Vous êtes sur la page 1sur 52

les scellements

Présenté par: Encadré par:


Aoudjit nawel Pr Lachgar
Yennoune houmem
Otmane bey hocine ramzi
Définition :
Le scellement représente une succession d'actes
constituant la dernière étape dans la construction
d'une prothèse fixée.
Il consiste a solidariser de façon intime une prothèse a
une préparation dentaire en interposant un matériau
(ciment) entre l'intrados de la prothèse et la surface de
la dent préparée
Propriétés du ciment de scellement
Il doit être stérile
Son ph doit être neutre
Il doit avoir :
-une viscosité assez basse
-une prise rapide et homogène sans élévation de température
-une stabilité de teinte
-une solubilité aussi faible que possible dans les liquides buccaux
-une résistance à la désagrégation permettant d’éviter des infiltrations et des
infections secondaires afin d’assurer une protection efficace des bords
marginaux
-une bonne adhérence assurant ainsi un joint dento prothétique étanche dans
le respect des principes biologiques:
1-Protection de la vitalité pulpaire
2- l’intégrité parodontale
3-éviter la formation de caries ( effet bactériostatique et anti cariogène)
-Il doit avoir une dureté invariable et une résistance mécanique a l’écrasement,
puisque c’est surtout aux forces de compression qu’il va être soumis
principes fondamentaux du scellement :
pour être efficace, le scellement doit tenir compte de plusieurs facteurs :
l’adhésif doit mouiller l’adhérent ( bien s’étaler sur la surface), ceci
dépend des rugosités de la surface, de la propreté de la préparation et de
la convergence des parois –
plus le joint de ciment est fin, plus le scellement sera efficace
cependant, ce qui compte avant tout, c’est la valeur du joint et la
résistance mécanique du matériau, car c’est a la suite de sa rupture que
se fait le descellement
la tenue du scellement est fonction :
• de la précision de la coulée
• de la finition de l’intrados prothétique
• de l’affinité du matériau pour le ciment
• de la garantie de l’étanchéité
Les différents types de ciments de scellement
Ciments temporaires : Ils sont prévus pour un scellement
d’une durée déterminée, le plus souvent brève, et doivent
assurer l’herméticité du joint prothétique et permettre une
désinsertion des prothèses relativement aisée.
Ils peuvent concerner aussi bien la prothèse provisoire que
définitive . Il existe différents ciments temporaires : le
ciment ZOE eugénol (Temp Bond®), le ciment ZOE sans
eugénol (Temp Bond NE®), et l’hydroxyde de calcium
(Dycal®).
A noter que les ciments à base d’eugénol sont irritants vis-
à-vis du parodonte mais ont l’avantage d’être germicides.
Ciments permanents : Les ciments permanents possèdent
une caractéristique commune.
Ils sont tous constitués d’un liquide et d’une poudre dont
le mélange provoque un durcissement par réaction acide-
base Nous disposons aujourd’hui de différents types de
ciments permanents.
On cite :
-Ciments aux phosphates de Zinc
-Ciments polycarboxylates : plutôt indiqués pour des
scellements transitoires de longue durée.
-Ciments aux verres ionomères.
-les CVI hybrides et
-les compomères.
Lesmatériaux
descellement
Historique:
En 1968, les ciments au polycarboxylate de Zn (Smith) font leur
apparition
 En 1972, Wilson et Kent travaillent à la mise au point d’un matériau
palliant les inconvénients des silicates et des résines (mauvaise
biocompatibilité, coefficient de dilatation thermique élevés, mauvaises
propriétés mécaniques) utilisés depuis le début du siècle pour les
restaurations antérieures. Ils proposent un matériau utilisant la poudre
des silicates et le liquide des ciments polycarboxylates de Zinc. Ils ont
inventé une nouvelle classe de biomatériau : les ciments verres
ionomères (notés dans la littérature française CVI et en anglais GICs :
Glass-Ionomer Cements).
 En 1975, DETREY commercialise le premier Ciment Verre Ionomère
(CVI).
 Depuis 1988 - 89 nous assistons au développement de CVI modifiés par
addition de résine (les CVIMAR) commercialisés sous les noms de Fuji
II L C (GC)- Photac Fil (3M-ESPE).
C’est cette dernière famille de CVI qui est aujourd’hui la plus utilisée.
LESCIMENTSPOLYCARBOXYLIQUES
Ils appartiennent à la famille des polyalkénoates. Ils
sont classés en 2 types :
● type 1 : pour scellement
● type 2 : pour obturation.
L’opacité est comparable aux eugénolates, mais ils
Sont plus translucides. Au moment de la prise, ils
Subissent une légère expansion qui est favorable.
La conductibilité thermique est très faible.
Les ciments polycarboxyliques possèdent un
caractère thixotrope .
Adhérence à la dentine et à l’émail par le pouvoir
chélateur des groupements carboxyles vis-à-vis du
calcium.
Ces ciments présentent une action peu irritante pour
la pulpe, pour trois raisons :
● ne pénètre pas les canalicules de Tomes, car le poids
moléculaire est élevé
● faible dissociation de l’acide polyacrylique.
● faible acidité de ces ciments en début de mélange, le pH
évolue vite vers 7.
Composition:
Poudre :
● ZnO
● MgO
● charges siliceuses
● 10 à 40 % d’oxyde d’aluminium Al2O3 (alumine).
fluorure staneux.
Liquide :
solution visqueuse :
● d’acide polyacrylique (40 %), de poids moléculaire entre 25
000 et 50 000
● d’acide itaconique.
Indications :
Ils sont utilisés pour :
● le scellement (inlay-onlay, coiffes, prothèse implanto-
portée…)
● comme obturation intermédiaire : obturation
provisoire ou fond de cavité.
Mise en œuvre
• Prélever le liquide juste avant utilisation (sinon évaporation de l’eau
du liquide).
• Incorporer la poudre au liquide.
• Le rapport poudre/liquide peut varier de 1 à 2.
• Insertion rapide du ciment (30 secondes).
• Éviter tout contact avec la salive.
• Ne pas utiliser le mélange quand celui est devenu
terne, la viscosité est alors trop élevée.
• Spatulation rapide : 30 à 40 secondes.
• Le ciment doit avoir un aspect « lustré » pour son
utilisation.
• Le temps de prise varie selon différents facteurs. Il
diminue quand la température augmente. Il est de 9
minutes pour le type 1, et de 5 minutes pour le type 2.
Les compomères 
 Ce sont des composites modifiés par adjonction de verre
ionomère réunissant ainsi les propriétés des composites et des
verres ionomères. 
 Ils sont composés d’une
 matrice résineuse,
 d’amorceur de polymerisation,
 de charges,
 de pigments et de
stabilisateurs
 La réaction de prise se fait par photo- polymérisation, le réaction
acide-base apparait en surface en contact de l’humidité buccale
Propriétés 

- esthétique; 
- adhésion à l’émail et à la dentine; 
- libération de fluor; 
- photopolymérisables. 
-Leur pouvoir adhésif est le même que celui des verres
ionomères et il se trouve 
renforcé de 50% en utilisant un Primer/Adhésif. Les
compomères absorbent l’eau contenue dans la dentine
et libèrent aussitôt du fluor. 
Le mordançage n’est pas nécessaire pour obtenir l’adhésion. 
  
Avantages :

- degré de translucidité meilleur que les verres-ionomères; 


- application et polymérisation immédiate; 
- faciles à manipuler; 
- bonne adaptation, prévient la formation de fissures
marginales. 

Exemple: Dyract (De Trey), Compoglasse (Vivadent) 


Cependant, le scellement avec ces types de  ciment
n'est actuellement pas indiqué.
Les études menées jusqu'à présent montrent que ces
matériaux de scellement peuvent se dilater in situ au
bout d'un certain temps car ils absorbent l'humidité.
Par conséquence, les restaurations en céramo-
céramique risquent de se fracturer. Des études
cliniques complémentaires s'avèrent donc nécessaires.
LESCIMENTSAUPHOSPHATE
DEZINCOUOXYPHOSPHATES
Définition :
C’est un ciment de scellement de longue durée des couronnes,
bridges, inlays; Ils sont utilisés comme ciment de scellement
d’usage.
La connaissance approfondie de leurs propriétés physiques,
chimiques et biologiques, ainsi que le respect de leur mode
d'emploi, promettent de meilleures indications.
Il existe 2 types(en fonction de leur granulométrie ):
● type 1 : grains fins : 25 µm : scellement des pièces coulées de
précision
● type 2 : grains moyens : 40 µm : tous les autres usages.

Chaque type est divisé en 2 classes (en fonction du temps de prise ) :


 classe 1 : prise rapide
 classe 2 : prise normale.
Composition:
Ils sont obtenus par mélange extemporané d’une poudre et d’un liquide.
a- La poudre
De couleur jaune, elle est formée presque essentiellement d’oxyde de
zinc ZnO (88 %), avec :
● 1,5 à 10 % de magnésie ou oxyde de magnésium MgO : pour
augmenter la résistance à la compression
● en petite quantité (1 %) de la silice ou oxyde de silicium SiO2 de
résidus de calcination,
● du sulfate de baryum SO4Ba et de l'oxyde de Rubidium Rb2O3 ou de
l'oxyde de bismuth Bi2O3 qui sont radio-opacifiants.
b- Le liquide
Le liquide, incolore, est formé par :
● 66 % d’acide phosphorique
● 33 % d’eau. La teneur en H2O contrôle la dissociation ionique de
l’acide et donc la vitesse de réaction.
Modification:
Par addition d’oxyde cuivrique noir CuO ou d’oxyde
cuivreux rouge Cu2O ou encore d’iodure de cuivre vert,
on obtient des oxyphosphates antiseptiques,
Mais, leur pH est plus bas, ce qui les rend agressifs
pour la pulpe.
Les propriétés :
Physiques et mécaniques :
- Ce sont des isolants thermiques (conductibilité faible), électriques et
une bonne résistance mécanique
-Bonne Résistance à la compression ou à l’écrasement : elle atteint 75%
de sa valeur maximale après la première heure.
-Résistance à la traction
-Résistance au cisaillement
-Bonne  stabilité dimensionnelle
Solubilité:
soluble dans l’eau durant les premières 24 heures après la prise, après
cette période elle est très réduite.
Porosité: ces ciments sont poreux du fait de leurs structure cristalline.
Ces ciments procurent une très bonne étanchéité.
La conductibilité électrique est très faible en milieu sec, mais
pas en milieu humide.
Propriétés biologiques:
-Acidité: très importante au moment de son insertion en
bouche
biophysique :
La réaction de prise est très exothermique avec une
augmentation de la température de 04°C à 10°C.

Rq!! On ne peut pas parler de liaison adhésive (interactions


moléculaires entre la dent et le ciment), mais d’une pseudo-
adhésion (interactions mécaniques par irrégularités de
surface : micro-clavetage).
Indication
Scellement d’inlays, de couronnes, de bridges

Contre indication

Allergie connue à l’un des composants.

CARACTERISTIQUES

La méthode d'évaluation doit être conforme à la Norme


EN ISO 9917 : “Ciments dentaires à base d’eau :
Ciments acido-basiques liquides/en poudre”.
Avantages:
-Bonne résistance mécanique.
-Bonne isolation thermique.
-Manipulation facile.
-Bonne durabilité.
Inconvénients:
-Structure poreuses.
-Prise exothermique
-Acidité initiale.
- Faible adhérence aux tissus dentaires.

Interactions :
Aucune interaction négative connue avec d’autres matériaux dentaires.
Effet secondaire :
Peut provoquer une légère irritation pulpaire dans de rares cas.
Matériel utilisé
 Coffret contenant :
- poudre

-liquide

-1 cuillère-doseuse poudre.

 Plaque de verre (face lisse) et


 spatule en acier inoxydable
MANIPULATION:
Préparation des supports :
- Dents : Les surfaces doivent être propres, séchées
modérément (ne pas utiliser d’air comprimé), même
par la salive (utiliser une digue
en caoutchouc de préférence pour une protection accrue
au niveau des limites cervicales)
Pièces prothétiques :
nettoyer aux ultrasons,
rincer à l’eau, nettoyer à l’alcool, sécher à l’air.
Prélèvement :
- Poudre : agiter le flacon, enlever la protection aluminium et prélever une dose
de poudre à l’aide de la cuillère-doseuse en l’arasant contre le bord du flacon.
- Liquide : retirer le bouchon et mettre en place le compte-gouttes. Retourner
lentement le flacon et prélever des gouttes de liquid). Les déposer sur une
plaque de verre propre et sèche.
Mélange :
Placer la quantité adéquate de liquide et de poudre sur une plaque de
verre propre et sèche.
Diviser la poudre en petites
portions avec une spatule en
acier inoxydable. Ajouter
peu à peu ces portions au liquide en
mélangeant soigneusement avec la
spatule à chaque addition,
Le temps de mélange doit être
pendant 60 secondes a 1 minute 30
secondes au maximum, jusqu’à
l’obtention d’une pâte lisse et
crémeuse, quel que soit
le nombre de doses mises en œuvre,
Une incorporation rapide de la poudre
accélère le temps de prise, un mélange plus lent le retarde.
Ne jamais ajouter du liquide lorsque le mélange a été commencé( le
mélange resterait acide longtemps et irriterait les tissus).
Mise en place : mettre en place immédiatement après
mélange à l’aide d’une spatule. Appliquer une fine
couche de ciment sur l’intrados de la prothèse (ne pas
remplir la couronne de ciment) et sur la surface de la
dent préparée.

Le temps d’application à partir du début du mélange


est approximativement de 2 minutes 30 secondes.
Positionnement final :
Mettre en place,sous forte pression occlusale, en faisant
mordre sur un coton, par exemple, pour chasser les
excès d’air et de ciment, et maintenir la pression
jusqu’à la prise complète du ciment.
Temps de prise: 2 minutes 30 secondes - 8 minutes
Finition:
Les excès de matériau peuvent être enlevés tout de
suite avant la prise complète du ciment. Pour enlever
les excès de matériau après le scellement d’une
couronne, utiliser des instruments manuels adéquats
tels que la sonde ou le fil dentaire.
Les ciments verres ionoméres
Définition
Selon Mac Lean ,Nicholson et Wilson en 1984 un CVI
est un ciment composé de verres basiques et d’un
polymére acide à réaction de prise entre les
composants s’effectue selon une reaction acide-base,
caractérisé par une libération continue du fluore, une
bonne adhérence et une faible cytotoxicité.
CLASSIFICATION DES CVI
Classification selon l’usage du ciment:
• Type I: CVI de scellement
• Type II: CVI de restauration
• Type III: Bases intermédiaires ou fond protecteur.
  Classification internationale:
Ils’agit de la terminologie et de la classification
internationales proposées lorsde la First European
Union Conference on Glass-ionomer (Coventry, 14-
16mai 1996)
.Quatre familles de matériaux sont décrites:
Famille I : les CVI conventionnels (ou ionomères de
verre ou ionomères de verre à réaction de
durcissement conventionnel).
Famille II : les CIVH (ou ionomères de verre de résine
de synthèse).
Famille III : les compomères ou composites modifiés
par polyacides
Famille IV : les autres composites modifiés.
Composition:
La poudre : c’est un FAS (fluoro alumino silicate) le terme
semble un peu compliqué, mais il permet de retenir les principaux
constituants de la poudre (Alumine, silice et Fluorure de calcium)
 Le liquide : c’est une solution aqueuse d’acide
polyalkénoïque qui est un copolymère d’acide acrylique et
d’acide itaconique qui possède de nombreuses fonctions carboxy
(COOH ou COO- en fonction du pH).
La présence de fonctions carboxy est très importante car ce sont
ces fonctions qui vont être à l’origine:
• d’une part de la formation du sel de polyalkénoate métallique,
• d’autre part des propriétés adhésives intrinsèques des CVI.
Notons aussi que cet acide polyalkénoïque possède une masse
moléculaire importante, ce qui explique sa viscosité dans les
flacons de liquides et par conséquent la difficulté à réaliser une
goutte de liquide d’un calibre constant pour le dosage.
Le liquide est parfois de l’eau distillée. Dans ce cas,
l’acide est déshydraté (lyophilisation) et mélangé
directement à la poudre de verre. L’eau hydrate l’acide
qui est dans la poudre. Les avantages de cette
présentation résident surtout dans une amélioration
de l’aptitude au dosage du liquide.
PRÉSENTATION:
3 présentations des CVI sont proposées :
• Poudre-liquide

• Poudre-eau

• Capsules pré-dosées
MANIPULATION
Il faut utiliser de préférence un bloc à spatuler non
absorbant et une spatule plastique.
Remuez le flacon de poudre et le flacon de liquide.
Respectez scrupuleusement les doses préconisées par
le fabricant pour optimiser les propriétés finales du
CVI.
Le principe de la spatulation est de mouiller toute la
poudre par le liquide en un minimum de temps et
sur une surface minimum.
le but n’est pas d’écraser la poudre pour la dissoudre
dans le liquide, mais de mouiller chaque particule par
le liquide.
Vous n’avez besoin que d’une petite surface pour cela.
Le temps de spatulation ne doit pas dépasser 30
secondes.
Incorporez la poudre en 2 fois au liquide pour plus de
facilité. Le mélange doit être d’aspect brillant avant
mise en place.
Pensez à bien reboucher les flacons de poudre et de
liquide après usage pour éviter l’évaporation ou
l’absorption d’eau.
PROPRIÉTÉS DES CVI TRADITIONNELS
 Adhésion intrinsèque à la dentine et à l'émail:

Un adhésif n'est pas nécessaire. En effet, les CVI collent à la dent principalement
grâce à une composante physico-chimique.
 Etanchéité
 Propriétés mécaniques:
 leur résistance à la compression, à la flexion et à l’abrasion est très nettement
insuffisante.
 Propriétés biologiques:
 La qualité de l’étanchéité des CVI procure donc une très bonne tolérance
pulpaire
 Notons toutefois que cette bonne tolérance est sous la dépendance d’une bonne
mise en œuvre en respectant notamment, en plus de ce qui est décrit plus haut,
les 2 points suivants :
• veiller à un bon rapport Poudre/Liquide, trop de liquide entraînant une cinétique
deremontée du pH vers la neutralité très lente,
• veiller à ne pas dessécher la dentine après le rinçage de l’acide polyacrylique.
Action de l’humidité
Un CVI traditionnel qui prend à l’humidité présente :
• une diminution significative des propriétés
mécaniques,
• une diminution de la translucidité (aspect crayeux),
• une augmentation de la tendance à fixer les colorants.
LES CVI MODIFIÉS PAR ADDITION DE
RÉSINE (CVIMAR)
Ils ont été introduits pour pallier aux défauts majeurs
des CVI traditionnels :
• sensibilité à l’humidité et à la déshydratation,
• faibles propriétés mécaniques,
• difficultés de polissage,
• impossibilité de retouche dans la séance.
COMPOSITION:
Dans leur forme la plus simple, ils correspondent à un CVI
modifié par l’incorporation de petites quantités de résine comme
HEMA et BisGMA.
Dans leur forme plus complexe, les chaînes de polyacides ont été
modifiées afin de présenter un site de polymérisation entre
chaînes.
Composition typique :
• Acide polyacrylique ou acide polyacrylique greffé avec un site de
réticulation,
• Une résine photoactivable telle que HEMA,
• Un verre de FAS,
• De l’eau.
RÉACTION DE PRISE
Ces matériaux, parfois improprement appelés CVI photopolymérisables
dans leur version dédiée à la dentisterie restauratrice, peuvent durcir sans
activation lumineuse.
Réaction de prise :
Les CVIMAR sont caractérisés par une double réaction de prise :
• une réaction acide-base identique à celle des CVI traditionnels,
• une réaction de polymérisation radicalaire initiée par la lumière (en
dentisterie restauratrice) ou non (pour l’assemblage en prothèse).
La prise initiale du matériau est due à la polymérisation de la résine
pendant que la réaction acide-base continue de s’opérer et contribue au
durcissement final.
C’est pourquoi le terme CVI photopolymérisable pour désigner les CVIMAR
n’est pas précis car il semble impliquer que la réaction acide-base peut être
initiée par la lumière.
MANIPULATION:
Elle est identique à celle des CVI traditionnels. On
préferera systématiquement les formules avec capsules
prédosées.
PROPRIÉTÉS
Adhésion aux tissus dentaires:
L’adhérence des CVIMAR aux tissus dentaires est
environ le double de celle des CVI traditionnels
Propriétés mécaniques:
Les propriétés mécaniques des CVIMAR sont
supérieures,
résumé
conclusion :

le choix de la nature du scellement ainsi que le


type de ciment sont importants, il doit être adapté
a la situation clinique ainsi qu'au type de
restauration a sceller