Vous êtes sur la page 1sur 15

CARACTERISTIQUES PHYSIQUES

La turbidité
La turbidité est due à la présence des matières
en suspension finement divisées dans l’eau.
Eau turbide Eau trouble Eau impropre

la turbidité exprime la capacité d’une eau à


réfléchir ou absorber la lumière.

Un milieu turbide Milieu opaque Photosynthèse

R. BELKHADIR - EMI 1
Mesure de la turbidité :
Méthodes optiques
Néphélométrie :
Principe : Effet Tyndall
« Un liquide trouble s’éclaire vivement lorsqu’il est
traversé par un faisceau lumineux. Ce sont les
particules en suspension qui difractent la lumière »

L’intensité de la lumière difractée dépend :


◘ Nombre et dimension des particules
◘ Indice de réfraction des particules
◘ Longueur d’onde de la lumière incidente
◘ Direction de l’observation

R. BELKHADIR - EMI 2
L’intensité de la lumière diffractée par des
particules sphériques et non absorbantes est
donnée par la formule de RAYLEIGH:

I = I0.K. N.v² sin²α


λ4
I : intensité de la lumière diffractée
I0: intensité de la lumière incidente
N : nombre des particules
V : volume des particules
λ : longueur d’onde de la lumière
α : angle de diffraction

R. BELKHADIR - EMI 3
I/I0 : coefficient de diffraction
I/I0 est proportionnel à N (λ étant fixée)

La turbidité est donnée par Log I/I0 avec α = 90°


La mesure est faite par un Turbidimètre.
Le turbidimètre donne la valeur en NTU.

Etalonnage de l’appareil:
 Solutions étalons à la Formazine
 La solution mère 40 NTU

R. BELKHADIR - EMI 4
Opacimétrie :
Les particules en suspension dans un liquide
absorbent certaines radiations.
L’absorption de la lumière dépend :
 Nombre des particules en suspension
 Nature des particules
 Epaisseur du liquide traversé
 Longueur d’onde de la radiation incidente

L’intensité de la lumière transmise est


inversement proportionnelle à la Turbidité.

R. BELKHADIR - EMI 5
On admet la validité de la loi d’absorption de
BEER-LAMBRT:

LgI0/I = C.e.αλ

I : intensité de la lumière transmise


C: concentration molaire (mole/l)
e : épaisseur du liquide
αλ: coefficient d’absorption

I/I0: transmitance
LgI0/I: représente l’absorbance ou Densité Optique
La mesure est faite par spectrophotométrie
Lumière monochromatique avec λ = 540 nm

R. BELKHADIR - EMI 6
Méthodes visuelles

 Bougie Jackson (JTU)


 Disque de Schezi
 Gouttes de mastic
solution mère = 1g/l
 Degré de silice
solution mère = 100mg/l correspond à 100°S

R. BELKHADIR - EMI 7
Observations
Eau Potable :
une eau trouble nécessite une floculation +
décantation + filtration + désinfection
Eau Industrielle :
microfiltration + traitement de finition
Valeur guide :
maximum admissible en eau potable = 5NTU

R. BELKHADIR - EMI 8
La température
La température de l’eau est un facteur important de la vie d’un
cours d’eau.
Une température anormalement élevée rejet polluant

 activités industrielles
 systèmes de chauffage et de réfrigération

La température de l’eau doit être connue avec précision; celle-ci


joue un rôle dans la dissociation des sels et surtout la solubilité des
gaz.

La température de l’eau est influencée par la température de l’air :


Faible profondeur altération de la qualité
Grande profondeur inversion thermique

R. BELKHADIR - EMI 9
Effets de la température :
• modification de la faune aquatique (migration de poissons)
• solubilité de O2 diminue lorsque t° augmente
• activité biochimique augmente avec t° quantité O2 + faible
• Densité, viscosité,…
Importance sanitaire :
 Une eau désaltérante a une température entre 8-15°C
 Une température supérieure à 15°C favorise le développement
des microorganismes dans les canalisations en même temps
qu’elle peut intensifier les odeurs et les saveurs
 Une température inférieure à 10°C ralentit les réactions
chimiques dans les différents traitements

R. BELKHADIR - EMI 10
Observations :

Pollution thermique Caléfaction


Température mésophylique 30 – 33°C
Température thermophylique 60 – 65°C

Au niveau des rejets Eviter les chocs thermiques


◘ Rejet progressif
◘ Tour de refroidissement
◘ Réutilisation

R. BELKHADIR - EMI 11
Le pH
pH potentiel d’Hydrogène
pH activité de l’ion H+ dans l’eau
H+ + OH- H2O
Kw = [H+] + [OH-] = 10-14
[H2O]
Eau pure [H+] = [OH-] = 10-7
pH = -Lg [H+]
pH = 7

R. BELKHADIR - EMI 12
[H+] milieu acide
[OH-] milieu basique
Importance du pH
 Le pH agit sur le goût et l’efficacité des traitement:
coagulation, chloration…
 Le pH renseigne sur l’équilibre calco-carbonique,
l’agressivité et l’incrustation des eaux
 pH compris entre 6 et 8 constitue un optimum pour
la vie aquatique et la reproduction
 Des valeurs < ou > sont létales pour l’équilibre d’un
écosystème

R. BELKHADIR - EMI 13
Mesure du pH
Méthodes colorimétriques
 papier pH
 indicateurs colorés

Méthodes électrométrique
pH mètre muni d’une électrode de verre et une
électrode de référence (température = 25°C)
Etalonnage de l’appareil
mesure in situ

R. BELKHADIR - EMI 14
Valeurs guides
 Eaux potables : pH compris entre 6.5 et 8.5
 Milieux récepteurs : pH compris entre 5.5 et 8.5
(circulaire française de 1976)
Traitement
 Ajustement du pH selon principe Acide – Base
Observation
 Le pH des eaux naturelles est lié à la nature des terrains
traversés; Il varie habituellement entre 7,2 et 7,6.
 Les eaux très calcaires ont un pH élevé et celles provenant des
terrains pauvres ou contenant de la silice ont un pH voisin de 7.

R. BELKHADIR - EMI 15

Vous aimerez peut-être aussi