Bibliographie sélective
• Myers S.C. and Majluf N.S. (1984); Corporate financing and investment decisions when firms have
informations that investors do not have; Journal of Financial Economics, Vol 13, p187-221

• Modigliani F. and Miller (1958); The Cost of Capital, Corporate finance and the Theory of Investments;
American Economic Review

• Lintner (1965); The valuation of Risk Assets and the Selection of Risky Investments in Stocks porfolios and
Capital Budgets; Review of Economics and Statistics

• Sharpe (1964); Capital Asset Prices: a Theory of Market Equilibrium Under Conditions of Risk; Journal of
Finance

• Ross (1976); The Arbitrage Theory of Capital Asset Pricing; Journal of Economic, Vol 13


1. DE LA FINANCE
Définir la finance!
L’étudier!
Les principaux acteurs!
Les décisions financières!
Les intermédiaires financiers et l’Etat?
1. DE LA FINANCE
La finance
 a été fortement critiquée lors de la dernière crise financière
 pose la question de son rôle dans la crise
 pose la question de la pertinence d’un système financier
(marchés financiers et institutions) et du rôle de la finance
pour les entreprises en général

La finance c’est avant tout :


une discipline, des modes de raisonnement, des techniques, une
pensée

Alors attribuer la crise à la finance c’est attribuer le meurtre au


pistolet?
Création de l’entreprise Master
• Qu’allons-nous faire?
 Concevoir le projet en fonction du besoin du
marché (étude de marché)----- Business Plan
(viabilité)- Opportunité de
l’investissement----
 Définir les moyens à mettre en œuvre
 Appel à capitaux
 Constitution juridique
 Recruter le Manager et le personnel
 Lancement de l’activité
Création de l’entreprise Master
Création de l’entreprise Master
1.1. Définir la finance
• La finance est l’étude des manières d’allouer les
ressources rares au fil du temps.

Deux différences spécifiques des décisions financières avec


les autres types de décisions :

a) les recettes et dépenses des décisions financières sont


étalées dans le temps

b) Ces recettes et dépenses ne sont pas généralement


connues à l’avance avec certitude, ni par le décideur, ni
par quiconque
1.1. Définir la finance
• Revenons sur la création de l’entreprise Master

• Comment les masteriens vont-ils mettre en œuvre


leurs décisions?

a) Par leurs apports et/ou

b) Par le recours au système financier c-à-d


l’ensemble des marchés et des institutions qui
permettent d’établir des contrats financiers et
d’échanges des actifs et des risques
1.1. Définir la finance
Le système financier inclut:
 Les marchés des actions
 Les marchés d’obligations
 Les autres instruments financiers
 Les intermédiaires comme les banques et les
compagnies d’assurances
 Les sociétés de service (SGI ou conseil
financier)
 Les instances de régulation (CREPMF-
Commission Bancaire)
1.1. Définir la finance
• Une partie importante de la finance consiste
a étudier comment le système financier
évolue
• La théorie financière est un ensemble de
concepts destinés à organiser les décisions
d’allocations des ressources dans le temps, et
un ensemble d’outils (modèles) pour
permettre de comparer les différentes
décisions possibles et mettre en œuvre la
décision retenue
1.1. Définir la finance
• Une idée fondamentale de la finance est
que l’objectif ultime du système est de
satisfaire les préférences de
consommation des individus.

• Les organisations économiques, comme


les entreprises ou les gouvernements,
existent pour permettre à cet objectif
d’être finalement atteint
1.2. Cinq raisons d’étudier la finance
• Pourquoi étudier la finance?

 Pour gérer son patrimoine personnel

Si vous êtes complètement ignorant vous êtes à la


merci des autres y compris les professionnels
du conseil financier

Proverbe: un sot et son argent ne restent jamais


bien longtemps ensemble
1.2. Cinq raisons d’étudier la finance
• Pourquoi étudier la finance?

 Pour traiter avec le monde des affaires


Un minimum de concepts, techniques et
vocabulaire des financiers vous permet
de communiquer efficacement avec eux
et de connaître les limites de ce qu’ils
peuvent faire pour vous
1.2. Cinq raisons d’étudier la finance
• Pourquoi étudier la finance?

 Pour trouver des métiers intéressants et enrichissants

Dans le secteur des services financiers: les banques, les compagnies


d’assurances ou la gestion de patrimoine

Dans l’entreprise non financière, le gouvernement

Les PDG ou DG des plus grandes sociétés au monde ont souvent commencé
leur carrière dans la finance

Dans l’académie comme enseignant-chercheur


1.2. Cinq raisons d’étudier la finance
• Pourquoi étudier la finance?

 Pour prendre des décisions publiques

Un bon système financier est une condition indispensable


pour assurer la croissance et le développement économique

Voterez-vous pour un candidat qui veut imposer des contrôles


stricts sur les transferts d’argent, qui taxe lourdement les
investissements sur les marchés financiers…?
1.2. Cinq raisons d’étudier la finance
• Pourquoi étudier la finance?

 Pour comprendre le monde et s’élever intellectuellement

L e père de la science économique, Adam Smith en 1776 (la


richesse des nations) montrait comment fonctionne le monde

Aujourd’hui, les théoriciens de la finance sont généralement des


économistes qui se sont spécialisés en finance

Ex: Harry Markowitz, Merton Miller et William Sharpe prix


Nobel 1990 – Robert C. Merton, Myron Scholes, Fischer Black
prix Nobel d’économie en 1997….2014
“La plupart de nos rêves semblent
impossibles à première vue, ensuite
improbables, et ensuite lorsque nous
faisons appel à la volonté, ils deviennent
alors inévitables” Christopher Reeve
1.3. Les principaux acteurs

1.3.1 : les ménages


- des ménages

En finance le ménage comprend:


 La personne vivant seule
 Les familles de taille et de
caractéristiques différentes
1.3. Les principaux acteurs

1.3.1 : les ménages


- les décisions financières des ménages:
Quatre types de décisions:
 L’arbitrage consommation- épargne
Quelle partie des ressources actuelles du
ménage doit être dépensée
(consommation) et combien doit être
épargnée pour le futur?
1.3. Les principaux acteurs

1.3.1 : les ménages


- les décisions financières des ménages:
Quatre types de décisions:
 Les décisions de placement
Comment placer l’argent qui a été épargné?
 Les décisions de financement
Quand et comment les ménages peuvent-ils
utiliser l’argent des autres pour réaliser leurs
objectifs de consommation et de placement?
1.3. Les principaux acteurs

1.3.1 : les ménages


- les décisions financières des ménages:
Quatre types de décisions:
 L’optimisation des risques
Comment les ménages peuvent-ils réduire
leurs risques financiers futurs, et quand
doivent-ils au contraire en prendre plus?
1.3. Les principaux acteurs

1.3.1 : les ménages


 Le jargon des décisions

L’épargne peu prendre diverses formes: comptes


bancaires, immobilier, actions… ce sont des actifs

Un actif est toute chose qui a une valeur économique.

Le choix d’allocation de l’épargne est le placement.


On parle de placements personnels,
d’investissements personnels ou d’allocation d’actifs
1.3. Les principaux acteurs

1.3.1 : les ménages


 Les hypothèses fortes sur les ménages
Les préférences de consommation des individus sont
fixées

Le comportement des individus s’explique par la


recherche de la satisfaction de ces préférences

Le comportement des entreprises et des Etats


s’explique par la recherche du bien-être des individus
1.3. Les principaux acteurs

1.3.2 : les entreprises


 de l’entreprise

Les entreprises sont des entités dont la fonction


première est de produire des biens et services

Les entreprises sont de tailles et caractéristiques


diverses: TPE, PME/MI, GE, TGE

Les entreprises sont de formes juridiques différentes:


EI (responsabilité illimitée), SARL, SA
1.3. Les principaux acteurs

1.3.2 : les entreprises


 de l’entreprise

Les entreprises sont des entités dont la fonction


première est de produire des biens et services

Les entreprises sont de tailles et caractéristiques


diverses: TPE, PME/MI, GE, TGE

Les entreprises sont de formes juridiques différentes:


EI (responsabilité illimitée), SARL, SA
1.3. Les principaux acteurs

1.3.2 : les entreprises


 de l’entreprise

Les entreprises sont diversement gérées: par les propriétaires


ou par des dirigeants salariés

La séparation entre propriétaires et dirigeants s’explique:


la compétences des salariés
le nombre des actionnaires
les propriétaires diversifient leurs risques en investissant
dans différentes entreprises à la fois
la réalisation d’économie dans la collecte de l’information
l’apprentissage couplé à la continuité de l’exploitation
1.3. Les principaux acteurs

1.3.2 : les entreprises


 de l’entreprise

La séparation entre propriétaires et dirigeants présente un


effet négatif: celui d’un conflit d’intérêt entre les
dirigeants et les actionnaires
« …Cependant, les dirigeants de ces sociétés[anonymes] étant les gestionnaires
d’un argent qui appartient à d’autres plutôt qu’à eux-mêmes, on ne peut
s’attendre à ce qu’ils y veillent avec un soin aussi jaloux que celui dont font
généralement preuve les associés d’une société en co-partenariat avec leur
propre argent. Comme les valets d’un homme riche, ils ont tendance à considérer
qu’avoir du zèle dans l’accomplissement des petites choses n’est pas important
pour l’honneur de leur maître, et s’accordent bien volontiers dispense de ces
tâches. Ainsi, la négligence et la prodigalité seront toujours plus ou moins à
l’honneur dans la conduite des affaires de ces sociétés » Adam Smith, 1776
1.3. Les principaux acteurs

1.3.2 : les entreprises


 Décisions financières de l’entreprise
1.3. Les principaux acteurs

1.3.2 : les entreprises


 Décisions financières de l’entreprise

La première décision qu’une entreprise doit prendre est de


savoir dans quelle activité elle veut s’implanter (planification
stratégique)

Quand les dirigeants d’une entreprise ont décidé quel est


le métier dans lequel ils veulent se lancer, ils doivent
planifier l’acquisition d’usines de machines et autres
investissements de long terme. Toutes ces tâches
s’appellent choix d’investissement. L’unité de base
s’appelle un projet d’investissement
1.3. Les principaux acteurs

1.3.2 : les entreprises


 Décisions financières de l’entreprise

Une fois qu’une entreprise a décidé des projets qu’elle


souhaite lancer, il faut encore trouver un financement. On
raisonne pour l’entreprise en entier contrairement au choix
de l’investissement

La gestion de l’exploitation est aussi extrêmement importante.

La branche de la finance qui traite des décisions financières de


l’entreprise s’appelle la finance d’entreprise
IMPORTANT
“Ne dites plus que vous n’avez pas assez
de temps. Vous avez exactement le même
nombre d’heures par jour que Helen
Keller, Louis Pasteur, Michelangelo, Mère
Teresa, Leonardo de Vinci, Thomas
Jefferson et Albert Einstein.” H. Jackson
Brown, Jr.
2. L’évolution de la pensée en finance
La finance comme discipline séparée de
l’économie apparaît au début du 20 ième
siècle, et son contenu principalement
recouvrait alors les instruments, les
institutions et les procédures utilisés sur
les marchés financiers
2. L’évolution de la pensée en finance

• Cinq contributions essentielles dans la


structuration de la pensée financière:
Modigliani et Miller 1958
Restituent la stratégie financière dans le cadre des
marchés de capitaux
Sharpe et Litner 1960
L’évaluation du prix du risque
Black et Scholes 1973
La mise en évidence du caractère optionnel des
décisions financières
2. L’évolution de la pensée en finance

•Cinq contributions essentielles dans la


structuration de la pensée financière:
Jensen et Meckling 1976
La prise en compte des conflits entre agents et
la politique financière comme résultante des
problèmes de l’asymétrie d’information
Myers et Majluf 1984
Le financement ordonnée comme conséquence
de l’asymétrie informationnelle
2. L’évolution de la pensée en finance

2.1. Modigliani et Miller, le principe d’arbitrage et la liaison


avec les marchés financiers (PNE 1985; 1990)
L’article de MM (1958) s’inscrivait dans le courant des travaux
consacré à la théorie de l’investissement

Les objectifs:
 construire une théorie de l’incidence de la structure de
financement sur la valeur de la firme en situation d’incertitude

 montrer comment cette théorie pouvait être utilisée pour résoudre


la question du coût du capital

 développer une théorie de l’investissement en univers incertain


2. L’évolution de la pensée en finance

• Résultat

La neutralité de la structure de financement en situation de non-imposition

• Originalité

L’aspect innovateur de l’article se situait principalement dans la


problématique utilisée, reposant sur le mécanisme de l’arbitrage qui
assure l’équilibre du marché financier, et dans la liaison entre la finance
de la firme et le fonctionnement du marché financier

La théorie de MM mène à une définition opérationnelle du coût du capital


et comment ce concept peut à son tour servir de base pour une prise de
décision d’investissement rationnelle à l’intérieure de l’entreprise
2. L’évolution de la pensée en finance

• Limite:

Les problèmes liés aux imperfections des marchés, qui peuvent fausser le
fonctionnement du mécanisme d’arbitrage

Apports:

 Les modèles développés dans le cadre de marché parfaits sont devenus


les référentiels par rapport auxquels il convient de se situer, en tentant
d’analyser l’incidence des imperfections, notamment de la fiscalité et de
l’asymétrie d’information (ex. étude sur les dividendes)

 Le souci de testabilité des modèles théoriques développés apparaît


comme un élément majeur: la théorie doit pouvoir expliquer les
phénomènes financiers réels
2. L’évolution de la pensée en finance

Apports:

 Le passage d’une recherche financière descriptive ou normative à


une recherche financière positive, apparentée à la recherche
économique

 Le cadre de raisonnement établi par MM, fondé sur l’équilibre


partiel et l’arbitrage entraîne la séparabilité des décisions
d’investissement et de financement- autrement l’acceptation de
l’investissement ne dépend pas de la façon dont il sera financé

•Extensions de la recherche sur:


 l’existence ou non d’une structure financière optimale lorsque l’on
introduit l’imperfection (fiscalité- coûts de faillite)
2. L’évolution de la pensée en finance

• Extensions de la recherche sur:

 Les développements sur l’incidence de la fiscalité, dont certains


modèles remettent en cause la séparabilité des décisions
d’investissement et de financement, compte tenu des arbitrages qui
peuvent se produire entre les économies d’impôt entrainées par
l’investissement (déductibilité des dotations aux amortissements)
et celles qui résultent de la déductibilité des frais financiers

Quel que soit le résultat obtenu, existence ou non d’une structure de


financement optimale, la démarche reste celle d’un compromis
entre les coûts et les gains respectifs des financements par fonds
propres ou par dettes financières: il y a optimisation statique
2. L’évolution de la pensée en finance

• 2.2. Sharpe et Lintner ou L’évaluation du prix du risque et


sa prise en compte dans le choix des investissements

•Constat:
Les conclusions de MM avaient été établies dans le cadre
limitatif des classes de risques et de problème sans réponse
opérationnelle
Exemple: l’intégration du risque dans les taux d’actualisation ou
de l’évaluation des flux équivalents

La réponse de Sharpe et Lintner à ce problème a été la


construction du modèle d’équilibre des actifs financiers
(MEDAF)
2. L’évolution de la pensée en finance

• 2.2. Sharpe et Lintner ou L’évaluation du prix du risque et sa prise en


compte dans le choix des investissements

Le MEDAF permet d’évaluer le montant des primes de risques requises en


tenant compte uniquement du risque systématique (ou non diversifiable)

• Apports de Sharpe et Lintner


 Considérer la firme comme un portefeuilles d’actifs (parallèle avec la
vision stratégique entreprise portefeuille d’activités)
 L’évaluation de la rentabilité requise des investissements doit se faire en
fonction des normes du marché financier

• Hypothèse
L’invariance de l’ensemble des opportunités
2. L’évolution de la pensée en finance

• 2.2. Sharpe et Lintner ou L’évaluation du prix du risque et sa prise en


compte dans le choix des investissements

•Limite
La transposition d’un modèle initialement uni-périodique, à un cadre multi-
périodique, pour le rendre opérationnel, soulève de nombreuses difficultés

•Le modèle d’arbitrage


Ross (1976) développe le modèle d’arbitrage multi-facteurs en réponse à la
limite du MEDAF sans modifications sensibles du cadre d’analyse

L’apport principal de Ross est de montrer la complexité de l’évaluation du


prix des actifs, dont le MEDAF donnait une idée trop simpliste, et la
relation fondamentale qu’entretient cette évaluation avec les variables
réelles telles que la consommation
2. L’évolution de la pensée en finance

2.3. Le caractère optionnel des investissements et des financements de


Black et Scholes

Le modèle d’évaluation des options sur action est la contribution de Black et


Scholes qui ouvre une nouvelle façon d’appréhender la stratégie financière

• Idées:
 les titres d’une sociétés peuvent être considérés comme des options
 les actions constituent des options d’achat sur les actifs de la firme
 les propriétaire initiaux sont des créanciers
 Les actionnaires ne deviennent propriétaires que lorsqu’ils ont levé leur
options d’achat, c-à-d remboursé les créanciers
 En cas de non-exercice de l’option d’achat ou de non-remboursement des
dettes, les créanciers restent propriétaires des actifs
2. L’évolution de la pensée en finance

2.3. Le caractère optionnel des investissements et des financements de Black et Scholes

• Pistes de recherches nouvelles:

L’évaluation des dettes risqués

Le risque de faillite

Les clauses de remboursements anticipés

Les obligations convertibles

L’incidence de la politique de financement et de la politique de dividendes


sur les conflits portant sur la répartition de la valeur de la firme entre
actionnaires et dirigeants (divergences d’intérêt entre actionnaires et
créanciers peuvent influer sur la politique financière)
2. L’évolution de la pensée en finance

2.3. Le caractère optionnel des investissements et des


financements de Black et Scholes

• Apports en termes de renouvellement de l’analyse d’autres


aspects de la stratégie financière:

des effets des fusions, des acquisitions, des scissions

 Les critères de choix d’investissements ou d’évaluation de


la firme afin d’intégrer le caractère optionnel de certains
investissements, liés par exemple aux opportunités de
croissance qu’ils induisent et qu’il convient de valoriser
2. L’évolution de la pensée en finance

2.3. Le caractère optionnel des investissements et des financements de


Black et Scholes

• Apports en termes de renouvellement de l’analyse d’autres aspects de la


stratégie financière:

 La théorie donne des clés pour évaluer la flexibilité et le rôle de la liquidité

 En somme: Black et Scholes analysent sous un angle original le


problème traditionnel de la distinction capitaux propres et dettes (nie la
pertinence de la distinction). Dans la mesure où il y a risque de faillite,
toute dette risquée comporte une partie de capitaux propres et apparaît
être une simple pondération de dette pure sans risque et de capitaux
propres
2. L’évolution de la pensée en finance

2.3. Le caractère optionnel des investissements et des


financements de Black et Scholes

• Critique de la théorie:

 Dans l’option d’achat d’action la valeur de l’actif sous-jacent, le


prix d’exercice, l’échéance, la volatilité sont hors du contrôle de
l’acheteur de l’option.

 Or, dans le cas de la firme l’actionnaire (via le dirigeant) peut


agir sur la valeur et sur le risque des actifs en fonction de la
politique d’investissement pratiquée ou de la politique de
dividendes. L’actionnaire peut également renégocier les échéances
des dettes.
2. L’évolution de la pensée en finance

2.3. Le caractère optionnel des investissements et des


financements de Black et Scholes

En somme:

L’apport de Black et Scholes se situe dans le même pan


que ceux de Modigliani et Miller, dont ils élargissent le
cadre sans remettre en cause les approches habituelles
de la structure du financement et du coût du capital,
même si la valorisation du risque de faillite entraîne
certaines modifications dans la valorisation des coûts
des différentes sources de financement
2. L’évolution de la pensée en finance

• 2.4. La théorie de l’agence de Jensen et Meckling ou la politique financière comme


mode de résolution des conflits

Jensen et Meckling expliquent


“Our theory helps explain:

• 1. why an entrepreneur or manager in a firm which has a mixed financial structure


(containing both debt and outside equity claims) will choose a set of activities for the firm
such that the total value of the firm is less than it would be if he were the sole owner and
why this result is independent of whether the firm operates in monopolistic or competitive
product or factor markets;

• 2. why his failure to maximize the value of the firm is perfectly consistent with efficiency;

• 3. why the sale of common stock is a viable source of capital even though managers do not
literally maximize the value of the firm;
2. L’évolution de la pensée en finance

• 2.4. La théorie de l’agence de Jensen et Meckling ou la politique financière


comme mode de résolution des conflits

• 4. why debt was relied upon as a source of capital before debt financing
offered any tax advantage relative to equity;

• 5. why preferred stock would be issued;

• 6. why accounting reports would be provided voluntarily to creditors and


stockholders, and why independent auditors would be engaged by
management to testify to the accuracy and correctness of such reports;

• 7. why lenders often place restrictions on the activities of firms to whom they
lend, and why firms would themselves be led to suggest the imposition of such
restrictions;
2. L’évolution de la pensée en finance

 2.4. La théorie de l’agence de Jensen et Meckling ou la


politique financière comme mode de résolution des conflits

 8. why some industries are characterized by owner-


operated firms whose sole outside source of capital is
borrowing;

 9. why highly regulated industries such as public utilities or


banks will have higher debt equity ratios for equivalent
levels of risk than the average nonregulated firm;

 10. why security analysis can be socially productive even if


it does not increase portfolio returns to investors.
2. L’évolution de la pensée en finance

 2.4. La théorie de l’agence de Jensen et Meckling ou la


politique financière comme mode de résolution des conflits
 Jensen et Meckling (1976) proposent un nouveau référentiel
de celui établi par Modigliani et Miller en dépassant dans
l’analyse:
 la seule implication des actionnaires et des créanciers;
 l’hypothèse selon laquelle les dirigeants gèrent conformément
aux intérêts des actionnaires et recherchent la maximisation de
leur richesse
2. L’évolution de la pensée en finance

 2.4. La théorie de l’agence de Jensen et Meckling ou la


politique financière comme mode de résolution des conflits
L’originalité de Jensen et Meckling:
 Considérer l’entreprise comme un marché régulé par de
multiples contrats établis entre des individus aux objectifs
divergents et conflictuels et dont le niveau d'information
diffère
la firme est un mécanisme institutionnel ou un nœud de
contrats,
Il y a une asymétrie d'information entre les agents de
l’entreprise et les actionnaires
2. L’évolution de la pensée en finance

 2.4. La théorie de l’agence de Jensen et Meckling ou la


politique financière comme mode de résolution des conflits

 Dans ce cadre la relation d’agence apparaît comme un


contrat reliant un ou plusieurs agents (le principal)
dépositaires d’une autorité à un autre tiers (l’agent) à qui est
délégué la réalisation d’une tâche
2. L’évolution de la pensée en finance

 2.4. La théorie de l’agence de Jensen et Meckling ou la


politique financière comme mode de résolution des conflits
La relation d’agence entre le principal et l’agent comporte
plusieurs caractéristiques:
o Une relation d’autorité
o Une asymétrie informationnelle
o Des droits de propriétés provisoirement transférés à l’agent

Cette situation d’asymétrie d’information et les éventuelles


divergences d’intérêt entre l’agent et le principal peuvent
conduire à des comportement opportunistes
2. L’évolution de la pensée en finance
 2.4. La théorie de l’agence de Jensen et Meckling ou la
politique financière comme mode de résolution des conflits

Il convient donc de mettre en place des mécanismes de contrôle


et de surveillance (à l’origine des coûts d’agence)
Conséquence : les principales composantes de la politique
financière deviennent des moyens de résoudre les conflits qui
existent entre dirigeants, actionnaires et créanciers et qui
naissent des divergences d'objectifs et des asymétries
d'information qui entraînent les phénomènes traditionnels de
risque moral et de sélection adverse.
2. L’évolution de la pensée en finance
 2.4. La théorie de l’agence de Jensen et Meckling ou la
politique financière comme mode de résolution des conflits

Le risque moral naît de l'impossibilité pour le principal


d'évaluer l'effort fourni par l'agent; par exemple, les actionnaires sont dans l'incapacité
d'apprécier, compte tenu de sa complexité, la qualité de la gestion assurée par les dirigeants.

Le phénomène de sélection adverse trouve son origine dans


l'impossibilité qu'a le principal d'avoir une connaissance
précise des caractéristiques du bien ou du service sur lequel
porte le contrat avec l'agent; par exemple, en cas d'introduction en bourse, les investisseurs,
contrairement au dirigeant-propriétaire ne connaissent pas précisément les caractéristiques de l'entreprise.
2. L’évolution de la pensée en finance
• 2.4. La théorie de l’agence de Jensen et Meckling ou la
politique financière comme mode de résolution des conflits

La structure optimale de financement s'obtient par arbitrage


entre les coûts d'agence associés au financement par fonds
propres externes et de ceux liés à l'endettement; l'optimum
correspond à la minimisation des coûts d'agence totaux.

Les politiques de dividendes, les prises de contrôle, les clauses


contractuelles et l'apparition des financements hybrides
deviennent des outils permettant de discipliner les dirigeants
ou de résoudre les problèmes posés par l'asymétrie
d'information.
2. L’évolution de la pensée en finance
 2.4. La théorie de l’agence de Jensen et Meckling ou la
politique financière comme mode de résolution des conflits

Les conséquences de la théorie de l’agence sont importantes:


 la séparabilité des décisions d'investissement et de
financement est remise en cause. La théorie justifie
l'existence d'interactions entre politique d'investissement et de
financement; certaines situations conduisent à un sous-
investissement
2. L’évolution de la pensée en finance
• 2.4. La théorie de l’agence de Jensen et Meckling ou la
politique financière comme mode de résolution des conflits

Les conséquences de la théorie de l’agence sont importantes:


 La théorie de l’agence soulève le problème du choix des objectifs,
faut-il maximiser la valeur pour les actionnaires, les dirigeants...?

 La théorie de l’agence incite les financiers à intégrer la finance


avec la théorie des organisations et à se préoccuper de questions
telles que la structure de propriété, le conseil d'administration ou
les systèmes de rémunération de dirigeant, dans la mesure où elles
ont une incidence directe sur la politique financière
2. L’évolution de la pensée en finance
• 2.5. La théorie du financement hiérarchique de Myers et Majluf
(1984) ou la politique financière comme mode de signalisation
La modélisation proposée par Myers et Majluf rompt avec le schéma
marginaliste de l’agence en plaçant au premier plan les problèmes
posés par l'asymétrie d'information et en consacrant un cadre
d'étude inspiré de la théorie des jeux
La modélisation des décisions financières, proposée par Myers et Majluf,
peut être considérée comme un jeu intervenant entre les dirigeants qui
cherchent à maximiser la richesse des actionnaires en place et les
apporteurs de capitaux, nouveaux actionnaires ou créanciers
2. L’évolution de la pensée en finance
• 2.5. La théorie du financement hiérarchique de Myers et Majluf
(1984) ou la politique financière comme mode de signalisation

• Les résultats obtenus révèlent des interactions entre les décisions


d'investissement et de financement et sont à l'origine d'une théorie
hiérarchique des financements ("Pecking order theory") où il s'avère
préférable de financer en priorité par autofinancement, puis par dette
et enfin par augmentation de capital (réservée à de nouveaux
actionnaires)
2. L’évolution de la pensée en finance
 2.5. La théorie du financement hiérarchique de Myers et
Majluf (1984) ou la politique financière comme mode de
signalisation
 Une telle démarche rompt avec la problématique de la
recherche d'une structure de financement optimale et introduit
une vision dynamique de la structure de financement, très
différente de la vision statique apportée par la théorie dite
supérieur des pratiques des firmes
2. L’évolution de la pensée en finance
 2.5. La théorie du financement hiérarchique de Myers et
Majluf (1984) ou la politique financière comme mode de
signalisation
 Le caractère contingent des résultats des modèles en fonction
des hypothèses posées, notamment quant aux objectifs
poursuivis par les décideurs, au niveau d'information des
différents partenaires ou à l'ordre dans lequel s'effectuent les
décisions (priorité aux informés ou aux non informés) laisse
cependant douter qu'on puisse parvenir à des résultats
généralisables.
3. Les pistes de recherche en finance

3.1. Les sept idées les plus importantes en


finance
3.2.Dix problèmes financiers non résolus
3.3. La théorie des parties prenantes :
l’évolution des fins de l’entreprise
3. Les pistes de recherche en finance

•3.1. Les sept idées les plus importantes en


finance
La valeur actuelle nette
Le modèle d’équilibre des actifs financiers
Les marchés de capitaux efficients
L’additivité de la valeur et la loi de la
conservation de la valeur
La théorie de la structure du capital (MM)
La théorie des options
La théorie de l’agence
3. Les pistes de recherche en finance

•3.2.Dix problèmes financiers non résolus


Comment sont prises les décisions financières les plus
importantes?

Qu’est-ce qui détermine le risque et la valeur actuelle


d’un projet?

 Le risque et la rentabilité qu’avons-nous oublié?

Quelle est l’importance des exceptions à la théorie des


marchés efficients
3. Les pistes de recherche en finance

•3.2.Dix problèmes financiers non résolus


 La direction constitue-t-elle un
engagement hors-bilan?

Comment peut-on expliquer le succès des


nouveaux titres et des nouveaux marchés?

Comment pouvons-nous résoudre la


controverse sur les dividendes?
3. Les pistes de recherche en finance

3.2.Dix problèmes financiers non résolus


 Quels risques une entreprise doit-elle
prendre?

Quelle est la valeur de la liquidité?

Comment pouvons-nous expliquer les


vagues de fusions
3. Les pistes de recherche en finance

3.3. La théorie des parties prenantes de


Freeman : l’évolution des fins de l’entreprise

Actionnaires Actionnaires
Personnel Personnel
Clients Clients
Société
3. Les pistes de recherche en finance

3.3. La théorie des parties prenantes de


Freeman : l’évolution des fins de
l’entreprise

La notion de partie prenante a d’abord été


mobilisée en stratégie avant de devenir
incontournable dans les réflexions centrées sur
les systèmes de gouvernance des entreprises
Le modèle shareholder vs modèle
stakeholder
3. Les pistes de recherche en finance

3.3. La théorie des parties prenantes de


Freeman : l’évolution des fins de
l’entreprise

(lecture)
3. Les pistes de recherche en finance

3.3. La théorie des parties prenantes de


Freeman : l’évolution des fins de
l’entreprise
3. Les pistes de recherche en finance

3.3. La théorie des parties prenantes de


Freeman : l’évolution des fins de l’entreprise

«Nous sommes une communauté mondiale, et comme toutes


les communautés, il nous faut respecter des règles pour
pouvoir vivre ensemble. Elles doivent être équitables et
justes, et cela doit se voir clairement. Elles doivent accorder
toute l’attention nécessaire aux pauvres comme aux
puissants, et témoigner d’un sens profond de l’honnêteté et
de la justice sociale.»
 Joseph Stiglitz, Prix Nobel d’économie
3. Les pistes de recherche en finance

1. Myers et Mjluf
2. Rajan & Zingales
3. Nathalie Mourgues
4. Steven Chung
5. Harris & Raviv
6. STOT or Signalling???
TRAVAIL DE RECHERCHE

Le profil du propriétaire dirigeant et la décision de financement dans la


très petite entreprise: une étude du cas Malienne

TRAVAIL A FAIRE:
1. Poser une problématique de recherche
2. Définir une méthodologie
3. Collecter et traiter des données
4. Discuter des résultats

Vous aimerez peut-être aussi