Vous êtes sur la page 1sur 20

LES GRANDS COURANTS DE

PENSEE QUI ONT MARQUE LA


GRH
1910 :L’ECOLE CLASSIQUE
 HOMME = SIMPLE FACTEUR DE
PRODUCTION SUBORDONNE AUX
CONTRAINTES DE LA PRODUCTION
 LA PRODUCTIVITE DEPEND DE LA
RATIONALISATION DE
L’ORGANISATION DU TRAVAIL
(FAYOL – TAYLOR)
1930 :L’ECOLE DES RELATIONS
HUMAINES
 IMPORTANCE DU FACTEUR HUMAIN
 LA PRODUCTIVITE DEPEND :
 Des conditions de travail (MAYO)
 De la motivation (MASLOW)
 De la dynamique de groupe (LEWIN)
 Le travail est source de satisfaction (MAC
GREGOR)
 Importance du développement personnel
(MAC GREGOR – HERTZBERG)
THEORIE MOTIVATIONNELLE DE
MASLOW
 PYRAMIDE DES BESOINS
 HIERARCHISATION DES BESOINS
 BESOINS PHYSIOLOGIQUES
 BESOINS DE SECURITE
 BESOINS D’APPARTENANCE
 BESOINS D’ESTIME
 BESOINS DE REALISATION
PYRAMIDE DES BESOINS

REALISATION

ESTIME

BESOINS
SOCIAUX

SECURITE

PRIMAIRES
THEORIE DE LEWIN
 DYNAMIQUE DES GROUPES
 INFLUENCE DU GROUPE SUR LE
COMPORTEMENT INDIVIDUEL
 L’APPARTENANCE AU GROUPE
CONDITIONNE LE COMPORTEMENT
INDIVIDUEL
 STYLES DE LEADERSHIP
 LAISSER ALLER
 AUTOCRATIQUE
 DEMOCRATIQUE
THEORIE DE MC GREGOR
THEORIE X et Y
 THEORIE X
 L’homme éprouve une aversion innée pour le
travail
 Les individus doivent être contraints, contrôlés,
dirigés, menacés de sanctions si l’on veut qu’ils
fournissent les efforts à la réalisation des
objectifs organisationnels
 L’individu désire éviter les responsabilités, a peu
d’ambitions et recherche la sécurité avant tout.
THEORIE X

CONFIRME IL EN RESULTE

THEORIE X

PRESCRIPTION
PEUR DES RESPONSABILITES
PAS D’INITIATIVE
CONTRÔLE SEVERE

PASSIVITE AU
TRAVAIL
CONDUIT A CONDUIT A
THEORIE DE MC GREGOR
THEORIE X et Y
 THEORIE Y :
 L’effort au travail est aussi naturel que le jeu ou
le repos
 Le contrôle externe n’est pas le seul moyen pour
obtenir un travail utile
 Le système de récompense associé à l’atteinte
d’un objectif permet de responsabiliser l’individu
 L’individu peut apprendre à accepter et à
rechercher les responsabilités
 L’homme est capable de créativité dans
l’organisation
 Les potentialités intellectuelles de l’homme sont
rarement mobilisées totalement
THEORIE Y

THEORIE Y

LIBERTE D’ACTION
INITIATIVE ET SENS
DES RESPONSABILITES
CONTRÔLE DE SOI

APPLICATION
AU TRAVAIL
1960 : APPROCHES SYSTEMIQUE
ET STRATEGIQUE DES
ORGANISATIONS
 L’ACTEUR ET LE SYSTEME (CROZIER)
 LES MARGES DE LIBERTE DES
INDIVIDUS AU SEIN DES
ORGANISATIONS (FRIEDBERG)
L’APPROCHE SYSTEMIQUE
 On ne peut pas faire abstraction de
l’environnement dans lequel est plongé le
salarié
 L’homme réagit par rapport à un système
dans lequel il est immergé
 On ne pourra jamais tout contrôler, quelles
que soient les règles
 Les règles ont leurs limites dans la mesure
où le travailleur est un acteur qui a une
liberté de décision et d’intervention
 L’homme cherche toujours à contourner les
règles ou à les appliquer à sa manière
L’APPROCHE SYSTEMIQUE
 DEFINITIONS DU « SYSTEME »
 Ensemble d’unités en interrelations mutuelles
 Ensemble d’éléments liés par un système de
relations
 Ensemble d’éléments en interaction dynamique,
organisés en fonction d’un but
 Objet complexe, formé de composants distincts
reliés entre eux par un certain nombre de
relations
 Unité globale organisée d’interrelations entre
éléments, actions ou individus
L’APPROCHE SYSTEMIQUE
 QUATRE CONCEPTS FONDAMENTAUX
 L’interaction
 La globalité
 L’organisation
 La complexité

 OPPOSITION A L’APPROCHE
RATIONNALISTE
L’APPROCHE SYSTEMIQUE
 TOUT SYSTEME EST CONFRONTE AUX
MEMES PROBLEMES
 Rapports avec l’environnement
 Organisation en modules et niveaux
 Conservation des systèmes
 Besoin de variété
 Évolution des systèmes
1970 : LES APPROCHES
CONTRACTUELLES
 CONFLITS ET NEGOCIATION (J.
DELORS – J.D. REYNAUD)
 LE PHENOMENE SYNDICAL (ADAM –
TOURAINE)
 LES RELATIONS DE TRAVAIL (D.
WEISS – VERDIER)
1970 : LES APPROCHES
CONTRACTUELLES
 CONFLITS SOCIAUX
 NEGOCIATION D’ACCORDS
 NEGOCIATION SUR L’EVOLUTION DE
L’ENTREPRISE
 REFLEXION SUR LES REGLES A METTRE EN
PLACE POUR REGULER LES CONFLITS
 ECOUTE ACTIVE DES ACTEURS INTERNES
 ACTEUR SYNDICAL = CONTREPOIDS
 IMPORTANCE DU CADRE JURIDIQUE
1980 : LES APPROCHES
CULTURELLES
 L’IDENTITE AU TRAVAIL
(R.SAINSAULIEU)
 ANALYSES DE LA CULTURE
D’ENTREPRISE
 ANALYSE DES BESOINS SOCIAUX
 LES CULTURES DE METIERS
(D.SEGRETIN)
 CULTURES DE TRAVAIL ET CULTURES DE
METIERS
1990 : LES APPROCHES
GESTIONNAIRES ET
MANAGERIALES
 L’ENTREPRISE DU 3ème TYPE (H. SEYRIEX)
 Réflexion sur le mode de fonctionnement des
entreprises françaises
 MODERNISATION MODE D’EMPLOI (A.
RIBOUD)
 Critique du « tout automatisme » pour faire des
économies de coût de main d’oeuvre
 APPROCHES SECTORIELLES (LE BOTERF –
A.MEIGNANT – H. SANAU – G.
DONNADIEU)
2000 : STRATEGIE DES
RESSOURCES HUMAINES ET
MANAGERIALES
 REPOSITIONNEMENT DE LA
FONCTION STRATEGIQUE DES RH
 VISION PLUS VALORISANTE DES
FACTEURS HUMAINS
 FONCTION RH = SUPPORT A LA
FONCTION LOGISTIQUE

Vous aimerez peut-être aussi