Vous êtes sur la page 1sur 17

La LOGISTIQUE

HOSPITALIERE
Réalisé par: BELBIEDE Oussama JRIMENE
Ouijdane
LAKSIOUAR Mohammed NACHCHAT Meriem
Sous la demande de:
Mme OUGNI Hajar

1
PLAN
INTRODUCTION
I. DEFINITION ET HISTORIQUE
II. LES CHAINE LOGISTIQUE DU SECTEUR DE LA SANTE
III. OBJECTIFS ET LES TROIS GRANDES ACTIVITES DE LA LOGISTIQUE
HOSPITALIERE
IV. LES COUTS HOSPITALIERS
V. LES STRUCTURES HOSPOTALIERES: 4 NIVEAUX
VI. LES FLUX INTERVENANTS
CONCLUSION

2
INTRODUCTION

3
DEFINITION

La Commission logistique hospitalière de l’ASLOG définit ainsi


la logistique hospitalière : « Il s’agit de la gestion des flux de
patients, produits, matières, des services et informations qui s’y
rapportent, pour assurer la qualité et la sécurité à un niveau défini
de performance et d’efficience, depuis le fournisseur jusqu’au
patient et, selon le cas, au destinataire final. »

4
Historique
Avant les années 1950:
- Peu ou pas de variété des produits et fournitures .
- Chaque département gérait lui-même ses achats et ses stocks.

Après la 2°Guerre mondiale:


- Evolution technologique
- Augmentation de la gamme de produits
- Hausse/augmentation du nombre des livraisons

Les années 60:


-Augmentation substantiel des achats de biens et services.

5
LA LOGISTIQUE HOSPITALIÈRE
AUJOURD’HUI

les décideurs publics cherchent à tirer le plein potentiel de leur réseau de la


santé selon les critères de qualité des soins, d’accessibilité des services et de
contrôle des coûts. Pour concilier cette triade, un des axes d’amélioration qui
s’est répandu progressivement ces 20 dernières années dans les établissements
est de rehausser la performance des activités périphériques à la prestation de
soins, entre autres celles associées à la logistique. En effet, un établissement de
santé aura à acquérir une diversité de produits (fournitures médicales,
médicaments, produits alimentaires, produits de nettoyage…) et à les distribuer
par une multitude de réseaux vers ses différents services utilisateurs. Ces flux
doivent être gérés efficacement pour assurer des actes de soins de qualité .

6
Les chaines logistiques du secteur de la
santé

7
LES TROIS GRANDES ACTIVITES DE LA
LOGISTIQUE HOSPITALIERE
Approvisionnement

• Achat
• Réception
• Gestion des stocks

Production

• Activités de transformation

Réapprovisionnement

• Acheminement des différents produits des zones


d’entreposage vers les différents points d’utilisation
• Transport des déchets vers les quais d’expéditions

8
OBJECTIFS :
• Eviter que les flux des établissements de santé soient gérés de
façon autonome sans tenir compte de ses effets sur les autres
cycles de réapprovisionnement.

• Déterminer l’organisation de la production de soins la plus


efficace possible afin d’atteindre une très bonne qualité de
service tout en réduisant les coûts.

9
Direction des services
économiques

Logistique
Logistique Technique Logistique Logistique Accueil
Approvisionnement
Maintenance Informationnelle Hôtellerie
Achats

Décoration, Exploitation Restauration


Réception horticulture

Magasin, Interface, Bureautique Amphithéâtre


distribution coordination club médical

Achat,
Biomédical Archive Médical Nettoyage,
comptabilité
déchets

Transport de Sécurité, Bibliothèque


matière incendie Linge

Climatique Gestion télé,


Téléphone

Fluide,
électricité Gardien

10
LES COUTS HOSPITALIERS

Représentent entre 30 et 40% des coûts annuels d’un centre hospitalier

Les centres hospitaliers monopolisent 41% des coûts de la chaîne


d’approvisionnement :
- coûts de distribution physique
- de transports
- de gestion des commandes
- de gestion de stocks

Les producteurs et les distributeurs, eux, supportent 33% et 26% de ces coûts.

11
Budget du centre
hospitalier

Dépenses Dépenses non


salariales 60% salariales 40%

Achat
Personnel de Personnel fourniture et Autres dépenses
soutien 20% soignant 40% équipement 13%
27%

12
LES STRUCTURES HOSPITALIERES :
4 NIVEAUX D’INTEGRATION

Niveau 1, la logistique neutre à l’interne :


- N’est pas considérée comme un facteur de succès de l’organisation
- Vision à court terme de la performance
- Peu d’investissements dans la formation du personnel

Niveau 2, la logistique neutre à l’externe :


- Valorisation des investissements à caractères technologiques au
détriment des investissements organisationnels
- Exemple : Négligence de la formation du personnel logistique

13
Niveau 3, soutien à l’interne :
- Logistique considérée comme un moyen d’amélioration des performances
de l’établissement
- Investissements effectués dans ces activités s’inscrivent dans une
perspective à long terme

Niveau 4, soutien à l’externe :


- Logistique est un interlocuteur de la direction
- Investissements intègrent les dimensions technologiques et
organisationnelles
- Logistique se développe avec le soutien des autres fonctions de
l’établissement
- Amélioration du système logistique pour assurer la canalisation des
ressources de l’établissement
- L’enjeu est d’effectuer une transformation globale des processus
décisionnels de l’ensemble de l’organisation

14
LES FLUX HOSPITALIERS

Flux de matériels médico-chirurgicaux

Flux de médicaments et molécules diverses

Flux d’échantillons et de prélèvements

Flux de matières et matériels hôteliers

Flux de matières, matériels d’entretien et de maintenance

Flux de personnes

Flux d’information

15
CONCLUSION

• La logistique hospitalière est un ensemble d’activités liées à la performance


globale des établissements de santé

•La logistique hospitalière a de nombreuses ramifications avec le personnel

• Pour que la logistique soit la plus performante possible, les gestionnaires


doivent tenir un rôle d’interface entre les services utilisateurs et les fournisseurs

16
Merci de votre
attention

17