Vous êtes sur la page 1sur 19

ANALYSE DES EAUX

R. BELKHADIR - EMI 1
GENERALITES
 Eau pure : H2O
 Eau = Vie
60 à 75 % Corps humain
99.8 % Bactéries
Cycle hydrologique assure pérennité de l’eau

Evaporation & Evapotranspiration

Précipitations Condensation

R. BELKHADIR - EMI 2
Volume Total = 1.36 1018 m3
Eau salée 97.5 %
Eau douce 02.5 %

Glaciers 87.3 %
Sous-sol 12.3 %
Surface 0.4 %

Lac & Etang 89.8 %


Atmosphère 9.3 %
Cours d’eau 0.9 %
La population du globe est alimentée par 0.0001 %
Conclusion : Pollution + Usage irrationnel Pénurie d’eau
Alerte OMS en 1970

R. BELKHADIR - EMI 3
CARACTERISTIQUES SPECIFIQUES
Masse volumique
BIPM ρ = 0.999973 g/cm3
À pression atmosphérique & t° = 3.98 °C
ρ varie légèrement avec température
Mais : de 0 °C à 4 °C contraction de l’eau
de 4 °C à 0°C dilatation de l’eau
ρmax = 1 g/cm3 à t° = 4 °C
- Fissuration des roches
- Cassure des canalisations
- Danger sur la vie aquatique

R. BELKHADIR - EMI 4
Viscosité
µ (m.poises) = 1.79 à 0 °C & 0.28 à 100 °C
Résistance par friction engendrée par
l’eau à un corps en mouvement
µ est fonction de :
 Vélocité
 Température
 Surface de contact
µ de l’eau est 100 fois sup à µ de l’air
mouvement dans l’eau exige
beaucoup d’énergie

R. BELKHADIR - EMI 5
Chaleur latente
Ŋ (Cal/g) très élevée p/p aux autres liquides
Ŋ = 540 cal/g à 100 °C
(1g d’eau exige 540 cal pour passer de l’état liquide à l’état gazeux)

Au point d’ébullition de :
○ Alcool éthylique : 204 cal/g
○ Acide acétique : 97 cal/g
 Vie possible grâce au transfert d’énergie des régions chaudes vers
régions froides
 Vapeur d’eau comme source de chaleur & eau froide comme liquide
réfrigérant
 Faible variation de t° des milieux aquatiques

R. BELKHADIR - EMI 6
DIFFERENTS TYPES D’EAUX

LES EAUX SUPERFICIELLES


 
Sont constituées par les fleuves, rivières, ruisseaux, lacs, canaux. On distingue deux
groupes : les eaux courantes et les eaux non courantes.
 
 Eaux courantes Ce sont les voies d’eau naturelles ayant un lit permanent. Elles sont classées en
cours d’eau domaniaux et cours d’eau non domaniaux.

  Eaux non courantes. Cette catégorie comprend d’une part, les eaux de pluie et de ruissellement
et d’autre part, les eaux des lacs et des étangs.

 LES EAUX SOUTERRAINES


 
Du point de vue hydrogéologique les couches aquifères se divisent en :
 
 Nappes phréatiques ou alluviales, généralement peu profondes, et sont directement alimentées
par les précipitations pluvieuses ou les écoulements des cours d’eau 

 Nappes captives, généralement plus profondes, séparées de la surface par une couche de terrain
imperméable et qui sont alimentées par des infiltrations sur leurs bordures.

R. BELKHADIR - EMI 7
POLLUTIONS AQUEUSES
On peut utiliser divers critères de classification des pollutions :
 
 Origine,
 Nature des polluants,
 Nature des nuisances créées

sur la santé publique,


sur l’équilibre des écosystèmes
aquatiques.

R. BELKHADIR - EMI 8
Les effluents urbains 
 
 Eaux de ruissellement
Eaux de pluies, de lavage des chaussées.

 Eaux résiduaires d’origine domestique


Eaux vannes, eaux de cuisine, salles de bain, buanderie, lavage
des locaux.

 Eaux résiduaires résultant d’activités artisanales


Eaux de petites entreprises, admises dans les collecteurs de
l’agglomération.
Toutes les eaux ne peuvent pas être admises, car très fortement
toxiques pour les traitements biologiques des stations. Elles
subissent alors des prétraitement spécifiques.

R. BELKHADIR - EMI 9
Les effluents industriels 
 
Eaux à caractère minéral dominant :
Eaux d’exhaure de mine, de lavage de gravière et carrières, des industries
sidérurgiques ( aciéries), des usines chimiques minérales…..

Eaux à caractère organique dominant :


Eaux d’industries agro-alimentaires ( abattoirs, élevages industriels,
conserveries , laiteries…..)

Eaux à caractères mixtes :


Eaux pouvant contenir plusieurs constituants en quantités importantes
( textiles, papeteries, raffineries, industries pharmaceutiques, chimiques
organiques…..)

Pollution d’origine agricole :


Cette pollution fait intervenir deux familles de composés : les pesticides et
les engrais . Ce type de pollution est actuellement très suivi, à cause de
l’accumulation possible dans les nappes phréatiques.

R. BELKHADIR - EMI 10
UNITES UTILISEES DANS L’ANALYSE DES CONSTITUANTS D’UNE EAU

UNITES DE MASSE
 
EQUIVALENT GRAMME (Eqg)
 
L’équivalent gramme d’un composé est la quantité de substance
qui dans une réaction, met en jeu un électron-gramme.
 
 Eqg (g) = Masse molaire du composé
α
   Où α est le nombre d’électrons mis en jeu, c’est-à-dire le nombre
de charges + ou – du cation et anion correspondant (ë de valence)
.

R. BELKHADIR - EMI 11
Exemples :
 
H2SO4 + 2NaOH Na2SO4 + 2H2O
 
En dissociant
 ( 2H+, SO4’’)+ 2(Na+,OH-)  (2Na+, SO4=) +2(H+, OH-)
 
Ainsi
 
1 mole d’acide sulfurique met en jeu 2 électrons, elle contient donc
2 Eq grammes de substance.
1eq.gr H2SO4 équivaut à 1 mole de H2SO4 (49 gr)
2
 
Soit le cas de H3SO4 3H+, PO4= 3 électrons sont mis en jeu
1eq.gr H3SO4 équivaut à 1 mole H3SO4 ( 32,67gr)
3

R. BELKHADIR - EMI 12
EXERCICE
 
Pour chaque composé suivant, donner la quantité de substance en
gr. Correspondant à 1 Eq gramme

- Nitrate de magnésium Mg(NO3)2


M = 148 gr
- Carbonate de calcium CaCO3
M = 100 gr
- Silicate de sodium Na2SiO3
M = 122 gr
- Sulfate ferrique Fe2(SO4)3
M = 342 gr

R. BELKHADIR - EMI 13
UNITES DE CONCENTRATION
 
LA CONCENTRATION EST RAPPORTEE A UN VOLUME DE
SOLUTION (Gramme/Litre)
 
 Molarité(M) : c’est le nombre de moles de soluté par titre de
solution

 Normalité(N) : c’est le nombre d’équivalents – grammes de


soluté par litre de solution
  Une solution normale contient donc 1 eq.gr de soluté/litre.

 Titre pondéral : c’est le nombre de grammes de soluté par litre


de solution

R. BELKHADIR - EMI 14
AUTRE UNITES : LE DEGRE
 
Le degré exprime la dose de tout sel soluble dans l’eau. Par
définition le degré français (° f) équivaut à 10 mg/l de CaCo3.
 
 1Eq.gr CaC03 = 1 masse molaire CaC03
2
1meq de CaC03 = 50 mg de CaCO3
1meq/l de CaCO3 = 5° f
 
EN REGLE GENERALE :
 
1° français = 0.2 meq gr de composé/litre
1 meq gr de composé /litre = 5°f

R. BELKHADIR - EMI 15
TABLEAU DE CORRESPONDANCE ENTRE LES
DIFFERENTS DEGRES

+ 
° français ° allemand ° anglais ° américain Meq/l

° français 1 0.56 0.70 0.58 0.2

° allemand 1.79 1 1.25 1.04 0.358

° anglais 1.43 0.80 1 0.83 0.286

°américain 1.72 0.96 1.2 1 0.34

Meq/l 5 2.8 3.5 2.9 1

R. BELKHADIR - EMI 16
EXERCICE :
 
A combien de °f et meq/l ces quantités de substance correspondent
elles ? et établir les relations °f = mg de substance / l.
 
 40 mg Ca++/l
 24,3 mg Mg++/l
 183 mg HCO3- /l
 190 mg PO4= /l
 37mg Ca(OH)2/l
 10mg Mg0/l
 23,75 mg Mgcl2/l
 34mg CaS04/l

R. BELKHADIR - EMI 17
EXERCICES RECAPITULATIFS :
 

  
I. On dissout dans l’eau 187,6 gr de sulfate de chrome Cr2(SO4)3 et
l’on ajuste la solution obtenue à 1 litre. La mase volumique de
cette solution est 1,1722 Kg / l.
 
quelle est la molarité et la normalité de la solution ?
avec : Cr = 52gr ; S = 32 gr ; O = 16gr.
 
II.  La composition de l’eau de VITTEL est la suivante :
 
Ca++ = 0,202 gr/l ; Mg++ = 0,036 gr/l ; Na+ = 0,003 gr/l ; HCO3- =
0.402gr/ ; SO4= = 0,306 gr/l
 
On demande de vérifier la balance cation-anion c’est à dire la
balance ionique.
FIN SEANCE

R. BELKHADIR - EMI 19

Vous aimerez peut-être aussi