Vous êtes sur la page 1sur 26

Finance d’entreprise – 2ème édition Chapitre 1.

L’entreprise et la Bourse

Finance d’entreprise
3e édition

Jonathan Berk, Peter


DeMarzo

Gunther Capelle-Blancard,
Nicolas Couderc
Finance d’entreprise – 2ème édition Chapitre 1. L’entreprise et la Bourse

Chapitre 1

L’entreprise et la Bourse
Finance d’entreprise – 2ème édition Chapitre 1. L’entreprise et la Bourse

Introduction
XVIIIe siècle : les entreprises sont dirigées par leur
propriétaire, véritable « homme-orchestre ».

XIXe siècle : division du travail, salariat, etc.


On confond encore l’entreprise et l’entrepreneur.
Grandes entreprises familiales.

1880 : « grande entreprise moderne ».


Développement de la société anonyme : les associés ne sont
responsables des pertes de l’entreprise qu’à hauteur du
capital investi.
Finance d’entreprise – 2ème édition Chapitre 1. L’entreprise et la Bourse

Plan du chapitre 1
1.1. Nature et forme des entreprises
• Les entreprises dans la théorie économique
• Les entreprises en France : un ensemble hétérogène
• La fiscalité des sociétés par actions

1.2. Propriété et contrôle d’une société par actions


• Qui dirige une société par actions ?
• Les objectifs de l’entreprise
• Éthique et conflit d’intérêt
• La faillite d’une entreprise

1.3. Les marchés boursiers


• Les principales places boursières mondiales
Finance d’entreprise – 2ème édition Chapitre 1. L’entreprise et la Bourse

1.1. Nature et forme des entreprises

Les entreprises dans la théorie économique


• Ronald Coase (Nobel 1991)
• Oliver Williamson (Nobel 2009)
Finance d’entreprise – 2ème édition Chapitre 1. L’entreprise et la Bourse

Les entreprises en France : un ensemble


hétérogène

Le secteur économique et le secteur d’activité


• Secteur primaire (agriculture, sylviculture, extraction
minière) : 3 % PIB.
• Secteur secondaire (industrie, bâtiment et travaux publics) :
20 % PIB.
• Secteur tertiaire (services) : 77 % PIB.
Finance d’entreprise – 2ème édition Chapitre 1. L’entreprise et la Bourse

Les entreprises en France : un ensemble


hétérogène

La taille
• les micro-entreprises :
< 10 salariés, CA ou total du bilan < 2 M€.
• les petites entreprises :
> 10 et < 50 salariés, CA ou total du bilan < 10 M€.
• les entreprises moyennes :
> 49 et < 250 salariés, CA < 50 M€ an ou total du bilan < 43
M€.
• les grandes entreprises :
> 249 salariés, CA > 50 M€ et total du bilan > 43 M€.
Finance d’entreprise – 2ème édition Chapitre 1. L’entreprise et la Bourse

Les entreprises en France : un ensemble


hétérogène

La taille
Plus de la moitié des entreprises en France n’emploient aucun
salarié, et plus de neuf sur dix ont moins de dix salariés.
À l’opposé, 0,2 % des entreprises, les plus grandes, emploient
1/3 des salariés et réalisent plus de la moitié du PIB.
40 000 groupes en France, dont une centaine de plus de 10
000 salariés.
Finance d’entreprise – 2ème édition Chapitre 1. L’entreprise et la Bourse

Les entreprises en France : un ensemble


hétérogène

Les entreprises à but non lucratif


• mutuelles, coopératives, associations, fondations qui
relèvent de l’économie sociale.
Les entreprises publiques
• Nationalisations (à la libération et en 1981), puis
privatisations.
• En 2008, l’État contrôlait, directement ou non, 867
entreprises qui employaient 793 000 salariés, soit environ
trois fois moins que 25 ans plus tôt.
Finance d’entreprise – 2ème édition Chapitre 1. L’entreprise et la Bourse

Les entreprises en France : un ensemble


hétérogène

Un critère essentiel pour caractériser les dif-férents types


d’entreprises est le degré de responsabilité de leurs
propriétaires vis-à-vis
des dettes de l’entreprise.
Le ou les propriétaires sont responsables des dettes de
l’entreprise sur leurs biens propres.
La responsabilité des propriétaires est limitée
au montant de leur apport. Au pire, ceux-ci ne perdent que ce
qu’ils ont investi dans l’entreprise.
Finance d’entreprise – 2ème édition Chapitre 1. L’entreprise et la Bourse

Les entreprises individuelles

Un seul propriétaire, pas de personnalité juridique


Principal atout : la simplicité
• Aucun capital minimal n’est exigé pour sa création.
Principal inconvénient : l’absence de séparation entre
l’entreprise et l’entrepreneur
• Le propriétaire a une responsabilité illimitée concernant les dettes
de l’entreprise.
• La durée de vie de l’entreprise individuelle est limitée à celle de
son propriétaire et le transfert de propriété est difficile à organiser.
En 2010, la moitié des entreprises créées en France sont
des entreprises individuelles contre les deux tiers 20 ans
plus tôt.
Finance d’entreprise – 2ème édition Chapitre 1. L’entreprise et la Bourse

Les sociétés en nom collectif (partnership)

S’apparentent aux entreprises individuelles, à ceci


près qu’il y a au minimum deux propriétaires.
Toutes les décisions importantes sont donc prises à
l’unanimité des associés.
Exemples : cabinets juridiques, cabinets médicaux,
cabinets d’audit (effet de réputation).
Les SNC représentent moins de 1 % des entreprises
en France et ne contribuent qu’à hauteur de 1,5 %
au PIB.
Finance d’entreprise – 2ème édition Chapitre 1. L’entreprise et la Bourse

Les sociétés en commandite (limited


partnership)

Les associés commandités (general partners) ont les


mêmes droits et obligations que dans une SNC : ils
sont personnellement et solidairement responsables
sur leurs biens propres des dettes contractées par
l’entreprise.
Les associés commanditaires (limited partners) ne
sont responsables des dettes de la société qu’à
concurrence de leur apport en capital.
Exemples : Michelin, Lagardère (entreprises
familiales)
Finance d’entreprise – 2ème édition Chapitre 1. L’entreprise et la Bourse

Les sociétés à responsabilité limitée (SARL)

Les associés (entre 1 et 100) sont responsables à


concurrence de leur apport.
Les SARL bénéficient de la personnalité morale. Il n’y a
pas de montant minimal pour le capital social.
Celui-ci est divisé en parts non cessibles librement.
En 1985 : entreprise unipersonnelle à responsabilité
limitée (EURL).
Plus d’un tiers des entreprises en France sont organisées
sous forme de SARL (avec moins de 5 % d’EURL) : plus
de 40 % des personnes occupées et plus de 40 % du
PIB.
Finance d’entreprise – 2ème édition Chapitre 1. L’entreprise et la Bourse

Les sociétés à responsabilité limitée (SARL)

Les SARL existent en France depuis 1925.


Les premières sociétés à responsabilité limitée sont nées en
Allemagne, en 1893, sous le nom de Gesellschaft mit
beschränkter Haftung (GmbH).
L’équivalent en Belgique de la SARL est la société de
personnes à responsabilité limitée (SPRL).
Au Royaume-Uni ou au Canada, on parle de Private Limited
(Ltd) Company.
Aux États-Unis, cette forme juridique n’existe que depuis
1977 avec la création des Limited Liability Companies (LLC).
Les LLC ne représentent que 6 % des entreprises
américaines.
Finance d’entreprise – 2ème édition Chapitre 1. L’entreprise et la Bourse

Les sociétés anonymes (SA)


La SA est l’exemple type de la société par actions.
Elle existe en France depuis 1807.
Les actionnaires, 7 au minimum, reçoivent des dividendes
et ont le droit de vote en AG.
Le capital minimum est de 37 000 € ; 225 000 € en cas
d’appel public à l’épargne
Elles représentent plus de 5 % des entreprises en France,
mais 1/4 des salariés et 1/3 du PIB.
Exemple : Total, la plus grande entreprise française,
exerce ses activités dans plus de 130 pays : près de
100 000 salariés ; CA en 2008 proche de 180 milliards
d’euros pour un bénéfice de 12 milliards d’euros.
Finance d’entreprise – 2ème édition Chapitre 1. L’entreprise et la Bourse

La fiscalité des sociétés par actions


En France, deux options :
Impôt sur le revenu des personnes physiques (IRPP)
suivant un barème progressif (taux marginal d’imposition
de 5,5 %, 14 %, 30 % et 40 %), après un abattement
de 40 % du montant des dividendes et un abattement
fixe de 1 525 € par personne (3 050 € pour un couple).
Prélèvement forfaitaire libératoire (PFL) de 19 %, auquel
s’ajoutent 12,3 % de prélèvements sociaux, soit un taux
d’imposition de 31,3 %.
• Compte tenu des abattements dans le cas de l’IRPP, le choix
du PFL n’est vraiment avantageux que pour les contribuables
soumis à un taux IRPP élevé.
Finance d’entreprise – 2ème édition Chapitre 1. L’entreprise et la Bourse

Exemple 1.1 La double imposition des sociétés


par actions

Tatol a réalisé un bénéfice, avant impôt, de 6 € par


action. Les actionnaires ont voté en AG une
distribution de 100 % du bénéfice après impôt.
Le taux d’imposition sur les sociétés est de 33,33
%.
Quelle est la somme perçue, après impôt, par un
actionnaire qui choisit le PFL ?
Finance d’entreprise – 2ème édition Chapitre 1. L’entreprise et la Bourse

1.2. Propriété et contrôle d’une société par


actions

La direction générale
Conseil d’administration (CA)
• entre 3 et 18 administrateurs
Directeur général (chief executive officer, CEO)
Finance d’entreprise – 2ème édition Chapitre 1. L’entreprise et la Bourse

La séparation des pouvoirs entre le CA et le


directeur général

Traditionnellement, en France, le président du CA et aussi


directeur général : Président-directeur général (P-DG).

Structure duale (à l’allemande) :


• un directoire composé de 2 à 7 membres qui assure la fonction
exécutive
• un conseil de surveillance qui se réunit au minimum de façon
trimestrielle et contrôle la société.

En 2010, la moitié des entreprises du CAC 40 avaient


choisi une dissociation des fonctions.
Finance d’entreprise – 2ème édition Chapitre 1. L’entreprise et la Bourse

1.2. Propriété et contrôle d’une société par


actions

La direction financière
Choix d’investissement
Décisions de financement
Gestion de trésorerie
Finance d’entreprise – 2ème édition Chapitre 1. L’entreprise et la Bourse

Les objectifs de l’entreprise - Éthique et conflit


d’intérêt

Les problèmes d’agence


La responsabilité sociale des entreprises
• Shareholders versus stakeholders
Les performances du dirigeant
• Offre publique d’achat hostile
• « Marché du contrôle des entreprises » (market for
corporate control)
Finance d’entreprise – 2ème édition Chapitre 1. L’entreprise et la Bourse

La faillite de Lehman Brothers

15 septembre 2008 : la prestigieuse banque


d’investissement américaine Lehman Brothers,
incapable de faire face à ses engagements, se
déclare en cessation de paiement .
Transfert de la propriété et du contrôle de
l’entreprise, ce qui a permis d’assurer la
pérennité des activités.
• Barclays
• Nomura
• Fonds de capital-risque, anciens dirigeants de la
banque en faillite, EDF, etc.
Finance d’entreprise – 2ème édition Chapitre 1. L’entreprise et la Bourse

1.3. Les marchés boursiers

La liquidité

Marché primaire

Marché secondaire
Finance d’entreprise – 2ème édition Chapitre 1. L’entreprise et la Bourse
Finance d’entreprise – 2ème édition Chapitre 1. L’entreprise et la Bourse

La microstructure des marchés boursiers

Marchés dirigés par les ordres (order-driven market)


• Carnet d’ordre
• Ordres avec ou sans limite de prix

Marchés dirigés par les prix (quote-driven market).


• Teneur de marché
• Fourchette de prix (bid-ask spread)