Vous êtes sur la page 1sur 18

La valeur en risque(Var)

Réalisé par:
Touhamy Salma Encadré par:
Arioua Amal Mr Moutahadib Aziz
Bardi Meryem
Introduction
Problématique
Comment peut-on différencier la Var de
marché de celle de crédit?
1. Définition la Var

La Value-At-Risk représente la perte potentielle


maximale d’un investisseur sur la valeur d’un actif ou
d’un portefeuille d’actifs financiers qui ne devrait être
atteinte qu’avec une probabilité donnée sur un horizon
donné.
2. Paramètres de la Var

La Var dépend de deux paramètres:

L’horizon temporel Le niveau de confiance


l’horizon temporel Intervalle de confiance
 Plus la durée de détention Il se situe généralement
est longue, plus la perte entre 95 et 99% soit un
potentielle peut être paramètre compris entre 0
importante. et 1.
Toutefois, les autorités de L’intervalle de confiance
régulations exigent des correspond à la probabilité
durées de détention que la perte maximum ne
communes afin que la VAR soit pas supérieure à la
soit validée pour les value at Risk.
institutionnels.
3. Méthodes de calcul de la Var de
Marché
Il existe trois méthodes de calcul de la Var :

1-Méthode de simulation historique :

Nécessite seulement de connaître la valeur de la position dans le


passé (par exemple historique des prix pour un indice).
Pour un portefeuille, il faudra reconstituer sa valeur passée à
partir du prix des différents actifs et de la composition actuelle
du portefeuille. Après avoir identifié les facteurs de risque
significatifs pour le portefeuille, on utilise l'historique des
données collectées afin d'en déduire un montant de perte.
Exemple

Soit un portefeuille composé de plusieurs actifs. Afin de


calculer la VAR historique à un jour sur ce portefeuille
il faut relever l'ensemble des gains et des pertes
quotidiennes réalisées sur les 1 000 derniers jours (par
exemple). Une fois toutes ces données obtenues, il faut
les classer par ordre croissant. Si l'on souhaite obtenir la
VAR à 99%, il suffira de trouver la 10ème
(1000*(100%-99%)) valeur obtenue.
 
 2-Méthode de variance-covariance:

Cette approche variance-covariance est la principale alternative pour estimer


la Var de marché.
Elle repose à la fois sur la modélisation de la distribution des variations des
variables de marché et sur des données historiques pour estimer les
paramètres du modèle.

Exemple :

Considérons un portefeuille composé de 10 millions d’euros d’actions


Alcatel et de 5 millions d’euros d’actions France Télécom. On suppose que
les rentabilités des deux actions suivent une distribution normale, avec un
coefficient de corrélation 0,3. D’après un résultat statistique standard X+Y
s’écrit:
 σx+y=
 
Avec

σx=200 000 σy= 50 000

p= coefficient de corrélation

L’écart type de la variation de valeur du portefeuille composé de


ces deux actions sur un jour est égale à :

La Var à 99% à un jour est donc: 2.33x 220 227= 513 129 euros
3- méthode de Monte Carlo:

La méthode de Monte Carlo consiste à simuler un grand nombre de fois les


comportements futurs possibles des facteurs de risque selon un certain nombre
d’hypothèses, et d’en déduire une distribution des pertes et profits à partir de
laquelle on estime finalement un fractile.

Cette méthode convient à tous les types d’instruments, y compris optionnels, et


permet de tester de nombreux scénarios et d’y inclure explicitement des queues
de distribution épaisses (événements extrêmes pris en compte dans une certaine
mesure).
Exemple:
Soit un investisseur souhaitant acheter des actions pour les revendre dans 3 ans. Il va
alors établir une liste des facteurs pouvant influencer le cours de l’action. Par la
méthode de Monte Carlo, il va alors simuler une multitude de scénario (1000 par
exemple) et déterminer le résultat espéré à l’issue des 3 ans pour chaque simulation.

Pour obtenir une VAR à 99%, le fonctionnement est le même que pour la méthode
historique. Il va trier les résultats par ordre croissant et prendre la 10ème valeur (les
pires scénarios). Il aura alors 99% de chance que ces pertes n’excèdent pas ce montant
durant les 3 ans de détention du titre.
4.Var de crédit

Il s’agit de la perte de crédit qui ne sera pas dépassée sur un certain


horizon temporel à un seuil de confiance choisi. Selon le comité de Bâle,
la Var de crédit doit être calculée pour le portefeuille de marché
( instruments destinés aux transactions) et bancaire( instruments détenus
jusqu’à maturité).
Pour le portefeuille de marché, les banques doivent calculer une Var à dix
jours au seuil de 99% pour déterminer la charge pour le risque spécifique,
et une Var à un seuil de 99.9% (sous l’hypothèse de niveau de risque
constant) pour déterminer la charge pour risque incrémental.
les méthodes de calcul
de la var pour le portefeuille
bancaire

le modèle Crédit
le modèle de Vasicek le modèle CreditMetrics
Risk plus

Pour déterminer la Var de crédit pour le portefeuille de marché, une approche


consiste à collecter des données historiques sur les variations des spreads de
crédit et à employer une approche par simulation historique, proche de celle
utilisée pour le calcul de la Var de marché.
5.Avantages et Inconvénients
 Avantages:

-Un indicateur synthétique qui donne une évaluation du risque d’un


portefeuille quels que soient les actifs qui le composent.

-Le fait de disposer d’un indicateur synthétique unique permet également les
comparaisons entre portefeuilles.

-Lisible et facile à interpréter


 Inconvénients:

-Comme il s’agit d’un quantile, la Var ne fait pas apparaître la subtilité de la


distribution des pertes.

-le grand nombre d’hypothèses plus ou moins simplificatrices que l’on doit faire
pour parvenir à construire la distribution de probabilité. 

C’est pourquoi on vérifie à posteriori la méthode en comparant les Var calculées


par le passé avec les fluctuations effectivement constatées sur le portefeuille.

Cette méthode, appelée «back testing ».


 Permet d’affiner le modèle de calcul de la Var.
*Back testing :

 Il est toujours préférable de procéder aux tests pour valider la stratégie suivie.

Le Back testing est une méthode utilisée afin de s’assurer de la fiabilité de la


Var.

Il sert généralement à garantir la performance du modèle de la distribution des


rendements financier.

Cette méthode est d’une grande utilité pour vérifier l’adéquation du modèle
avec la réalité.  
Conclusion